Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

Le musée de la Résistance Henri-Chadourne de Limoges

Jacques Valéry

Texte intégral

1Une déclaration du conseil municipal de Limoges datée du 29 août 1947 porte sur la confection d’une plaque à la mémoire des maquisards du Limousin morts au champ d’honneur, apposée sur le socle érigé au jardin de l’Ancien Évêché et sur lequel a été placé un avion allemand abattu par le maquis limousin en 1944. L’inscription en lettres gravées et dorées est la suivante :

2« À la mémoire des Maquisards du Limousin Morts au Champ d’Honneur.

3« Avion abattu à Jumeau-le-Grand, le 15 juin 1944, par les Francs-Tireurs et Partisans Français pendant les bombardements du Maquis de Châteauneuf-la-Forêt. »

4Le maire de Limoges était alors Georges Guingouin, ancien lieutenant-colonel nommé par le délégué militaire régional (DMR) Dechelette alias « Chasseigne » pour Alger et « Ellipse » pour le Limousin, commandant des Forces françaises de l’intérieur de la Haute-Vienne (FFI). Georges Guingouin avait été élu lors des premières élections du 13 mai 1945, sur une liste intitulée « Union progressiste antifasciste et républicaine » (UPRA). Pour la première fois, le général de Gaulle, président du gouvernement provisoire, avait instauré le vote des femmes. Sur la liste de Georges Guingouin figuraient 8 femmes. Il conserva son poste de maire jusqu’aux élections d’octobre 1947, au cours desquelles Léon Betoulle (qui avait voté les pleins pouvoirs à Pétain) reprit « son » fief après six ans de sommeil..., tandis que Georges Guingouin, victime d’infâmes calomnies, était exclu du PCF en 1952, et reprenait son poste d’instituteur dans l’Aube en 1954... Et puis vous connaissez la suite : était-il si gênant, pour qu’on veuille attenter à sa vie ?

5Et le musée de la Résistance ?

6Il se trouve dans le pavillon est (côté cathédrale) du musée municipal de l’Évêché, construction du xviiie siècle due à l’architecte Brousaud. Les deux pavillons d’entrée ont été classés Monuments historiques le 16 septembre 1907. Pour avoir fréquenté les lieux, siège d’associations de jeunesse, de 1946 à 1948, je peux vous assurer que les bâtiments avaient grand besoin d’une réfection complète des toits aux sous-sols. La ville de Limoges adopte, en 1975, le dossier d’exécution des travaux établi par M. Moufle, architecte en chef des Monuments historiques, à qui succède en 1982, M. Mester de Paradj. Le maire, Louis Longequeue donne à ce dernier le programme retenu pour le musée de la Résistance : rez-de-chaussée ; musée-sous-sol ; crypte du souvenir-premier étage ; logement de gardien et réserves. Et puis, la clef de voûte menaçant de céder, il faut consolider d’urgence.

7En vue de faire vivre ce musée, il est fait appel, par la presse, aux anciens résistants pour réunir des collections. L’exposition de 1984 (40e anniversaire) est inaugurée au pavillon du Verdurier – centre-ville par Me Roland Dumas, ministre.

8Il faudra encore rappeler, le 28 mars 1986, que le conseil municipal avait décidé, lors de sa séance du 30 septembre 1985, d’affecter le pavillon est du musée municipal de l’Évêché à une section « musée de la Résistance ».

9Il convenait maintenant de dénommer ce pavillon.

10La commission des travaux publics et de l’urbanisme envisage alors de l’appeler « pavillon du docteur Chadourne ». Ce dernier était un éminent citoyen de la ville de Limoges, entré dès le début de l’Occupation dans la Résistance où il joua un rôle important. Il fit partie du comité médical de la Résistance, et c’est à ce titre qu’il fut désigné comme membre du comité départemental et local de Libération, puis par arrêté du 5 septembre 1944 de M. le commissaire de la République, pour faire partie de la délégation municipale. C’est cette délégation qui l’élut maire de Limoges. Au mois de mai 1945, il ne voulut pas se mêler aux listes électorales et renonça à son mandat. Il décéda en 1980.

11En juillet 1989, les travaux sont terminés. La ville peut installer les collections prévues pour le musée de la Résistance et de la Déportation Henri-Chadourne. L’aménagement muséographique a bien été confié et exécuté par M. Mester de Paradj, mais c’est au personnel municipal des archives et des services techniques que revient l’installation !

12L’ouverture du musée eut lieu le 10 juillet 1989, et l’inauguration officielle le 21 août 1989, pour le 45e anniversaire de la libération de la ville de Limoges. Le lieutenant-colonel Georges Guingouin s’est abstenu. Le « courant » ne passait peur-être pas bien entre lui et Louis Longequeue. Je ne connais pas tout, mais je me dois de signaler quand même deux faits :

  • L’avion, symbole de la lutte « David contre Goliath », avait disparu de son socle. C’était une sage précaution car, comme dans beaucoup de lieux, à force de déchiqueter un morceau de carlingue, le danger était réel pour les plus jeunes. Le maire l’avait fait entreposer dans un atelier d’où il serait sans doute parti à la casse. Georges Guingouin et ses amis demandèrent au colonel Remignon, commandant alors la base aérienne 274, de le remettre en état bénévolement (1986/1987). C’est celui qui occupe la place d’honneur dans le musée, et attire toujours du monde. Ce n’est pas un « Nord 2002 » comme l’indique la brochure à consulter à l’accueil, mais un avion italien Caproni – Reggiane 2002 – « Ariete ».
  • La plaque de marbre signalant l’emplacement du terrain de basket-ball créé par des bénévoles pendant leurs jours de congés et inauguré par le maire Georges Guingouin et l’adjoint Serge Gauthier, chargé des sports et de la culture, avait disparu. Nous l’avons retrouvée et Alain Rodet, notre député-maire actuel, l’a fait sceller à l’entrée du stade municipal de Beaublanc.

13Le Musée se scinde en trois parties, plus la crypte. L’ordre chronologique laisse un peu à désirer, mais nous nous y retrouvons :

  • Première salle, à gauche en entrant : le regard est attiré par l’avion mais vous commencez par la montée du nazisme avec un extrait de Mein Kampf et les photos qui ont fait le tour du monde. La première vitrine vous offre un Mein Kampf, ouvrage original, une mitrailleuse de 7,7 qui appartenait à l’avion et qui avait été retrouvée à Marseille, un casque allemand percé par une balle de Bren, un livret militaire troué en son milieu, un drapeau à croix gammée, etc. Un peu plus loin un engin de torture, presse pour écraser les doigts. Une autre vitrine avec une épée de parade SS et une dague (lame de Solingen) d’aviateur, des photos des premiers camps construits par les Allemands et pour eux (Dachau). Sur les murs, des panneaux avec encadrement en fonte d’aluminium et verre, dans lesquels vous trouvez des journaux locaux et nationaux parlant de la drôle de guerre et de la capitulation à Rethondes. D’autres vitrines avec « l’Appel du 18 juin », la photo du Général, et un peu plus loin, une assiette avec le portrait du maréchal, une francisque, un ceinturon de milicien gravé du signe gamma, photos de GMR, etc.
    Deux vitrines en hauteur, avec une capote kaki de KG et des explications sur stalags et oflags avec d’autres photos. En avant, une petite vitrine comportant l’étoile jaune, des photos des camps de Saint-Paul, Saint-Germain-les-Belles, Nexon, et une de Drancy.
  • Deuxième salle : des photos où, pêle-mêle, joyeux désordre, vous trouvez le lieutenant-colonel Guingouin (1944) à côté de l’instituteur en blouson, 1er maquisard de France (1941), ses lieux d’hébergement, ses hôtes paysans généreux et fidèles, sa cache dans la sapinière où il imprimait à la Ronéo les tracts (mots d’ordre, mots de lutte, directives : « Rien pour Hitler » ou « Aidez les familles des patriotes assassinés par Hitler-Pétain »). Des cartes, œuvres du colonel Castaing : carte des parachutages, des camps des maquis, des lieux de combats, d’exactions, la marche de la division « Das Reich », etc. L’armement (les trois modèles de mitraillettes Sten), un fusil-mitrailleur Bren, l’arme efficace de nos maquisards, les fusils français, allemands, anglais, la carabine américaine, etc. Le nécessaire pour établir les fausses cartes d’identité ou papiers en français, en allemand, les tampons, la petite Ronéo, la pierre lithographique, etc. Le parachute, les containers jerricanes, pansements, alcool solidifié, savon, allumettes, etc. Les maquettes d’avions : B24 Liberator, Lysanser, Spitfire, etc. La radio, du poste à galène en passant par le poste de famille, et le « biscuit » émetteur-récepteur, casque d’écoute, etc. Les bombes de fabrication artisanale, les grenades à manche (artisanales) et allemande, les Mills (quadrillées), etc. Les photos avec légendes des destructions ou actions : viaduc de Bussy-Varache, usine Wattelez, ponts routiers et SNCF, prise d’explosifs aux mines de Puy-les-Vignes et tant d’autres... Actions de femmes au courage extraordinaire, agents de liaison, de renseignements, d’accueil, de garde d’enfants, de blessés, en plus des travaux des champs à la place des hommes, prisonniers de guerre en Allemagne, enfermés dans les prisons et camps français, envoyés en déportation.
  • La troisième salle est précisément, dans sa majorité, réservée à la Déportation : photos insoutenables, carte des camps de concentration et d’extermination, objets, vêtements rayés, trente-six dessins de Violette Rougier Lecoq, etc. Le reste de la salle est partagé entre la vie sous l’Occupation, les tickets d’alimentation et divers, les bombardements anglais de l’usine Gnome et Rhône et de la gare de triage de Puy-Imbert, la défense passive... et la Libération avec photos et affiches de 1944.
  • La crypte est un endroit de recueillement.

14Ici les commentaires des photos parlent autant que les images elles-mêmes :

  • Le pont de Veyras, 16 février 1944, où sur dénonciation du Dr Dutheil, pour 200 000 francs, 34 jeunes maquisards sont massacrés.
  • Brantôme, le 26 mars 1944 : 25 hommes, dont un certain nombre de NAP, sont pris comme otages à la prison de Limoges et fusillés à Brantôme.
  • Tulle, 9 juin 1944 : 99 pendus, 101 morts en déportation.
  • Oradour-sur-Glane, 10 juin 1944 : destruction systématique du village, 207 enfants, 245 femmes, brûlés vifs pour la plupart dans l’église, 190 hommes fusillés et pour la plupart brûlés dans les granges.

15Ni haine, ni oubli.

16Le musée a enregistré 21 276 entrées en 1989 (en 6 mois et demi), 29 613 en 1990, 24 396 en 1991, 23 578 en 1992, 21 990 en 1993, 19 397 en 1994. Depuis, il reçoit entre 15 000 et 16 000 visiteurs chaque année.

17Pourquoi la création des Amis du musée de la Résistance à Limoges ? À mon avis, il existe deux causes :

18D’une part, le programme de ce musée de la Résistance au pavillon est du musée municipal de Limoges date de 1982, comme nous l’avons vu. En 1987, les travaux n’avançaient pas vite. Le comité de coordination des associations de Résistance avait une certaine hâte à ce que cela se termine. Beaucoup d’anciens étaient disponibles pour prêter, ou pour offrir, qui des armes, qui du matériel, qui des tenues, des affiches, des journaux, des photos... Ils l’avaient déjà fait pour l’exposition de 1984 et attendaient la pérennisation.

19D’un autre côté, en France, se créaient des associations d’« Amis », de « Cadets de la Résistance » – je pense à Raymond Vial, fondateur de « Résister aujourd’hui » qui a implanté l’association des « Cadets » en Auvergne dès 1985 et en Corrèze en 1987. Raymond est décédé le 4 juin 2000. Les anciens, avant le grand départ, désiraient faire connaître aux plus jeunes ce qu’ils avaient vécu, et surtout comme mise en garde pour l’avenir, leur transmettre « l’esprit de Résistance ».

20Le lieutenant-colonel Georges Guingouin, compagnon de la Libération, libérateur de Limoges, a toujours été animé de cet esprit, c’est la raison pour laquelle il a fondé à la date du 2 mars 1987 (Journal officiel au 25 mars 1987) l’association loi de 1901 « Les Amis du musée de la Résistance de Limoges » dont les statuts ont été déposés à la préfecture de la Haute-Vienne par Gérard Monédiaire, professeur à la faculté de droit de Limoges. L’objet : « contribuer à faire connaître le musée de la Résistance de Limoges » (texte inscrit dans le JO). Pour développer un peu plus, il est stipulé au dos des cartes de nos adhérents : « Placée sous la Présidence d’Honneur du Colonel Guingouin, compagnon de la Libération, l’association a pour but de faire connaître l’Histoire de la Résistance en Haute-Vienne. Les jeunes générations ne doivent pas ignorer les réalités du combat de leurs pères et de leurs mères pour reconquérir la liberté face à la répression sur la terre limousine. »

21IN MEMORIAM pour la Haute-Vienne

22541 morts en déportation

23445 résistants et civils tués

24642 exterminés de façon effroyable à Oradour-sur-Glane

251 628 victimes, auxquelles s’ajoutent un nombre important d’israélites déportés, provenant des camps de Saint-Paul, Nexon, et des GTE (Groupement de Travailleurs Etrangers).

Auteur

Jacques Valery, retraité, exerçait la profession de cadre en librairie. D'une famille résistante du Limousin, il est un acteur de la vie associative de cette région. Il est notamment président de l'Association des amis du musée de la Résistance (nommé « Henri-Chadourne ») de Limoges, dont le créateur et président d'honneur est le colonel Georges Guingouin, ancien chef des puissants maquis de cette région.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540