Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Deuxième partie. Question sociale, État social, changement social

Chapitre 9. Après l’État social aux Pays-Bas : l’entrepreneur social

Sandra Geelhoed

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lilian Linders et Dana Feringa, « De dynamiek van Doe-het-zelf-zorg », in Id., De Kunst van het Lat (...)
  • 2 Alain Touraine, La fin des sociétés, Paris, Seuil, 2013.
  • 3 Michel Wieviorka, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », Paris, Fonda (...)

1Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte annonce en septembre 2014 la fin de l’État-providence et l’avènement de la société participative. Dans cette nouvelle société, chaque citoyen participe activement à la vie sociale et économique. Les citoyens y prennent par exemple la responsabilité de l’entretien de la rue et des espaces verts du quartier. Ils s’entraident et offrent du soutien et des soins aux voisins âgés, malades ou handicapés. Chaque individu y tient sa place dans la mesure de ses capacités personnelles. Par cette démarche, l’aide sociale n’est pas d’abord l’affaire de professionnels et de services sociaux, mais celle d’un réseau informel de personnes présentes dans l’entourage de la personne concernée. En effet, chaque citoyen, patient ou usager est invité à prendre en charge sa propre vie, pour le bien comme pour le mal. Il s’agit d’une dynamique de « Do-it-yourself-care », « le-social-fait-par-vous-même »1. Or, cette attitude du « Do-it-yourself » est aussi revendiquée par les entrepreneurs sociaux qui s’engagent par le bas dans les quartiers selon les principes de la nouvelle économie du partage. Dans ce chapitre, on se concentrera sur la figure de l’entrepreneur qui joue un rôle clé dans le renversement du système social néerlandais en cours. On y voit apparaître la logique du sujet2 déclinée dans la dynamique de subjectivation et de désubjectivation telle qu’évoquée par Michel Wieviorka3.

Renversement du système social par le haut

  • 4 Centraal Plan Bureau, « Decentralization of social policy in the Netherlands », W. Vermeulen (rappo (...)

2À partir du 1er janvier 2015, le Gouvernement néerlandais réalise la plus grande réforme du système social depuis 1945. La philosophie centrale de ce nouveau système social vise à développer l’autonomie et la participation de tous les citoyens. Par le biais de la mise en œuvre d’un programme de décentralisation à trois dimensions, les municipalités sont devenues responsables de la mise en œuvre des lois en matière de soutien social (Wmo), en matière de jeunesse (Jeugdwet) et en matière d’insertion et d’emploi (Participatiewet)4.

3Le Gouvernement met à la disposition des municipalités un budget total de 8 milliards d’euros. Chaque municipalité reçoit une somme d’argent fixe, à dépenser dans le cadre des trois lois selon les choix de la politique sociale et locale en vigueur. Les municipalités ont désormais de nouvelles responsabilités : 1) en matière de soins intensifs pour les malades de longue durée et pour les personnes âgées ; 2) pour les services sociaux de la protection de l’enfance et de la jeunesse (l’Aide sociale à l’enfance en France, par exemple) ; 3) en matière d’insertion et de recherche d’emploi.

  • 5 Centraal Plan Bureau, Vervolgrapportage Decentralisaties in het Sociale Domein, CPB Notitie, La Hay (...)

4Or, la réforme est accompagnée d’une réduction du budget de 2 milliards par rapport à la situation avant 2015, soit une réduction des dépenses du Trésor en matière sociale de 20 %5. Ces mesures changent radicalement les rôles et les rapports entre les acteurs dans le domaine social : l’État, les autorités locales, les travailleurs sociaux, les bénéficiaires de soutien (usagers), les citoyens de la ville et l’entrepreneur social, qui devient un acteur de plus en plus présent dans le champ social.

  • 6 Lilian Linders et Dana Feringa, « De dynamiek van Doe-het-zelf-zorg », art. cité.

5La réforme du système social n’est pas sans risque car elle implique de grandes transformations dans le champ social à la fois dans la vision et dans l’organisation du soutien social. Cette transition et cette décentralisation du pouvoir vers les villes posent plusieurs défis. Premier défi, les municipalités n’ont pas l’expérience de la gestion de budgets aussi importants. Deuxième défi, cette opération influence directement la culture du travail et les identités professionnelles des travailleurs sociaux. Troisième défi, les municipalités ont moins d’argent à dépenser mais elles ont le même nombre de citoyens vulnérables à servir. Que deviennent les personnes qui n’ont plus droit aux soins ou à l’assistance sociale ? Qui s’occupe d’elles ? Quatrième défi, la réforme implique une transformation dans les rapports entre État et citoyens. Les droits sociaux des citoyens ne sont plus simplement acquis, mais soumis à des conditions et accompagnés de devoirs. Lilian Linders et Dana Feringa soulignent que la société participative conduit à un système dans lequel le citoyen est obligé de se prendre en charge6. Les pouvoirs publics attendent du citoyen qu’il s’engage activement pour son bien-être et le bien-être de ses proches, de ses amis, de sa famille, de ses voisins. Le bénévolat devient nécessaire pour combler le manque d’assistance professionnelle induit par la réduction drastique du budget disponible. Un cinquième défi se dessine dans le champ juridique. La mise en œuvre des trois lois est dans chaque municipalité différente. Le conseil municipal décide par l’adoption d’une politique sociale comment allouer le budget disponible. Ces différences peuvent mener à des situations d’accès aux soins différentes selon les territoires, ce qui pose des problèmes d’ordre juridique et de légitimité.

Renversement du système social par le bas

  • 7 Jan Rotmans, Verandering van Tijdperk: Nederland Kantelt, Boxtel, Æneas, 2014.
  • 8 Manuel Castells, The Information Age: Economy, Society and Culture, vol. 1 : The Rise of Network So (...)
  • 9 Jan Rotmans, « Nederland kantelt ondanks of dankzij de scepsis », Sociale Vraagstukken, le 16 décem (...)
  • 10 Richard L. Florida, The Rise Of The Creative Class: And How It’s Transforming Work, Leisure, Commun (...)

6L’État fait appel à l’autonomie des citoyens, un droit revendiqué par les citoyens et les entrepreneurs locaux, qui s’engagent au nom de la nouvelle économie du partage et de la démocratie participative. Ces initiatives rendent visible la décomposition de l’ordre du système central évoqué par Jan Rotmans, professeur spécialiste des transformations sociales à l’université de Rotterdam7. Depuis une dizaine d’années, de plus en plus de projets locaux voient le jour, organisés par de nouvelles communautés de citoyens, de coopérations, de réseaux sociaux et physiques de citoyens actifs. Selon J. Rotmans, ces activités par le bas montrent le renversement de la société organisée de manière verticale pour une société en réseaux et horizontale, comme l’a déjà souligné Manuel Castells8. Ce type d’activité est très souvent mis en œuvre par des citoyens entrepreneurs, des personnes qui travaillent au sein d’une entreprise individuelle en tant qu’architectes, consultants, webdesigners ou artistes. J. Rotmans appelle aussi ce type de citoyens entreprenants des bewondernemers. En néerlandais, ce mot est une contraction du mot bewoner (habitant) et du mot ondernemer (entrepreneur). En effet, il s’agit de citoyens qui se débrouillent bien, qui ont des idées et un minimum d’argent pour se lancer dans l’autogestion de projets dans le quartier9. Ces habitants et entrepreneurs font souvent partie de la nouvelle classe créative évoquée par Richard L. Florida qui marque le quotidien de la vie urbaine10.

7J. Rotmans insiste sur les effets positifs de cette approche participative et horizontale. En effet, par leurs actions, ces habitants reprennent une place de citoyen à part entière car ils s’engagent au nom d’un projet commun pour la cité.

  • 11 Max Weber, Économie et société, t. 1 : Les Catégories de la sociologie, J. Freund et al. (trad.), P (...)

8Marianne, entrepreneur social à Utrecht, résume bien les motivations de ce nouveau type d’entrepreneurs et le sens de leurs actions11 :

Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons ? C’est la question de départ. Je crois que les personnes autour de cette table partagent le même point de départ : une passion, un désir de relier, l’envie de faire quelque chose. D’un côté, il y a le commerce, parce que l’entrepreneur social ne peut compter sur les subventions du pouvoir public. Il faut trouver un modèle de financement pour l’entreprise et assurer la gestion. Mais les choix qu’on fait et comment on entretient des contacts avec les pouvoirs publics par exemple ou avec quels groupes on souhaite travailler, les produits et services qu’on aimerait développer ; toutes ces questions-là j’y fais face au jour le jour […]. C’est le processus de l’innovation et la coopération avec d’autres entrepreneurs sociaux qui m’intéressent. Cette attitude me plaît bien, que les entrepreneurs sociaux agissent souvent ensemble et non pas seuls.

9Au commencement, il y a l’étincelle : la passion de vouloir créer. Ce moment de l’initiation, de l’innovation comporte aussi une part de risque. Plus tard dans la conversation Marianne ajoute :

  • 12 Propos recueillis le 10 avril 2014.

La raison pour laquelle je ne travaille pas dans un organisme social est de l’ordre des valeurs : j’aime faire les choses vraiment à ma façon, avoir la liberté de décider, choisir la direction et aussi croire qu’on peut changer les choses… Que cela me plaise autant renvoie aussi à la manière tout à fait différente de justifier de ses actions et que l’on se pose des questions d’une autre manière. Est-ce que je le fais bien ? […] Enfin, le rôle de la ville est crucial pour la réussite de mon entreprise : si je veux mettre en place des projets avec le but et les personnes que je vise, la coopération avec la ville d’Utrecht est cruciale. Je ne peux réaliser des choses que si j’ai la possibilité de répondre aux appels d’offres de la ville12.

  • 13 François Dubet, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

10Ce mouvement par le biais de l’entrepreneuriat est aussi visible dans le domaine social, où les entrepreneurs sociaux jouent un rôle de plus en plus important. L’expérience personnelle est parfois le point de départ pour mettre en place un projet à vocation sociale13.

11Premier exemple : les personnes âgées souhaitent prendre en main leur propre parcours de soins et d’assistance de fin de vie. Des lieux de soins spécialisés, comme la ferme de « Reigershoeve14 », se mettent alors en place pour répondre à ce besoin. Henk et Dieneke, père et fille, ont vécu de près les difficultés des soins de personnes atteintes de démence. Ils décident d’acheter une ferme à Heemskerk pour proposer non seulement les soins médico-sociaux nécessaires, mais aussi un lieu de vie, de travail, de découverte et de rêve. Le jardin, les animaux et le paysage contribuent au bien-être des patients.

12Deuxième exemple : Marijke, entrepreneur et mère divorcée avec deux enfants, met en place une communauté « 3G », constituée de personnes issues de trois générations et composée de six ménages regroupant huit adultes et cinq enfants : des personnes à l'âge de la retraite, vivant seules ou en couple, et des familles constituées de parents et d’enfants. Au sein de la communauté, les plus âgées prennent soin des plus petits à la sortie de l’école alors que leurs parents travaillent et s’engagent à prendre soin des personnes âgées lorsque c’est nécessaire15.

La participation du citoyen vulnérable

  • 16 Evelien Tonkens et Jan Willem Duyvendak, « Graag meer empirische en minder eufore kijk op burgerini (...)
  • 17 Evelien Tonkens et al., Montessori-Democratie. Spanningen tussen burgerparticipatie en de lokale po (...)
  • 18 Alain Ehrenberg, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, O. Jacob, 1998.
  • 19 Anton Hemerijck, Changing Welfare States, Oxford, Oxford University Press, 2013 ; Id., « Sociale in (...)

13Les sociologues Jan Willem Duyvendak et Evelien Tonkens argumentent qu'il n’est pas évident pour tous les citoyens de se prendre en charge16. Leurs enquêtes montrent que les initiatives par le bas dont parle J. Rotmans sont souvent le résultat de coopérations entre citoyens, entrepreneurs individuels et autorités locales et non pas de simples initiatives de citoyens engagés. Les personnes vulnérables ne sont pas en mesure de se prendre en charge et de s’organiser en réseau ou de contribuer à la communauté de manière autonome et de pleine volonté. Souvent, elles doivent faire face à une multitude de problèmes qui rend difficile le fait de se prendre en main ou de s’engager pour aider les autres. Les personnes qui ont le plus grand besoin de soutien appartiennent à cette catégorie. C’est aussi cette catégorie de personnes vulnérables qui est lourdement touchée par la réforme budgétaire. La participation et le bénévolat sont souvent imposés en contrepartie d’aides ou de soutien17. D’autres sont fatigués d’être soi et sont en dépression ou devenus alcooliques. Alain Ehrenberg a souligné que la dépression est l’une des maladies de notre temps, puisqu’il faut tout le temps se prendre en charge et agir par soi-même18. Or, comme le souligne Anton Hemerijck19, l’État devrait continuer à jouer un rôle important et investir dans le « capital humain » des citoyens pour qu’ils puissent faire face aux multiples rôles qu’ils jouent – par exemple en encourageant l’insertion professionnelle, l’aide aux jeunes parents et les citoyens dans la réalisation de projets participatifs.

Wikitopia

  • 20 Justus Uitermark, Verlangen naar Wikitopia, Rotterdam, Erasmus Universiteit Rotterdam, 10 janvier 2 (...)

14Justus Uitermark, professeur de sociologie, constate que le retour au quartier et à la politique locale relève d’« un désir de trouver Wikitopia20 ». Il s’agit d’une communauté idéale dans laquelle les citoyens s’auto-organiseraient sans aucune direction ni système préalable. Il démontre que l’auto-organisation des citoyens ne peut prendre forme que si dans les quartiers existe une tradition forte de vie associative et de bénévolat. Là où les liens sont faibles, la mise en réseau et l’entraide sont plus difficiles à concrétiser. Il appelle alors à la vigilance et à ne pas se laisser emporter par le discours idéologique qui laisse croire que l’autogestion citoyenne pour alléger le système social serait une affaire que l’on puisse imposer par des décisions politiques. La véritable prise en charge par le citoyen se construit par le bas et s’inscrit dans le temps et ne peut s’imposer par le haut.

Le cas de la ville d’Utrecht

15Le cas de la ville d’Utrecht est exemplaire pour montrer les défis de la réforme. Dans ce nouveau paysage, la ville devient moins la garante de l’État social qu’un « investisseur social ». C’est le premier point que souligne Martin, fonctionnaire à la ville d’Utrecht, responsable de la division soins de longue durée :

  • 21 Propos recueillis le 10 avril 2014.

En 2015, nous allons en tant que ville dépenser 200 millions d’euros en plus. La ville devient alors un partenaire financier important. Nous avons un rôle financier à jouer. Mais comment le fait-on bien ? Il faut réduire les dépenses et maintenir la qualité en même temps. Cela implique que nous sommes obligés de changer. Cela nous offre de nouvelles opportunités. C’est quoi être un pouvoir public qui facilite ? Que faisons-nous alors ? Où sont nos limites ? Quelles sont les règles et les lois dont il faut tenir compte21 ?

16Martin met en évidence les incertitudes des fonctionnaires et des élus locaux et souligne l’ampleur de l’opération : « La ville est devenue un investisseur social qui fait des appels d’offres par période. » La mise en œuvre de la politique sociale est organisée par l’adjudication de marchés publics. En effet, la mise en œuvre de la politique est sous-traitée à des parties externes, qui peuvent répondre aux appels d’offres émis par la municipalité tous les cinq ans. Le principe de la concurrence et de la compétition entre les organisations sociales, les associations et les entreprises est encouragé pour obtenir la meilleure qualité de projet et le meilleur prix.

  • 22 Ministerie van Volksgezondheid, Welzijn en Sport, « Welzijn Nieuwe Stijl », janvier 2010, disponibl (...)

17En 2014, la ville d’Utrecht a choisi d’attribuer la mise en œuvre de la loi d’assistance sociale (Wmo) à une entreprise commerciale nommée Incluzio, dont la maison-mère est une entreprise familiale de nettoyage qui offre des services en matière de soutien social en milieu urbain. Le choix pour ce nouveau type de partenaire a conduit à la disparition des organismes sociaux de type semi-public traditionnellement responsables de la mise en œuvre de la politique sociale. Après une nouvelle procédure de recrutement, Incluzio a réengagé la plupart des travailleurs sociaux : ils assurent en effet la continuité du travail sur le terrain. L’organisation du soutien social a changé : les travailleurs sociaux travaillent par petites équipes dans les quartiers à proximité des usagers. Les responsables des équipes s’appellent « entrepreneurs de quartier » (buurtondernemers). Ce terme prête à confusion, car les responsables des équipes sociales de quartier ne gèrent pas d’entreprise. Ils sont employés par Incluzio. Or, cette démarche montre bien la vision de l’organisation : pour bien faire le travail, les travailleurs sociaux doivent adopter une attitude entreprenante et ouverte et s’orienter sur la construction de réseaux de coopération dans les quartiers. Le rapport à l’usager a profondément changé. Le travailleur social n’apporte pas de solutions aux problèmes des usagers mais accompagne l’usager dans la mise en place d’un plan d’action lui permettant de gérer son dossier personnellement et de trouver son chemin vers la participation sociale. Les questions et les désirs de l’usager sont le point de départ de la mise en place d’un projet personnel22.

18Il n’est plus possible d’étudier le champ social en transition sans prendre en compte l’entrepreneur comme nouvel acteur dans le domaine social. Là où l’État se désinvestit, les citoyens entreprenants et des entrepreneurs sociaux visant à contribuer au développement social prennent le relais. Ils offrent un emploi par exemple à des personnes autistes jusqu’alors exclues du monde du travail (Specialisterren à Utrecht) ou à des groupes de femmes immigrées qui n’ont pas d’éducation ni de métier et qui, par le biais d’une entreprise de « slow-fashion », apprennent un métier dans un atelier de design et de couture (I-Did, Utrecht). La ville d’Utrecht a mis en place une coopération explicite avec ce type d’entreprise à travers le projet de Social Impact Factory. Une société de conseil spécialisée en matière sociale a mis en place une plate-forme d’action basée sur l’engagement social des entrepreneurs. Certains des entrepreneurs engagés se nomment plus spécifiquement des entrepreneurs sociaux.

Conclusion. La figure de l’entrepreneur dans le domaine social

  • 23 Danilo Martucelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin, 2 (...)

19Dans le processus de transition de l’État-providence néerlandais, la figure de l’entrepreneur prend une place de plus en plus importante. Il apparaît dans l’espace public local comme le moteur de la transformation du système social : la municipalité opère comme investisseur social et commanditaire de projets sociaux ; les organismes d’assistance sociale disparaissent et sont remplacés par des structures de type entreprise ; les travailleurs sociaux sont amenés à devenir plus entreprenants et autonomes dans la réalisation de leur travail. De plus, ils sont appelés à rendre compte de leurs actions en étant capables de montrer l’impact social des investissements sociaux réalisés. Enfin, les citoyens sont encouragés à entreprendre pour réaliser des projets locaux, à créer des entreprises pour gérer le jardin d’enfants ou organiser le balayage de la rue. Enfin, les personnes vulnérables sont également encouragées à la participation sociale et à entreprendre des activités correspondant aux ambitions et au potentiel de chaque personne. Dans ce nouveau paysage social dans lequel opportunités et obstacles sont souvent les deux faces de la même pièce et où l’absence de « supports sociaux23 » est un élément central, les entrepreneurs sociaux soulèvent la question de l’ancrage du processus de la subjectivation. Ce processus comme le rôle de l’entrepreneur social en tant qu’acteur du changement est à suivre de près dans les années à venir, comme d’ailleurs le rôle de l’État et du système social dans l’encouragement des acteurs du changement.

Bibliographie

Castells Manuel, The Information Age: Economy, Society and Culture, vol. 1 : The Rise of the Network Society, Malden (MA), Blackwell, 1996.

Centraal Plan Bureau, Vervolgrapportage Decentralisaties in het Sociale Domein, CPB Notitie, La Haye, Centraal Planbureau, 26 juin 2014, disponible sur <https://www.cpb.nl/sites/default/files/publicaties/download/cpb-notitie-26juni2014-vervolgrapportage-decentralisaties-het-sociaal-domein.pdf>.

Centraal Plan Bureau, « Decentralization of social policy in the Netherlands », W. Vermeulen (rapporteur), La Haye, CPB Netherlands Bureau for Economic Policy Analysis, novembre 2015, disponible sur <https://www.cpb.nl/sites/default/files/publicaties/download/cpb-background-document-decentralization-social-policy-netherlands.pdf>.

Dubet François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

Ehrenberg Alain, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, O. Jacob, 1998.

Florida Richard L., The Rise Of The Creative Class: And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New York, Basic Books, 2002.

Hemerijck Anton, « Sociale investeringen betalen zich dubbel en dwars terug », S&D, no 1-2, 2012, p. 83-92.

Hemerijck Anton, Changing Welfare States, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Hilhorst Pieter et Lans Jos van der, Sociaal doe-het-zelven. De idealen en de politieke praktijk, Amsterdam, Atlas Contact, 2013.

Linders Lilian et Feringa Dana, « De dynamiek van Doe-het-zelf-zorg », in L. Linders et D. Feringa (dir.), De Kunst van het Laten. Doe-het-zelf-zorg en rolverwarring in tijden van transitie, Utrecht, Movisie, 2014, p. 11-18.

Martucelli Danilo, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin, 2006.

Ministerie van Volksgezondheid, Welzijn en Sport, « Welzijn Nieuwe Stijl », janvier 2010, disponible sur <http://www.canonsociaalwerk.eu/2009_welzijnnieuwestijl/2010 VWS brochure Welzijn Nieuwe Stijl.pdf>.

Rotmans Jan, Verandering van Tijdperk: Nederland Kantelt, Boxtel, Æneas, 2014.

Rotmans Jan, « Kom uit de ivoren toren, welkom in de nieuwe wereld », Sociale Vraagstukken, le 20 janvier 2014, disponible sur <http://www.socialevraagstukken.nl/kom-uit-de-ivoren-toren-welkom-in-de-nieuwe-wereld/>.

Rotmans Jan, « Nederland kantelt ondanks of dankzij de scepsis », Sociale Vraagstukken, le 16 décembre 2014, disponible sur <http://www.socialevraagstukken.nl/nederland-kantelt-ondanks-of-dankzij-de-scepsis/>.

Tonkens Evelien et Duyvendak Jan Willem, « Graag meer empirische en minder eufore kijk op burgerinitiatieven », Sociale Vraagstukken, le 17 janvier 2015, disponible sur <http://www.socialevraagstukken.nl/graag-meer-empirische-en-minder-eufore-kijk-op-burgerinitiatieven/>.

Tonkens Evelien et al., Montessori-Democratie. Spanningen tussen burgerparticipatie en de lokale politiek, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2015.

Touraine Alain, « From understanding society to discovering the subject », Anthropological Theory, vol. 2, no 4, 2002, p. 387-398.

Touraine Alain, La fin des sociétés, Paris, Seuil, 2013.

Uitermark Justus, Verlangen naar Wikitopia, Rotterdam, Erasmus Universiteit Rotterdam, 10 janvier 2014.

Verloop Willemijn et Hillen Mark, Verbeter de wereld. Begin een bedrijf, Amsterdam, Uitgeverij Business Contact, 2013.

Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, suivi d’un autre essai, J. Chavy (trad.), Paris, Plon, 1967.

Weber Max, Économie et société, t. 1 : Les Catégories de la sociologie, J. Freund et al. (trad.), Paris, Pocket, 2003 [1922].

Wieviorka Michel, La différence, Paris, Balland, 2001.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, R. Laffont, 2008.

Wieviorka Michel, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », Paris, Fondation Maison des sciences de l’homme (Working Papers Series ; 16), juillet 2012, 14 p., disponible sur <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00717835/document>.

Notes

1 Lilian Linders et Dana Feringa, « De dynamiek van Doe-het-zelf-zorg », in Id., De Kunst van het Laten. Doe-het-zelf-zorg en rolverwarring in tijden van transitie, Utrecht, Movisie, 2014, p. 11-18 ; Pieter Hilhorst et Jos van der Lans, Sociaal doe-het-zelven. De idealen en de politieke praktijk, Amsterdam, Atlas Contact, 2013.

2 Alain Touraine, La fin des sociétés, Paris, Seuil, 2013.

3 Michel Wieviorka, « Du concept de sujet à celui de subjectivation/dé-subjectivation », Paris, Fondation Maison des sciences de l’homme (Working Papers Series ; 16), juillet 2012, 14 p., disponible sur <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00717835/document>.

4 Centraal Plan Bureau, « Decentralization of social policy in the Netherlands », W. Vermeulen (rapporteur), La Haye, CPB Netherlands Bureau for Economic Policy Analysis, novembre 2015, disponible sur <https://www.cpb.nl/sites/default/files/publicaties/download/cpb-background-document-decentralization-social-policy-netherlands.pdf>.

5 Centraal Plan Bureau, Vervolgrapportage Decentralisaties in het Sociale Domein, CPB Notitie, La Haye, Centraal Planbureau, 26 juin 2014, disponible sur <https://www.cpb.nl/sites/default/files/publicaties/download/cpb-notitie-26juni2014-vervolgrapportage-decentralisaties-het-sociaal-domein.pdf>

6 Lilian Linders et Dana Feringa, « De dynamiek van Doe-het-zelf-zorg », art. cité.

7 Jan Rotmans, Verandering van Tijdperk: Nederland Kantelt, Boxtel, Æneas, 2014.

8 Manuel Castells, The Information Age: Economy, Society and Culture, vol. 1 : The Rise of Network Society, Malden (MA), Blackwell, 1996.

9 Jan Rotmans, « Nederland kantelt ondanks of dankzij de scepsis », Sociale Vraagstukken, le 16 décembre 2014, disponible sur <http://www.socialevraagstukken.nl/nederland-kantelt-ondanks-of-dankzij-de-scepsis/> ; Id., « Kom uit de ivoren toren, welkom in de nieuwe wereld », Sociale Vraagstukken, le 20 janvier 2014, disponible sur <http://www.socialevraagstukken.nl/kom-uit-de-ivoren-toren-welkom-in-de-nieuwe-wereld/>.

10 Richard L. Florida, The Rise Of The Creative Class: And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New York, Basic Books, 2002.

11 Max Weber, Économie et société, t. 1 : Les Catégories de la sociologie, J. Freund et al. (trad.), Paris, Pocket, 2003 [1922].

12 Propos recueillis le 10 avril 2014.

13 François Dubet, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

14 Voir aussi le site web de la ferme <http://www.reigershoeve.nl> [consulté le 10/02/2016].

15 Voir aussi le site web du projet <http://emailmarijke.wix.com/3g-wonen> [consulté le 11/02/2015].

16 Evelien Tonkens et Jan Willem Duyvendak, « Graag meer empirische en minder eufore kijk op burgerinitiatieven », Sociale Vraagstukken, le 17 janvier 2015, disponible sur <http://www.socialevraagstukken.nl/graag-meer-empirische-en-minder-eufore-kijk-op-burgerinitiatieven/>.

17 Evelien Tonkens et al., Montessori-Democratie. Spanningen tussen burgerparticipatie en de lokale politiek, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2015.

18 Alain Ehrenberg, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, O. Jacob, 1998.

19 Anton Hemerijck, Changing Welfare States, Oxford, Oxford University Press, 2013 ; Id., « Sociale investeringen betalen zich dubbel en dwars terug », S&D, no 1-2, 2012, p. 83-92.

20 Justus Uitermark, Verlangen naar Wikitopia, Rotterdam, Erasmus Universiteit Rotterdam, 10 janvier 2014.

21 Propos recueillis le 10 avril 2014.

22 Ministerie van Volksgezondheid, Welzijn en Sport, « Welzijn Nieuwe Stijl », janvier 2010, disponible sur <http://www.canonsociaalwerk.eu/2009_welzijnnieuwestijl/2010 VWS brochure Welzijn Nieuwe Stijl.pdf>.

23 Danilo Martucelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin, 2006.

Auteur

Sandra Geelhoed est docteure en sociologie. Elle est professeure associée à l’Institut du travail social et chercheuse au Research Centre for Social Innovation à l’université des sciences appliquées d’Utrecht. Ses travaux de recherche sont centrés sur la transformation de l’État social, l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux modes d’action et d’orga­nisation dans le domaine social et culturel. Elle s’intéresse à l’usage des médias communautaires et citoyens comme véhicules de l’imaginaire social et à la visualisation des expériences citoyennes par le bas. Avec ses étudiants, elle explore les possibilités de l’usage de l’audiovisuel lors de la réalisation de l’enquête de terrain. Elle a publié récemment en néerlandais des articles sur les représentations des métiers du travail social en transition.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540