Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 2. Du conflit local aux enjeux globaux

Chapitre 11. Entre localisme et universalisme : le Maidan ukrainien en 2013

Anton Oleinik

Texte intégral

  • 1 Alain Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992, p. 273.
  • 2 Alexis Berelowitch et Michel Wieviorka, Les Russes d’en bas. Enquête sur la Russie post-communiste(...)

1L’Ukraine ne suscite traditionnellement pas une attention particulière parmi les chercheurs et les journalistes internationaux. Deux raisons laissent croire que les développements récents dans ce pays peuvent intéresser ceux qui étudient les mouvements sociaux. Premièrement, les protestations de masse de 2013-2014 donnent un exemple de contestation réussie de l’ordre établi. « Le sujet n’existe que comme mouvement social, comme contestation de la logique de l’ordre, que celle-ci prenne une forme utilitariste ou soit simplement la recherche de l’intégration sociale1. » De manière similaire à la Russie, pays ayant l’objet d’études plus approfondies, l’ordre établi en Ukraine se fonde sur un mélange étrange d’utilitarisme et de pouvoir autoritaire intégriste2. L’étude proposée ici s’inscrit donc dans la tradition des analyses de la contestation de l’ordre établi, si forte dans la théorie des mouvements sociaux développée par Alain Touraine et Michel Wieviorka.

  • 3 Geoffrey Pleyers, « Présentation. Des mouvements Facebook aux mouvements des places. Réseaux socia (...)
  • 4 Voir par exemple, Alain Touraine, op. cit. ou du même auteur, Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris (...)
  • 5 Les études des mouvements sociaux, devenues classiques (Alain Touraine, Michel Wieviorka et Franço (...)

2Deuxièmement, le cas ukrainien de la mobilisation de masse met en avant des tensions entre localisme et universalisme qui caractérisent l’évolution récente des mouvements sociaux dans le monde entier3. La sociologie d’Alain Touraine et de Michel Wieviorka considère l’opposition entre le traditionalisme, toujours enraciné localement, et le rationalisme dont la portée est universelle4. Néanmoins, les tensions entre le localisme et l’universalisme, en ce qui concerne les modalités d’action collective, n’ont pas suscité une attention majeure de la part des sociologues5. La discussion des concepts trouvant leur origine dans l’approche rationaliste rend ces tensions plus visibles. Cet essai porte sur l’oscillation des manifestants ukrainiens entre le localisme, y compris le nationalisme, et l’universalisme. Il montre qu’une combinaison unique des éléments locaux et universels a rendu la contestation de l’ordre établi possible en Ukraine.

3Les protestations de masse, qui y ont commencé le 22 novembre 2013, étaient à la fois attendues et inattendues. Elles ont été anticipées parce que la promesse des changements majeurs des leaders de la révolution dite « orange » d'octobre–décembre 2004 ne s’était pas réalisée. La gouvernance de ce pays continue à être non transparente et corrompue, et reste isolée des gens ordinaires. Les protestations les plus récentes n’ont pas commencé à la suite de fraude électorale comme dans les autres pays postsocialistes, notamment en Serbie en 2000, en Géorgie en 2003, en Ukraine en 2004, en Mongolie en 2008, en Moldavie en 2009, au Kirghizstan en 2005 et 2010 et en Russie en 2011. Elles ont continué plusieurs mois sans interruption et ont mené à des confrontations violentes avec la police. Quelques dizaines de personnes ont été tuées parmi les manifestants et les policiers.

4La capacité de résistance exceptionnelle que les protestants ukrainiens ont montrée peut-elle être attribuée au choix de stratégies particulières de protestation ? Cette question guidera la discussion qui suit. Les formes de l’action commune nécessitent un choix de stratégies efficaces, c’est-à-dire menant à des résultats désirables. Dans le contexte des protestations en Ukraine, ce choix a permis de résister au gouvernement corrompu et violent pendant longtemps.

  • 6 Charles Tilly, « Getting It Together in Burgundy, 1675-1975 », Theory and Society, n° 4, 1977, p.  (...)
  • 7 Charles Tilly, « Contentious Repertoires in Great Britain, 1758-1834 », in Mark Traugott, Repertoi (...)

5La sélection des stratégies de protestation a-t-elle un caractère spécifique au pays ou bien universel ? La littérature sur les répertoires d’action collective notamment en France6 et Grande-Bretagne7 n’exclut aucune de ces alternatives et laisse croire, par exemple, que ceux-ci sont spécifiques au pays et à une période particulière.

  • 8 Certains chercheurs lui préfèrent le terme de « résonance » en lui attachant un sens similaire. Un (...)
  • 9 Mark R. Beissinger, « Mechanisms of Maidan: The structure of contingency in the making of the Oran (...)

6Dans les études sur les protestations de masse contemporaines, la notion de modularité8 devient de plus en plus populaire. La série de manifestations massives dans les pays postsoviétiques mentionnée ci-dessous sert d’illustration à l’hypothèse de la modularité9.

7Dans cet essai je vais confronter l’hypothèse de singularité et celle de modularité en prenant les protestations de masse qui ont eu lieu en Ukraine en 2013 comme cas d’école. Plus précisément, il s’agit de montrer que, pour être efficace, une stratégie de protestation doit avoir une certaine « affinité élective » (au sens wébérien) avec les traditions et les valeurs répandues dans le pays, à ce moment-là. Une stratégie fonctionnera si elle a du sens pour les gens susceptibles de l’utiliser en termes de vie quotidienne comme de culture de référence.

8L’étude proposée a aussi pour valeur pratique d’éviter que les politiques visant à promouvoir les protestations de masse étrangères (par exemple, par les activités des gouvernements étrangers et des organisations internationales) se fondent sur des transferts institutionnels. Cet essai suggère que seules certaines stratégies pourraient être transposées d’un contexte à l’autre. On pourrait probablement prédire les résultats des transferts institutionnels en évaluant le degré de l’affinité élective entre une stratégie d’action collective particulière et les institutions et, plus généralement, la culture du pays dans lequel celle-ci va être déployée.

Répertoires d’action collective : entre la singularité et la modularité

9Selon le modèle du choix rationnel, n’importe quelle stratégie d’action collective peut être choisie. Quelle que soit son origine, elle est susceptible d’être appliquée si elle permet de réaliser les objectifs désirables par la collectivité à des coûts minimaux. Les études historiques et empiriques des protestations de masse montrent néanmoins que les modalités alternatives d’action collective sont plutôt limitées.

  • 10 Charles Tilly, « Contentious Repertoires in Great Britain, 1758-1834 », op. cit., p. 26 ; voir aus (...)

10La notion de répertoire d’action collective, introduite par Charles Tilly, met en lumière le fait que les individus qui veulent s’organiser dans un espace particulier et à un moment précis ont un choix restreint. « Le mot “répertoire” signifie un nombre limité de routines [...] apprises, partagées et appliquées d’une manière relativement délibérée10. » Autrement dit, cette notion permet d’étudier la contrainte dans le choix d’une stratégie efficace.

  • 11 Charles Tilly, From Mobilization to Revolution, Reading, MA, Addison-Wesley Publishing, 1978, p. 1 (...)

11Les modalités disponibles d’action collective, c’est-à-dire leur répertoire, sont déterminées par l’histoire des interactions entre les protagonistes. Par exemple, en France et en Grande-Bretagne, au xviiie siècle, les répertoires d’action sont différents. Tilly nous invite à ne pas oublier que « la recherche des modalités universelles… ne nous amènera pas très loin »11. Autrement dit, la notion de répertoire d’action nécessite une combinaison des approches constructiviste et rationnelle dans l’étude du comportement humain. L’expérience des interactions dans le passé et les modèles mentaux qui prévalent déterminent les limites à l’intérieur desquelles les individus exercent un choix plus ou moins délibéré.

  • 12 Mark R. Beissinger, « Mechanisms of Maidan: The structure of contingency in the making of the Oran (...)
  • 13 Philipp Kuntz et Mark R. Thompson, « More than Just the Final Straw: Stolen Elections as Revolutio (...)
  • 14 Mark R. Beissinger, « Structure and Example in Modular Political Phenomena: The Diffusion of Bulld (...)

12Les travaux sur les récentes protestations de masse suggèrent que leurs répertoires ont un caractère modulaire : on trouve les mêmes modalités d’action collective dans des lieux et à des moments différents. Si les historiens des mouvements sociaux mettent l’accent sur la singularité des répertoires d’action, l’idée de la modularité est populaire dans les recherches empiriques portant sur la période contemporaine. Les travaux consacrés au « Printemps arabe » et aux révolutions « colorées » (série de protestations de masse dans les pays postsoviétiques entre 2000 et 2005) se fondent souvent sur l’argument que ces événements ont des racines et des mécanismes similaires12. Par exemple, les révolutions « colorées » auraient ainsi été déclenchées par la découverte de fraude électorale13. De même, certaines protestations de masse prennent des formes similaires : les manifestations de rue sont devenues un signe caractéristique des révolutions « colorées »14 tandis que la mobilisation en ligne renvoie au « Printemps arabe ».

  • 15 Takeshi Wada, « Modularity and Transferability of Repertoires of Contention », op. cit., p. 544.
  • 16 Mark Traugott, « Recurrent Patterns of Collective Action » in Mark Traugott, Repertoires and Cycle (...)

13Le répertoire d’action modulaire est transférable « d’un contexte de conflit à l’autre »15. Il constitue un élément commun circulant entre les répertoires d’action nationaux. Il est «  susceptible d’être appris, adapté et transféré d’un groupe, d’un lieu de contestation, d’un moment à l’autre »16.

  • 17 John W. Meyer, « Globalization: Sources and Effects on National States and Societies », Internatio (...)

14La globalisation renforce la tendance vers la modularité. Dans ce contexte, « les modèles communs de l’ordre social sont répliqués dans les lieux sociaux différents »17. Les stratégies de contestation ne font pas exception. Les groupes de protestataires, auparavant séparés dans le temps et l’espace, commencent à utiliser des tactiques similaires. Il semblerait donc que le nombre de stratégies modulaires augmente au contraire de celui des stratégies singulières.

15Cette étude vise à explorer l’hypothèse suivante. Un degré élevé d’affinité élective entre les institutions traditionnelles dans un pays particulier et le répertoire potentiellement modulaire facilite la diffusion de celui-ci dans ce pays. Si l’affinité élective existe, les acteurs des transferts institutionnels, les entrepreneurs culturels ou les membres d’une communauté ont plus de chances de succès. Si le degré d’affinité élective est bas, seules les stratégies singulières peuvent être efficaces dans un environnement institutionnel donné. Aucun acteur, si riche de ressources soit-il, ne sera alors capable d’utiliser un répertoire modulaire avec succès.

Étude de cas : Maidan en 2013

16Les protestations de masse sont fréquentes en Ukraine. Une première vague a culminé au moment de la révolution dite « orange » en 2004. Une deuxième a commencé en 2010 avec les protestations contre le Code des impôts pour atteindre son apogée vers la fin du mois de novembre et le début du mois de décembre 2013. Le caractère répété voire systémique des protestations de masse en Ukraine a justifié pour notre étude le choix de ce pays. L’analyse de plusieurs événements significatifs met en évidence les stratégies gagnantes (c’est-à-dire qui facilitent la mobilisation de masse de manière récurrente) dans cet environnement institutionnel. Je vais montrer que leur efficacité peut être attribuée, d’une part, à un degré élevé d’affinité élective entre certaines stratégies modulaires et les institutions traditionnelles et, d’autre part, aux efforts communautaires pour adapter ces stratégies aux particularités ukrainiennes.

17Les protestations de masse ont commencé à Kiev, la capitale, le 22 novembre 2013. La cause n'était pas la fraude électorale – ce qui rend une stratégie modulaire non pertinente ici – mais le refus du président Yanukovich de signer un accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne (EU). Il faut préciser que la décision de Yanukovich n’a été précédée d’aucun référendum, alors que l’opinion publique en Ukraine était profondément divisée sur ce sujet et sur ses conséquences possibles.

18Les protestataires – au début la plupart d’entre eux étaient de jeunes gens, notamment des étudiants – ont manifesté plusieurs fois dans la rue et organisé un campement dans le centre de la ville de Kiev. La police a utilisé la force pour le démanteler une première fois, le 30 novembre et, une seconde, le 11 décembre 2013. Néanmoins, les tentatives du gouvernement pour résoudre le conflit par la force ont seulement renforcé la détermination des manifestants à résister. Après l’utilisation de la violence, les autres générations ont commencé à rejoindre les rangs des jeunes manifestants pour les soutenir. Au plus fort des protestations, en décembre 2013, plus d’un million d’Ukrainiens étaient dans les rues de Kiev, sans compter ceux qui participaient aux évènements dans les autres villes.

  • 18 Jennifer Dickinson, « Prosymo maksymal’nyi perepost! Tactical and discursive uses of social media (...)

19En 2013, le répertoire de contestation a comporté plusieurs stratégies : la manifestation de rue, le sit-in, l’occupation des places (la rue centrale, Khreshchatyk, et la place centrale, Maidan Nezalezhnosti) et des bâtiments publics (le bâtiment de l’administration municipale de Kiev, la maison des syndicats, la Maison ukrainienne), la construction de barricades, la grève et, en janvier-février 2014, la confrontation physique avec la police et la destruction de la propriété. À première vue, ces modalités de contestation ne sont rien d’autre qu’un écho des protestations récentes au niveau international, notamment du mouvement Occupy18. Les stratégies d’action collective utilisées en Ukraine et dans les autres pays auparavant avaient néanmoins été modifiées et adaptées au cours des protestations de l’année 2013. Ceci explique la capacité exemplaire des protestataires ukrainiens à résister aux attaques du gouvernement et à continuer leurs actions pendant une longue période. Au bout du compte, les contestataires sont parvenus à faire démissionner Yanukovich. Au-delà de ce succès, l’examen de leur réussite ou de leur échec à réaliser d’autres de leurs objectifs, tels que la réduction du niveau de corruption, fera l’objet de travaux ultérieurs.

20La phase active de la mobilisation de masse a duré trois mois : du 22 novembre 2013 au 2  février 2014, date où le président Yanukovich a démissionné sous la pression. Une aussi longue période de protestations continues est sans précédent dans l’histoire moderne de l’Ukraine et des autres pays postsoviétiques. Cette étude concerne la première phase, de la fin du mois de novembre à la fin du mois de décembre 2013. Les stratégies de la confrontation violente y ont été utilisées de manière irrégulière et non systémique, ce qui différencie cette période de janvier-février 2014, quand la confrontation physique avec la police et la destruction de la propriété ont commencé à prévaloir.

21Deux raisons ont motivé le choix de se concentrer sur novembre-décembre 2013. D’un côté, cette période correspond au sommet des protestations si l’on en juge par le nombre des participants. De l’autre, l’étude de terrain a pris place à la fin du mois de décembre. Pour avoir une meilleure compréhension des développements ultérieurs, nous avons besoin de collecter plus de données primaires.

22Cette étude est basée sur les données provenant d'entretiens qualitatifs semi-structurés et de trois sondages menés par la Fondation Ilko Kucheriv des initiatives démocratiques en décembre 2013 (deux fois) et en février 2014. Les chercheurs ont approché les manifestants (le premier sondage) et les habitants du campement dans le centre de Kiev (les deuxième et troisième sondages). Plutôt que des marches, les manifestations de rue ont souvent pris la forme de rassemblements statiques comme les assemblées populaires.

  • 19 Les références aux traditions provenant de l’époque soviétique sont bien plus rares, si toutefois (...)
  • 20 Vassily Klyuchevsky, « Kurs russkoi istorii » [Lectures de l’histoire russe], in Sochineniya v vos (...)

23Celles-ci portent le nom de veche et maidan. Les médias et les rapports de recherche appellent le campement dans le centre de Kiev : tabir ou sich. Le choix de ces noms est loin d’être circonstanciel. Ils sont bien enracinés dans l’histoire de l’Ukraine et décrivent les stratégies d’action collective qui ont été utilisées dans le passé.19 Le veche est une assemblée publique en centre-ville au cours de laquelle la population (les représentants de tous les groupes sociaux sans exception) décide des questions d’intérêt général, y compris la signature d’un contrat avec un prince ou son annulation si besoin est20. Le veche a existé à l’époque de la Russie de Kiev. Le mot maidan a un sens similaire mais au niveau d’une petite ville ou d’un village et a continué d'exister jusqu’au début du xxe siècle.

  • 21 Dmytro Yavornytsky, Istoriya zaporiz’skykh kozakiv [Histoire des Cosaques de Zaporizhia], Lvov, Sv (...)

24Le campement des cosaques de Zaporizhia porte le nom de tabir (ou kish). Formé de plusieurs tentes entourées de chariots placés en cercle, le campement permet de se défendre contre les attaques éventuelles d’un ennemi. Le mot sich désigne le camp permanent des cosaques, leur état-major (historiquement, ce lieu est situé dans une île de la rivière Dniepr près de la ville contemporaine de Zaporizhzhya). Autrement dit, le tabir est un campement temporaire de cosaques tandis que le sich est leur lieu de cantonnement, le centre du « domaine », leur « maison » au sens large21.

  • 22 Les entrevues qualitatives semi-structurées ont été réalisées par Olga Strelkova, doctorante à l’U (...)

25Les données primaires comportent trente-trois entrevues en russe et en ukrainien réalisées le 27 et le 28 décembre 201322. L’entretien portait sur les raisons de rejoindre les mouvements protestataires, l’expérience de la participation aux protestations de masse précédentes et les définitions des concepts fondamentaux tels que la liberté, la confiance et le pouvoir.

Traditions remaniées

26Toutes les sources de données disponibles montrent la prépondérance des hommes, surtout sur le lieu du sit-in (dans le tabir et sich). La plupart des protestataires sont venus des régions de l’ouest de l’Ukraine (Lviv, Ivano-Frankivsk, Ternopil’, etc.).

27Les sondages et les entrevues montrent que trois raisons principales poussent les protestataires. La décision du gouvernement d’utiliser la force pour disperser les contestataires a été la plus fréquemment mentionnée par les interviewés. La police s’est servie de matraques, de balles en caoutchouc, de canons à eau (à des températures bien au-dessous de 0 °C) et de gaz lacrymogène contre les manifestants. La police a également détenu plusieurs activistes (qui avaient tout juste été libérés dans la deuxième moitié du mois de février 2014) et les a harcelés de plusieurs façons, y compris avec l’appui des hooligans, titushky, qui les ont battus, torturés et ont vandalisé leurs voitures.

28Le refus du président de signer l’accord d’association économique avec l’Union européenne est la deuxième raison évoquée lors de deux des trois sondages (dans celui réalisé en février 2014, cette raison a été mentionnée moins fréquemment et elle arrive en troisième position). Il faut bien noter que contrairement aux croyances répandues, cet argument n’était pas la cause unique de la mobilisation de masse même lors des premières étapes.

29Le troisième motif de participation mentionné par les personnes interrogées (le deuxième dans le sondage réalisé en février 2014) est leur désir de changer l’élite dirigeante. Les personnes au pouvoir sont perçues comme des égoïstes isolés des individus ordinaires. L’absence de rétroaction dans les relations entre les élites au pouvoir et les gens ordinaires (sauf les élections dont les résultats peuvent être manipulés) explique cette image de l’État et de ses représentants en tant qu’entité autosuffisante qui n’a pas besoin d’autre justification que celle développée par elle-même.

30Comment la capacité exceptionnelle de résistance des protestataires peut-elle être expliquée ? Si l’hypothèse préliminaire formulée ci-dessus est valide, alors on trouve une explication possible dans l’enracinement profond du répertoire d’action dans les institutions traditionnelles ukrainiennes. Bien que la manifestation de rue et le sit-in aient un caractère modulaire, ces stratégies ont pris les formes spécifiques du veche et du sich, bien enracinées dans l’histoire de l’Ukraine.

  • 23 La religion a joué un rôle similaire dans la mobilisation de masse en Pologne au début des années (...)

31En 2013, le maidan a acquis plus d’éléments traditionnels qu’auparavant, ce qui lui a permis de devenir plus militant. La notion de veche correspond mieux à l’esprit du maidan en 2013 qu’en 2004. La religion est une des connexions entre la manifestation de rue en tant que stratégie modulaire et les institutions traditionnelles. Les prêtres des Églises orthodoxe ukrainienne, catholique, musulmane et judaïque ainsi que leurs symboles religieux respectifs ont été bien visibles sur les lieux de contestation en 201323 et le veche s’est habituellement ouvert par une prière.

32L'autre élément traditionnel de la fonction du veche eest qu'il sert de lieu d’échange d’informations. Les médias officiels sont contrôlés et censurés de près par le gouvernement. Un nombre significatif de protestataires, surtout parmi les représentants des générations plus âgées, a un accès limité à l’Internet, ce serait donc une erreur de mettre le veche sur la liste des révolutions dites de Facebook. Le veche est devenu ainsi le lieu du libre échange d’informations. Les protestataires recevaient l’information de la part des orateurs sur la scène ainsi que par le bouche-à-oreille, au cours des discussions avec les autres manifestants.

33Les liens avec les traditions prennent une forme encore plus manifeste dans l’organisation du campement, le sich. On pourrait reconnaître quelques traits caractéristiques du sich des cosaques dans l’agencement du campement au centre de Kiev. Une partie du centre-ville (notamment, l’avenue Khreshchatyk et la place Maidan Nezalezhnosti) a été entourée de barricades qui ont remplacé les chariots de la version originale. Elles ont été décorées par des drapeaux et des bannières. Leur fortification a été faite à l’aide de sacs de sable, des pierres, des barrières métalliques et de fil de fer barbelé. Les barricades du sich ne sont rien d’autre que l’adaptation créative d’une stratégie modulaire aux traditions locales, ce qui veut dire qu’elles reprennent un élément d’une institution traditionnelle, le campement de cosaques.

34L’organisation interne du campement possède aussi les éléments caractéristiques du sich. Les feux ont été allumés près des tentes. Les protestataires se sont réunis autour et ont préparé leur repas dans les kazans (casseroles traditionnelles très larges). En cas de danger, les gardiens – ils se sont souvent habillés en costume traditionnel cosaque – ont utilisé les tambours pour réveiller les protestataires, qui se reposaient dans les tentes. Le campement avec sa propre place centrale, l’espace autour de la scène où les prières ont été organisées chaque matin sont devenus le point central des manifestations de rue pendant les veches, qui se sont tenus surtout le dimanche. Des centaines de milliers d’habitants de Kiev et de visiteurs des autres parties du pays ont rejoint la population « permanente » du campement (environ cinq mille individus) à ces occasions.

Conclusion

  • 24 Bertrand Badie, The Imported State. The Westernization of the Political Order, Stanford, Stanford (...)

35Si l’on en juge par la capacité exemplaire des protestataires à résister au gouvernement violent et oppressif, alors leur innovation institutionnelle, c’est-à-dire l’adaptation d’un répertoire d’action modulaire aux traditions ukrainiennes, peut être considérée comme un succès. Cette étude suggère que ce succès pourrait être attribué à l’affinité élective entre les institutions traditionnelles et certaines stratégies modulaires. Quand l’affinité élective n’existe pas, les transferts institutionnels mènent à des résultats bien différents. Ils « suscitent des tensions, créent des écarts [et] sont à l’origine des frustrations »24.

36Au niveau théorique, cette étude montre la nécessité de combiner le modèle du choix rationnel et l’approche constructiviste quand on discute la mise en contexte des répertoires modulaires. Le premier implique que les stratégies ayant démontré leur efficacité ailleurs peuvent être reproduites dans d’autres contextes institutionnels. Selon l’approche constructiviste, celles qui fonctionnent doivent être construites à partir de la base par les acteurs eux-mêmes. Pendant les protestations ukrainiennes de 2013, le répertoire d’action n’a été ni importé de l’étranger ni complètement créé. Il résulte de la recherche de stratégies modulaires pouvant avoir une certaine affinité élective avec les institutions traditionnelles et de leur adaptation au contexte national. Une fois de plus, un sujet se réfère dans ces actions simultanément à la tradition et à la rationalité, comme le dit la sociologie tourainienne.

37Au niveau pratique, cet essai explique pourquoi les mêmes stratégies modulaires sont couronnées de succès dans certains cas et échouent dans d’autres. La comparaison des situations en Russie et en Ukraine paraît particulièrement révélatrice. Récemment, plusieurs tentatives de mobilisation de masse utilisant les stratégies modulaires ont eu lieu en Russie avec un point culminant en novembre-décembre 2011, à Moscou et dans d’autres grandes villes. Les leaders – le modèle entrepreneurial s’applique au cas russe – ont utilisé des stratégies modulaires telles que la manifestation de rue comportant des éléments relevant du carnaval et le sit-in (l’événement « Occupy Abai » à Moscou). Néanmoins les stratégies modulaires n’étaient pas suffisamment adaptées aux particularités russes. Les connexions avec les institutions traditionnelles (les veches influentes ont existé dans la république de Novgorod et la principauté de Pskov) étaient manifestement absentes. Dans ces circonstances, la base sociale des protestations populaires est apparue plutôt limitée. Les contestataires appartenaient surtout à la classe dite « créative urbaine ». Cela signifie que la recherche d’une combinaison d’éléments locaux, y compris nationalistes et globaux, dans le cas de la mobilisation de masse en Russie, est loin d’être achevée. Les protestataires ukrainiens ont eu plus de succès que les manifestants russes en cherchant un compromis entre localisme et universalisme, tradition et rationalité.

Bibliographie

Alapuro Risto, « Associations and Contention in France and Finland: Constructing the Society and Describing the Society », Scandinavian Political Studies, no 4, 2005, p. 377-399.

Badie Bertrand, The Imported State. The Westernization of the Political Order, Stanford, Stanford University Press, 2000 [1992].

Beissinger Mark R., « Structure and Example in Modular Political Phenomena: The Diffusion of Bulldozer/Rose/Orange/Tulip Revolutions », Perspectives on Politics, no 2, 2007, p. 259-276.

Beissinger Mark R., « Mechanisms of Maidan: The structure of contingency in the making of the Orange revolution », Mobilization: An International Journal, no 1, 2011, p. 25-43.

Berelowitch Alexis et Wieviorka Michel, Les Russes d’en bas. Enquête sur la Russie post-communiste, Paris, Seuil, 1996.

Cummings Sally N. et Ryabkov Maxim, « Situating the ‘Tulip Revolution’ », Central Asian Survey, no 3-4, 2008, p. 241-252.

Dickinson Jennifer, « Prosymo maksymal’nyi perepost! Tactical and discursive uses of social media in Ukraine’s Euromaidan », Ab Imperio, no 3, 2014, p. 75-93.

Hofheinz Albrecht, « Nextopia? Beyond Revolution 2.0 », International Journal of Communication, no 5, 2011, p. 1417-1434.

Klyuchevsky Vassily, « Kurs russkoi istorii » [Course in Russian history], vol. 1 (1956) and 2 (1957) in Sochineniya, Moscou, Gosudarstvennoe Izdatel’stvo Politicheskoi Literatury, 1956-1957 [1904].

Kuntz Philipp et Thompson Mark R., « More than Just the Final Straw: Stolen Elections as Revolutionary Triggers », Comparative Politics, no 3, 2009, p. 253-272.

Meyer John W., « Globalization: Sources and Effects on National States and Societies », International Sociology, no 2, 2000, p. 233-248.

Oleinik Anton, Market as a Weapon: The Socio-Economic Machinery of Dominance in Russia, New Brunswick, NJ, Transaction, 2011.

Pleyers Geoffrey et Glasius Marlies, « La résonance des “mouvements des places” : connexions, émotions, valeurs », Socio, no 2, 2013, p. 59-79.

Pleyers Geoffrey, « Présentation. Des mouvements Facebook aux mouvements des places. Réseaux sociaux et mouvements sociaux au début des années 2010 », Réseaux. Communication, technologies, société, vol. 5, 2013, n° 181, p. 9-21.

Tilly Charles, « Getting It Together in Burgundy, 1675-1975 », Theory and Society, no 4, 1977, p. 479-504.

Tilly Charles, From Mobilization to Revolution, Reading, MA, Addison-Wesley Publishing, 1978.

Tilly Charles, « Contentious Repertoires in Great Britain, 1758-1834 », in Mark Traugott, Repertoires and Cycles of Collective Action, Durham, Duke University Press, 1995, p. 15-42.

Touraine Alain, La parole et le sang : Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 1988.

Touraine Alain, Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992.

Touraine Alain, Qu’est-ce que la démocratie? Paris, Fayard, 1994.

Touraine Alain, Wieviorka Michel et Dubet François, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984.

Touraine Alain, Dubet François, Wievorka Michel et Strzelecki Jan, Solidarité, Paris, Fayard, 1982.

Traugott Mark, « Barricades as Repertoire: Continuities and Discontinuities in the History of French Contention », Social Science History, n° 2, 1993, p. 309-323.

Traugott Mark, « Recurrent Patterns of Collective Action », in Mark Traugott, Repertoires and Cycles of Collective Action, Durham, Duke University Press, 1995, p. 1-14.

Wada Takeshi, « Modularity and Transferability of Repertoires of Contention », Social Problems, no 4, 2012, p. 544-571.

Yavornytsky Dmytro, Istoriya zaporiz’skykh kozakiv [History of Cossacks from Zaporizhia], Lvov, Svit., vol. 1, 1990 [1892].

Notes

1 Alain Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992, p. 273.

2 Alexis Berelowitch et Michel Wieviorka, Les Russes d’en bas. Enquête sur la Russie post-communiste, Paris, Seuil, 1996 ; Anton Oleinik, Market as a Weapon: The Socio-Economic Machinery of Dominance in Russia, New Brunswick, NJ, Transaction, 2011.

3 Geoffrey Pleyers, « Présentation. Des mouvements Facebook aux mouvements des places. Réseaux sociaux et mouvements sociaux au début des années 2010 », Réseaux. Communication, technologies, société, vol. 5, n° 181, 2013, p. 9-21.

4 Voir par exemple, Alain Touraine, op. cit. ou du même auteur, Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris, Fayard, 1994.

5 Les études des mouvements sociaux, devenues classiques (Alain Touraine, Michel Wieviorka et François Dubet, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984), servent d’illustration. Les recherches sur les mouvements historiques font exception de ce point de vue (Alain Touraine, François Dubet, Michel Wieviorka et Jan Strzelecki, Solidarité, Paris, Fayard, 1982 ; Alain Touraine, La parole et le sang, Paris, Odile Jacob, 1988).

6 Charles Tilly, « Getting It Together in Burgundy, 1675-1975 », Theory and Society, n° 4, 1977, p. 479-504.

7 Charles Tilly, « Contentious Repertoires in Great Britain, 1758-1834 », in Mark Traugott, Repertoires and Cycles of Collective Action, Durham, Duke University Press, 1995, p. 15-42.

8 Certains chercheurs lui préfèrent le terme de « résonance » en lui attachant un sens similaire. Une action de protestation a une « résonance » si son modèle a été ultérieurement répliqué (ce qui n’exclut pas ses modifications) dans d’autres pays et contextes éloignés, voir Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius, « La résonance des “mouvements des places” : connexions, émotions, valeurs », Socio, no 2, 2013, p. 60-61.

9 Mark R. Beissinger, « Mechanisms of Maidan: The structure of contingency in the making of the Orange revolution », Mobilization: An International Journal, no 1, 2011, p. 25-43.

10 Charles Tilly, « Contentious Repertoires in Great Britain, 1758-1834 », op. cit., p. 26 ; voir aussi Mark Traugott, « Barricades as Repertoire: Continuities and Discontinuities in the History of French Contention », Social Science History, n° 2, 1993, p. 310 ; Risto Alapuro, « Associations and Contention in France and Finland: Constructing the Society and Describing the Society », Scandinavian Political Studies, n° 4, 2005, p. 378 ; Takeshi Wada, « Modularity and Transferability of Repertoires of Contention », Social Problems, no 4, 2012, p. 545.

11 Charles Tilly, From Mobilization to Revolution, Reading, MA, Addison-Wesley Publishing, 1978, p. 143.

12 Mark R. Beissinger, « Mechanisms of Maidan: The structure of contingency in the making of the Orange revolution », op. cit. ; Albrecht Hofheinz, « Nextopia? Beyond Revolution 2.0 », International Journal of Communication, n° 5, 2011, p. 1419-1420.

13 Philipp Kuntz et Mark R. Thompson, « More than Just the Final Straw: Stolen Elections as Revolutionary Triggers », Comparative Politics, n° 3, 2009, p. 258 ; voir aussi Mark R. Beissinger, « Structure and Example in Modular Political Phenomena: The Diffusion of Bulldozer/Rose/Orange/Tulip Revolutions », Perspectives on Politics, n° 2, 2007, p. 263 ; Sally N. Cummings et Maxim Ryabkov, « Situating the ‘Tulip Revolution’ », Central Asian Survey, n° 3-4, 2008, p. 248-249 ; Mark R. Beissinger, « Mechanisms of Maidan: The structure of contingency in the making of the Orange revolution », op. cit., p. 36.

14 Mark R. Beissinger, « Structure and Example in Modular Political Phenomena: The Diffusion of Bulldozer/Rose/Orange/Tulip Revolutions », op. cit.

15 Takeshi Wada, « Modularity and Transferability of Repertoires of Contention », op. cit., p. 544.

16 Mark Traugott, « Recurrent Patterns of Collective Action » in Mark Traugott, Repertoires and Cycles of Collective Action, Durham, Duke University Press, 1995, p. 7.

17 John W. Meyer, « Globalization: Sources and Effects on National States and Societies », International Sociology, no 2, 2000, p. 233-234.

18 Jennifer Dickinson, « Prosymo maksymal’nyi perepost! Tactical and discursive uses of social media in Ukraine’s Euromaidan », Ab Imperio, no 3, 2014, p. 75-93.

19 Les références aux traditions provenant de l’époque soviétique sont bien plus rares, si toutefois elles existent. Une explication possible peut se trouver dans le fait que la mobilisation de masse autre que celle initiée et approuvée par le parti-État a été tout simplement exclue.

20 Vassily Klyuchevsky, « Kurs russkoi istorii » [Lectures de l’histoire russe], in Sochineniya v vosmi tomakh, Moscou, Gosudarstvennoe Izdatel’stvo Politicheskoi Literatury, 1956-1957 [1904], p. 192 (vol. 1[1956]) et 68 (Vol. 2 [1957]).

21 Dmytro Yavornytsky, Istoriya zaporiz’skykh kozakiv [Histoire des Cosaques de Zaporizhia], Lvov, Svit., vol. 1, 1990 [1892], p. 58.

22 Les entrevues qualitatives semi-structurées ont été réalisées par Olga Strelkova, doctorante à l’Université nationale de recherche-l’École supérieure d’économie (Moscou) et l’auteur.

23 La religion a joué un rôle similaire dans la mobilisation de masse en Pologne au début des années 1980 (Alain Touraine, François Dubet, Michel Wieviorka et Jan Strzelecki, Solidarité, op. cit.).

24 Bertrand Badie, The Imported State. The Westernization of the Political Order, Stanford, Stanford University Press, 2000 [1992], p. 91.

Auteur

Anton Oleinik a soutenu sa thèse sous la direction de Michel Wieviorka en Novembre 2000. Il enseigne depuis juin 2004 à l’Université Memorial de Terre-Neuve (Saint-Jean, Canada) où il est professeur agrégé de sociologie. Il est également chercheur principal à l’Institut central d’économie mathématique de l’Académie des sciences de Russie (Moscou). Il a publié récemment Knowledge and Networking: On Communication in social sciences, Piscataway, Transaction, 2014 ; The invisible hand of power: An economic theory of gatekeeping, Londres, Pickering & Chatto, 2015 ; et des articles notamment dans Quality & Quantity, Journal of Economic Issues, Europe-Asia Studies, Science and Engineering Ethics.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable