Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 2. Du conflit local aux enjeux globaux

Chapitre 7. Les travailleurs précaires en action : l’affirmation des sujets dans la crise de la démocratie

Daniele Di Nunzio

Texte intégral

  • 1 Ulrich Beck, La società del rischio. Verso una seconda modernità, Rome, Carocci, 1986 ; Robert Cas (...)
  • 2 Luciano Gallino, Il lavoro non è una merce. Contro la flessibilità, Roma-Bari, Laterza, 2007.
  • 3 Richard Sennett, The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitali (...)
  • 4 Alain Ehrenberg, La società del disagio. Il mentale e il sociale, Torino, Einaudi ; Mario Giorgetti (...)
  • 5 François Dubet et Antoine Vérétout, « Une “réduction” de la rationalité de l'acteur. Pourquoi sorti (...)
  • 6 Guy Standing, The Precariat. The new dangerous class, Bloomsbury Publishing, 2011.

1Au cours des deux dernières décennies, en Italie ainsi que dans les économies européennes avancées, les transformations du monde du travail vont dans le sens d'une augmentation de la flexibilité et de la fragmentation des processus de production avec des impacts négatifs sur les conditions individuelles de travail : augmentation de l'incertitude personnelle devant la société du risque et l’absence de protections1, la marchandisation de la force de travail avec une restriction des droits des travailleurs2, la « corrosion des caractères »3, la fragilité du soi4, le chômage et l’inactivité5, jusqu'à l'analyse des travailleurs précaires en tant que class in the making6.

2Nous assistons aujourd'hui à l'émergence de nombreuses formes de précarité due aux difficultés que rencontre l'individu pour bénéficier d’un certain degré de protection et de contrôle sur son travail et sa vie. Les difficultés dans les expériences de travail sont directement liées à l'ensemble de la vie sociale, comme Wieviorka le souligne :

  • 7 Michel Wieviorka, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », Nouvelle revue du (...)

« On ne peut pas réduire la question du travail au lieu où il s’exerce, l’entreprise, et aux rapports qui se jouent en son sein, c’est une question de société, une question qui impose d’être capable de monter en généralité – sans pour autant perdre de vue les rapports de travail, et le lieu où ils s’exercent, l’entreprise7. »

3Partant de cette considération, j’analyse la montée de la précarité comme un trait actuel directement lié aux transformations plus larges de la vie collective :

  1. au niveau de l'entreprise, en considérant en particulier l'affirmation de la flexibilité dans l'organisation des processus de production ;
  2. au niveau économique et politique, en analysant la transformation des politiques du marché du travail vers les approches de « flexicurité » ;
  3. au niveau social, en situant la segmentation du marché du travail et la hausse des inégalités dans une crise générale de la démocratie associée aux difficultés croissantes pour un grand nombre de personnes à avoir une expérience de travail positive leur permettant de construire leur projet de vie personnel.

Précarité et crise de la démocratie

Les processus de production : flexibilité et fragmentation

  • 8 Benjamin Coriat, Penser à l’envers, Paris, Christian Bourgeois, 1991.
  • 9 Arne L. Kalleberg, « Flexible Firms and Labor Market Segmentation: Effects of Workplace Restructur (...)
  • 10 Manuel Castells, The Rise of the Network Society, The Information Age: Economy, Society and Cultur (...)
  • 11 John Atkinson, « Manpower Strategies for Flexible Organisations », Personnel Management, August, 1 (...)
  • 12 Jörg Flecker, Ursula Holtgrewe, Annika Schönauer et Stavros Gavroglou, Value Chain Restructuring a (...)
  • 13 Ulrich Beck, op. cit. ; Robert Castel, op. cit.
  • 14 Arne L. Kalleberg, « Job Quality and Precarious Work : Clarifications, Controversies, and Challeng (...)

4Le modèle de lean production  s’est répandu dans les industries et les services parce que l'organisation du travail exige un engagement des ressources sous pression constante8. Au niveau général, non seulement les modèles de lean production mais des modèles de gestion basés sur la flexibilité9 se sont développés au sein des « organisations en réseau » où les frontières entre les individus, les entreprises et les territoires sont floues10. La flexibilité, en particulier, s’est développée à plusieurs niveaux : parmi les entreprises, entre l'entreprise et la main-d'œuvre, dans l'organisation du travail, y compris dans le temps de travail, les méthodes, les tâches et les salaires11. Les relations entre les entreprises, la main-d'œuvre et les contextes sociaux sont toutes devenues non seulement flexibles, mais fragmentées, avec notamment une segmentation de la chaîne de valeur12, une séparation croissante entre insiders et outsiders à l’intérieur du système de protection13 ainsi qu’une polarisation des conditions des travailleurs14. Les relations interentreprises sont de plus en plus dynamiques, la sous-traitance et l'externalisation sont à la hausse et le lien entre l’entreprise et un contexte géographique spécifique s’est affaibli. Il y a prolifération des contrats de travail temporaire, des stages, des travailleurs indépendants et des contrats intermittents. Dans la plupart de ces cas, le statut professionnel est une forme mal protégée de l'emploi, y compris pour les travailleurs très diplômés. Dans le même temps, le pouvoir de négociation des employés permanents diminue à cause de la menace de licenciements, de restructurations, de délocalisations ou d'externalisation. En somme, eux aussi, dans certains cas, deviennent plus précaires.

La « flexicurité » : un compromis manqué entre politique et économie

  • 15 Andranik Tangian, Flexicurity and political philosophy, New York, Nova Science Publishers, 2011.
  • 16 Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.
  • 17 Aris Accornero, « Il lavoro dalla rigidità alla flessibilità. E poi? », Sociologia del Lavoro, vol. (...)

5Au niveau européen, les politiques de « flexicurité » du travail se sont développées et définissent auourd’hui largement la relation entre le marché du travail et l'individu15. Le paradigme de la flexicurité vise à combiner les besoins de flexibilité de l'entreprise avec de nouveaux systèmes de protection pour les travailleurs. D’une part, il facilite les licenciements et l'utilisation de contrats à durée déterminée et, d'autre part, il tente de donner aux citoyens des possibilités de formation continue, de soutien économique et d’aide pour trouver un emploi. Cependant, aujourd'hui, la plupart des travailleurs doivent faire face à l'évolution du marché sans certitude d'un emploi à long terme et « sûr », alors qu’il n’y a pas de système universel de protection fondé sur la personne. Pour la plupart, avoir un « bon travail » reste le facteur le plus important pour avoir une « bonne vie ». Le compromis fordiste-keynésien entre la subordination et la sécurité d’emploi s’est effondré au profit d'une augmentation des responsabilités individuelles16 sans qu’il y ait de nouveau compromis entre les puissances économiques et la fragilité des individus17.

Crise de la démocratie et crise des sujets

  • 18 Manuel Castells, op. cit. ; Colin Crouch, The Strange Non-Death of Neo-Liberalism, Cambridge, Malde (...)
  • 19 Luciano Gallino, Finanzcapitalismo. La civiltà del denaro in crisi, Torino, Einaudi, 2011.

6La flexibilisation et la décentralisation des activités de travail s’accompagnent d’une concentration du pouvoir de décision dans les nœuds centraux des organisations productives alors que le contrôle devient de moins en moins visible et plus anonyme18. Ces processus font partie du scénario plus large de dématérialisation de la production que Gallino identifie comme finanzcapitalismo avec l'imposition d'une « méga-machine sociale » destinée à maximiser la valeur des individus et des écosystèmes par sa puissance financière19.

  • 20 Saskia Sassen, A sociology of globalization, New York, Norton, 2007 ; Alain  Touraine, Un nouveau (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Antimo L. Farro et Paola Rebughini (eds.), Europa alterglobal. Componenti e culture del « movimento (...)

7Une séparation croissante se produit alors entre les activités financières-économiques et les institutions politiques et sociales opérant à des niveaux locaux, nationaux ou macro-régionaux, et incapables de réguler une compétition mondiale20. Ainsi, la mondialisation peut être considérée comme une forme de capitalisme dans laquelle l'économie est davantage et de plus en plus tirée par les forces impersonnelles du marché que par les choix politiques et sociaux. Par conséquent, beaucoup de gens pensent qu'ils ont perdu le contrôle de leur propre vie et de la vie collective21. La crise de la démocratie a une grande portée, comme l'a démontré le récent mouvement social réclamant une « vraie » démocratie22, avec un impact – et une origine aussi – dans les processus de production.

  • 23 Alain Touraine, Critique de la Modernité, Paris, Fayard, 1992.

8Les deux dimensions fondamentales de la démocratie proposées par Alain Touraine23 – les droits individuels et le pouvoir décisionnel – permettent de comprendre la spécificité de la relation entre le travail et la démocratie, autrement dit entre le travail et les opportunités d’affirmation subjective. Sous cet angle, nous observons une réduction des droits fondamentaux et des mécanismes démocratiques pour gouverner la relation entre économie et société, et cette tendance est plus grave encore dans le cas des travailleurs précaires.

  • 24 Luciano Gallino, op. cit. ; Guy  Standing, The Precariat. The new dangerous class, Bloomsbury Publ (...)

9Considérant les droits fondamentaux, le travail « non standard » viole, selon Gallino et Standing24, une série de droits qui définissent le « travail décent » pour l’Organisation internationale du travail :

  1. la sécurité d'emploi (protections contre le licenciement),
  2. la sécurité au travail (valorisation des professions et des compétences),
  3. la santé au travail (protection contre accidents de travail et maladies professionnelles),
  4. la sécurité du revenu (création et maintien des ressources économiques adéquates),
  5. la sécurité des prestations de welfare (capacité à maintenir un niveau adéquat de revenu même après avoir quitté le marché du travail),
  6. les garanties de représentation (droits d'appartenance syndicale et droits syndicaux).

10Ces droits établis par les conventions collectives sont absents ou contournés par l'utilisation accrue de contrats de travail précaire et, en général, par l’augmentation de la flexibilité et de la fragmentation.

  • 25 Stéphanie Luce, Labour Movements. Global Perspectives, Cambridge, Malden, Polity Press, 2014 ; Luc (...)

11Au niveau des processus de prise de décision démocratique, les travailleurs précaires sont facilement isolés et placés dans une position subordonnée dans la relation avec leurs employeurs. Beaucoup d'auteurs soulignent le lien entre une augmentation de la flexibilité (en particulier contractuelle) et une réduction de la puissance de négociation des syndicats, à l'échelle nationale et mondiale. Les travailleurs dans les zones périphériques des processus de production sont souvent exclus des réseaux de représentation syndicale. Dans le même temps, le syndicat perd le pouvoir de négociation dans les entreprises et dans le dialogue social entre partenaires sociaux et institutions25.

Sujets « précaires » en action en Italie

  • 26 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008 ; Michel Wieviorka, « Le t (...)
  • 27 Alain Touraine, Critique de la Modernité, op. cit.

12Considérant ce scénario, j’étudie, dans le contexte italien, les actions collectives des travailleurs précaires qui s’organisent pour faire valoir leurs droits, leur projet de vie et leur idée de société. La relation entre l'individu et le travail est analysée sous l’angle des processus de subjectivation et dé-subjectivation26 pour comprendre le sens individuel du travail, les orientations générales et les conflits aux niveaux politique, social et culturel27.

  • 28 Daniele Di Nunzio (ed.), Young people at risk : how changes in work are affecting young Italians' (...)
  • 29 Emilio Reyneri et Federica Pintaldi, Dieci domande su un mercato del lavoro in crisi, Bologne, Il M (...)

13En Italie, la crise a été accompagnée d’un processus de flexibilisation du travail, commencé dans les deux dernières décennies, avec une fragmentation des processus de production et une augmentation de l'inégalité entre les travailleurs. La montée du chômage est liée à une incertitude croissante de l'emploi à travers le recours à des contrats temporaires et « non standard », en particulier pour les personnes les plus marginalisées comme les jeunes et les migrants28. En Italie, ces processus sont aggravés car la concurrence est basée sur la réduction des coûts plutôt que sur l'innovation, avec pour corrélat une croissance des emplois peu qualifiés et l’exploitation des travailleurs indépendants hautement qualifiés29.

  • 30 Guy Standing, The Precariat. The new dangerous class, op. cit. ; Annalisa Murgia et Giulia Selmi, « (...)
  • 31 Confederazione Generale Italiana del Lavoro.
  • 32 Ilaria Lani (ed.), Organizziamoci, Rome, Editori Riuniti, 2013.

14Les travailleurs précaires ont beaucoup de difficultés à s’organiser avec les syndicats, mais aussi en associations et en groupes auto-organisés. Cependant, lors des quinze dernières années, il y a eu de nombreuses mobilisations et initiatives (peu au niveau national, beaucoup au niveau local ou sectoriel). Au début du xxie siècle, une partie des groupes ayant participé au mouvement altermondialiste – centres sociaux, mouvements étudiants, associations, syndicats, groupes d'auto-organisés – a créé la May Day parade, un événement organisé par les travailleurs précaires à Milan le 1er mai 200130. Déjà quelques années auparavant, les syndicats « traditionnels » avaient commencé à faire face à ces problèmes de précarité. Ainsi, en 1998, le plus grand syndicat italien, la CGIL31, avait fondé le Nidil (Nuove Identità di Lavoro) pour représenter les travailleurs temporaires. Récemment, en 2014, après son dernier Congrès, la CGIL a proposé d'orienter ses actions vers la « négociation inclusive » pour étendre les droits à tous les travailleurs32. Comme l’explique un unioniste, « la négociation inclusive doit prendre en compte tout le cycle de production pour garantir des conditions de travail décentes aux travailleurs les plus faibles, comme les travailleurs temporaires et les entreprises sous-traitantes. »

15En dehors des grandes manifestations nationales, ont eu lieu de nombreuses expériences de luttes, de mobilisations et de négociations impliquant des militants syndicalistes et auto-organisés pour affirmer les droits de travailleurs précaires aux niveaux local et sectoriel. Il semble que la précarité rende difficile l’organisation de grandes mobilisations, mais autour de nombreuses expériences, les travailleurs précaires cherchent à construire des réseaux d’action.

16Quel sens ont ces micro-luttes pour l'individu, notamment par rapport aux questions plus générales sur le travail et les syndicats ? Ma recherche tente de répondre par une analyse des expériences de mobilisation qui ont eu lieu entre 2011 et 2014 en considérant les travailleurs auto-organisés ainsi que les actions organisées par un réseau d'associations avec la contribution de certains syndicalistes de la CGIL.

  • 33 Par exemple Iva Sei Partita, site Web fondé en 2010 par un petit groupe de travailleurs autonomes (...)
  • 34 Notamment Dissociat, une campagne contre l'utilisation de la « associazione in partecipazione » (u (...)
  • 35 En 2011, un « réseau de réseaux » de travailleurs précaires – des individus isolés, des groupes de (...)

17J’ai analysé trois types d’expérience. a) les groupes auto-organisés (concernant principalement les travailleurs hautement qualifiés33) ; b) les réseaux entre les associations et les syndicats34 ; c) une grande manifestation nationale de travailleurs précaires35. Afin de comprendre les orientations et les objectifs des individus impliqués dans ces actions collectives, j’aimerais souligner quatre dimensions principales pour comprendre le sens de leurs actions : 1) le sens personnel du travail, 2) la socialisation, 3) l'affirmation des droits fondamentaux et universels  et 4) l'affirmation de la démocratie participative et délibérative à tous les niveaux de la vie sociale et aussi dans les syndicats.

  • 36 Michel Wieviorka, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », op. cit.

18La première dimension est liée au débat sociologique sur la distinction entre les concepts de « travail » et d’« emploi »36. Le premier terme se réfère au travail en tant qu’activité humaine qui donne un sens à la vie individuelle et collective, tandis que le second a une connotation plus « fonctionnaliste » et renvoie à une optique instrumentale par rapport à l'entreprise.

  • 37 Ibid.

19La deuxième dimension est liée à l'importance d'examiner le travail comme un « rapport à d'autres personnes »37 au niveau de l'entreprise, mais également dans l'ensemble des relations sociales. La précarité du travail a conduit à un isolement des individus et à de nombreuses difficultés pour trouver un groupe de référence, une adhésion collective. Le travail peut au contraire donner un sens aux relations sociales.

20Les troisième et quatrième dimensions (les droits fondamentaux et la démocratie participative et délibérative) sont liées à l'importance de prendre en considération le rôle du travail dans le vaste débat sur la crise actuelle de la démocratie, présentée brièvement dans la section précédente.

Sens personnel du travail

21Les travailleurs précaires veulent pouvoir « refuser un emploi à tout prix » au nom de l'idée que le travail est un moyen d'exprimer leur personnalité, leurs compétences et leur créativité. Ils refusent l'idée de sous-qualification ainsi que celle selon laquelle le travail serait juste un moyen d'avoir de l'argent en en acceptant toutes les conditions. Ils considèrent aussi le travail comme un moyen d'affirmer leur projet de vie personnelle « contre l'idée d'un destin invisible » tel qu’exprimé dans un entretien.

Socialisation

22Les travailleurs précaires ressentent le besoin d'échapper à leur condition d’isolement et l’atomisation, sentiments liés à la fragmentation des conditions de travail et de vie. Au contraire, ils veulent partager leurs expériences, leurs points de vue, leurs sentiments. « Parfois, il se sent faire partie d'un groupe thérapeutique collectif et pas seulement d'une association, à l’image des personnes ayant des problèmes psychologiques », comme l’a expliqué un militant. Par conséquent, l'organisation collective est un moyen de rencontrer de nouvelles personnes et de partager ses points de vue, non seulement en ce qui concerne l'organisation de manifestations, mais aussi à propos de leur vie privée et de leur idée du monde. En outre, les organisations collectives sont considérées utiles pour rencontrer des collègues et échanger des informations professionnelles (contacts, documents, expériences, compétences et connaissances) ainsi que pour créer de nouvelles possibilités d'emploi et des activités de co-travail.

Droits fondamentaux et universels

  • 38 Alain Touraine, Critique de la Modernité, op. cit. ; Alain Touraine, Un nouveau paradigme, op. cit(...)

23Les actions collectives de travailleurs précaires veulent mettre en œuvre une idée contemporaine de démocratie en mesure de construire des sujets et reposant sur deux piliers principaux : les droits fondamentaux et universels, et une organisation participative de la vie collective à tous les niveaux38.

24Notre analyse montre que, contre la fragmentation du travail et le manque de protection, les travailleurs précaires proposent l’instauration de droits fondamentaux et universels tant pour les travailleurs que pour les citoyens. À côté des demandes concernant la spécificité de leur condition et de leur profession, les travailleurs précaires exigent des droits pour protéger l’emploi au sens large.

25Ils demandent un ensemble de droits fondamentaux pour tous les types de contrats et de professions (« L’égalité des droits pour chaque travailleur »). Considérant les droits associés au travail, nous pouvons identifier : a) la rémunération équitable (« un salaire égal pour un travail égal ») ; b) la santé et la sécurité au travail ; c) la maternité et la paternité ; d) la formation professionnelle continue ; e) les droits syndicaux d'association, de représentation, d’information, de consultation et de participation ; f) des supports en cas de licenciement et de chômage.

26Les travailleurs vulnérables demandent des droits universels en tant que travailleurs et en tant que personnes. Le chômage et le travail discontinu étant des problèmes croissants, ils demandent plus de droits directement associés à la citoyenneté : a) l’accès à un bon emploi ; b) un revenu de base contre la pauvreté et le chantage à l'emploi ; c) des supports pour créer une vie autonome et une famille, y compris une aide au logement ; d) l’éducation et la formation continue ; e) la santé et la sécurité publique ; f) la valorisation des « biens communs ».

La démocratie participative et délibérative pour l'affirmation subjective

  • 39 Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism, Cleveland, New York, Meridian Books, 1951 (1958).
  • 40 Guy Standing, A Precariat Charter : From Denizens to Citizen, Bloomsbury Publishing, 2014.
  • 41 Alain Touraine, Un nouveau paradigme, op. cit.)

27Les travailleurs vulnérables considèrent avoir perdu le contrôle de leur propre vie et de leur vie sociale, parce que « le marché régit la société » et qu’« il y a une crise de la démocratie et non, seulement, une crise économique », ainsi que déclaré dans les interviews. Ils veulent affirmer la démocratie à tous les niveaux : au niveau de l’entreprise mais aussi dans les contextes locaux et internationaux. Ils veulent affirmer le « droit d'avoir des droits »39 et la démocratie des processus décisionnels contre la concentration du pouvoir décisionnel, avec l'objectif de renforcer la liberté d'association et d'organisation collective40 et, plus profondément, de renforcer l’engagement du sujet contre toute forme d'exploitation41.

  • 42 Daniele Di Nunzio, Andrea Brunetti et Chiara Mancini, « Le frontiere dell’azione e le sfide quotid (...)

28Pour cela, ils demandent un renouvellement des institutions décisionnelles traditionnelles – comme les partis et les syndicats – pour affirmer les processus participatifs et délibératifs à travers un « dialogue social » plus démocratique. Ils recherchent davantage de possibilités d’« auto-organisation » et demandent un renouvellement des organisations syndicales, parce qu'ils n’opposent pas la démocratie participative et délibérative à la démocratie représentative, comme nous l’avons vu le plus souvent avec les collaborations entre les groupes auto-organisés et les syndicats traditionnels. Le syndicat tente de soutenir une idée de « négociation inclusive », mais les revendications des travailleurs précaires impliquent une réforme plus large42. Ils veulent peser sur la transformation du syndicat et sur la relation entre le travail et la société. Ils veulent la possibilité de choisir leurs représentants et de contribuer à la définition du programme d'action syndical.

Les luttes des travailleurs précaires pour la transformation de la vie sociale

29À l'époque actuelle, la flexibilité est la tendance majeure dans les processus de production, avec de nombreux impacts sur les politiques du marché du travail, sur la vie sociale et donc sur les individus exposés à une précarité des conditions de travail et de vie. La flexibilité conduit à une fragmentation des processus de travail, à une augmentation des inégalités, à une crise de la démocratie, des droits fondamentaux ainsi que du pouvoir décisionnel. Par conséquent, la précarité menace l’affirmation subjective par le travail. Les individus tentent de faire face à la crise de la démocratie et à la précarité de leur vie, en affirmant une nouvelle idée du travail et de la vie collective, capable de venir en aide aux sujets à tous les niveaux. Ils affirment le travail : a) en tant qu’occasion d'exprimer sa personnalité et son projet de vie personnel ; b) en tant que source d’expérience de relations et socialisation ; c) en tant qu’il permet l’accès aux droits fondamentaux et universels ; d) en tant qu’il est l’expression d’une démocratie participative et délibérative, aussi « par » et « dans » les syndicats, visant la transformation de la vie personnelle et sociale.

30Les travailleurs précaires ont des difficultés objectives d'organisation. S’ensuivent donc beaucoup d'expériences de micro-luttes et peu de grands événements nationaux. Cependant, ces micro-luttes ne sont pas juste des luttes corporatistes (même si des tensions existent), mais sont surtout orientées vers des transformations générales de la relation entre individu, travail et société.

31Comme l’analyse Karine Clément dans le chapitre précédent consacré à la mobilisation en Russie, « la personne se fait ou se redécouvre sujet très largement dans le cours de l’action ». Les travailleurs précaires, dans les mouvements italiens, ont développé leur propre concept de précarité et de lutte contre la précarité à partir de petits réseaux, de petits groupes informels et, par la suite, ont construit une relation plus large avec les syndicats généraux, dans le but d'affirmer les droits et le pouvoir de décision pour tous.

  • 43 Michel Wieviorka, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », op. cit.
  • 44 Michel Wieviorka, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », op. cit.
  • 45 Ibid.
  • 46 Alain Touraine, « Préface », in De Coster M., Pichault F. (dir.), Traité de sociologie du travail, (...)
  • 47 Alain Touraine, Un nouveau paradigme, op.cit.

32En même temps, les travailleurs précaires créent leur propre idée du travail et de la société en se confrontant concrètement aux conditions précaires, par un processus de subjectivation et de dé-subjectivation43 par lequel se construit leur conscience : un processus individuel susceptible aussi d’alimenter des mobilisations collectives. Plus généralement, les travailleurs précaires veulent réagir contre la difficulté de donner un sens au travail et à la vie, et « être reconnus »44 dans plusieurs dimensions de la vie sociale. Ils veulent affirmer le travail et la précarité comme des « questions sociales »45 et, de cette manière, ils participent à un mouvement général pour l’affirmation de la subjectivité et de la démocratie, pour la « recomposition de la vie sociale »46, en opposition à la fragmentation et à la séparation entre vie sociale et économie, contre une « société sans acteurs »47, dominée par les forces du marché.

Bibliographie

Accornero Aris, « Il lavoro dalla rigidità alla flessibilità. E poi? », Sociologia del Lavoro, vol. 100, 2005, p. 9-23.

Arendt Hannah, The Origins of Totalitarianism, Cleveland, New York, Meridian Books, 1951 (1958).

Atkinson John, « Manpower Strategies for Flexible Organisations », Personnel Management, August, 1984, p. 28-31.

Beck Ulrich, La società del rischio. Verso una seconda modernità, Rome, Carocci, 1986.

Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Carrieri Mimmo et Treu Tiziano (eds.), 2013, Verso nuove relazioni industriali, Bologne, Il Mulino, 2013.

Castel Robert, La montée des incertitudes. Travail, protection, statut des individus, Paris, Seuil, 2009.

Castells Manuel, The Rise of the Network Society, The Information Age : Economy, Society and Culture, vol. I, Cambridge, Oxford, Blackwell, 1996.

Coriat Benjamin, Penser à l’envers, Paris, Christian Bourgeois, 1991.

Crouch Colin, The Strange Non-Death of Neo-Liberalism, Cambridge, Malden, Polity Press, 2011.

Di Nunzio Daniele (ed.), Young people at risk : how changes in work are affecting young Italians' health and safety, Bruxelles, ETUI, 2013.

Di Nunzio Daniele, Brunetti Andrea et Mancini Chiara, « Le frontiere dell’azione e le sfide quotidiane del sindacato nella frammentazione del lavoro », Quaderni di Rassegna Sindacale. Lavori, no 3, 2015, p. 143-164.

Di Nunzio  Daniele et Emanuele Toscano, Vita da professionisti, Rapporto di ricerca, Associazione Bruno Trentin, 2015.

Dubet François, Injustices. L’expérience des inégalités au travail, Paris, Seuil, 2006.

Dubet François et Vérétout Antoine, « Une “réduction“ de la rationalité de l'acteur. Pourquoi sortir du RMI ? », Revue française de sociologie, vol. 42, n° 42-3, 2001, p. 407-436.

Ehrenberg Alain, 2010, La società del disagio. Il mentale e il sociale, Torino, Einaudi.

Farro Antimo L. et Rebughini Paola (eds.), Europa alterglobal. Componenti e culture del “movimento dei movimenti“ in Europa, Franco Angeli, 2008.

Flecker Jörg, Holtgrewe Ursula, Schönauer Annika et Gavroglou Stavros, Value Chain Restructuring and Company Strategies to Reach Flexibility, Higher Institute of Labour Studies, K.U. Leuven, 2009.

Gallino Luciano, Il lavoro non è una merce. Contro la flessibilità, Rome, Bari, Laterza, 2007.

Gallino Luciano, Finanzcapitalismo. La civiltà del denaro in crisi, Torino, Einaudi, 2011.

Giorgetti Fumel Mario et Chicchi Federico, Il tempo della precarietà, Milan, Udine, Mimesis, 2012.

Gumbrell-McCormick Rebecca et Hyman Richard, Trade Unions in Western Europe : Hard Times, Oxford University Press, 2013.

Kalleberg, Arne L., « Flexible Firms and Labor Market Segmentation : Effects of Workplace Restructuring on Jobs and Workers », Work and Occupations, vol. 30, no 2 , 2003, p. 154-175.

Kalleberg Arne L., « Job Quality and Precarious Work : Clarifications, Controversies, and Challenges », Work and Occupations, vol. 39, no 4, 2012, p. 427-448.

Lani Ilaria (ed.), Organizziamoci, Rome, Editori Riuniti, 2013.

Luce Stéphanie, Labour Movements. Global Perspectives, Cambridge, Malden, Polity Press, 2014.

Murgia Annalisa et Selmi Giulia, « Inspire and conspire. Italian precarious workers between self-organization and self-advocacy », Interface, vol. 4, no 2, 2012, p. 181-196.

Pleyers Geoffrey, Alter-globalization. Becoming Actors in the Global Age, Polity Press, 2011.

Reyneri Emilio et Pintaldi Federica, Dieci domande su un mercato del lavoro in crisi, Bologne, Il Mulino, 2013.

Sassen Saskia, A sociology of globalization, New York, Norton, 2007.

Sennett Richard, The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitalism, Londres, W. W. Norton & Company, 1998.

Standing Guy, The Precariat. The new dangerous class, Bloomsbury Publishing, 2011.

Standing Guy, A Precariat Charter : From Denizens to Citizen, Bloomsbury Publishing, 2014.

Tangian Andranik, Flexicurity and political philosophy, New York, Nova Science Publishers, 2011.

Touraine Alain, Critique de la Modernité, Paris, Fayard, 1992.

Touraine Alain, Qu’est-ce que la démocratie ?, Paris, Fayard, 1994.

Touraine Alain, « Préface », in De Coster M., Pichault F., (dir.), Traité de sociologie du travail, De Boeck Université, Bruxelles, 1998.

Touraine Alain, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008.

Wieviorka Michel, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », Working Papers Series, 16, Fondation Maison des sciences de l’homme, 2012, disponible sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00717835 (consulté le 16 décembre 2015).

Wieviorka Michel, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », Nouvelle revue du travail, no 2, 2013, disponible sur https://nrt.revues.org/687 (consulté le 16 décembre2015).

Notes

1 Ulrich Beck, La società del rischio. Verso una seconda modernità, Rome, Carocci, 1986 ; Robert Castel, La montée des incertitudes. Travail, protection, statut des individus, Paris, Seuil, 2009.

2 Luciano Gallino, Il lavoro non è una merce. Contro la flessibilità, Roma-Bari, Laterza, 2007.

3 Richard Sennett, The Corrosion of Character. The Personal Consequences of Work in the New Capitalism, Londres, W. W. Norton & Company, 1998.

4 Alain Ehrenberg, La società del disagio. Il mentale e il sociale, Torino, Einaudi ; Mario Giorgetti Fumel, Federico Chicchi, Il tempo della precarietà, Milano-Udine, Mimesis, 2012.

5 François Dubet et Antoine Vérétout, « Une “réduction” de la rationalité de l'acteur. Pourquoi sortir du RMI ? », Revue française de sociologie, vol. 42, n° 42-3, 2001, p. 407-436.

6 Guy Standing, The Precariat. The new dangerous class, Bloomsbury Publishing, 2011.

7 Michel Wieviorka, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », Nouvelle revue du travail, n° 2, 2013, p. 12, disponible sur https://nrt.revues.org/687 (consulté le 16 décembre2015))

8 Benjamin Coriat, Penser à l’envers, Paris, Christian Bourgeois, 1991.

9 Arne L. Kalleberg, « Flexible Firms and Labor Market Segmentation: Effects of Workplace Restructuring on Jobs and Workers », Work and Occupations, vol. 30, n° 2 , 2003, p. 154-175.

10 Manuel Castells, The Rise of the Network Society, The Information Age: Economy, Society and Culture, vol. I, Cambridge, Oxford, Blackwell, 1996.

11 John Atkinson, « Manpower Strategies for Flexible Organisations », Personnel Management, August, 1984, p. 28-31.

12 Jörg Flecker, Ursula Holtgrewe, Annika Schönauer et Stavros Gavroglou, Value Chain Restructuring and Company Strategies to Reach Flexibility, Higher Institute of Labour Studies, K.U. Leuven, 2009.

13 Ulrich Beck, op. cit. ; Robert Castel, op. cit.

14 Arne L. Kalleberg, « Job Quality and Precarious Work : Clarifications, Controversies, and Challenges », Work and Occupations, vol. 39, n° 4, 2012, p. 427-448.

15 Andranik Tangian, Flexicurity and political philosophy, New York, Nova Science Publishers, 2011.

16 Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

17 Aris Accornero, « Il lavoro dalla rigidità alla flessibilità. E poi? », Sociologia del Lavoro, vol. 100, 2005, p. 9-23.

18 Manuel Castells, op. cit. ; Colin Crouch, The Strange Non-Death of Neo-Liberalism, Cambridge, Malden, Polity Press, 2011 ; Richard Sennett, op. cit.

19 Luciano Gallino, Finanzcapitalismo. La civiltà del denaro in crisi, Torino, Einaudi, 2011.

20 Saskia Sassen, A sociology of globalization, New York, Norton, 2007 ; Alain  Touraine, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.

21 Ibid.

22 Antimo L. Farro et Paola Rebughini (eds.), Europa alterglobal. Componenti e culture del « movimento dei movimenti » in Europa, Franco Angeli, 2008 ; Geoffrey Pleyers, Alter-globalization. Becoming Actors in the Global Age, Polity Press, 2011.

23 Alain Touraine, Critique de la Modernité, Paris, Fayard, 1992.

24 Luciano Gallino, op. cit. ; Guy  Standing, The Precariat. The new dangerous class, Bloomsbury Publishing, 2011.

25 Stéphanie Luce, Labour Movements. Global Perspectives, Cambridge, Malden, Polity Press, 2014 ; Luciano Gallino, Finanzcapitalismo, op. cit. ; Mimmo Carrieri et Tiziano Treu (eds.), 2013, Verso nuove relazioni industriali, Bologne, Il Mulino, 2013 ; Rebecca Gumbrell-McCormick et Richard Hyman, Trade Unions in Western Europe : Hard Times, Oxford University Press, 2013.

26 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008 ; Michel Wieviorka, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », op. cit.

27 Alain Touraine, Critique de la Modernité, op. cit.

28 Daniele Di Nunzio (ed.), Young people at risk : how changes in work are affecting young Italians' health and safety, Bruxelles, ETUI, 2013.

29 Emilio Reyneri et Federica Pintaldi, Dieci domande su un mercato del lavoro in crisi, Bologne, Il Mulino, 2013 ; Daniele Di Nunzio et Emanuele Toscano, Vita da professionisti, Rapporto di ricerca, Associazione Bruno Trentin, 2015.

30 Guy Standing, The Precariat. The new dangerous class, op. cit. ; Annalisa Murgia et Giulia Selmi, « Inspire and conspire. Italian precarious workers between self-organization and self-advocacy », Interface, vol. 4, no 2, 2012, p. 181-196.

31 Confederazione Generale Italiana del Lavoro.

32 Ilaria Lani (ed.), Organizziamoci, Rome, Editori Riuniti, 2013.

33 Par exemple Iva Sei Partita, site Web fondé en 2010 par un petit groupe de travailleurs autonomes (architectes et ingénieurs) ; ANA, Association nationale des architectes fondée en 2005 sur le site de construction de la route Rome-Naples, ou Errori di Stampa, un petit réseau local et informel de journalistes basés à Rome.

34 Notamment Dissociat, une campagne contre l'utilisation de la « associazione in partecipazione » (une typologie de travail autonome) dans le secteur de la distribution, ou « Con il contratto », une campagne pour améliorer les droits des travailleurs autonomes dans les studios professionnels, organisée par CGIL Filcams, Nidil CGIL, Département national des jeunes CGIL, avec deux réseaux de travailleurs autonomes.

35 En 2011, un « réseau de réseaux » de travailleurs précaires – des individus isolés, des groupes de travailleurs précaires auto-organisés, des associations, des partis de gauche et des syndicalistes – a organisé dans de nombreuses villes une manifestation nationale très participative (Il nostro tempo è adesso). Par la suite, ces réseaux ont encadré une assemblée nationale et produit une déclaration des droits fondamentaux. Récemment, en 2016, la CGIL a soumis une proposition pour une Carta dei diritti universali del lavoro-Nuovo statuto di tutte le lavoratrici e di tutti i lavoratori.

36 Michel Wieviorka, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », op. cit.

37 Ibid.

38 Alain Touraine, Critique de la Modernité, op. cit. ; Alain Touraine, Un nouveau paradigme, op. cit.

39 Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism, Cleveland, New York, Meridian Books, 1951 (1958).

40 Guy Standing, A Precariat Charter : From Denizens to Citizen, Bloomsbury Publishing, 2014.

41 Alain Touraine, Un nouveau paradigme, op. cit.)

42 Daniele Di Nunzio, Andrea Brunetti et Chiara Mancini, « Le frontiere dell’azione e le sfide quotidiane del sindacato nella frammentazione del lavoro », Quaderni di Rassegna Sindacale. Lavori, no 3, 2015, p. 143-164.

43 Michel Wieviorka, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », op. cit.

44 Michel Wieviorka, « Le travail aujourd’hui. L’hypothèse de la reconnaissance », op. cit.

45 Ibid.

46 Alain Touraine, « Préface », in De Coster M., Pichault F. (dir.), Traité de sociologie du travail, De Boeck Université, Bruxelles, 1998.

47 Alain Touraine, Un nouveau paradigme, op.cit.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540