Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Deuxième partie. Question sociale, État social, changement social

Chapitre 8. Le sans-abri : un acteur faible, une figure instrumentalisée

Pascal Noblet

Texte intégral

1En France, dans les années 1960-1970, les sans-abri n’occupaient pas une grande place dans l’espace public ni dans les discours politiques ni dans les recherches universitaires. Il semblait même que le sans-abrisme, réduit à la figure marginale du clochard, fût en voie de disparition. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La résurgence du phénomène s’observe aisément dans la rue. Mais ce n’est là que la partie émergée de l’iceberg : la plus grande partie des « personnes sans domicile » échappe au regard public. Elles sont hébergées dans des foyers, des chambres d’hôtel ou des appartements gérés par des associations et des organismes caritatifs.

2Les causes de cette résurgence les plus souvent citées sont les mutations économiques et leurs conséquences sur le marché de l’emploi, la cherté des loyers, la résorption des quartiers anciens dégradés, l’arrivée de personnes étrangères qui demandent l’asile ou sont sans-papiers ou encore la désinstitutionnalisation des malades mentaux et le développement des conduites marginales chez certains jeunes (addictions, squats).

  • 1 Françoise Yaouancq et al., « L’hébergement des sans-domicile en 2012. Des modes d’hébergement diffé (...)

3Si l’on en croit l’INSEE, qui a réalisé deux enquêtes importantes, la première en 2001, la seconde en 2012, le nombre de personnes sans domicile est passé entre ces deux dates à 141 500, soit une augmentation de 50 %1.

Le sans-abri, un acteur faible

4Le sans-abri est devenu la figure symbole des phénomènes de précarité et d’exclusion sociale apparus depuis la fin des « Trente Glorieuses ». Il fait l’objet d’une abondante couverture de presse en période hivernale. Les leaders d’opinion s’indignent. Les dirigeants politiques en campagne promettent « zéro SDF ».

5Les organismes qui ont pour objet d’héberger les sans-abri et de les aider dans la vie quotidienne ont vu leurs moyens se renforcer considérablement au fil des ans. Ces organismes, apparus historiquement dans le sillage des actions de charité portées par les grandes croyances, se sont professionnalisés. Ils sont devenus des avocats puissants de la cause des personnes sans logement.

  • 2 Michel Wieviorka qualifie ainsi à juste titre des « sujets » au sens philosophique et sociologique (...)

6Toutefois, cette attention portée au phénomène n’a guère favorisé l’émergence d’un « acteur social SDF ». Le sans-abri apparaît comme un « acteur faible », un « sujet flottant2 ». L’image du SDF est mise en avant dans une perspective compassionnelle ou comme support d’un discours politique critique. Est alors mobilisée l’image extrême de la personne désocialisée qui vit à la rue. Or, les travaux académiques portant sur cette population insistent sur le caractère très hétérogène des situations rencontrées. Qu’y a-t-il de commun en effet entre des travailleurs pauvres qui ne parviennent plus à se loger, des femmes victimes de violences familiales, des jeunes marginaux, des migrants, des victimes d’addiction ou des familles expulsées de leur logement ? L’absence de logement personnel constitue le dénominateur commun de toutes ces situations, mais les problématiques sont si diverses que les « sans logement » ne sauraient constituer un groupe social.

7Par ailleurs, il n’y a pas d’organisation nationale regroupant les sans-abri. Pour leur défense, les sans logement doivent compter sur les associations de solidarité. Bien sûr, cela est le reflet de l’extrême précarité des conditions de vie qui sont les leurs. Pourtant, en Europe et en Amérique du Nord, des regroupements significatifs de sans-abri ont vu le jour.

  • 3 Pascale Pichon, Vivre dans la rue. Sociologie des sans domicile fixe, Paris, Aux lieux d’être, 2007 (...)

8Cette vision du sans-abri comme acteur faible mérite toutefois d’être nuancée. Les études montrent comment même les sans-abri qui semblent les plus écrasés, ceux vivant réellement à la rue, font preuve dans l’organisation de leur vie quotidienne d’une grande capacité de résistance face au rejet dont ils sont l’objet et au harcèlement des autorités3.

  • 4 Florence Bouillon, Les mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, Paris, Presses univers (...)

9Localement, il arrive que des groupes de sans-abri soient porteurs de revendications collectives et s’adressent aux pouvoirs publics. Ici ou là, des squatters parviennent à négocier des conventions d’occupation temporaire de lieux inoccupés dans lesquels ils se sont installés4.

10On se souvient des petites tentes rouges déployées par les Enfants de Don Quichotte à Paris le long du canal Saint-Martin durant l’hiver 2006-2007. Ce mouvement ne s’est pas limité à la scène parisienne. Il s’est étendu à de nombreuses villes. Parfois, il ne fut question que d’une poignée de tentes occupées par des sans-abri. Il n’empêche, le mouvement a réellement eu une dimension nationale. Même si les leaders médiatisés n’étaient pas des sans-abri, ce mouvement a témoigné des capacités mobilisatrices des « personnes à la rue ».

11À l’issue des négociations intervenues entre les Enfants de Don Quichotte, les associations de solidarité et le ministre des Affaires sociales d’alors, Jean-Louis Borloo, diverses mesures furent adoptées pour renforcer et améliorer le dispositif d’hébergement et d’accompagnement. Ce fut un premier pas important dans le sens d’une politique mieux adaptée aux attentes des SDF. Minimiser cet événement, sa portée et les améliorations qu’il a apportées dans le quotidien des « sans domicile » serait faire injure à ce qui a été, à la vérité, un authentique mouvement social, le premier mouvement social de ceux qui sont si bas dans l’échelle sociale qu’ils ne disposent pas même d’un toit.

12Il y a donc des possibilités de mobilisation des sans-abri. Mais a-t-on vraiment envie de les entendre ? N’assiste-t-on pas plutôt à une « exploitation » à des fins politiques et idéologiques de la symbolique anxiogène que suscite dans l’opinion l’image du SDF désocialisée ? Et cette « exploitation » ne s’avère-t-elle pas finalement contre-productive ?

Des défenseurs de la cause des sans-abri qui font souvent obstacle

13Acteurs faibles, les sans-abri recueillent différentes formes de soutien dans la société. Leur cause est défendue par de nombreux acteurs : presse et médias, chercheurs engagés, organismes mobilisant l’opinion (églises, associations) ou dont c’est la mission de gérer des services en faveur des sans-abri (Samu sociaux, lieux d’accueil de jour, centres d’hébergement).

14Toutes ces formes de soutien public des sans-abri (qui ne doivent pas faire oublier l’importance des soutiens privés au travers des soutiens familiaux, amicaux ou de voisinage) constituent autant d’appuis précieux pour cette population. Mais elles se manifestent selon des modalités qui ne sont pas nécessairement en adéquation avec la recherche de solutions de fond.

Presse et médias

15Dans le cas des médias, l’intérêt compassionnel manifesté ponctuellement à l’égard du sort des sans-abri s’insère généralement dans une approche où le misérabilisme le dispute au catastrophisme. Prenons deux exemples. Selon Le Parisien du 17 mai 2007, il y aurait eu à cette date quelque 15 000 enfants « à la rue » : une affirmation choc qui laissait entendre que Paris s’apparente à Calcutta. Les journalistes ici, comme souvent quand il est question des sans-abri, jouaient sur les mots. Ces enfants vivent dans des centres d’hébergement ou dans des chambres d’hôtel. Ce n’est pas reluisant mais ils ne vivent pas (heureusement) à la rue. Le Monde des 28 et 29 décembre 2008 titrait, quant à lui, en première page sur « la récession [qui] a aggravé la situation des SDF ». Or, nous sommes en 2008. Les premiers effets de la crise se font alors à peine sentir. Quiconque connaît un peu le sujet du sans-abrisme sait que l’on ne devient pas SDF en un jour. L’affirmation du « journal de référence » était pour le moins prématurée. Si, selon l’enquête INSEE 2012, la population des « sans domicile » a crû de 50 % entre 2001 et 2012, la raison en est principalement une augmentation importante du nombre de personnes étrangères sans domicile depuis peu arrivées en France. Les étrangers, qui, selon l’INSEE, représentaient 38 % des sans domicile en 2001, en représentent désormais 52 %. Il est donc inexact de prétendre que le sans-abrisme est essentiellement le fruit des processus d’exclusion à l’œuvre dans notre société. La croissance du sans-abrisme en France relève davantage de l’attraction qu’un pays riche comme le nôtre représente dans les pays pauvres.

  • 5 Julien Damon, La question SDF. Critique d’une action publique, Paris, Presses universitaires de Fra (...)
  • 6 Cécile Brousse, Jean-Marie Firdion et Maryse Marpsat, Les sans-domicile, Paris, La Découverte, 2008

16Ces deux exemples illustrent l’exploitation médiatique dont peut faire l’objet la « question SDF5 ». Le sort des sans-abri est un sujet rêvé pour exploiter les peurs de déclassement social, critiquer un gouvernement, condamner une politique. Des sondages font apparaître régulièrement qu’une proportion importante de la population pense qu’elle est menacée de tomber à la rue en dépit des études qui montrent que ce risque social ne concerne heureusement qu’une fraction très limitée, la plus défavorisée, du corps social6. Une telle utilisation du sort des sans-abri finit par être contre-productive parce que cela laisse entendre que rien ne peut être fait sérieusement pour juguler un flux toujours plus grand de sans-abri.

Recherche académique

  • 7 Patrick Declerck, Les naufragés. Avec les clochards de Paris, Paris, Plon, 2001.

17Plusieurs courants de recherche ont acquis une forte légitimité dans le champ des études consacrées au sans-abrisme. Il y a d’abord un ensemble de réflexions qui tournent autour de la notion de norme, par exemple la sociologie critique dans le sillage de Michel Foucault, rejointe ici par des courants d’inspiration psychanalytique. Un ouvrage, Les naufragés, sous-titré Avec les clochards de Paris, a marqué les esprits. L’auteur, Patrick Declerck, y met l’accent sur le besoin qu’éprouvent la société et l’État de toujours recréer une coupure entre l’ordre et le désordre, le normal et l’anormal, le bien portant et le pathologique. Le sort fait aux clochards serait le prix que la société leur fait payer pour leur transgression de la norme sociale (le refus du travail)7. Peut-être, mais une telle analyse n’est pas vraiment de nature à convaincre la société et les pouvoirs publics qu’il est possible de réduire le nombre de personnes qui vivent à la rue.

  • 8 Robert Castel, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, 2003.

18Une autre approche analyse la résurgence du sans-abrisme comme un prolongement des situations précaires que des transformations sociales fondamentales suscitent dans nos sociétés, particulièrement dans le champ de l’emploi, mais aussi dans le champ de la famille. Cette approche est la plus partagée parmi les sociologues. Elle met l’accent sur la fragilisation générale des statuts en raison des transformations du marché du travail et du délitement progressif de l’État-providence8. La précarité s’installe de proche en proche, touchant une large partie des salariés. Cette tendance de fond, assortie de phénomènes complémentaires comme le renchérissement considérable des logements et les évolutions de la famille (séparations, familles monoparentales), crée une vulnérabilité de masse qui va jusqu’à provoquer chez les individus les plus fragiles la perte du logement. Cette approche ne manque pas de pertinence même si elle a tendance à minorer les raisons d’ordre plus personnel et psychologique dans l’histoire des individus, qui sont aussi des variables explicatives importantes du sans-abrisme. Une telle approche laisse entendre que l’on ne saurait raisonnablement espérer venir à bout du sans-abrisme sans qu’intervienne un processus de transformation sociale majeur. Perspective aujourd’hui bien lointaine.

  • 9 Xavier Emmanuelli et Clémentine Frémontier, La fracture sociale, Paris, Presses universitaires de F (...)

19Une autre approche théorique est celle de l’exclusion. Dans le champ des pratiques sociales, cette orientation s’identifie à la politique dite de l’urgence sociale. Elle met davantage l’accent sur les raisons intimes (histoires de vie douloureuses, problèmes de santé…) qui conduisent au sans-abrisme, au point que les tenants de l’approche en termes de précarité suspectent fortement les partisans de l’approche par l’exclusion de sous-estimer les causes structurelles. Ce n’est pas tout à fait exact puisque les tenants de l’exclusion analysent également les situations extrêmes de décrochage individuel comme le produit de tendances lourdes dans nos sociétés consuméristes (déliaison des individus, individualisme, perte du sens, addictions). L’approche par l’exclusion rejoint dans ses conséquences l’approche par la précarité. Elle n’est pas moins globalisante. Pour l’approche en termes d’exclusion aussi, c’est toute la société qui devrait être réformée pour espérer venir à bout du sans-abrisme9.

20Le moins que l’on puisse dire est que, par-delà leurs différences, ces approches théoriques, dont l’impact est notable sur les responsables politiques, administratifs, associatifs, ainsi que sur les travailleurs sociaux et les bénévoles qui œuvrent auprès des sans-abri, ont pour point commun de ne pas être particulièrement optimistes quant à la possibilité de promouvoir des solutions.

Pouvoirs publics et acteurs associatifs

21Parmi les acteurs de terrain, bon nombre d’associations et d’organismes sociaux ont vu ces vingt dernières années leurs moyens substantiellement renforcés. C’est une croissance évidemment bénéfique compte tenu de l’aggravation du problème. Toutefois, l’action des organismes d’accueil et d’hébergement des sans-abri s’intègre-t-elle dans une stratégie adaptée ? Ce n’est pas toujours le cas. Remettre à la rue tous les trois jours les mêmes personnes en leur demandant de rappeler le numéro de téléphone 115 est une pratique très décriée depuis longtemps, qui pourtant perdure.

22La faute n’en incombe pas seulement aux associations. Ces associations, quand elles gèrent des centres d’accueil, sont financées par les pouvoirs publics, qui leur délèguent cette mission de service public. Pèsent alors sur ces organismes des contraintes multiples. Le souci du Gouvernement et des élus des grandes villes d’endiguer la venue d’une population très pauvre et constituée pour une part de ménages sans-papiers conduit à maintenir volontairement les personnes accueillies dans des situations très précaires dans un but dissuasif. Cela passe par l’imposition de normes d’accueil de courte durée dans les centres d’hébergement et le recours massif à des hébergements dans des hôtels de basse catégorie considérés comme un moyen d’éviter une stabilisation des situations.

23Cette politique est malheureusement confortée par l’« idéologisme associatif ». Le mot fétiche dans ce milieu depuis une trentaine d’années est le mot insertion. Le succès du mot vient de ce qu’il plonge ses racines dans notre souci commun d’égalité. Les personnes sans domicile devraient, grâce aux actions d’insertion, retrouver peu à peu le chemin de l’emploi, du logement et de la vie ordinaire. Telle est la philosophie de l’action. Mais, confronté aux aléas du marché du travail et du logement ainsi qu’aux difficultés individuelles des personnes sans-abri, l’objectif d’insertion se révèle le plus souvent illusoire. Alors la philosophie de l’insertion vient à son corps défendant épouser les politiques d’accueil restrictives.

24Au nom de l’insertion, l’aide apportée (ce qui est loin d’être toujours le cas) est généralement posée comme devant être limitée dans le temps. « Je t’offre un toit mais c’est seulement pour quelques jours ou quelques semaines ou quelques mois. Je t’offre un emploi (un “contrat aidé”) mais c’est seulement un emploi à mi-temps pour quelques mois. De la sorte, je te remets le pied à l’étrier mais à toi maintenant de faire l’autre bout du chemin. Au final, tu dois être autonome pour assumer par toi-même ton existence quotidienne. » Résultat, le système aide la personne mais, peu après, la punit si elle ne parvient pas à transformer l’aide limitée en tremplin vers l’autonomie. Toute politique d’insertion est ainsi biface. L’individu obtient une aide mais, qu’il parvienne ou non à retrouver son autonomie, l’aide lui est tôt ou tard retirée.

25Parce que le principe même d’une aide est encore considéré comme une forme d’assistanat, on présuppose que sa pérennité la rendrait en elle-même à ce point désirable que les individus s’en satisferaient. Le rôle incitatif de l’aide disparaîtrait. La défense vertueuse de l’idéal d’égalité se retourne subrepticement en suspicion systématique à l’égard des plus pauvres.

Reconsidérer les politiques d’insertion

26Or, qu’elle soit ponctuelle ou pérenne, l’aide apportée n’est fatalement qu’une aide limitée. Elle est nécessairement conçue de telle sorte qu’elle ne puisse assurer des conditions de vie enviables aux yeux de l’immense majorité de la population, y compris aux yeux des personnes dont les revenus retirés du travail sont extrêmement modestes. Qu’on le veuille ou non, la norme de l’égalité exige que l’individu « en insertion » ait des revenus, un statut, des conditions de vie inférieurs à ceux du reste de la population. C’est là où se niche l’incitation à devenir autonome dans l’espoir d’une vie meilleure. Mais si la « sanction » va au-delà et consiste à retirer l’aide limitée accordée avant même que les choses ne commencent à aller mieux pour la personne aidée, la politique d’insertion se transforme en farce cruelle.

27Les sans-abri regroupés derrière la bannière des Enfants de Don Quichotte avaient comme exigence première le droit de demeurer dans une structure d’hébergement aussi longtemps que souhaité en l’absence d’une meilleure solution. Cette simple revendication constituait en réalité une critique radicale à l’encontre du système de l’insertion. Le droit à la pérennisation de l’aide, si on veut bien l’appréhender en tant que principe d’action, signifie que tant que la société n’est pas en mesure d’apporter vraiment du mieux aux personnes en grande difficulté sociale, elle n’est pas fondée à leur retirer le peu qu’elle met à leur disposition. Cette approche rompt avec le principe du « qui n’avance pas recule » au fondement des pratiques actuelles en matière de politiques d’insertion. On admet que l’aide peut perdurer tout simplement parce que cette aide n’est qu’un minimum de survie. Pour cette raison même, c’est un minimum en dessous duquel la société ne peut pas descendre.

Demain, un acteur sans-abri ?

28La logique du premier mouvement national des sans-abri poussait dans le sens d’une remise en cause des politiques d’insertion telles qu’elles sont définies et mises en œuvre depuis une trentaine d’années. Mais la mobilisation est retombée. Aucun acteur SDF n’a prolongé ce mouvement.

29Depuis, les associations traditionnelles et les organismes d’accueil, un temps bousculés, ont repris la main. Ce sont eux qui à nouveau se font les interprètes des besoins de cette population.

30Toutefois, il est devenu de plus en plus difficile pour ces organismes comme pour les pouvoirs publics de prétendre agir au nom des sans-abri sans que ceux-ci aient la parole. La pression pour créer des espaces d’expression est d’autant plus forte aujourd’hui que des expériences d’organisation des sans-abri sont menées dans certains pays, en particulier ceux du nord de l’Europe.

31Depuis peu, des personnes en situation de grande précarité sont associées à divers travaux. Ces personnes prennent la parole dans les enceintes officielles. L’exercice est ambigu. Elles ne représentent qu’elles-mêmes et peuvent être aisément manipulées eu égard aux stratégies complexes des parties qui s’y trouvent. Il s’agit néanmoins d’un progrès. L’idée est passée que rien ne peut se faire désormais en ignorant totalement les personnes directement concernées.

32Un lieu apparaît particulièrement propice à la prise en compte réelle de la parole des sans-abri. Il s’agit des « conseils de la vie sociale », qui sont désormais une obligation légale dans les établissements d’hébergement. Comment s’y négocient les réponses de ces organismes aux demandes des sans-abri mériterait d’être davantage étudié.

Bibliographie

Bouillon Florence, Les mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

Brousse Cécile, Firdion Jean-Marie et Marpsat Maryse, Les sans-domicile, Paris, La Découverte, 2008.

Castel Robert, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, 2003.

Damon Julien, La question SDF. Critique d’une action publique, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

Declerck Patrick, Les naufragés. Avec les clochards de Paris, Paris, Plon, 2001.

Emmanuelli Xavier et Frémontier Clémentine, La fracture sociale, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

Pichon Pascale, Vivre dans la rue. Sociologie des sans domicile fixe, Paris, Aux lieux d’être, 2007.

Rullac Stéphane, Le péril SDF. Assister et punir, Paris, L’Harmattan, 2008.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, R. Laffont, 2008.

Yaouancq Françoise et al., « L’hébergement des sans-domicile en 2012. Des modes d’hébergement différents selon les situations familiales », Insee Première, no 1455, 2013, disponible sur <https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281324>.

Notes

1 Françoise Yaouancq et al., « L’hébergement des sans-domicile en 2012. Des modes d’hébergement différents selon les situations familiales », Insee Première, no 1455, 2013, disponible sur <https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281324>.

2 Michel Wieviorka qualifie ainsi à juste titre des « sujets » au sens philosophique et sociologique du terme que les conditions d’existence empêchent généralement d’être acteurs. Voir Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, R. Laffont, 2008.

3 Pascale Pichon, Vivre dans la rue. Sociologie des sans domicile fixe, Paris, Aux lieux d’être, 2007 ; Stéphane Rullac, Le péril SDF. Assister et punir, Paris, L’Harmattan, 2008.

4 Florence Bouillon, Les mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

5 Julien Damon, La question SDF. Critique d’une action publique, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

6 Cécile Brousse, Jean-Marie Firdion et Maryse Marpsat, Les sans-domicile, Paris, La Découverte, 2008.

7 Patrick Declerck, Les naufragés. Avec les clochards de Paris, Paris, Plon, 2001.

8 Robert Castel, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, 2003.

9 Xavier Emmanuelli et Clémentine Frémontier, La fracture sociale, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

Auteur

Pascal Noblet est chargé de mission au ministère de la Santé et des Affaires sociales. Ex-doctorant en sociologie à l’EHESS, il a successivement occupé des fonctions dans la mise en œuvre des politiques publiques relatives à l’intégration des immigrés, la lutte contre la ­pauvreté, l’hébergement d’urgence et l’accès au logement des personnes sans domicile. Il est actuellement chargé de mission à la Mission analyse stratégique, synthèse et prospective de la direction générale de la Cohésion sociale. Il a notamment publié L’Amérique des minorités, les politiques d’intégration (Paris, L’Harmattan, 1993) consacré aux politiques anti-discriminatoires aux États-Unis ; Quel travail pour les exclus ? Pour une politique de l’insertion durable (Paris, Dunod, 2005) ; et encore Pourquoi les SDF restent dans la rue (La Tour-d’Aigues, L’Aube, 2010).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540