Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Deuxième partie. Question sociale, État social, changement social

Chapitre 7. La précarité du sujet dans un monde global

Régis Pierret

Texte intégral

  • 1 Nous nous référons au sujet tel qu’il est défini par Alain Touraine : « Nous avons été tellement tr (...)
  • 2 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004.
  • 3 Nous nous permettons de renvoyer à notre définition de la précarité (Régis Pierret, « Qu’est-ce que (...)

1Dans le cadre de ce chapitre, nous voulons démontrer que la précarité du sujet dans le monde global semble constituer la condition de l’individu postmoderne. Nous effectuerons ici une distinction nette entre le sujet et l’individu. Le sujet1 ne constitue pour nous qu’une facette de l’individu, aussi allons-nous évoquer ses autres figures. Pour ce faire, nous recourrons à l’anti-sujet, au non-sujet, à l’hyper-sujet et au sujet en survie2 pour rendre compte de la réalité de l’individu postmoderne, qui, disons-le, souhaite être sujet, se vit comme un sujet, mais n’y accède que rarement. Notre propos sur la précarité du sujet dans un monde global s’étayera sur la recherche que nous menons sur le travail social à l’ère de la précarité3.

La précarité constitutive de l’individu

Lorsque l’individu devient précaire

  • 4 Alexis de Tocqueville, Mémoire sur le paupérisme, Paris, Imprimerie nationale, 1915 [1835] ; Frédér (...)
  • 5 Édouard Dolléans, Histoire du mouvement ouvrier, t. 3 : De 1921 à nos jours, Paris, A. Colin, 1953, (...)

2Évoquer la précarité du sujet dans le monde global, c’est avant tout revenir sur l’individu. En effet, il ne saurait y avoir de sujet sans individu préalable. C’est à la naissance de la société industrielle que nous situons la mise en place de l’individualisme sur fond de désaffiliation, ce dont rendaient compte Alexis de Tocqueville, Frédéric Le Play et Émile Durkheim à travers leurs études sur le paupérisme pour les deux premiers et sur l’anomie pour le troisième4. Au xixe siècle, l’individu précaire constitue donc la question sociale incarnée par les classes dangereuses. L’individu advient en s’émancipant de la communauté, passant d’une société agraire et rurale à une société urbaine et industrielle. Alors que le paysan appartenait à un lieu, un pays, un terroir, l’individu n’appartient plus qu’à lui-même. Afin d’enraciner l’individu, le paternalisme industriel a dû s’accaparer la vie des ouvriers. Il effectue ainsi une promesse à l’ouvrier : au prix du travail, d’un salaire et d’un logement te sera épargnée la précarité. Le mouvement ouvrier modère également l’individualisme et la précarité en constituant notamment des syndicats. Cer derniers en incarneront le pendant en constituant non seulement une communauté ouvrière mais aussi différentes caisses de solidarité en vue de prémunir l’individu de la pénurie en période de grève5.

  • 6 Louis Dumont, Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, (...)
  • 7 Alain Touraine, Michel Wieviorka et François Dubet, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1991 [1984 (...)

3L’individu moderne ne doit pas s’assigner à une place dans le groupe, mais au contraire créer les conditions pour s’extirper du groupe, pour évoluer indépendamment de celui-ci. L’individualisme se substitue alors au holisme6. La modernité a constitué un processus de subjectivation en désaliénant l’individu de la communauté. Celui-ci n’est plus condamné à perpétuer la communauté, à reproduire, il est au contraire dans l’injonction de se produire dans une société en permanente évolution. L’historicité donne lieu alors à un dédoublement, tout d’abord la production de la société par elle-même, mais également la production de l’individu par lui-même. Cette injonction à se produire a longtemps été masquée par le mouvement ouvrier, qui a incarné le mouvement social central de la société industrielle7. Aussi a-t-il constitué une communauté ouvrière qui désaliénait l’individu de la communauté traditionnelle pour l’ancrer dans une nouvelle communauté au travers d’une culture et d’une conscience de classe. L’individu prenait place au sein de cet acteur central. Simultanément, le mouvement ouvrier permettait l’avènement de l’individualisme au travers de la sécurité sociale qui désaliénait totalement l’individu de la famille : l’individu s’en trouvait libéré au travers des prestations, des allocations, mais également du travail social. À la solidarité familiale se substituait ainsi la solidarité nationale. L’individu avait alors rompu avec ses racines, il était libre, ne devait de comptes qu’à la société.

La précarité neutralisée

  • 8 Dominique Schnapper, « Intégration et exclusion dans les sociétés modernes », in S. Paugam (dir.), (...)
  • 9 Michel Wieviorka, La France raciste, Paris, Seuil, 1992.
  • 10 Michel Wieviorka, La violence, op. cit.

4Le mouvement ouvrier va amenuiser la question sociale en contribuant à la mise en place d’un système de sécurité sociale à l’adresse des populations laborieuses, sur fond d’embourgeoisement généralisé de la classe ouvrière8 durant les Trente Glorieuses. La précarité, si elle est la conséquence de l’individualisme, a été, durant cette période, largement contrecarrée par un taux de chômage marginal, mais également par la conduite de vies affectives globalement stables. La famille nucléaire est alors appréhendée en termes d’institution sous le sceau du mariage. Autrement dit, la précarité inhérente à l’individualisme est contrebalancée par les sécurités que constituent alors le travail et la famille. Lorsque ce mouvement disparaît à la fin des Trente Glorieuses, l’acteur se mue en sujet dans une société qui n’est plus structurée sur le conflit. Nous passons alors de l’acteur solide au sujet précaire. Le sujet n’est pas subi, il ne constitue pas un pis-aller, il est au contraire ce à quoi aspire une société d’individus. Dans une certaine mesure, les mutations sociales engendraient la possibilité de l’avènement du sujet. Le mouvement ouvrier implose sur fond d’acquis sociaux qui lui permettent d’envisager que ses enfants puissent sortir du monde ouvrier. Les acquis sociaux, par exemple avec la mise en application de la loi Haby en 1975 qui instaure le collège unique et la fin des orientations après le certificat d’études, précipitent l’extinction de la conscience de classe et entérinent le passage de la société des places à la société des chances. Les enfants d’ouvriers n’aspirent qu’à une seule chose, sortir de la condition ouvrière inculquée dans le cadre d’une socialisation anticipatrice. Dans ce contexte de massification scolaire, de culture de masse et de propagation du chômage, la classe ouvrière implose et nous assistons à une dualisation de la société : tandis qu’une partie s’embourgeoise, l’autre s’appauvrit9. Le déclin du mouvement ouvrier laisse l’individu face à la précarité. Ce dernier réussit parfois à résister, à lutter contre, il est alors sujet, voire hyper-sujet ; mais il y a également toutes ces autres situations où il se laisse ensevelir, submerger, et, pour décrire cette réalité où l’individu sombre sous la domination, nous recourrons alors aux catégories de non-sujet, d’anti-sujet, de sujet en survie conceptualisées par Michel Wieviorka10.

Le sujet face à la précarité de l’individu

  • 11 David Riesman, La foule solitaire, Paris, Arthaud, 1964.
  • 12 Robert Putnam, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Sch (...)
  • 13 Alain Ehrenberg, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, O. Jacob, 1998.
  • 14 Christopher Lasch, La culture du narcissisme. La vie américaine à un âge de déclin des espérances, (...)
  • 15 Alain Touraine et Farhad Khosrokhavar, La recherche de soi. Dialogue sur le Sujet, Paris, Fayard, 2 (...)
  • 16 Michel Wieviorka, La violence, op. cit.

5Le sujet constitue en soi une émancipation de l’individu. Il est cependant ambivalent tant il refuse la précarité qui constitue simultanément son fondement, sa raison d’être. La constitution du sujet présente plusieurs écueils : la foule solitaire de David Riesman11, le bowling alone de Robert Putnam12, la fatigue d’être soi d’Alain Ehrenberg13 et la culture du narcissisme de Christopher Lasch14. Le sujet invite à un autre rapport au monde, il donne sens et unité à sa vie15. Or, cette injonction à l’accomplissement de soi, au bonheur, est également source de précarité : le sujet peut se détruire, s’effondrer. Comme nous l’avons déjà démontré, le sujet n’est pas l’individu. En effet, il ne recouvre qu’incomplètement l’individu. Aussi ces compléments du sujet élaborés par Michel Wieviorka (non-sujet, anti-sujet, hyper-sujet, sujet en survie16) permettent-ils de recouvrir toutes les facettes de l’individu et, dans une certaine mesure, de rendre compte des différentes expériences de l’individu dans un monde global dont le sujet n’est qu’une facette.

  • 17 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010.
  • 18 Simonetta Tabboni, Les temps sociaux, Paris, A. Colin, 2006.
  • 19 Gilles Lipovetsky, L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983.

6Si chacun aspire à devenir sujet, cela ne se concrétise pas toujours. Cette expérience malheureuse se mue alors en précarité, où l’individu peut devenir un non-sujet, un anti-sujet ou encore un sujet en survie. L’accélération du temps17, l’allongement de l’espérance de vie changent non seulement notre rapport au temps18 mais également notre rapport aux autres19. Plus rien ou presque n’est réellement pérenne, tout peut basculer. L’individu peut perdre son emploi, connaître une rupture amoureuse : les jeux ne sont jamais faits. Nous sommes tel le personnage du joueur dans le roman de Dostoïevski, nous avons le sentiment de toujours pouvoir nous refaire. Il peut arriver néanmoins ce moment où le joueur a tout perdu. La précarité réside dans le « banco » : l’individu peut tout gagner ou tout perdre, du jour au lendemain, ou presque. Durant les Trente Glorieuses existait une certaine sécurité de l’emploi qui protégeait en partie l’individu de la précarité. Sa vie affective et sa vie professionnelle étaient stables. Il était marié, pour le meilleur et pour le pire ; il faisait carrière dans une entreprise. Cette nouvelle réalité est partagée par l’économie-monde du monde global : les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, mais également des pays comme l’Italie, l’Espagne, le Portugal. La précarité inhérente à l’individualisme n’est plus jugulée par différentes formes de sécurité. Elle est le revers de l’individualisme.

Les travailleurs sociaux à la recherche du sujet

Le travail social hier et aujourd’hui

  • 20 François Dubet, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.
  • 21 Ibid.
  • 22 Régis Pierret, « Le travail social à l’ère de la précarité », Diversité, no 158, 2009, p. 67-72, di (...)

7Les travailleurs sociaux ont constitué longtemps un ensemble de professions à part, bercés par le sentiment d’être irremplaçables, d’avoir une utilité sociale que nul ne pouvait contester20. Ils avaient le sentiment d’avoir un rapport asymétrique avec le monde, ils agissaient sur lui, sans que ce dernier ne puisse agir sur eux. Autrement dit, la société n’avait pas d’impact sur le travail social qui opérait un travail immuable. Toutefois, le travail social s’inscrit dans une application des politiques sociales, sources de répercussions directes sur son action. Il est également soumis à la conjoncture : adoubé par celles-ci durant les Trente Glorieuses, il a, aujourd’hui, perdu tout prestige, à l’instar d’autres professions vocationnelles, telles que les médecins et les instituteurs. De l’avant-garde éclairée du mouvement ouvrier21, agie par une vision politique du monde, il n’a plus pour visée de changer la société mais d’endiguer la précarité22. Les travailleurs sociaux sont aujourd’hui pessimistes sur le devenir de leurs professions et également sur leur propre devenir. Ils sont pour certains hantés par l’angoisse de la fermeture de leur structure, de la perte de leur travail ; tous savent qu’ils ne sont pas à l’abri de la rupture. Aussi, s’il sera question, ici, des travailleurs sociaux, c’est parce qu’ils sont devenus des individus ordinaires ayant des préoccupations d’individus ordinaires dans un monde global.

  • 23 Patrick Bruneteaux et Daniel Terrolle (dir.), L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des (...)
  • 24 Nous rendons compte ici d’une graduation avec des individus qui ont le sentiment d’être dans la soc (...)

8Les intervenants sociaux ont avant tout le sentiment de vivre dans un monde global. Parler d’un monde global, c’est avant tout rendre compte de sociétés qui ne sont plus étanches, hermétiques, qui se situent chacune dans une interdépendance, dans lesquelles chacun prend conscience d’appartenir à un ensemble plus vaste, de faire partie du même monde. Leur travail est affecté par la globalisation et ses effets, que ce soit l’immigration clandestine, les délocalisations ou encore la massification du chômage. Ils se retrouvent de plus en plus face à des publics pour qui ils ne voient pas d’issue. Ils agissent sur l’exclusion générée par le nouvel ordre mondial. De manière plus générale, leurs interventions se situent dans l’arrière-cour de la mondialisation23 auprès d’individus qui sont confrontés à la précarité, à l’incertitude du lendemain. Leurs pratiques ont évolué, devant faire plus à moyens constants ; ils n’ont plus pour ambition de changer la société, mais seulement d’éviter que les personnes ne dégringolent davantage. La massification du chômage donne lieu à une dualisation de la société avec des individus « in » ou « plutôt in » ou encore « plutôt out » ou enfin « out »24.

Les travailleurs sociaux et leurs usagers, une précarité conjointe

  • 25 Serge Paugam, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses universit (...)
  • 26 Michel Wieviorka, La violence, op. cit.

9Dans des sociétés où tout devient possible, il n’y a plus de places assignées, mais des gagnants et des perdants. Si les premiers ont le sentiment d’être acteurs de leur propre vie, les seconds ont quant à eux le sentiment de subir leur existence, notamment dans le cadre de l’assistance, du recours aux services sociaux25. Ce sont des individus négatifs qui se définissent en creux par ce qu’ils ne sont pas, ce sont des non-sujets. Les travailleurs sociaux se situent dans un entre-deux, leur volonté d’être acteurs s’entrechoque avec l’angoisse de pouvoir tout perdre. Aujourd’hui, ils n’ont plus forcément le sentiment d’être éloignés des publics dont ils s’occupent, ils pensent au contraire qu’ils sont menacés par la chute sociale. Cependant, pour réaliser leur travail, ils se persuadent eux-mêmes que ce qu’ils réalisent a du sens, qu’ils ont une marge de liberté et qu’ils sont différents de leur public. C’est pourquoi les différentes catégories (sujet, non-sujet, hyper-sujet, anti-sujet, sujet en survie26) décrites par Michel Wieviorka offrent des compléments du sujet permettant de dessiner les contours ou les différentes séquences de l’individu. Cette recherche du sujet, de sa présence/absence, mais également celle de la construction/destruction du sujet en termes de sens/non-sens permettent de dessiner au travers de cette lecture l’individu postmoderne.

10Ce désir d’être sujet à tout prix se heurte à la domination que l’individu tente de renverser par moments et d’imposer à d’autres. Le sujet apparaît ainsi tridimensionnel : on est sujet par soi, par l’autre, contre l’autre. Aussi en vient-on à se demander : la précarité du sujet est-elle dissociable de la violence ? Ne faut-il pas voir dans la violence l’expression même de la précarité ? En mettant l’individu au pied du mur, voire sur le fil, la précarité ne lui laisse d’autre choix que de tenter de s’en extirper par la violence, en vue d’être sujet. La violence est donc à percevoir comme un dégagement, une manière de répondre à la précarité. Toutefois, elle ne laisse pas seulement voir des logiques de sujet, d’hyper-sujet, de sujet flottant, elle met aussi en acte un processus de destruction du sujet : du sujet en survie. La violence, c’est aussi des individus détruits : des non-sujets et des individus destructeurs : des anti-sujets.

  • 27 Nous faisons référence à la circulaire de Manuel Valls du 28 novembre 2012 qui laisse planer l’ince (...)

11Ces cinq figures du sujet permettent une compréhension du travail social à l’ère de la précarité. Quand les travailleurs sociaux rendent compte des difficultés qu’ils rencontrent dans le cadre de leur travail, c’est le thème du sujet au sein de l’individu qui ressurgit : lorsqu’ils ont le sentiment de n’être que des exécutants des politiques sociales, d’être des sujets niés par l’évaluation, de faire un travail de plus en plus normatif et de moins en moins singulier, ils sont alors des non-sujets. Cette précarité du sujet est à son paroxysme lorsqu’ils sont convaincus que leur travail ne sert à rien. Ainsi, dans une courte recherche sur le travail social auprès d’un Samu social, il transparaît que les travailleurs sociaux ont le sentiment d’être au plus près d’une logique d’exécutant. Leur travail leur paraît pouvoir sans cesse être remis en cause par les politiques sociales mises en œuvre à l’adresse des demandeurs d’asile. Cependant, si cette logique l’emporte, ils deviendraient des non-sujets. S’ils le sont parfois, s’ils ont même le sentiment d’être précaires – car ils peuvent perdre leur travail dans le cadre de la mise en appel d’offres du Samu social, ce qui est une réalité –, ils tentent inlassablement de trouver ou de maintenir du sens, de penser que tout n’est jamais perdu pour les « régulariso-expulsables27 » auxquels ils ont affaire, qu’il y a toujours une lueur d’espoir. Dans cette abnégation, ils se situent dans une logique de sujet.

  • 28 Robert Castel et Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fa (...)
  • 29 Zygmunt Bauman, Vies perdues. La modernité et ses exclus, M. Bégot (trad.), Paris, Payot & Rivages, (...)

12Le quotidien ne cesse de les confronter à la précarité de sujets niés, de non-sujets, d’anti-sujets, d’individus négatifs28 qui n’aspirent qu’à devenir sujets, de personnes qui font des démarches en vue d’être régularisées mais dont le statut de réfugié peut être refusé, et qui se retrouvent alors en situation irrégulière dans une société globale qui se refuse à leur donner une place. Ils se retrouvent face à des non-sujets lorsque les personnes sont dans l’incapacité de faire des démarches parce qu’elles ont le sentiment que leur vie est un non-sens. Ils sont face à des anti-sujets quand ils sont confrontés à des jeunes pour qui la vie ne vaut que d’être détruite et dont l’expérience de la rue, des psychotropes se fiche ou se fait corps par l’absence d’incisive. Les travailleurs sociaux interviennent ainsi auprès des rebuts29 du monde global dont ils ne parviennent que rarement à recycler les non-sujets et les anti-sujets. Ils tentent de les maintenir dans un état stationnaire, d’éviter que les différentes situations ne se dégradent.

La rupture et la modernité

13La précarité est la marque de la postmodernité. Elle ne constitue pas une peur infondée, mais une réalité. Nos sociétés rendent les individus imprévisibles, ce qui contribue à la précarité du sujet, qui s’exprime notamment dans la rupture. L’individu postmoderne vit dans l’incertitude. Sa vie ressemble alors à une suite d’épreuves auxquelles il doit faire face sans filet, toute chute risquant donc de lui être fatale. Dans ce monde qu’il ne maîtrise pas, l’individu doit pourtant, pour réaliser des projets, mettre ses doutes à distance, se convaincre que ces châteaux de sable sont en réalité des châteaux forts. La précarité provient du décalage entre la conviction d’un monde maîtrisé et la certitude d’un monde qui échappe. Déstabilisé par ce monde imprévisible qui le remet en cause, c’est au moment où l’individu a le sentiment qu’il domine sa réalité que celle-ci se dérobe. Ainsi, le sujet est précaire car il a le sentiment qu’il peut être détruit à chaque instant ; une destruction d’autant plus complexe qu’il n’en connaît pas forcément la cause.

  • 30 Zygmunt Bauman, L’amour liquide. De la fragilité des liens entre les hommes, C. Rosson (trad.), Par (...)

14Aujourd’hui, de plus en plus de couples se séparent à la surprise d’un des deux conjoints. Le conjoint se voit en victime, il ne pensait pas, il n’envisageait pas la séparation. Il se retrouve confronté à la violence de l’individualisme : l’extrême précarité ; il ne devient un individu qu’au prix d’une vulnérabilité totale, à l’instar de l’insécurité affective. Ce discours autour de projets de vie qui basculent, s’il est le discours des travailleurs sociaux, est également celui de leurs publics, comme il est celui de tout un chacun. Cela n’est pas sans évoquer l’ère du jetable30. Dans un autre registre, nombre de personnes se retrouvent au chômage sans avoir pu anticiper cette nouvelle réalité. Certains travailleurs sociaux se sont retrouvés dans cette situation lorsque les accueils de jour ou des clubs de prévention spécialisée ont fermé leur porte sur décision préfectorale ou au motif que la prévention spécialisée n’était pas une dépense obligatoire du conseil général. Ce que l’individu postmoderne croyait vrai hier ne l’est plus aujourd’hui. Il doit ensuite se reconstruire s’il ne veut pas sombrer sous la domination que constitue la violence du rapport à l’autre qui peut le détruire à chaque instant. La précarité provient avant tout de cette violence à laquelle l’individu est confronté. Une société de tous les possibles n’offre aucune certitude, aucune stabilité : l’individu est dans l’injonction de la performance ; il est en insécurité permanente.

15L’autre ne cesse d’être une énigme. En interdisant de raisonner en termes de relations sociales figées, en invitant bien plus à penser en termes de relations sociales évolutives, incertaines, où rien n’est acquis et où tout est toujours à recommencer, peut-être devons-nous voir dans cet autre énigmatique la marque du sujet.

  • 31 Zygmunt Bauman, Vies perdues…, op. cit.

16Ainsi, ce désir d’être sujet embarrasse chaque individu bien plus qu’il ne le rassure. Chacun, voulant être sujet, refuse la domination, mais les rapports sociaux créent deux mondes, les dominants et les dominés. Les dominés, dans une volonté d’être sujets, remettent en cause la domination ; lorsqu’ils accèdent à l’état de sujet, celui qui alors était dominant devient dominé. Aussi l’ère de l’individu donne-t-elle aux relations sociales un caractère fluctuant, les englobe-t-elle de précarité. Si, théoriquement, la place du sujet, la volonté d’être sujet de tout un chacun suppose la reconnaissance de l’autre comme sujet, dans la pratique, être sujet se réalise bien souvent aux dépens de l’autre31.

Conclusion

17La précarité est le revers indissociable de l’individualisme : elle est l’attribut de l’individu. Le monde moderne l’a engendrée en produisant la désaffiliation de la communauté, dans le cadre du passage d’une société rurale à une société urbaine. S’extirpant alors de la communauté, pour le meilleur et pour le pire, l’individu est encore préservé de la précarité durant les Trente Glorieuses grâce à la sécurité sociale et aux actions du mouvement ouvrier. Lorsque celui-ci vient à se défaire, l’acteur social central cède alors progressivement la place au sujet. L’individu se retrouve seul face à sa précarité. Dans le monde global, la précarité est partout ; inscrit dans un processus d’individualisation, l’individu postmoderne peut être tour à tour sujet, anti-sujet, hyper-sujet, non-sujet, anti-sujet, sujet en survie.

18Nous avons montré que le travail social illustre la précarité des individus. Avec l’entrée dans le monde global, les travailleurs sociaux sont devenus des individus ordinaires, confrontés à la précarité, à l’instar d’une grande majorité de personnes. Une frontière fragile les sépare des personnes dont ils s’occupent, ce d’autant plus que la précarité de leur public peut, du jour au lendemain, devenir la leur. Ils ne se vivent plus comme protégés, ils ont épousé la condition de l’individu postmoderne, ils sont menacés par les ruptures, qu’elles soient affectives ou professionnelles.

Bibliographie

Bauman Zygmunt, Vies perdues. La modernité et ses exclus, M. Bégot (trad.), Paris, Payot & Rivages, 2006.

Bauman Zygmunt, L’amour liquide. De la fragilité des liens entre les hommes, C. Rosson (trad.), Paris, Hachette, 2010.

Bruneteaux Patrick et Terrolle Daniel (dir.), L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des paupérisés, Bellecombe-en-Bauges, Éd. du Croquant, 2010.

Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Castel Robert, La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil, 2009.

Castel Robert et Haroche Claudine, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard, 2001.

Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses. À Paris, pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, Hachette, 1984.

Dolléans Édouard, Histoire du mouvement ouvrier, t. 3 : De 1921 à nos jours, Paris, A. Colin, 1953, disponible sur <http://www.cras31.info/IMG/pdf/dolleans-hist_mouv_ouvrier_t3.pdf>.

Dubet François, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.

Dubet François, Les places et les chances. Repenser la justice sociale, Paris, Seuil, 2010.

Dumont Louis, Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Seuil, 1983.

Durkheim Émile, Le suicide. Étude de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 1984 [1897].

Ehrenberg Alain, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, O. Jacob, 1998.

Lasch Christopher, La culture du narcissisme. La vie américaine à un âge de déclin des espérances, M. L. Landa (trad.), Castelnau-le-Lez, Climats, 2000 [1979].

Le Play Frédéric, Le Play, 1806-1882. Textes choisis et préface par Louis Baudin, Paris, Dalloz, 1947.

Lipovetsky Gilles, L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983.

Merton Robert King, Éléments de théorie et de méthode sociologique, H. Mendras (trad.), Paris, Plon, 1953.

Paugam Serge, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

Pierret Régis, « Le travail social à l’ère de la précarité », Diversité, no 158, 2009, p. 67-72, disponible sur <http://www.educ-revues.fr/DVST/AffichageDocument.aspx?iddoc=39253>.

Pierret Régis, « Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, no 2, 2013, p. 307-330, disponible sur <https://socio.revues.org/511>.

Putnam Robert, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Schuster, 2000.

Riesman David, La foule solitaire, Paris, Arthaud, 1964.

Rosa Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010.

Schnapper Dominique, « Intégration et exclusion dans les sociétés modernes », in S. Paugam (dir.), L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996, p. 23-31.

Tabboni Simonetta, Les temps sociaux, Paris, A. Colin, 2006.

Tocqueville Alexis de, Mémoire sur le paupérisme, Paris, Imprimerie nationale, 1915 [1835].

Touraine Alain, « Face à l’exclusion », Esprit, no 169, La France des banlieues, 1991, p. 7-13.

Touraine Alain, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d'aujourd'hui, Paris, Fayard, 2005.

Touraine Alain, Après la crise, Paris, Seuil, 2010.

Touraine Alain, Wieviorka Michel et Dubet François, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1991 [1984].

Touraine Alain et Khosrokhavar Farhad, La recherche de soi. Dialogue sur le Sujet, Paris, Fayard, 2000.

Wieviorka Michel, La France raciste, Paris, Seuil, 1992.

Wieviorka Michel, La violence, Paris, Balland, 2004.

Notes

1 Nous nous référons au sujet tel qu’il est défini par Alain Touraine : « Nous avons été tellement transformés dans tous les aspects de notre existence, autant de manière positive que négative, que nous nous sommes tournés vers nous-mêmes, vers notre capacité d’agir, d’inventer, de réagir, de sorte que nous avons cessé de nous définir comme les maîtres de la nature pour nous considérer comme responsables de nous-mêmes, comme des sujets » (Alain Touraine, Un nouveau paradigme, Paris, Fayard, 2005, p. 151).

2 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004.

3 Nous nous permettons de renvoyer à notre définition de la précarité (Régis Pierret, « Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, no 2, 2013, p. 307-330, disponible sur <https://socio.revues.org/511>), qui est très proche de la vulnérabilité sociale telle qu’elle avait été définie par Robert Castel (La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil, 2009).

4 Alexis de Tocqueville, Mémoire sur le paupérisme, Paris, Imprimerie nationale, 1915 [1835] ; Frédéric Le Play, Le Play, 1806-1882. Textes choisis et préface par Louis Baudin, Paris, Dalloz, 1947 ; Émile Durkheim, Le suicide. Étude de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 1984 [1897].

5 Édouard Dolléans, Histoire du mouvement ouvrier, t. 3 : De 1921 à nos jours, Paris, A. Colin, 1953, disponible sur <http://www.cras31.info/IMG/pdf/dolleans-hist_mouv_ouvrier_t3.pdf>.

6 Louis Dumont, Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Seuil, 1983.

7 Alain Touraine, Michel Wieviorka et François Dubet, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1991 [1984].

8 Dominique Schnapper, « Intégration et exclusion dans les sociétés modernes », in S. Paugam (dir.), L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996, p. 23-31.

9 Michel Wieviorka, La France raciste, Paris, Seuil, 1992.

10 Michel Wieviorka, La violence, op. cit.

11 David Riesman, La foule solitaire, Paris, Arthaud, 1964.

12 Robert Putnam, Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Schuster, 2000.

13 Alain Ehrenberg, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, O. Jacob, 1998.

14 Christopher Lasch, La culture du narcissisme. La vie américaine à un âge de déclin des espérances, M. L. Landa (trad.), Castelnau-le-Lez, Climats, 2000 [1979].

15 Alain Touraine et Farhad Khosrokhavar, La recherche de soi. Dialogue sur le Sujet, Paris, Fayard, 2000.

16 Michel Wieviorka, La violence, op. cit.

17 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010.

18 Simonetta Tabboni, Les temps sociaux, Paris, A. Colin, 2006.

19 Gilles Lipovetsky, L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983.

20 François Dubet, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.

21 Ibid.

22 Régis Pierret, « Le travail social à l’ère de la précarité », Diversité, no 158, 2009, p. 67-72, disponible sur <http://www.educ-revues.fr/DVST/AffichageDocument.aspx?iddoc=39253>.

23 Patrick Bruneteaux et Daniel Terrolle (dir.), L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des paupérisés, Bellecombe-en-Bauges, Éd. du Croquant, 2010.

24 Nous rendons compte ici d’une graduation avec des individus qui ont le sentiment d’être dans la société, plutôt dedans, plutôt dehors et en dehors de la société. La thématique des in et des out avait été développée une première fois par Alain Touraine dans « Face à l’exclusion », Esprit, no 169, La France des banlieues, 1991, p. 7-13. Elle a été reprise ensuite par Michel Wieviorka avec une légère inflexion dans La France raciste (op. cit.), où il parle de « plutôt in » ou de « plutôt out ». Ici, il nous a semblé judicieux de fusionner les deux.

25 Serge Paugam, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

26 Michel Wieviorka, La violence, op. cit.

27 Nous faisons référence à la circulaire de Manuel Valls du 28 novembre 2012 qui laisse planer l’incertitude pour les étrangers en situation irrégulière puisque demeure toujours l’éventualité d’une régularisation, qu’ils soient déboutés du droit d’asile ou dans l’obligation de quitter le territoire français.

28 Robert Castel et Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard, 2001.

29 Zygmunt Bauman, Vies perdues. La modernité et ses exclus, M. Bégot (trad.), Paris, Payot & Rivages, 2006.

30 Zygmunt Bauman, L’amour liquide. De la fragilité des liens entre les hommes, C. Rosson (trad.), Paris, Hachette, 2010.

31 Zygmunt Bauman, Vies perdues…, op. cit.

Auteur

Régis Pierret est sociologue, chercheur associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (EHESS-CNRS). Il est responsable du département Recherche à l’Institut du travail social de la région Auvergne (ITSRA) et directeur scientifique du Laboratoire de recherche interdisciplinaire (LRI) de l’ITSRA. Ses recherches sont consacrées à la question sociale et à son traitement. Après avoir travaillé sur la genèse de la délinquance juvénile, le phénomène des Apaches à Paris au début du xxe siècle, il a étudié l’immigration portugaise, puis la construction identitaire des enfants d’une « immigration atypique » dans Les filles et fils de harkis (Paris, L’Harmattan, 2008). Il s’est intéressé à la précarité, au travail social et aux personnels de santé (« Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, no 2, 2013, p. 307-330). Aujourd’hui, ses recherches ont trait au développement social local, qui mobilise tout à la fois le champ de l’intervention sociale en lien avec le champ de l’économie sociale et solidaire, l’économie classique, le politique : comment se met en acte la solidarité locale dans un monde global ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable