Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Subjectivation et désubjectivation

 | 
Manuel Boucher
, 
Geoffrey Pleyers
, 
Paola Rebughini

Préface

Michel Wieviorka

Texte intégral

1Contrairement à ce que suggère le titre d’un livre de Luc Ferry et d’Alain Renault, « la pensée 68 » n’était pas en phase avec le mouvement de mai.

2Elle a pris son essor dans sa retombée, accompagnant dans plusieurs sociétés occidentales la montée en puissance du gauchisme politique. Au début des années 1970, le marxisme, sous diverses formes, a connu son apogée à l’Ouest, en même temps que se décomposaient les forces et la légitimité du communisme « réel ». Dans la vie intellectuelle, on a vu alors prospérer les tendances à la radicalité des idéologies gauchistes, mais aussi l’effort, le plus souvent à l’autre bout du spectre du marxisme décomposé, pour en sauver ce qui pouvait l’être, notamment avec la découverte ou la redécouverte d’Antonio Gramsci et l’appel à des versions ouvertes et démocratiques de cette famille de pensée.

3Dans les sciences sociales, cette période a été propice sous plusieurs formes au rejet du sujet, explicite avec les diverses variantes du structuralisme, peut-être moins avec d’autres modes de pensée nés ou relancés du fait de la décomposition du fonctionnalisme : interactionnisme symbolique, ethnométhodologie, école dite de Palo Alto par exemple, et autres courants s’intéressant aux interactions et à l’intersubjectivité, y compris parfois en se référant à la haute figure de Jürgen Habermas.

4En même temps, nombre de sociologues commençaient à prendre leurs distances avec les grandes théories, dans un contexte où il était aussi question, avec Jean-François Lyotard, de la fin des grands récits et de celle des grandes mobilisations ouvrières – c’est alors qu’André Gorz faisait ses Adieux au prolétariat. L’individualisme triomphait, au point de s’imposer comme une catégorie décisive dans moult écrits et colloques « méthodologiques », et il était parfois même question, pour décrire la société, de l’ère du vide.

5C’est à cette époque que j’ai fait mes premiers pas de sociologue avec Alain Touraine, m’inscrivant avec lui au sein d’une orientation qui tranchait avec les autres courants et familles de pensée que je viens d’évoquer. Le mot sujet n’apparaissait pas encore dans son vocabulaire, il était surtout question d’action, d’acteurs et de mouvements sociaux – mais l’idée même de sujet était bien là.

6À la fin des années 1980, Alain Touraine, avec le soutien de François Furet, m’a fait élire comme directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, où j’ai commencé à diriger des thèses et d'autres travaux d’étudiants, en même temps que je lançais un vaste programme de recherche sur le racisme, puis, dans la foulée, un autre sur la violence, et notamment la violence urbaine, qui sont venus prendre la suite de près de dix années que j’avais consacrées à l’étude du terrorisme. En 1993, il m’a confié les clés de la direction du CADIS (Centre d’analyse et d’intervention sociologiques), le laboratoire qu’il avait créé avec François Dubet, Zsuzsa Hegedus et moi-même une douzaine d’années auparavant.

7Pendant plus d’un quart de siècle, j’ai vécu alors une intense activité, où tout à la fois j’ai dirigé des travaux d’étudiants, embarqué certains d’entre eux dans mes recherches, affirmé la vocation internationale de notre centre et développé mes idées, notamment à l’occasion de mon séminaire et de celui du CADIS, dont j’ai été directeur jusqu’en 2009.

8Avec le recul du temps, je mesure à quel point ces efforts ont porté leurs fruits, et je constate qu’une nouvelle génération de chercheurs est lancée aujourd’hui dans la belle aventure de la recherche et de l’enseignement supérieur. Je constate qu’avec eux, les orientations dessinées d’abord par Alain Touraine puis par le tout petit groupe qui l’avait suivi au CADIS continuent à faire sens et permettent d’aborder le monde contemporain avec des outils intellectuels pertinents – outils qui ne sont pas fossilisés, bien au contraire, et qu’il est possible d’enrichir, voire de modifier au sein d’une vie intellectuelle qui demeure collective. C’est ainsi qu’une quarantaine de mes anciens étudiants dont j’avais dirigé la thèse se sont réunis à Paris, venus du monde entier à l’initiative de l’un d’entre eux, Geoffrey Pleyers, pour faire le point entre eux et avec moi sur leurs travaux. Ils m’ont même fait l’amitié et l’honneur de me placer au cœur de leur rencontre, qui a montré que nos orientations communes, sans tendre le moins du monde à la fermeture sectaire, permettent aussi bien d’aborder la face lumineuse de l’action, avec ses difficultés, que de se tourner vers sa face d’ombre, si angoissante aujourd’hui, la violence, le racisme : le mal, pour le dire avec un mot peu sociologique.

9Ils ont traité de différents objets, renouvelant à bien des égards les thématiques du multiculturalisme et des questions identitaires, envisageant à nouveaux frais, aussi bien empiriquement que théoriquement, l’étude de la violence ou celle des obstacles qui rendent aujourd’hui impossible de devenir acteur, s’intéressant aux processus de subjectivation et de désubjectivation si centraux aujourd’hui dans les sciences sociales – on en trouvera de multiples analyses dans cet ouvrage.

10Souvent, on s’attend à ce que les jeunes générations tuent le père et à ce que celui-ci, s’il le peut, résiste : rien de tel ici ! Mes anciens élèves, devenus d’authentiques chercheurs autonomes, font preuve à mon égard d’amitié et de respect, cet ouvrage en est un témoignage. Le père ? Je devrais ajouter ici, et je le fais bien volontiers, le grand-père, en l’occurrence Alain Touraine. Mais lui comme moi nous nous sentons au contraire pleinement reconnus, en même temps que nous constatons avec plaisir que se développent des pensées neuves ou renouvelées qui témoignent de la vitalité et du dynamisme de cette nouvelle vague.

11C’est bien plus que les actes d’un colloque que nous proposent ici Manuel Boucher, Paola Rebughini et Geoffrey Pleyers avec ce volume qui fait suite à celui publié par Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine en 2016. Je les remercie, chaleureusement, de montrer avec une telle netteté la vitalité des orientations sociologiques que nous partageons.

Auteur

Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (EHESS-CNRS)
École des hautes études en sciences sociales

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540