Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 3. Faire face au racisme et à la violence

Chapitre 16. Après le désengagement : les défis de la reconstruction identitaire des ex-guérilléros

Massoud Sharifi Dryaz

Texte intégral

  • 1 Olivier Fillieule (éd.), « Temps biographique, temps social et variabilité des rétributions », in (...)
  • 2 Voir Vanessa Codaccioni, « Expériences répressives et (dé)radicalisation militante », Cultures & C (...)
  • 3 Voir Pilar Calveiro, « Politique et/ou violence. Une approche de la guérilla des années 1970 », Tr (...)

1Si la littérature sur le « désengagement militant », comme l’a remarqué Olivier Fillieule1, reste encore « rare », on dispose encore moins de recherches portant sur la défection des militants révolutionnaires et notamment des guérilléros. Les travaux consacrés aux ex-militants révolutionnaires sont focalisés dans la majorité des cas sur le désengagement communiste2 ou bien sur les itinéraires des ex-combattants dans les situations post-conflit3. Les recherches sur les ex-combattants des organisations déterminées à poursuivre la lutte armée demeurent quasi inexistantes. Le cas des ex-guérilléros du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), engagés depuis 1984 dans la lutte armée contre l’État turc, permettrait d’apporter quelques éléments de réflexion sur cet angle mort de la littérature sociologique.

  • 4 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Hachette, 2005, p. 293.
  • 5 Ibid., p. 30.

2Le PKK est l’une des organisations les plus structurées de l’espace contestataire kurde. Aujourd’hui, on lui attribue en effectifs plus de 10 000 combattants en Turquie et 30 000 en Syrie. Pourtant, malgré la forte capacité militaire et mobilisatrice de cette organisation, la contestation, la scission et la défection constituent une part importante de son histoire. Comment ces militants qui avaient investi la violence révolutionnaire gèrent-ils et vivent-ils l’expérience de la rupture et comment celle-ci est-elle réinterprétée ? Avant d’étudier cette question, il convient de souligner que l’engagement révolutionnaire possède certains traits caractéristiques spécifiques qui le différencient des autres formes de militantisme. Pour les « révolutionnaires professionnels », s’engager signifie mettre un terme à toutes les autres sphères de la vie sociale traditionnelle, telles que la famille, le travail, les études et les anciennes formes de sociabilité. Un militant professionnel consacre tout son temps et son énergie à la cause et aux objectifs de son parti et modifie son rapport au monde extérieur pour le reconstruire au sein de la famille-parti. L’intensité de la subjectivité de ceux qui participent à ce type d’expérience nous laisse penser au concept d’« hyper-sujet » développé par Michel Wieviorka. « L’hyper-sujet », explique le sociologue, est un individu qui « tente de conférer un sens à son existence par une violence à laquelle il peut attribuer des significations nouvelles, ou renouvelées »4. Dans cette dimension du militantisme révolutionnaire, que se passe-t-il quand cet « hyper-sujet » est « livré à lui-même »5 ?

  • 6 Marc Milet, « Après la lutte », Cultures & Conflits, vol. 81‑82, no 1, 2011, p. 151‑171.
  • 7 Olivier Fillieule, Le désengagement militant, op. cit., p. 35.

3Une des manières de répondre à cette question est précisément de s’intéresser à la trajectoire des anciens militants dans la vie « d’après la lutte »6. L’autre est d’aller au-delà d’une réflexion sur les « conséquences biographiques »7 de la défection pour se pencher davantage sur le rapport subjectif que les ex-combattants du PKK entretiennent avec une expérience forte du militantisme et de l’exit. Loin de proposer un nouveau schéma théorique, on tente ici de conjuguer ces deux modalités, de penser au désengagement pour appréhender l’expérience de post-désengagement des guérilléros kurdes. L’analyse repose sur l’exploitation de données qualitatives obtenues auprès de dix ex-guérilléros, commandants et chef militaires du PKK qui, après plusieurs années d’engagement, ont abandonné la lutte armée. Dans un premier temps, l’analyse portera sur la proposition d’une typologie de parcours post-désengagement, pour observer, dans un deuxième temps, les difficultés d’un retour à la vie civile « après la lutte » et s’arrêter, dans un troisième temps, sur la reconstruction identitaire et subjective de ceux qui vivent la défection.

Trois trajectoires de vie post-désengagement

4Lorsqu’on examine la vie post-engagement, on peut se demander tout d’abord quels rapports entretiennent les dissidents avec l’organisation. À travers les différentes expériences post-militantes, trois types de rapports à l’organisation apparaissent. Dans certains cas, les dissidents rompent définitivement avec l’organisation, mais continuent d’être présents sur la scène politique kurde. C’est ce que nous appelons la dissidence active. Pour une grande part, la dissidence active se développe sur la base de l’hostilité envers l’organisation. Cette attitude peut varier entre la dénonciation publique du PKK, l’engagement dans une autre organisation concurrente, la création d’un groupe rival ou peut aller jusqu’à la décision de devenir un repenti, voire celle d’intégrer les institutions militaires de l’État.

  • 8 Service de renseignements et antiterrorisme de la gendarmerie.
  • 9 Sabri Cigerli et Didier Le Saout, Öcalan et le PKK : les mutations de la question kurde en Turqui (...)

5Dès ses débuts, le PKK s’est heurté à des résistances internes et à l’opposition de certains cadres importants du parti qui ont tenté ensuite de fonder leur propre organisation. Pourtant, le seul groupe dissident ayant réussi à perdurer après la fondation d’une organisation concurrente est celui qui s’est séparé du PKK après le neuvième congrès, en 2004, pour fonder le Parti patriotique-démocratique du Kurdistan (PWDK). Parfois, les dissidents, majoritairement de hauts responsables de l’organisation, ont continué à dénoncer l’attitude, la direction et le fonctionnement de l’organisation. Dans d’autres expériences, les anciens commandants du PKK ont rejoint les forces armées de l’État et se sont impliqués dans un combat acharné contre l’organisation. En 1987, certaines unités du JITEM8 ont été « constituées presque exclusivement d'anciens combattants du PKK repentis »9.

  • 10 Extrait d’entretien avec Mezdek, Kurdistan irakien, Erbil, 8 septembre 2010.

6Dans d’autres cas, les ex-militants font le choix de prendre de la distance avec toutes sortes d’actions collectives kurdes en se retirant discrètement à l’écart des organisations actives. Nous qualifions ce type de désengagement d’abandon total. En général, ceux qui abandonnent toutes activités partisanes ne veulent ou ne peuvent se faire entendre que dans des cercles sociaux limités à leur entourage, à leur famille et à leur groupe d’amis. Certains préfèrent éviter de s’exprimer sur leur expérience et d’autres n’en parlent que pour justifier leur départ dans des milieux où la défection est plutôt vue comme une défaillance. Cette majorité silencieuse d’ex-militants, parmi laquelle on compte également les repentis passifs, a tendance à s’éloigner de toutes activités politiques collectives. Dans ce cas, le moment du désengagement ne débouche ni sur une attitude ouvertement hostile au PKK, ni sur un engagement dans une autre organisation rivale. Le cas de Mezdek est représentatif10. Après neuf ans de combat au sein de la guérilla du PKK, Mezdek a décidé de mettre fin à sa vie de guérilléro. Sa rupture définitive avec le PKK a provoqué chez lui de sérieux doutes quant à l’utilité de lutter pour la cause kurde : « Lorsque tu sors du parti [PKK], tu te dis que tu as milité dans le plus puissant parti kurde. À ce moment, tu comprends que si tu n’as pas réussi avec le PKK, il ne reste plus aucun espoir d’y arriver avec un autre. Donc, à quoi ça sert de s’investir ailleurs ? » Dans le cas de Mezdek, à l’excès de désespoir auquel il a succombé succède la décision de renoncer à tout projet collectif.

  • 11 Ce concept est proche de ce que Yann Raison du Cleuziou appelle « la désaffiliation fidèle ».Dans (...)

7En creusant un peu plus dans l’expérience des ex-militants kurdes, nous avons découvert qu’il n’est pas rare de voir des anciens combattants ayant quitté l’organisation rester fidèles aux objectifs et aux symboles du groupe. En effet, entre la dissidence active et l’abandon total, il y a une autre forme de défection que nous avons appelée le retrait loyal11. Les ex-militants de ce dernier groupe abandonnent leur engagement de manière partielle et provisoire et peuvent se réengager ultérieurement dans une forme moins intense de militance comme dans les associations ou deviennent simplement sympathisants de l’organisation. L’auto-identification à l’organisation et au mouvement kurde est le caractère principal de ce mode de sortie. Sur les dix ex-combattants avec qui nous avons réalisé des entretiens approfondis, trois s’identifient fortement aux objectifs, aux actions et à l’univers symbolique du PKK.

  • 12 Entretien avec Tahsîn, Paris, 18 avril 2012.
  • 13 Extrait d’entretien avec Zozan, Paris, 14 avril 2011.

8Les expériences des membres de ce groupe diffèrent selon la modalité et le niveau de leur engagement. À côté des ex-guérilléros qui continuent à se réclamer de l’étiquette idéologique du PKK, nous en trouvons d’autres qui sont prêts à s’investir partiellement dans certaines actions collectives kurdes sans pourtant s’impliquer pleinement dans un nouveau rôle militant, qu’il soit associatif, politique ou professionnel. Des gens, comme Tahsîn, fraîchement arrivés en Europe, n’hésitent pas à participer aux manifestations pro-kurdes dans les grandes villes européennes, malgré l’énorme distance qu’ils ont prise avec l’organisation12. Zozan, une autre ex-combattante du PKK, résidant depuis plusieurs années en France, participe de manière plus dynamique à la vie associative kurde en Europe. Elle ne se considère plus comme une militante du PKK, mais elle précise : « Je continue mon combat à ma propre manière13». Zozan n’adhère à aucune association ou organisation, mais reste prête à apporter son soutien quand elle le pense nécessaire. Elle devient une sympathisante active, apte à se transformer provisoirement en une militante engagée.

Conséquences de la défection

9Les conséquences de la défection sur la vie individuelle renvoient à toute une série de facteurs. La manière dont se fait la sortie, la direction politique de la période post-désengagement, le profil socio-économique avant l’engagement, le niveau de soutien de l’entourage proche et le lieu où les ex-militants recomposent leur vie, constituent tous des facteurs importants qui influencent la manière dont ces personnes affrontent leur nouvelle vie et la conjuguent avec leur expérience du passé. Nous aborderons le sujet sous deux aspects.

Les défis de l’intégration dans une vie conventionnelle

  • 14 Florence Passy, « Interactions sociales et imbrications des sphères de vie », in Olivier Fillieule (...)

10Au-delà des motivations et des raisons du désengagement, pour ceux qui s’étaient fortement investis dans une forme de militantisme radical, l’espoir d’un nouveau départ dans la vie peut se heurter à certains problèmes. Dans le militantisme professionnel, les autres « sphères de la vie »14 sont totalement désinvesties et se réintégrer à nouveau dans une vie routinière après une expérience forte d’engagement implique un effort psychique et matériel important.

11Parmi tous les obstacles que doivent surmonter les ex-militants du PKK, il y a tout d’abord l’effondrement des anciens réseaux de sociabilité. Les solidarités fraternelles de camaraderie qui avaient remplacé les formes traditionnelles de relations sociales disparaissent. Une autre sorte de rapport s’installe même entre les groupes d’ex-militants. Voici comment Mezdek explique ce changement : « Quand tu sors, tu te retrouves seul et abandonné même par les gens qui étaient autrefois prêts à mourir pour toi […]. Dans la nouvelle vie, tu ne peux communiquer qu’une partie de ta vie avec les amis. » Si auparavant l’objectif commun de la lutte et les conditions de vie avec des risques extrêmes permettaient aux combattants de construire des rapports intenses et d’établir de forts liens affectifs, la vie post-désengagement ne permet plus qu’un tel climat de camaraderie se reproduise. En conséquence, l’ex-combattant doit faire face à la fois au choc de la distanciation avec l’ancien réseau des camarades et à celui de l’ébranlement des principes moraux qui conditionnaient la vie de la guérilla.

  • 15 Sur la pénalisation de la défection par les entreprises, voir Albert O. Hirschman, Exit, Voice, an (...)
  • 16 Lewis A. Coser, Greedy institutions : patterns of undivided commitment, New York, Free Press, 1974 (...)

12Une fois sorti de ces réseaux de la camaraderie, l’ex-militant doit affronter les intimidations voire les pénalisations15 exercées par l’organisation. Le PKK en tant qu’« institution gourmande »16 emploie des dispositifs dissuasifs pour assurer la continuité de l’engagement de ses membres. Concernant les ex, ces méthodes de dissuasion peuvent prendre plusieurs formes qui varient selon le statut du militant, la modalité de sa défection et son attitude après le désengagement. Plusieurs témoignages nous confirment que même la menace contre l’intégrité physique des dissidents n’est pas exclue du registre du PKK. Bien qu’aucun interviewé rencontré au cours de notre enquête ne témoigne de telles menaces, certains dénoncent l’intimidation et l’intolérance dont ils ont été victimes en raison de leurs activités après leur désengagement. Au sujet des ex-combattants qui se sont totalement retirés de la scène publique kurde, les formes de dépréciation et de marginalisation sont beaucoup plus indirectes.

  • 17 James C. Scott, La domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne, Pa (...)
  • 18 Lewis A. Coser, Greedy institutions, op. cit., p. 45.

13Délaissé et intimidé par ses anciens camarades, l’ex-combattant du PKK n’en est pas moins persécuté par les États ennemis de l’organisation. Au cas où les ex-combattants décideraient de rentrer dans leur pays, ils doivent passer devant les tribunaux et, avec un peu de chance, ils pourront demander une réduction de leur peine dans le cadre de la loi de repentance. En contrepartie de cet allégement de punition et d’une sécurité corporelle, et parfois économique, le repenti accepte d’abord de « se rabaisser devant le maître [ici l’État] »17, comme le dit JamesC. Scott, et ensuite de partager son savoir-faire avec les forces de sécurité et de prendre l’arme de son vieil ennemi contre son ancien ami. Malgré cette reconversion radicale, le repenti, selon Lewis A. Coser, « doit se justifier aux yeux de nouveaux maîtres en exécutant de manière dévouée et énergique les tâches assignées »18.

  • 19 Voir Erving Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, éd. Minuit, 1975.

14Les ex-guérilléros qui évitent de demander le pardon de l’État essayent de disparaître en entamant une vie clandestine à l’intérieur du pays. D’autres se réfugient au Kurdistan irakien ou choisissent l’exil dans les pays occidentaux. Quant aux ex-guérilléros qui réussissent à se réfugier dans un pays tiers, ils pourront recomposer leur nouvelle vie dans une société a priori indifférente à ce qu’ils ont vécu par le passé. Ce n’est pas le cas pour tous les ex-combattants, notamment ceux qui décident de s’installer dans les régions kurdes. Pour ces derniers, nous avons constaté que même ceux qui n’optent pas pour une dissidence active ont des difficultés à se réinsérer dans la vie sociale. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’en général le renégat n’est pas bien vu dans la société kurde. À ce propos, il est important de noter que la forte implantation du PKK au Kurdistan turc à travers de multiples réseaux associatifs, municipaux et partis politiques a facilité la capacité de cette organisation à propager les éléments de son univers symbolique et idéologique dans l’espace contestataire. Par conséquent, dans les sphères où il existe une forte mobilisation pour la cause kurde, les anciens combattants souffrent perpétuellement de discrédit et d’exclusion sociale. Les propos tenus par les militants actifs du mouvement kurde sur ceux qui se sont désengagés révèlent un degré élevé de stigmatisation19. Dans les meilleurs des cas, on qualifie les ex-combattants de la liberté d’« égoïstes », « dépourvus de volonté », « émotionnels », « faibles », etc. Et, dans les cas extrêmes, ils sont qualifiés de « traîtres » qui n’ont pas pu ou n’ont pas su répondre aux exigences idéologiques et physiques de la « révolution kurde ».

15Dans cette atmosphère d’extrême illégitimité de la défection, qui a pour effet une marginalisation sociale et politique plus avancée des ex-militants professionnels, ces derniers n’ont d’autre choix que de s’éloigner des milieux actifs. Ils se replient de plus en plus sur eux-mêmes et se concentrent sur d'autres « sphères de vie », notamment la vie privée et familiale. Ils se marient et se lancent dans des activités professionnelles et économiques en entamant de nouvelles relations et en s’inscrivant dans de nouvelles collectivités.

Réflexion rétrospective sur l’expérience militante

16À ce défi pour s’adapter aux rythmes d’une nouvelle vie sociale, s’en ajoute un autre qui touche particulièrement l’identité et la subjectivité de l’ex-guérilléro. En effet, l’analyse des entretiens a fait apparaître une catégorie d’individus qui tentent de reconstruire leur identité personnelle en élaborant leur propre interprétation de l’expérience militante et de la défection. C’est un processus au cours duquel le passé, les événements et les protagonistes du mouvement kurde sont jugés à partir d’une nouvelle subjectivité individuelle.

  • 20 Extrait d’entretien avec Karwan, Kurdistan irakien, Sulaymaniya, 2 septembre 2010.

17Quand les ex-militants commencent à fouiller dans leur passé, ils sont confrontés à une image contradictoire de leur expérience. Dans la représentation de ce passé, d’un côté on évoque un sentiment de déchirement et d’amertume et, de l’autre, l’attachement et l’estime qui s’éveillent. Le côté négatif de cette image est nourri généralement par des tensions, des injustices et des trahisons que l’individu a vécues durant son expérience militante. Pourtant, le plus blessant reste le stigmate de la « trahison » qu’on lui a imposé. Avant de se désengager, les ex-militrants ont déjà participé à la reproduction de l’image du traître du PKK. Ils savent donc déjà combien ce stigmate peut les priver d’un élément crucial de leur identité. Le refus d’être considéré comme « traître » est la préoccupation majeure de la quasi-totalité des interviewés. Certains comme Karwan parlent d’une « sortie propre » pour se différencier de ceux qui ont trahi le mouvement20. D’autres s’insurgent chaque fois qu’ils se souviennent de cette qualification. En effet, le point fragile de leur reconstruction identitaire est le fait d’être jugé par d'anciens compagnons de route comme des personnes déloyales aux principes et aux objectifs de la lutte. Ainsi, l’ex-militant pourrait être privé d’un élément important d’une des périodes les plus marquantes de sa vie. Ce n’est pas un hasard si chacun essaie de se différencier des autres, de créer des catégories de trahison, de nuancer les raisons de son départ, et de préciser que les autres ont peut-être trahi la cause, mais que lui a agi selon une logique distincte.

  • 21 Extrait d’entretien avec Mukrî, Kurdistan irakien, Sulaymaniya, 2 septembre 2010.

18Il est rare qu’un ex-militant dramatise entièrement son passé militant. Lors du regard en arrière, on entend souvent les anciens combattants parler d’une dimension positive de leur vécu. À ce sujet, deux éléments constituent les piliers de cette récupération identitaire : l’expérience inédite de la vie et l’atmosphère de camaraderie. La plupart des anciens militants interrogés partagent le sentiment que la vie de la guérilla leur a permis de se découvrir des forces et des capacités qu’ils avaient auparavant sous-estimées. Ils ont également acquis la conviction que le fait d’avoir été en contact avec des Kurdes venant de « différentes parties du Kurdistan », de les entendre et de les comprendre a approfondi leur perception de l’identité kurde. Le deuxième élément le plus habituellement utilisé pour redessiner le passé fait référence à l’ambiance de camaraderie. La particularité des relations et le genre de vie propre à la guérilla ont laissé une trace inoubliable dans la mémoire d’une grande partie des ex-combattants : « Là-bas [à la guérilla] il y a beaucoup de défis, mais il y a une atmosphère dans laquelle tu peux vivre21 ». Tout au long de leur vie de guérilléros, ils ont développé une conception de leur groupe et des relations spécifiques en son sein qui les rendait différents du reste de la société.

  • 22 Isabelle Sommier, « Une expérience “incommunicable” ? Les ex-militants d’extrême gauche français e (...)

19Au cœur de cette réflexion rétrospective sur l’expérience militante, se déroule un défi vital de mémoire. La représentation que le PKK fait de son histoire et de son rôle est mise en cause par la mémoire du vécu. Notre idée s’inspire largement de l’analyse d’I. Sommier de qu’elle appelle « la mémoire de désengagement ». Se posant la question du rapport entre « histoire et récit », elle montre que « la mémoire du désengagement » est également « un enjeu historiographique »22. Nous nous permettons d’emprunter cette idée non pas pour expliquer ce qu’elle appelle l’« intrication story-history », mais pour avancer une autre proposition selon laquelle la mémoire des désengagés est un moyen de démonopolisation de la vérité d’engagement.

20Pour l’expliquer, il est important de rappeler que le mouvement kurde continue toujours de se développer et que le PKK en reste l’organisation principale au moins en Turquie, en Syrie et dans la diaspora. Les ex-militants du PKK, notamment les dissidents actifs, sont systématiquement mis à l’écart, non pas seulement de la scène publique kurde, mais aussi de la mémoire collective et de la trace écrite de l’organisation. Ils ne sont cités que comme contre-exemples. Face à cette exclusion et cette diabolisation officielle, les anciens militants ne restent pas indifférents. Par exemple, des dissidents actifs peuvent faire une relecture de l’histoire de l’organisation et la présenter au monde en publiant des livres et des articles, en diffusant des vidéos et en commentant des événements. Ce sont majoritairement d'anciens leaders et des ex-commandants qui alimentent cette controverse sur le passé, l’objectif et le rôle du PKK. Ces derniers, par leur visibilité dans différents espaces politiques, diffusent un discours susceptible de casser le mythe et de briser l’idéologie de l’organisation.

21À cette relecture de l’histoire de l’organisation par les dissidents actifs s’ajoutent des récits individuels d’anciens militants qui ont totalement abandonné la cause ou de ceux qui se sont désaffiliés en restant fidèles à l’organisation. Si les dissidents actifs lèvent la voix contre la stratégie, l’idéologie ou la gestion du PKK, d’autres dévoilent les contradictions et les incohérences du mouvement en se référant à leur expérience individuelle. Évidemment, la plupart du temps, la mémoire des désengagés se transmet oralement. Plus qu’un récit commun pour produire une autre histoire de l’action collective kurde, cette mémoire est une tentative pour se réapproprier une partie de la mémoire partagée du combat que les ex-militants ont tant investi.

22Dans cette nouvelle représentation du passé militant reconstruite autour du « je », l’histoire réelle est embrouillée. Les critiques et les admirations sont entremêlées, passant sans cesse d’un niveau de critique à l’autre. Le plus souvent, on commence par les expériences concrètes pour expliquer ce qui ne marche pas dans l’organisation. Parfois, à partir d’exemples de leur propre expérience, certains critiquent l’« hypocrisie du parti », la « discrimination au sein de l’organisation », l’« étouffement de la réelle critique » et tout ce qui les a conduits à se retirer de l’organisation. Pourtant, pour justifier ces micro-critiques tirées d’expériences personnelles, les ex-militants font aussi appel à des arguments plus généraux afin de montrer les contradictions du PKK. Ils décrivent le « pouvoir illimité du leader », l’« idéalisme détaché de la réalité du Kurdistan », le « conformisme politique », l’« ambiguïté des revendications politiques », etc.

  • 23 Catherine  Leclercq, « “Raisons de sortir”. Le désengagement des militants du Parti communiste fra (...)

23Au cours de ce travail de réappropriation du passé, on peut minimiser certains événements, en amplifier d’autres, passer sous silence tout ce qui dérange, montrer les paradoxes du mouvement, contester les trahisons et dénoncer les irrégularités de l’historiographie officielle de l’organisation. Dès lors, c’est à partir de récits individuels qu’on relit l’histoire de l’organisation. Ce point est fondamental pour expliquer comment l’ex-militant se met au travail pour reconstituer ce que Catherine Leclercq appelle l’« identité blessée »23.

24Mais pour le reste des ex-combattants, au cours de cette relecture du passé, l’image positive de soi resurgit. On parle de soi comme de celui qui a pu et su se révolter ou refuser une situation critiquable. Bien que les ex-militants abordent facilement des sujets qui peuvent déranger, nuire ou décrédibiliser le PKK, l’objectif final ne se limite pas à une remise en question de l’organisation ou de ses objectifs. L’autre facette de ces critiques tirées de la mémoire est de restaurer le rôle de l’ex-militant dans le développement et la continuité d’une histoire de lutte. Certains revendiquent ouvertement leur rôle. D'autres précisent qu’être à l’extérieur de l’organisation ne signifie pas nécessairement ne plus appartenir à la kurdicité.

  • 24 Michel Wieviorka, La violence, op. cit., p. 30 et 292‑294.
  • 25 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 21.

25L’expérience des ex-combattants du PKK présente donc deux caractéristiques essentielles. Premièrement, au-delà des expériences individuelles, l’analyse des récits de vie montre que l’exit est porteur d’une nouvelle dynamique qui s’installe entre les ex-guérilléros et l’organisation du PKK, caractérisée le plus souvent soit par la tension et l’hostilité, soit par le détachement et l’apparente indifférence. En l’absence d’un « conflit structurant », pour reprendre le terme utilisé par Michel Wieviorka, l’ex-combattant peine à s’insérer dans un « rapport conflictuel » qui lui permettrait d’éviter la « perte de sens » ou de « conférer un sens à son existence par une violence à laquelle il peut attribuer des significations nouvelles, ou renouvelées »24. Deuxièmement, nous l’avons vu notamment à propos de la réflexion rétrospective sur le passé, il est possible que l’ex-combattant refuse la perte ou la surcharge de sens en reconstruisant sa propre subjectivité tirée de l’expérience militante. Cette remarque nous amène à l’idée selon laquelle le recours à la notion de la subjectivité, devenue selon Michel Wieviorka « incontournable dans les sciences sociales »25, offre justement l’opportunité de montrer que dans la défection il y a aussi un travail de décomposition et de recomposition de la subjectivité individuelle qui se réalise au cours des tentatives menées par les ex-guérilléros pour élaborer leur propre interprétation de l’expérience militante et de la rupture.

Bibliographie

Calveiro Pilar, « Politique et/ou violence. Une approche de la guérilla des années 1970 », Tracés, vol. 14, no 3, 2014, p. 17‑42.

Cigerli Sabri et Le Saout Didier, Öcalan et le PKK: les mutations de la question kurde en Turquie et au Moyen-Orient, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005, p. 84‑114.

Codaccioni Vanessa, « Expériences répressives et (dé)radicalisation militante », Cultures & Conflits, vol. 89, no 1, 2013, p. 29‑52.

Coser Lewis A., Greedy institutions : patterns of undivided commitment, New York, Free Press, 1974.

Cuadros Daniela, « Répression, transition démocratique et ruptures biographiques », Cultures & Conflits, vol. 89, no 1, 2013, p. 53‑69.

Debos Marielle, « Les limites de l’accumulation par les armes. Itinéraires d’ex-combattants au Tchad », Politique africaine, vol. 109, no 1 , 2008, p. 167‑181.

Fillieule Olivier (éd.), « Temps biographique, temps social et variabilité des rétributions », in Fillieule Olivier (éd.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

Goffman Erving, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, éd. Minuit, 1975.

Hirschman Albert O., Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Londres, Harvard University Press, 1970, p. 92‑98.

Leclercq Catherine, « “Raisons de sortir”. Le désengagement des militants du Parti communiste français », in Olivier Fillieule (éd.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 131-154.

Milet Marc, « Après la lutte », Cultures & Conflits, vol. 81‑82, no 1, 2011, p. 151‑171.

Passy Florence, « Interactions sociales et imbrications des sphères de vie », in Olivier Fillieule (éd.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 111‑130.

Raison du Cleuziou Yann, « Des fidélités paradoxales. Recomposition des appartenances et militantisme institutionnel dans une institution en crise », in Jacques Lagroye et Michel Offerlé (éd.), Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2010, p. 267‑290.

Scott James C., La domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne, Paris, France, éd. Amsterdam, 2008.

Sommier Isabelle, « Une expérience “incommunicable” ? Les ex-militants d’extrême gauche français et italiens », in Olivier Fillieule (éd.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 171‑188.

Wieviorka Michel, La violence, Paris, Hachette, 2005.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008.

Notes

1 Olivier Fillieule (éd.), « Temps biographique, temps social et variabilité des rétributions », in Fillieule O. (éd.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 17.

2 Voir Vanessa Codaccioni, « Expériences répressives et (dé)radicalisation militante », Cultures & Conflits, vol. 89, no 1, 2013, p. 29‑52 ; Daniela Cuadros, « Répression, transition démocratique et ruptures biographiques », Cultures & Conflits, op. cit., p. 53‑69.

3 Voir Pilar Calveiro, « Politique et/ou violence. Une approche de la guérilla des années 1970 », Tracés, vol. 14, no 3, 2014, p. 17‑42 ; Marielle Debos, « Les limites de l’accumulation par les armes. Itinéraires d’ex-combattants au Tchad », Politique africaine, vol. 109, no 1, 2008, p. 167‑181.

4 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Hachette, 2005, p. 293.

5 Ibid., p. 30.

6 Marc Milet, « Après la lutte », Cultures & Conflits, vol. 81‑82, no 1, 2011, p. 151‑171.

7 Olivier Fillieule, Le désengagement militant, op. cit., p. 35.

8 Service de renseignements et antiterrorisme de la gendarmerie.

9 Sabri Cigerli et Didier Le Saout, Öcalan et le PKK : les mutations de la question kurde en Turquie et au Moyen-Orient, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005, p. 84‑114.

10 Extrait d’entretien avec Mezdek, Kurdistan irakien, Erbil, 8 septembre 2010.

11 Ce concept est proche de ce que Yann Raison du Cleuziou appelle « la désaffiliation fidèle ».Dans son article « Des fidélités paradoxales. Recomposition des appartenances et militantisme institutionnel dans une institution en crise », in Jacques Lagroye et Michel Offerlé (éd.), Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2010, p. 267‑290.

12 Entretien avec Tahsîn, Paris, 18 avril 2012.

13 Extrait d’entretien avec Zozan, Paris, 14 avril 2011.

14 Florence Passy, « Interactions sociales et imbrications des sphères de vie », in Olivier Fillieule (éd.), op. cit., p. 111‑130.

15 Sur la pénalisation de la défection par les entreprises, voir Albert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Londres, Harvard University Press, 1970, p. 92‑98.

16 Lewis A. Coser, Greedy institutions : patterns of undivided commitment, New York, Free Press, 1974.

17 James C. Scott, La domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne, Paris, éd. Amsterdam, 2008, p. 72.

18 Lewis A. Coser, Greedy institutions, op. cit., p. 45.

19 Voir Erving Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, éd. Minuit, 1975.

20 Extrait d’entretien avec Karwan, Kurdistan irakien, Sulaymaniya, 2 septembre 2010.

21 Extrait d’entretien avec Mukrî, Kurdistan irakien, Sulaymaniya, 2 septembre 2010.

22 Isabelle Sommier, « Une expérience “incommunicable” ? Les ex-militants d’extrême gauche français et italiens », in Olivier Fillieule (éd.), op. cit., p. 171‑188.

23 Catherine  Leclercq, « “Raisons de sortir”. Le désengagement des militants du Parti communiste français », in Olivier Fillieule (éd.), op. cit. , p. 147.

24 Michel Wieviorka, La violence, op. cit., p. 30 et 292‑294.

25 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 21.

Auteur

Massoud Sharifi Dryaz est docteur en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a consacré sa thèse de doctorat à l’étude du militantisme dans l’espace kurde. Ses travaux de recherche sont centrés sur le nationalisme, l’action collective, le militantisme, le mouvement des femmes et la question kurde.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540