Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Troisième partie. Différence, intégration, ethnicité

Chapitre 15. Processus d’intégration des migrants en Espagne

Antonio Álvarez enavides

Texte intégral

  • 1 Alfonso Pérez-Agote, Margarita Barañano et Benjamín Tejerina (dir.), Barrios multiculturales. Las r (...)

1Dans ce chapitre, nous analyserons les particularités des processus d’intégration des migrants en Espagne à partir des résultats empiriques de la thèse Processus intergénérationnels d’intégration/marginalisation et de (re)articulation de l’identité collective. Application au cas de l’immigration marocaine à Madrid réalisée sous la codirection de Michel Wieviorka et d'Alfonso Pérez-Agote et soutenue en novembre 2012, ainsi que de ceux du projet de recherche « Glocalité et immigration transnationale. Les relations sociales parmi certains groupes ethniques dans l’espace métropolitain (Madrid et Bilbao) [2003-2006]1 ».

  • 2 En seulement dix ans, le pourcentage d’immigrants en Espagne est passé de 0,63 % en 1986 à 10 % en (...)
  • 3 Florence Delay, « Une très vieille convivance », séance publique annuelle des cinq Académies, le 26 (...)

2Il faut souligner que la transformation de l’Espagne d’un pays d’émigration en un pays d’immigration est très récente2 ; par conséquent, l’articulation d’un modèle d’intégration a eu des caractéristiques très particulières. L’objectif principal de ce chapitre est d’analyser l’intégration en tant que mécanisme d’insertion sociale à travers des processus de subjectivation des migrants et la configuration de la « convivance3 » comme élément articulateur des relations interculturelles.

  • 4 Michel Wieviorka, « The Misfortunes of Integration », in E. Ben-Rafael et Y. Sternberg (dir.), Tran (...)

3Tous les pays qui se sont posé le problème de la diversité ont créé des cadres d’action dans lesquels il est possible d’administrer la pluralité des identifications sociales. Le républicanisme et le multiculturalisme, incarnés respectivement par la France et le Royaume-Uni, supposent deux manières opposées de comprendre l’intégration. Les deux pays ont dû gérer de nouvelles religions et de nouvelles cultures dans leurs frontières, en posant les problèmes de l’exclusion sociale. Pour la plupart des spécialistes de l’intégration, les deux systèmes ont échoué. Les crises des banlieues ou les attentats de Londres sont les exemples les plus cités4. La vertu principale du multiculturalisme est qu’il a su respecter et valoriser les différences, mais son défaut réside dans ce que ces différences sont restées à la périphérie sociale. Il n’y a pas eu de communication entre les cultures, mais une ségrégation. La vertu du système français consiste à intégrer quelques différences dans l’imaginaire social (nourriture, musique, cinéma), mais surtout de suivre une politique de naturalisation des migrants, ceux d’origine coloniale. Cependant, ce système a réduit la citoyenneté à une définition très fermée autour des valeurs immuables de la République.

  • 5 Dominique Schnapper, La France de l’intégration. Sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard, (...)

4L’Espagne n’a opté pour aucun de ces deux courants, et à comparer avec la France, nous voyons déjà apparaître de nettes différences dans la définition même d’intégration. Ainsi, pour le dictionnaire de la Real Academia Espanola, s’intégrer, c’est « obtenir que quelqu’un ou quelque chose fasse partie d’un tout », alors que pour le dictionnaire de la langue française, il s’agit de « s’assimiler à un groupe ». Il est difficile par conséquent de parler d’intégration dans un pays comme la France. Cette notion est marquée par la définition d’un système d’intégration concret, révélant une manière unique de s’intégrer en accord avec les valeurs universelles et laïques de la République : l’intégration est associée à la perte d’identité, des différences culturelles et ethniques, à l’insertion dans la société à partir, seulement, de l’adoption des valeurs françaises5.

Le « non-système » d’intégration espagnol

  • 6 Ley Orgánica 4/2000, de 11 de enero, sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su (...)
  • 7 « Las Administraciones Públicas incorporarán el objetivo de la integración entre inmigrantes y soci (...)

5En Espagne, il n’y pas de système d’intégration défini à partir de valeurs universelles et il n’y a pas de raison supérieure en dehors du système juridique et constitutionnel sur laquelle s’articulerait la convivialité sociale non plus. Le cadre de gestion des migrations en Espagne dépend de la loi organique d’extranéité sur les droits et les libertés des étrangers en Espagne et leur intégration sociale6 qui stipule dans son deuxième article que les administrations publiques doivent promouvoir la pleine intégration des immigrants dans un cadre de « convivance » des identités et des cultures diverses sans aucune limite au-delà du respect de la Constitution et de la Loi7. Avec le système autonomique et décentralisé de l’État espagnol, les communautés autonomes et les municipalités doivent articuler leurs propres programmes d’intégration. Ainsi, depuis l’approbation de la loi, plusieurs programmes d’intégration ont été créés à tous les niveaux administratifs, au moins deux au niveau de l’État, quatre au niveau autonomique et huit au niveau de la municipalité. Aucun de ces programmes n’a de véritable caractère juridique et ils agissent comme protocoles ou guides pour l’intégration des immigrés.

  • 8 Lorenzo Cachón Rodríguez, La “España Inmigrante”: marco discriminatorio, mercado de trabajo y polít (...)

6L’intégration recouvre donc plusieurs parcours et significations, de l’interprétation assimilationniste française jusqu’à un réel empowerment à la manière de l’Amérique latine8. Si certains chercheurs en sciences sociales désapprouvent l’utilisation de ce terme, des migrants se le sont appropriés afin de revendiquer leur appartenance à la société, leur égalité de même que leurs différences, ainsi que leur inscription totale dans une société multiculturelle.

  • 9 Didier Lapeyronnie, « Les deux figures de l’immigré », in M. Wieviorka (dir.), Une société fragment (...)
  • 10 Michel Wieviorka, « The Misfortunes of Integration », op. cit.

7Articuler l’intégration seulement depuis la société de réception sans tenir compte des particularités et des avis des migrants favorise leur aliénation9. Il est important d’insister sur le fait que les migrants sont aussi des acteurs ; ils construisent eux-mêmes « le social » et « le personnel » en s’appropriant leur parcours d’intégration. Le résultat final de ces adaptations est que chaque individu souhaite être reconnu, respecté et avoir la liberté de choisir comment il se construit10.

  • 11 Antonio Álvarez-Benavides, « Marocains à Madrid. Visibilité et invisibilité dans un espace global e (...)
  • 12 Jürgen Habermas, « De la tolérance religieuse aux droits culturels », Cités, no 13, 2003, p. 147-17 (...)
  • 13 Jürgen Habermas, L’intégration républicaine, Paris, Fayard, 1998 ; Id., « De la tolérance religieus (...)
  • 14 Alain Touraine, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Fayard, 1997.

8Nous avons constaté sur le terrain11 un désir chez les migrants d’incorporation de leurs différences dans la société d’accueil : l’intégration acquiert un aspect revendicatif et suppose en même temps une transformation du système politique occidental. On ne cherche pas le respect des différentes cultures, mais qu’elles soient plutôt la base d’une société multiculturelle non segmentée et égalitaire12. Ce désir d’introduire dans le système politique et social des sociétés de réception les différences et les revendications à travers l’intégration passe inévitablement par la participation civique. Pour un grand nombre d’auteurs13, la participation des citoyens est un élément générateur d’identité civique. En effet, la participation favorise la formation de liens civiques entre les personnes ainsi qu’entre elles et la communauté où elles participent. Par conséquent, selon ces auteurs, il est possible d’affirmer que les dynamiques participatives sont génératrices d’un type d’identité civique qui n’est pas basé sur la nationalité ou la nation, mais sur des critères comme la communication14 et le dialogue entre les citoyens. En d’autres termes, c’est la participation publique des citoyens, comprise comme un composant de base de la citoyenneté, qui crée le sentiment d’appartenance à une communauté.

Repenser l’intégration : convivance, subjectivité et interculturalité

  • 15 Javier De Lucas, « La integración de los inmigrantes… », op. cit.
  • 16 Rainer Bauböck, The integration of immigrants, Vienne, Institut für höhere Studien/Council of Europ (...)
  • 17 Will Kymlicka, Ciudadanía multicultural: una teoría liberal de los derechos de las minorías, Barcel (...)

9De nombreux auteurs plaident pour une redéfinition de la citoyenneté. Javier De Lucas propose une conception de la citoyenneté progressive : accorder d’abord une citoyenneté locale aux résidents stables (de plus de trois ans) avec des droits politiques pleins au niveau municipal ; faire évoluer ensuite cette citoyenneté de voisinage au cadre autonomique (relatif aux régions autonomes de l’Espagne), puis étatique et enfin européen15. La première étape de la citoyenneté civique coïnciderait donc avec celle de la citoyenneté européenne : la communauté politique municipale. Rainer Bauböck parle de global citizenship ou de transnational citizenship16, Will Kymlicka, lui, de citoyenneté multiculturelle, comme résultat des interactions entre migrants et nationaux pour dépasser la dichotomie universalisme/contextualisme, faisant ainsi appel à certaines valeurs universelles (égalité, liberté et justice), tout en invoquant à la fois le droit à la différence17. Il présente ce type de citoyenneté comme une alternative politique qui reconnaîtrait quatre types différents d’intérêts : celui des États qui veulent maximiser leur souveraineté, celui de la communauté internationale dont le but est de diminuer les conflits entre États, celui des migrants et des minorités ethno-nationales qui consiste à augmenter leur autonomie et enfin celui des démocraties dont l’intérêt serait de minimiser l’exclusion.

  • 18 Autour de 50 entretiens et 8 focus avec Marocains, Sénégalais, Équatoriens, Dominicains, Bangladesh (...)

10Sont requis, par conséquent, une implication des deux parties, un processus de communication et de travail commun. Il existe un terme en espagnol chargé d’un fort pouvoir symbolique, présent dans un grand nombre d’entretiens sur le terrain18 et qui définit le moment et la situation où se produit ce travail partagé : la convivance.

  • 19 Florence Delay, « Une très vieille convivance », op. cit.

11En France, ce mot a été incorporé au dictionnaire de l’Académie française il y a dix ans par la nécessité de trouver un terme qui exprime au mieux la vie en commun. Dans un discours, Florence Delay, déléguée de l’Académie française, déclarait : « “Convivialité” : mot sympathique, certes, emprunté de l’anglais et mis en circulation au xixe siècle par le gourmet Brillat-Savarin, mais qui dit le goût des agapes joyeuses et dont la tonalité festive ne convient pas à la vie de tous les jours. Alors ? “Cohabitation” désigne le partage d’une demeure par goût… ou par nécessité. Ce mot nous rappelle l’obligation d’habiter avec un mari, avec un parti. Il nous met un peu à l’étroit, tandis que “coexistence” lance dans de trop vastes espaces où l’homme a pu coexister avec des espèces disparues comme le mammouth et l’aurochs. Bref, le terme capable d’exprimer tout simplement la vie les uns avec les autres nous manquait19. »

12La « convivance » en espagnol renvoie à la période historique où en Espagne coexistaient trois religions, et cela peut être très utile pour mieux comprendre les rapports sociaux contemporains. Il n’est pas question d’« harmonie totale », mais du fait que des personnes ayant une religion, une culture ou une idéologie différentes partagent un espace à travers un respect mutuel et puissent prendre part (participer) à la vie politique et sociale de manière égalitaire.

  • 20 Cela exige généralement d’avoir vécu en Espagne pendant dix années consécutives et de façon légale.

13Même s’il est difficile d’accéder à la citoyenneté en Espagne20, la multiplication de plans et d’orientations ajoutée au système décentralisé de l’État fait que l’intégration dépend en grande partie des acteurs, notamment dans l’espace local. Il n’y a pas un système d’intégration, c’est pourquoi je parle de non-système d’intégration espagnol ou d’intégration sans système. Les associations de migrants et d’autochtones qui aident les migrants ont joué un rôle central dans les processus d’intégration des migrants, de même que les réseaux informels et la société civile. Même si nous avons observé certaines attitudes et pratiques racistes, nous avons aussi constaté que, en tenant compte de la vitesse du processus migratoire et du nombre important de migrants venus en Espagne, il y a eu moins de conflits que dans d’autres pays, notamment dans les espaces de la quotidienneté.

14La « convivance » est le processus par lequel les individus communiquent, dialoguent et partagent. Toutefois, si la « convivance » procède de l’espace local, elle se soumet également à la logique locale-globale et aux processus transnationaux, qui font se répercuter ses effets bien au-delà du niveau local.

  • 21 Cristina Blanco, « Inmigración: reflexiones en torno a una política de integración », Zerbitzuan: G (...)
  • 22 Catherine Wihtol de Wenden, « Islam, immigration et intégration européenne », Cemoti, no 33, 2002, (...)

15L’intégration, du point de vue de la « convivance », produit le pluralisme culturel (ou l’interculturalité) en maintenant certaines particularités culturelles et en favorisant une insertion égalitaire des immigrants dans la structure sociale réceptrice. De la sorte, une identité collective commune peut se développer qui permet de reconnaître tous les groupes et tous les individus comme membres de cette société en évitant, ainsi, la ségrégation sociale21. Pour cela, il ne serait pas nécessaire d’articuler un nouveau modèle d’intégration, mais de comprendre l’intégration comme le fruit d’« ajustements permanents entre les populations en présence et les politiques mises en œuvre. Plus encore, [comme] le fruit d’un dialogue, souvent conflictuel entre les groupes dominants […], les acteurs publics, locaux et nationaux et les imaginaires réciproques qui nourrissent ce face à face22 ».

  • 23 Juan Ignacio Castién, « Cambio cultural e integración: marroquíes en Madrid », in B. López García ( (...)

16L’interculturalité est en ce sens une aspiration mais aussi une réalité. Aspiration parce que du point de vue idéologique elle suppose la confrontation, le dialogue, la créativité. Réalité, parce que, dans les contextes globaux et multiculturels où nous nous trouvons, se mélanger, se métisser, est inévitable. L’interculturalisme, entendu comme projet politique et social, a autant de détracteurs que d’admirateurs. Il entend, d’une part, respecter les particularités de chacun, mais aussi produire une identité ou un sens commun d’appartenance23. Cela signifie qu’il ne suffit pas seulement que les cultures particulières soient prises en compte et qu’elles puissent se reproduire, mais qu’il faut encore promouvoir des situations favorables pour la socialisation et la maturation des individus, la formation et la réalisation du sujet personnel.

L’avenir de la diversité

17Il faut bien savoir distinguer l’immigré comme catégorie sociale et le phénomène migratoire en tant que catégorie d’analyse sociologique. L’immigré, l’étranger, est une construction sociale édifiée en termes d’altérité qui est le résultat de notre formation en groupements sociaux et en sociétés complexes. L’immigré est le grand « autrui » de nos sociétés occidentales, et cette image est constamment rééditée à partir d’éléments présents et passés et de la combinaison, quelquefois perverse, d’éléments politiques, culturels, religieux et surtout ethniques. Par conséquent, cette image montre que ce phénomène n’est pas comme il est, mais comme il a été construit. Les sciences sociales nous donnent des outils pour analyser cette construction et clarifier tous ces éléments qui interviennent dans la formation de cette catégorie.

18L’immigration en Espagne, et concrètement à Madrid, est un phénomène qui a des similitudes avec d’autres processus migratoires dans d’autres sociétés, mais qui est, en même temps, spécifique en soi. Nous pouvons observer la spécificité de ce processus dans l’histoire de la formation de la nation espagnole et nous la retrouvons encore dans le présent, dans la transformation fulgurante d’un pays d’émigration à un pays qui se situe aujourd’hui au deuxième rang européen en nombre d’immigrés. Ce changement rapide a permis de rendre visibles des transformations qui dans d’autres pays ont mis plus de temps, telles celles résultant de la présence de l’islam dans l’espace public. Ceci dit, l’Espagne étant aussi plongée dans des changements typiques de l’ère globale, ce serait une erreur que d’analyser la migration exclusivement du point de vue local ou national. Les phénomènes transnationaux, diasporiques et globaux ont multiplié, et quelquefois délocalisé, les références à partir desquelles les sujets produisent et reproduisent leur identité individuelle et collective. Cette pluralité est la caractéristique principale de la mondialisation et elle a une influence directe sur les migrants, de même que sur les Occidentaux.

19La pluralisation des identités se traduit par la multiplication des formes d’être et des revendications de « visibilisation » sociale des différences dans l’espace public. Si la modernité nous a donné des institutions reconnaissables et des identités facilement identifiables, la postmodernité, la mondialisation, les a estompées. Bien qu’il existe des doctrines néo-libérales voulant maintenir une conception moderne de la société et qui attaquent la diversité ethnique, les acteurs sociaux, avec leurs pratiques et leurs revendications de liberté, ont quant à eux consacré la différence comme une partie constitutive de nos sociétés. Ces revendications et ces nouvelles identités ont mis le sujet au centre de l’analyse sociologique contemporaine, un sujet qui se revendique en tant qu’acteur et en tant que différent. Nous avons pu le constater sur le terrain, parce que les immigrés marocains que nous avons étudiés à Madrid ont dépassé les définitions qui les homogénéisaient, et parce que, loin de s’assimiler en perdant leur identité, ils ont trouvé progressivement leur place dans la société madrilène. Par ailleurs, même s’il y a eu des attitudes et des pratiques racistes dans la société de réception, notamment un racisme institutionnel et discursif, la plupart des Madrilènes ont vécu l’incorporation des migrants marocains avec normalité et avec un haut niveau de compréhension et de communication, surtout dans des contextes de coexistence ethnique.

20Nous avons ainsi montré le rôle déterminant joué par la convivance, le processus par lequel on peut à la fois être différent et partager un projet commun de société. C’est là la grande réussite du non-système d’intégration espagnol : donner un rôle central au tiers-secteur et à la société civile dans l’intégration des migrants, même si on ne peut pas affirmer que celui-ci a été visé par les administrations. Peut-être la vitesse du processus, la décentralisation de l’État autonome et l’incapacité des administrations à créer un système d’intégration central qui répondrait aux demandes des migrants et des nationaux ont-elles favorisé, pris ensemble, le développement de l’intégration au niveau des individus. Les acteurs sociaux ont commandé les parcours personnels d’intégration, à travers des réseaux informels, dans la quotidienneté, au niveau local mais aussi global. Nous avons pu constater sur le terrain une grande variabilité de processus de subjectivation, qui dépasse les indicateurs traditionnels d’intégration. Il y a eu un effort du côté des migrants pour s’adapter mais aussi enrichir la nouvelle société dont ils font partie.

21Pour terminer, cette nouvelle centralité des acteurs marquera le futur des sciences sociales. Des événements tels que le « Printemps arabe » ou le mouvement des Indignés espagnols sont d’autres preuves qui montrent le désir de liberté et de reconnaissance des individus, le mélange des affaires locales et globales, du privé et du public et la naissance de nouvelles appartenances et revendications que certains auteurs placent dans un nouveau type de citoyenneté. Peut-être la transformation ou la mutation de notre domaine de travail se traduit-elle par l’abandon des propositions de grands systèmes d’organisation sociale idéologisés, pour constater comment les sujets et les nouveaux acteurs sociaux sont en train de changer notre réalité sociale, politique, économique et culturelle, et en même temps notre champ d’étude : les sciences sociales.

Bibliographie

Álvarez-Benavides Antonio, Processus intergénérationnels d’intégration/marginalisation et de (re)articulation de l’identité collective. Application au cas de l’immigration marocaine à Madrid, thèse de doctorat en sociologie, EHESS/Universidad Complutense de Madrid, Madrid, le 23 novembre 2012, s/d M. Wieviorka et A. Pérez-Agote.

Álvarez-Benavides Antonio, « Marocains à Madrid. Visibilité et invisibilité dans un espace global et local », in R. Bourqia, Territoires, localité et globalité. Faits et effets de la mondialisation, t. 2, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 79-94.

Bauböck Rainer, The integration of immigrants, Vienne, Institut für höhere Studien/Council of Europe, 1994, disponible sur <http://www.forschungsnetzwerk.at/downloadpub/ihsrp_15.pdf>.

Blanco Cristina, « Inmigración: reflexiones en torno a una política de integración », Zerbitzuan: Gizarte zerbitzuetarako aldizkaria, Revista de servicios sociales, no 39, 2001, p. 55-66.

Cachón Rodríguez Lorenzo, La “España Inmigrante”: marco discriminatorio, mercado de trabajo y políticas de integración, Barcelone, Anthropos, 2009.

Castién Juan Ignacio, « Cambio cultural e integración: marroquíes en Madrid », in B. López García (coord.), Atlas de inmigración magrebí en España, Madrid, Universidad Autónoma de Madrid/Dirección General de Migraciones, 1996, p. 230-232.

Delay Florence, « Une très vieille convivance », séance publique annuelle des cinq Académies, le 26 octobre 2004, Paris, Académie française, 2004, disponible sur <http://www.academie-francaise.fr/une-tres-vieille-convivance>.

De Lucas Javier, « La integración de los inmigrantes: la integración política condición del modelo de integración », in J. De Lucas et L. Díez Bueso, La integración de los inmigrantes, Madrid, Centro de estudios Políticos y Constitucionales, 2006, p. 12-44.

Habermas Jürgen, L’intégration républicaine, Paris, Fayard, 1998.

Habermas Jürgen, « De la tolérance religieuse aux droits culturels », Cités, no 13, 2003, p. 147-170.

Herbert Yvonne, « Citizenship education: Towards a pedagogy of social participation and identity formation », Canadian Ethnic Studies, vol. 29, no 2, 1997, p. 82-96.

Kymlicka Will, Ciudadanía multicultural: una teoría liberal de los derechos de las minorías, Barcelone, Paidós, 1996.

Lapeyronnie Didier, « Les deux figures de l’immigré », in M. Wieviorka (dir.), Une société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 1997, p. 151-166.

Pateman Carole, Participation and Democratic Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1970.

Pérez-Agote Alfonso, Barañano Margarita et Tejerina Benjamín (dir.), Barrios multiculturales. Las relaciones interétnicas en dos regiones metropolitanas, Madrid, Trotta, 2010.

Schnapper Dominique, La France de l’intégration. Sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard, 1991.

Touraine Alain, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Fayard, 1997.

Wieviorka Michel, « The Misfortunes of Integration », in E. Ben-Rafael et Y. Sternberg (dir.), Transnationalism: Diasporas and the Advent of a New (Dis)order, Leiden/Boston, Brill, 2009, p. 135-148.

Wihtol de Wenden Catherine, « Islam, immigration et intégration européenne », Cemoti, no 33, 2002, disponible sur <http://cemoti.revues.org/729>.

Notes

1 Alfonso Pérez-Agote, Margarita Barañano et Benjamín Tejerina (dir.), Barrios multiculturales. Las relaciones interétnicas en dos regiones metropolitanas, Madrid, Trotta, 2010.

2 En seulement dix ans, le pourcentage d’immigrants en Espagne est passé de 0,63 % en 1986 à 10 % en 2007 ; il était de 12,2 % en 2011 et de 10,7 % en 2014 en raison de la crise économique.

3 Florence Delay, « Une très vieille convivance », séance publique annuelle des cinq Académies, le 26 octobre 2004, Paris, Académie française, 2004, disponible sur <http://www.academie-francaise.fr/une-tres-vieille-convivance>.

4 Michel Wieviorka, « The Misfortunes of Integration », in E. Ben-Rafael et Y. Sternberg (dir.), Transnationalism: Diasporas and the Advent of a New (Dis)order, Leiden/Boston, Brill, 2009, p. 135-148.

5 Dominique Schnapper, La France de l’intégration. Sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard, 1991.

6 Ley Orgánica 4/2000, de 11 de enero, sobre derechos y libertades de los extranjeros en España y su integración social, BOE no 10, 12/01/2000, disponible sur <https://www.boe.es/buscar/act.php?id=BOE-A-2000-544>.

7 « Las Administraciones Públicas incorporarán el objetivo de la integración entre inmigrantes y sociedad receptora, con carácter transversal a todas las políticas y servicios públicos, promoviendo la participación económica, social, cultural y política de las personas inmigrantes, en los términos previstos en la Constitución, en los Estatutos de Autonomía y en las demás leyes, en condiciones de igualdad de trato », ibid., art. 2 ter.

8 Lorenzo Cachón Rodríguez, La “España Inmigrante”: marco discriminatorio, mercado de trabajo y políticas de integración, Barcelone, Anthropos, 2009 ; Javier De Lucas, « La integración de los inmigrantes: la integración política condición del modelo de integración », in J. De Lucas et L. Díez Bueso, La integración de los inmigrantes, Madrid, Centro de estudios Políticos y Constitucionales, 2006, p. 14.

9 Didier Lapeyronnie, « Les deux figures de l’immigré », in M. Wieviorka (dir.), Une société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 1997, p. 264.

10 Michel Wieviorka, « The Misfortunes of Integration », op. cit.

11 Antonio Álvarez-Benavides, « Marocains à Madrid. Visibilité et invisibilité dans un espace global et local », in R. Bourqia, Territoires, localité et globalité. Faits et effets de la mondialisation, t. 2, Paris, L’Harmattan, 2012.

12 Jürgen Habermas, « De la tolérance religieuse aux droits culturels », Cités, no 13, 2003, p. 147-170.

13 Jürgen Habermas, L’intégration républicaine, Paris, Fayard, 1998 ; Id., « De la tolérance religieuse aux droits culturels », op. cit. ; Carole Pateman, Participation and Democratic Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1970 ; Yvonne Herbert, « Citizenship education: Towards a pedagogy of social participation and identity formation », Canadian Ethnic Studies, vol. 29, no 1, 1997, p. 82-96.

14 Alain Touraine, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Fayard, 1997.

15 Javier De Lucas, « La integración de los inmigrantes… », op. cit.

16 Rainer Bauböck, The integration of immigrants, Vienne, Institut für höhere Studien/Council of Europe, 1994, disponible sur <http://www.forschungsnetzwerk.at/downloadpub/ihsrp_15.pdf>.

17 Will Kymlicka, Ciudadanía multicultural: una teoría liberal de los derechos de las minorías, Barcelone, Paidós, 1996.

18 Autour de 50 entretiens et 8 focus avec Marocains, Sénégalais, Équatoriens, Dominicains, Bangladeshis et Pakistanais.

19 Florence Delay, « Une très vieille convivance », op. cit.

20 Cela exige généralement d’avoir vécu en Espagne pendant dix années consécutives et de façon légale.

21 Cristina Blanco, « Inmigración: reflexiones en torno a una política de integración », Zerbitzuan: Gizarte zerbitzuetarako aldizkaria, Revista de servicios sociales, no 39, 2001, p. 55-66.

22 Catherine Wihtol de Wenden, « Islam, immigration et intégration européenne », Cemoti, no 33, 2002, disponible sur <http://cemoti.revues.org/729>.

23 Juan Ignacio Castién, « Cambio cultural e integración: marroquíes en Madrid », in B. López García (coord.), Atlas de inmigración magrebí en España, Madrid, Universidad Autónoma de Madrid/Dirección General de Migraciones, 1996, p. 230-232.

Auteur

Antonio Álvarez-Benavides est docteur en sociologie (EHESS/­université Complutense de Madrid) et membre du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (EHESS-CNRS) depuis 2007, dont il est devenu statutaire en 2015. De 2012 à 2016, il a été chargé de cours à l’université internationale de La Rioja (UNIR) et à l’Université nationale d’éducation à distance (UNED). Il est aujourd’hui chercheur au Groupe d’études socioculturelles contemporaines de l’université Complutense de Madrid. Ses travaux portent sur la théorie sociologique, la sociologie des migrations, la sociologie des mouvements sociaux et le travail social. Il a notamment publié l’article « Juventud Sin Futuro : précarité, subjectivité et alteractivisme dans la jeunesse espagnole », Agora. Débats/Jeunesse, no 73, 2016, p. 105-107, ainsi que les contributions « De la subjectivation à l’institutionnalisation. L’Espagne, le 15M et Podemos », in G. Pleyers et B. Capitaine, Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016) et « Marocains à Madrid. Visibilité et invisibilité dans un espace global et local », in R. Bourqia, Territoires, localité et globalité. Faits et effets de la mondialisation, t. 2 (Paris, L’Harmattan, 2012).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540