Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Deuxième partie. Question sociale, État social, changement social

Introduction

Geoffrey Pleyers

Texte intégral

  • 1 Michel Wieviorka, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, R. Laffont, 2015.
  • 2 François Dubet, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.
  • 3 Manuel Boucher, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalités, Paris, L’Harmattan (...)

1L’État social tel qu’il a été mis en place après la Seconde Guerre mondiale est remis en cause par la mondialisation d’un côté, par la diversité des processus de subjectivation1 et le déclin des institutions2 de l’autre. Les perspectives développées dans cette seconde partie jettent un nouveau regard sur le lien entre les individus, les institutions et les politiques de l’État social, à un moment où la société semble parfois se désintégrer. Elles permettent de penser les mutations de la société et de ses formes d’intégration, de discrimination et d’inégalité3, ainsi que les voies d’empowerment des acteurs et de construction de soi des individus dans ce cadre.

  • 4 Matthieu de Nanteuil-Miribel, La démocratie insensible. Économie et politique à l’épreuve du corps, (...)
  • 5 Danilo Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin, (...)
  • 6 Michel Wieviorka (dir.), Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 1996, p. 50.

2Centrer le regard sur les processus de subjectivation ne doit pas conduire à oublier les conditions matérielles et les questions de la justice sociale, des inégalités, des discriminations ou de la précarité, mais à voir sous un nouveau jour le rapport entre les individus et les institutions. Le processus de subjectivation, entendu comme la construction de soi comme principe de sens, est profondément personnel. Il ne se déploie pas pour autant dans un vide social mais dans des conditions concrètes de la vie4. Si les institutions sociales ne peuvent accomplir ce processus à la place de l’individu, elles jouent un rôle essentiel face à l’inégalité des ressources dont disposent les individus et fournissent les « supports5 » qui leur permettent de circuler dans un espace balisé par trois pôles : 1) une identité culturelle, 2) une participation individuelle à la vie économique et politique et 3) une capacité à être sujet de son expérience personnelle, à créer sa propre existence, à exercer sa capacité créatrice, à mettre en correspondance sa conscience et son action6.

  • 7 Olga Odgers Ortis et Gloria Galaviz Granados, « Entre la espera y la esperanza: construcción de la (...)

3Ce sont là les coordonnées d’une perspective sur la reconfiguration de l’État social que les prochains chapitres explorent à partir des expériences de pays très différents. Partout, la centralité du rôle de l’État dans l’organisation de la protection sociale est remise en cause, ce qui pose d’importants problèmes au niveau de la solidarité. Le projet néo-libéral se décline certes en fonction des cultures et des traditions nationales, mais menace partout la protection des plus démunis, notamment par des projets qui font reposer leur prise en charge sur des « entrepreneurs sociaux », ce que nous montre Sandra Geelhoed dans une version très néo-libérale aux Pays-Bas ou encore Olga Odgers Ortiz à travers les communautés religieuses très disciplinées du nord du Mexique7. Ces études de cas dans différents pays permettent de jeter un nouveau regard sur les évolutions en cours et les transformations de l’État social en France.

  • 8 Régis Pierret, « Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, no 2, 2013, p. 307-330, disponible sur <htt (...)
  • 9 Guy Standing, The Precariat: The New Dangerous Class, Londres, Bloomsbury, 2012.
  • 10 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)

4Régis Pierret considère la précarité comme l’attribut de l’individu, le « revers indissociable de l’individualisme8 ». L’État social était parvenu à largement neutraliser cette précarité de la vie au cours des Trente Glorieuses. Ce rôle majeur de l’État social est mis à mal par certaines politiques qui exacerbent les inégalités et ont étendu la précarité à une partie importante de la jeunesse9, ce qui complique considérablement la construction de soi à cet âge critique de la vie. Avec la déstructuration de l’État social, la désaffiliation10 et l’individualisation croissante, l’acteur étatique apparaît moins solide. Il laisse moins de prises aux acteurs eux-mêmes, au point que le « sujet précaire » domine souvent le paysage. Dans sa contribution, Régis Pierret se penche sur les transformations que cette mutation entraîne sur le travail des institutions, et notamment sur celui des acteurs qui les incarnent face aux populations les plus précaires : les travailleurs sociaux.

5Le défi de l’intégration sociale dans une société à la fois nationale et globale est également au cœur du chapitre que Pascal Noblet consacre aux sans-abri, mais ce dernier pointe au contraire les limites de la volonté d’intégration portée par l’État social et montre que la question des sans-abri s’est aujourd’hui étendue, mais aussi déplacée. En prise avec la gestion des problèmes publics dans un ministère, le sociologue s’interroge sur la possibilité de l’émergence des sans-abri comme acteur social. Or, s’ils peuvent pourvoir certains supports, les politiques publiques et les acteurs institutionnels et associatifs sont aussi souvent « désubjectivants », en ce qu’ils nient la capacité d’être sujets et acteurs de ceux qu’ils assujettissent, comme le montrait Michel Foucault.

  • 11 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale…, op. cit.
  • 12 Kathya Araujo et Danilo Martuccelli, Desafíos comunes. Retrato de la sociedad chilena y sus individ (...)

6À cet égard, les Pays-Bas ont fait un choix qui semble radical vu de France : réorienter l’État social et miser sur une « société participative » et des citoyens « entrepreneurs sociaux ». Sandra Geelhoed (chapitre 9) analyse ces « politiques d’insertion » et l’« incitation à devenir autonome ». S’agit-il d’une manière d’encourager des dynamiques de responsabilisation, de solidarités locales et de subjectivation ? Ou n’est-ce qu’un avatar d’une néo-libéralisation des politiques sociales ? Ces nouvelles politiques rappellent à bien des égards les soubresauts de la question sociale11 et des multiples tentatives de limiter l’État social au nom de la responsabilisation et d'une transformation profonde de la société et des mentalités12. La dévolution aux pouvoirs locaux de responsabilités d’assistance sociale, du bien-être de citoyens vulnérables, de jeunesse et d’assistance psychiatrique s’est accompagnée d’une diminution du budget qui y était consacré.

7Dans le chapitre suivant, Olga Odgers Ortiz se penche sur le ressort de la réintégration sociale d’individus très précarisés quand l’État est absent. Ses recherches dans une zone très difficile de Tijuana, ville mexicaine frontalière avec les États-Unis, suggèrent que l’individu ne peut sortir seul d’une forte désubjectivation et d’un cadre de vie qui n’offre aucune prise et guère de ressources pour la reconstruction de soi comme un sujet et un acteur autonome. Pour permettre de se reconstruire et de mener à bien la première phase du processus de subjectivation, un « centre social évangéliste » propose une alternative radicale : isoler l’individu de son milieu de vie pour le placer dans un environnement strictement encadré mais qui lui fournira les ressources subjectives – et dans ce cas spirituelles – pour rompre avec le tourbillon de la désubjectivation, reconstruire une autre image de soi et de sa vie, pour finalement trouver une place dans un groupe très religieux qui offre de solides repères et, à partir de là, retrouver une place dans la société.

  • 13 Yvon Le Bot et al., Indiens : Chiapas, Mexico, Californie. Un monde fait de tous les mondes (catalo (...)

8Enfin, Mario Constantino Toto revient dans son chapitre sur la production d’une identité au-delà des frontières nationales en analysant le cas des Chicanos, ces migrants et descendants de migrants qui se construisent entre les cultures mexicaine et américaine. Ils continuent de chercher leur place dans leur société d’accueil, à laquelle ils contribuent tant par leur insertion économique que par leur créativité culturelle. À partir des étapes historiques du développement de cette identité chicana et des tensions qui la traversent, l’auteur nous invite à revisiter le modèle institutionnel de l’intégration des minorités et du multiculturalisme mais aussi celui de l’identité dans un monde où la différence est partie intégrante de la nation. La différence culturelle ne peut plus être pensée essentiellement à partir d’un « étranger » extérieur à la communauté nationale. Elle est au cœur de nos sociétés et traverse nos identités. Elle génère tensions et épreuves personnelles mais fournit aussi des supports à la subjectivation et à la créativité des acteurs, comme l’a illustré avec force l’exposition artistique « Indiens : Chiapas, Mexico, Californie13 ».

  • 14 Michel Wieviorka (dir.), Le multiculturalisme en débat, op. cit.
  • 15 Michel Wieviorka, La différence, Paris, Balland, 2001.
  • 16 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004.
  • 17 Alain Touraine, Michel Wieviorka et François Dubet, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984.
  • 18 Michel Wieviorka, La violence, op. cit., p. 50.
  • 19 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, R. Laffont, 2008.

9La transformation des rapports entre les acteurs et l’État et la remise en cause du modèle d’État social sont des fils conducteurs de l’œuvre de Michel Wieviorka. Jusqu’à récemment, l’État-nation apparaissait comme la formule à l’intérieur de laquelle s’organisaient et s’intégraient la vie politique, économique, sociale et la culture. Dans son premier ouvrage consacré aux associations de consommateurs, il centrait son analyse sur un secteur dans lequel l’État joue un rôle régulateur central. Mais c’est ensuite autour du délitement de ce modèle de société et d’intégration sociale et de la reconfiguration des acteurs qui en émergeait que se sont inscrites ses recherches, notamment autour du multiculturalisme14 et de la différence15, mais aussi des nouvelles formes de conflit16 et de la transformation des mouvements sociaux17. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, il faut à la fois penser la mondialisation comme la multiplication des échanges au-delà des frontières et rappeler que, « derrière ce qu’on appelle mondialisation, il y a aussi et surtout un vide, et un grand désordre, l’épuisement de l’ancien ordre social, d’une part, et d’autre part le déclin des formes d’organisation et d’intégration étatique et des projets de développement18 ». Dès lors, « penser global, c’est intégrer dans l’analyse des processus de déstructuration/restructuration, c’est articuler le dedans et le dehors, des logiques planétaires ou transnationales et des logiques nationales, voire locales19 ».

Bibliographie

Araujo Kathya et Martuccelli Danilo, Desafíos comunes. Retrato de la sociedad chilena y sus individuos, Santiago, LOM Ediciones, 2012.

Boucher Manuel, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalités, Paris, L’Harmattan, 2015.

Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Dubet François, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.

Le Bot Yvon et al., Indiens : Chiapas, Mexico, Californie. Un monde fait de tous les mondes, catalogue de l’exposition, Parc de la Villette (22 mai-17 novembre 2002), Montpellier, Indigène éditions, 2002.

Martuccelli Danilo, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin, 2006.

Nanteuil-Miribel Matthieu de, La démocratie insensible. Économie et politique à l’épreuve du corps, Paris, Érès, 2009.

Odgers Ortis Olga et Galaviz Granados Gloria, « Entre la espera y la esperanza: construcción de la esperanza en internos de centros de rehabilitación para usuarios de drogas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, « Débats », 2016, disponible sur <http://nuevomundo.revues.org/68925>.

Pierret Régis, « Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, no 2, 2013, p. 307-330, disponible sur <https://socio.revues.org/511>.

Standing Guy, The Precariat: The New Dangerous Class, Londres, Bloomsbury, 2012.

Touraine Alain, Wieviorka Michel et Dubet François, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984.

Wieviorka Michel, La différence, Paris, Balland, 2001.

Wieviorka Michel, La violence, Paris, Balland, 2004.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, R. Laffont, 2008.

Wieviorka Michel, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, R. Laffont, 2015.

Wieviorka Michel (dir.), Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 1996.

Notes

1 Michel Wieviorka, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, R. Laffont, 2015.

2 François Dubet, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil, 2002.

3 Manuel Boucher, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalités, Paris, L’Harmattan, 2015.

4 Matthieu de Nanteuil-Miribel, La démocratie insensible. Économie et politique à l’épreuve du corps, Paris, Érès, 2009.

5 Danilo Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin, 2006.

6 Michel Wieviorka (dir.), Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 1996, p. 50.

7 Olga Odgers Ortis et Gloria Galaviz Granados, « Entre la espera y la esperanza: construcción de la esperanza en internos de centros de rehabilitación para usuarios de drogas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, « Débats », 2016, disponible sur <http://nuevomundo.revues.org/68925>.

8 Régis Pierret, « Qu’est-ce que la précarité ? », Socio, no 2, 2013, p. 307-330, disponible sur <https://socio.revues.org/511>.

9 Guy Standing, The Precariat: The New Dangerous Class, Londres, Bloomsbury, 2012.

10 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

11 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale…, op. cit.

12 Kathya Araujo et Danilo Martuccelli, Desafíos comunes. Retrato de la sociedad chilena y sus individuos, Santiago, LOM Ediciones, 2012.

13 Yvon Le Bot et al., Indiens : Chiapas, Mexico, Californie. Un monde fait de tous les mondes (catalogue de l’exposition, Parc de la Villette, 22 mai-17 novembre 2002), Montpellier, Indigène éditions, 2002.

14 Michel Wieviorka (dir.), Le multiculturalisme en débat, op. cit.

15 Michel Wieviorka, La différence, Paris, Balland, 2001.

16 Michel Wieviorka, La violence, Paris, Balland, 2004.

17 Alain Touraine, Michel Wieviorka et François Dubet, Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984.

18 Michel Wieviorka, La violence, op. cit., p. 50.

19 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, R. Laffont, 2008.

Auteur

Geoffrey Pleyers est sociologue, chercheur au Fonds national de la recherche scientifique en Belgique au Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institution, Subjectivité (CriDIS) et professeur à l’université catholique de Louvain, où il enseigne la sociologie des mouvements sociaux et de la globalisation. Chercheur associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (EHESS-CNRS), il est le président (2014-2018) du Comité de recherche 47 « Social classes and social movements » de l’Association internationale de sociologie. Il est l’auteur d’Alter-globalization: Becoming Actors in the Global Age (Cambridge, Polity, 2010) et a notamment coordonné les livres La consommation critique (Paris, Desclée de Brouwer, 2011), Movimientos sociales. De lo local a lo global (avec F. Mestries et S. Zermeño, Barcelone, Anthropos, 2009) et, avec B. Capitaine, Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015). Il est l’éditeur, avec B. Bringel, de « openMovements: For a global and public Sociology of Social Movements », publié sur la plate-forme « openMovements ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540