Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

Du musée-mémorial de 1946 au musée de la Résistance du groupe jovinien Bayard

Claude Renouard

Texte intégral

1Joigny est une petite ville, une ancienne sous-préfecture sur la vallée de l’Yonne, une position stratégique (réseau des routes, des chemins de fer, et de canaux), elle a une histoire militaire dont témoigne la caserne de cavalerie.

2Le lieu est une petite maison (ancien café-hôtel) sous laquelle se trouvent des caves. Et dans ces caves était une cache d’armes.

3Dans cette maison : hier, trois modestes salles peintes en crème-coquille d’œuf, des panneaux de toutes sortes ; aujourd’hui des panneaux colorés, des objets, papiers, photos, armes et toujours plus de textes, de chronologies.

4Le groupe Bayard en 1940 : des « sujets » qui se scandalisent ; en 1943, des socialistes et des catholiques se regroupent dans le groupe Bayard. Ce groupe est lié à « Libé-Nord », au « SOE (Special Operation Executive) Buckmaster ». Il pratique les évasions de prisonniers, de Juifs, de pilotes, la diffusion de tracts puis les sabotages sur les voies, les réceptions de parachutages, l’organisation des abris pour réfractaires au STO, d’un maquis, d’un corps franc ; enfin il forme le 3e bataillon du régiment des Volontaires de l’Yonne. Cela dit très sommairement.

L’histoire du mémorial

5La ville fournit un local dans un bâtiment qui deviendra une mairie, puis dans une maison d’association (concession de 99 ans). C’est un des seuls exemples de musée créé par les propres acteurs sitôt après la guerre, sans doute le plus ancien. Il est donc tout à fait exceptionnel.

6Ce groupe de résistants qui échappe à la guerre, crée son mémorial pour s’y retrouver. Il organise des événements sportifs, rencontres, cérémonies, pèlerinages, et aujourd’hui il travaille à faire un lieu de mémoire.

7Un lieu de mémoire : lequel ? pour qui ? pourquoi ? Et si on peut répondre aux trois premières questions : comment ?

8Pour l’anecdote, je pense à cette plaque dans une rue de Dole, où est évoqué le souvenir de civils s’étant battus jusqu’à la mort dans une maison, contre des assiégeants vainqueurs – je crois que ça se passait au xve siècle et qu’ils se défendaient contre les troupes royales. J’ai surtout pu comprendre la confusion historique d’une telle plaque. La seule chose qu’elle nous apprend est l’existence d’un massacre, mais sans fournir aucune précision.

9Dans cinquante ans – s’il n’y a pas d’autres guerres en Europe – cela n’arrivera-t-il pas à Joigny ?

10En tout cas ce musée est peu visité (700 visites par an). Autant le groupe a survécu parce qu’il était dans la population « comme un poisson dans l’eau », autant on ne peut pas dire que la municipalité actuelle, et peut-être même la population actuelle, considèrent ce musée comme premier.

11Il a été créé – comme beaucoup – pour ne pas oublier les actes de ces gens qui ont résisté autour de cette histoire « Bayard ». Pour rappeler à la jeunesse les années noires et les combats pour la liberté. Il était un mémorial fait par et pour le groupe. Il était une réponse à une frustration monumentale – une frustration du témoignage.

Comment fonctionne-t-il aujourd’hui ?

12Le lieu est plutôt discret, les images statiques, les armes présentes, les lettres peu lisibles, et tant et tant de concepts à comprendre.

13Il est parfois « sauvé » par des « guides » qui sont évidemment « l’objet historique » le plus important du musée : l’ancien résistant qui accompagne parfois chacun à la visite.

Les limites du musée du groupe Bayard

14Ce n’est pas le musée de la Résistance dans l’Yonne, mais le musée d’un groupe dans un territoire : le Jovinien. C’est un mémorial qui devient un musée.

15La conservation départementale des musées de l’Yonne rencontre les gens du groupe en 1990. Des responsables des collections publiques ne considèrent pas cela comme une priorité pour le service. Des membres éminents du groupe Bayard sont opposés à la mairie.

16Voila donc un musée associatif « non contrôlé » – et pour cause, car en 1990, du côté des « musées », c’est le quasi-néant théorique, le manque de réflexion sur le sujet.

  • 1 . On se référera au texte de Daniel Fabre, « L’ethnologie à la croisée des engagements. 1940-1945 » (...)
  • 2 . Des conservateurs du musée du Louvre cachèrent au château de Montai des œuvres d’art (dont La Joc (...)

17S’il n’y a pas de politique des musées pour la Résistance, le monde des musées, des plus réduits en 1940, a-t-il été résistant ? Hormis le musée de l’Homme1 et l’affaire de Montai2 (Lot).

18En fait, les musées s’appuient sur la sauvegarde du patrimoine, mais il n’y a pas de patrimoine sans mémoire, ni information civique. Il semble qu’il n’y ait pas de théorie des musées, seulement une accumulation de situations. Ce qui intéressait le « conservateur » : est-il possible d’organiser un musée qui ait l’ambition de créer non une mémoire mais un système d’information pour que le sujet-visiteur se représente ce que la guerre fut dans une petite ville ? Pour qu’il réalise un peu une période de l’histoire nationale et européenne, des événements, des personnes, des engagements.

19Est-ce possible à partir d’éléments fragmentaires, minuscules monuments des années 1940 ? Ce musée ne peut être qu’un élément d’un musée d’histoire de la ville, me disais-je.

20Or la ville est labellisée « ville d’art et d’histoire ».

21Il semblait donc logique que la conservation départementale des musées de l’Yonne rende visite à celles et ceux du groupe Bayard, lesquels ont du reste été heureux de voir quelqu’un « des musées », du conseil général, s’intéresser à leur musée, et au fond à leurs actes.

22Et moi, j’ai toujours pensé que l’alignement des portraits des disparus avait un côté véritablement ringard, naïf, et pourtant « impressionnant » et précieux.

23Les « Bayard » se réunissent tous les vendredis, disparaissent au fil des ans. Mais avec eux, le service a monté une exposition un peu étonnante dans une église, qui connut un bon succès. Puis l’attrait est retombé. Depuis, semaine après semaine, touche après touche, se construit le musée du Groupe jovinien de résistance Bayard. Ils le font visiter et l’ouvrent un peu plus que jadis, avec un personnel qu’ils payent. Tout cela souligne cette question : à qui vont être dévolues les collections, archives, analyses, présentations ?

  • 3 . Depuis août 2005, la ville de Joigny a passé une convention avec le groupe Bayard qui lui a trans (...)

24A la ville, qui n’en fait pas une priorité3 ? Au conseil général, qui ne semble pas très motivé sur le sujet ?

25Les institutions repoussent cet outil de mémoire. Et pourtant, hors Joigny ces collections ont-elles un sens ?

Des motivations au-delà de la logique

26Pourquoi le conservateur s’intéresse-t-il à ce qui n’intéresse, disons, pas grand monde ?

27La famille ? Le père et son histoire durant la guerre, le grand-père mort en camp ? Oui, comment devient-on résistant ? Si j’étais caustique je dirais : comment reste-t-on collabo ?

28La question du mémorial, la question de la contribution civique du patrimoine (musées, monuments historiques, mémoriaux, divers) en France m’interpelle en tant que conservateur, convaincu que c’est la seule raison d’être de tout cela, de tout musée. Mais jusqu’à présent, quelle a été l’efficacité des monuments pour la préservation de l’intelligence et de la paix ? Je pense à ceux de 1914-1918. Aux si nombreux musées d’après 1870.

29Marie-Hélène Joly souligne que « les collections des musées de la Résistance viennent du rassemblement non concerté d’objets ou de documents personnels ». C’est le cas en effet de tous les musées cantonaux, presque tous créés après la guerre de 1870 et à cause d’elle. Mais à propos : combien avons-nous de musées de cette guerre ? Comment sont-ils visités ? Et pourtant, cette guerre de 1870 en a généré deux autres, mondiales celles-là.

30Faisons donc un parallèle entre la vie des musées de cette guerre de 1870 et nos musées de la Résistance.

31J’observe que Joigny et sa région ont vu un effort patriotique particulier aussi limité mais aussi « glorieux » que celui dont témoigne Bayard. À part un ou deux discrets monuments, plus rien. Il faut le musée Bayard pour que la filiation réapparaisse. Le musée Bayard est bien un élément d’un musée de l’histoire de la ville. Oublié 1870, oublié Bayard, oubliée 1914-1918, oubliée la collaboration. Comment faire ?

32Un musée est le lieu des muses, jamais seules.

33Clio s’accompagne de l’esthétique : un lieu, des espaces, des formes, des couleurs – des objets, des images et des textes...

34Le résistant a créé un mémorial naïf : lui sait, lui interprète. Il se fait un musée pour soi, entre soi. Ce n’est pas un artiste, ni un designer.

35Le conservateur non plus ; lui aussi est naïf, lui aussi projette son histoire, veut raconter ce qu’il croit, défendre ses mythes. Le conservateur peut bien se poser la question de l’utilité sociale de ce musée de la Résistance. Il peut bien s’interroger sur le rôle des collections d’objets dans la problématique de la mémoire et de l’information civique.

36Il a des gens qui lui posent problème de ce qu’ils ont créé. Il ne peut pas faire autrement que de réfléchir aux moyens qui peuvent exister d’intégrer cette « institution » existante dans le réseau des lieux à visiter.

Comment faire ?

37Les résistants ont quelque chose à témoigner. Ils ne savent pas forcément quoi ni comment. Ils demandent (grâce à Germaine Vauthier) une aide extérieure : à un anthropologue, à un universitaire, ce sera Jean-Yves Boursier.

38Ils admettent ensuite la nécessité d’un plasticien, Alain Auger. Les résistants sont rarement artistes et spécialistes de la communication.

Aujourd’hui

39Les trois salles qui composent le musée représentent à peu près 100 m2. Pour l’essentiel, leur structure et leur décor (menuiseries, cheminées, plafonds, sont ceux de l’« hôtel-café » qui existait durant la guerre. Le bâtiment date des années 1840. Le tout a été peint en blanc mat pur et sur ce fond sont placés les grands panneaux (dérivés de l’exposition).

40Chaque panneau présente des documents encadrés authentiques (fac-similés) encadrés, des objets symboliques du thème, un petit panneau chronologique et un petit panneau de commentaire général.

41La répartition provisoire est :

42Salle 1 : accueil et avant-guerre.

43Salle 2 : étrange défaite ; l’Occupation ; la politique de Vichy ;

44les premiers actes de résistance ; Herbin et le groupe Bayard ; les sabotages sur la gare de Migennes ; les parachutages.

45Salle 3 : la répression, la déportation ; les maquis et le corps franc ; la Libération et l’après Libération.

46Les panneaux sont en couleurs relativement vives. Il n’y a pas de raison, en effet, de traiter cette période « noire » par une atmosphère noire. Le soleil était à peu près le même qu’aujourd’hui, et bien des résistants jeunes rêvaient d’autre chose que la guerre, comme l’écrasante majorité des jeunes gens d’alors.

47La prise de conscience du caractère redoutable de la période et de la difficulté d’y survivre émane des documents et de leur analyse. Le but du musée est de les faire lire, non de repousser le visiteur par une « scénographie » facile.

48La présentation évolue régulièrement en fonction des nouveaux objets, etc. L’éclairage va être réinstallé sur des idées d’Henri Alekan, chef-opérateur célèbre du cinéma français et lui-même résistant.

49Au travers de ces salles, le propos reste l’analyse d’itinéraires d’individus dans le milieu « jovinien », comme caractéristiques de mouvements de pensées et d’actions de Français et Françaises durant la guerre.

50La finesse de cette analyse permet d’aller plus loin et de donner des éléments de réflexion pour cette période, et parfois pour le contemporain. Quelles qu’en soient les limites et les difficultés, le pari est de faire dire plus de choses à ce musée du groupe Bayard que par tel projet de « musée de la Résistance » qui se dessine dans telle ville – dont l’activité résistante est à démontrer par ailleurs –, ville dans laquelle j’ai pu vivre le dialogue qui suit.

51En visite dans les bureaux de responsables du patrimoine locaux, j’aperçois une série de casques allemands comme neufs.

52Je me rappelle alors mes réflexions sur ce casque allemand trouvé sur une brocante, poncé pour être repeint. Un casque allemand, ai-je pu comprendre, plus vrai que « nature ». Sur cet autre casque vu dans une ferme et servant de pot de fleurs, un minuscule témoignage in situ, en somme ! Sur ce casque français de troupe coloniale trouvé dans une commune où j’appris que, justement, des soldats noirs prisonniers avaient été maltraités et pour certains tués. Monument muet, monument quand même.

53Je m’étonne, car je n’ai jamais vu de casque allemand dans les « collections publiques » de ce département. Au fait, l’absence de tels symboles n’est-elle pas porteuse d’informations ? Donc, je m’étonne et je demande où on a trouvé ces casques. — « Dans une maison en Normandie ! » me répond-on, « c’est pour le musée de la Résistance ». — « Ah ! bien. »

54Les témoignages, objets, archives, mémoires sur cette période nécessitent une grande délicatesse d’analyse qui devrait faire appel à toutes les ressources de l’anthropologue (la sociologie, la psychologie, la linguistique, l’histoire, etc.) et à toutes les ressources de l’art pour « faire passer », ne serait-ce que « l’envie de savoir », au plus grand public, sur une question qui fonde le comportement moral et politique contemporain.

55Face à de tels enjeux, la question est cependant crûment aujourd’hui : qui « va hériter de ces collections », qui « en veut », qui « n’en veut pas », qui parlera de la Résistance ?

Notes

1 . On se référera au texte de Daniel Fabre, « L’ethnologie à la croisée des engagements. 1940-1945 », in J.-Y. Boursier (dir.), Résistants et Résistance, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 319-400.

2 . Des conservateurs du musée du Louvre cachèrent au château de Montai des œuvres d’art (dont La Joconde) pendant la Seconde Guerre mondiale, afin qu’elles échappent aux Allemands.

3 . Depuis août 2005, la ville de Joigny a passé une convention avec le groupe Bayard qui lui a transmis le musée.

Auteur

Claude Renouard est conservateur départemental des musées de L'Yonne depuis 1990. Il a créé plusieurs musées : musée Colette à Saint-Sauveur-en-Puisaye, musée de la Reproduction du son à Saint-Fargeau, musée de Noyers (collection orientée sur l'art naïf), et a participé au développement des musées d'art et d'histoire de la Puisaye (Villiers-Saint-Benoît), de l'Avallonnais, au sauvetage des collections municipales de Tonnerre, Saint-Florentin, Joigny. Enfin, il fut de ceux qui réorganisèrent le musée du groupe jovinien Bayard à Joigny.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540