Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 3. Faire face au racisme et à la violence

Chapitre 13. Zaitoku-kai, nouveau mouvement raciste au Japon

Chikako Mori

Texte intégral

  • 1 Voir leur site : http://www.zaitokukai.info/.
  • 2 Koichi Yasuda, Netto to Aikoku. Zaitoku-kai no Yami wo Oikakeru, Tokyo, Kodansha, 2012.

1Ce chapitre essaie d’interroger la question du racisme au Japon, et plus particulièrement l’émergence et le développement récents d’un nouveau mouvement d’extrême droite autour d’un collectif nommé Zainichi Gaikokujin no Tokkenn wo Yurusanai Shimin no Kai, connu sous son abréviation Zaitoku-kai, qui signifie : « Citoyens contre les privilèges des étrangers au Japon »1. Depuis une dizaine d’années, ce phénomène fait l’objet d’un grand intérêt au Japon : de nombreux livres sur ce mouvement ont été publiés, dont le reportage de Koichi Yasuda, Internet et xénophobie, qui a obtenu en 2012 le prix Kodansha Non-Fiction, le plus prestigieux du journalisme nippon2. Par la suite, le terme Hate-Speech est devenu presque à la mode puisqu’il a été sélectionné parmi les dix mots de l’année en 2014.

  • 3 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, notamment le chapitre 4 (...)
  • 4 Nos données ont été collectées selon trois méthodes différentes. Tout d’abord, l’observation de te (...)

2Comment et dans quel contexte ce mouvement raciste est-il né ? Quels sont ses modes d’action et de quelle(s) logique(s) se réclame-t-il ? En quoi ce mouvement est-il ou non différent d’autres mouvements racistes, en Europe et notamment en France ? Pour répondre à ces questions, nous allons dans un premier temps décrire le phénomène, puis nous mettrons en lumière les lignes de conduite spécifiques qui semblent s’en dégager. Nous le regarderons à travers les spécificités que Michel Wieviorka relève et analyse dans les « anti-mouvements sociaux » (sectarisme, diabolisation de l’adversaire, rapport de force omniprésent)3. Pour finir, nous esquisserons une analyse comparative avec les mouvements racistes en Europe, et particulièrement en France, pour savoir s’il existe, au-delà des différences et des particularités, un socle commun sous-jacent aux mouvements extrémistes, observés aujourd’hui dans de nombreux pays de par le monde4.

Naissance et développement d’un mouvement raciste au Japon

  • 5 15 174 adhérents (vérifié le 7 novembre 2014).

3Ce collectif, fondé en 2007 et comptant désormais plus de quinze mille adhérents5, est aujourd’hui le plus important et le plus célèbre des mouvements xénophobes au Japon. Il s’est notamment fait connaître par la forte visibilité de ses modes d’action, en exprimant ouvertement sa xénophobie dans la rue : il faut noter qu’à la différence d’un pays comme la France, participer à une manifestation et s’exprimer dans la rue n’est pas une pratique très courante au Japon. Nous assistons donc régulièrement depuis plusieurs années à des scènes jusque-là inédites dans l'Archipel, notamment Tokyo : l’apparition de centaines de personnes qui crient haut et fort leur haine xénophobe dans les rues.

  • 6 On peut également visionner des images filmées de cette manifestation sur Internet (http://www.you (...)
  • 7 Depuis 2014, grâce à la médiatisation de ce mouvement raciste et à la mobilisation antiraciste qu’ (...)

4Pour mieux cerner le phénomène, on peut évoquer une de ces manifestations qui s’est déroulée en février 2013, dans le secteur de Shin-Okubo, le plus grand quartier coréen de Tokyo, situé dans le centre-ville6. Ce secteur s’est développé après la Deuxième Guerre mondiale et est bordé de centaines de restaurants et de commerces fréquentés principalement par les Zainichis (Coréens installés au Japon depuis deux ou trois générations). Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’importation et au succès de produits culturels coréens, dont l'emblème le plus connu est la K-Pop, une musique pop d’origine coréenne très à la mode aujourd’hui et connue dans le monde entier : d'abord populaire en Chine et en Asie du Sud-Est à la fin des années 1990, elle est en train de conquérir également les pays occidentaux, des États-Unis à l'Europe, sans oublier l'Amérique du Sud. Ce quartier est maintenant plus fréquenté par les Japonais que par les Coréens eux-mêmes. Il est devenu, du moins en partie, un lieu de consommation où les Japonais viennent acheter des affiches de stars et goûter de la très bonne cuisine coréenne. C’est dans ce lieu symbolique de la consommation des produits de la mondialisation culturelle que les militants de ce nouveau mouvement raciste ont choisi de manifester chaque dimanche7.

5Ils n’hésitent pas non plus parfois à passer à la violence physique. Ainsi, plusieurs arrestations ont eu lieu, notamment en 2009, après la destruction des équipements d'une école coréenne de Kyoto devant les écoliers eux-mêmes ou, en mars 2012, pour des agressions physiques contre des membres d’une compagnie pharmaceutique (Rohto Pharmaceutical Corporation) qui avait eu le malheur d'utiliser une actrice coréenne dans sa campagne publicitaire.

  • 8 Voir par exemple Naoto Higuchi, La xénophobie à la japonaise, Nagoya, Presses universitaires de Na (...)

6L’apparition de ces militants xénophobes dans les rues a provoqué un choc dans la société japonaise : c’était littéralement du « jamais vu ». Jusque-là, et aussi étrange que cela puisse paraître à des observateurs étrangers, la plupart des Japonais – à commencer par de nombreux journalistes – répétaient à l’envi que le racisme n’existait pas au Japon et qu'il s'agissait d'un problème concernant concernant d'autres pays notamment européens (j’ai souvent affaire à ce type de réactions chez les étudiants lorsque je fais cours sur le racisme). La plupart des Japonais ont donc découvert l’existence d’un racisme virulent et « visible » dans leur pays et plusieurs reportages et recherches y ont été consacrés8. Un débat politique s’organise aussi sur la nécessité ou non d’une loi interdisant les discours de haine, la législation japonaise étant jusqu’à présent muette sur ce point. Bien que le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale de l'ONU ait recommandé au gouvernement japonais, le 29 août 2014, de « prendre des mesures strictes » pour « la lutte contre les discours discriminatoires ainsi que les protestations racistes » telles qu'on peut les observer dans les rues de Tokyo, l’État japonais est toujours réticent à la signature de l'article 4 de la Convention internationale de l'ONU sur l'élimination de toutes formes de discrimination raciale, sous le prétexte que cela « pourrait mettre en péril la liberté d'expression ». Un projet de loi contre le racisme et les discours de haine a certes ensuite été présenté au Sénat le 22 mai 2015 par le Parti démocrate (parti d’opposition), mais huit mois après son dépôt, celui-ci n’avait pas été voté (le 11 fevrier 2016).

Quatre caractéristiques du mouvement

7Notre travail d’observation et d’entretiens réalisés auprès des militants permet de préciser quelques traits spécifiques de ce mouvement. Le premier concerne ses militants eux-même, qui aiment à mettre en avant leur « normalité » : « Nous sommes des citoyens ordinaires, des citoyens comme vous. » À la différence de l’extrême droite traditionnelle qui se considère supérieure, différente, comme une société d’« élus », le mouvement Zaitoku-kai se compose, selon ses propres déclarations, de « citoyens ordinaires » : l’usage du mot citoyen figure d'ailleurs dans l’intitulé du collectif. C'est sous cette appellation qu’ils s’affirment en tant que sujets. La mise en avant de leur normalité se trouve aussi dans leur code vestimentaire, sans fioritures, à la différence de l’extrême droite traditionnelle, dont les membres s’habillaient, et s’habillent toujours avec des costumes militaires très voyants.

8Mais « citoyen ordinaire » ne signifie pas « prolétaire ». Il est difficile de cerner le nombre total de ces adhérents ou des sympathisants non-adhérents ; cependant l'enquête que nous avons menée auprès de vingt-neuf personnes participant à ces manifestations montre que la composition du collectif est très hétérogène, avec quelques ouvriers mais aussi des cadres, des étudiants, dont certains ont un niveau d’études bac+6.

  • 9 Pour la présence de jeunes femmes militantes au sein de ce mouvement, on peut voir la vidéo d’une (...)

9Il faut souligner également la présence de jeunes (lycéens et collégiens) et de femmes. Il convient de remarquer au sein de ce mouvement la formation d’un groupe féminin, intitulé Gendai-Nadeshiko-Kurabu (Club des jeunes filles adorables), dirigé par Yoshiko Nakatani9.

  • 10 Koichi Yasuda, Netto to Aikoku, op. cit. et Naoto Higuchi, La xénophobie à la japonaise, op. cit.

10Le deuxième trait spécifique concerne les modes d’action de la Zaitoku-kai. Ceux-ci se caractérisent par l’articulation de deux méthodes : l’usage de l’Internet et l’action directe. Si ce collectif, qui ne dispose ni de réseau ni d’organisation de soutien, a réussi à mobiliser plus de quinze mille adhérents en moins de cinq ans, c’est en grande partie grâce à Internet. En effet, le mouvement s’est rendu populaire et a récolté des adhésions à travers son site. Il est normal, et même tout à fait banal aujourd’hui, pour un mouvement ou un collectif politique ou militant d’utiliser l’Internet, de disposer d’un site pour informer les sympathisants, comme on l'a vu pour le mouvement altermondialiste, par exemple, ou les Printemps arabes. Mais la caractéristique du mouvement Zaitoku-kai est qu’il est né sur Internet, c’est-à-dire que ce n’est pas un collectif qui existe d’abord et qui crée son site ensuite. C’est à travers le Net que les premiers militants se sont « rencontrés » pour ensuite se constituer en collectif10.

  • 11 Sur ce point, voir Cass R. Sunstein, Republic.com, Princeton University Press, 2002.

11Avant, on parlait déjà de la multiplication des internautes exprimant des opinions ultranationalistes, xénophobes, très marquées à l’extrême droite, et qu’on appelle le « Net Uyoku » : « extrême droite de l’Internet », « extrême droite sans visage ». Ce phénomène de radicalisation des opinions dans la sphère anonyme et sans hiérarchie d'Internet est bien connu et déjà analysé dans plusieurs domaines : on se souvient par exemple de la théorie de la « polarisation du groupe » en psychologie sociale ou de la notion de « cyber cascade » de Cass Sunstein11.

12Mais la particularité de ce collectif se trouve justement dans l’articulation de l’usage du Net avec l’autre volet de ses activités, le passage à l’action directe. À la différence du Net Uyoku « normal », ses adhérents sortent du monde anonyme de l’Internet pour agir à visage découvert, sortant de l'ombre pour se rendre aux manifestations et prendre la parole dans l’espace public. Il me semble important de souligner l’articulation entre ces deux espaces. À chaque rassemblement, ils se filment eux-mêmes, puis mettent les images sur leur site et les font circuler par les réseaux sociaux pour donner aux citoyens internautes des « informations que les médias envahis par la force étrangère ne leur prodiguent jamais ». C’est avec cette méthode très simple mais efficace qu’ils se sont affirmés et ont réussi à mobiliser autant d'adhérents et de sympathisants en peu de temps.

13Le troisième trait spécifique du mouvement concerne ses objectifs et ses cibles. En effet, malgré son nom, « Collectif des citoyens contre les privilèges des étrangers au Japon », le mouvement n’incrimine pas tous les étrangers dans le pays comme le montre la présentation du collectif sur leur site, que nous avons traduite du japonais :

  • 12 À propos des Zainichi coréens et de leur histoire, voir Mori Chikako, « State of invisibility: Zai (...)
  • 13 Discours prononcé le 9 juin 2007 par Makoto Sakurai à la tête du mouvement, intégralement publié e (...)

« Notre objectif est extrêmement simple : ne pas accepter les privilèges accordés aux Zainichi12. Il s’agit plus précisément de leur titre de séjour de « résident permanent spécial », créé par la réforme de la loi de 1991 sur l’entrée et le séjour des étrangers et accordé exclusivement aux Coréens et autres ressortissants qui faisaient auparavant partie de la nation japonaise. Notre but final est de faire abroger cette loi qui légitime leurs privilèges et de traiter les Coréens à égalité avec les autres étrangers. Mais, comme l’interprétation erronée de notre histoire nous a inculqué de fausses images des Coréens, présentés comme des victimes de l’impérialisme japonais, il existe un consensus implicite pour traiter ces Coréens du Japon de façon privilégiée […]. Notre collectif a ainsi pour objectif de sortir de cette situation actuelle anormale, en corrigeant les problèmes de reconnaissance de l’Histoire et en informant les citoyens japonais des privilèges dont bénéficient les Coréens, afin de faire comprendre que nous n’avons pas à leur présenter d’excuses ni à les traiter de façon privilégiée13. »

14Les ennemis de la Zaitoku-kai sont donc avant tout les Coréens installés au Japon depuis trois ou quatre générations, souvent descendants des Coréens amenés dans le pays comme force de travail pendant la colonisation japonaise et qui, selon eux, abusent du Japon en bénéficiant de privilèges infondés. Il importe évidemment de savoir quels sont exactement ces « privilèges » dont sont censés bénéficier les Zainichi. Comme l'indique l’extrait cité ci-avant, il s'agit tout d'abord du titre de « résident permanent spécial » : avant 1989, les Coréens du Japon étaient obligés de renouveler leur titre de séjour à intervalles réguliers, comme des étrangers fraîchement installés, même s’ils étaient nés et vivaient dans le pays depuis trois générations. C’est pour corriger cette mesure absurde que ce titre de séjour a été créé. La Zaitoku-kai attaque également le système du « nom d’usage » – pour se protéger contre la discrimination par le patronyme d'origine étrangère, les Coréens du Japon sont autorisés à utiliser un nom d’usage à consonance japonaise –, ainsi que la subvention pour les écoles ethniques. Comme on le voit, ce que les militants de la Zaitoku-kai appellent les « privilèges » des étrangers sont en réalité des mesures contre les discriminations.

15La colère de ces militants n’est donc pas dirigée contre tout le monde. Les « étrangers privilégiés », comme ils les appellent, ne sont ni les militaires américains ni les expatriés fortunés, bénéficiant effectivement de certains privilèges économiques ou juridiques, mais les Coréens installés au Japon de longue date, donc plus intégrés dans la société, et d’une certaine manière plus proches. On a là un élément important, et peut-être une nouveauté dans le champ des études sur le racisme que je nomme « le racisme de proximité ».

  • 14 Sur ce thème, voir notamment le travail de Kyung-Sik Suh, « Ne déshonorez pas ma mère » (traduit d (...)

16Enfin, le quatrième et dernier trait est d’ordre historique. L'évocation récurrente du « mensonge des femmes de réconfort14 ». Il s’agit ici de l'euphémisme employé au Japon à propos des victimes, souvent mineures, du système d'esclavage sexuel de masse organisé à travers l'Asie par et pour l'armée impériale japonaise, en particulier durant la Seconde Guerre mondiale. C’est un des leitmotivs du mouvement et ses membres s’attaquent régulièrement à la « falsification de l’Histoire » par les Coréens, et plus particulièrement à l’existence de ces femmes.

  • 15 Gendai-Nadeshiko-Kurabu, groupe féminin au sein de ce mouvement raciste, a lancé une pétition contr (...)

17La France est d'ailleurs devenue la cible de ces extrémistes du Net, depuis le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême de février 2014, où fut organisée une exposition d'auteurs coréens consacrée à la prostitution forcée de Coréennes pendant la Seconde Guerre mondiale15. Selon la Zaitoku-kai, les Coréens se victimisent en inventant une vision fallacieuse de l'Histoire, pour obliger les Japonais à leur concéder des privilèges.

Nécessité de la construction des « études mondiales » sur le racisme

18En quoi les caractéristiques que nous venons brièvement de décrire sont-elles différentes de celles des mouvements racistes européens ? Les recherches effectuées au cours des dernières années sur cette question au Japon ont plutôt tendance à souligner comment le racisme japonais diffère du racisme européen. Plusieurs auteurs cherchent à isoler une spécificité japonaise liée à son histoire conflictuelle avec les pays voisins (celle de la colonisation japonaise, notamment les controverses liées aux victimes de l’esclavage sexuel) tout en caractérisant le racisme européen comme une conséquence de l’augmentation des résidents étrangers et de la concurrence accrue sur le marché du travail. C'est cette spécificité japonaise qui expliquerait l’existence d’un racisme au Japon, pays où la proportion des étrangers est pourtant beaucoup plus faible que dans les pays européens (moins de 2 % de la population totale).

  • 16 Voir notamment les contributions de Nacira Guénif-Souilamas, Benjamin Stora, Françoise Vergès et M (...)

19Pour abonder dans ce sens, on sait par exemple que Jean-Marie Le Pen et ses sympathisants ne cessaient de répéter, depuis les années 1980, que les étrangers « venaient prendre le travail des Français », alors que les militants racistes japonais mettent quant à eux en avant « le mensonge des femmes de réconfort » : explication contemporaine d’un côté (concurrence sur le marché du travail entre Français et immigrés), causalité historique de l’autre (le contentieux colonial entre le Japon et la Corée). Pourtant, il n’en reste pas moins que, comme l’a montré Michel Wieviorka, les formes d’expression raciste ont considérablement évolué depuis quelques années, et qu’on ne peut continuer à percevoir aujourd’hui le « racisme européen » uniquement selon la thèse de la concurrence sur le marché du travail, modèle du FN des années 1980 : on sait notamment combien les discours de Marine Le Pen se distancient de ceux que tenait son père, et cette différenciation est même désormais une stratégie centrale au sein du mouvement frontiste. De plus, il est utile de rappeler que la dimension historique nourrit également les mouvements racistes en France, avec la mémoire de la colonisation et notamment de la guerre d’Algérie, mais aussi celle de l’esclavage16. Tous ces arguments nous conduisent à affirmer que la dimension historique n’est pas spécifique au cas japonais.

20Pour éviter de tomber dans le piège de ce que je nomme le « nationalisme épistémologique » – j’entends par là une attitude qui consiste à croire que ce qui se passe chez soi est unique et spécifique –, il me semble essentiel de placer le cadre de réflexion ailleurs qu’au seul niveau national, en l’occurrence japonais. À l’époque où la xénophobie et le racisme s’observent sur toute la planète, les activités des mouvements racistes ne se limitent plus aux cadres nationaux, mais au contraire se développent dans des réseaux mondiaux : on peut citer comme exemple l’organisation de la « première conférence internationale des nationaux, des patriotes, des défenseurs des identités » qui s’est déroulée entre le 12 et le 15 août 2010 au Japon, à l’initiative d’un autre groupe d’extrême droite, Issuikai, et à laquelle ont participé vingt députés européens d’extrême droite dont Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch. Ce n'est d’ailleurs pas la première fois que des extrémistes de droite français prennent appui sur ou font référence à une certaine image du Japon. Bruno Gollnisch, diplômé de japonais, professeur de langue et civilisation japonaises à l’université Lyon III et marié à une Japonaise, en est un exemple éloquent, et Jean-Marie Le Pen lui-même a fait plusieurs fois appel au Japon pour défendre ses idées.

21Dans ce contexte, il m'apparaît comme un impératif théorique essentiel pour les chercheurs en sociologie, comme en d'autres domaines, de sortir du « nationalisme méthodologique » pour une « approche transversale », tout en tenant compte bien sûr de la subjectivité des acteurs et de leurs orientations culturelles. Si une telle tâche reste loin d’être facile à réaliser, la diversité extraordinaire des origines géographiques des participants à ce colloque nous fournit une excellente chance et une arme pour tenter de construire ce qui pourrait constituer l'ébauche d'une nouvelle discipline, précieuse autant que difficile : les études mondiales sur le racisme.

Bibliographie

Blanchard Pascal (dir.), La fracture coloniale. La société française au prisme de l'héritage colonial, Paris, La Découverte, 2006.

Higuchi Naoto, Nihon ban haigai shugi [La xénophobie à la japonaise], Nagoya, Presses universitaires de Nagoya, 2014.

Kim Myung-soo, « Les caractéristiques de la xénophobie au Japon », Hommes & Migrations, no 1302, juillet-septembre 2013, « Le Japon, pays d'immigration ? ». Mis à jour le : 26 août2013, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/le-japon-pays-d-immigration/7144-les-caracteristiques-de-la-xenophobie-au-japon.

Kitahara Minori et Sooni Park, Okusama wa Aikoku [Madame la Patriote], Tokyo, Kawade Shobo Shinsha, 2014

Mori Chikako, « State of invisibility: Zainichi Korean in the light of North Africans in France », Academia Humanities, vol. 86, n1, 2008, p. 285-290.

Mori Chikako, « L’archipel invisible. L’écriture dans les “cultures de banlieue” », Hommes & Migrations, no 1297, avril-juin 2012, p. 68-79.

Mori Chikako, « Esquisse d’une sociologie des banlieues au Japon », Hommes & Migrations, no 1302, juillet-septembre 2013, p. 45-56.

Sanami Yuko, Joshi to Aikoku [Les filles et le patriotisme], Tokyo, Shodensha, 2013.

Suh Kyung-Sik, « Ne déshonorez pas ma mère », Dédale, no 9-10, 1999, p. 261-281.

Sunstein Cass R., Republic.com, Princeton University Press, 2002.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Laffont, 2008.

Wieviorka Michel, Racisme, une introduction, Paris, La Découverte, 1998 (traduit en japonais par Chikako Mori, Reishizumu no henbô, Tokyo, Akashi-shoten, 2007).

Wieviorka Michel, La différence, Paris, les Éditions Balland, 2001 (traduit en japonais par T. Miyajima et C. Mori, Sai : aidentiti to bunkano seijigaku, Tokyo, Hôsei daigaku shuppankyoku, 2001).

Yasuda Koichi, Netto to Aikoku. Zaitoku-kai no Yami wo Oikakeru, Tokyo, Kodansha, 2012.

Notes

1 Voir leur site : http://www.zaitokukai.info/.

2 Koichi Yasuda, Netto to Aikoku. Zaitoku-kai no Yami wo Oikakeru, Tokyo, Kodansha, 2012.

3 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, notamment le chapitre 4 « Après les nouveaux mouvements sociaux ».

4 Nos données ont été collectées selon trois méthodes différentes. Tout d’abord, l’observation de terrain lors des manifestations racistes hebdomadaires dans les quartiers coréens du centre de Tokyo, mais aussi lors d’occasions spéciales comme celle organisée pour la journée commémorative de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Nous avons aussi mené des entretiens semi-directifs et approfondis (in-depth interviews) avec les militants. Ces entretiens ont été effectués dans le cadre d’un travail avec les étudiants de mon séminaire consacré aux mouvements xénophobes au Japon à Hitotsubashi University. Enfin, nous avons procédé à l’analyse des travaux théoriques et empiriques concernés.

5 15 174 adhérents (vérifié le 7 novembre 2014).

6 On peut également visionner des images filmées de cette manifestation sur Internet (http://www.youtube.com/watch?v=xvKJDrN9-mI).

7 Depuis 2014, grâce à la médiatisation de ce mouvement raciste et à la mobilisation antiraciste qu’on appelle communément Counter (le mouvement « contre », composé de personnes de milieux sociaux et de tendances politiques très variés), les manifestations ne se déroulent plus tellement dans ce quartier emblématique. Mais elles continuent de s’organiser dans d’autres comme à Kawasaki, un des pôles de l’agglomération tokoïte, où le taux de population étrangère est assez élevé.

8 Voir par exemple Naoto Higuchi, La xénophobie à la japonaise, Nagoya, Presses universitaires de Nagoya, 2014.

9 Pour la présence de jeunes femmes militantes au sein de ce mouvement, on peut voir la vidéo d’une action à Kobe en février 2013 (http://www.youtube.com/watch?v=NH-2NoNpSjg), dans laquelle on peut observer notamment une jeune femme en apparence « normale » ou une collégienne qui prennent le micro pour prononcer des discours de haine contre les Coréens. Sur la place des femmes dans les mouvements xénophobes au Japon, voir Minori Kitahara et Park Sooni, Okusama wa Aikoku [Madame la Patriote)], Tokyo, Kawade Shobo Shinsha, 2014 ; et Yuko Sanami, Joshi to Aikoku [Les filles et le patriotisme)], Tokyo, Shodensha, 2013.

10 Koichi Yasuda, Netto to Aikoku, op. cit. et Naoto Higuchi, La xénophobie à la japonaise, op. cit.

11 Sur ce point, voir Cass R. Sunstein, Republic.com, Princeton University Press, 2002.

12 À propos des Zainichi coréens et de leur histoire, voir Mori Chikako, « State of invisibility: Zainichi Korean in the light of North Africans in France », Academia Humanities, vol. 86, no 1, 2008, p. 285-290 ; et Myung-soo Kim, « Les caractéristiques de la xénophobie au Japon », Hommes et Migrations, no 1302, juillet-septembre 2013 : Le Japon, pays d'immigration ? Mis à jour le : 26 août 2013, http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/le-japon-pays-d-immigration/7144-les-caracteristiques-de-la-xenophobie-au-japon.

13 Discours prononcé le 9 juin 2007 par Makoto Sakurai à la tête du mouvement, intégralement publié et toujours consultable sur leur site, http://www.zaitokukai.info/, consulté le 12 mars 2015.

14 Sur ce thème, voir notamment le travail de Kyung-Sik Suh, « Ne déshonorez pas ma mère » (traduit du japonais par Keisuke Kikuchi), Dédale, n9-10, 1999, p. 261-281.

15 Gendai-Nadeshiko-Kurabu, groupe féminin au sein de ce mouvement raciste, a lancé une pétition contre la participation du Festival d’Angoulême à la « campagne anti-japonaise ».

16 Voir notamment les contributions de Nacira Guénif-Souilamas, Benjamin Stora, Françoise Vergès et Michel Wieviorka dans Pascal Blanchard (dir.), La fracture coloniale. La société française au prisme de l'héritage colonial, Paris, La Découverte, 2006.

Auteur

Docteur en sociologie de l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), maître de conférences à l’université Hitotsubashi de Tokyo (Japon). Responsable scientifique du Centre des recherches sur le genre et les sciences sociales (CGraSS). Elle a publié « L’archipel invisible. L’écriture dans les “cultures de banlieue” », Hommes et migrations, no 1297, 2012 ; (éd.), « Le Japon, pays d’immigration », Hommes et Migrations, no 1302, 2013 ; Paradoxes of Migration Policies in Advanced Societies (en japonais), Keiso Shobo, 2014 ; New Phase of Social Exclusion and Urban Segregation of Youth and Ethnic Minorities In Japan and France (en japonais), Tokyo University Press, 2015.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540