Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Première partie. Violence, souffrance, corporalité

Chapitre 6. Le sujet est-il soluble dans le handicap ? Mobilisations et participation sociale en faveur d’un modèle social du handicap

Sylvain Kerbourc’h

Texte intégral

  • 1 François Laplantine, « La question du sujet dans le social et dans les sciences sociales aujourd’hu (...)
  • 2 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002.

1En donnant à la notion de sujet, dont les conceptions disciplinaires sont à la fois proches et distinctes1, un rôle d’analyse central dans le domaine du handicap, ce chapitre souligne un paradoxe à l’œuvre depuis les années 1970 en France : malgré une préoccupation importante de la prise en charge des individus concernés par un handicap, la place accordée à l’individu reste marginale. Ce sont les mobilisations collectives internationales des personnes dites « handicapées », et notablement en France le mouvement Sourd, qui procurent au sujet et à l’identité comme « support2 », positif et valorisé, toute leur importance.

  • 3 Alain Touraine, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.

2La reconnaissance par ces acteurs – des sourds ou d’autres groupes de personnes handicapées – de leur expérience vécue met en lumière le travail de subjectivation qu’ils entreprennent face au handicap. Ce travail sur soi est un double processus de distanciation des catégories médicales ou des politiques publiques et de reconstruction d’une identité dégagée des assignations normatives et stigmatisantes. Il permet de sortir du poids de la honte, de la culpabilité et de la faute pour préférer la force de l’estime de soi, de la reconnaissance sociale et de relations sociales plus égalitaires. À distance donc de toutes sortes d’étiquetages, ces individus se constituent en acteurs, en sujets3 capables de définir les contours à la fois de leur identité et des rapports sociaux entretenus avec autrui. Du sujet à l’individu, il s’agit de considérer les capacités ou les limites des individus à définir et à redéfinir les conditions satisfaisantes, selon eux, de leur qualité de vie et de l’exercice de leur dignité et de leurs droits humains.

  • 4 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)

3Cette centralité donnée au sujet nous renseigne alors sur la portée de l’institutionnalisation française du handicap et de ses plus récentes orientations et, à travers cette notion, sur la question du changement. Un tournant semble s’opérer au début des années 2000 avec une meilleure prise en compte des freins sociaux comme facteurs de production du handicap. L’environnement devrait être adapté afin de supprimer tous les obstacles architecturaux, informationnels, organisationnels et relationnels. Cependant, dans le domaine du handicap, les politiques publiques françaises ont bien du mal à articuler les valeurs d’universalité et de solidarité avec les logiques de responsabilité individuelle du libéralisme actuel. Pour le dire autrement, il apparaît parfois difficile de concilier l’accessibilité de tous à tout et la compensation individuelle. Et les mécanismes d’activation des droits des politiques publiques renforcent l’importance de la responsabilité individuelle à faire valoir ces droits au lieu de les penser par le prisme des liens sociaux et de la solidarité. Cette tension entre universalité et responsabilité individuelle alimente la continuité historique de l’handicapologie4 qui met au silence le sujet et sa subjectivité et lui impose de devoir choisir entre, d’un côté, la figure de la « victime » et, de l’autre, celle, plus esthétique, du « héros ».

Sans sujet, pas d’acteur

L’arène sociale du handicap : un domaine à part

  • 5 Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 1996.
  • 6 François Bloch-Lainé, Étude du problème général de l’inadaptation des personnes handicapées, rappor (...)
  • 7 Catherine Barral, « La classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé  (...)

4Débutée au xviiie siècle et finalisée au milieu du xxe siècle, l’institutionnalisation politique du handicap a été constituée autour de la distinction constitutive de l’handicapologie entre ceux qui peuvent travailler et ceux qui n’y parviennent pas en raison d’infirmités, de mutilations de guerre, d’accidents de travail et peuvent donc bénéficier de la solidarité nationale de l'État-nation. Cette puissance publique orchestre selon une logique verticale l’action publique sociale et médico-sociale, l’ensemble de la gouvernance de la politique du handicap et de la gestion des institutions spécialisées. L’« arène sociale5 » du handicap se caractérise par des modes de fonctionnement, des débats entre acteurs experts ou profanes et une régulation des moyens humains et financiers. Autour de lois (1898, 1924, 1957, 1975, 1987, 2005) et de rapports publics – particulièrement celui de François Bloch-Lainé en 19676 –, les catégories de l’action publique de la reconnaissance administrative du handicap, délivrée par des instances compétentes, sont devenues l’horizon à partir duquel sont comprises la vie et l’expérience vécue des personnes classées comme « handicapées7 ».

5Orientée selon un principe d’intégration sociale que traduisent les droits à l’éducation scolaire ou à l’orientation professionnelle, la reconnaissance administrative du handicap est représentée par l’emblématique loi d’orientation en faveur des personnes handicapées du 30 juin 1975. Des moyens humains et financiers importants permettent une prise en charge des personnes handicapées dans les dispositifs du « milieu spécialisé ». L’objectif est de les réinsérer in fine dans le « milieu ordinaire », la société et le droit commun. La médecine allopathique et réadaptative donne la mesure de ce qu’il convient de faire et de comment le faire en définissant les procédures et les étapes nécessaires à la réintégration, ainsi que les aides et les moyens dont les personnes doivent disposer. L’objectivation par les professionnels du corps médical et médico-social des déficiences des personnes ordonne les soins et la réparation des corps. Avec cette science médico-réadaptative – qui fonde le modèle médical du handicap –, il s’agit moins de savoir ce que l’individu veut faire et à quoi il aspire que ce qu’il peut faire et à quoi il peut prétendre en fonction de ses incapacités individuelles.

Un sujet silencieux et une puissante politique publique

  • 8 Gary L. Albrecht, Jean-François Ravaud et Henri-Jacques Stiker, « L’émergence des disability studie (...)
  • 9 Henri-Jacques Stiker, Corps infirmes et sociétés, Paris, Aubier Montaigne, 1982.

6Cette arène est marquée par un consensus à la française autour de la prise en charge des « personnes handicapées », résultat d’un long travail de concertation entre les pouvoirs publics, les professionnels de la santé et les usagers représentés par les grandes associations nationales. Ainsi, la France des années 1970 se singularise à propos du handicap par un paradoxe bien spécifique : à l’importance des moyens mobilisés pour le milieu spécialisé se conjugue une faiblesse des mobilisations des personnes handicapées8. Les raisons sont multiples : omniprésence de l'expertise médicale sur le handicap, privation du droit à la parole et à la participation sociale des individus concernés9, faible développement de la recherche auprès et avec des personnes dites « handicapées ».

7Une telle atmosphère implique qu’il n’y a pas eu de mouvements de personnes handicapées d’ampleur comparable à ceux des pays anglo-saxons (abordés plus loin), dont l’essor est consubstantiel au travail de subjectivation entrepris par les individus faisant face à l’expérience du handicap. Dans un contexte de mainmise du milieu spécialisé, ce travail est rendu difficile, voire impossible, par l’absence même d’espaces d’expression de soi, renforçant l’inexistence de conflits entre acteurs aux intérêts partagés. En outre, ce travail personnel et collectif est dans les années 1970 particulièrement inaudible en France au moins pour trois raisons : la première tient au rapport que la France entretient à la différence en vertu d’un « républicanisme abstrait », la seconde part du constat que la France est restée à l’écart des changements internationaux en matière de handicap, enfin le cloisonnement disciplinaire des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) se cumule à une analyse dominante des faits sociaux en termes de classes sociales plus que d’individus.

  • 10 Sylvain Kerbourc’h, Le mouvement Sourd (1970-2006). De la Langue des Signes française à la reconnai (...)
  • 11 Bernard Mottez, Les Sourds existent-ils ?, textes réunis et présentés par A. Benvenuto, Paris, L’Ha (...)

8En France, le cas du mouvement Sourd10 est significatif de cette atmosphère tant il dénote par de multiples aspects. Initié par des pairs et soutenu par des chercheurs, ce mouvement conjugue les forces d’inertie des années 1970 : excepté les travaux du sociologue Bernard Mottez11, les disciplines des SHS ignorent ou ne prennent pas au sérieux ce mouvement social ; de plus, les leaders sourds, maintenus loin du pouvoir et des lieux de décision, n’ont guère de place légitime pour intervenir dans la gouvernance des institutions spécialisées ; enfin, ce mouvement s’appuie sur le mouvement Sourd américain et les expériences américaines autour de l’American sign language (ASL).

Un sujet et un acteur mobilisé

9À la même période aux États-Unis et en Angleterre, des mobilisations de personnes handicapées vont repenser les modes de prise en charge des individus et les critères de définition du handicap. Au centre, le travail de subjectivation d’un acteur qui fait l’expérience du handicap et de sa construction sociale est l’élément fédérateur. La définition donnée par Alain Touraine montre l’intérêt de mettre en perspective la question du handicap par le sujet compte tenu des enjeux actuels :

  • 12 Alain Touraine, Un nouveau paradigme…, op. cit., p. 165-166.

Le sujet se forme dans la volonté d’échapper aux forces, aux règles, aux pouvoirs qui nous empêchent d’être nous-mêmes, qui cherchent à nous réduire à l’état de composante de leur système et de leur emprise sur l’activité, les intentions et les interactions de tous. Ces luttes contre ce qui nous ôte le sens de notre existence sont toujours des luttes inégales contre un pouvoir, contre un ordre. Il n’y a de sujet que rebelle, partagé entre colère et espoir12.

Les mobilisations aux États-Unis et en Angleterre

10Aux États-Unis et en Angleterre, les mobilisations de personnes handicapées bénéficient de contextes politiques et sociaux propices à leur surgissement. Les États-Unis ont été dans les années 1960 le lieu des grands mouvements sociaux et d’opposition aux discriminations instaurant dans une société multiculturaliste l’affirmative action. Si l’Angleterre possède comme la France des institutions spécialisées, les contestations se fondent sur un rapport bien distinct à la différence et aux droits.

  • 13 Catherine Barral, « Reconfiguration internationale du handicap et loi du 11 février 2005 », La lett (...)
  • 14 Myriam Winance et Jean-François Ravaud, « Le handicap, positionnement politique et identité subject (...)

11Ainsi, aux États-Unis, l’Independent Living Movement (ILM), initié par Ed Roberts et des étudiants de l’université de Berkeley, organise en 1972 des centres pour la vie autonome qui donnent accès aux personnes handicapées à une qualité de vie, et dont la particularité est d’être autogérés par les personnes elles-mêmes. Ce mouvement est l’un des plus importants se développant au Canada, au Japon, en Australie et dans des pays de l’Europe13. En 1970, Judy Heumann lance le Disabled in Action pour faire reconnaître les droits attachés à la participation sociale et contre les discriminations en raison du handicap. En Angleterre, c’est l’Union of Physically Impaired Against Segregation (UPIAS) qui en 1972 se mobilise pour un changement radical de politique, notamment pour une désinstitutionnalisation et une démédicalisation des prises en charge au bénéfice d’une vie ordinaire14.

  • 15 Alain Touraine, Le retour de l’acteur. Essai de sociologie, Paris, Fayard, 1984, p. 10.
  • 16 Michel Wieviorka, La différence, Paris, Balland, 2001.

12Selon des registres axiologiques mobilisant différemment les principes de droit et de justice sociale, d’universalité et de non-discrimination, de minorité et d’émancipation, ces mobilisations engagent toutes avec elles une conception du sujet propre aux mouvements sociaux qui « défendent la liberté et la capacité des Sujets humains de combiner leurs identités particulières avec leur participation au monde de plus en plus effervescent des techniques et de la vie économique15 ». Plus que l’individu, le sujet est la question fondamentale pour saisir l’émergence de ces mobilisations et leur capacité à induire au fil des événements politiques des changements majeurs dans l’« arène sociale » mondiale du handicap. Ce mouvement porte, par les différentes mobilisations qui le composent, une double dialectique de contestation d’un ordre établi et d’affirmation de soi, qui avec le sujet constituent le triangle de la différence16.

Une dialectique de contestation et d’affirmation de soi

  • 17 Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, A. Kihm (trad.), Paris, Minuit, 1975 [1 (...)

13Ces contestations et cette remise en cause profonde s’opèrent contre le secteur spécialisé et ses professionnels en prenant un double axe critique de l’exclusion organisée de la société. D’une part, les personnes handicapées mobilisées fustigent la mainmise des professionnels de la santé en place à l’aune des promesses du progrès médical. D’autre part, elles dénoncent la définition dépréciative du handicap et des individus qui y sont associés, dont la force réside dans son intériorisation même par les personnes handicapées. Justifiant l’existence du secteur spécialisé, cette définition participe de leur exclusion et de leur assignation normative aux marges de la société, tant le stigmate fonctionne de manière totale17.

  • 18 Myriam Winance et Jean-François Ravaud, « Le handicap, positionnement politique et identité subject (...)
  • 19 Ibid.

14La dénonciation seule ne suffit pas pour mobiliser. Un principe positif d’affirmation de soi est nécessaire pour définir une identité de groupe. Pour les sourds, la définition comme minorité autour d’une culture visuelle et des langues des signes nationales (LSF, ASL…) fédère par-delà les contextes nationaux. Pour les autres groupes défendant des revendications propres souvent liées à une déficience ou à une maladie, l’identité collective se forme par l’expérience partagée de la discrimination et de l’exclusion qui appelle au respect de leur dignité et à la reconnaissance des droits humains. Tous ont en commun la volonté d’agir selon un principe d’autodétermination et d’émancipation hors des institutions et dans la société ordinaire avec un slogan médiatique : « nothing about us without us » (rien sur nous, rien sans nous). Leur leitmotiv s’incarne dans une redéfinition du handicap par retournement de la norme en définissant les valides comme « non disabled people » ou « not yet disabled »18 (personnes pas handicapées ou pas encore handicapées), rappelant que le handicap est l’affaire de tous19.

  • 20 Gary L. Albrecht, Jean-François Ravaud et Henri-Jacques Stiker, « L’émergence des disability studie (...)
  • 21 Patrick Fougeyrollas et al., « Classification québécoise : processus de production du handicap », Q (...)

15Cette dialectique se renforce avec le milieu de la recherche par les travaux de chercheurs activistes du courant des Disability Studies20 en opposition au modèle médical implanté en France au début des années 2000. Ce courant promeut un modèle social du handicap et avec les chercheurs québécois un processus de production du handicap (PPH)21. Il insiste avec force sur l’implication ad hoc des personnes handicapées dans l’organisation des recherches, lesquelles se doivent d’avoir des visées émancipatoires.

Un sujet pour les droits humains

Le sujet comme dynamique de changement

16Dans ces contextes nationaux où l’État est ou omniprésent ou caractérisé par son absence, ce regard porté sur le sujet induit en lui-même une dynamique de changement. Si celle-ci est présente dans les politiques publiques à travers les réformes successives, les changements voulus par les mobilisations des personnes handicapées visent à transformer les sociétés génératrices de handicap, non accessibles et discriminantes.

17Les réformes successives de la loi d’orientation de 1975, avec la loi en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés du 10 juillet 1987, puis celle pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005, ont progressivement pris en compte les réflexions et les approches plus sociales développées au niveau international. Sur près de trente ans, un passage s’opère de la rééducation du corps à l’adaptation de la société. Le droit à la participation sociale se fait par les principes d’accessibilité et de non-discrimination. L’accessibilité des bâtiments et des lieux publics témoigne indéniablement d’un changement, comme l’instauration en 1987 d’une discrimination positive par un quota de 6 % de personnes reconnues « travailleurs handicapés » dans les effectifs des entreprises.

Agir de manière globale : un mouvement international

  • 22 Tom Shakespeare, « Disabled people’s self-organisation: A new social movement? », Disability, Handi (...)

18L’action et les objectifs des acteurs mobilisés tiennent leur cohérence au refus de situations jugées inacceptables et à leur détermination à transformer l’action publique. Le mouvement des personnes handicapées – Disability Rights Movement22 – s’appuie sur les résistances politiques au changement pour fédérer les personnes handicapées et leurs proches, en s’organisant au sein de la Disabled Peoples’ International. Cette ONG créée en 1981 au Canada investit les instances internationales et européennes : Organisation mondiale de la santé (OMS), Organisation des Nations unies (ONU), Conseil et Parlement européen, Organisation internationale du travail, etc. Elle reprend la double dialectique engagée par les mouvements nationaux pour développer une action globale au niveau international et européen et lever les résistances nationales. Son influence s’établit avec la création en 1993 du Parlement européen des personnes handicapées, puis en 1996 celle du Forum européen des personnes handicapées. Ces espaces de débat et d’action publicisent son action à travers les innovations introduites par les traités, les conventions et les directives du droit européen pour la reconnaissance de la dignité et la lutte contre les discriminations.

  • 23 Catherine Barral, « La classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé… (...)
  • 24 Publiée en 1980 par l’OMS, la CIDIH repose sur le modèle de Wood, du nom de son auteur, Philip Wood (...)

19Ce mouvement s’appuie sur le soutien de l’ONU, qui dès 1975 promulgue la Déclaration des droits des personnes handicapées. Elle lance au début des années 1980 un vaste mouvement de consolidation de ces droits, marqué par l’Année internationale des personnes handicapées en 1982, puis par le programme d’actions lors de la Décennie internationale des personnes handicapées de 1983 à 199323. Cette période est aussi celle des discussions pour la révision de la Classification internationale des déficiences, incapacités et handicaps (CIDIH)24 par l’OMS, qui publie en 2001 la Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (CIF). Plus récemment, lors du Congrès européen des personnes handicapées est établi un consensus sur les droits et les actions reconnus par le mouvement européen des personnes handicapées, l’Union européenne et la Commission européenne. La déclaration de Madrid faite en 2002 édicte le cadre suivant : « Non-discrimination plus action positive font l’inclusion sociale. » En 2008, la Convention internationale pour la protection et la promotion des droits et de la dignité des personnes handicapées de 2006 est entrée en vigueur.

Conclusion. Entre mobilisations et actions publiques, quelle convergence ?

Pour la dignité et les droits humains des personnes

20L’élan général actuel d’affirmation de l’universalité des droits humains opère indubitablement un tournant dans les définitions et les traitements sociopolitiques du handicap. Inspiré des débats sur la justice sociale de John Rawls et de Amartya Sen, il ouvre le champ des possibles, faisant des choix et des opportunités des individus un axe majeur, opérationnalisé par le thème de l’accessibilité, l’access for all ou encore l’universal design. La loi du 11 février 2005 est reconnue médiatiquement et politiquement comme actant l’entrée des facteurs environnementaux dans la production du handicap.

Être soi : la responsabilité à soi pour faire valoir des droits

21Cette loi, qui se caractérise toujours par le postulat de l’intégration plus que par celui des conditions de la participation sociale, poursuit par bien des aspects l’historicité de l’arène sociale du handicap et de l’établissement de son consensus propre. Plus qu’ailleurs, le risque discriminatoire est légalement encadré, par exemple en matière d’emploi : les modalités alternatives à l’obligation d’emploi, comme échappatoires, amoindrissent les changements qu’induit la discrimination positive instaurée. Cette loi ne permet pas au sujet en prise avec un handicap de sortir de la tension entre la figure de la victime consentante et celle du héros courageux. Les critères de reconnaissance professionnelle de ces personnes le confirment : elles sont reconnues pour les qualités personnelles de sympathie, d’application et d’esprit positif, et disqualifiées pour les qualités professionnelles de compétences, de prises de responsabilités et de postes de direction. Et la non-discrimination à raison du handicap est conditionnée à des « aménagements raisonnables » – pertinents – limités aux ressources disponibles de l’État et des employeurs. Le financement de ces moyens du travail se fait comme compensation individuelle des effets du handicap, préservant le primat des incapacités individuelles inscrites dans des « situations de handicap ». Cet argumentaire pragmatique prévaut tant que le cadre légal ne conçoit pas comme nouvelle norme le changement même des environnements humains et techniques. Ces limites imposent au sujet la responsabilité de ce qu’il fait de son handicap, c’est-à-dire de sa capacité à faire valoir ses droits. Induit par la mécanique d’« activation » des politiques publiques les plus récentes, le cadre légal opère une nouvelle distinction entre ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas faire valoir ces droits, une forme modernisée de l’handicapologie.

Bibliographie

Albrecht Gary L., Ravaud Jean-François et Stiker Henri-Jacques, « L’émergence des disability studies : état des lieux et perspectives », Sciences sociales et santé, vol. 19, no 4, 2001, p. 43-73, disponible sur <http://www.persee.fr/doc/sosan_0294-0337_2001_num_19_4_1535>.

Barral Catherine, « La classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé : un nouveau regard pour les praticiens », Contraste, no 27, 2007, p. 231-246.

Barral Catherine, « Reconfiguration internationale du handicap et loi du 11 février 2005 », La lettre de l’enfance et de l’adolescence, no 73, 2008, p. 95-102.

Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Fougeyrollas Patrick et al., « Classification québécoise : processus de production du handicap », Québec, Réseau international sur le processus de production du handicap, 1998.

Goffman Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, A. Kihm (trad.), Paris, Minuit, 1975 [1963].

Kerbourc’h Sylvain, Le mouvement Sourd (1970-2006). De la Langue des Signes française à la reconnaissance sociale des sourds, Paris, L’Harmattan, 2012.

Laplantine François, « La question du sujet dans le social et dans les sciences sociales aujourd’hui », in M. Wieviorka (dir.), Les sciences sociales en mutation, Paris, Éditions Sciences humaines, 2007, p. 37-48.

Martuccelli Danilo, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002.

Mottez Bernard, Les Sourds existent-ils ?, textes réunis et présentés par A. Benvenuto, Paris, L’Harmattan, 2005.

Neveu Érik, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 1996.

Shakespeare Tom, « Disabled people’s self-organisation: A new social movement? », Disability, Handicap & Society, vol. 8, no 3, 1993, p. 249-264, disponible sur <http://www.um.es/discatif/PROYECTO_DISCATIF/Textos_discapacidad/00_Shakespeare.pdf>.

Stiker Henri-Jacques, Corps infirmes et sociétés, Paris, Aubier Montaigne, 1982.

Touraine Alain, Le retour de l’acteur. Essai de sociologie, Paris, Fayard, 1984.

Touraine Alain, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.

Wieviorka Michel, La différence, Paris, Balland, 2001.

Winance Myriam et Ravaud Jean-François, « Le handicap, positionnement politique et identité subjective. Le cas des pays anglo-saxons », Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, no 4, 2010, p. 69-86.

Notes

1 François Laplantine, « La question du sujet dans le social et dans les sciences sociales aujourd’hui », in M. Wieviorka (dir.), Les sciences sociales en mutation, Paris, Éditions Sciences humaines, 2007, p. 37-48.

2 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002.

3 Alain Touraine, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard, 2005.

4 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

5 Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 1996.

6 François Bloch-Lainé, Étude du problème général de l’inadaptation des personnes handicapées, rapport présenté au Premier ministre en décembre 1967, Paris, La Documentation française, 1969.

7 Catherine Barral, « La classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé : un nouveau regard pour les praticiens », Contraste, no 27, 2007, p. 231-246.

8 Gary L. Albrecht, Jean-François Ravaud et Henri-Jacques Stiker, « L’émergence des disability studies : état des lieux et perspectives », Sciences sociales et santé, vol. 19, no 4, 2001, p. 50.

9 Henri-Jacques Stiker, Corps infirmes et sociétés, Paris, Aubier Montaigne, 1982.

10 Sylvain Kerbourc’h, Le mouvement Sourd (1970-2006). De la Langue des Signes française à la reconnaissance sociale des sourds, Paris, L’Harmattan, 2012.

11 Bernard Mottez, Les Sourds existent-ils ?, textes réunis et présentés par A. Benvenuto, Paris, L’Harmattan, 2005.

12 Alain Touraine, Un nouveau paradigme…, op. cit., p. 165-166.

13 Catherine Barral, « Reconfiguration internationale du handicap et loi du 11 février 2005 », La lettre de l’enfance et de l’adolescence, no 73, 2008, p. 95-102.

14 Myriam Winance et Jean-François Ravaud, « Le handicap, positionnement politique et identité subjective. Le cas des pays anglo-saxons », Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, no 4, 2010, p. 69-86.

15 Alain Touraine, Le retour de l’acteur. Essai de sociologie, Paris, Fayard, 1984, p. 10.

16 Michel Wieviorka, La différence, Paris, Balland, 2001.

17 Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, A. Kihm (trad.), Paris, Minuit, 1975 [1963], p. 147-148.

18 Myriam Winance et Jean-François Ravaud, « Le handicap, positionnement politique et identité subjective… », art. cité.

19 Ibid.

20 Gary L. Albrecht, Jean-François Ravaud et Henri-Jacques Stiker, « L’émergence des disability studies… », art. cité.

21 Patrick Fougeyrollas et al., « Classification québécoise : processus de production du handicap », Québec, Réseau international sur le processus de production du handicap, 1998.

22 Tom Shakespeare, « Disabled people’s self-organisation: A new social movement? », Disability, Handicap & Society, vol. 8, no 3, 1993, p. 249-264, disponible sur <http://www.um.es/discatif/PROYECTO_DISCATIF/Textos_discapacidad/00_Shakespeare.pdf>.

23 Catherine Barral, « La classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé… », art. cité, p. 239.

24 Publiée en 1980 par l’OMS, la CIDIH repose sur le modèle de Wood, du nom de son auteur, Philip Wood, qui considère les différentes composantes du handicap.

Auteur

Sylvain Kerbourc’h est sociologue, chercheur associé au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (EHESS-CNRS). Parallèlement à des enseignements de sociologie et à la direction d’étudiants, il développe des travaux de recherche depuis plus d’une quinzaine d’années dans les domaines du handicap, du travail, de la santé et des discriminations, avec une centralité donnée à la situation sociale des sourds en lien avec les questions du travail, de la santé et des formes de participation sociale. La dernière recherche qu’il a coordonnée au Centre d’études de l’emploi-CREAPT a porté sur le rôle des « aménagements » et les conditions de travail de salariés sourds. Il coordonne actuellement une recherche sur la surdicécité à la Fondation Maison des sciences de l’homme dans un projet ANR Investissements d’avenir, et assure le pilotage du pôle Études et Recherche de la Fondation d’entreprise OCIRP sur la question de l’orphelinage. Il est l’auteur notamment du Mouvement Sourd (Paris, L’Harmattan, 2012) ; avec R. Cortéséro, D. Mélo et A. Poli, de « Recruteurs sous tensions. Discrimination et diversité au prisme de registres argumentaires enchevêtrés », Sociologie du travail, vol. 55, no 4, 2013 ; avec S. Dalle-Nazébi, de « L’invisibilité du “travail en plus” de salariés sourds », Terrains & Travaux, Politiques du handicap, vol. 23, no 2, 2013.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540