Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 3. Faire face au racisme et à la violence

Chapitre 12. Le mouvement de CasaPound : la nouvelle droite radicale en Italie

Emanuele Toscano

Texte intégral

La crise du modèle néolibéral : le berceau de la nouvelle droite radicale

1La première décennie du nouveau millénaire a été le théâtre de la montée des mouvements d’extrême droite souvent ouvertement inspirés par la tradition du fascisme. Ils furent nourris par le contexte social et culturel engendré par la crise financière de 2008 et, plus généralement, par la crise du modèle économique néolibéral. L'insuffisance de ce modèle est largement attestée par trois facteurs :

  1. un facteur d’ordre social, représenté par les coûts élevés qui écrasent une partie de plus en plus importante de la population de nombreux pays européens. Ces coûts sont empiriquement représentés par la vulnérabilité de l'occupation, par les contractions des investissements dans les politiques sociales nationales et par l'incertitude des parcours d’affirmation individuelle1 ;
  2. un facteur d’ordre culturel, lié à la crise du système des valeurs du modèle néolibéral, ce dernier étant basé sur la dissolution de l'esprit communautaire et sur une déclinaison irresponsable de l'individualisme qui se révèle sous son pire aspect égoïste ;
  3. un facteur d’ordre politique, le manque de fiabilité de la classe dirigeante qui perpétue sur le marché le processus décisionnel au nom de la devise thatchérienne TINA – There is no alternative – et érode de plus en plus la souveraineté populaire.
  • 2 Piero Ignazi, Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford, OxfordUniversity Press, 2006.
  • 3 Pour une analyse du phénomène de l’extrême droite dans différents contextes en dehors de l’Europe, (...)

2La combinaison de ces facteurs, auxquels on doit ajouter un recul progressif des partis et des institutions traditionnellement à gauche sur les questions plus populaires, a permis à une pensée néopopuliste et conservatrice de se répandre et de renforcer sa propre crédibilité. Même si cette orientation a pris différentes formes et positions selon les contextes nationaux, telles que décrites par Piero Ignazi2, l'affirmation de la pensée néopopuliste en Europe a offert de nombreux succès électoraux aux partis de l'aile conservatrice et de droite et a nourri les mouvements de la nouvelle droite radicale3. Ces derniers étaient désormais en mesure d’apporter des réponses aux sentiments d'incertitude, de perte et de difficultés nés de la crise du modèle néolibéral.

  • 4 Cf. Daniele Di Nunzio et Emanuele Toscano, Dentro e fuori CasaPound. Capire il fascismo del terzo (...)

3Dans cet article, nous présentons les nouveaux mouvements radicaux de droite, l'analyse de leurs particularités à partir d'une recherche réalisée au cours des dernières années en Italie sur le mouvement CasaPound4.

La nouvelle droite radicale en Italie

4CasaPound est un mouvement culturel et politique avec une référence directe au fascisme, et qui, dans les années qui ont suivi sa fondation à Rome en 2003, s’est propagé dans toute l'Italie. CasaPound recherche une alternative aux processus de mondialisation, à la logique dominante du marché et de la consommation, en affirmant une éthique de la souveraineté populaire. Ce mouvement naît « officiellement » le 27 décembre 2003 lors de l'occupation d'un bâtiment appartenant au Conseil régional du Latium, dans l’Esquilin, un quartier multiethnique de Rome. Cette occupation est accompagnée d'une demande précise, affichée sur les bannières aussitôt exposées par les occupants : « Le loyer c’est de l'usure. » L’objectif de l’occupation est de trouver un hébergement à vingt familles italiennes et de revendiquer l’importance du droit à la propriété immobilière tout en condamnant la politique du logement du conseil municipal de la ville de Rome.

  • 5 Sur le site de CasaPound Italie : « La tortue, symbole par excellence de longévité, est par là mêm (...)
  • 6 Ezra Pound (1885-1972), poète et essayiste américain, fut un défenseur convaincu de Benito Mussoli (...)

5Le nom CasaPound et son symbole – une tortue stylisée5 – synthétisent les revendications fondamentales du mouvement : le droit au logement (la tortue est l'animal qui porte littéralement sa « maison » toujours avec soi) et la lutte contre l'usure, représentée par les coûts insoutenables des loyers à Rome et par les spéculations des grands groupes immobiliers. Ces positions sont inspirées des réflexions du poète américain Ezra Pound6.

6Aujourd'hui CasaPound est présent dans de nombreuses villes et bourgs de l'Italie tout entière. Il dispose d'un large réseau de pubs, de bars, de librairies, un magazine mensuel, des associations sportives et une web radio – Radio Drapeau noir. Dans la ville de Rome, outre les espaces occupés à des fins de logement, les activistes de CasaPound ont squatté d’une part une station abandonnée du métro, Area19, où ils organisent régulièrement des concerts, des événements culturels et de grandes assemblées et, d’autre part, le Circolo Futurista où ont lieu des représentations de théâtre et des expositions culturelles et artistiques.

  • 7 Piero Ignazi, L’estrema destra in Europa. Da Le Pen a Haider, Bologne, Il Mulino, 1994.
  • 8 Piero Ignazi, op. cit., 2006.

7Compte tenu du grand nombre d'analyses des formes qu’a pu prendre en Europe l'extrême droite, nous nous référerons ici à la classification proposée par Piero Ignazi7, qui établit une distinction entre les catégories de nouvelle droite et d'extrême droite. La première, inspirée par les idées d’Alain de Benoist, émerge à la fin des années 1970 et 1980. Elle est surtout caractérisée par une dimension intellectuelle, dans laquelle l'approche « métapolitique » est fortement accentuée, et a pour but de redéfinir la frontière traditionnelle et antinomique entre la droite et la gauche. Les traits particuliers de la nouvelle droite qui, comme le souligne Piero Ignazi8, se déclinent différemment selon les pays européens, peuvent être résumés en trois principes : a) la critique du libéralisme et de la réduction de toute relation sociale à des logiques du marché ; b) l’opposition à l’occidentalisation et à l’américanisation du monde qui, selon la nouvelle droite, pourrait conduire à l’uniformisation des différentes communautés ; c) le rejet de l’égalitarisme considéré comme une conséquence de la combinaison de l'individualisme libéral avec la notion de société de masse, en soulignant en revanche une exaltation positive des différences.

8Cette orientation de la nouvelle droite caractérisée, dans les dernières décennies, par une forte discontinuité avec la droite militante de rue plus extrême, trouve dans CasaPound un point de rencontre avec ses composantes plus radicales et violentes. Le discours « métapolitique », l'attention aux questions plus culturelles et intellectuelles, le rejet de la dichotomie droite-gauche sont combinés avec une dimension néofasciste dans laquelle la confrontation et le culte du corps sont fortement renforcés. En ce sens, l'orientation de CasaPound présente une combinaison originale des positions particulières de la nouvelle droite avec des approches nationalistes et révisionnistes inspirées par la première période du fascisme historique.

Le fascisme et les corps

9Bien que solidement inscrit à l’intérieur de la mouvance contre-culturelle de la jeunesse de droite radicale, le mouvement CasaPound est parvenu à réactualiser son langage et ses codes culturels. La musique surtout a toujours joué un rôle central dans son action. Avec ZetaZeroAlfa (le groupe musical le plus important fondé par Gianluca Iannone, le leader du mouvement) et les groupes de musique en lien plus ou moins direct avec le mouvement, les codes d’expression et de style propres à la droite radicale sont remis en question, voire, dans certains cas, carrément abandonnés : de l’iconographie propre à la droite radicale – la croix celtique est abandonnée au profit de la tortue stylisée – au style musical ou encore à l’utilisation de l’ironie dans la construction des messages.

  • 9 Dick Hebdige, Subculture: The Meaning of Style, Londres, Routledge, 1979.
  • 10 Le terme est composé du mot cinghia, la ceinture, et de mattanza, désignant l’étape finale de la p (...)

10On retrouve également les codes stylistiques contre-culturels créés par CasaPound et les ZetaZeroAlfa dans certaines formes de danse, moyen d’implication et d’agrégation propre au rock et à la culture de masse. Comme le soutient Dick Hebdige9, le pogo des punks anglais vouait aux gémonies les formes du rock, de même, le « jeu de massacre à la ceinture » (cinghiamattanza10) exacerbe et représente à travers la danse, pour les militants de CasaPound, certains des aspects fondamentaux de l’existence : la vitalité, le jeu ou le combat, opposés à un modèle culturel dominant qui réduit le corps à un objet-marchandise. Le cinghiamattanza est « un moment de réappropriation de la corporéité dans un monde qui a un rapport complexé, paranoïaque, décadent ».

  • 11 Stéphanie Dechezelles, « Boia chi molla ! Les nouvelles générations néofascistes italiennes face à (...)

11Le rapport au corps, dans sa corporéité et dans l’affrontement physique, y compris violent, est selon Dechezelles11 un des traits distinctifs de l’imaginaire culturel de la droite italienne (pas nécessairement radicale) et, sur ce point, CasaPound ne s’en distingue pas. La cinghiamattanza révèle en effet une fascination pour une esthétique du corps guerrier « torturé », du héros sortant de l’arène blessé mais debout après l’affrontement, comme en témoigne d’ailleurs le texte de la chanson : « Un : j’enlève ma ceinture ! Deux : la danse commence ; trois : je choisis bien ma cible ; quatre : cinghiamattanza ! Ce cuir brandi en l'air ouvre la danse. Seule la caste des guerriers pratique cinghiamattanza ! »

  • 12 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 21.
  • 13 David Le Breton, 2004, Passions du risque, Paris, Métailié.
  • 14 Anastasia Medaini, Les Fabriques du corps, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007, p. 14

12Plus généralement, le thème de l’affirmation de la subjectivité individuelle et sa relation à la dimension corporelle est abordé par le sociologue Michel Wieviorka dans son essai Critique du sujet. Il y soutient que ceux qui s’intéressent au corps (ou à leur corps), à travers la danse, le sport, les expressions corporelles, la pratique du tatouage, acquièrent la conscience qu’il n’est plus possible de séparer « le corps de l’esprit, la nature de l’âme »12. À partir des travaux auxquels Michel Wieviorka fait référence, on comprend que mettre en question le soi dans le processus d’affirmation de sa subjectivité individuelle implique, dans le même temps, l’exposition du soi corporel à certains risques. Cela n’est possible qu’à condition d’être convaincu que le travail sur soi et sur ses limites concerne aussi la dimension de sa corporéité13. Par ailleurs, pour reprendre encore le débat reconstruit par Michel Wieviorka, le corps peut être considéré comme « le lieu du soi agent »14 en devenant partie intégrante de l’expérience subjective d’affirmation individuelle. C’est en ce sens que l’on peut interpréter les messages politiques « endossés » par les militants de CasaPound sur leurs t-shirts, tout comme le tatouage de la tortue stylisée, symbole du mouvement, ou encore l’implication extrême de la corporéité dans la pratique de la cinghiamattanza.

La question de la violence

13La violence est un problème que les membres de CasaPound tentent beaucoup de conceptualiser. Dans les entretiens réalisés, la violence est décrite comme « une résistance physique extrême contre une attaque physique extrême » et elle est souvent justifiée par des motivations d’ordre politique, juridique et moral. Politiquement parlant, la justification repose sur le droit du mouvement d’exprimer ses propres idées et d'éviter la répression ; légalement, la violence trouve son fondement dans le droit des individus à préserver leur intégrité physique et à se défendre ; et moralement, dans l'importance d'affirmer une idée, même si cela signifie risquer sa sécurité personnelle. La violence comme moyen de défense est considérée par les membres de CasaPound, non seulement comme un élément d'autodétermination, mais aussi comme une affirmation de leur espace collectif et des valeurs communes qu'ils partagent, à savoir l'« honneur » et le « courage ».

  • 15 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004, p. 288-303.

14Michel Wieviorka identifie cinq types de relation à la violence15 qui peuvent contribuer à mieux comprendre le sens des actions des membres du mouvement de CasaPound. Selon lui, dans certaines expériences, la violence est avant tout une perte de sens, comme si un ensemble pré-existant de sens se dissolvait alors qu’un nouveau était encore flou. Dans ce genre de situation, le « sujet fluctuant » ne peut pas, ou plus, devenir un sujet. Lorsque la violence est l'obéissance et la soumission à l'autorité, l'action est définie par la passivité et l'indifférence. C’est le cas de la désubjectivation du « non-sujet ».

15Dans d'autres expériences, la violence n’a pas d’autre sens que le plaisir qu'elle procure. Elle ne peut alors être comprise qu’en référence à elle-même. C’est le cas de l’« anti-sujet ». Celui-ci se déplace de la cruauté au sadisme, la violence étant une fin en soi. Le concept d'anti-sujet ne doit pas être confondu avec une autre dimension du sujet, pour laquelle la violence est une question d'autopréservation de la personne et se produit lorsque l’individu est dans une situation de danger grave. On la définit alors comme « violence fondamentale ».

16Enfin, dans certains cas, la nécessité d'être acteurs de leur propre vie conduit les individus à interpréter fortement le concept de violence en lui donnant un excès de sens et, finalement, une plus grande légitimité. C’est le cas de l’« hyper-sujet ».

17Les activistes de CasaPound donnent une forte signification à la notion de violence. Ils la justifient par des motivations politiques, juridiques et morales, et non pas seulement comme une exaltation de l'action personnelle et de la camaraderie. Les activistes de CasaPound attachent une importance fondamentale à leur violence en la considérant comme inévitable. Beaucoup de personnes interrogées pendant la recherche ont donné à la notion de violence une multiplicité de significations, fixant symboliquement à travers elle un ensemble de valeurs positives. Pour cette raison, dans notre interprétation, l'expérience des activistes de CasaPound autour de la violence est classée dans la figure de l’hyper-sujet.

Le choix de l’extrême droite : une réflexion autoethnographique

18Mon intérêt pour l'extrême droite est motivé par l’envie de mieux comprendre ce phénomène : pourquoi s’est-elle imposée dans le débat médiatique ? Comment attire-t-elle autant de jeunes (et pas seulement des garçons) ? Et comment a-t-elle pu s’installer dans des contextes géographiques, sociaux et culturels si différenciés, des banlieues aux quartiers de la classe moyenne, dans les grandes villes comme dans les petits villages?

19Mais cette étude de CasaPound et des mouvements d'extrême droite nous a exposés aux critiques et à l'incompréhension des amis et des collègues qui nous ont fortement découragés, Daniele Di Nunzio et moi-même, de réaliser cette recherche.

  • 16 William H. Whyte, Street Corner Society. The social dimension of an Italian Slum, Chicago, Univers (...)

20La recherche ethnographique, avec sa complexité et ses incertitudes, est fascinante et effrayante à la fois, et ce, pour les mêmes raisons : parce qu'elle oblige le chercheur à enquêter sur l'inconnu, le conduit vers des champs inexplorés, et l'oblige à se mettre en question lui-même, à interroger ses croyances, ses valeurs. Les dilemmes analysés par William Whyte dans sa célèbre étude sur les ghettos italiens à Chicago16, sa réflexion sur le rôle du chercheur et la force de ses convictions éthiques et morales (quand il se trouve dans la situation concrète d’être potentiellement l’acteur d’une fraude électorale pour l’élection du sénateur Revello) peuvent se retrouver, sous différentes formes et dynamiques, dans presque toutes les recherches ethnographiques.

21Pour réaliser cette recherche, mon collègue Daniele et moi-même avons dû faire un long chemin saturé d'obstacles d'abord au sein de notre conscience de chercheurs. Aborder un objet d'étude épineux – comme l’est perçu CasaPound – nous a obligés, de manière cruciale, à nous délivrer de tous les préjugés éthiques que toute personne imprégnée des valeurs démocratiques et socialistes, comme nous le sommes, éprouve vis-à-vis de ceux qui se déclarent ouvertement et fièrement fascistes.

  • 17 Robert Emerson et Melvin Pollner, « On the use of member’s responses to researchers’ account », Hu (...)
  • 18 Michel Wieviorka, « Sociology’s interventions: engaging the media and politics while remaining a s (...)

22Cette étude n’a évidemment aucune intention apologétique, pas plus qu’aucune recherche scientifique ne doit en avoir avec son objet de recherche. Mais sa réalisation n’a été possible que parce que nous avons instauré une relation de confiance mutuelle avec l’objet de notre étude. Une relation fondée sur des bases solides d'authenticité, des relations pragmatiques s’appuyant sur un travail analytique qui doit se libérer, parfois au prix de gros efforts, des préjugés idéologiques qui pourraient altérer sa construction et sa réalisation. La recherche s’est construite à travers une rétroaction constante avec des personnes engagées dans le travail de terrain afin d'exploiter ce qui, dans la littérature, est connu sous le nom de « member validation »17. Mais la sociologie doit aussi exercer un rôle dans la lutte contre l'idéologie et contribuer à l’émancipation à la fois du chercheur et de son objet de recherche18.

Bibliographie

Dechezelles Stéphanie, « Boia chi molla! Les nouvelles générations néofascistes italiennes face à l’(in)action violente », Cultures & Conflits, n° 81-82, 2011, p. 101-123.

Di Nunzio, Daniele et Toscano Emanuele, Dentro e fuori CasaPound. Capire il fascismo del terzo millennio, Rome, Armando Editore, 2011.

Di Nunzio Daniele et Toscano Emanuele, « Taking everything back: CasaPound, a Far Right Movement in Italy », in Farro, Antimo L., Lustiger Thaler, Henri (eds), Reimagining Social Movement. From Collectives to Individuals, Londres, Ashgate, 2014, p. 252-262.

Emerson Robert et Pollner Melvin, « On the use of member’s responses to researchers’ account », Human Organisation, no 47, 1988, p. 189-198.

Hebdige Dick, Subculture: The Meaning of Style, Londres, Routledge, 1979.

Ignazi Piero, L’estrema destra in Europa. Da Le Pen a Haider, Bologne, Il Mulino, 1994.

Ignazi Piero, Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Le Breton David, Passions du risque, Paris, Métailié, 2004 [1991].

Medaini Anastasia, Les Fabriques du corps, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007.

Standing Guy, The Precariat. The new dangerous class, Londres, Bloomsbury, 2011.

Wieviorka Michel, L'espace du racisme, Paris, Seuil, 1991.

Wieviorka Michel, Le racisme : une introduction, Paris, La Découverte, 1998.

Wieviorka Michel, La violence, Paris, Balland, 2004.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008.

Wieviorka Michel, Evil, Cambridge, Polity, 2012.

Wieviorka Michel, « Sociology’s interventions: engaging the media and politics while remaining a social scientist », Current Sociology, vol. 62, no 2, 2014, p. 243-252.

Whyte William H., Street Corner Society. The social dimension of an Italian Slum, Chicago, University of Chicago Press, 1955.

Notes

1 Guy Standing, The Precariat. The new dangerous class, Londres, Bloomsbury, 2011.

2 Piero Ignazi, Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford, OxfordUniversity Press, 2006.

3 Pour une analyse du phénomène de l’extrême droite dans différents contextes en dehors de l’Europe, voir le texte de Chikako Mori sur le Japon dans le chapitre 13.

4 Cf. Daniele Di Nunzio et Emanuele Toscano, Dentro e fuori CasaPound. Capire il fascismo del terzo millennio, Rome, Armando Editore, 2011 ; et, en anglais, Daniele Di Nunzio et Emanuele Toscano, « Taking everything back: CasaPound, a Far Right Movement in Italy », in Farro, Antimo L., Lustiger Thaler, Henri (eds), Reimagining Social Movement. From Collectives to Individuals, Londres, Ashgate, 2014, p. 252-262.

5 Sur le site de CasaPound Italie : « La tortue, symbole par excellence de longévité, est par là même un animal de bon augure. La tortue est l’un des rares êtres vivants qui a la chance de porter sa maison avec soi, il est donc à nos yeux celui qui représente le mieux notre combat principal, à savoir le droit à la propriété et la sécurité sociale. La tortue est, dans la culture orientale, l’animal qui porte sur son dos la connaissance du monde, c’est pourquoi elle est de bon augure pour une communauté qui veut identifier ses propres racines dans la culture » (http://www.casapounditalia.org/p/il-simbolo.html).

6 Ezra Pound (1885-1972), poète et essayiste américain, fut un défenseur convaincu de Benito Mussolini et du fascisme de la République sociale. Ses positions ont été reprises par la droite radicale italienne, notamment ses écrits et ses poèmes contre l’usure (en particulier le Cantos XVL) comme origine des guerres modernes, et contre le capitalisme et l’hégémonie américaine sur les plans politique, économique et culturel.

7 Piero Ignazi, L’estrema destra in Europa. Da Le Pen a Haider, Bologne, Il Mulino, 1994.

8 Piero Ignazi, op. cit., 2006.

9 Dick Hebdige, Subculture: The Meaning of Style, Londres, Routledge, 1979.

10 Le terme est composé du mot cinghia, la ceinture, et de mattanza, désignant l’étape finale de la pêche au thon en Sicile, au cours de laquelle les poissons pris au piège sont massacrés au harpon. [n.d.t.] Le terme fait référence au titre de la chanson homonyme des ZetaZeroAlfa, dans l’album « La ballade du Stockfish » (La ballata dello Stoccafisso), 2007, Rupe Tarpea/Perimetro. Pendant l’exécution du morceau, les gens enlèvent leur ceinture et – tout en respectant un code de comportement non écrit mais formalisé au fil du temps – la brandissent les uns contre les autres et se frappent mutuellement. Le terme mattanza (emprunté au vocabulaire de la pêche au thon dans les thonaires des environs de la ville sicilienne de Trapani) prend dans le langage ordinaire un sens figuré pour indiquer un affrontement physique violent et sanglant, avec un grand nombre de victimes. On trouve sur YouTube une vidéo officielle de la cinghiamattanza : http://youtu.be/CEYliFw8lEw.

11 Stéphanie Dechezelles, « Boia chi molla ! Les nouvelles générations néofascistes italiennes face à l’(in)action violente », Cultures & Conflits, n° 81-82, 2011, p. 101-123.

12 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 21.

13 David Le Breton, 2004, Passions du risque, Paris, Métailié.

14 Anastasia Medaini, Les Fabriques du corps, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007, p. 14.

15 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004, p. 288-303.

16 William H. Whyte, Street Corner Society. The social dimension of an Italian Slum, Chicago, University of Chicago Press, 1955.

17 Robert Emerson et Melvin Pollner, « On the use of member’s responses to researchers’ account », Human Organisation, no 47, 1988, p. 189-198.

18 Michel Wieviorka, « Sociology’s interventions: engaging the media and politics while remaining a social scientist », Current Sociology, vol. 62, no 2, 2014, p. 243-252.

Auteur

Emanuele Toscano est chercheur à l’université G. Marconi à Rome, et membre associé au Cadis-ÉHÉSS à Paris. Ses sujets de recherche sont la subjectivité, les mouvements sociaux, le populisme, l’extrémisme de droite et le processus de précarisation du travail. Ses dernières publications : Di Nunzio D. et Toscano E., « Taking everything back : CasaPound, a Far Right Movement in Italy », in Farro A.L., Lustiger Thaler H. (dir.), Reimagining Social Movement. From Collectives to Individuals, Londres, Ashgate, 2014.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable