Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 2. Du conflit local aux enjeux globaux

Chapitre 6. Russie : Mobilisations locales et bien commun

Karine Clément

Texte intégral

  • 1 Lev Gudkov, « Social’nyj kapital i ideologičeskie orientacii » [Le capital social et les orientati (...)
  • 2 Acronyme pour not in my back yard.

1La société russe post-soviétique, en termes d’action collective, a longtemps été considérée comme un terreau peu fertile en mobilisations sociales. Le regard de la plupart des commentateurs, tant étrangers que russes, ne s’est transformé que fin 2011-2012, à l’occasion des mobilisations massives pour des « élections honnêtes » dans lesquelles certains ont pu voir le « réveil de la société civile russe ». Pourtant, depuis 2005 au moins, une frange limitée mais croissante de la population a renoué avec l’action collective. Il s’agit surtout de mobilisations relativement éparses, localisées, inscrites dans le quotidien des acteurs mobilisés et mettant en avant des problèmes sociaux plutôt concrets. Opposant les revendications sociales et matérialistes, voire « paternalistes », de ces mouvements à celles dites « morales » des nouveaux mouvements citoyens de Moscou et Saint-Pétersbourg, certains analystes1 tendent à les ranger dans la catégorie des mouvements de type NIMBY2, c’est-à-dire des mobilisations égoïstes et centrées sur la défense d’un intérêt catégoriel, contraires à l’intérêt général.

  • 3 Laurent Thévenot, « The plurality of cognitive formats and engagements moving between the familiar (...)

2Admettons tout d’abord qu’une grande part des grassroots movements et des initiatives locales reste limitée au traitement d’un problème concret, particulier et restreint notamment dans l’espace qui affecte les participants. Mais certains mouvements sociaux que nous avons choisis comme objets d’étude indiquent au contraire une dynamique d’élargissement, d’agrandissement et d’ouverture. Élargissement à d’autres thèmes ou problèmes liés à ceux qui ont donné naissance au groupe militant initial (iniciativnaâ gruppa en russe). Agrandissement d’échelle : d’un micro-territoire ou micro-local (par exemple, la cour commune à quelques immeubles) à d’autres territoires (d’autres cours d’immeuble, une place centrale dans la ville, etc.). Ouverture vers d’autres partenaires, groupes de lutte, mouvements sociaux, associations, syndicats ou organisations politiques. En d’autres termes, les études de cas que nous avons effectuées montrent l’existence de processus de généralisation, ou « montée en généralité », pour utiliser les termes de Laurent Thévenot3, ainsi que la formation de liens de solidarité non limités à ceux des proches, du proche ou du familier.

  • 4 Vladimir Shlapentokh et Joshua Woods, Contemporary Russia as a Feudal Society: A New Perspective o (...)

3La plupart des mobilisations que connaît la Russie contemporaine naissent de situations et de problèmes inscrits dans le quotidien des gens ou dans leur entourage. Parce qu’elles émeuvent certains de ceux qui les éprouvent, ces situations entraînent une transformation des manières de voir, de penser et d’agir de certains protagonistes, les amenant à radopter des pratiques militantes, en rupture avec les schèmes socio-culturels les plus répandus dans la société russe, que de nombreuses études sociologiques décrivent comme marqués par le « chacun pour soi », le « subir », la méfiance (en dehors du cercle restreint des « siens »), le conformisme, les attentes paternalistes à l’égard des supérieurs et de l’État4. Quoi que l’on pense de cette approche parfois caricaturale du contexte socio-culturel de la société russe contemporaine, elle permet d’apprécier l’importance, pour la mise en action collective, d’un ébranlement affectant l’individu « ordinaire » dans son monde quotidien et familier. À ce sujet, notons que les mobilisations citoyennes de la fin 2011-2012 relèvent sans doute d’une autre méthodologie d’approche en ce qu’elles ne sont pas centrées sur des préoccupations appartenant au monde du quotidien, du proche ou des problèmes pratiques. Il serait néanmoins erroné d’opposer motifs universels ou abstraits pour les uns, particularistes et concrets pour les autres. En fait, les mobilisations citoyennes de la fin 2011-2012 ont bien plus à voir qu’il n’y paraît avec le monde du proche et du quotidien des participants aux manifestations (un monde fait d’Internet, des réseaux sociaux, de témoignages de proches, etc.).

4Sur un plan théorique et méthodologique, l’étude des mobilisations sociales en Russie contemporaine exige donc à la fois d’aller au-delà des analyses macrosociologiques et des explications d’ordre macrostructurel et de ne pas se limiter aux enjeux locaux et à la dimension NIMBY. Que ces théories soient basées sur une approche du processus politique ou une approche relationnelle mettant l’accent sur les « structures de mobilisation », ou qu’il s’agisse d’explications socio-culturelles centrées sur les codes dominants ou le mainstream, elles nous renseignent sur le contexte général, d’ordre politique, social ou culturel, qui contrarie plutôt qu’il n’encourage l’action collective.

5L’approche en termes de mobilisation des ressources nous informe des techniques mises en œuvre par les militants pour trouver et consolider des ressources et met l’accent sur l’importance extrême des liens de solidarité large (au-delà du groupe des siens), point crucial et problématique en Russie. Mais elle aide peu à comprendre pourquoi des gens « comme tout le monde », à la différence de « tout le monde », en viennent à se mobiliser. Et elle réduit largement les acteurs à des stratèges calculateurs, ce qui contredit les observations empiriques indiquant l’importance des émotions, des événements et des conversations informelles au quotidien.

  • 5 François Dubet et Michel Wieviorka (dir.), Penser le sujet, autour d'Alain Touraine, Paris, Fayard (...)
  • 6 Michel Wieviorka, « Pour comprendre la violence : l'hypothèse du sujet », Sociedade e Estado, vol. (...)

6Car l’une des questions qui se posent en Russie est comment des personnes sans expérience militante antérieure ni appartenance partisane ou associative, vivant auparavant sur le mode du « subir » ou de l’adaptation aux événements ou au contexte, en viennent à s’engager dans l’action collective ? Afin d’aborder cette question, nous faisons appel à une analyse microsociologique des cadres de l’engagement d’inspiration pragmatique et interactionniste. Cela est-il pour autant contradictoire avec la sociologie du sujet préconisée par Alain Touraine et Michel Wieviorka5 ? Il ne me le semble pas, en tout cas si l’on s’interroge sur les ressorts de la mise en action collective d’hommes et de femmes vivant d’ordinaire retranchés dans leur monde privé, ce qui implique pour nombre d’entre eux une transformation de leurs rapports au monde, aux autres et à eux-mêmes. Mais cette transformation, fort improbable par ailleurs, débute rarement par un choix individuel ou une quête de cohérence personnelle, mais beaucoup plus souvent par une tentative peu réfléchie (ce qui ne signifie pas dépourvue de sens) de risquer une rencontre avec un monde peu familier. C’est dans cette dynamique que l’individu peut devenir acteur et se constituer en « sujet », que Michel Wieviorka définit par « la capacité de se construire soi-même, de procéder à des choix, de produire sa propre existence »6.

  • 7 Erving Goffman, Frame analysis: An essay on the organization of experience, Harvard, Harvard Unive (...)
  • 8 Une première recherche dirigée par l’auteur sur « Les mouvements sociaux émergents en Russie conte (...)

7Notre approche s’inspire très largement des recherches d’Erving Goffman sur les cadres de l’expérience7. Selon la compréhension que nous en avons, cette approche permet de prendre acte de la forte improbabilité d’une transformation des cadres habituels de l’action (ce dont témoigne la faible proportion de militants dans la société russe), mais ne rejette pas la possibilité que cette transformation puisse s’effectuer en lien avec, d’une part, une situation particulière, inscrite dans le monde du quotidien et, d’autre part, un changement dans l’appréciation de la situation. Nos recherches de terrain8 nous ont amenés à nous interroger sur ce que nous appelons le reframing ou transformation des cadres de l’expérience. En effet, les mobilisations naissant souvent d’initiatives prises par des individus peu ou pas habitués à un quelconque militantisme, elles imposent de penser les conditions et les ressorts de l’engagement social, de la transformation des modes de pensée et d’action d’individus antérieurement passifs du point de vue social, ou peu engagés dans des activités militantes. Pour répondre à la question de l’apprentissage de l’action collective des «  militants néophytes », nous pensons l’approche d’inspiration goffmanienne riche d’enseignements.

  • 9 Laurent Thévenot, op. cit, 2007.

8Il ressort de nos recherches une inscription forte des premiers pas vers l’action collective dans le monde du quotidien ou « du proche », pour utiliser la terminologie de Laurent Thévenot9. Afin de se mettre en mouvement, la personne doit se sentir touchée, affectée par une menace intervenant dans son univers familier de vie et bousculant le cours habituel de son quotidien. Cela ne fait pas forcément de la personne un militant pour autant, d’autres circonstances et conditions entrent en ligne de compte, mais la plupart des participants à une mobilisation, s’ils ne sont pas des militants professionnels ou motivés par une certaine idée (abstraite) du monde, sont passés par cette première expérience d’un quotidien brusquement bouleversé les ayant menés à un changement de leurs habitudes de faire, de penser et d’agir.

9Que la racine de la mobilisation se situe dans l’ordinaire, le concret, le quotidien routinier et bousculé, ne signifie pas que celle-ci ne peut pas atteindre d’autres sphères, d’intérêts plus généraux, de valeurs plus universelles, de pratiques plus solidaires. Avec le cas de Kaliningrad en 2009-2010, nous démontrons la possibilité de cette montée en généralité et nous en esquissons les contours et les processus, en nous concentrant sur la question de l’expansion ou de l’élargissement d’un mouvement, et non sur celle de son émergence.

Kaliningrad 2009-2010 : l’émergence de mouvements à enjeux spécifiques

10La vaste mobilisation à Kaliningrad, fin 2009-début 2010, avait pour cibles la hausse de la taxe routière et des charges communales, l’asphyxie économique et la « dictature politique ». La manifestation, la plus massive de ces dernières années dans une ville moyenne de Russie – douze mille personnes, le 30 janvier 2010 –, a abouti au limogeage de Gueorgui Boss, gouverneur régional alors en place.

11Le mouvement est parti de nombreux micro-foyers de luttes portant sur des problèmes sociaux spécifiques et mobilisant des catégories différentes de la population. Depuis la fin 2008, les automobilistes essayaient de s’opposer à la nouvelle politique des autorités régionales remettant d’abord en cause l’exonération des droits de douane sur les automobiles importées (régime préférentiel pour les habitants de cette enclave russe dans l’Union européenne), pour ensuite élever très fortement la taxe de transport due par chaque conducteur. La mobilisation des automobilistes a commencé par des attroupements devant les postes de douane, facilités par les kilomètres d’attente provoqués par les nouvelles règles de dédouanement. Perdant patience, les petits importateurs de voitures (un « petit business » très répandu à Kaliningrad) s’énervaient, discutaient, se montaient la tête les uns les autres. Des leaders d’opinion se sont imposés parmi eux, notamment Konstantin Doroshok, l’une des figures clés de la vaste mobilisation de janvier 2010. Il a pris un jour l’initiative de bloquer la route fédérale passant à proximité des douanes, suivi par des dizaines de collègues. Ensuite, les actions de tout ordre (pétitions, piquets devant les douanes, rassemblements au centre-ville) se sont multipliées, rejointes à chaque fois par plus de sympathisants.

12Les médecins et patients de l’hôpital dit « des pêcheurs » (réservé dans le passé aux salariés de la pêche), menacé de fermeture, se sont également mis en mouvement fin 2008. Cette campagne initiée par les médecins a bénéficié du soutien d’un groupe de militants politiques et syndicaux locaux qui a organisé chaque semaine pendant un an et demi un piquet de protestation devant le siège du gouvernement régional. Peu suivie au début, cette campagne pour la sauvegarde de l’hôpital « des pêcheurs » – qui consistait, outre le piquet, en des interventions dans les médias, des pétitions, du lobbying et des batailles parlementaires – s’est avec le temps transformée en mouvement pour la défense de la santé publique dans la région. Elle a provoqué un réel mouvement d’opinion, impliqué un nombre croissant d’intéressés et abouti à la démission du ministre de la Santé ainsi qu’à une augmentation des dépenses budgétaires de santé. Cette montée en généralité et cet élargissement du soutien et de l’écho de la campagne ont été rendus possible par la régularité de l’événement et la persévérance de ses organisateurs, par la dynamique de conflit et l’impulsion donnée par son chef de file, le syndicaliste et député régional Mikhail Tchessalin. S’attachant au début à mettre en cause les malversations financières du médecin-chef de l’hôpital « des pêcheurs », les participants au piquet ont peu à peu remonté dans la hiérarchie, dénonçant le ministre de la Santé puis le gouverneur de la région, pour finalement désigner le principal responsable : « Poutine responsable pour Boss », affirmait une pancarte apparue au piquet hebdomadaire un an après le début de la campagne et devenue par la suite l’ornement incontournable de toutes les manifestations. La campagne pour la défense de la santé publique a également fourni un lieu régulier de rencontre pour tous les militants ou apprentis militants de la ville. Le piquet hebdomadaire s’est transformé ainsi en lieu de réunion informelle où s’échangeait l’information, se planifiaient et se coordonnaient des actions, se nouaient des liens entre militants d’initiatives et de mouvements différents. Doroshok, par exemple, et d’autres militants du mouvement des automobilistes, ont régulièrement participé au « piquet du vendredi ».

13Les petits entrepreneurs du commerce de rue, malgré la rude concurrence, se sont unis pour faire face à une menace commune, apparue fin 2008, quand les députés municipaux ont annoncé leur intention de retirer aux propriétaires des kiosques de vente leur droit d’occuper le terrain municipal. Face au risque de fermeture de leur commerce, source principale du revenu familial pour la plupart, les propriétaires des kiosques se sont réunis en association et sont entrés en lutte, d’abord par du lobbying et des communiqués de presse, puis par des actions de protestation publiques. Là aussi, il s’est produit une élévation d’échelle dans le choix de l’adversaire principal : d’abord la mairie et les députés municipaux, dont dépend l’adoption ou non de la nouvelle loi ; ensuite le gouverneur régional, suspecté d’être l’initiateur de ce qui était interprété comme un « raid » (de leur propre expression) sur les petits commerçants au profit d’un grand commerçant véreux aux relations haut placées ; enfin le gouvernement fédéral en la personne de Poutine. Ce dernier a été mis en cause publiquement par l’orateur représentant le mouvement des petits commerçants lors du grand rassemblement du 30 janvier 2010, sans en avoir eu le mandat et sans préméditation : « X est monté à la tribune et a crié : “à bas Poutine”, comme ça, sans prévenir, parce que l’atmosphère était comme ça. Et, finalement, ça nous a plu », raconte l’un des leaders du mouvement des petits commerçants. Et, grâce à leur propre lutte – mais aussi à leur participation à la manifestation unitaire du 30 janvier – ceux-ci ont obtenu gain de cause : la municipalité leur a concédé le bail des terrains de leurs kiosques pour vingt cinq ans.

14Les retraités de la région menaient également leur campagne, contre une loi adoptée en juin 2009 par les députés régionaux et menaçant le maintien et l’indexation des aides sociales leur permettant l’accès aux services publics. Surtout dans les petites villes de la région, où la question de l’accessibilité aux transports en commun est essentielle pour les retraités dépendant des infrastructures sociales de la capitale régionale, des actions de protestation furent organisées pendant tout l’été, des signatures récoltées par des volontaires pour une pétition exigeant le retrait de la loi. Sur ce terrain aussi, les protestataires ont en partie obtenu gain de cause.

15À ces différents champs de lutte, ajoutons encore la mobilisation des salariés de la compagnie aérienne locale KD-Avia contre la fermeture de l’entreprise et pour le paiement des arriérés de salaire, les multiples luttes de quartier pour la sauvegarde des espaces verts menacés par des projets immobiliers contestés par les riverains, sur lesquelles est venue se greffer une campagne unitaire, à l’occasion de la révision du Plan de développement urbain, pour la défense d’une « ville-jardin » et contre le « pouvoir vendu aux intérêts des firmes immobilières ».

16De campagnes en campagnes et d’actions en actions, les différents secteurs de mobilisation ont fini par construire un réseau relativement dense de mouvements sociaux divers ainsi qu’un espace de communication et de mobilisation qui a permis aux luttes particulières et localisées de sortir de leur habituelle ghettoïsation et de gagner un certain impact sur la population non directement concernée par tel ou tel problème, créant une dynamique d’élargissement. Des interconnexions se sont mises en place entre ces différents mouvements centrés sur des enjeux spécifiques. Dans la partie suivante nous allons brièvement examiner les facteurs, personnes, lieux et circonstances qui ont rendu possibles ces dynamiques.

Les dynamiques de la montée en généralité et de la construction d’espaces de solidarité

  • 10 Douglas McAdam, Sydney G. Tarrow et Charles Tilly, Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge Un (...)

17Nous nous situons ici dans une seconde phase du développement des mouvements en interrogeant non leur émergence, mais leur expansion et leur agrandissement. Cette phase est amplement étudiée par la littérature, et est au centre, par exemple, de l’étude générale de la « politique contestataire » entreprise par McAdam, Tarrow, et Tilly10. Nous leur empruntons certains concepts, tout en proposant un modèle explicatif quelque peu différent, attachant plus d’importance aux événements (y compris « micro »), aux interactions, aux émotions et aux leaders. Cette différence est sans doute liée à certaines spécificités du contexte russe, notamment le haut degré d’atomisation et de méfiance sociales, ainsi que le faible développement des canaux (organisations, réseaux ou communautés) de mobilisation (mobilizing structures).

Un mécontentement social diffus

18Les mouvements thématiques mentionnés ci-dessus se sont développés dans la période 2008-2010, sur fond de mécontentement social croissant et de crise économique, alors que le régime économique préférentiel dont bénéficiait, du fait de son statut d’enclave, la région de Kaliningrad s’effritait, que les prix des services publics, notamment des charges d’entretien des immeubles, grevaient toujours davantage le budget familial mensuel, que des entreprises fermaient et que le chômage allait croissant. La décision du gouverneur d’augmenter la taxe de transport régionale a mis le feu aux poudres.

L’émergence de leaders « grassroots »

  • 11 Nous les qualifions ailleurs de empowering leaders : Karine Clément, « The new social movements in (...)

19Par la dynamique de mobilisation propre à chaque mouvement spécifique, des leaders sans forcément d'expérience militante antérieure sont apparus et se sont affirmés au fil des événements et des interactions. Parce qu’ils appartenaient au monde des « gens ordinaires »11, ils ont pu susciter une certaine confiance, combattre la logique de l’impuissance et donner le sentiment du pouvoir agir ensemble.

20En outre, ces leaders ont noué des liens entre eux, participant aux actions et aux campagnes des uns et des autres. Portés par le sentiment d’une vague montante de mobilisation, recherchant du soutien, de l’écho, la consolidation des forces, ils ont coopéré et ont joué un rôle majeur dans la mise en convergence des luttes, l’articulation des revendications et la préparation de la manifestation du 30 janvier 2010, un vaste événement protestataire unitaire.

La mise en réseau et la formation d’une coalition

21Outre les leaders, des « apprentis militants » se sont mis à participer aux actions d’autres mouvements que les leurs. Des contacts ont été noués, le sentiment est né de partager la même expérience et de faire partie du même univers social, celui des gens « ordinaires » ou « simples », métamorphosés en acteurs contestataires. La nécessité de « se battre tous ensemble » s’est affirmée.

  • 12 Douglas McAdam, Sydney G. Tarrow et Charles Tilly, op. cit., 2001, p.333-335.

22Pour préparer la première vaste action commune (la manifestation du 30 janvier), les leaders ont mis en place une coalition ouverte à tous les mouvements à thème spécifique, ainsi qu’à tous les partis à l’exception du parti au pouvoir. Le rôle des leaders « grassroots » dans la mise en place de la coalition ad hoc peut être assimilé au « courtage » (« brokerage12 ») des théoriciens de la politique contestataire.

La diffusion d’une attitude « activiste »

23Grâce à la multiplication des fronts de mobilisation et des catégories mobilisées, l’information sur les luttes et leurs enjeux circulait largement, retransmise par les médias indépendants, Internet et, surtout, par le bouche-à-oreille. Les conversations nouées sur les sites de protestation, mais également dans des lieux de la vie ordinaire (la poste, la cour de l’immeuble, l’arrêt de bus, etc.), avec des gens « ordinaires » (« comme moi/nous »), ont sans doute eu le plus d’impact pour imposer un nouveau regard sur la situation et sur l’action protestataire.

  • 13 Nina Eliasoph, « Making a fragile public: A talk-centered study of citizenship and power », Sociol (...)

24Il y a aussi la force de l’exemple. Car, si des parents, des amis, des collègues, des connaissances dignes de confiance participaient à des actions de protestation, peut-être que... Par leur exemple même, autant que par leurs propos, les « apprentis militants » démontraient qu’être citoyen actif et vivre une vie ordinaire n’étaient pas deux lignes de conduite opposées. Cette transformation de l’appréciation de l’action protestataire ou des problèmes collectifs peut être entendue comme une opération réussie de framing du mouvement naissant. Cependant, il s’agit moins d’une stratégie consciente des leaders que d’une transformation de cadre ou de point de vue s’effectuant dans les pratiques et les interactions dans l’esprit de Goffman ou Eliasoph13.

Les « lieux communs »

  • 14 Laurent Thévenot, « Making commonality in the plural, on the basis of binding engagements », in Pa (...)
  • 15 Donatella Della Porta, Mobilizing for Democracy: Comparing 1989 and 2011, Oxford, Oxford Universit (...)

25L’expression « lieux communs » est utilisée ici dans le sens que lui donne Laurent Thévenot14, c’est-à-dire des lieux investis personnellement ou émotionnellement en commun. Parmi ces lieux communs, il y a les places communes chères aux analystes des « mouvements des places ». Le piquet hebdomadaire pour la sauvegarde de l’hôpital « des pêcheurs » était ainsi devenu une sorte de « Hyde Park » à Kaliningrad. Les autres rassemblements protestataires ont également été porteurs d’une dynamique d’« agrégation »15) et de mise en commun, ainsi que l’ont été les rencontres et les discussions dans des lieux communs plus ordinaires.

26Mais les lieux communs ne se réduisent pas aux places physiques. Certains mots en sont également venus à être communément employés, relégitimisés, réappropriés avec un sens renouvelé. Ainsi du « pouvoir », du « peuple » : « ce n’est pas le peuple qui appartient au pouvoir, mais le pouvoir qui appartient au peuple » ; ou du mot « citoyen » (« à part entière »).

Les dynamiques émotionnelles

27Que ce soit lors des conversations informelles ou dans les manifestations publiques, les mécanismes évoqués ci-dessus s’accompagnent d’un échange d’émotions, telles que l’indignation, la colère, la fierté, l’exaltation ou l’enthousiasme. Ces émotions, surtout lorsqu’elles sont partagées, interviennent pour beaucoup dans la production de cet empowerment dont on a déjà souligné l’importance, surtout s’il a une dimension collective. C’est le sentiment d’être capable d’agir en commun avec d’autres qui partagent la même expérience, et d’influencer les choses autour de soi. Les émotions sont également le ferment des solidarités émergentes.

Un projet commun aux enjeux généraux ?

28Au cours de la préparation de la manifestation unitaire du 30 janvier 2010, les différentes composantes du mouvement se sont mises d’accord sur une résolution commune dans laquelle se retrouvaient, plus ou moins articulées, une grande part des revendications particulières des campagnes de protestation thématiques. Mais étaient également posées des questions plus générales, notamment la contestation de la monopolisation de la politique par le parti du pouvoir « Russie unie », une protestation contre la politique antisociale des gouvernements régional et fédéral, contre la paupérisation d’une partie croissante de la population, ainsi qu’une affirmation d’un pouvoir collectif à même de déterminer les grandes lignes de la politique de développement de la région. Pour résumer, on pourrait parler d’une tentative de réappropriation du pouvoir « d’en bas », dans un défi public et massif à la « verticale du pouvoir » vouée aux gémonies.

Conclusion

29Aussi peut-on dire que le mouvement social du début 2010 à Kaliningrad s’est développé à partir de micro-foyers de luttes sociales inscrites dans le monde du quotidien pour s’élargir à des enjeux sociaux, politiques et moraux plus généraux, à des solidarités allant au-delà de la communauté de lutte locale, mais composées, elles aussi, de micro-solidarités établies dans des expériences partagées sur le terrain proche ou familier, des solidarités plus larges, composées au fil des luttes et des relations de proximité.

  • 16 Michel Wieviorka, op. cit., 2004.

30Pour replacer cette contribution dans le cadre général d’une réflexion sur le sujet personnel, il me paraît possible d’avancer l’idée selon laquelle l’expérimentation de l’action collective par des gens ordinaires, et surtout la pérennité et l’élargissement de l’engagement de certains leaders ou militants « invétérés » s’accompagne d’un processus de subjectivation passant par la mise en cohérence de l’expérience concrète de vie et du point de vue sur le monde. Cependant, alors que Michel Wieviorka16 fait préexister (au moins potentiellement) le sujet à l’action, il me semble que dans des sociétés comme la Russie où les logiques de désubjectivation sont tellement pesantes, le passage par l’action collective paraît indispensable. La personne se fait ou se redécouvre très largement sujet dans le cours de l’action, dans l’expérience du conflit, des discussions, ententes et désaccords, des solidarités et des démarcations, des émotions morales et affectives, ainsi que dans un travail d’attribution de sens, de cadrage et recadrage, dans des situations allant du plus proche et familier au plus éloigné et étranger.

Bibliographie

Clément Karine, « The new social movements in Russia as potentially challenging the dominant model of power relationships », Journal of Communist Studies and Transition Politics, vol. 24, n° 1, 2008, p. 68-89.

Della Porta Donatella, Mobilizing for Democracy: Comparing 1989 and 2011, Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 34.

Dubet François et Michel Wieviorka, Penser le sujet, autour d'Alain Touraine, Paris, Fayard, 1995.

Eliasoph Nina, « Making a fragile public: A talk-centered study of citizenship and power », Sociological Theory, vol. 14, n° 3, 1996, p. 262-289.

Goffman Erving, Frame analysis: An essay on the organization of experience, Havard, Harvard University Press, 1974.

Kleman Karin, Miryasova Olga et Andrey Demidov, Ot obyvatelej k aktivistam: roždaûŝiesâ social'nye dviženiâ v nynešnej Rossii [Des gens ordinaires aux activistes : les mouvements sociaux émergents en Russie contemporaine], Moscou, Tri kvadrata, 2010.

McAdam Douglas, Tarrow Sydney G. et Charles Tilly, Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

Shlapentokh Vladimir avec la coll. de Joshua Woods, Contemporary Russia as a Feudal Society: A New Perspective on the Post-Soviet Era, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

Thévenot Laurent, « The plurality of cognitive formats and engagements moving between the familiar and the public », European journal of social theory, vol. 10, n° 3, 2007, p. 409-423.

Thévenot Laurent, « Making commonality in the plural, on the basis of binding engagements », in Paul Dumouchel et Gotoh Reiko (eds), Social bonds as freedom: Revising the dichotomy of the universal and the particular, New York, Berghahn, 2015, p. 82-108.

Wieviorka Michel, « Pour comprendre la violence : l’hypothèse du sujet », Sociedade e Estado, vol. 19, n° 1, 2004, p. 21-51.

Notes

1 Lev Gudkov, « Social’nyj kapital i ideologičeskie orientacii » [Le capital social et les orientations idéologiques], Pro et Contra, tome 16, n° 3, 2012, p. 25, disponible sur http://carnegie.ru/proEtContra/?fa=49069 (consulté le 1 janvier2012).

2 Acronyme pour not in my back yard.

3 Laurent Thévenot, « The plurality of cognitive formats and engagements moving between the familiar and the public », European journal of social theory, vol. 10, n° 3, 2007, p. 409-423.

4 Vladimir Shlapentokh et Joshua Woods, Contemporary Russia as a Feudal Society: A New Perspective on the Post-Soviet Era, New York, Palgrave Macmillan, 2007 ; Lev Gudkov, Boris Dubin et Natalia N. Zorkaâ, Postsovetskij čelovek i graždanskoe obŝestvo [Post-Soviet Man and Civil Society], Moscou, Moskovskaâ škola političeskih issledovanij, 2008.

5 François Dubet et Michel Wieviorka (dir.), Penser le sujet, autour d'Alain Touraine, Paris, Fayard, 1995.

6 Michel Wieviorka, « Pour comprendre la violence : l'hypothèse du sujet », Sociedade e Estado, vol. 9, n° 1 , 2004, p. 21-51, cit. p. 23.

7 Erving Goffman, Frame analysis: An essay on the organization of experience, Harvard, Harvard University Press, 1974.

8 Une première recherche dirigée par l’auteur sur « Les mouvements sociaux émergents en Russie contemporaine » (2005-2008) avec le soutien de la Maison des sciences de l’homme et de l’Institut de sociologie de l’Académie des sciences, comprenant cent cinq entretiens approfondis avec des participants à des actions collectives et des observations (y compris participantes) ; suivie d’une autre recherche sur « Mouvements sociaux et montée en généralité » (2011-2013) avec six études de cas dans autant de villes de Russie.

9 Laurent Thévenot, op. cit, 2007.

10 Douglas McAdam, Sydney G. Tarrow et Charles Tilly, Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

11 Nous les qualifions ailleurs de empowering leaders : Karine Clément, « The new social movements in Russia as potentially challenging the dominant model of power relationships », Journal of Communist Studies and Transition Politics, vol. 24, n° 1, 2008, p. 68-89.

12 Douglas McAdam, Sydney G. Tarrow et Charles Tilly, op. cit., 2001, p.333-335.

13 Nina Eliasoph, « Making a fragile public: A talk-centered study of citizenship and power », Sociological Theory, vol. 14, n° 3, 1996, p. 262-289.

14 Laurent Thévenot, « Making commonality in the plural, on the basis of binding engagements », in Paul Dumouchel et Gotoh Reiko (eds), Social bonds as freedom: Revising the dichotomy of the universal and the particular, New York, Berghahn, 2015, p. 82-108.

15 Donatella Della Porta, Mobilizing for Democracy: Comparing 1989 and 2011, Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 34.

16 Michel Wieviorka, op. cit., 2004.

Auteur

Karine Clément est maître de conférences à la faculté des arts libéraux et des sciences de l’université d’État de Saint-Pétersbourg et directrice du Centre Andrew Gagarin d’étude de la société civile et des droits de l’homme. Elle a mené de nombreuses recherches sur les mouvements sociaux dans les régions russes depuis 2005. Récemment, elle a dirigé ou codirigé la publication de trois ouvrages portant sur les dynamiques de mobilisation. Notamment : Kleman K. (dir.), Miryasova O., Demidov A., Ot obyvatelej k aktivistam: zaroždaûŝiesâ social’nye dviženiâ v nynešnej Rossii [Des gens ordinaires aux activistes : les mouvements sociaux naissants dans la Russie contemporaine], Moscou, Tri kvadrata, 2010, 688 p.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540