Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Les auteurs

Texte intégral

1Serge Barcellini, contrôleur général des armées, est depuis 2004 directeur général des services de la région Lorraine. De 1982 à 2002, il fut l’un des principaux acteurs de l’État dans la politique de la mémoire : créateur et directeur du service « Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives » au ministère de la Défense (1982-1992), inspecteur général au ministère des Anciens Combattants (1992-1997), directeur de cabinet du ministre des Anciens combattants (1997-2000), avant de diriger l’Office national des Anciens Combattants (2000-2003). Il a publié un guide des monuments perpétuant la mémoire de la Seconde Guerre mondiale, Passant, souviens-toi, Plon, 1995 (en collaboration avec Annette Wiéviorka). Il dirige un séminaire à l’IEP (Institut d’études politiques) de Paris sur les politiques de mémoire.

2Jean-Yves Boursier est professeur d’ethnologie à l’université de Nice après avoir enseigné aux universités de Paris VIII et de Paris V. Ses travaux portent sur les politiques mémorielles et leurs enjeux, la guerre et ses représentations, les musées et mémoriaux de guerre, plus généralement sur les modes de rapport au passé. Quelques publications : « L’association, la construction du passé et le pouvoir sur l’écriture de l’événement », Bruno Benoît (éd.), Guerres et associations, PUL, 2002 ; « La mémoire comme trace des possibles », Socio-Anthropologie, n° 12, 2002 ; « La dînette et le sabot : faire parler les objets pour construire le passé », in Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello (éd.), Images, scènes, objets : façonner le passé (xvie-xxe siècles), Presses de l’Université de Provence, 2004.

3Gilbert Champaud a exercé le métier de journaliste. Il est secrétaire de l’Association des créateurs et amis du musée de la Première Brigade de marche limousine du colonel Georges Guingouin. Fils de résistants (légaux) liés au maquis de Guingouin, son enfance se déroule au sein de la Résistance. Il collaborera avec Denis Magadoux, le créateur du musée à Peyrat-le-Château (87), bourg du plateau de Millevaches, et il achèvera le musée après le décès de celui-ci.

4Jean-William Dereymez est agrégé d’histoire et docteur en science politique, maître de conférences de science politique à l’IEP de Grenoble. Il était en 2000 secrétaire général de l’Association des amis du musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère. Enseignant-chercheur au PACTE-CERAT (Politiques publiques, action politique, territoire – Centre de recherche sur le politique, l’administration, la ville et le territoire) – CNRS-FNSP (Centre national de la recherche scientifique-Fondation national de sciences politiques) et chercheur associé au CRHIPA (Centre de recherche en histoire et histoire de l’art. Italie, pays alpins), il est l’auteur de nombreux travaux sur la Seconde Guerre mondiale. Il est le responsable français du programme européen « Mémoire des Alpes. Sentiers et lieux de la Liberté (1939-1945) », organisateur des colloques internationaux « Être jeune en France, 1939-1945) » en 1997 et « Les Juifs dans les Alpes, 1938-1945 » en 2004.

5Jean-Louis Déotte est professeur de philosophie à l’université de Paris VIII, après avoir été directeur de programme au Collège international de philosophie. Responsable de l’équipe « arts, appareils, diffusion » de la Maison des sciences de l’homme Paris Nord et de la collection Esthétiques chez L’Harmattan, il a publié sur la question du musée : Le musée, l’origine de l’esthétique, L’Harmattan, 1993, et Oubliez ! L’Europe, les ruines, le musée, L’Harmattan, 1995. Son dernier ouvrage, L’époque des appareils, Lignes, 2004, intègre le musée dans la série des appareils projectifs de la modernité (perspective, camera obscura, musée, photographie, cinéma, psychanalyse).

6Ève Duperray, docteur ès lettres, conservateur en chef des musées départementaux du Vaucluse, a publié, entre autres, L’or des mots, une lecture de Pétrarque et du mythe littéraire de Vaucluse des origines à l’orée du xxe siècle — Histoire du pétrarquisme en France, Publications de la Sorbonne, 1997 ; Le triomphe de l’Amour : Eros en guerre — une histoire amoureuse de l’humanité, catalogue d’exposition, musée Pétrarque, Clepsydre, 2004 ; La postérité répond à Pétrarque — sept siècles de fortune pétrarquienne en France, sœur latine et seconde patrie du poète, Beauchesne (à paraître fin 2005).

7Piéranne Gausset est attachée de conservation au musée Gadagne, musée d’histoire de la ville de Lyon et musée international de la Marionnette, en charge du service des publics et responsable de la programmation culturelle. Elle a été précédemment directrice du musée d’histoire de la Résistance et de la Déportation de l’Ain et du Haut-Jura à Nantua (01). Elle a notamment publié : Nantua, la mémoire vive. Le musée d’histoire de la Résistance et de la Déportation de l’Ain et du Haut-Jura à Nantua, M G Éditions, Bourg-en-Bresse, 2000. Elle dirige la collection « Les Rencontres de Gadagne », publication des actes des journées d’études du musée Gadagne.

8Hannes Heer est diplômé d’histoire et de littérature de l’université de Bonn (1968). Il a été réalisateur de films pour les chaînes publiques de télévision allemandes (ARD et ZDF) puis longtemps collaborateur scientifique de l’Institut für Sozialforschung de Hambourg. Organisateur de l’exposition « La guerre d’extermination. Les crimes de la Wehrmacht 1941-1944 », médaille Carl von Ossietzky en 1997, il est l’auteur de nombreux films documentaires et publications sur l’histoire contemporaine : Tote Zonen. Die deutsche Wehrmacht an der Ostfront, Hambourg, 1999 ; Hannes Heer et Klaus Naumann (éd.), War of Extermination. The German Military in World War II, 1941-1944, New York-Oxford 2000 ; Hannes Heer, Walter Manoschek, Alexander Pollak et Ruth Wodak (éd.), Wie Geschichte gemacht wird. Zur Konstruktion von Erinnerungen an Wehrmacht und Zweiten Weltkrieg, Vienne, 2003 ; Vom Verschwinden der Täter. Der Vernichtungskrieg fand statt, aber keiner war dabei, Berlin, 2004 ; Hitler war’s. Die Befreiung der Deutschen von ihrer Vergangenheit, Berlin, 2005.

9Elizabeth Pastwa est conservateur du patrimoine, en poste depuis 1981 au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon qu’elle dirige à partir de 1987. Elle préside actuellement l’Association générale des conservateurs de collections publiques de France. Elle a publié notamment Besançon 1940-1944, Éditions Ouest-France, 1994 ; Le Guide des musées franc-comtois, 1995 ; ainsi que plusieurs articles dont « Transmission du savoir historique et mémoire » in Quelles perspectives pour les musées d’histoire en Europe ?, 1997 ; « L’enfant et les musées d’idées », in Quel avenir pour les musées d’histoire ?, 1999 ; « Historical Museum : Why and from whom ? », in The Future of the Past, Reflections Urbanity and Museums, Anvers, 1999. Elle a co-organisé plusieurs colloques avec l’université de Besançon.

10Ersilia Alessandrone Perona est directrice de l’Istituto piemontese per la storia della Resistenza e della società contemporanea de Turin, où sont déposées des archives très importantes (documents, photographies, affiches, presse, témoignages) concernant l’histoire des guerres du xxe siècle, de la Résistance et de la Déportation. Elle étudie la représentation symbolique de l’histoire nationale à travers les images, le langage, les musées. Elle a publié de nombreux articles : « Mémoire des conflits et conflits de mémoire : la résistance italienne dans les musées », in Jean-Clément Martin (éd.), La guerre civile entre histoire et mémoire, Nantes, Ouest-Editions, 1995 ; « Les musées de la résistance en Italie », in Daniel Grange et Poulot Dominique (éd.), L’esprit des lieux. Le patrimoine et la Cité, Grenoble, PUG, 1997 ; « La resistenza italiana nei musei », Passato e Presente, n° 45, 1998.

11Dominique Poulot, ancien membre de l’Institut Universitaire de France (1992-1997), est professeur d’histoire à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Après sa thèse, La Révolution française et l’intelligence Musées de guerre et mémoriaux nationaux Politiques de la mémoire de l’héritage historique, Oxford, 1996, il a fait paraître Musée, Nation, Patrimoine, 1789-1815, Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1997 ; Patrimoine et musées : l’institution de la culture, Hachette, « Carré Histoire », 2001 et Une histoire politique des musées français, La Découverte, L’Espace de l’histoire, 2005. Ancien Jean Monnet Fellow à l’Institut universitaire européen en 1991, il a également travaillé sur l’histoire comparée de la patrimonialisation en Europe (Musées en Europe, une mutation inachevée, La Documentation française, 2004). Il consacre actuellement ses recherches à l’histoire de l’institution de la culture au sein de l’UMR Lahic (Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture).

12Claude Renouard est conservateur départemental des musées de L’Yonne depuis 1990. Il a créé plusieurs musées : musée Colette à Saint-Sauveur-en-Puisaye, musée de la Reproduction du son à Saint-Fargeau, musée de Noyers (collection orientée sur l’art naïf), et a participé au développement des musées d’art et d’histoire de la Puisaye (Villiers-Saint-Benoît), de l’Avallonnais, au sauvetage des collections municipales de Tonnerre, Saint-Florentin, Joigny. Enfin, il fut de ceux qui réorganisèrent le musée du groupe jovinien Bayard à Joigny.

13Jacques Valery, retraité, exerçait la profession de cadre en librairie. D’une famille résistante du Limousin, il est un acteur de la vie associative de cette région. Il est notamment président de l’Association des amis du musée de la Résistance (nommé « Henri-Chadourne ») de Limoges, dont le créateur et président d’honneur est le colonel Georges Guingouin, ancien chef des puissants maquis de cette région.

14Gilles Vergnon, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’IEP de Lyon. Membre du GREPH (Groupe de recherche en épistémologie politique et historique), il est aussi collaborateur de la nouvelle série du « Dictionnaire Maitron ». Ses travaux actuels portent sur l’antifascisme comme discours fédérateur des gauches françaises et sur l’histoire du socialisme en France et en Europe. Il a publié notamment Le Vercors. Histoire et mémoire d’un maquis, Paris, Éditions de l’Atelier, 2002.

15Sophie Wahnich est agrégée et docteur en histoire, chargée de recherche au CNRS, LAIOS (laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales), elle travaille sur les liens entre émotions et politique. L’analyse des scénographies tant artistiques que muséographiques des mondes contemporains et l’histoire de la Révolution française constituent ses champs d’études privilégiés. Elle a notamment publié : « De l’économie émotive de la terreur », Annales, histoire sciences sociales, Armand Colin, Paris, juillet 2002. « Désordre social et émotions publiques pendant la période révolutionnaire », in Jacques Guilhaumou et Laurence Kaufmann (dir.), L’invention de la société, nominalisme politique et science sociale au xviiie siecle, Éditions de l’EHESS, 2003 ; Fictions d’Europe, la guerre au musée en Allemagne, en France, et en Grande-Bretagne, Éditions des archives contemporaines, 2003.

16David Weizmann est diplômé de sciences politiques, auteur d’une thèse sur l’antisémitisme polonais de 1935 à 1991. Coopérant culturel à New York de 1991 à 1993, il a enseigné l’histoire des mentalités au Collège Mickiewicz en Poméranie Orientale, en 1994, puis il a effectué en 1995 de nombreux séjours de recherche en Europe, en Israël et en Amérique du Nord avant de travailler dans la communication comme chef de projet et dans le conseil en communication politique de 1996 à 2003. Depuis 2003, il vit en Israël et collabore avec le ministère israélien des Affaires étrangères.

17Annette Wiéviorka est directrice de recherche au CNRS, IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) Paris I. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Plon, 1992 ; Passant, souviens-toi (en collaboration avec Serge Barcellini), Plon, 1995 ; L’ère du témoin, Plon, 1998 ; et Auschwitz, soixante ans après, Laffont, 2005.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540