Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Troisième partie. Différence, intégration, ethnicité

Chapitre 12. Nationalisme et racisme en Corse

Marie Peretti-Ndiaye

Texte intégral

  • 1 Michel Wieviorka, « Nationalisme et racisme », Cahiers de recherche sociologique, 1993, no 20, p. 1 (...)
  • 2 Ibid., p. 161.

1Michel Wieviorka a consacré plusieurs travaux à l’analyse du nationalisme et du racisme. Dans un article paru en 19931, il met en relation ces deux concepts et souligne les apports d’une sociologie attentive à la subjectivité de « ceux qui parlent de race et de classe2 » pour résister aux sirènes du déterminisme : le nationalisme ne conduit pas toujours au racisme, même s’il en contient les germes. C’est en distinguant les différentes facettes du nationalisme – notamment dans ses liens avec l’universalisme et la modernité – et du racisme – différencialiste ou d’infériorisation – que l’on peut examiner plus précisément ces relations.

  • 3 Dans ces derniers se manifeste ainsi l’idée que « l’idéologie soutenue par certains groupes nationa (...)

2Ces dernières ont été au cœur du débat public sur le racisme en Corse tel qu’il s’est déroulé à l’échelle nationale au cours des années 2000, particulièrement suite à la publication du rapport pour l’année 2004 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme3. Parmi les discours qui composent ces débats, plusieurs expriment alors l’idée d’un lien tangible et continuellement réactualisé entre nationalisme – corse – et racisme. Cette inflexion a caractérisé tout au long des années 2000 le discours dominant sur le racisme en Corse et s’est traduite par une association entre « nationalisme » et « racisme », qui se transforme parfois, par le jeu des glissements sémantiques, en une association entre « racisme » et « Corse ».

  • 4 L’idée selon laquelle les « Français continentaux » exploiteraient l’accusation de racisme pour sti (...)
  • 5 Michel Wieviorka, La démocratie à l’épreuve. Nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découver (...)
  • 6 Denis Luciani, « La nation, les migrations », Corse votre Hebdo, 31 janvier-6 février 2014, disponi (...)
  • 7 Ce statut a été adopté en avril 2014, par 29 voix sur les 51 élus d’une assemblée territoriale cors (...)

3Dans l’île, la prédominance d’un tel discours a pu alimenter une forme de concurrence victimaire et participer ainsi à activer certains ressorts du racisme4. Plus récemment, on a vu ressurgir, dans l’espace public local, des inquiétudes en lien avec la rétractation du nationalisme sur un mode défensif, également caractérisée par Michel Wieviorka5, suite à la parution de la « tribune » d’un candidat nationaliste aux élections cantonales6. Centré sur les menaces induites par les flux migratoires, ce texte remet en question la conception, aujourd’hui consensuelle, d’un peuple corse défini par le partage d’un destin commun. Dans un même temps, les débats sur le « statut de résident » au sein de la collectivité de Corse ont contribué à recentrer les échanges sur la question foncière tout en rouvrant un débat sur des thématiques en lien avec le droit du sol et le droit du sang7.

4La distinction qu’opère Michel Wieviorka entre nationalisme universaliste, nationalisme antimoderne et national-populisme peut permettre de penser plus précisément ces évolutions. Elle invite, d’abord, à considérer l’extrême plasticité du nationalisme et la pluralité des liens qu’il entretient avec la modernité comme avec le racisme. Elle ouvre, ensuite, un espace de questionnement sur la manière dont le racisme peut ponctuer, à l’échelon individuel, certaines trajectoires de radicalisation. Elle permet, enfin, de nourrir une réflexion sur les évolutions récentes du national-populisme et son incidence en matière de rapport à l’Autre en Corse.

Universalité, modernité et racisme

  • 8 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, P.-E (...)
  • 9 Ernest Gellner, Nations et nationalisme, B. Pineau (trad.), Paris, Payot, 1989 [1983].
  • 10 Christophe Jaffrelot, « Les modèles explicatifs de l’origine des nations et du nationalisme, revue (...)
  • 11 Jean-Louis Briquet, La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 19 (...)

5Les typologies des nationalismes développées par Benedict Anderson8, Ernest Gellner9 ou Christophe Jaffrelot10 soulignent l’importance des contextes socio-historiques, techniques et/ou économiques au sein desquels les nationalismes ont émergé. Elles permettent de penser l’essor du nationalisme et la manière dont il s’insère dans des rapports sociaux spécifiques. Ces nationalismes peuvent être distingués des mouvements nationalitaires, souvent nommés « nationalisme », intégrés dans le jeu politique national11. Ces mouvements peuvent, quant à eux, être distingués en fonction de leurs rapports, plus ou moins antagoniques, aux Droits de l’homme ou à la modernité. Cette spéciation est à l’origine des catégories « nationalisme universaliste » et « nationalisme antimoderne » proposées par Michel Wieviorka. Elles déterminent la prédominance d’une logique raciste ou d’une autre au sein de ces mouvements.

  • 12 En Corse, en 1999, plus de 45 % des ouvriers agricoles sont Marocains.

6Alors que dans le nationalisme universaliste le racisme peut revêtir différentes formes, qu’une logique d’infériorisation articulant l’acceptation de l’Autre et son maintien à des positions subalternes ou qu’une logique différentialiste visant, elle, à ségréguer ou à exclure peuvent indifféremment prédominer, le nationalisme antimoderne favorise, quant à lui, le racisme différentialiste. En Corse, le racisme d’infériorisation transparaît notamment lorsque l’on s’intéresse aux rapports qu’entretiennent certains insulaires avec un prolétariat insulaire composé en grande partie de migrants marocains et tunisiens, voire de leurs descendants12. Il se traduit par des représentations et des discours teintés d’un nationalisme universaliste colonial. Parallèlement, un racisme plus directement lié à la nécessité, politique, de « faire communauté », dans un contexte marqué par la prégnance, depuis les années 1970, des revendications nationalitaires, se développe. La mise en avant de marqueurs différentiels corses revêt, ici, une importance spécifique et peut donner lieu à des phénomènes de différenciation et de mise à distance susceptibles d’ouvrir un espace au racisme.

  • 13 Nora Räthzel, « Rapports entre nation, minorité ethnique, égalité et autodétermination. L’exemple d (...)

7Le nationalisme corse s’inscrit dans une dynamique propre aux mouvements qui luttent aujourd’hui pour un dépassement du cadre national traditionnel et de nouvelles conceptions de la territorialité. Historiquement, la montée en puissance de ces nouvelles conceptions s’inscrit dans un contexte marqué par l’infléchissement du discours égalitariste au sein de l’État. On peut voir là les caractéristiques d’un nationalisme antimoderne qui en appelle à des spécificités qui le détachent de la modernité et des valeurs universelles tout en réaffirmant la capacité d’agir du peuple dans un contexte socio-économique hostile13. C’est dans une conjoncture marquée par les difficultés sociales qu’émerge, en Corse, cette seconde facette du nationalisme, qui ouvre si facilement la voie au racisme et se renforce avec la globalisation : le nationalisme antimoderne. Le racisme différentialiste trouve ici un terrain d’élection. Cette logique s’exprime de manière particulièrement forte en Corse, à l’extrême-droite, et chez les individus en marge de la mouvance nationaliste. À l’échelon individuel, elle s’enracine, souvent, dans des trajectoires de radicalisation.

Aux marges du nationalisme corse

  • 14 « Grande manifestation contre le racisme », Corse Matin, le 23 octobre 2004, p. 5.
  • 15 Didier Rey, « Historique des migrations en Corse depuis 1789 », in P. Pesteil (dir.), Histoire et m (...)

8Courant octobre 2004, une « grande manifestation contre le racisme14 » a réuni plusieurs leaders nationalistes et signifié un rejet partagé du racisme au sein de la mouvance nationaliste corse. Quelques années plus tard, l’entrée des descendants des migrants maghrébins dans l’espace d’exercice de la citoyenneté semble ainsi avoir été facilitée, par l’apparition, lors des élections municipales de 2008, de « quelques Corses d’origine maghrébine15 » sur des listes nationalistes. Ces éléments informent sur la duplicité d’une mouvance nationaliste corse travaillée en son sein par de fortes oppositions idéologiques, mais aussi sur l’existence de réelles dynamiques d’ouverture à l’Autre.

  • 16 Voir note 6.
  • 17 Pour une vision globale, se rapporter à la tribune de Denis Luciani, « La nation, les migrations », (...)
  • 18 Cette expression apparaît en 1989 dans les textes du Front de libération nationale corse (FLNC). Pi (...)
  • 19 Florence Antomarchi, « Polémique en Corse sur la remise en cause de la notion de communauté de dest (...)

9Dix ans plus tard, une rhétorique islamophobe et victimaire transparaît dans les discours publics d’acteurs autrefois proches de la mouvance nationaliste et aujourd’hui relativement marginalisés. L’on peut parler, à ce propos, de trajectoires de radicalisation. L’exemple d’un candidat nationaliste16, et acteur associatif, s’avère significatif à ce propos. Dans une tribune parue au début de l’année 2014, intitulée « La nation, les migrations17 », le candidat prône la remise en cause de l’idée de « communauté de destin18 » pour faire face à la « pression migratoire ». Plusieurs insulaires réinterrogent alors les liens entre nationalisme et racisme, obligeant d’autres membres de la mouvance nationaliste à prendre publiquement position sur ces questions19. Ce candidat n’apparaît plus depuis sur aucune liste électorale nationaliste.

  • 20 Denis Luciani, Corse et Islam, Bastia, Éd. Anima Corsa, 2014.
  • 21 Corsica Patria Nostra, « Corse et Islam, quelles relations ? », Corsica Patria Nostra, le 14 mai 20 (...)
  • 22 Annie Collovald et Brigitte Gaïti, « Questions sur la radicalisation politique », in Id. (dir.), La (...)
  • 23 Liza Terrazzoni, « La condition minoritaire corse ou la manipulation politique du paradigme de la m (...)

10Pourtant, il bénéficie toujours, dans l’île, d’une audience importante. Dans l’ouvrage Corse et Islam20, paru en 2014 et très largement diffusé dans l’île, il insiste sur la conflictualité des rapports entre la Corse et le monde musulman et conclut que la « vision nationaliste » des relations entre Corse et islam doit considérer qu’« un peuple faible, décadent, francisé, ne saurait espérer la moindre considération, ni le moindre respect de la part de ses voisins et/ou concurrents21 ». Aujourd’hui mis au ban du jeu politique, il semble trouver une tribune dans le monde associatif, notamment au sein du groupuscule A Droga Fora qu’il a reconstitué. Le récit succinct de sa trajectoire peut permettre de résister aux charmes de l’incrémentalisme : plus que l’idéologie nationaliste, il semble que ce soient les petites disjonctions d’une temporalité vécue qui permettent de comprendre sa trajectoire22. L’écho rencontré par ses propos paraît, quant à lui, d’autant plus fort qu’ils s’inscrivent dans une matrice discursive familière aux insulaires, qui articule références aux évolutions démographiques et angoisses culturelles et identitaires. Le passage du nationalisme antimoderne au racisme différentialiste paraît ainsi facilité en Corse par la référence aux évolutions démographiques. En cristallisant les angoisses liées à une disparition – orchestrée par l’État français – du « peuple corse », ces références ont étayé plusieurs revendications politiques, jusqu’à conduire à cette « manipulation politique du paradigme de la minorité » étudiée par Liza Terrazzoni23.

  • 24 Michel Wieviorka, La démocratie à l’épreuve…, op. cit., p. 178.
  • 25 Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste. De l’archaïque au médiatique, Paris, Berg Internationa (...)
  • 26 Lors des élections européennes de 2014, le Front national a obtenu 23,25 % des suffrages exprimés t (...)
  • 27 François Alfonsi a été député européen de 2009 à 2014 sur une liste Europe Écologie. Il est membre (...)
  • 28 En 2014, « 19 % des personnes ont un revenu inférieur à 60 % du revenu médian (moyenne française de (...)

11C’est en liant la question démographique à celle des flux migratoires que l’extrême-droite insulaire opère cette « synthèse paradoxale des deux figures du nationalisme24 » évoquée par Michel Wieviorka : le national-populisme. Dans cette dernière configuration, islamophobie et discours social sont au cœur de cette « structure polémique » qui constitue, selon Pierre-André Taguieff, le populisme25. Cette facette se nourrit de ces problèmes sociaux qui ne sont jamais traités comme tels et qui constituent aujourd’hui en Corse le principal terreau du racisme. Le résultat en Corse du Front national lors des dernières élections européennes26, au détriment notamment de l’ancien député européen de la fédération Régions et Peuples solidaires27, montre le succès actuel de cette dynamique et les enjeux électoraux attenants. En Corse, la peur de la chute sociale semble propice à la réception de tels discours, qui témoignent, plus largement, du difficile travail de la société sur elle-même. Cette peur est aujourd’hui d’autant plus forte que les disparités sociales sont importantes dans l’île et le niveau de pauvreté très conséquent28.

12Les liens entre nationalisme et racisme prennent ainsi une coloration particulière dans un contexte marqué par la montée en puissance au niveau national des discours national-populistes et des inégalités. Outre les discours portés par l’extrême-droite insulaire, l’inflexion national-populiste se découvre en Corse dans les propos d’individus qui semblent s’être marginalisés en marge de la mouvance nationaliste corse tandis que cette dernière portait des discours d’ouverture à l’Autre parfois assortis de pratiques d’ouverture du champ de l’action politique. Dans un tel contexte, on peut s’interroger sur la manière dont les questions de co-officialité de la langue ou de statuts différenciés face à l’accès au foncier, aujourd’hui traitées au sein de la collectivité territoriale de Corse, peuvent s’avérer porteuses d’une conflictualité susceptible de favoriser le travail de la société corse sur elle-même.

Bibliographie

Anderson Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, P.-E. Daueat (trad.), Paris, La Découverte, 2002 [1983].

Briquet Jean-Louis, La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997.

Castells Manuel, L’ère de l’information, t. 2 : Le pouvoir de l’identité, P. Chemla (trad.), Paris, Fayard, 1999.

Collovald Annie et Gaïti Brigitte, « Questions sur la radicalisation politique », in Id. (dir.), La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006, p. 19-45.

Commission nationale consultative des droits de l’homme, La lutte contre le racisme et la xénophobie 2002, rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme présenté à monsieur le Premier ministre, Paris, La Documentation française, 2003, disponible sur <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/034000129.pdf>.

Gellner Ernest, Nations et nationalisme, B. Pineau (trad.), Paris, Payot, 1989 [1983].

Jaffrelot Christophe, « Les modèles explicatifs de l’origine des nations et du nationalisme, revue critique », in G. Delannoi et P.-A. Taguieff (dir.), Théories du nationalisme. Nation, nationalité, ethnicité, Paris, Éd. Kimé, 1991, p. 139-177.

Luciani Denis, Corse et Islam, Bastia, Éd. Anima Corsa, 2014.

Räthzel Nora, « Rapport entre nation, minorité ethnique, égalité et autodétermination. L’exemple de l’Allemagne », in A. Rea (dir.), Immigration et racisme en Europe, Bruxelles, Éd. Complexe, 1988, p. 45-74.

Rey Didier, « Historique des migrations en Corse depuis 1789 », in P. Pesteil (dir.), Histoire et mémoires des immigrations en région Corse. Synthèse du rapport final – avril 2008, Corte, ACSE/Université de Corse, 2008, p. 5-26.

Taguieff Pierre-André, L’illusion populiste. De l’archaïque au médiatique, Paris, Berg International, 2002.

Terrazzoni Liza, « La condition minoritaire corse ou la manipulation politique du paradigme de la minorité », DIRE, no 5, 2014, disponible sur <http://epublications.unilim.fr/revues/dire/402>.

Wieviorka Michel, La démocratie à l’épreuve. Nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découverte, 1993.

Wieviorka Michel, « Nationalisme et racisme », Cahiers de recherche sociologique, no 20, 1993, p. 169-181.

Notes

1 Michel Wieviorka, « Nationalisme et racisme », Cahiers de recherche sociologique, 1993, no 20, p. 169-181.

2 Ibid., p. 161.

3 Dans ces derniers se manifeste ainsi l’idée que « l’idéologie soutenue par certains groupes nationalistes [aurait], depuis longtemps, contribué au développement d’un sentiment de rejet marqué à l’égard de tout ce qui n’est pas “corse”, tant en ce qui concerne les continentaux que la population maghrébine, d’origine marocaine pour l’essentiel » (Commission nationale consultative des droits de l’homme, La lutte contre le racisme et la xénophobie 2002, rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme présenté à monsieur le Premier ministre, Paris, La Documentation française, 2003, disponible sur <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/034000129.pdf>).

4 L’idée selon laquelle les « Français continentaux » exploiteraient l’accusation de racisme pour stigmatiser les « Corses » tout en privilégiant les « Arabes » (qui bénéficieraient des avantages liés au statut de victime) peut ainsi constituer un puissant ressort du racisme.

5 Michel Wieviorka, La démocratie à l’épreuve. Nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découverte, 1993.

6 Denis Luciani, « La nation, les migrations », Corse votre Hebdo, 31 janvier-6 février 2014, disponible sur <http://www.france-corse.fr/wp-content/uploads/2014/03/denis_luciani.pdf>. Ce candidat est également membre du conseil économique et social de la collectivité territoriale de Corse, président de l’Associu di i parenti corsi et porte-parole du collectif A Droga Fora.

7 Ce statut a été adopté en avril 2014, par 29 voix sur les 51 élus d’une assemblée territoriale corse dont les élus nationalistes représentent, aujourd’hui, moins du tiers des voix. En juin 2014, Bernard Cazeneuve lui oppose une fin de non-recevoir.

8 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, P.-E. Daueat (trad.), Paris, La Découverte, 2002 [1983].

9 Ernest Gellner, Nations et nationalisme, B. Pineau (trad.), Paris, Payot, 1989 [1983].

10 Christophe Jaffrelot, « Les modèles explicatifs de l’origine des nations et du nationalisme, revue critique », in G. Delannoi et P.-A. Taguieff (dir.), Théories du nationalisme. Nation, nationalité, ethnicité, Paris, Éd. Kimé, 1991, p. 139-177.

11 Jean-Louis Briquet, La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997, p. 8.

12 En Corse, en 1999, plus de 45 % des ouvriers agricoles sont Marocains.

13 Nora Räthzel, « Rapports entre nation, minorité ethnique, égalité et autodétermination. L’exemple de l’Allemagne », in A. Rea (dir.), Immigration et racisme en Europe, Bruxelles, Éd. Complexe, 1988, p. 45-74, ici p. 57.

14 « Grande manifestation contre le racisme », Corse Matin, le 23 octobre 2004, p. 5.

15 Didier Rey, « Historique des migrations en Corse depuis 1789 », in P. Pesteil (dir.), Histoire et mémoires des immigrations en région Corse. Synthèse du rapport final - avril 2008, Corte, ACSE/Université de Corse, 2008, p. 5-26, ici p. 23.

16 Voir note 6.

17 Pour une vision globale, se rapporter à la tribune de Denis Luciani, « La nation, les migrations », art. cité, et à sa réponse la semaine suivante par un membre de la Ligue des droits de l’homme : André Paccou, « Une idéologie dangereuse », Corse votre Hebdo, le 14 février 2014, disponible sur <http://ldhcorsica.blogspot.fr/2014/02/tribune-publiee-dans-la-corse-votre.html>.

18 Cette expression apparaît en 1989 dans les textes du Front de libération nationale corse (FLNC). Pierre Poggioli, leader du FLNC jusqu’en 1989 puis de l’ANC (Accolta Nazuinalista Corsa) revendique la paternité de cette expression. Son apparition traduit l’adhésion, au sein de la mouvance nationaliste, à une vision moins restrictive de l’identité corse, qui renvoie, par plusieurs aspects, à l’identité-projet telle que la définit Manuel Castells (L’ère de l’information, t. 2 : Le pouvoir de l’identité, P. Chemla [trad.], Paris, Fayard, 1999).

19 Florence Antomarchi, « Polémique en Corse sur la remise en cause de la notion de communauté de destin », France 3 Corse Via Stella, le 24 février 2014, disponible sur <http://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/2014/02/24/polemique-en-corse-sur-la-remise-en-cause-de-la-notion-de-communaute-de-destin-421057.html>.

20 Denis Luciani, Corse et Islam, Bastia, Éd. Anima Corsa, 2014.

21 Corsica Patria Nostra, « Corse et Islam, quelles relations ? », Corsica Patria Nostra, le 14 mai 2014, disponible sur <http://corsicapatrianostra.net/ideulugia/580/corse-et-islam-quelles-relations.html>.

22 Annie Collovald et Brigitte Gaïti, « Questions sur la radicalisation politique », in Id. (dir.), La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006, p. 19-45.

23 Liza Terrazzoni, « La condition minoritaire corse ou la manipulation politique du paradigme de la minorité », DIRE, 2014, no 5, 2014, disponible sur <http://epublications.unilim.fr/revues/dire/402>.

24 Michel Wieviorka, La démocratie à l’épreuve…, op. cit., p. 178.

25 Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste. De l’archaïque au médiatique, Paris, Berg International, 2002, p. 84.

26 Lors des élections européennes de 2014, le Front national a obtenu 23,25 % des suffrages exprimés tandis que l’UMP arrivait en tête avec 26,34 % des voix.

27 François Alfonsi a été député européen de 2009 à 2014 sur une liste Europe Écologie. Il est membre du PNC (Parti de la nation corse) et maire d’Osani. Sa liste a recueilli, en 2014, 21,5 % des suffrages exprimés.

28 En 2014, « 19 % des personnes ont un revenu inférieur à 60 % du revenu médian (moyenne française de 14,4 %) » en Corse et « la grande pauvreté (< 40 % du revenu médian) y est pratiquement la plus forte de France avec 5,1 %, derrière la Seine-Saint-Denis (6,1 %) et l’Aude (5,6 %) » (Patrice Salini, « Corse : le statut de résident révèle une rupture entre croissance et développement », Les Échos.fr, le 13 juin 2014, disponible sur <http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2014/06/13/cercle_98881.htm>.

Auteur

Marie Peretti-Ndiaye est docteure en sociologie et membre associée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (EHESS-CNRS). Sa thèse, dirigée par Michel Wieviorka et soutenue en 2012 à l’EHESS, porte sur le racisme en Corse. Ses travaux sont centrés actuellement sur les liens entre racisme et question migratoire. Elle a notamment publié : « Race, racisme, racialisme : que nous disent les discours ? », Revue européenne des sciences sociales, vol. 54, no 1, 2016, p. 103-128 ; « De l’objet tabou au racisme respectable. Récit d’une enquête en terrain sensible », Civilisations, vol. 64, no 1-2, 2015, p. 81-90 ; et Le racisme en Corse. Quotidienneté, spécificité, exemplarité (Ajaccio, Albiana, 2014).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540