Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Troisième partie. Différence, intégration, ethnicité

Chapitre 16. Traverser le miroir. Le devenir de soi des femmes migrantes à l’école des enfants

Lena de Botton

Texte intégral

1L’imaginaire collectif voit la femme migrante, notamment celle de tradition musulmane, comme un être assujetti, dans la plupart des cas, aux rapports de domination masculine. Cependant, la réalité nous montre une complexité majeure et dévoile des processus de quête de sens chez certaines femmes. Il y a donc un double axe analytique pour comprendre la réflexion sur soi portée par ces femmes : le basculement de l’image projetée et la quête de sens. Nous situerons notre analyse dans des espaces de femmes, notamment liés à l’espace scolaire de leurs enfants, qui s’érigent comme un espace privilégié d’interaction et de participation. Puis nous examinerons les conditions qui rendent possible le processus de subjectivation en lien avec les interactions entre femmes.

Introduction

2Née au Maroc, Nadia refuse d’être cataloguée comme immigrante. « Un immigrant, c’est quelqu’un qui appartient à un autre territoire et qui arrive dans une nouvelle société », dit-elle. Dans son récit, elle se demande quel est le temps requis pour se défaire de l’étiquette de « migrante » – il est pourtant possible qu’elle n’arrivera jamais à s’en débarrasser. Nadia affirme qu’elle est citoyenne – même si elle n’a pas la nationalité espagnole – et, bien souvent, elle doit le rappeler à ses interlocuteurs. « Mais pourquoi n’enlèves-tu pas ton foulard ? », lui dit-on souvent. Elle n’arrive pas à comprendre cet entêtement. Ne peut-on pas être musulmane, Catalane, femme et moderne ? Nadia a décidé de jouer un rôle actif dans la société sans pour autant renoncer à son identité. Il y a longtemps qu’elle a décidé de ne plus accepter que les autres déterminent ce qui lui convient le mieux. Elle est arrivée en Catalogne un an après son mari. Dès le début, Nadia a appris à être autonome : « Je sautais dans mes chaussures le matin et je n’arrêtais pas jusqu’au soir. Au début, on ne voulait pas me louer un appartement, mais à la fin j’ai réussi à en obtenir un. » Elle a également trouvé une école pour son fils, elle a étudié, a obtenu un travail légal en tant que médiatrice et a même pris en charge les démarches de régularisation des papiers de son mari. Pendant ces années-là, sa vie a beaucoup changé : « Je n’aurais jamais imaginé pouvoir travailler et m’engager pour la femme au Maroc comme je l’ai fait ici. Au Maroc, cela n’est pas habituel. J’aimerais pouvoir un jour faire la même chose là-bas pour les femmes », dit-elle. Désormais, elle a envie de réaliser un autre rêve : « Mon rêve, c’est d’entrer un jour à l’université. »

  • 1 Alain Touraine, Le monde des femmes, Paris, Fayard, 2006 ; Michel Wieviorka, Retour au sens. Pour e (...)

3Il y a longtemps qu’elle a entamé un processus de réflexion sur elle-même. Le plus intéressant est de comprendre le déroulement de cette prise de conscience et le degré d’influence des interactions avec les autres dans le processus de subjectivation1, et de comprendre par là le processus de recherche de soi et de quête de sens pour créer un projet de vie personnel. Chez Nadia, on trouve une réaffirmation de soi très importante. Mais elle ne constitue qu’un exemple parmi les nombreuses femmes musulmanes – migrantes ou pas – qui ont entrepris la même démarche de transformation. Cette nouvelle figure se place au centre de deux forces centrifuges : d’une part, un regard qui doute de sa capacité à agir et, d’autre part, le repli communautaire.

  • 2 Alain Touraine, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d'aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.
  • 3 Ibid., p. 336.

4Dans ce chapitre, il s’agit de décortiquer deux des grands enjeux actuels des sociétés multiculturelles : la gestion de l’espace public, où l’interaction entre l’islam et l’« Occident » est importante, et le fait de devenir acteur de sa propre vie, ce que la femme a commencé à faire depuis longtemps déjà2. Le thème de la femme musulmane va donc nous permettre d’aborder ces deux enjeux. Bien que le jugement porté sur l’islam soit fortement négatif, une partie des femmes marocaines pratique précisément une relecture égalitaire de l’islam pour construire un projet personnel et pour dénoncer les inégalités de genre. Arrivent-elles à surmonter le préjugé qui définit l’islam comme le plus gros problème qu’elles doivent subir ? « Cette volonté de l’individu d’être l’acteur de sa propre existence est ce que je nomme le sujet3. »

La construction de soi : les femmes traversent le miroir

  • 4 Jürgen Habermas, Teoría de la acción comunicativa, vol. 1 : Racionalidad de la acción y racionaliza (...)
  • 5 Nacira Guénif Souilamas, Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants nord-africains, Paris, Gra (...)

5Le projet de vie personnel dont les femmes sont les actrices principales est l’expression d’un changement à l’échelle mondiale. L’expérience humaine a été déchirée par l’épuisement des institutions. Les femmes sont actuellement les protagonistes principales de la recomposition du « monde de la vie4 ». Aujourd’hui, le privé se fait une place dans le public dans cette conquête d’une vie à soi et pour soi5.

  • 6 Alain Touraine, Le monde des femmes, op. cit.

6Les femmes interviewées s’inscrivent dans une perspective globale où elles réfléchissent de plus en plus sur elles-mêmes et mènent une négociation constante avec leur entourage pour réaliser leurs projets6.

7Nadia, notre fil conducteur, nous parle du processus de réflexion de soi que plusieurs femmes musulmanes en Europe sont en train de mener. De nombreux changements ont eu lieu dans sa vie dès son arrivée en Catalogne. Certains ont été structurels, mais, pour d’autres, Nadia a joué un rôle très actif. Elle réfléchit profondément à la transformation de sa vie quotidienne et d’elle-même : « Avant j’acceptais n’importe quoi, mais maintenant c’est fini. »

8Elle nous dit avoir trouvé un poste de médiatrice tout de suite. Ce travail ne servait au début qu’à contribuer aux charges du ménage. Le contact direct avec la réalité d’autres femmes a encouragé petit à petit son engagement dans le monde associatif. Le processus de réflexion sur soi était amorcé. L’histoire de Nadia rejoint celle de plusieurs femmes musulmanes rencontrées.

9La transformation réalisée par Nadia n’est pas limitée à son espace personnel, elle est intimement liée à l’expérience collective au sein de son groupe d’amies. Les réflexions sur soi, partagées, dit Nadia, ont souvent encouragé la transformation de la vie privée de plusieurs d’entre elles. Les rencontres avec d’autres femmes ont-elles entraîné ce changement personnel ? Ou bien est-ce la réflexion sur soi qui a encouragé l’engagement associatif ? Les interactions ont joué un rôle clé pour expliquer la transformation survenue dans sa vie personnelle.

La construction des espaces de « sororité »

  • 7 Nilüfer Göle, Interpénétrations. L’Islam et l’Europe, Paris, Éd. Galaade, 2005.

10Le discours de Nadia est parsemé de « Je » (« je veux, je n’aime pas, j’espère, je me reconnais », etc.). Plusieurs femmes que nous avons rencontrées réfléchissent à leurs relations et construisent souvent un projet de vie qu’elles essaient de concilier avec leur entourage, ce qui s’avère parfois très difficile. Ainsi, les espaces de femmes acquièrent une grande importance dans leur vie pour la construction de leur projet personnel. C’est dans ce sens que Nilüfer Göle parle du développement d’une « sœurorité7 », désignant par cela un élément crucial dans l’émancipation des femmes. Ces espaces et ces liens, que les femmes créent en se retrouvant entre elles pour réfléchir sur elles-mêmes, contribuent à leur construction identitaire et au dépassement de la fragmentation de l’expé­rience. Pourquoi la recherche de soi est-elle menée par quelques femmes seulement ? Quels facteurs conditionnent le développement du processus de subjectivation ?

  • 8 Nacira Guénif Souilamas, Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants…, op. cit.
  • 9 Alain Touraine, Le monde des femmes, op. cit.

11Dans plusieurs cas analysés, les espaces de femmes ont contribué à surmonter le déchirement personnel en construisant un nouveau projet de vie qui est le fruit des échanges et de l’analyse collective d’un large éventail de possibilités conciliant des réalités parfois opposées. Il est très important de signaler, comme le fait Nacira Guénif Souilamas, le travail créatif et original que chaque femme fait sur soi, ou du moins le désir quotidien qu’elles ont de développer cette capacité8. Les femmes sont les pionnières de la construction d’une expérience personnelle unitaire et porteuse d’une représentation d'un monde nouveau, qui concerne aussi les hommes, une « société des femmes9 ».

12Est-ce que n’importe quel espace et n’importe quelle rencontre de femmes favorisent la quête de sens personnelle ?

Le dialogue avec soi-même

  • 10 François Dubet et Michel Wieviorka (dir.), Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine (colloque de Ce (...)

13Il y a donc chez ces femmes une volonté de créer une histoire personnelle, le désir d’être un individu et de donner un sens à l’ensemble des expériences de la vie individuelle. Malgré cette orientation actuelle vers l’individualité, le lien social est pourtant présent. L’idée de sujet ne doit pas nous éloigner de l’action collective et des mouvements sociaux car l’individu ne s’affirme pas seulement comme un sujet dans la maîtrise de son expérience personnelle. Plus exactement, « [c]ette maîtrise et la conquête “d’authenticité” qu’elle implique passent par la solidarité et par le conflit. […] [L]e travail du sujet consiste à refuser le déchirement sanglant des “communautés” concrètes et la raison abstraite du marché10 ».

  • 11 Georg Herbert Mead, Espíritu, persona y sociedad. Desde el punto de vista del conductismo social, B (...)

14La prise de conscience de soi a aussi un lien étroit avec les interactions sociales et le contexte de chaque individu. La création d’un projet de vie « unique » est fondée sur la recomposition des options possibles concernant la famille, la sexualité, le travail, etc. C’est ce que l’on appelle le soi-même et, pourtant, cette caractéristique est ancrée dans la situation sociale et n’existerait pas séparée d’elle11. Par le passé, les rôles et les fonctions que l’on attendait de quelqu’un contraignaient davantage le projet créatif de cette personne. Cependant, de nos jours, la construction active de soi est inévitable.

L’autre dans la création de soi

  • 12 Ibid.

15Pour nuancer la notion de sujet dans le rapport à l’autre et dans la réflexion partagée, il faut faire une petite distinction similaire à celle indiquée par Georg Herbert Mead. Celui-ci a différencié l’« expérience subjective », à laquelle personne n’a accès sauf nous-même, de l’« expérience réflexive », à laquelle les autres peuvent accéder via le partage des réflexions12. La distinction est très importante pour comprendre la construction du récit personnel. Dans ce processus, nos interactions avec les autres jouent un rôle très important.

16Bien entendu, les décisions prises par chacun se font individuellement. Mais elles sont souvent précédées de nombreuses réflexions résultant d’interactions. Ainsi, Nur, jeune fille marocaine née en Catalogne, retrace le changement dans son parcours de vie et dans sa personnalité lorsqu’elle a commencé à participer à une association d’immigrants marocains : « Je suis en train de penser que j’aimerais reprendre mes études parce que je me suis arrêtée au FP2 [formation professionnelle] d’administration… mais pas pour des raisons économiques, parce que ma mère m’aurait payé les études avec plaisir… Ça a été la faute de ma propre insécurité, que j’ai pu dépasser grâce à mon travail ici. » Quelle a été la trajectoire de cette transformation ?

17Au moment où Nur est entrée dans l’association, son expérience était fragmentée. Plusieurs interrogations concernant l’identité ethnique, les études, la sexualité, etc., ponctuaient sa vie. Le groupe de Marocaines qu’elle a rencontré à l’association soulage petit à petit son angoisse. Certains espaces d’interaction lui permettent de partager ses réflexions sur elle-même. Ainsi, un des piliers sur lequel s’appuie la reconstruction de sa biographie personnelle est la référence ethnique. Elle regagne confiance en elle en affichant davantage dans la sphère publique son appartenance marocaine, mais sans abandonner son appartenance catalane. Les interactions avec d’autres Marocains et Marocaines qui, comme elle, se posent des questions dans la société d’accueil de leurs parents favorisent le processus de subjectivation et une sécurité ontologique grandissante. Les nouveaux rapports deviennent des références qui lui permettent d’envisager un projet de vie personnel sans de trop grandes fractures.

18Le processus d’individualisation et la création d’un projet personnel ne signifient pas la victoire de l’individu sur la communauté ; l’opposition de l’individu au collectif apporte de moins en moins une explication à la réalité. La relation à l’autre est au cœur de la quête de sens et de la construction d’une biographie personnelle. C’est justement le rapport intersubjectif qui permet l’émergence de l’identité personnelle qui place un sujet en devenir permanent et en interaction avec les autres.

19C’est vers elles-mêmes que les femmes se tournent parce qu’elles veulent s’affirmer comme sujets libres et responsables. Pourtant, la solidarité avec la communauté hétérogène des femmes ne s’efface pas.

Conditions favorisant la quête de sens dans les espaces de femmes

  • 13 Catherine Wihtol de Wenden et Rémy Leveau, La beurgeoisie. Les trois âges de la vie associative iss (...)

20La présence de certains éléments dans les espaces de femmes a favorisé les transformations de leur vie, ce qui n’aurait pas été possible dans d’autres conditions ou qui aurait pris plus de temps. Tous les espaces de femmes et toutes les associations permettent-ils aux femmes de parler d’elles ? Sans aucun doute non. Dans certains espaces, leurs intérêts sont très éloignés de ceux proposés et certains autres ne répondent pas aux nécessités de la population à laquelle ils s’adressent13. Il existe d’autres espaces encore, très hiérarchisés, où certaines femmes ne se sentent pas à l’aise car leurs voix restent inaudibles une fois de plus.

21Concernant la recherche de soi des femmes marocaines, le dialogue intérieur est aussi important que les interactions. La communication joue un rôle émancipateur important par rapport aux projets de vie. La communication nous permet de rester attentifs à nos actions, nos désirs, nos sentiments, nos perceptions du monde, etc., ce qui nous fait prendre conscience de notre action. Le dialogue peut être l’un des meilleurs outils pour prendre des décisions.

22Ainsi, ce cadre interprétatif de l’expérience quotidienne devient parfois problématique du fait de la rencontre de différents mondes, parfois opposés. La réflexion partagée permet d’évaluer ensemble les possibilités d’action. Des options non envisagées rentrent souvent dans l’éventail des choix possibles.

23Quelles conditions sont réunies au sein des groupes de femmes pour rendre possibles la transformation et la recherche de soi ?

24C’est le type de rapport qui s’établit dans un espace qui fait la différence. Soulignons-en quelques caractéristiques. En premier lieu, le dialogue au sein des groupes conduit à une orientation égalitaire, la compréhension mutuelle étant toujours l’objectif final. Bien entendu, même si les femmes ont choisi différentes options de vie, les différences n’empêchent pas la création intersubjective de sens.

  • 14 Ramón Flecha (dir.) et INCLUED-ED Consortium, Successful Educational Actions for Inclusion and Soci (...)
  • 15 Ramón Flecha, Rocío García et Aitor Gómez, « Transferencia de tertulias literarias dialógicas a ins (...)

25L’une des activités de ces femmes sont les cercles de lecture dialogique reconnus comme des initiatives éducatives à succès par la communauté scientifique14. Cette activité permet la réflexion par la lecture et la discussion d’ouvrages de la littérature universelle, donnant accès au patrimoine universel jusqu’alors inexploré. Comme nous l’indiquent Ramón Flecha, Rocío García et Aitor Gómez, les stéréotypes et les obstacles culturels s’amenuisent par l’action du dialogue égalitaire15.

26Ainsi, par exemple, la lecture de Sí de las niñas, à travers une histoire écrite au xixe siècle, amène les participantes à discuter de leur vie personnelle au xxie siècle sur des sujets tels que l’amour, l’honneur, le mariage ou le respect. Cette discussion est fondée sur des principes de respect ou d’égalité. Ainsi, Najat a tenté d’expliquer qu’au Maroc, « avoir un petit ami était différent, l’islam nous empêche d’avoir des relations sexuelles avant le mariage ». Lucie, chrétienne et Rom, explique : « Pour une Rom, c’est pareil… jusqu’au mariage tu ne peux pas non plus. » Najat intervient à nouveau : « Mes parents sont sortis ensemble pendant trois ans, ils s’aimaient à la folie mais ils ne pouvaient pas encore se marier, vous pensez que pendant ces trois ans il ne s’est rien passé ?! (Rires.) » Ainsi, la lecture partagée leur permet de réfléchir sur elles-mêmes et à leurs interactions. Mais les décisions d’autrui ne sont pas questionnées (par exemple, à propos des relations sexuelles avant le mariage). Cette réflexion partagée favorise le dialogue avec soi-même. En fait, toutes les idées et les questions apportées dans le débat contribuent à la réflexion sur soi. Les arguments se renouvellent constamment et les interprétations qui débouchent sont le résultat de l’enchaînement de toutes les réflexions réalisées pendant le débat.

27En deuxième lieu, la transformation survenue dans la vie quotidienne de Leila est très importante. Bien entendu, il n’existe pas de rapport égalitaire avec son mari, mais de grandes nouveautés sont apparues. Tout d’abord, la famille – le mari et les enfants – accepte que Leila ait un temps et un espace pour elle. Ensuite, les décisions dans la famille peuvent potentiellement intégrer d’autres arguments que ceux du mari. Cette transformation a été le résultat du dialogue entre les femmes. Personne n’a imposé ses idées aux autres, elles ont ensemble envisagé les nouvelles possibilités d’action et de construction du projet personnel de Leila mais aussi du groupe.

28En troisième lieu, sans les forts liens de solidarité créés entre les femmes du groupe auquel participait Leila, son retour en classe aurait été compromis. Aucune femme n’a voulu créer de fracture au sein de la famille de Leila. De ce fait, l’engagement des femmes du groupe par rapport au vécu de Leila leur permet de reprendre le contrôle de la situation.

Conclusion

29Ces femmes sont-elles exceptionnelles ? Ou bien sont-elles représentatives ? Ces questions en amènent d'autres : la rencontre avec ces femmes s’est-elle faite par hasard et quelles conditions encouragent le processus de prise de conscience de soi ?

  • 16 Ramón Flecha, Jesús Gómez et Lidia Puigvert, Teoría sociológica contemporánea, Barcelone, Paidós, 2 (...)

30En somme, bien qu’elles ne représentent pas tout le collectif féminin marocain, elles sont loin aujourd’hui d’être exceptionnelles. En fait, elles s’inscrivent dans un processus plus large au sein du virage dialogique des sociétés16. D’ailleurs, le souci de devenir auteur de sa propre vie peut être observé au sein d’autres groupes.

31De plus, ces femmes doivent se confronter au regard qui leur fait craindre d’être « étouffées » par les traditions, résignées face aux rapports de domination masculine et manquant de capacité d’action pour changer les inégalités. Ce regard peut devenir un obstacle dans la recherche de sens et de la construction de soi.

  • 17 Nilüfer Göle, « The public visibility of Islam and European politics of resentment: The minarets-mo (...)

32Aujourd’hui, les différentes minorités culturelles affichent leur présence dans l’espace public. Dans ce débat sur la reconnaissance et la participation, comme le signale Nilüfer Göle17, la femme musulmane est un acteur clé car la question du genre englobe le privé et le public. Ainsi, le genre joue un rôle important dans la rencontre entre l’islam et l’« Occident » à partir de l’égalité des sexes dans les deux espaces.

33Les récits de ces femmes musulmanes, et notamment les plus vulnérables qui subissent une discrimination comme Hana, montrent cependant qu’elles ne sont pas des femmes exceptionnelles. En fait, la théorie féministe sous l’angle de l’islam dévoile une tendance générale : les femmes se sont plongées dans le « projet réflexif du Je ». Bien entendu, parmi les femmes rencontrées, il y a aussi celles qui sont assujetties aux normes communautaires ou familiales et qui n’ont donc pas entamé cette recherche de soi.

34Au cœur de ce processus créatif de soi, il ne faut pas oublier le lien existant entre l’individuel et le collectif. L’interaction entre les femmes, l’écoute attentive et les liens de solidarité qui s’établissent apparaissent comme des pièces clés dans la création de nouveaux projets personnels. La création d’un sens intersubjectif dans les espaces collectifs fait émerger dans chacune des femmes marocaines un éventail de possibilités plus large. Et même si pour certaines la transformation et le fait de devenir actrices de leur vie restent inachevés, la réflexion collective a une grande importance et s’exprime dans la vie privée de plusieurs d’entre elles. La relation intersubjective met en place un sujet en devenir permanent et en interaction avec les autres. La subjectivité se construit et se développe par rapport aux relations avec l’autre.

35En somme, la société d’accueil a créé un imaginaire chez les femmes musulmanes, soupçonnées d’être assujetties aux rapports de domination masculine. Désormais et plus que jamais, nous sommes témoins d’une femme musulmane qui réfléchit sur elle-même et fait basculer l’image que lui renvoie le miroir social.

Bibliographie

Beck Ulrich, Giddens Anthony et Lash Scott, Modernización reflexiva. Política, tradición y estética en el orden social moderno, Madrid, Alianza Editorial, 1997 [1994].

Dubet François et Wieviorka Michel (dir.), Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine (colloque de Cerisy, 27 mai-3 juin 1993), Paris, Fayard, 1995.

Flecha Ramón, Gómez Jesús et Puigvert Lidia, Teoría sociológica contemporánea, Barcelone, Paidós, 2001.

Flecha Ramón, García Rocío, Gómez Aitor, « Transferencia de tertulias literarias dialógicas a instituciones penitenciarias », Revista de Educación, no 360, 2013, p. 140-161.

Flecha Ramón (dir.) et INCLUED-ED Consortium, Successful Educational Actions for Inclusion and Social Cohesion in Europe, Cham/Heidelberg/New York/Dordrecht/Londres, Springer, 2015.

Göle Nilüfer, Interpénetrations. L’Islam et l’Europe, Paris, Éd. Galaade, 2005.

Göle Nilüfer, « The public visibility of Islam and European politics of resentment: The minarets-mosques debate », Philosophy and Social Criticism, vol. 37, no 4, 2011, p. 383-392.

Guénif Souilamas Nacira, Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants nord-africains, Paris, Grasset, 2000.

Habermas Jürgen, « De la tolerancia religiosa a los derechos culturales », Claves de la razón práctica, no 129, 2003, p. 4-12.

Habermas Jürgen, Teoría de la acción comunicativa, vol. 1 : Racionalidad de la acción y racionalización social, Madrid, Taurus, 1987.

Ministerio de Educación, Actuaciones de éxito en las escuelas europeas, Madrid, Secretaria General Técnica, 2011, disponible sur <https://sede.educacion.gob.es/publiventa/PdfServlet?pdf=VP14963.pdf&area=E>.

Kohut Andrew (dir.), Europe’s Muslim More Moderate. The Great Divide: How Westerners and Muslims View Each Other, 13-Nation Pew Global Attitudes Survey, Washington, Pew Global Project, 2006, disponible sur <http://www.pewglobal.org/files/pdf/253.pdf>.

Mead George Herbert, Espíritu, persona y sociedad. Desde el punto de vista del conductismo social, Barcelone, Paidós, 1973 [1934].

Taguieff Pierre-André, La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1987.

Touraine Alain, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d'aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.

Touraine Alain, Le monde des femmes, Paris, Fayard, 2006.

Wieviorka Michel, « Avant-propos », in N. Elias et J. L. Scotson, Les logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997, p. 11-29.

Wieviorka Michel, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, R. Laffont, 2015.

Wihtol de Wenden Catherine et Leveau Rémy, La beurgeoisie. Les trois âges de la vie associative issue de l’immigration, Paris, CNRS Éditions, 2001.

Notes

1 Alain Touraine, Le monde des femmes, Paris, Fayard, 2006 ; Michel Wieviorka, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, R. Laffont, 2015.

2 Alain Touraine, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d'aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.

3 Ibid., p. 336.

4 Jürgen Habermas, Teoría de la acción comunicativa, vol. 1 : Racionalidad de la acción y racionalización social, Madrid, Taurus, 1987.

5 Nacira Guénif Souilamas, Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants nord-africains, Paris, Grasset, 2000.

6 Alain Touraine, Le monde des femmes, op. cit.

7 Nilüfer Göle, Interpénétrations. L’Islam et l’Europe, Paris, Éd. Galaade, 2005.

8 Nacira Guénif Souilamas, Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants…, op. cit.

9 Alain Touraine, Le monde des femmes, op. cit.

10 François Dubet et Michel Wieviorka (dir.), Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine (colloque de Cerisy, 27 mai-3 juin 1993), Paris, Fayard, 1995, p. 11.

11 Georg Herbert Mead, Espíritu, persona y sociedad. Desde el punto de vista del conductismo social, Barcelone, Paidós, 1973 [1934].

12 Ibid.

13 Catherine Wihtol de Wenden et Rémy Leveau, La beurgeoisie. Les trois âges de la vie associative issue de l’immigration, Paris, CNRS Éditions, 2001.

14 Ramón Flecha (dir.) et INCLUED-ED Consortium, Successful Educational Actions for Inclusion and Social Cohesion in Europe, Cham/Heidelberg/New York/Dordrecht/Londres, Springer, 2015.

15 Ramón Flecha, Rocío García et Aitor Gómez, « Transferencia de tertulias literarias dialógicas a instituciones penitenciarias », Revista de Educación, no 360, 2013, p. 140-161.

16 Ramón Flecha, Jesús Gómez et Lidia Puigvert, Teoría sociológica contemporánea, Barcelone, Paidós, 2001.

17 Nilüfer Göle, « The public visibility of Islam and European politics of resentment: The minarets-mosques debate », Philosophy and Social Criticism, vol. 37, no 4, 2011, p. 383-392.

Auteur

Lena de Botton est sociologue, enseignante à l’université de Barcelone au département théorie sociologique et membre du centre de recherche CREA (Barcelone). Ancienne élève attachée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (EHESS-CNRS), elle a réalisé des études sur la réussite scolaire de minorités culturelles en participant notamment au projet INCLUD-ED (6e Programme-cadre de la Commission européenne), mais aussi sur les mobilisations sociales et les pratiques de solidarité avec le projet SOLIDUS (H2020). Ses autres recherches portent sur le genre et le dialogue interreligieux. On compte parmi ses ­publications les articles de collaboration « Not without them: The inclusion of minors’ voices on cyber harassment prevention », Qualitative Inquiry, vol. 20, no 7, 2014 ou « Moroccan mothers’ involvement in dialogic literary gatherings in a Catalan urban primary school: Increasing educative interactions and improving learning », Improving Schools, vol. 17, no 3, 2014. Elle aussi rédactrice en chef de la revue RECEI, revue scientifique d’études sur l’interculturalité.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540