Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Première partie. Violence, souffrance, corporalité

Chapitre 3. Mémoires de la guerre d’Algérie

Claude Juin

Texte intégral

Introduction

1La guerre d’Algérie reste un sujet tabou. Elle fut une guerre de libération d’un peuple en lutte contre le colonialisme. Son origine comme ses effets sanctionnèrent l’État impérialiste français qui dans sa Constitution se référait à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Comme la grande majorité des jeunes gens qui accomplissaient leur service militaire, je fus un acteur contraint de cette guerre. Dès les premières semaines je pris conscience du mensonge d’État. Ses représentants nous dirent que nous partions en Algérie pour rétablir l’ordre, pour pacifier les campagnes et les villes et pour rendre confiance à la population civile. La réalité, celle que j’ai vécue, était tout autre. Il fallait combattre les fellaghas par tous les moyens, tout homme était suspect et considéré comme un allié des « terroristes ». La pratique de la torture et les exécutions sommaires étaient le reflet d’un climat de violence, de racisme et de haine. Mon éducation, les dures heures de mon enfance pendant la guerre, l’exemple de mon frère aîné, qui fut un résistant, mes lectures et mes rencontres durant mon adolescence,furent autant d’atouts qui me permirent de comprendre le sens de la lutte des combattants algériens. Je considérais que l’État français mentait à sa jeunesse et que par sa politique de violence coloniale il avait créé en Algérie un État de non-droit contraire bien entendu aux principes de la Déclaration des droits de 1789. Un État qui ment, qui trahit ses valeurs républicaines et qui ne se remet pas en cause n’aide pas les gens à assumer pleinement les pages noires de l’histoire de leur pays. C’est alors la porte ouverte à une mémoire controversée. C’est pourquoi j’ai distingué deux mémoires : d’une part, la mémoire des anciens, plus de cinquante ans après la guerre, propre à chacun ; d’autre part, ce que je dénomme la mémoire collective, ou plus exactement celle qui ne se dit pas collectivement. Le mensonge et une mémoire tronquée font encore aujourd’hui de la guerre d’Algérie un sujet tabou.

2Je fus sous-officier du contingent, appelé en décembre 1955, affecté en Allemagne, puis envoyé en Algérie en 1957 d’abord près de Bordj Ménaïel dans la Grande-Kabylie, puis au col de Kerba à 1 300 mètres d’altitude près de Ksar el-Boukhari dans le massif de l’Ouarsenis en zone interdite, dite de la terre brûlée. Je fus libéré du service militaire en janvier 1958. En 1960 je publiai un livre, Le Gâchis, sous le pseudo de Jacques Tissier, pour dénoncer les différentes exactions de l’armée dont j’avais été le témoin. Le livre était avant tout un témoignage où je reprenais l’essentiel de notes que j’avais écrites sur de petits carnets. Cinquante années s’écoulèrent, absorbées par ma vie familiale et mes responsabilités professionnelles. En 2007, je proposai un sujet de thèse à Michel Wieviorka, qui accepta d’être mon directeur. Par ma thèse, j’ai voulu aller au-delà du témoignage personnel, faire un travail de recherches et d’entretiens pour analyser et tenter de comprendre les comportements de jeunes gens que je qualifie d’« ordinaires », c’est-à-dire non sélectionnés et non préparés à la guerre. Albert N., que je rencontre en mars 2008, témoigne à ce sujet :

Avant de partir en Algérie, pendant les premiers mois de notre service, personne ne nous a jamais informés. Aucune causerie. Aucune réunion. Aucune information. Aucune préparation psychologique. Rien ! On nous a envoyés là-bas comme des moutons à l’abattoir.

Il faut se rappeler que le service militaire était obligatoire et que le refus de partir en Algérie était condamnable au chef d’accusation d’insoumission ou de désertion.

Quelques données caractéristiques

  • 1 Quelques références bibliographiques : Revue francophone du stress et du trauma, Institut d’histoir (...)
  • 2 Qualificatif énoncé dans l’ouvrage de Didier Fassin et de Patrice Bourdelais (dir.), Les constructi (...)

3Vu le nombre important – environ deux millions – de jeunes gens concernés par cette guerre, on peut caractériser l'identité générationnelle des soldats du djebel : de jeunes hommes nés dans la deuxième partie des années 1930 ; des enfants de la Seconde Guerre mondiale, petits-enfants de la première, puis forgés à l’esprit du programme de la résistance aux valeurs républicaines, avant d’être les adolescents d’un monde en rapide évolution avides de justice, de liberté et de progrès pour devenir les acteurs économiques et sociaux des « Trente Glorieuses ». Une fois débarqués à l’âge de vingt ans sur la terre algérienne, une terre lointaine et inconnue, la plupart d’entre eux comprirent alors qu’ils étaient à leur tour les soldats d’une guerre, mais qui ne disait pas son nom. Les témoignages de quatorze anciens soldats et les nombreux documents d’archives, de bibliothèques et de la presse de l’époque1 ont corroboré mon propre vécu. À savoir : des jeunes gens « ordinaires » avaient été en grand nombre les acteurs ou les témoins d’exactions diverses, d’incendies ou de destructions de mechtas habitées, de violences injustifiées contre la population indigène. Quelques-uns, dont le nombre encore aujourd’hui n’est pas évalué – le sera-t-il un jour ? –, allèrent jusqu’à pratiquer la torture et les exécutions sommaires de suspects. Ils commirent en libérant leurs pulsions d’instinct de destruction ce que je nomme l’intolérable2. Intolérable pour leurs victimes et intolérable pour eux-mêmes, quand ils seront atteints de traumatisme psychique, jusqu’au jour où l’ancien bourreau parlera :

  • 3 Alice Cherki, psychiatre et psychanalyste, propos recueillis par Florence Beaugé, Le Monde, le 28 d (...)

Ce n’est qu’en parlant qu’on lève le déni, que tout se dénoue : on permet à des traces de l’Histoire de devenir des souvenirs universalisables, partageables par tous, sans honte ni gloire. Chacun peut alors travailler sur sa propre histoire, l’essentiel est là3.

La violence et les jeunes soldats

4J’ai analysé les facteurs environnementaux qui ont déterminé les actes et les conduites d’extrême violence des jeunes soldats, tels que :

  • la soumission aux ordres : la crainte de la punition en cas de désobéissance à un ordre. Jacques C. se souvient que « [l]a règle était fondamentale, on exécute et on discute après, sinon c’était le bataillon disciplinaire, aucun à ma connaissance n’a refusé d’exécuter un ordre » ;
  • la peur : toujours présente, lors des patrouilles, des opérations ; la peur qui tenaille le soldat, y compris lorsqu’il est au repos ;
  • la vengeance qui suit la mort d’un copain ou après une embuscade où il a côtoyé la mort ;
  • la frustration : due à l’éloignement de la famille et du travail, mais aussi à la durée d’un service militaire sans cesse prolongé, vingt-six, voire vingt-huit mois ;
  • l’accomplissement du devoir : torturer a pour finalité d’obtenir des renseignements pour combattre l’ennemi, ses déplacements, ses caches d’armes, ses complices, mais aussi pour éviter une embuscade… Robert N., en Algérie en 1956, prêtre et médecin, me disait en septembre 2007 : « Le plus étrange, pris dans le contexte, la torture allait de soi, pour faire du renseignement. Alors que le renseignement ne payait pas beaucoup » ;
  • le racisme : la conviction chez de nombreux appelés que les Arabes ou les Berbères – rares étaient ceux qui faisaient la distinction –, ces individus, les bougnoules, étaient d’une race inférieure à la leur. Ils avaient gardé les images de leur travail en métropole, manœuvre en usine, sur un chantier ou bien ouvrier agricole, toutes sortes de travaux que les ouvriers métropolitains répugnaient à exécuter. Cet état d’esprit se renforça en Algérie lorsqu’ils constatèrent le mode d’existence de la population indigène dans les douars, sans oublier le racisme ambiant entretenu par les colons et par des gradés, principalement ceux qui avaient fait la guerre d’Indochine4.

5Je viens d’évoquer en raccourci quelques éléments de la situation paradoxale des jeunes appelés du contingent qui, plongés dans l’univers des violences d’une guerre coloniale, furent victimes de la destruction progressive de leur conscience formée et structurée durant leur adolescence au respect du principe des droits de l’homme :

  • 5 Entretien avec Henri Alleg, le 19 février 2008.

Cette guerre coloniale fut une véritable entreprise de perversion des consciences et de la jeunesse en particulier5.

6À partir de ces quelques éléments qui font état des tortures et des exactions commises par l’armée, nous pouvons nous interroger sur les souvenirs qui en subsistent aujourd’hui dans la mémoire des anciens soldats ou sur ce que celle-ci leur en restitue cinquante ans après la guerre. Il s’agit ici de viser ce que j’illustre par le sous-titre de ma thèse : La mémoire enfouie des jeunes du contingent. Une mémoire enfouie du fait qu’elle est très peu exprimée, voire pas du tout extériorisée ; une mémoire qui ne serait pas libérée. Les anciens acteurs, confondus dans une société du silence, font l’expérience d’une mémoire qui ne s’exprime pas, qui ne s’extériorise pas. Elle ne peut se libérer. Plus encore, à ne pas en parler, l’on vient à douter de sa réalité. Les exactions de l’armée française pendant la guerre d’Algérie ont-elles vraiment eu lieu ? C’est la question que certains se posent encore aujourd’hui.

7Afin de décrypter les contours de ce qui se joue ici, je distinguerai deux mémoires : la mémoire collective, caractérisée par le déni de l’État et les mémoires des anciens soldats.

La mémoire collective

8Je me limiterai à rappeler quelques faits ou événements qui illustrent, me semble-t-il, le déni de l’État français refusant encore aujourd’hui, d’une part, de dire ce que fut la réalité de la colonisation et de ses effets sur la population musulmane placée par le code de l’indigénat en dehors du droit commun et, d’autre part, de reconnaître les actes de torture et les exécutions sommaires commis par l’armée française, y compris par des soldats du contingent :

9Les pouvoirs spéciaux. Votés en mars 1956 à la demande du Gouvernement du Front républicain présidé par le socialiste Guy Mollet et reconduits jusqu’en 1962, les pouvoirs spéciaux donnèrent à l’armée en Algérie les pouvoirs civils de la justice, de la police et de l’administration, faisant en quelque sorte des trois départements d’Algérie un « État de non-droit », et favorisèrent par la politique de ce qui fut dénommé « la pacification » de nombreuses exactions, qui pour la plupart ne furent pas sanctionnées.

10La dramatique répression par la police parisienne le 17 octobre 1961. Elle fut responsable de la mort de centaines de travailleurs algériens, notamment par noyade dans la Seine, qui s’étaient rassemblés pacifiquement pour protester contre la décision d’un couvre-feu les visant exclusivement. Les rassemblements organisés chaque année par des associations à la mémoire des victimes se firent en l’absence des autorités et certains furent même interdits. Il fallut attendre le 17 octobre 2013 pour qu’un président de la République, François Hollande, reconnaisse enfin qu’un « crime avait été commis par des Français sur le sol français ».

11La célébration de la fin de la guerre d’Algérie. Il faut rappeler que les accords d’Évian du 19 mars 1962 signèrent la fin de la guerre d’Algérie. L’État, pendant de nombreuses années, n’organisa aucune cérémonie officielle. Puis il bafoua sans vergogne la vérité historique en retenant, pour célébrer la fin de ce conflit, la date du 5 décembre, jour de l’inauguration par le président Jacques Chirac d’un monument à la mémoire des « Français d’Algérie », ceci sous la pression des associations de rapatriés. Il a fallu attendre la loi du 6 décembre 2012 pour que l’État reconnaisse la date du 19 mars, tout en précisant qu’il serait permis aux associations qui le souhaiteraient de continuer à célébrer la fin de la guerre d’Algérie le… 5 décembre.

12La guerre d’Algérie, une expression exclue du discours officiel. La loi du 18 octobre 1999 entérine la substitution de l’expression « aux opérations effectuées en Afrique du Nord » par celle « à la guerre d’Algérie ou aux combats en Tunisie et au Maroc ». L’État aura attendu trente-sept ans pour reconnaître qu’il y avait bien eu une guerre et non pas des événements ou des opérations de police et de maintien de l’ordre.

13La mort de Maurice Audin. L’affaire Audin et le livre sur la Question d’Henri Alleg sont deux symboles forts qui illustrent bien, entre autres, le silence de l’État à propos des exactions commises par l’armée française durant la guerre d’Algérie. Maurice Audin fut arrêté le 11 juin 1957 par les parachutistes d’Alger et ne réapparaîtra plus vivant. Depuis, son assassinat n’a jamais été reconnu par les autorités. Son arrestation fut connue de l’opinion par le livre L’Affaire Audin de Pierre Vidal-Naquet paru en mai 1958, puis interdit. De nombreux appels se sont succédé pour que cesse ce mensonge d’État, parmi lesquels la lettre de sa veuve Josette du 6 août 2012 adressée au président François Hollande et le dernier appel de mars 2015 signé par 171 personnalités intitulé « Pour la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin ». Malgré cela et l’engagement du président de la République dans sa réponse du 15 décembre 2012 à Mme Josette Audin, l’État refuse de livrer toutes les archives militaires, qui sans doute pourraient être compromettantes.

  • 6 Henri Alleg, dans une lettre datée de juillet 1957 du camp de Lodi adressée au procureur général pr (...)
  • 7 Henri Alleg, Retour sur « La Question », entretien avec Gilles Martin, 2e éd., Bruxelles, Aden, 200 (...)

14La torture d’Henri Alleg. Directeur du quotidien communiste Alger républicain, alors interdit, Henri Alleg fut arrêté le 12 juin 1957 par les parachutistes de la 30e DP conduits par le lieutenant Charbonnier, qui le tortura, aidé du capitaine Devis, du lieutenant Jaquet et de trois autres paras, dont Lorca, qui était en fait un policier algérois habillé en para6. Henri Alleg fut torturé, emmené de cellule en cellule pendant un mois, avant d’être interné le 12 juillet dans le camp de Lodi, où il écrivit sur des bouts de papier le récit de ses sévices, publié sous le fameux titre La Question en février 1958 par le courageux éditeur Jérôme Lindon des Éditions de Minuit. Malgré son interdiction et sa saisie, le texte fut largement diffusé. Bien plus tard, en 2006, Henri Alleg écrivit : « Le livre répondait aux interrogations de plus en plus nombreuses et angoissées de toute une partie de l’opinion française sur ce qui se passait réellement de l’autre côté de la Méditerranée7. »

15La désinformation et la censure organisées par les différents gouvernements français pendant plus d’un demi-siècle ont cultivé efficacement l’ignorance. En réalité, c’est une certaine mémoire de l’histoire de France qu’il faudrait taire.

Mémoires individuelles

16Les anciens soldats n’ont pas oublié cette guerre et ses effets, mais bon nombre d’entre eux se taisent encore. Elle leur fait mal. Tout soldat qui revient d’un conflit sanglant a mal, mais la spécificité des anciens soldats de la guerre d’Algérie est qu’ils sont restés isolés de la population et sont, en quelque sorte, les seuls à porter la mémoire de cette guerre. Dès leur retour, ils se sont sentis seuls, y compris dans leur famille. La plupart de ceux que j’ai rencontrés et les nombreux documents consultés relatent cet isolement. N’oublions pas que la France n’était pas en guerre, il n’y avait ni bombardements ni chars ennemis sur le sol métropolitain. La guerre d’Indochine avait pris fin dans un profond soulagement. La propagande officielle avait donc pris bien soin de présenter le soulèvement du 1er novembre comme un événement existant dans les trois départements d’Algérie qu’il fallait enrayer par des opérations de maintien de l’ordre.

17Ainsi, les gens croyaient et ont longtemps cru que l’État avait mobilisé les jeunes gens qui faisaient leur service militaire pour aller prêter main-forte aux gendarmes de l’autre côté de la Méditerranée. Je me souviens des propos récents d’une vieille femme – nous échangions sur la guerre d’Algérie – qui m’interrogeait : « Mais alors il y avait des morts, des blessés ? », ou de ce témoin me rapportant cette scène : il se promenait dans les rues de Lyon, aperçut un couple de jeunes gens près d’un monument aux morts et engagea la conversation. En lisant l’inscription « Morts en Algérie », le jeune homme lui dit alors : « Je ne savais pas qu’il y avait eu une guerre en Algérie… »

18Il est intéressant de rappeler que, pendant les premières années du conflit, les corps des soldats tués étaient rapatriés dans leur famille avec plus ou moins de retard et dans la plus grande discrétion. Les morts pour la France n’avaient droit à aucune cérémonie officielle. Ce n’est qu’à partir de 1959, soit cinq ans après le début de la guerre, lors des durs combats dans les Aurès – le fameux plan Challe –, que le climat en métropole commença à évoluer et que l’opinion prit conscience que la « pacification » faisait beaucoup de morts. Les noms inscrits sur les monuments des soldats tués en Algérie ne le furent que bien des années après la guerre. Pour mémoire, il y eut 30 000 morts et de nombreux blessés graves.

19Pour illustrer le ressenti présent aujourd’hui encore de ce profond isolement, je me permets de citer l’extrait d’un récent courrier d’un ancien soldat publié dans un numéro de L’Ancien d’Algérie (FNACA) d’août-septembre 2014 :

  • 8 Jean T., cité dans « Courrier des lecteurs », L’Ancien d’Algérie, no 529, août-septembre 2014, p. 3 (...)

Je souhaiterais me rapprocher une nouvelle fois de mes compagnons d’armes de 1954 à 1962 et leur faire part de mon dégoût envers les acteurs médiatiques de notre pays ainsi qu’à l’adresse de ceux qui les manipulent. Avez-vous, chers collègues, vu un seul reportage, une seule image, un seul mot sur les chaînes nationales de télé, concernant la commémoration officielle du 19 mars 1962 ? Sauf erreur de ma part rien, c’est le néant. Ceci est la désolante continuité d’un silence sépulcral depuis la signature des accords d’Évian8.

20Par-delà ce constat d’ordre général, je voudrais maintenant consacrer un peu de temps – trop peu – à la mémoire de l’individu, celle qu’il raconte, celle construite ou reconstruite, élaborée de faits qu’il a vécus ou pas. La mémoire qui lui a fait ou qui lui fait encore mal. On sait que la souffrance psychique se nourrit de l’imaginaire. Je revois ceux qui n’ont pas pu retenir leur émotion lorsqu’ils parlaient d’eux-mêmes, de leurs actions et de leurs réactions : ils avaient été des témoins passifs ou des acteurs d’atrocités.

21Ce qui semble caractériser leur mémoire, c’est d’avoir vécu dans le silence. Une mémoire qui n’avait pas de mots. Ce fut leur refuge. Voici quelques exemples significatifs :

  • Robert N., déjà cité, me dit : « Ce qui frappe, au retour et par la suite, c’est le silence. »
  • Pierre G., historien, directeur de la revue Recherches de science religieuse, engagé en Algérie en 1958-1959, me parle en septembre 2007 de son silence : « Pour longtemps comme pour beaucoup d’entre nous, ce qui est à remarquer, c’est le silence, le désir d’enfouir tout ça. Quand je suis rentré d’Algérie, il a fallu que j’aille chez un médecin. Les premiers temps, j’avais dormi, comme on le faisait tous, dix, douze heures. Quelques mois plus tard, en janvier peut-être, je me suis réveillé avec des angoisses, des sentiments bizarres. Quand j’y réfléchis, je me dis que c’étaient là les effets d’un acte de refoulement. En réalité, je crois que j’ai voulu oublier. Nous étions tous comme ça, nous voulions oublier. »
  • André B., rencontré en décembre 2008, m’avoue : « Après mon retour, j’étais bloqué, je ne pouvais pas parler sans pleurer. Je buvais déjà en Algérie, j’ai continué à mon retour. J’avais du mal à aller travailler, le matin je dormais, le soir je sortais, je buvais, je faisais la fête avec mes copains. Je voulais oublier, les prisonniers sous la tente qui étaient maltraités, que les copains torturaient à la gégène. Je ne bougeais pas, je ne disais rien, je ne me révoltais pas. Et pourtant, c’était contraire à ma culture. J’avais démissionné en quelque sorte. Je buvais, c’était ma révolte. »
  • Bernard M. m’a parlé en février 2008 : « Pourquoi je n’ai pas parlé pendant longtemps ? Je n’ai pas parlé parce que c’est la souffrance. J’ai rencontré beaucoup de gens depuis qui ne parlaient pas davantage. Parce que la douleur est trop forte. Donc j’ai fini par parler. À une personne que je connaissais bien, j’étais le parrain de sa fille. On était lié. Sans cesse, elle m’interrogeait pour savoir ce qui s’était passé. Un jour j’ai parlé, trente ans après la guerre. Ce jour-là, je n’ai fait que pleurer parce que les images revenaient à la figure. Les mots se transformaient en images. Je pouvais parler parce que j’étais en confiance. C’est de parler qui m’a libéré. »
  • Albert N., déjà cité, me confie : « Longtemps j’ai voulu oublier mes copains d’Algérie et je ne les ai plus revus. Longtemps mes nuits ont été courtes. Longtemps j’ai ressassé mes souvenirs et les remords. Mais je ne les ai jamais confiés. Personne ne pouvait me comprendre, ni mon père, ni ma mère, ni mon épouse plus tard, ni mes amis. Je vivais avec la peur au ventre. J’étais toujours sur le qui-vive. »

22François Lebigot, médecin psychiatre honoraire de l’armée, professeur agrégé du Val-de-Grâce, qui m’a accordé plusieurs entretiens lorsque je préparais ma thèse, me disait à propos des silences des anciens soldats d’Algérie – il en soignait encore un : « Rares sont ceux qui sont venus me voir, les premiers longtemps après la guerre, vingt, trente ans, pourquoi pas avant ? Il faut des circonstances particulières. Parce que personne ne veut entendre et même ne peut d’une certaine façon. Quelqu’un qui raconte des histoires relatives à son traumatisme, personne ne comprend, ce qu’il dit n’est pas crédible. »

23J’ai tenté par mon travail de comprendre les actes de barbarie de certains jeunes du contingent, pourquoi sur le terrain militaire ces jeunes n’avaient plus leur discernement. François Lebigot m’expliquait : « On a tous cela en nous. Au cœur de l’homme on a ça. On a cette possibilité d’être barbare. Cette pulsion de mort. »

24Des soldats du contingent ont torturé. Ils étaient des jeunes gens ordinaires. Après la guerre, ils ont retrouvé leur famille, leurs amis. Ils se sont remis au travail et ont participé activement au boom économique et social des « Trente Glorieuses ». Christopher R. Browning écrit que les simples policiers du 101e bataillon de réserve de la police n’avaient pas été sélectionnés lorsque, le 13 juillet 1942, ils ont tué femmes et enfants dans le village polonais de Josefow. Dans le civil, ces policiers étaient ouvriers, vendeurs, artisans, employés de bureau. Je le cite :

  • 9 Christopher R. Browning, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande (...)

Ervin Staub admet que « certains deviennent des meurtriers à cause de leur personnalité, [qu]’ils sont sélectionnés » ; mais sa conclusion est différente : le « dormeur » de Steiner est une tendance très commune ; que les circonstances s’y prêtent, et la plupart des gens sont capables d’une extrême violence, destructrice de vies humaines9.

25Encore une citation avant de terminer, de Primo Levi :

  • 10 Primo Levi, L’asymétrie de la vie. Articles et essais, 1955-1987, N. Bauer (trad.), Paris, R. Laffo (...)

Ceux qui ne refusent pas (mais il faut refuser, dès le début, avant de mettre le doigt dans l’engrenage) finissent par céder à la tentation de passer de l’autre côté : ils y trouveront dans le meilleur des cas une gratification trompeuse et un salut destructeur10.

26En conclusion, ma conviction est que les jeunes soldats pendant la guerre d’Algérie ont été les victimes, parce qu’ils n’y étaient pas préparés, d’un système généralisé de violences, donc cruel, ce qui a eu pour effet, chez certains, de lever les facteurs de civilisation et pour conséquence de faire naître des traumatismes psychiques.

Bibliographie

Alleg Henri, Retour sur « La Question », entretien avec Gilles Martin, 2e éd., Bruxelles, Aden, 2006.

Browning Christopher R., Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, E. Barnavi (trad.), Paris, Les Belles lettres, 2005.

Fassin Didier et Bourdelais Patrice (dir.), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, 2005.

Levi Primo, L’asymétrie de la vie. Articles et essais, 1955-1987, N. Bauer (trad.), Paris, R. Laffont, 2005.

Notes

1 Quelques références bibliographiques : Revue francophone du stress et du trauma, Institut d’histoire du temps présent (IHTP), Centre national de documentation pédagogique (CNDP), Fonds du Groupe d’études et de rencontres des organisations de jeunesse et d’éducation populaire (GEROJEP) aux archives départementales du Val-de-Marne, Centre culturel algérien, Archives d’histoire contemporaine de Sciences Po, Centre historique des archives de l’armée de terre, Archives du Secours populaire. Parmi la presse de l’époque, qui était fréquemment censurée : Franc Observateur, Libération, L’Humanité, L’Express, Le Monde, Cahiers du Témoignage chrétien.

2 Qualificatif énoncé dans l’ouvrage de Didier Fassin et de Patrice Bourdelais (dir.), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, 2005.

3 Alice Cherki, psychiatre et psychanalyste, propos recueillis par Florence Beaugé, Le Monde, le 28 décembre 2000, p. 8.

4 Voir aussi le traitement de la guerre d’Algérie dans les manuels scolaires de nos parents, qui participait à la diffusion d’une idée selon laquelle nous, Français civilisés, devions secourir par humanité les Algériens, nos médecins les soigner, nos ingénieurs leur apporter le progrès technologique. Voir Jules Ferry, « Les races supérieures ont un droit sur les races inférieures », discours à la Chambre des députés, le 28 juillet 1885.

5 Entretien avec Henri Alleg, le 19 février 2008.

6 Henri Alleg, dans une lettre datée de juillet 1957 du camp de Lodi adressée au procureur général près la cour d’appel d’Alger, informe le haut magistrat des tortures subies et lui précise qu’il porte plainte contre les personnes dénommées (Archives d’histoire contemporaine du Centre d’histoire de Sciences Po).

7 Henri Alleg, Retour sur « La Question », entretien avec Gilles Martin, 2e éd., Bruxelles, Aden, 2006.

8 Jean T., cité dans « Courrier des lecteurs », L’Ancien d’Algérie, no 529, août-septembre 2014, p. 30, disponible sur <http://www.fnaca.org/images/archives/aout_septembre_2014.pdf>.

9 Christopher R. Browning, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, E. Barnavi (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 219.

10 Primo Levi, L’asymétrie de la vie. Articles et essais, 1955-1987, N. Bauer (trad.), Paris, R. Laffont, 2005, p. 74.

Auteur

Claude Juin est docteur en sociologie. Il a soutenu une thèse intitulée Guerre d’Algérie. La mémoire enfouie des soldats du contingent en 2011 à l’âge de 76 ans sous la direction de Michel Wieviorka. Celle-ci fut l’objet d’une publication en France sous le titre Des soldats tortionnaires. Des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable (Paris, R. Laffont, 2012), ainsi qu’en Algérie, en langue française avec une traduction arabe. Diplômé du Conservatoire national des arts et métiers en psychologie du travail et ergonomie, Claude Juin a occupé des fonctions dans des entreprises privées, puis publiques en tant que directeur des Affaires sociales à la direction générale de l’ANPE jusqu’en 1984. De 1984 à 1993, il a été directeur de la formation professionnelle dans la région Poitou-Charentes et maire de la commune de Bessines (1983-1995). Il est l’auteur de l’ouvrage bientôt interdit Le Gâchis, publié en 1960 sous le pseudonyme de Jacques Tissier, qu’il écrivit dès son retour de la guerre d’Algérie pour dénoncer les exactions et les tortures pratiquées par l’armée française.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540