Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Troisième partie. Différence, intégration, ethnicité

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Antonio Álvarez-Benavides est docteur en sociologie (EHESS/université Complutense de Madrid) et membre du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS) depuis 2007, dont il est devenu statutaire en 2015. De 2012 à 2016, il a été chargé de cours à l’université internationale de La Rioja (UNIR) et à l’Université nationale d’éducation à distance (UNED). Il est aujourd’hui chercheur au Groupe d’études socio-culturelles contemporaines de l’université Complutense de Madrid. Ses travaux portent sur la théorie sociologique, la sociologie des migrations, la sociologie des mouvements sociaux et le travail social. Il a notamment publié l’article « Juventud Sin Futuro : précarité, subjectivité et alteractivisme dans la jeunesse espagnole », Agora. Débats/Jeunesse, no 73, 2016, p. 105-107, ainsi que les contributions « De la subjectivation à l’institutionnalisation. L’Espagne, le 15M et Podemos », in G. Pleyers et B. Capitaine, Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016) et « Marocains à Madrid. Visibilité et invisibilité dans un espace global et local », in R. Bourqia, Territoires, localité et globalité. Faits et effets de la mondialisation, t. 2 (Paris, L’Harmattan, 2012).

2Lena de Botton est sociologue, enseignante à l’université de Barcelone au département théorie sociologique et membre du centre de recherche CREA (Barcelone). Ancienne élève attachée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS), elle a réalisé des études sur la réussite scolaire de minorités culturelles en participant notamment au projet INCLUD-ED (6e Programme-cadre de la Commission européenne), mais aussi sur les mobilisations sociales et les pratiques de solidarité avec le projet SOLIDUS (H2020). Ses autres recherches portent sur le genre et le dialogue interreligieux. On compte parmi ses publications les articles de collaboration « Not without them: The inclusion of minors’ voices on cyber harassment prevention », Qualitative Inquiry, vol. 20, no 7, 2014 ou « Moroccan mothers’ involvement in dialogic literary gatherings in a Catalan urban primary school: Increasing educative interactions and improving learning », Improving Schools, vol. 17, no 3, 2014. Elle aussi rédactrice en chef de la revue RECEI, revue scientifique d’études sur l’interculturalité.

3Manuel Boucher est directeur scientifique au Laboratoire d’étude et de recherche sociales (LERS) de l’Institut régional du travail social et du développement social (IRTS-IDS) de Normandie. Docteur en sociologie (EHESS), titulaire d’une habilitation à diriger des recherches (HDR) soutenue à l’université Paris-Sorbonne (Paris-IV), il est également membre associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS), responsable du Réseau thématique « Normes, déviance et réactions sociales » de l’Association française de sociologie (RT3) et président de l’Association des chercheurs des organismes de la formation et de l’intervention sociales (ACOFIS). Ses travaux portent, notamment, sur trois axes : les transformations du travail social et de l’intervention sociale ; la régulation sociale des désordres urbains ; les migrations, l’ethnicité et le racisme.

4Sandrine Bretonnière est docteure en sociologie. Elle est chargée de mission au Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin et chercheuse associée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS). Ses travaux de recherche sont centrés sur les questions de santé, en particulier la bioéthique et l’éthique clinique médicale (début et fin de vie), le champ du cancer, la relation médecin-malade, l’organisation des soins. Elle vient de terminer une recherche de quatre ans sur les parcours des malades du cancer, notamment sur la transition de la phase de traitements à visée curative à la phase palliative. Elle a récemment publié, avec Philippe Bataille, Vivre et vaincre le cancer. Les malades et les proches témoignent (Paris, Autrement, 2016).

5Jean-Michel Chaumont est sociologue et philosophe, chercheur au Fonds national de la recherche scientifique belge (FNRS) et professeur à l’université catholique de Louvain (UCL). Il est membre permanent de la chaire d’éthique économique et sociale de l’UCL. Il est notamment l’auteur de La concurrence des victimes. Identité, reconnaissance, génocide (Paris, La Découverte, 1997 [3e éd. : 2010]) et de Mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d’un fléau (Paris, La Découverte, 2009). Son prochain livre, In extremis. Survivants suspects et blâme aux victimes : l’honneur, la vie, la ruse, paraîtra en 2017 aux éditions La Découverte.

6Mario Constantino Toto est professeur d’interculturalité et de diversité culturelle à l’université Veracruzana au Mexique. Coordinateur de l’unité de transversalisation académique interculturelle de l’université de Veracruz (UTAI-UVI/UV), il est aussi membre fondateur du séminaire permanent « Problèmes théoriques et épistémologiques de la migration » à l’Institut Mora et doctorant au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS). Ses recherches portent sur la construction socioculturelle de la citoyenneté, les rapports entre identité(s), logiques de la reconnaissance et action collective, et sur les racismes ordinaires et les luttes des migrants. Il a publié le chapitre « Alambres, mojados y trampas: Seguridad fronteriza y diversidad de los circuitos de migración legal », in F. Rivera Vélez, Seguridad Multidimensional en América Latina (Quito, FLASCO, 2008) et l’article « Dimensiones del discurso sustentable desde el discurso intercultural », Reporte CESOP, no 87, 2015.

7Sandra Geelhoed est docteure en sociologie. Elle est professeure associée à l’Institut du travail social et chercheuse au Research Centre for Social Innovation à l’université des sciences appliquées d’Utrecht. Ses travaux de recherche sont centrés sur la transformation de l’État social, l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux modes d’action et d’organisation dans le domaine social et culturel. Elle s’intéresse à l’usage des médias communautaires et citoyens comme véhicules de l’imaginaire social et à la visualisation des expériences citoyennes par le bas. Avec ses étudiants, elle explore les possibilités de l’usage de l’audiovisuel lors de la réalisation de l’enquête de terrain. Elle a publié récemment en néerlandais des articles sur les représentations des métiers du travail social en transition.

8Andrea Grieder est chercheuse associée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS) et à l’université de Zurich (Suisse). Elle enseigne à l’université de Kigali (Rwanda). Sa thèse de cotutelle, dirigée par Michel Wieviorka et Willemijn De Jong, aborde des formes de reconstruction après le génocide au Rwanda. Elle a été publiée sous le titre : Collines des mille souvenirs. Vivre après et avec le génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda (Genève, Globethics, 2016). Anthropologue, son regard porte sur la signification de l’art dans les processus de reconstruction. Elle a une expertise dans l’étude des expressions des traumatisés et des génocides. Poète, elle a fondé transpoesis, un groupe d’artistes qui vise à ouvrir des espaces de créativité poétique. Elle organise des ateliers d’écriture, notamment pour le Goethe-Institut (Kigali) « My Story writes History » et avec le British Council (Kigali) « Shakespeare visits Rwanda ». Elle a publié « Rwanda: Healing and the aesthetic of poetry », in K. Raminder et P. Dave-Mukherji, Arts and Aesthetics in a Globalizing World (Londres/New York, Bloomsbury, 2014), ainsi que « Rwanda : créations poétiques d’après le génocide ou éclats de beauté dans un ciel nuageux », in V. Golaz et C. Thibon (dir.), Enfants et jeunes hors les liens en Afrique de l’Est (Nairobi/Paris, IFRA/Karthala, 2015).

9Claude Juin est docteur en sociologie. Il a soutenu une thèse intitulée Guerre d’Algérie. La mémoire enfouie des soldats du contingent en 2011 à l’âge de 76 ans sous la direction de Michel Wieviorka. Celle-ci fut l’objet d’une publication en France sous le titre Des soldats tortionnaires. Des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable (Paris, R. Laffont, 2012), ainsi qu’en Algérie, en langue française avec une traduction arabe. Diplômé du Conservatoire national des arts et métiers en psychologie du travail et ergonomie, Claude Juin a occupé des fonctions dans des entreprises privées, puis publiques en tant que directeur des Affaires sociales à la direction générale de l’ANPE jusqu’en 1984. De 1984 à 1993, il a été directeur de la formation professionnelle dans la région Poitou-Charentes et maire de la commune de Bessines (1983-1995). Il est l’auteur de l’ouvrage bientôt interdit Le Gâchis, publié en 1960 sous le pseudonyme de Jacques Tissier, qu’il écrivit dès son retour de la guerre d’Algérie pour dénoncer les exactions et les tortures pratiquées par l’armée française.

10Sylvain Kerbourc’h est sociologue, chercheur associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS). Parallèlement à des enseignements de sociologie et à la direction d’étudiants, il développe des travaux de recherche depuis plus d’une quinzaine d’années dans les domaines du handicap, du travail, de la santé et des discriminations, avec une centralité donnée à la situation sociale des sourds en lien avec les questions du travail, de la santé et des formes de participation sociale. La dernière recherche qu’il a coordonnée au Centre d’études de l’emploi-CREAPT a porté sur le rôle des « aménagements » et les conditions de travail de salariés sourds. Il coordonne actuellement une recherche sur la surdicécité à la Fondation Maison des sciences de l’homme dans un projet ANR Investissements d’avenir, et assure le pilotage du pôle Études et Recherche de la Fondation d’entreprise OCIRP sur la question de l’orphelinage. Il est l’auteur notamment du Mouvement Sourd (Paris, L’Harmattan, 2012) ; avec R. Cortéséro, D. Mélo et A. Poli, de « Recruteurs sous tensions. Discrimination et diversité au prisme de registres argumentaires enchevêtrés », Sociologie du travail, vol. 55, no 4, 2013 ; avec S. Dalle-Nazébi, de « L’invisibilité du “travail en plus” de salariés sourds », Terrains & Travaux, Politiques du handicap, vol. 23, no 2, 2013.

11Nadia Kiwan est maître de conférences en études francophones et membre du Centre for Citizenship, Civil Society and Rule of Law (CISRUL) à l’université d’Aberdeen en Écosse. Titulaire d’une cotutelle de thèse en sociologie et en études francophones sous la direction de Michel Wieviorka (EHESS) et de Gino Raymond (Bristol), qu’elle a soutenue en 2003, elle mène des travaux sur l’immigration postcoloniale, les discriminations, l’islam et la laïcité dans la société française contemporaine. Elle a notamment publié « Freedom of thought in the aftermath of the Charlie Hebdo attacks », French Cultural Studies, vol. 27, no 3, 2016, p. 233-244 ; « Muslim and secular: Performing “Muslim” exemplarity and public debates on Islam in France », Performing Islam, vol. 2, no 1, 2013, p. 45-66 ; et Identities, Discourses and Experiences: Young people of North African Origin in France (Manchester, Manchester University Press, 2009).

12Pascal Noblet est chargé de mission au ministère de la Santé et des Affaires sociales. Ex-doctorant en sociologie à l’EHESS, il a successivement occupé des fonctions dans la mise en œuvre des politiques publiques relatives à l’intégration des immigrés, la lutte contre la pauvreté, l’hébergement d’urgence et l’accès au logement des personnes sans domicile. Il est actuellement chargé de mission à la Mission analyse stratégique, synthèse et prospective de la direction générale de la Cohésion sociale. Il a notamment publié L’Amérique des minorités, les politiques d’intégration (Paris, L’Harmattan, 1993) consacré aux politiques anti-discriminatoires aux États-Unis ; Quel travail pour les exclus ? Pour une politique de l’insertion durable (Paris, Dunod, 2005) ; et encore Pourquoi les SDF restent dans la rue (La Tour-d’Aigues, L’Aube, 2010).

13Olga Odgers Ortiz est docteure en sociologie. Sa thèse, dirigée par Michel Wieviorka et soutenue en novembre 1998 (EHESS), a pour titre Identités frontalières. Immigrés mexicains aux États-Unis (Paris, L’Harmattan, 2001). En tant que professeur-chercheuse au Colegio de la Frontera Norte (Tijuana, Mexique) depuis 1999, elle réalise des études sur les relations entre la migration Mexique/États-Unis et les pratiques et croyances religieuses. Depuis 2013, elle travaille également sur le rapport religion/santé dans la région frontalière Tijuana-San Diego. Récemment, elle a publié avec R. Alarcón et L. Escala Making Los Angeles Home: The Integration of Mexican Immigrants in the United States (Oakland, University of California Press, 2016) ; avec L. Rivera et A. Hernández, « Believe, migrate, circulate: A methodological proposal for analyzing migratory experience and religious change  from localities of origin », Migraciones Internacionales, vol. 8, no 2, 2015, p. 73-101 ; et avec A.-E. Campos, « Figés dans le mouvement : périodes et espaces d’attente des migrants mexicains expulsés des États-Unis », Revue européenne des migrations internationales, vol. 30, no 2, 2014, p. 113-135.

14Marie Peretti-Ndiaye est docteure en sociologie et membre associée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS). Sa thèse, dirigée par Michel Wieviorka et soutenue en 2012 à l’EHESS, porte sur le racisme en Corse. Ses travaux sont centrés actuellement sur les liens entre racisme et question migratoire. Elle a notamment publié : « Race, racisme, racialisme : que nous disent les discours ? », Revue européenne des sciences sociales, vol. 54, no 1, 2016, p. 103-128 ; « De l’objet tabou au racisme respectable. Récit d’une enquête en terrain sensible », Civilisations, vol. 64, no 1-2, 2015, p. 81-90 ; et Le racisme en Corse. Quotidienneté, spécificité, exemplarité (Ajaccio, Albiana, 2014).

15Régis Pierret est sociologue, chercheur associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS). Il est responsable du département Recherche à l’Institut du travail social de la région Auvergne (ITSRA) et directeur scientifique du Laboratoire de recherche interdisciplinaire (LRI) de l’ITSRA. Ses recherches sont consacrées à la question sociale et à son traitement. Après avoir travaillé sur la genèse de la délinquance juvénile, le phénomène des Apaches à Paris au début du xxe siècle, il a étudié l’immigration portugaise, puis la construction identitaire des enfants d’une « immigration atypique » dans Les filles et fils de harkis (Paris, L’Harmattan, 2008). Il s’est intéressé à la précarité, au travail social et aux personnels de santé (« Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, no 2, 2013, p. 307-330). Aujourd’hui, ses recherches ont trait au développement social local, qui mobilise tout à la fois le champ de l’intervention sociale en lien avec le champ de l’économie sociale et solidaire, l’économie classique, le politique : comment se met en acte la solidarité locale dans un monde global ?

16Geoffrey Pleyers est sociologue, chercheur au Fonds national de la recherche scientifique en Belgique au Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institution, Subjectivité (CriDIS) et professeur à l’université catholique de Louvain, où il enseigne la sociologie des mouvements sociaux et de la globalisation. Chercheur associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS), il est le président (2014-2018) du Comité de recherche 47 « Social classes and social movements » de l’Association internationale de sociologie. Il est l’auteur d'Alter-globalization: Becoming Actors in the Global Age (Cambridge, Polity, 2010) et a notamment coordonné les livres La consommation critique (Paris, Desclée de Brouwer, 2011), Movimientos sociales. De lo local a lo global (avec F. Mestries et S. Zermeño, Barcelone, Anthropos, 2009) et, avec B. Capitaine, Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015). Il est l’éditeur, avec B. Bringel, de « openMovements: For a global and public Sociology of Social Movements », publié sur la plate-forme « openMovements ».

17Alexandra Poli est sociologue. Elle est chargée de recherche au CNRS et directrice du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS). Ses recherches portent sur le racisme et les politiques publiques contre les discriminations, les discriminations liées à l’âge, l’islamophobie, ainsi que sur la mobilité Nord-Sud, de l’Europe vers le Maghreb. Sa thèse, L’expérience française du racisme et des discriminations raciales. De la condamnation morale à la prise en charge de la subjectivité des victimes, dirigée par Michel Wieviorka, a été soutenue en 2005 à l’EHESS.

18Paola Rebughini est professeure de sociologie, membre du département des sciences sociales et politiques de l’université de Milan, docteur en sociologie à l’EHESS (Paris) et membre associé du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CNRS-EHESS). Elle s’occupe de théorie sociale et culturelle, de multiculturalisme et de pluralisme culturel, de mouvements sociaux et d’action collective. Elle a récemment publié : In un mondo pluralista. Grammatiche dell’interculturalità (Turin, UTET Università, 2014) et, avec Enzo Colombo, « Intersectionality and beyond », Rassegna Italiana di Sociologia, no 3, 2016, p. 439-460 ; Children of Immigrants in a Globalized World: A Generational Experience (Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012).

19Claire Schiff est maître de conférences en sociologie à l’université de Bordeaux et chercheuse au Centre Émile Durkheim (UMR 5116, CNRS). Formée aux intercultural studies, à l’anthropologie et à la sociologie aux États-Unis et en France, elle mène des recherches sur les expériences, les modes d’identification et les rapports sociaux engendrés par l’immigration et les situations de mixité ethnique et culturelle, à l’école, dans la ville et au sein de la famille, dans une perspective comparative qui cherche à saisir les dynamiques locales, nationales et transnationales de la construction de l’altérité. Elle est spécialiste de la question de la scolarisation des élèves allophones arrivants et s’est intéressée particulièrement aux relations entre les adolescents migrants nouvellement arrivés et les jeunes Français issus des immigrations postcoloniales. Ses recherches en cours portent sur les mariages transnationaux et sur l’impact des contextes urbains locaux sur la construction de l’altérité à l’école. Elle a récemment publié Beurs et Blédards. Les nouveaux arrivants face aux Français issus de l’immigration (Lormont, Éd. Le Bord de l’eau, 2016), et a codirigé, avec Julia Szalai, l’ouvrage Migrant, Roma and Post-Colonial Youth in Education Across Europe (Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2014).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540