Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Introduction. La subjectivation au cœur des mouvements contemporains

Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine

Texte intégral

« Pratiquer les sciences sociales, c’est produire des connaissances qui sont capables d’élever la capacité d’action de certains acteurs et des sociétés sur elles-mêmes. »
Michel Wieviorka

1Les mouvements sociaux ont profondément marqué la première partie des années 2010. Des manifestations réclamant plus de démocratie ont fait irruption sur les places, dans les rues et les quartiers du monde arabe, du sud de l’Europe, des États-Unis, de la Russie, du Chili, de la Bulgarie, de Hong Kong, et d’Afrique de l’Ouest. Résolument ancrés dans leur contexte local et national, mais résonnant les uns avec les autres, ces mouvements ont porté les espoirs d’une nouvelle génération globale.

2Les mouvements sociaux contemporains ne se résument pas aux grandes mobilisations pour la démocratie, couvertes par les médias occidentaux. Les auteurs de cet ouvrage montrent que c’est souvent au niveau local et loin des projecteurs des médias qu’ils se déploient aujourd’hui. En même temps que ces mouvements de démocratisation, d’autres, conservateurs, racistes et xénophobes se sont également développés. Les idées et partis d’extrême droite rencontrent un nouveau succès dans les pays occidentaux ou au Japon alors que l’islam radical séduit des jeunes sur tous les continents.

  • 1 Doug McAdam, Sidney Tarrow et Charles Tilly, Dynamics of contention, Cambridge, Cambridge Universi (...)
  • 2 Kevin McDonald, Global movements : Action and Culture, Oxford, Blackwell Publishing, 2006 ; Michel (...)

3Les cadres classiques de l’analyse des mouvements sociaux se révèlent insuffisants pour comprendre ces nouveaux acteurs. Les approches instrumentales de la participation montrent leurs limites : ces actions ne se réduisent pas à l’impact qu’elles ont sur la scène de la politique institutionnelle. Elles ne sont pas que des actions orientées par des structures d’opportunités politiques ou par l’envie d’intégrer l’espace politique1, d’abord comme des challengers puis, progressivement au fil du processus d’institutionnalisation, comme des acteurs à part entière de cette arène. La distinction établie, dans les années 1970 et 1980, entre des mouvements classiques, centrés sur des organisations de masse ou des demandes orientées vers la redistribution, et de « nouveaux mouvements sociaux » mobilisés autour des enjeux de la reconnaissance n’est guère plus opérante. Les révoltes des années 2010 ne sont plus des « nouveaux mouvements sociaux ». Elles mêlent profondément les revendications économiques, sociales, politiques et culturelles et les combinent avec une forte dimension éthique. Elles sont à la fois profondément personnelles et globales2, ancrées dans des enjeux locaux et nationaux tout en s’inscrivant dans une vague mondiale de mobilisation.

  • 3 Michel Wieviorka, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, Robert Laffont, 2015 ; (...)

4À partir de solides recherches empiriques portant sur différents types de mouvements (démocratiques, écologistes, conservateurs, indigènes…) dans quatorze pays (France, Belgique, Italie, Espagne, Pologne, Russie, Ukraine, Turquie, Liban, Kurdistan, Palestine, Pérou, Canada et Japon), les contributions réunies dans cet ouvrage soulignent la nécessité d’intégrer pleinement l’analyse de la subjectivation des activistes dans la compréhension du sens des mouvements contemporains. Ce qui frappe dans chacune de ces analyses, c’est l’ampleur de l’engagement personnel dans chacun de ces conflits. L’engagement d’aujourd’hui n’y est pas que social et collectif. Il est aussi profondément personnel,. L'implication dans un mouvement social travaille profondément l’individu jusque dans sa subjectivité et sa subjectivation, entendue comme la manière de se penser et de se construire soi-même comme principe de sens3. Le rapport à l’action est vécu sur le mode de l’espoir, du désenchantement, de la lassitude, des émotions plutôt qu’en termes d’efficacité, de succès ou d’échec. Au fil des chapitres se déploie une perspective sur les mouvements contemporains articulée autour de trois propositions analytiques formulées par Michel Wieviorka.

  • Les dynamiques de subjectivation et des dimensions subjectives occupent une place centrale dans les mouvements contemporains.
  • Ces mouvements se déploient et s’organisent à différentes échelles, du local au global. Les dimensions globales de ces mouvements ne doivent pas conduire à sous-estimer l'importance des échelles locales et nationales.
  • L’étude des mouvements sociaux progressistes et celle des mouvements conservateurs ne doivent pas être considérées comme relevant de deux champs d'analyse séparés. Les outils analytiques proposés doivent être tout aussi utiles pour comprendre les mouvements d’émancipation, les acteurs conservateurs ou ouvertement racistes.

La subjectivation au cœur des mouvements sociaux

  • 4 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Laffont, 2008, p. 11.
  • 5 Anthony Giddens, Modernity and Self-Identity: Self and Society in the Late Modern Age, Stanford, S (...)

5Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Michel Wieviorka nous invite à accomplir un « grand écart analytique » en allant « du sujet personnel, ce qu’il y a de plus intime, de propre à chacun de nous, jusqu’à la globalisation, ce qu’il y a de plus général et qui affecte si fortement notre vie »4. Il poursuit et développe la proposition d’Anthony Giddens qui soulignait « l’interconnexion croissante entre les deux extrêmes : l’influence de la globalisation d’un côté, celle du soi de l’autre »5. L’articulation de la globalisation et de la subjectivation permet non seulement de repenser les formes d’engagement, mais aussi de jeter un nouveau regard sur l’action collective et le sens des luttes politiques à l’âge global.

  • 6 Alain Touraine, Production de la société, Paris, Seuil, 1973.
  • 7 Michel Wieviorka, « Plaidoyer pour un concept », in François Dubet et Michel Wieviorka (dir.), Pen (...)

6Le cœur des mouvements sociaux d’aujourd’hui, ce qui mobilise les citoyens et les fait descendre dans la rue ou s’investir dans leur quartier, échappe en grande partie aux approches instrumentales et aux théories de la mobilisation des ressources ou des contentions politics, centrées sur l’arène de la politique institutionnelle. Ce qui distingue un mouvement social n’est pas son caractère moins institutionnalisé qu’une action politique, mais sa portée visant des orientations qui façonnent le social et les rapports sociaux6, le sens donné aux normes et aux valeurs centrales d’une société, comme la démocratie, l’égalité ou l’autonomie des individus. Comme le résume Michel Wieviorka, le concept de mouvement social se réfère à « la signification la plus haute d’une action conflictuelle, dans laquelle un sujet se dresse contre les méthodes de rationalisation des acteurs dirigeants, met en cause leur pouvoir, la façon dont ils pensent et dirigent l’historicité »7. Or, aujourd’hui, c’est au niveau de la subjectivité même des individus, de la manière dont ils se construisent comme sujets et acteurs que se joue une partie essentielle des enjeux des mouvements contemporains et que se trouve l'un des pôles majeurs de la transformation de la société. C’est dans la relation à soi, dans une éthique personnelle et une volonté de cohérence que se trouvent le sens et le moteur de l’engagement de nombreux activistes des années 2010.

  • 8 Michel Wieviorka, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », FMSH workin (...)
  • 9 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004, p. 286.
  • 10 François Dubet, Sociologie de l’expérience, op. cit. ; Danilo Martuccelli, Forgés par l’épreuve. L (...)

7Mais, si le sujet est un rapport de soi à soi, n’y a-t-il pas un risque de s’enfermer dans une perspective microsociologique, voire psychologisante ? N’est-ce pas finalement céder à une représentation néolibérale de la société qui fait reposer toute la responsabilité sur l’individu ? Cette critique renvoie à une interprétation réductrice d’une perspective associant le sujet à l’idéal d’un individu libéré de tout rapport de domination. Opposés à une approche réductrice du sujet, Michel Wieviorka et les chercheurs du Centre d'analyse et d'interventions sociologiques (CADIS) proposent de placer au centre de l’analyse, les processus de subjectivation et de dé-subjectivation8. Or, la subjectivation est entendue comme « la possibilité de se construire comme individu, comme être singulier capable de formuler ses choix et donc de résister aux logiques dominantes, qu’elles soient économiques, communautaires, technologiques ou autres »9. Dans cette approche, la subjectivation n’est pas indépendante des rapports sociaux et des forces qui se déploient à un niveau macrosociologique. L’analyse de la subjectivation met plutôt en tension les niveaux micro et macro et dépasse l’opposition inopérante entre ces niveaux qui est la source de nombreux malentendus. Cette subjectivation ne peut se réaliser pleinement, être acquise une fois pour toute, dans la mesure où elle réside dans un travail, un effort continu10, menant à une logique d’acteur et à la création et à l’extension d’un espace lui permettant de se manifester. Le résultat demeure dès lors toujours provisoire et évolutif mais aussi profondément ancré dans un principe d’opposition à toute dimension aliénante de la vie sociale.

  • 11 Matthieu de Nanteuil-Miribel, La démocratie insensible, économie et politique à l’épreuve du corps(...)
  • 12 Danilo Martuccelli, La société singulariste, Paris, Armand Colin, 2010.

8Cette perspective centrée sur le processus de subjectivation qui structure l’action de nombreux activistes ne constitue pas un repli sur soi, mais augure d’un renouveau de la solidarité, de l’action collective et de la démocratie dans des formes et sous des conditions à repenser. Les contributions rassemblées dans cet ouvrage montrent que le processus de subjectivation, comme rapport à soi-même, implique à la fois des rapports conflictuels et une grande réflexivité des acteurs vis-à-vis d’eux-mêmes, mais aussi des organisations, de la société et de ses institutions. La subjectivité est à la fois un rapport à soi et un rapport au monde11. Dès lors, partir des individus et de leur subjectivation informe autant sur le sens de l'action qu’il donne à voir une représentation de la société à l’âge global 12, les traits du rapport entre les acteurs et la société étant particulièrement visibles dans les modalités de l’engagement et les processus de subjectivation ou de désubjectivation des activistes.

9Les mouvements contemporains sont mus par des enjeux symboliques et culturels. Pour les comprendre, certains chapitres explorent de nouveaux horizons, croisant la sociologie de l’action forgée par Alain Touraine et Michel Wieviorka avec des approches cognitives ou pragmatiques, inspirées respectivement par Jeffrey Alexander (chapitre 14) et par Laurent Thévenot (chapitres 6 et 11).

  • 13 Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius, « La résonance des “mouvements des places” », Socio, n° 2, 20 (...)

10La production de soi et la résistance aux forces du marché, à l’emprise de la culture de masse ou à l’autorité sont centrales chez les jeunes « alter-activistes » étudiés par Geoffrey Pleyers (chapitre 1). Leur engagement trouve son fondement non pas dans un écart entre les positions structurelles des acteurs au sein d’un espace social intégré, mais dans leur résistance aux forces sociales ou non qui affectent leur existence. Changer le monde commence par une transformation de soi, de sa vie. L'exigence de cohérence conduit les acteurs à privilégier des formes d’action préfiguratives et à considérer la démocratie, la justice sociale ou la dignité comme des exigences personnelles qui se traduisent dans les pratiques quotidiennes13.

  • 14 Farhad Khosrokhavar, The New Arab Revolutions that Shook the World, Boulder, Londres, Paradigm Pub (...)
  • 15 Emmy Barouh, The Protesters, Sofia, New Bulgarian University Press, 2015.

11Cette dimension préfigurative de l’engagement et la connexion étroite entre subjectivation et mouvement social ont été particulièrement prégnantes dans les « mouvements des places » qui ont marqué le début des années 2010, sur la place Tahrir14 , dans les campements des indignés (chapitre 5) et d'Occupy, dans le parc Gezi à Istanbul (chapitres 1 à 4) jou dans les manifestations à Sofia15 et Hong Kong.

12L’engagement dans un mouvement social ne repose plus sur une appartenance à une organisation militante. Il est vécu de manière profondément personnelle sans pour autant être synonyme d’individualisme. Il recrée des solidarités sur les places et dans la société, au-delà des clivages sociaux, culturels et religieux (chapitre 2). L’étude du « mouvement de Gezi », à Istanbul, en 2013, montre ainsi comment le campement sur une place occupée devient un espace d’expérience dans lequel la démocratie est envisagée par les acteurs, non plus sous sa forme institutionnelle ou morale, mais comme une relation sociale concrète de nature horizontale ou, pour le dire plus simplement, comme une façon de vivre ensemble.

  • 16 Kevin McDonald, Global Movements : Action and Culture, Oxford, Blackwell Publishing, 2006.

13Comme le souligne Deniz Günce Demirhisar (chapitre 3) : « L’expérience du parc Gezi permet le dépassement collectif d’affectivités instituées comme le cynisme, l’indifférence à la politique, le défaitisme ou la peur. Cette expérience permet aux individus de se rendre compte de leur capacité d’action. » Les acteurs majeurs de ces « mouvements d’expérience »16 sont bien souvent des actrices. Buket Türkmen (chapitre 2) analyse le rôle joué par les femmes dans le mouvement de Gezi comme dans d’autres mouvements des places. Elles agissent pour les rendre plus conformes à leurs idéaux démocratiques. Elles se mobilisent contre le sexisme, contre la stigmatisation des homosexuels et des prostituées. Elles sont aussi au fondement des actions performatives et corporelles.

  • 17 Halkların Demokratik Partisi ou Parti démocratique des peuples.
  • 18 Buket Türkmen, « From Gezi Park to Turkey’s transformed political landscape », openMovements, 7 ju (...)

14L’investissement personnel et subjectif dans ces espaces d’expérience est particulièrement intense. Aussi, lorsqu’ils se dissolvent, les individus n’en sortent pas indemnes. Alexandra Kassir, Geoffrey Pleyers et Esin Ileri montrent que le mouvement ne s’épuise pas après les phases intenses de l’engagement, mais que les acteurs éprouvent une certaine solitude, une nostalgie après avoir quitté ces lieux qui leur permettaient d’allier réalisation de soi et engagement. De nombreux acteurs cherchent alors d’autres formes de réalisation du projet, dans des forums à Istanbul (chapitre 4), dans les quartiers des villes espagnoles, ou s’appuient sur l’élan suscité pour proposer des alternatives en matière de politique institutionnelle, comme en Espagne (Alvarez, chapitre 5) ou à partir du parti pro-kurde HDP17 en Turquie18.

Du local au global

  • 19 Ulrich Beck, What is Globalization?, Cambridge, Polity Press, 1999.
  • 20 Michel Wieviorka et Craig Calhoun, « Manifeste pour les sciences sociales », op. cit. ; Michel Wiev (...)
  • 21 Breno Bringel et Geoffrey Pleyers, « Open Movements : social movements, global outlooks and public (...)

15Penser les mouvements sociaux contemporains implique de dépasser le « nationalisme méthodologique »19 compris comme une présomption selon laquelle l’État-nation est l’unité privilégiée d’analyse de l’action sociale. Les principales catégories ne sont plus nationales mais s’étendent du sujet personnel au global20. Quant aux cadres de l’action, ils ne peuvent se limiter ni au niveau national, ni au niveau global. Il s’agit dès lors d’éviter tant le « nationalisme méthodologique » que le « globalisme méthodologique »21 en menant des études combinant les niveaux et les échelles d’analyse du local au global, sans oublier le national dont le retour en force dans les mouvements sociaux récents rappelle qu’il n’a pas disparu avec la mondialisation.

16Une sociologie globale ne peut être « dé-localisée ». Elle requiert de combiner des recherches empiriques dans différentes régions du monde pour comprendre des acteurs et des enjeux ancrés à la fois aux niveaux local, national, régional et global.

  • 22 Brieg Capitaine, « Les voies de la résistance autochtone à la colonisation », in Maurice Demers et (...)
  • 23 Not in my back yard, littéralement « pas dans mon jardin ». John Holloway, Crack Capitalism, Londre (...)
  • 24 Doug McAdam, Sidney Tarrow et Charles Tilly, Dynamics of contention, op. cit.
  • 25 Geoffrey Pleyers, « Le réinvestissement de l’espace local par les mouvements mexicains : refuge ap (...)
  • 26 Yvon Le Bot, La grande révolte indienne, Paris, Robert Laffont, 2009 ; Sabrina Melenotte, Caciquis (...)
  • 27 Håkan Thörn, « In between social engineering and gentrification », Journal of Urban Affairs, Vol. (...)
  • 28 Kerstin Jacobsson (dir.), Urban Grassroots Movments in Central and Eastern Europe, Farnham, Ashgat (...)
  • 29 Alain Touraine, Production de la société, op. cit.
  • 30 Luc Boltanski et Laurent Thévenot,  De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

17Placer les processus de subjectivation au cœur de l’analyse des mouvements sociaux nous conduit à reconsidérer la place accordée aux actions locales en sociologie. Des mouvements particulièrement intéressants se développent loin des projecteurs des médias, dans les quartiers ou à partir des actes du quotidien22. La littérature consacrée aux mouvements sociaux fait souvent peu de cas des mouvements qui se focalisent sur le niveau local. Ils sont interprétés soit comme limités à une défense égoïste d’intérêts locaux et particuliers en les taxant de mouvements NIMBY23, soit comme lincapables de porter avec succès leurs revendications au niveau national24. Or, en centrant leurs activités localement, des citoyens et des mouvements cherchent à améliorer leurs conditions de vie. Par leurs actes concrets, ils posent aussi les bases d’un autre rapport entre l’individu et l’État, d’une réinvention de la citoyenneté et de transformations de la société25, comme le font par exemple les communautés autonomes zapatistes au Mexique26 ou les mouvements urbains en Scandinavie27 et en Europe de l’Est28. Il apparaît aujourd’hui essentiel de déconnecter l’échelle territoriale dans laquelle s’inscrit un mouvement du niveau des enjeux qu’il soulève (pour reprendre les termes utilisés par Alain Touraine29) ou du « niveau de généralité » de ses revendications (pour emprunter ceux de Luc Boltanski et Laurent Thévenot30).

  • 31 Laurent Thévenot, L’action au pluriel : sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte, (...)

18Karine Clément nous montre qu’en Russie, c’est au niveau local que se déploient les luttes et les projets porteurs d’un renouveau de la citoyenneté. Ils combinent la défense d’intérêts particuliers et les enjeux liés aux problèmes quotidiens avec une autre vision de la société et du rapport au politique. Que la mobilisation se situe « en bas », dans le concret et le quotidien ne signifie pas qu’elle ne peut pas atteindre d’autres sphères, comme celles des intérêts plus généraux ou de valeurs plus universelles, notamment à partir de la mise en réseau entre les leaders et les luttes locales. Karine Clément souligne à ce titre le rôle des émotions et de la performativité sur les scènes locales dans la mise en réseau et la construction de lieux communs31.

19Le local est également le niveau où s’organisent des résistances à la domination des marchés globaux. Narda Henriquez (chapitre 9) rend compte de mouvements indigènes péruviens qui s’opposent à l’exploitation des ressources naturelles par des entreprises multinationales. Ces révoltes révèlent à la fois l’irruption d’un sujet social sur la scène nationale, une redéfinition des relations avec la nature et une transformation du rôle de l’État. Narda Henriquez montre cependant les limites de ce sujet social et ses ambivalences quant aux réformes institutionnelles ainsi que la difficulté pour les leaders autochtones à maintenir un rapport conflictuel face à la violence exercée par le gouvernement et les multinationales à leur égard.

20L’articulation de différentes échelles d’action est au cœur du mouvement contre une directive européenne sur le partage des données sur Internet, analysé en Pologne par Lukasz Jurczyszyn dans le chapitre 10. L’enjeu et la portée de ces mobilisations sont à la fois européens et nationaux.

  • 32 Lilian Mathieu, L'espace des mouvements sociaux, Paris, Le croquant, 2012.

21Alexandra Kassir (chapitre 8) analyse un mouvement citoyen « anti-confessionaliste » qui paraît très spécifique au Liban et donc profondément national. Elle montre pourtant que cet engagement dépasse le cadre strict de l’État-nation et qu’il illustre le grand écart analytique entre la dimension subjective de l'action et les modalités, tentatives et formes que peut prendre une action politique renouvelée. Elle décrit « un engagement en mouvement » où les activistes circulent entre les différents groupes et une multiplicité de lieux (réseaux sociaux, rues, collectifs). Elle révèle toutefois la difficulté des acteurs à créer un espace 32de lutte commun et structuré en dehors des espaces d’expérience et des mobilisations ponctuelles.

22Si être acteur de sa vie constitue le fondement de l’engagement des activistes, changer le monde pose néanmoins problème, notamment lorsqu’il s’agit de la transcription institutionnelle et sociale de cette expérience subjective. À partir de ses recherches sur le mouvement Maidan en Ukraine et Occupy Abai à Moscou, Anton Oleinik (chapitre 11) montre qu'une prise en compte stratégique du contexte national est essentielle pour mener des luttes efficaces et transformer la société. Selon lui, les luttes en Ukraine ne dépassent pas le niveau national, parce qu’elles obéissent à un principe de « modularité circonstancielle et stratégique » adopté par les groupes d’acteurs afin d’assurer la poursuite et la réalisation efficace de leurs objectifs. Les contestations en Ukraine et l’expérience d’Occupy Abai sont écartelées entre leur ancrage dans des enjeux locaux et nationaux d’une part, et leur propension à adopter des formes et un répertoire d’action issus de mouvements des places dans d’autres pays, d’autre part.

  • 33 Matthieu de Nanteuil-Miribel, La démocratie insensible, op. cit.
  • 34 Maëlezig Bigi, Olivier Cousin, Dominique Méda, Lætitia Sibaud et Michel Wieviorka, Travailler au x (...)
  • 35 Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius, « La résonance des “mouvements des places” », op. cit.

23Le processus de subjectivation, la construction de soi comme principe de sens et l’expérience ne se produisent pas dans un vide social, mais dans les conditions concrètes de la vie33 et dans une interdépendance étroite entre le sens, les pratiques et l’action. Placer la relation à soi-même et la subjectivation au centre de l’analyse des mouvements contemporains ne doit pas conduire à nier l’importance des enjeux sociaux, qui restent au cœur de nombreux mouvements et de l’expérience quotidienne de la plupart des acteurs, notamment à travers un rapport au travail34. Daniele Di Nunzo (chapitre 7)analyse l'expérience du travail précaire à partir de processus de subjectivation et de désubjectivation. Le propre des mouvements « post-2010 » est de mêler étroitement revendications économiques, sociales, politiques, culturelles et subjectives, au point de remettre en cause la pertinence de la distinction entre valeurs matérialistes et post-matérialistes35. Les luttes sociales et les enjeux économiques restent bien présents, tant au niveau local (Karine Clément, chapitre 6) que face aux accords économiques internationaux (Lukasz Jurczyszyn, chapitre 10) ou aux industries transnationales qui dépossèdent les populations locales de leur territoire (Narda Henriquez, chapitre 9).

Du renouveau global des mouvements racistes à la sortie de la violence

  • 36 Michel Wieviorka, Sociétés et terrorisme, Paris, Fayard, 1987 ; L’espace du racisme, Paris, Seuil, (...)

24Depuis la fin des années 1980, Michel Wieviorka36 a démontré dans ses travaux la nécessité de ne pas séparer l’analyse des mouvements progressistes de celle des mouvements conservateurs. Au-delà des approches interactionnistes ou instrumentales qui réduisent le terrorisme ou la violence à des répertoires d’action mobilisés stratégiquement, il a proposé une analyse centrée sur le sens de l’action et les processus de subjectivation et de désubjectivation, essentiels pour comprendre la nature et les enjeux du terrorisme, du racisme et de la violence aujourd’hui.

  • 37 Marcel Gauchet, « Les ressorts du fondamentalisme islamique », Le Débat, no 185, 2015, p. 63-82 ; (...)

25Les mouvements racistes se réfèrent certes à la tradition et aux valeurs conservatrices, mais ils émergent dans le même creuset que les mouvements progressistes, dans une époque marquée par le déclin de la souveraineté des États-nations, les inégalités, la mondialisation néolibérale, les nouvelles technologies de l’information et de la communication et l'individuation. Ces « antimouvements » sont eux aussi devenus « globaux ». Ils ne s’inscrivent plus de manière prioritaire dans une relation à un État-nation. Ils se déploient sur Internet et construisent des réseaux transnationaux. Ils articulent des dimensions subjectives, nationales (crises économiques, exclusion sociale, historiographies nationales…) et internationales (comme la mise cause de l’impérialisme occidental). Les antimouvements d'aujourd'hui s’appuient sur des dynamiques d’individuation tout en en appelant au retour à une tradition mythifiée37. Les processus de subjectivation et de désubjectivation des activistes y tiennent une place de plus en plus importante, au point de renouveler les formes de l’engagement et les répertoires d’action, comme en attestent les recherches d’Emanuele Toscano et de Chikako Mori (chapitres 12 et 13).

  • 38 Emanuele Toscano et Daniele Di Nunzo, Dentro e fuori CasaPound. Capire il fascismo del terzo millen (...)

26Emanuele Toscano (chapitre 12) montre que l’organisation d’extrême droite italienne CasaPound se nourrit localement de dynamiques globales. La crise du modèle économique néolibéral, qui sacrifie les politiques sociales nationales, est un facteur majeur de l’émergence d’une nouvelle droite directement inspirée du fascisme38. CasaPound « vise à chercher une alternative aux processus de mondialisation, à la logique dominante du marché et de la consommation, en affirmant une éthique de la souveraineté populaire » (Toscano, p. xxx). Cette éthique populaire se matérialise non seulement à travers les occupations de logements vacants dans les centres urbains et leur redistribution aux familles italiennes démunies, mais aussi à travers un ensemble de symboles et de pratiques culturelles partagées. Les concerts et les représentations de théâtre organisés par ces activistes dans tout le pays valorisent la violence et la souffrance du corps et reposent sur un ensemble de codes stylistiques partagés.

27Chikako Mori (chapitre 13) analyse quant à elle le nouveau mouvement d’extrême droite japonais Zaitoku-kai. Fondé en 2007, il cible la minorité coréenne pourtant installée au pays depuis la Seconde Guerre mondiale. Autour d’un grand récit national fictif à la gloire de l’identité japonaise, les activistes sont engagés dans des conflits mémoriels. Ils s’opposent ainsi ce qu'ils considèrent comme une « falsification de l’histoire » par les Coréens qui demandent réparation pour les violations des droits humains par le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme le souligne Chikako Mori, les mouvements racistes et xénophobes de diverses régions du monde ont d’importantes similitudes et gagnent à être comparés et analysés dans une perspective internationale.

28Dans le chapitre suivant, Brieg Capitaine analyse le renversement d’expériences de désubjectivation par des activistes qui ont été capables de construire une identité collective et un mouvement populaire après les expériences de violence et de violation des droits humains subies par des communautés autochtones. Les survivants des pensionnats indiens, qui furent arrachés à leur famille et victimes de violences physiques et/ou sexuelles, se sont mobilisés pour transformer la représentation des pensionnats dans l’espace public. En hissant ce type d’institution au niveau du trauma culturel et en produisant une nouvelle narration de l’événement plus proche de leur expérience vécue, ils ont construit une action collective centrée sur la production de symboles communs dans un contexte colonial à l’intérieur duquel les conflits sont hautement contrôlés et institutionnalisés.

  • 39 Brieg Capitaine et Antoine Marsac, « Du “cas-limite” de Georg Simmel à la conceptualisation de la (...)
  • 40 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Hachette, 2005, p. 288.
  • 41 Randall Collins, Violence : A Micro-sociological Theory, Princeton, Princeton University Press, 20 (...)
  • 42 Michel Wieviorka, « Comment on Randall Collins/1. An Approach to Violence », Sociologica, no 2, 20 (...)
  • 43 Brieg Capitaine, « Sortir de la violence. Entre victimisation et action », in Marie-Pierre Bousque (...)

29L'opposition entre le conflit et la violence est une pierre angulaire des travaux de Michel Wieviorka. Il reprend l’idée centrale de Georg Simmel : alors que le conflit est une relation sociale, la violence détruit toute relation sociale. Toutefois, alors que Simmel recourt à une explication naturelle voire métaphysique de la violence en s’appuyant sur la philosophie morale qui postule le caractère intrinsèque de la violence à chaque être humain39, Michel Wieviorka s’intéresse à la violence davantage à partir de la subjectivité niée ou brisée qu’à partir des défaillances ou des excès d’un système au sein duquel elle surgit. La violence renvoie « pour une personne comme pour un groupe, ou bien à la capacité, réduite, interdite, introuvable, de se constituer en sujet, ou de fonctionner comme tel, ou bien à des mécanismes de désubjectivation »40. Appréhender ces mouvements racistes et la violence comme une forme inversée des mouvements démocratiques et visant la destruction des rapports sociaux plutôt que leurs transformations est particulièrement stimulant pour en penser les modalités de sortie de la violence, au-delà de l’approche interactionniste41 peu inopérante de ce point de vue42. Penser la violence plutôt comme un déficit de sens et une opposition au conflit permet de voir dans la reconstruction des mouvements sociaux une voie de sortie43.

  • 44 Olivier Fillieule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

30Cette distinction entre violence et conflit fonctionne également pour saisir les trajectoires personnelles des anciens combattants armés. À partir de récits de vie d’anciens guérilleros du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Massoud Sharifi Dryaz (chapitre 14) montre tout l’intérêt d’articuler les perspectives récentes sur le désengagement militant 44 avec des analyses des processus de décomposition et de recomposition de la subjectivité individuelle pour comprendre à la fois le désengagement et le retour à la vie civile.

31L’opposition entre violence et conflit est également très prégnante dans les mouvements radicaux dont l’action directe est souvent associée à la violence. À partir du conflit israélo-palestinien, Brigitte Verscheure Beauzamy (chapitre 15) souligne la centralité de la confrontation pour les militants qui recourent à l’action directe qui constitue un gage de radicalité. Toutefois, dans ce cas, la violence employée par les Palestiniens influence les activistes non-violents puisque leur action et la confrontation peuvent conduire à les identifier aux actions terroristes.

***

32Entre 1987 et 2016, plus de cinquante chercheurs ont réalisé leur thèse de doctorat sous la direction de Michel Wieviorka. Trente sept d’entre eux se sont rassemblés, lors d’un colloque en septembre 2014. Cet ouvrage en est un premier résultat.

33Plutôt qu’un cadre théorique contraignant qui impose des concepts et une perspective, Michel Wieviorka leur a transmis une approche résolument internationale, une attention aux recherches empiriques et aux processus de subjectivation et une sociologie de l’action qui s’incarne dans leur manière singulière d’appréhender un objet. Michel Wieviorka leur a donné des outils pour penser le monde mais aussi pour créer leur propre chemin. Aussi, plutôt qu’un hommage classique reprenant les différents aspects de sa pensée comme si celle-ci s’était arrêtée, nous avons voulu montrer notre gratitude en montrant ce que sa conception de la sociologie et ses outils analytiques continuent de produire à travers les travaux de ses anciens étudiants, aujourd’hui solidement ancrés dans le monde académique des pays où ils mènent leurs recherches. Leurs perspectives empiriques et théoriques ne sont pas uniformes pour autant. À partir de travaux de terrain et de différentes méthodes d’investigation (analyses de données quantitatives et qualitatives, enquêtes par questionnaires, entretiens, interventions sociologiques, études de cas…), les contributions rassemblées dans cet ouvrage dépassent les conceptions instrumentales des mouvements sociaux afin de rendre compte des nouvelles formes d’action qui se déploient à l’âge global et dans lesquelles les processus de subjectivation tiennent un rôle majeur. Elles illustrent la vitalité et la pertinence internationale de l’approche analytique développée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques, fondé par Alain Touraine et longtemps dirigé par Michel Wieviorka. Cette approche est aujourd’hui au cœur du projet intellectuel du Comité de recherche 47 « Mouvements sociaux » de l’Association internationale de sociologie, dont la plupart des auteurs de cet ouvrage sont des membres actifs.

34Certains auteurs de cet ouvrage publient pour la première fois leurs travaux dans un livre en français. Allier une perspective résolument internationale avec un style plaisant et rigoureux n’aurait été possible sans le professionnalisme et les grandes compétences de Christine Blanchard et de Nathalie Vaillant qui ont méticuleusement corrigé et amélioré le style des différents chapitres. Ce colloque et cet ouvrage sont aussi l’occasion d’exprimer toute notre gratitude à Jacqueline Longérinas, dont la disponibilité, l’amabilité, l’efficacité et la bonne humeur ont été si précieuses pour les générations de jeunes chercheurs français et étrangers qui se sont succédé au CADIS. Nous devons également chacun beaucoup à Karine Renon et Jocelyne Ohana pour la qualité des séminaires et de l’animation des groupes de thésards et à Zouhour Ben-Salah dont l’engagement et les grandes qualités humaines sont appréciés de tous. Nos remerciements vont également aux responsables et au personnel de la Maison Suger qui a accueilli le colloque ainsi qu’à Philippe Bataille et Farhad Khosrokhavar, les deux directeurs du CADIS pendant ce projet, et à Alexandra Poli, sa directrice adjointe, qui ont permis l’organisation du colloque et la publication de cet ouvrage.

35Brieg Capitaine tient à signaler l'aide financière du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada dont il a bénéficié pendant la rédaction de cet ouvrage.

Bibliographie

Barouh Emmy, The Protesters, Sofia, New Bulgarian University Press, 2015.

Beck Ulrich, What is Globalization?, Cambridge, Polity Press, 1999.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent,  De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

Bigi Maëlezig, Cousin Olivier, Méda Dominique, Sibaud Lætitia et Wieviorka Michel, Travailler au xxie siècle. Des salariés en quête de reconnaissance, Paris, Robert Laffont, 2015.

Bringel Breno et Pleyers Geoffrey, « Open Movements : social movements, global outlooks and public sociologists », Open Democracy/ISA RC-47: Open Movements, 16 March, disponible sur https://opendemocracy.net/breno-bringel-geoffrey-pleyers/openmovements-social-movements-global-outlooks-and-public-sociologist.

Capitaine Brieg et Marsac Antoine, « Du “cas-limite” de Georg Simmel à la conceptualisation de la violence par Michel Wieviorka. Une analyse des marges du conflit », Émulations. Revue des jeunes chercheurs en sciences sociales, vol. 3, no 5, 2009, p. 34-42. http://www.revue-emulations.net/archives/n-5---georg-simmel--environnement-conflit-mondialisation/du-cas-limite-de-simmel--la-conceptualisation-de-la-violence-par-michel-wieviorka (consulté le 28 janvier 2016).

Capitaine Brieg, « Les voies de la résistance autochtone à la colonisation », in Maurice Demers et Patrick Dramé (dir.), Des lendemains doux-amers : espoirs et désenchantements du tiers-monde postcolonial, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2014, p. 246-260.

Capitaine Brieg, « Sortir de la violence. Entre victimisation et action », in Marie-Pierre Bousquet et Karl Hele (dir.), Les grands brûlés de l’âme / Spiritual Burn Victims : les pensionnats autochtones au Québec, Montréal, McGill/Queen’s University Press (à paraître).

Collins Randall, Violence : A Micro-sociological Theory, Princeton, Princeton University Press, 2008.

Dubet François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

Fillieule Olivier (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

Gauchet Marcel, « Les ressorts du fondamentalisme islamique », Le Débat, no 185, 2015, p. 63-82.

Giddens Anthony, Modernity and Self-Identity: Self and Society in the Late Modern Age, Stanford, Stanford University Press, 1991.

Holloway John, Crack Capitalism, Londres, Pluto, 2010.

Jacobsson Kerstin (dir.), Urban Grassroots Movments in Central and Eastern Europe, Farnham, Ashgate, 2015.

Khosrokhavar Farhad, The New Arab Revolutions that Shook the World, Boulder, Londres, Paradigm Publishers, 2012.

Khosrokhavar Farhad, Radicalisation, Paris, Éditions de la MSH, 2014.

Le Bot Yvon, La grande révolte indienne, Paris, Robert Laffont, 2009.

Martuccelli Danilo, Forgés par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Collin, 2006.

Martuccelli Danilo, La société singulariste, Paris, Armand Collin, 2010.

Mathieu Lilian, L'espace des mouvements sociaux, Paris, Le croquant, 2012.

McAdam Doug, Tarrow Sidney et Tilly Charles, Dynamics of contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

McDonald Kevin, Global Movements : Action and Culture, Oxford, Blackwell Publishing, 2006.

McDonald Kevin, Our violent world. Violence in society, London, Palgrave, 2013.

Melenotte Sabrina, Caciquismes, résistances, violences. Les pedranos et l’État mexicain dans le Chiapas postrévolutionnaire, thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2014.

Melucci Alberto, Movimientos sociales y vida cotidiana, Mexico, Colegio de México, 1999.

Nanteuil-Miribel Matthieu de, La démocratie insensible, économie et politique à l’épreuve du corps, Paris, Érès, 2009.

Pleyers Geoffrey et Glasius Marlies, « La résonance des “mouvements des places" », Socio, n° 2, 2013, p. 59-79.

Pleyers Geoffrey, « Le réinvestissement de l’espace local par les mouvements mexicains : refuge après les impasses politiques ou creuset d'une nouvelle culture politique ? », Cahiers des Amériques latines, vol. 66, no 2, 2011, p. 39-55.

Thévenot Laurent, L'action au pluriel : sociologie des régimes d'engagement, Paris, La Découverte, 2006.

Thörn Håkan, « In between social engineering and gentrification », Journal of Urban Affairs, vol. 34, no 2, 2012, p. 153-168.

Toscano Emanuele et Di Nunzo Daniele, Dentro e fuori CasaPound. Capire il fascismo del terzo millennio, Rome, Armando, 2011.

Touraine Alain, Production de la société, Paris, Seuil, 1973.

Touraine Alain, Nous, sujets humains, Paris, Seuil, 2015.

Touraine Alain et Khosrokhavar Farhad, La recherche de Soi. Dialogue sur le sujet, Paris, Fayard, 2000.

Türkmen Buket, « From Gezi Park to Turkey’s transformed political landscape », openMovements, 7 juillet 2015), disponible sur https://www.opendemocracy.net/author/buket-türkmen.

Wieviorka Michel, « Plaidoyer pour un concept », in François Dubet et Michel Wieviorka (dir.), Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine. Colloque de Cerisy, Paris, Fayard, 1995, p. 209-220.

Wieviorka Michel, Sociétés et terrorisme, Paris, Fayard, 1987.

Wieviorka Michel, L’espace du racisme, Paris, Seuil, 1991.

Wieviorka Michel, La violence, Paris, Balland, 2004.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Laffont, 2008.

Wieviorka Michel, « Comment on Randall Collins/1. An Approach to Violence », Sociologica, no 2, 2011, disponible sur http://www.sociologica.mulino.it/journal/article/index/Article/Journal:ARTICLE:484 (consulté le 28 janvier 2016).

Wieviorka Michel, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », FMSH working paper, no 16, 2012.

Wieviorka Michel, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, Robert Laffont, 2015.

Wieviorka Michel, « The Resurgence of Social Movements », Journal of Conflictology, vol. 3, no 2, 2012, p. 13-19.

Wieviorka Michel et Calhoun Craig, « Manifeste pour les sciences sociales » , Socio, no 1, 2013, p. 5-39.

Notes

1 Doug McAdam, Sidney Tarrow et Charles Tilly, Dynamics of contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

2 Kevin McDonald, Global movements : Action and Culture, Oxford, Blackwell Publishing, 2006 ; Michel Wieviorka, « The Resurgence of Social Movements », Journal of Conflictology, vol. 3, no 2, 2012, p. 13-19.

3 Michel Wieviorka, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, Robert Laffont, 2015 ; Alain Touraine et Farhad Khosrokhavar, La recherche de Soi. Dialogue sur le sujet, Paris, Fayard, 2000.

4 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Laffont, 2008, p. 11.

5 Anthony Giddens, Modernity and Self-Identity: Self and Society in the Late Modern Age, Stanford, Stanford University Press, 1991, p. 11.

6 Alain Touraine, Production de la société, Paris, Seuil, 1973.

7 Michel Wieviorka, « Plaidoyer pour un concept », in François Dubet et Michel Wieviorka (dir.), Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine. Colloque de Cerisy, Paris, Fayard, 1995, p. 210.

8 Michel Wieviorka, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », FMSH working paper, n° 16, 2012, p. 6.

9 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004, p. 286.

10 François Dubet, Sociologie de l’expérience, op. cit. ; Danilo Martuccelli, Forgés par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Collin, 2006.

11 Matthieu de Nanteuil-Miribel, La démocratie insensible, économie et politique à l’épreuve du corps, Paris, Érès, 2009.

12 Danilo Martuccelli, La société singulariste, Paris, Armand Colin, 2010.

13 Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius, « La résonance des “mouvements des places” », Socio, n° 2, 2013, p. 59-79.

14 Farhad Khosrokhavar, The New Arab Revolutions that Shook the World, Boulder, Londres, Paradigm Publishers, 2012.

15 Emmy Barouh, The Protesters, Sofia, New Bulgarian University Press, 2015.

16 Kevin McDonald, Global Movements : Action and Culture, Oxford, Blackwell Publishing, 2006.

17 Halkların Demokratik Partisi ou Parti démocratique des peuples.

18 Buket Türkmen, « From Gezi Park to Turkey’s transformed political landscape », openMovements, 7 juillet 2015), disponible sur https://www.opendemocracy.net/author/buket-türkmen.

19 Ulrich Beck, What is Globalization?, Cambridge, Polity Press, 1999.

20 Michel Wieviorka et Craig Calhoun, « Manifeste pour les sciences sociales », op. cit. ; Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, op. cit.

21 Breno Bringel et Geoffrey Pleyers, « Open Movements : social movements, global outlooks and public sociologists » [en ligne], Open Democracy/ISA RC-47: Open Movements, 16 March, disponible sur https://opendemocracy.net/breno-bringel-geoffrey-pleyers/openmovements-social-movements-global-outlooks-and-public-sociologist.

22 Brieg Capitaine, « Les voies de la résistance autochtone à la colonisation », in Maurice Demers et Patrick Dramé (dir.), Des lendemains doux-amers: espoirs et désenchantements du tiers-monde postcolonial, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2014, p. 246-260 ; Alberto Melucci, Movimientos sociales y vida cotidiana, Mexico, Colegio de México, 1999.

23 Not in my back yard, littéralement « pas dans mon jardin ». John Holloway, Crack Capitalism, Londres, Pluto, 2010.

24 Doug McAdam, Sidney Tarrow et Charles Tilly, Dynamics of contention, op. cit.

25 Geoffrey Pleyers, « Le réinvestissement de l’espace local par les mouvements mexicains : refuge après les impasses politiques ou creuset d’une nouvelle culture politique ? », Cahiers des Amériques latines, vol. 66, no 2, 2011, p. 39-55.

26 Yvon Le Bot, La grande révolte indienne, Paris, Robert Laffont, 2009 ; Sabrina Melenotte, Caciquismes, résistances, violences. Les pedranos et l’État mexicain dans le Chiapas postrévolutionnaire, thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2014.

27 Håkan Thörn, « In between social engineering and gentrification », Journal of Urban Affairs, Vol. 34, no 2, 2012, p. 153-168.

28 Kerstin Jacobsson (dir.), Urban Grassroots Movments in Central and Eastern Europe, Farnham, Ashgate, 2015.

29 Alain Touraine, Production de la société, op. cit.

30 Luc Boltanski et Laurent Thévenot,  De la justification, Paris, Gallimard, 1991.

31 Laurent Thévenot, L’action au pluriel : sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte, 2006.

32 Lilian Mathieu, L'espace des mouvements sociaux, Paris, Le croquant, 2012.

33 Matthieu de Nanteuil-Miribel, La démocratie insensible, op. cit.

34 Maëlezig Bigi, Olivier Cousin, Dominique Méda, Lætitia Sibaud et Michel Wieviorka, Travailler au xxie siècle. Des salariés en quête de reconnaissance, Paris, Robert Laffont, 2015.

35 Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius, « La résonance des “mouvements des places” », op. cit.

36 Michel Wieviorka, Sociétés et terrorisme, Paris, Fayard, 1987 ; L’espace du racisme, Paris, Seuil, 1991 ; La violence, Paris, Balland, 2004 ; Neuf leçons de sociologie, Paris, Laffont, 2008.

37 Marcel Gauchet, « Les ressorts du fondamentalisme islamique », Le Débat, no 185, 2015, p. 63-82 ; Michel Wieviorka, Retour du sens, op. cit. ; Farhad Khosrokhavar, Radicalisation, Paris, Éditions de la MSH, 2014 ; Kevin McDonald, Our violent world. Violence in society, Londres, Palgrave, 2013.

38 Emanuele Toscano et Daniele Di Nunzo, Dentro e fuori CasaPound. Capire il fascismo del terzo millennio, Rome, Armando, 2011.

39 Brieg Capitaine et Antoine Marsac, « Du “cas-limite” de Georg Simmel à la conceptualisation de la violence par Michel Wieviorka. Une analyse des marges du conflit », Émulations. Revue des jeunes chercheurs en sciences sociales, vol. 3, no 5, 2009, p. 34-42.

40 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Hachette, 2005, p. 288.

41 Randall Collins, Violence : A Micro-sociological Theory, Princeton, Princeton University Press, 2008.

42 Michel Wieviorka, « Comment on Randall Collins/1. An Approach to Violence », Sociologica, no 2, 2011, disponible sur http://www.sociologica.mulino.it/journal/article/index/Article/Journal:ARTICLE:484 (consulté le 28 janvier 2016).

43 Brieg Capitaine, « Sortir de la violence. Entre victimisation et action », in Marie-Pierre Bousquet et Karl Hele (dir.), Les grands brûlés de l’âme / Spiritual Burn Victims : les pensionnats autochtones au Québec, Montréal, McGill/Queen’s University Press (à paraître).

44 Olivier Fillieule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

Auteurs

Geoffrey Pleyers est chercheur au FNRS et professeur à l’université de Louvain. Il est chercheur associé au CADIS et au Collège d’études mondiales et préside le Comité de recherche 47 « Social classes and social movements » de l’Association internationale de sociologie. Il est l’auteur de Alter-globalization. Becoming Actors in the Global Age, Cambridge, Polity Press, 2010 ; a coordonné La consommation critique, Paris, Desclée de Brouwer, 2011 ; et Movimientos sociales. De lo local a lo global, Mexico, Anthropos, 2009.

Brieg Capitaine est professeur à l’école d’études sociologiques et anthropologiques à l’Université d’Ottawa. Il co-dirige l’axe « Parcours, participation et citoyenneté » au Centre interdisciplinaire sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM) et est membre de l’Observatoire international de « Sortir de la violence » (FMSH). Titulaire d’un doctorat en sociologie de l’école des hautes études en sciences socioales (EHESS), il a été boursier postdoctoral du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, à l’Université McGill et visiting fellow à Yale au Center for Cultural Sociology. Il a coordonné l’ouvrage Re-Storying Indian Residential Schools in Canada (University of British Columbia Press, à paraître) et publié plusieurs articles (Revue canadienne de sociologie, études d’histoire religieuse, études canadiennes, ...) sur le mouvement autochtone en Amérique du Nord, la violence et le trauma culturel.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540