Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Postface

Michel Wieviorka

Texte intégral

1Rassemblant des contributions rédigées à partir de travaux empiriques menés dans une quinzaine de pays, cet ouvrage vient opportunément nous inviter à réfléchir aux instruments intellectuels dont nous disposons pour penser le monde aujourd’hui. Et, plus précisément, puisqu’il s’agit de sociologie, il pose une question décisive : celle de la capacité du concept central de « mouvement social » de continuer à apporter un éclairage décisif sur la vie collective.

2La catégorie de « mouvement social » s’est véritablement développée, en sociologie, dans les années 1960, même si certaines de ses origines sont beaucoup plus anciennes. Au cœur des années de croissance et de confiance qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, trois courants principaux se sont dessinés, proposant chacun une conceptualisation de cette catégorie. Le premier s’inscrivait dans le cadre général du fonctionnalisme, il appelait « mouvement social » une action collective suscitée en fait par la crise du système social, et pouvant revêtir des formes extrêmement variées, manies, modes, booms financiers, etc. Avec Neil Smelser notamment, il s’intéressait aux facteurs permettant l’émergence de telles conduites. Emportée dès la fin des années 1960 par le déclin du fonctionnalisme, cette orientation anime néanmoins souvent encore des analyses peu élaborées, dans lesquelles l’action collective est pensée comme une réaction à une crise ou un dysfonctionnement.

3Un peu plus tard apparaissaient deux autres modes de pensée. L’un, illustré avant tout par l’historien Charles Tilly, appelait « mouvement social » une action collective dans laquelle un acteur mobilise des moyens – de l’argent, des formes de solidarité, la violence par exemple – pour parvenir à ses fins – le plus souvent, s’institutionnaliser, pénétrer au sein d’un système politique, y étendre son influence. Une large école est née de cette orientation, parfois appelée « théorie de la mobilisation des ressources ». L’autre mode de pensée a été proposé par Alain Touraine, dans le cadre de sa théorie de l’action, qui place au cœur de la pratique, comme de l’analyse, un concept de mouvement social. Au départ, ce concept désigne une signification, parmi d’autres, qui voit un acteur défensif et contestataire constituer un des deux pôles dans un conflit où il s’oppose à un autre acteur, dominant et dirigeant, pour le contrôle de ce que Touraine a appelé l’historicité, la conception que la société se donne comme capacité d’auto-transformation, ses orientations culturelles, son mode d’accumulation par exemple. Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont assez largement un héritage de cette sociologie, à laquelle je me rattache moi-même.

  • 1 Alain Touraine, La conscience ouvrière, Paris, éd. du Seuil, 1966.

4Dans les années 1960, les sociétés occidentales, ainsi d’ailleurs que soviétiques, étaient largement industrielles et, dans plusieurs pays, un conflit central, structurel et structurant, mettait aux prises un mouvement social, le mouvement ouvrier, et les maîtres du travail. Le sujet était ouvrier, social. Les premiers travaux importants de Touraine, notamment son étude de « La conscience ouvrière1 » s’y intéressent. Mais, dès la fin des années 1960, le mouvement de Mai 68 a fait apparaître un autre acteur que le mouvement ouvrier, lui-même déclinant, et Alain Touraine a alors proposé, tout à la fois, de penser la sortie de la société industrielle et l’entrée dans une société d’un autre type, post-industrielle, et de dessiner l’image des nouveaux conflits sociaux et donc des « nouveaux mouvements sociaux » propres à ce nouveau type de société. C’est ainsi qu’il a lancé, au milieu des années 1970, un vaste programme de recherche sur ces « nouveaux mouvements sociaux » que laissaient percevoir, par exemple, les luttes de femmes, d’étudiants, les mouvements régionalistes, ou bien encore les luttes anti-nucléaire et celles de l’écologie politique. J’ai eu la chance qu’il m’invite à participer à ce programme, qui mettait en œuvre pour la première fois la méthode de l’intervention sociologique, qu’il venait d’inventer.

  • 2 Voir Michel Wieviorka, « Après les nouveaux mouvements sociaux », in Neuf leçons de sociologie, Par (...)

5Le concept « tourainien » de « mouvement social » commençait alors à se transformer, pour tenir compte de ces nouvelles figures de l’action collective : comme je l’ai montré dans un texte qui tente de faire le point sur cette évolution théorique2. Le cadre des luttes ne se limitait plus, ou moins qu’auparavant, à l’État-nation, l’adversaire social était moins clairement identifié qu’avec le mouvement ouvrier, les acteurs se définissaient bien plus nettement et directement par leur forte charge culturelle, le sujet de l’action était culturel.

6Puis les « nouveaux mouvements sociaux » se sont étiolés, ou hyper-institutionnalisés (avec l’écologie politique et les partis verts) et, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, il devenait clair qu’une troisième étape était franchie dans l’histoire récente des luttes, appelant un aggiornamento de la catégorie de « mouvement social ». C’est ainsi qu’est apparu un autre vocabulaire, évoquant des mouvements « globaux », parlant de luttes « altermondialistes », et conduisant à redéfinir conceptuellement le « mouvement social ». Le cadre de l’action est devenu encore moins qu’hier enfermé dans le seul État-nation, les dimensions culturelles sont apparues encore plus visibles et puissantes et, surtout, le sujet de l’action collective, ce n’est pas un paradoxe de le dire, n’est ni social, ni même culturel, il est la personne même, dans sa singularité individuelle, son souci de se construire, de s’affirmer. Les nouvelles générations de sociologues, incarnées dans ce livre, à commencer par Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine, s’intéressent tout particulièrement à cette figure du sujet, et aux processus de subjectivation et de dé-subjectivation à travers lesquels il tente, avec plus ou moins de bonheur, de devenir acteur de son existence.

  • 3 Michel Wieviorka, « Mouvements, anti-mouvements », in Retour au sens, Paris, éd. Robert Laffont, 20 (...)

7Dans cette troisième phase, force est de s’interroger sur la pertinence qu’il y a à conserver le qualificatif de « social ». Celui-ci renvoie à des dimensions certes importantes de la vie collective, mais ces dimensions ne sont pas les plus déterminantes pour qui veut penser une action de haut niveau de projet, une action mettant en cause les orientations les plus essentielles de la société – si tant est que cette notion de société puisse elle-même être maintenue. Les « mouvements sociaux » d’aujourd’hui demandent avant tout respect et dignité, ils essaient d’arracher et de faire vivre des droits humains, ils ont une charge éthique considérable, et en appellent à la démocratie. C’est pourquoi, dans un ouvrage récent, j’ai proposé de conceptualiser le « mouvement », sans l’adjectif social, alors qu’Alain Touraine, à peu près au même moment, a développé l’idée de « mouvement éthico-démocratique »3.

8Peut-être parce qu’elle a été portée, au départ, par les espoirs de l’après-guerre en un monde nouveau, et meilleur, la sociologie des mouvements sociaux s’est longtemps différenciée de celle des anti-mouvements sociaux, comme s’il s’agissait, à la limite, d’un autre domaine de la recherche. Certes, ceux qui l’ont développée n’ont jamais été indifférents à la violence ou au racisme, mais ce n’étaient pas des objets décisifs dans le cadre d’une théorie des mouvements sociaux. Une bonne partie de mes efforts, en fait, visent à intégrer mouvements et anti-mouvements dans le même ensemble, à la fois conceptuel, concret, et empirique. Pourquoi, par exemple, les spécialistes de l’extrême droite seraient-ils incompétents dès qu’il s’agit de traiter de mouvements pour les droits humains, alors qu’il n’est pas difficile de montrer que la poussée des forces racistes et xénophobes entretient un lien étroit avec la décomposition du mouvement ouvrier, et avec les difficultés à ce que se constituent de nouveaux mouvements, de quelque nom qu’on les appelle ? On retrouve dans les anti-mouvements, mais perverties, les thématiques que les mouvements ont pu porter : l’appel à la justice, à l’égalité, au respect, et, à la limite, la perspective de lendemains qui chantent. Ils sont pourtant le contraire des mouvements en ce qu’ils sont ancrés dans la rupture plutôt que dans le conflit, dans la violence et la haine inextinguible de l’autre, traité d’ennemi à détruire et non pas dans la reconnaissance qu’il est un adversaire. En même temps, ces anti-mouvements sont bien souvent aussi globaux que les mouvements contemporains, qui souvent agissent localement mais en s’inscrivant symboliquement, imaginairement et éventuellement concrètement dans un sens planétaire.

  • 4 Michel Wieviorka, Evil, Londres, Polity Press, 2012.

9Ainsi se construit un paysage intellectuel que cet ouvrage contribue clairement à dessiner. La sociologie doit aujourd’hui faire le grand écart, en allant du plus global, jusqu’à ce qui en semble le plus éloigné, le sujet personnel, les processus de subjectivation et de dé-subjectivation. Elle doit le faire en plaçant en son centre un concept renouvelé de « mouvement ». Et elle doit intégrer dans le même ensemble conceptuel la face de lumière de l’action, les « mouvements », et sa face sombre, la violence, la haine, le racisme, bref, ce que j’ai appelé le « mal »4.

10J’aimerais ajouter quelques notes personnelles. Quand une personne ou un collectif souhaitent rendre hommage à un universitaire, par exemple à l’occasion de son départ en retraite, ils montent un colloque et demandent à des collègues de bien vouloir fournir un texte qui pourra faire partie des « Mélanges en l’honneur de X… ». Le plus souvent, les collègues sollicités, surchargés qu’ils sont par d’autres obligations, raclent les fonds de leurs tiroirs pour y trouver l’article, jamais publié mais pas totalement indécent, qui les déchargera de la corvée. Le résultat est rarement très brillant.

11Rien de tel ici, même s’il s’agissait pour Geoffrey Pleyers, Brieg Capitaine et tous les auteurs de cet ouvrage de me signifier que mes enseignements n’ont pas été totalement inutiles. En effet, au lieu de mobiliser des collègues de mon âge, les responsables de ce livre ont eu l’idée de retrouver d’anciens étudiants dont j’avais dirigé la thèse, et de leur proposer de se retrouver avec moi pour réfléchir ensemble autour de thèmes qui me sont chers, et qui à l’évidence ne leur sont pas indifférents – la subjectivation et la dé-subjectivation, les mouvements sociaux, la démocratie, la face d’ombre de la vie collective, la violence, le racisme, etc. Nous avons passé ainsi trois journées pleines ensemble, à discuter de leurs travaux.

12Les textes de ce recueil sont le fruit d’expériences de recherche, ils témoignent de la vitalité intellectuelle de ces chercheurs, et du dynamisme du courant d’idées et d’orientations générales que j’ai tenté de faire vivre avec eux au fil de mes séminaires ou dans les face-à-face qu’implique une direction de thèse. Ma première joie est de vérifier, avec ce livre, qu’est bien vivante la conception que je défends depuis toujours d’une sociologie ouverte, soucieuse de comprendre les acteurs, leur subjectivité, leur capacité à agir, leurs difficultés aussi à être acteurs. Cette nouvelle génération de chercheurs n’est pas empêtrée dans les modes de pensée et les paradigmes nés de la décomposition de la sociologie classique, qu’il s’agisse du structuralisme si puissant dans les années 1970, du marxisme ou de l’interactionnisme symbolique. Elle aime le terrain et elle aime les idées, qu’elle articule les unes à l’autre. Elle a su faire son miel de catégories tout en les adaptant. Elle le fait en étant capable de réélaborer les concepts, les outils analytiques, sans pour autant rompre avec les enseignements qui lui ont été dispensés. Ni dogmatiques, ni oublieux, ces chercheurs sont respectueux de ce qui leur a été proposé dans le passé, tout en affirmant leur propre personnalité intellectuelle. Disons-le en un mot : au-delà de la diversité des expériences étudiées et des pays où a eu lieu la recherche, ces articles forment un tout profondément intégré, ils ont leur unité, qui tient au type de questionnement et à l’outillage analytique mis en œuvre.

13Ma deuxième joie est de constater que ces chercheurs venus de très nombreux pays sont capables de communiquer entre eux en français, et pas nécessairement en anglais, et de « penser global », sans s’enfermer dans le seul cadre de l’État-nation, ni même se contenter, le cas échéant, de comparaisons internationales. Ils savent quand il le faut articuler les niveaux d’analyse, du local au planétaire, ils savent tout aussi bien monter en généralité, circuler entre des connaissances précises, et nécessairement limitées à un objet bien cerné, y compris dans le temps et dans l’espace, tout en généralisant et en participant à des discussions générales.

14Ma troisième source de satisfaction est que ces chercheurs, tout en faisant preuve d’exigence théorique, se définissent avant tout par les questions concrètes qu’ils posent, par leurs « objets ». Ce ne sont pas des petits marquis maniant l’abstraction en habiles rhéteurs, non : ils veulent aborder des problèmes, et apporter des éclairages. Ils le font individuellement, mais aussi ils s’écoutent et se lisent les uns les autres, en s’intéressant à l’apport de chacun, en formant une communauté intellectuelle bien réelle, qui communique constamment par Internet, et dont j’ai constaté qu’elle prend aussi grand plaisir à se rencontrer physiquement.

15Bref, c’est un bien beau cadeau que m’ont fait Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine en mobilisant ainsi la fine fleur de la sociologie de demain – une fine fleur dont ils ont l’élégance de rappeler qu’elle doit quelque chose à la vie scientifique qui s’est jouée en partie au moins sous mon impulsion à Paris, au CADIS, à l’École des hautes études en sciences sociales.

Notes

1 Alain Touraine, La conscience ouvrière, Paris, éd. du Seuil, 1966.

2 Voir Michel Wieviorka, « Après les nouveaux mouvements sociaux », in Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 113-142.

3 Michel Wieviorka, « Mouvements, anti-mouvements », in Retour au sens, Paris, éd. Robert Laffont, 2015, p. 299-327 ; Alain Touraine, Nous, sujets humains, Paris, éd. du Seuil, 2015.

4 Michel Wieviorka, Evil, Londres, Polity Press, 2012.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540