Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 2. Du conflit local aux enjeux globaux

Chapitre 9. Le sujet local et global. À propos des ressources naturelles dans les pays andins

Narda Henriquez

Texte intégral

  • 1 Calderón soutient que le Pérou, l’Équateur et la Bolivie sont dans un scénario « instable » avec d (...)

1Dans ce texte, nous nous proposons d’analyser la protestation sociale indigène en Amérique latine dans le cadre de l’expansion des activités d’extraction minière et d'hydrocarbures). Depuis la fin du xxe siècle, les populations indigènes, auparavant oubliées et marginalisées, provoquent des réformes politiques, organisent des mobilisations sociales et remettent en question les savoirs, en particulier dans les pays andins caractérisés par une grande densité ethnique et de nombreux conflits sociaux1. Les mobilisations pour l’eau et le territoire ainsi que les problèmes de pollution constituent des conflits particulièrement centraux pour ces pays, mais les transcendent également.

2L’ethnicité/indigénité pose des défis liés à la construction des nations, des visions du passé, du présent et du futur. Dans les processus d’auto-affirmation individuelle ou collective comme dans les débats politiques et intellectuels contemporains, l’ethnicité est un processus dynamique de construction historique des identités qui, dans bien des cas, fait partie des stratégies discursives dans lesquelles des subjectivités et des rationalités diverses se superposent.

  • 2 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 13.
  • 3 Aníbal Quijano (ed.), Des/colonialidad y Bien Vivir, un nuevo debate en América Latina, Cátedra Am (...)

3Michel Wieviorka rappelle que les problèmes du Sud pénètrent le Nord2. Aníbal Quijano, à partir de l’expérience latino-américaine, note l’émergence d’une nouvelle conscience historique qui s’appuie sur « l’indigénité », 3.

  • 4 José de Echave, Minería y conflicto social, Lima, eds. IEP, Bartolomé de las Casas, 2009.

4En même temps que l’on assiste, partout dans le monde, à une sensibilisation environnementale croissante à cause du changement climatique, on parle peu de l’impact des concessions faites aux entreprises transnationales et des grands travaux d’investissement en infrastructure sur les communautés haut-andines et amazoniennes lorsquilsi chevauchent ou touchent leur territoire. Au Pérou, par exemple, 65 % des territoires concédés à des entreprises privées du secteur des industries extractives touchent les territoires des communautés paysannes et indigènes4.

5Tout d’abord, nous présenterons brièvement les principaux changements dans les pays andins. Nous analyserons ensuite certains conflits qui ont eu lieu au Pérou autour des ressources naturelles et du territoire, en particulier le rôle des mobilisations indigènes et des communautés ainsi que les relations proches ou éloignées qu'elles entretiennent avec le gouvernement national et la globalisation.

  • 5 Voir à propos de l’extractivisme, Raphael Hoetmer, « Minería, luchas ecoterritoriales y criminaliz (...)

6Parmi les changements qui touchent les pays andins, le premier qui apparaît concerne le retour du social avec la construction de nouveaux sujets ou interlocuteurs sociaux sur la scène nationale. Le deuxième est lié à la redéfinition de la relation avec la nature et les ressources naturelles en raison de l’accélération de l’expansion du capitalisme, due les industries extractives. Le troisième a trait, dans un contexte de globalisation, au rôle de l’État qui a redéfini les mécanismes de gouvernance ainsi que les cadres juridiques nationaux et internationaux de négociation. Enfin, le néolibéralisme et la politique en matière d’extraction ne sont pas seulement des propositions économiques, mais font partie de projets politico-culturels5 qui influencent le sens du social et les mouvements indigènes. Le conflit est placé non seulement au niveau économique et politique, mais aussi au niveau des imaginaires et de la production de connaissances. La confluence de ces processus entraîne la reconstitution de l’ordre social notamment dans les relations entre les moyens locaux de subsistance et les modèles globaux d’accumulation.

Le sujet social, les mouvements et les communautés

  • 6 Francine Jacome, « Movimientos Sociales y Reformas en la Región Andina » in Tanaka Martín et Jacom (...)

7À la fin des années 1990, en Équateur, les mobilisations indigènes sont devenues le « phénomène politique » de la décennie quand les organisations autochtones de la montagne et d’Amazonie ont formulé des « revendications ethniques et économiques » pour défendre leur terre6. Par la suite, le mouvement indigène a établi des alliances politiques et soutenu les gouvernants, en Bolivie comme en Équateur. Cela a conduit à des réformes constitutionnelles provoquant ainsi des changements majeurs au sein de ces nations. Ce soutien s’est ensuite affaibli. Le Pérou qui sortait d’une période de conflit armé sanglant et de la gouvernance autoritaire du président Fujimori, a autorisé l’exploitation sans réglementation des ressources naturelles. C'est dans ce contexte qu'à débuté une transition politique troublée.

  • 7 Au Pérou, il y a plus de 60 691 communautés paysannes et 1 469 communautés autochtones. Beaucoup n (...)
  • 8 Quelques représentants : José María Arguedas, en incarnant le déchirement de la société scindée, J (...)

8Au Pérou, la fragmentation historique est due à l’archipel des communautés autochtones amazoniennes et paysannes-indigènes7 ayant chacune son propre système d’autorité. Il faut ajouter à cela une fragmentation fonctionnelle qui réside dans la difficulté à s’organiser de manière centralisée en associations agissant comme porte-parole au niveau national. Dans ce contexte de fragmentation, du noyau dur de l’exclusion émerge un sujet social. La visibilité des peuples indigènes au xxie siècle est liée principalement à leur protestation et à leur opposition à la politique des gouvernements dans la gestion du territoire et des ressources naturelles dans la Sierra et en Amazonie. L'émergence de ce sujet social se produit alors que les structures organisationnelles sont ancrées de longue date et que la question indigène est au cœur des fractures sociales et politiques ainsi qu’au centre de la pensée sociale péruvienne8.

9Le sujet social se manifeste à travers des mouvements indigènes, des protestations et des mobilisations continues, ainsi que dans des processus d’auto-identification individuelle et collective. On le retrouve dans d’autres dimensions, liées notamment au domaine des connaissances et à la redéfinition dans les communautés des pratiques sociales traditionnelles (réciprocité, auto-défense, assemblées communautaires). Pour cette raison, je parlerai de « communalité » pour désigner l’espace de reproduction de la vie locale/rurale où coexistent autorités traditionnelles et autorités de l’État moderne, où il y a résistance, mais aussi agency et où les projets sont élaborés et liés aux réseaux nationaux et internationaux.

  • 9 D’après Michel Wieviorka et Alain Touraine, le sujet est la « subjectivité de l’acteur » avec un c (...)

10Nous nous référons à un sujet social hétérogène qui agit à travers divers scénarios et se manifeste dans des organisations, avec toutefois de la difficulté à défendre ses intérêts à l’échelle nationale. S'il est présent en tant qu’acteur politique local de manière fluctuante dans l’espace public national, il contribue, par sa mobilisation et là travers la négociation, au développement de sa communauté face aux autres acteurs nationaux ou transnationaux. Ce sujet a une capacité de résistance, mais est aussi capable de construire et de « gérer son expérience »9.

Les États et les projets nationaux à l’ère globale

11Afin d’atténuer la pauvreté et les inégalités, et de répondre à la pression des mouvements sociaux, certains pays andins ont lancé des réformes parfois radicales, d’autres des réformes modestes. On peut notamment mentionner la décentralisation, la participation à la gestion municipale, les politiques de réforme constitutionnelle ainsi que celles concernant le régime fonciers des communautés ou encore celles visant à la réglementation des investissements des industries extractives. Au Pérou, ces mesures politiques ont été abandonnées, dans les années 1990. La mise en œuvre de nouvelles dispositions, telle la consultation préalable, se produit non sans heurt et très lentement.

  • 10 Voir Martín Tanaka, « Los sistemas de partidos en los países andinos: autoritarismos competitivos (...)
  • 11 Xavier Albó (1999) et José Blanes (2000) sont cités par Alejandro Diez, Conceptos Políticos, Proce (...)

12Les réformes institutionnelles10 promues en Colombie, en Équateur et en Bolivie ont cherché à ouvrir des espaces de participation à de nouveaux acteurs et ainsi à répondre à une crise de légitimité. Dans le cas de la Bolivie, la Constitution de 1994 reconnaît le caractère multiethnique et multiculturel du pays suite aux revendications indigènes. Depuis 1952, les populations non alphabétisées votaient en Bolivie. En 1994, des mécanismes de participation aux organes municipaux ont été adoptés. À cet égard, divers auteurs mettent en évidence que les deux tiers des autorités locales se définissent eux-mêmes comme indigènes11.

13Au Pérou, le suffrage universel aux élections municipales a été mis en œuvre pour la première fois en 1980. Les populations non alphabétisées parlant l’aymara ou le quechua ont pu choisir et être choisies, changeant ainsi graduellement le pouvoir local. Dans les dernières décennies, les ressources des municipalités dans les régions minières ont considérablement augmenté, ce qui stimule les ambitions personnelles et les querelles entre les populations.

14Les limites et les possibilités de ces réformes sont manifestes lors des conflits concernant le territoire. Alors que celles-ci sont limitées au niveau local, les pouvoirs auxquels ces populations doivent faire face et avec lesquels elles doivent négocier sont nationaux ou mondiaux.

  • 12 Voir Richard Chase et María Rosa Montes, La seguridad territorial en el limbo. El estado de las co (...)

15Par ailleurs, les approches suivies par les gouvernements des pays andins en ce qui concerne les propriétés des communautés ont été radicalement différentes. En Bolivie, la Constitution de 1994 reconnaît des « territoires communaux d’origine ». Au Pérou, la Constitution de 1993 et d’autres dispositions du gouvernement de Fujimori ébranlent substantiellement les garanties constitutionnelles pour les communautés alors que l’octroi lent de titres fonciers communaux continue12.

  • 13 Raquel Irigoyen Fajardo, « Hitos del reconocimiento del pluralismo jurídico y el derecho indígena (...)
  • 14 Aussi dans les constitutions du Nicaragua (1987) et du Brésil (1988).
  • 15 Raquel Irigoyen Fajardo, « Hitos del reconocimiento del pluralismo jurídico y el derecho indígena (...)

16Raquel Irigoyen13 souligne qu’en termes de droit nous sommes entrés dans une nouvelle phase. À la fin du xxe siècle, le « constitutionnalisme pluraliste » est inscrit dans la Constitution du Guatemala de 198514. il est également inclus dans la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT), à l'instar de nouveaux droits. Au fur et à mesure de l’adoption des réformes pluralistes, des mesures politiques sont prises toutefois pour neutraliser leur impact. Boaventura De Sousa Santos souligne que s'il existe plusieurs sources de pluralisme juridique, y compris lié à la présence des peuples indigènes, on assiste aussi à « la déréglementation à l’intérieur de l’État lui-même et à l’imposition du pluralisme transnational »15.

  • 16 Selon l’ONU, au cours des soixante dernières années, 40 % des conflits sur l’environnement sont li (...)
  • 17 Voir Alejandro Diez, Conceptos Políticos, op. cit.
  • 18 Terence Turner (2003), cité par Gerardo Damonte, « Imágenes en negociación : la entrada de la nuev (...)

17Bien que l’intensification des conflits liés au territoire et aux ressources naturelles ne soit pas un trait particulier de l’Amérique latine16, elle prend, dans les pays andins, une importance particulière due à la persistance de formes de vie communautaire dans les Andes et en Amazonie17. Dans le contexte néolibéral globalisé, les groupes exclus des projets nationaux sont, dans un double mouvement, « intégrés directement sur le marché mondial sans la médiation de l’État »18, en même temps qu'ils parviennent à être entendus et à faire connaître leurs programmes.

  • 19 Alejandro Diez, Conceptos Políticos, op. cit., p. 146.

18Malgré une croissance économique élevée durant la dernière décennie, le Pérou n’a pas développé de stratégie nationale de redistribution ou de diversification productive. À l’exception de la création du ministère de l’Environnement et de la loi de consultation préalable, la politique en matière de ressources naturelles n'évolue pas d’un gouvernement à l’autre. À cet égard, José de Echave et Alejandro Diez ont souligné les difficultés de l’État péruvien à articuler et réglementer le développement local en critiquant le modèle actuel de « concession de territoire »19.

  • 20 Humberto Campodónico, dans une interview dans La República, lundi 9 mars 2015, p. 5, commentant le (...)
  • 21 Ce sont des gouvernants qui ont lutté pour la réélection présidentielle.

19Humberto Campodónico, économiste et ancien fonctionnaire du gouvernement péruvien, a déclaré récemment que le Pérou continue de négliger les possibilités de l’industrie pétrochimique dans l’industrialisation des ressources naturelles20. Il signalait que le Président Correa a déclaré que son pays était en train de dépasser l’« économie extractiviste » et que la technologie et l’innovation étaient essentielles pour le développement et le bien vivre. Humberto Campodónico citait également les paroles du président Morales sur la promotion d’une « nouvelle politique stratégique » passant « de la nationalisation à l’industrialisation des hydrocarbures ». Bien que le soutien des populations indigènes se soit affaibli, le discours des gouvernants renvoie à des imaginaires nationaux qui participe à l'édification de nouveaux projets nationaux21.

Conflictualité socio-environnementale : scénarios et stratégies

  • 22 Bureau de l’Ombudsman du Pérou : Rapport de conflits sociaux, n° 70, 2009 ; n° 130, 2014 et n° 131 (...)
  • 23 Voir le glossaire dans Rapport de conflits sociaux, n° 118, 2013, du Bureau de l’Ombudsman.

20En janvier 2015, ont été enregistrés au Pérou 210 conflits dont 66,7 % sont de nature socio-environnementale et se produisent dans les zones de haut niveau de pauvreté22. La même source souligne que, sur le total des conflits socio-environnementaux, en 2014 (118), 66,9 % concernent l’exploitation minière et 15,3 % les hydrocarbures. Ces « conflits socio-environnementaux » s’articulent autour du contrôle, de l’utilisation ou de l’accès à l’environnement et à ses ressources, même si des enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels sont aussi présents23.

  • 24 Manuel Glave et Juana Kuramoto, « La minería peruana, lo que sabemos y lo que aún nos falta por sa (...)
  • 25 Selon l’ingénieur Benítez, fonctionnaire de l’Institut national de l’eau (interview, El Comercio, (...)

21Parmi les conflits miniers24, les problèmes de la pollution de l’eau et de l’utilisation des ressources hydriques prédominent : la plupart (60 %) ont trait à la qualité de l’eau, suivis des conflits fonciers (15 %) puis par ceux générés par la qualité de l’air en raison de l’émission de gaz toxiques. La population s'oppose également à de nouvelles opérations d’exploitation minière car celles-ci affecteraient la production agricole.,Ces populations exigent aussi la nécessité d’obtenir un permis social d’exploitation, avant le début des opérations. Ces demandes ont persisté ces dernières années. N’oublions pas que, dans le cadre du processus de privatisation, le nombre des concessions à des compagnies étrangères a été multiplié par vingt, depuis 200525.

  • 26 Raphael Hoetmer, « Minería, luchas ecoterritoriales y criminalización de la disidencia », in Memor (...)

22Dans une autre perspective, Raphael Hoetmer fait référence aux conflits éco-territoriaux pour signaler qu’il s’agit de personnes et de communautés qui « luttent pour l’avenir du contrôle de leurs territoires et des biens communs »26. En effet, dans les mobilisations, ces éléments sont la base du discours des dirigeants et des organisations. Cependant, nous proposons de montrer que la dynamique de mobilisation/négociation peut aussi être résolue autour de demandes spécifiques.

  • 27 Ibid., p. 72.

23Raphael Hoetmer, tenant compte de la situation et de cette interprétation, fait donc une différence entre les conflits liés à la coexistence et ceux portant sur des alternatives possibles. Les premiers sont des « conflits de négociation » alors que les seconds sont ceux où « le projet de vie des populations locales entre en collision frontale avec le projet extractiviste »27.

24Ce second champ de conflit développe aujourd'hui dans des espaces locaux et ont des impacts aux niveaux national et international. Nous analysons à présent les stratégies des communautés localeset enfin les cas paradigmatiques de mobilisation au niveau national.

Conflits locaux et agency communautaire

  • 28 Nous n’analysons pas ici le scénario des zones rurales avec l'exploitation illégale et le trafic d (...)

25Dans des scénarios socio-politiques locaux28, il existe des relations entre les entreprises transnationales, les communautés ou les peuples et l’État . Nous pouvons distinguer des situations différentes selon le degré de présence de l’État et le degré de capacité (d’agency) des communautés.

  • 29 Franscisco Durand, « Tintaya y su gobierno minero », Quehacer, n° 173, 2009, p. 31.

26L’État au niveau local peut être un agent productif, régulateur ou il peut simplement intervenir dans la négociation du conflit et dans la prestation de services. Dans le cas du Pérou, l’État participe surtout à la négociation du conflit lorsqu’il y a un risque d'escalade de la violence. Voilà pourquoi les communautés résolvent souvent leurs tensions avec l’entreprise au cours de « négociations privées » sans l’intervention de l’État. Ainsi s’ouvre un espace où l’entreprise intervient dans la vie sociale de la communauté par le biais de ressources financières consacrées aux services ou aux travaux, résultant des offres ou des négociations avec ces personnes. C'est ce que Franscisco Durand appelle la « gouvernance corporative »29.

27En revanche, lorsque le conflit s’aggrave et que l’État intervient comme médiateur, des comités de négociation (mesas de negociaciones) sont constitués. Cette situation s’est produite plusieurs fois, depuis le gouvernement dupPrésident Toledo, en 2001. Elle provoque de la frustration et de la méfiance parce que les accords issus de cette médiation ne sont souvent pas respectés, ou parce qu'il n’y a aucune condition pour les appliquer.

  • 30 Gerardo Damonte, « Minería y política: la recreación de luchas campesinas en dos comunidades andin (...)
  • 31 Gerardo Damonte (ibid., p. 161-162) fait référence à Angoraju Carhuayoc, et à la communauté aymara (...)
  • 32 Ibib., p. 161.

28En étudiant les communautés affectées par les sociétés minières, Gerardo Damonte a trouvé que des dirigeants communautaires tiennent des « discours hégémoniques locaux »30 et que le conflit est structuré par différents niveaux d'articulation politique. Il a analysé deux communautés andines, une située à Ancash (Pérou) et l’autre dans l’Altiplano bolivien31. La première fait appel à la mémoire de sa résistance. Elle construit son identité sur la base de combats précédents avec les élites locales et sur sa relation avec l’État qui, malgré sa faible présence, est considéré comme un allié. La communauté sait que « l’unité » est son plus grand atout politique, mais elle choisit toujours d’agir de manière bilatérale avec l’entreprise. Cette attitude nuit à « la formation d’un mouvement social plus large », mais elle renforce son rôle d’« acteur politique souverain »32. L’autre communauté a une longue trajectoire syndicale paysanne et entretient des relations avec d’autres agents, l’État, les ONG et les réseaux internationaux. Elle a également une longue tradition de lutte en ce qui concerne les audits environnementaux ; les familles de comuneros ont appris que l’environnement n’est pas seulement une partie de leur vie, mais un outil politique efficace pour faire face à la société en établissant des alliances avec des acteurs extérieurs. Dans les deux cas, il ne s’agit pas de réponses autonomistes ou écologistes mais de réponses « politiques » qui se fondent sur des décennies de luttes et de négociations avec et contre l’État.

29Avec ce qui précède nous avons voulu montrer la complexité des contextes locaux et les stratégies diverses des communautés qui se muent en acteurs politiques locaux pouvant mobiliser des alliés dans l’État et/ou dans des réseaux mondiaux. Nous avons fait allusion à l’agency des communautés, mais aussi à la dispersion de leurs efforts. Ces cas montrent que l’apprentissage des droits et les changements les plus radicaux dans la société péruvienne se produisent au niveau local.

Mobilisations et négociations : Tambogrande, Bagua et Conga

  • 33 C’est le cas du Pacte d’unité des organisations indigènes du Pérou, en ce qui concerne la loi 3023 (...)

30Des mouvements indigènes relativement organisés ont fait partie des coalitions politiques nationales en Bolivie et en Équateur, mais ils se sont ensuite positionnés dans l’opposition. Au Pérou, il faut prendre en compte les trois versants qui structurent les organisations indigènes : le côté amazonien représenté par l’Association des Indiens de l’Amazonie péruvienne (Aidesep), la principale association centralisée des communautés indigènes d’Amazonie ; le versant Sierra-Amazonie autour du Comité national de coordination des collectivités touchées par l’exploitation minière (Conacami), un espace ayant également suscité d’autres articulations33 ; et un troisième formé par des organisations locales et des communautés capables de résoudre leurs différends à leur niveau et qui peuvent ou non être affiliées à des syndicats nationaux. Au Pérou, si le sujet social indigène sous ses trois versants est la nouveauté de ce siècle, celui-ci rencontre des difficultés pour influencer les politiques et la gestion publique des ressources naturelles.

31Ces organisations peuvent travailler ensemble mais ils ont leurs propres stratégies. Dans certains cas, cependant, ce qui se passe dans un village ou dans une communauté peut être paradigmatique, ouvrir des débats et innover de la même manière que les mobilisations des associations locales. Le recours à la protestation disruptive implique souvent des barrages routiers ou des incidents violents (y compris la perte en vies humaines), des épisodes de répression de la part des gouvernements et d’intimidation des défenseurs des droits de l’homme.

  • 34 Paredes Maritza, « La glocalización de las protestas mineras y las lecciones de Tambogrande », in (...)

32Nous reprendrons donc brièvement les cas paradigmatiques de Tambogrande, Bagua et Conga. Tambogrande, une petite ville sur la côte, monesttre un cas de mobilisation relativement réussie car la concession initialement signée par les communautés agricoles de la vallée a été interrompue, en 2003. Le mouvement a obtenu le soutien de l’Église, des réseaux internationaux et a attiré l’attention des concessions minières sur l’importance de l’agriculture. Malgré des difficultés ultérieures, ce cas, comme celui de Conga, fait partie d’un « archipel de manifestations réussies connectées avec des réseaux nationaux et internationaux mais désarticulées entre elles, glocalisées »34.

  • 35 Les problèmes des communautés avec les compagnies pétrolières sont anciens en particulier dans le (...)
  • 36 Le décret législatif n° 1090 sur les forêts et la faune et le décret législatif n° 1064 sur le rég (...)

33Depuis les années 2000, en divers endroits d’Amazonie, on enregistre des plaintes contre la pollution de l’eau. On assiste aussi à des mobilisations pour la défense des territoires et des zones désignés comme parcs naturels. Cependant, les conflits avec les compagnies autour des obligations environnementales non satisfaites existent depuis longtemps35. L’adoption de nouveaux décrets suprêmes dans le cadre du régime d’exception accordé au gouvernement d’Alan Garcia, en 2008, fut l’élément déclencheur des mouvements massifs des communautés autochtones dans la forêt. L’Aidesep invoqua alors des rassemblements, en 2008 et en 2009. En même temps, l'association remit en question plusieurs décrets36 et demanda que la consultation préalable soit considérée comme obligatoire. Le 5 juin, à Bagua, des manifestations ont eu lieu déclenchant des affrontements avec la police. Selon le rapport de l’Ombudsman publié quelques jours plus tard, le bilan était de 33 morts : 23 policiers, 5 civils indigènes et 5 civils non indigènes ainsi que 200 blessés dont 82 par balle. Un agent de police fut également porté disparu.

  • 37 Terme qui désigne un ruban spécifique de couleurs. On le porte autour de la tête.

34Après cet événement tragique, le gouvernement a reculé et abrogé les décrets. Alors que l'opinion publique était choquée, les mobilisations de Bagua marquèrent un tournant, réussissant à rendre visible le sujet indigène d’Amazonie qui porte le tawa37 et des lances en bois. Un nouveau sens commun émergea atour de la signification de l’indigène, remettant en question l’imaginaire partagé à l'époque du président Belaúnde, où l’Amazonie était perçue comme un territoire vide.

  • 38 Sur les événements de Bagua, voir Omar Cavero, « Después del Baguazo: informes, diálogo y visiones (...)
  • 39 Terme qui désigne un « curé-autorité ».

35L’Aidesep accèda à la notoriété avec les événements dramatiques de Bagua, en juin 200938. L'association existait cependant depuis plus de vingt-cinq ans lorsque ces faits se sont produits. Progressivement, durant ces années, une « masse critique propre » s’est constituée, nourrie tant par des dirigeants des associations que par des apus39 des peuples indigènes, des diplômés du programme de formation bilingue pour enseignants et de jeunes universitaires indigènes.

36Le projet Conga, à Cajamarca, est un autre cas paradigmatique. Le conflit est liés, d’une part, à l’exploitation minière dans le cours supérieur du bassin où sont situées les sources fournissant l’eau aux populations de la montagne et de la côte et, d’autre part, à la méfiance de la population quant aux études d’impacts sur l'environnement.

37À Cajamarca, 47 % des territoires ont été attribués aux activités minières. Depuis les années 1990, lorsque Yanacocha a commencé ses activités, les conflits les plus importants étaient liés au problème de l’eau. En 2004, le gouvernement a autorisé Yanacocha à réaliser l’étude environnementale et, quelques mois plus tard, celui-ci a dû abroger l’autorisation en raison des fortes mobilisations.

38Le projet minier Conga visait à convertir une lagune en une fosse minière énorme et une autre en un lieu de rassemblement de déchets. Conga est le premier conflit dans lequel le gouvernement sous-national est intervenu. En 2011, il a déclaré le projet « irréalisable » car il touchait aux sources d’eau. Entre 2011 et2012, une série de mobilisations pour rejeter une nouvelle enquête a eu lieu, les ronderos y participent en protagonistes mais de façon peu visible. Beaucoup de familles refusèrent de quitter la zone du projet, y compris Maxima Chaupe qui actuellement intente un procès contre la société minière en faisant appel non seulement à la justice nationale, mais aussi aux instances internationales.

  • 40 José de Echave et Alejandro Diez, Más allá de Conga op. cit., p. 146.

39Comme José de Echave et Alejandro Diez40 le soulignent, ce conflit met en évidence plusieurs problèmes découlant de l’exploitation à ciel ouvert, mais aussi la faiblesse de l’État pour articuler les projets de développement et pour exercer des fonctions de régulation.

Réflexions finales

40Nous avons signalé que le sujet social indigène au Pérou est constitué de différentes organisations dont les espaces s’articulent difficilement. Les mobilisations n’exigent pas seulement des réformes institutionnelles et des politiques de reconnaissance ; elles incluent explicitement d’autres dimensions telles la régulation et la gestion des politiques de l’industrie extractive. Bien que ni les gouvernants, ni les dirigeants ne puissent ignorer les populations dont les territoires sont le siège d’extractions à fort rendement, il est souhaitable que cette question ne soit pas seulement un thème de campagne des prochaines élections générales de 2016.

41Bien qu’il puisse y avoir des affrontements, les manifestations et les recours juridiques sont destinées à influencer les décisions politiques et les stratégies nationales des gouvernements. Certains leaders indigènes ou organisations peuvent revendiquer des orientations utopiques, mais aussi pragmatiques. Ils peuvent également participer au Forum social mondial et dialoguer avec les représentants du gouvernement ou avec des experts internationaux. Leurs mobilisations connaissent des succès ponctuels mais insuffisants quand sont en jeu des projets de vie : la configuration des sociétés andines et amazoniennes dans l’immédiat et la vie des générations futures.

Bibliographie

Calderón Fernando, 2012, « Diez tesis sobre el conflicto social en América Latina », Revista CEPAL, n° 107, 2012, p. 7-30.

Cavero Omar, « Después del Baguazo: informes, diálogo y visiones del conflicto », in Narda Henríquez (ed.), Conflicto social en los Andes. Protestas en el Perú y Bolivia, Lima, Fondo Editorial PUCP, 2014, p. 229-270.

Chase Richard et Montes María Rosa, La seguridad territorial en el limbo. El estado de las comunidades indígenas en el Perú. Informe 2014, Lima, Instituto de Bien Común, 2014.

Damonte Gerardo, « Minería y política: la recreación de luchas campesinas en dos comunidades andinas », in Bebbington Anthony (ed.), Minería, Movimientos Sociales y respuestas campesinas; una ecología política de transformaciones territoriales, Lima, CEPES-IEP, 2007, p. 117-162.

Damonte Gerardo, « Imágenes en negociación: La entrada de la nueva minería en la esfera pública nacional », in Cánepa y Ulfe, Mirando la Esfera Pública desde la Cultura en el Perú, Lima, Concytec, 2006, p. 79-94.

Diez Alejandro, Conceptos Políticos, Procesos sociales y poblaciones indígenas en democracia. Estudio binacional Perú y Bolivia, Lima, Eds. Manuela Ramos-Ciudadanía, Comunidad de Estudios Sociales y Acción Pública, 2012.

Durand Franscisco, « Tintaya y su gobierno minero », Quehacer, n° 173, 2009, p. 27-37.

Echave José de, Minería y conflicto social, Lima, eds. IEP, Bartolomé de las Casas, 2009.

Echave José de et Diez Alejandro, Más allá de Conga, Lima, eds. RedGE, CooperAcción, 2013.

Glave Manuel et Kuramoto Juana, « La minería peruana, lo que sabemos y lo que aún nos falta por saber », in Investigación, políticas y desarrollo en el Perú, Lima, ed. Grade, 2007, p. 135-181.

Hoetmer Raphael, « Minería, luchas ecoterritoriales y criminalización de la disidencia », in Memoria, posconflicto y nuevos conflictos socioambientales, Lima, ed. Aprodeh, 2014, p. 70-76.

Irigoyen Fajardo Raquel, « Hitos del reconocimiento del pluralismo jurídico y el derecho indígena en las políticas indigenistas y el constitucionalismo andino », in Berraondo López Miquel (coord.), Pueblos Indígenas y derechos humanos, Bilbao, ed. Universidad de Deusto, 2006, p. 537-567.

Jacome Francine, « Movimientos Sociales y Reformas en la Región Andina », in Tanaka Martín et Jacome Francine (eds), Desafíos de la gobernabilidad democrática: Reformas político-institucionales y movimientos sociales en la región andina, Lima, ed. IEP, 2010, p. 365-388.

Paredes Maritza, « La glocalización de las protestas mineras y las lecciones de Tambogrande », in Henríquez Ayin Narda (ed.), Conflicto social en los Andes, Lima, Fondo Editorial PUCP, 2014, p. 135-158.

Quijano Aníbal (ed.), Des/colonialidad y Bien Vivir, un nuevo debate en América Latina, Cátedra América Latina y Colonialidad del Poder, Lima, ed. Universidad Ricardo Palma, 2014.

Tanaka Martín, « Los sistemas de partidos en los países andinos: autoritarismos competitivos y reformismo institucional », in Sample Kristen et Zovatto Daniel (eds.), Democracia en la Región Andina, los telones de fondo, Lima, eds. IDEA-Transparencia, 2005, p. 31-59.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008.

Notes

1 Calderón soutient que le Pérou, l’Équateur et la Bolivie sont dans un scénario « instable » avec des difficultés pour « gérer les conflits » : Fernando Calderón, « Diez tesis sobre el conflicto social en América Latina », Revista CEPAL, n° 107, 2012, p. 29.

2 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 13.

3 Aníbal Quijano (ed.), Des/colonialidad y Bien Vivir, un nuevo debate en América Latina, Cátedra América Latina y Colonialidad del Poder, Lima, ed. Universidad Ricardo Palma, 2014.

4 José de Echave, Minería y conflicto social, Lima, eds. IEP, Bartolomé de las Casas, 2009.

5 Voir à propos de l’extractivisme, Raphael Hoetmer, « Minería, luchas ecoterritoriales y criminalización de la disidencia », in Memoria, posconflicto y nuevos conflictos socioambientales, Lima, ed. APRODEH, 2014, p. 70-76.

6 Francine Jacome, « Movimientos Sociales y Reformas en la Región Andina » in Tanaka Martín et Jacome Francine (eds), Desafíos de la gobernabilidad democrática: Reformas político-institucionales y movimientos sociales en la región andina, Lima, ed. IEP, 2010, p. 367.

7 Au Pérou, il y a plus de 60 691 communautés paysannes et 1 469 communautés autochtones. Beaucoup n’ont que des titres de possession et pas de titre de propriété.

8 Quelques représentants : José María Arguedas, en incarnant le déchirement de la société scindée, José-Carlos Mariátegui en reliant la question indigène au problème de la terre, Flores Galindo en explicitant l’utopie andine.

9 D’après Michel Wieviorka et Alain Touraine, le sujet est la « subjectivité de l’acteur » avec un côté défensif pour résister à la logique du souverain, de la norme, et un côté générateur capable d’être un acteur et de « construire son expérience » (Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, op. cit., p. 33).

10 Voir Martín Tanaka, « Los sistemas de partidos en los países andinos: autoritarismos competitivos y reformismo institucional » in Sample et Zovatto (eds.), Democracia en la Región Andina, los telones de fondo, Lima, eds. IDEA-Transparencia, 2005, p. 39-40.

11 Xavier Albó (1999) et José Blanes (2000) sont cités par Alejandro Diez, Conceptos Políticos, Procesos sociales y poblaciones indígenas en democracia. Estudio binacional Perú y Bolivia, Lima, Eds. Manuela Ramos-Ciudadanía, Comunidad de Estudios Sociales y Acción Pública, 2012, p. 16.

12 Voir Richard Chase et María Rosa Montes, La seguridad territorial en el limbo. El estado de las comunidades indígenas en el Perú. Informe 2014, Lima, Instituto de Bien Común, 2014, p. 24-25.

13 Raquel Irigoyen Fajardo, « Hitos del reconocimiento del pluralismo jurídico y el derecho indígena en las políticas indigenistas y el constitucionalismo andino », in Berraondo López Miquel (coord.), Pueblos Indígenas y derechos humanos, Bilbao, ed. Universidad de Deusto, 2006, p. 554-555.

14 Aussi dans les constitutions du Nicaragua (1987) et du Brésil (1988).

15 Raquel Irigoyen Fajardo, « Hitos del reconocimiento del pluralismo jurídico y el derecho indígena en las políticas indigenistas y el constitucionalismo andino », op. cit., p. 537, en bas de page 2, fait référence à une interview de De Sousa (1994).

16 Selon l’ONU, au cours des soixante dernières années, 40 % des conflits sur l’environnement sont liés aux ressources naturelles : Decenio internacional para la accíon ´El agua fuente de vida´ 2005-2015. Consulté le 04 décembre 2014, disponible sur http://www.un.org/spanish/waterforlifedecade/eventsarchive_2013.shtml

17 Voir Alejandro Diez, Conceptos Políticos, op. cit.

18 Terence Turner (2003), cité par Gerardo Damonte, « Imágenes en negociación : la entrada de la nueva minería en la esfera pública », in Gisela Cánepa et María Eugenia Ulfe, Mirando la Esfera pública desde la Cultura en el Perú, Lima, Concytec, 2006, p. 86.

19 Alejandro Diez, Conceptos Políticos, op. cit., p. 146.

20 Humberto Campodónico, dans une interview dans La República, lundi 9 mars 2015, p. 5, commentant le projet Équateur Yachayen et l’usine de Gran Chaco en Bolivie.

21 Ce sont des gouvernants qui ont lutté pour la réélection présidentielle.

22 Bureau de l’Ombudsman du Pérou : Rapport de conflits sociaux, n° 70, 2009 ; n° 130, 2014 et n° 131, 2015.

23 Voir le glossaire dans Rapport de conflits sociaux, n° 118, 2013, du Bureau de l’Ombudsman.

24 Manuel Glave et Juana Kuramoto, « La minería peruana, lo que sabemos y lo que aún nos falta por saber » in Investigación, políticas y desarrollo en el Perú, Lima, ed. Grade, 2007, p. 160-161.

25 Selon l’ingénieur Benítez, fonctionnaire de l’Institut national de l’eau (interview, El Comercio, le 20 novembre 2011).

26 Raphael Hoetmer, « Minería, luchas ecoterritoriales y criminalización de la disidencia », in Memoria, posconflicto y nuevos conflictos socioambientales, Lima, ed. Aprodeh, 2014, p. 70.

27 Ibid., p. 72.

28 Nous n’analysons pas ici le scénario des zones rurales avec l'exploitation illégale et le trafic de drogue.

29 Franscisco Durand, « Tintaya y su gobierno minero », Quehacer, n° 173, 2009, p. 31.

30 Gerardo Damonte, « Minería y política: la recreación de luchas campesinas en dos comunidades andinas », in Bebbington Anthony (ed.), Minería, Movimientos Sociales y respuestas campesinas: una ecología política de transformaciones territoriales, Lima, CEPES-IEP, 2007, p. 121.

31 Gerardo Damonte (ibid., p. 161-162) fait référence à Angoraju Carhuayoc, et à la communauté aymara de Chuquiña.

32 Ibib., p. 161.

33 C’est le cas du Pacte d’unité des organisations indigènes du Pérou, en ce qui concerne la loi 30230 (titre III) sur les droits territoriaux des peuples indigènes. Voir Richard Chase et María Rosa Montes, La seguridad territorial en el limbo, op. cit. , annexe 5.

34 Paredes Maritza, « La glocalización de las protestas mineras y las lecciones de Tambogrande », in Henríquez Ayin Narda (ed.), Conflicto social en los Andes, Lima, Fondo Editorial PUCP, 2014, p. 147 

35 Les problèmes des communautés avec les compagnies pétrolières sont anciens en particulier dans le cas de la rivière de Corrientes.

36 Le décret législatif n° 1090 sur les forêts et la faune et le décret législatif n° 1064 sur le régime juridique de l’utilisation des terres à usage agricole.

37 Terme qui désigne un ruban spécifique de couleurs. On le porte autour de la tête.

38 Sur les événements de Bagua, voir Omar Cavero, « Después del Baguazo: informes, diálogo y visiones del conflicto », in Narda Henríquez (ed.), Conflicto social en los Andes. Protestas en el Perú y Bolivia, Lima, Fondo Editorial PUCP, 2014, p. 229-270.

39 Terme qui désigne un « curé-autorité ».

40 José de Echave et Alejandro Diez, Más allá de Conga op. cit., p. 146.

Auteur

Directrice du doctorat en sociologie de la Pontificia Universidad Católica del Perú. Titulaire d’un doctorat en sociologie de l’École des hautes études en sicneces sociales (EHESS), Paris. Parmi ses publications : Cuestiones de Género y Poder en el Conflicto Armado en el Perú, CONCYTEC, Lima, 2006 ; et Conflicto Social en los Andes, la protesta en Perú y Bolivia, PUCP, F. Editorial Lima, 2014.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540