Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

Du musée tombeau au musée livre d’histoire

Pieranne Gausset

Texte intégral

1Cet exposé pourra paraître pessimiste ou polémique, il n’est que le fruit de mes questionnements face au cas particulier du musée de Nantua et des problèmes que j’ai pu y rencontrer lors des deux années 1999 et 2000. Je tiens à dire que j’aime ce musée, que j’entretiens d’excellentes relations avec ses fondateurs et avec l’association des amis du musée. Les collections de ce petit établissement sont extraordinaires ; elles méritent une grande attention tout comme le projet de rénovation dont elles sont l’objet.

2Comme je pose en termes problématiques la mission pédagogique du musée, je tiens à rappeler que le service pédagogique mis en place de manière cohérente depuis fin 1998 rencontre un succès plus qu’inespéré, avec une augmentation de fréquentation des scolaires de plus de 50 %. En 1999-2000 nous avons accueilli quelque 4 000 élèves.

3Le sens commun et le grand public semblent considérer que la raison d’être des musées de la Seconde Guerre mondiale ne peut se situer que dans la transmission, qu’ils n’ont de vocation que pédagogique. Je le pense aussi, pour partie, et j’ai donc voulu me poser la question de la place de la pédagogie au musée de Nantua.

4Force m’a été de constater premièrement que, lors de la genèse du musée, la volonté pédagogique a été ambiguë, que le musée a plus été conçu et perçu comme un tombeau. Deuxièmement, le travail de réflexion et de transmission au musée est constamment pris en otage par la mémoire vive des anciens qui entre en conflit avec la recherche scientifique. Cela me conduit à réfléchir en dernière partie sur la place possible de la pédagogie au musée de Nantua, sur sa mesure, sur ses limites.

La genèse du musée : une volonté pédagogique ambiguë, le musée tombeau

Un musée d’origine associative

5Un état de fait commun à tous les musées associatifs mais exacerbé par le sujet et le statut des fondateurs par rapport à la période : la déclinaison sur le registre personnel, anecdotique et local.

6La collection a été rassemblée dans les années 1980 par des groupes d’anciens pour leur intérêt personnel. Il ne s’agissait au départ que d’une collecte dans un local, l’occasion pour un cercle d’amis nouvellement à la retraite de se réunir et d’évoquer « le bon vieux temps ». Il n’y avait donc aucune volonté pédagogique. La collection et sa première présentation sont donc teintées par l’intérêt et le goût d’une ou deux personnes suivant leur parcours pendant et après la guerre, selon la manière dont ils ont vécu la période. Le statut de ces fondateurs donne au musée une orientation anecdotique et biaisée, car aucun d’entre eux n’appartient au cercle des chefs de la Résistance, des organisateurs, des décideurs (décédés ou lointains). Tous étaient très jeunes pendant la période et n’ont eu aucune vue d’ensemble des événements, surtout des maquis dont les équipes étaient très cloisonnées pour des raisons évidentes de sécurité.

  • 1 Catholard : habitant de Nantua.

7Le projet de constitution d’un musée au sens d’un système discursif voué au public est pris en main par un notable de Nantua, fils du héros catholard1, un médecin – le chef de l’armée secrète de Nantua – abattu en décembre 1943 par les Allemands : l’implication reste donc très locale et affective, voire familiale. La volonté pédagogique n’est engagée qu’après la genèse du musée, comme justification de l’appel aux subsides des différentes institutions partenaires.

8La première collectivité à s’impliquer est la mairie de Nantua sous l’égide du maire, ancien déporté. Les raisons de l’implication de la commune sont multiples : sensibilité au thème, volonté de récupérer les énergies locales, de construire la mémoire locale. Enfin, le notable, fils du héros local, est membre du conseil municipal et très énergique.

9Enfin, le conseil général s’implique pour sacrifier à son devoir de mémoire : il édicte précisément la vocation pédagogique du musée, mais sans être très directif sur le discours et les modalités d’énonciation du musée.

Le musée comme lieu des morts, comme tombeau

10Le musée est le lieu des fondateurs, des anciens : sa muséographie est mise en place par eux. Il reste pour eux un lieu sacré. Sa sacralité découle de ce qu’il est de la mise en scène d’une mémoire traumatique.

11Dans le discours, l’événement devient le mode d’énonciation : car l’événement générateur du traumatisme devient fondateur, incontournable ; il se transforme en « événement historique ». Chacun veut raconter l’épisode fondateur de sa mémoire : l’événement personnel devient le plus important à dire, ce qui doit être dit (la légende au sens étymologique du terme legenda : ce qui doit être lu).

12Ainsi une ancienne déportée se scandalise que nulle part on ne dise la fin du petit maquisard « Roger » ; elle le compare, en importance dans l’histoire, au lieutenant colonel britannique Xavier Heslop qui a permis de faire armer les maquis de l’Ain par le SOE.

13Ainsi un déporté qui aurait vécu le massacre de Gardelegen exige que tout soit dit et tout soit exposé sur ce massacre dans la salle déportation car il s’agit à son sens du « pire massacre » de l’histoire du nazisme.

14En outre l’événement devenu fondement historique n’est plus atteignable : il est intouchable matériellement (il doit figurer au musée dans la même forme qu’aux origines) ; intouchable également sur le plan intellectuel : aucune remise en question n’est possible, aucun creusement du discours.

15Aussi le musée dans sa forme actuelle est-il devenu une vérité indivisible, une vérité révélée : cette sacralisation découle en premier lieu de l’étonnement des fondateurs devant leur propre œuvre, devant le résultat de leurs efforts. Le musée, service municipal rassemblant 15 000 objets, employant trois personnes dont un attaché de conservation, recevant les subventions de différentes collectivités et de l’État, plébiscité par les enseignants, leur apparaît comme miraculeux, comme s’ils avaient été dépassés dans leurs actes par une force transcendante.

16Pour eux, ce premier jet est garantie de vérité : le discours du musée est légitime parce que l’œuvre d’anciens acteurs (combattants, déportés). Cette œuvre puise en effet ses sources dans les deux expériences fondatrices de leur existence : la première, le traumatisme, l’expérience de la guerre ; la deuxième, la « sublimation » (vocabulaire analytique que je ne saurais récupérer à mon compte), c’est-à-dire la création du musée. Le musée est le lieu d’une double période sacrée : la période du traumatisme, celle de son énonciation.

17Le projet muséographique dans son état actuel témoigne bien de cette sacralité : il doit mettre en place les orientations et le discours du musée dans le cas d’une rénovation totale. Or, il reprend le même discours, les mêmes salles, les mêmes lacunes, bref, la même articulation, la même méthode que le musée actuel.

18Le musée se dresse comme une stèle ou un tombeau. Le secrétaire des Amis du musée et fondateur principal du musée émet toujours, très bruyamment, le vœu d’être foudroyé par une attaque cardiaque dans le musée afin de « mourir au milieu des copains » !

19Le musée doit glorifier les héros locaux : même si oralement les anciens reconnaissent les défauts, les nuances concernant telle ou telle personne, ou les aberrations de telle ou telle opération, la subjectivité est obligée dans la muséographie. On ne peut salir la mémoire des morts. (Comme si notre volonté était de juger qui que ce soit !)

20Le musée doit rester politiquement correct par rapport au discours sur la période : il faut meure de côté les nuances, les problèmes, les mystères, et éviter soigneusement d’évoquer l’épuration, les femmes tondues, les prisonniers allemands fusillés, massacrés, lapidés... Le discours des anciens : « Ce n’est pas bien beau, ce n’est pas la peine d’en parler. »

21Enfin, le musée est circonscrit aux parois de la tombe des morts de la Seconde Guerre mondiale : on ne peut y traiter de thèmes extérieurs à la guerre. Il serait mal venu d’avoir un discours contre la violence, le racisme, l’intolérance... Il serait mal venu de parler d’autres morts, d’autres héros : comme si les autres guerres, les autres résistants, les autres victimes risquaient de faire de l’ombre aux « nôtres ». Le discours des anciens est alors : « C’est très bien d’en parler, mais pas ici. »

22Le musée est réellement le lieu de la vie des morts, le lieu où le passé s’anime : c’est la mémoire vive.

23Le musée rappelle les morts à la vie en énonçant leur vie, en leur créant une histoire parallèle à la réalité, une légende. Au musée, la Seconde Guerre mondiale n’est pas finie : les anciens restent méfiants quant aux affiches vichystes, ils n’aiment guère qu’on les présente aux enfants. La phrase du général de Gaulle en lettre d’or dans le hall d’entrée du musée « La flamme de la Résistance française ne s’éteindra jamais » semble une maxime éternelle alors qu’elle commentait une période précise. Enfin, certains auraient aimé que les armes ne soient pas démilitarisées comme la loi l’impose : « En 1940, si les anciens avaient démilitarisé leurs armes de 1914-1918, on n’aurait pas eu d’armes pour lutter. On ne sait jamais, ça peut resservir. » Ou bien, à propos de mon petit frère venu en visite : « Il a vingt ans ? C’est l’âge de monter au maquis, ça ! »

La mémoire vive : les rapports conflictuels de la mémoire et de l’Histoire

24Cette sacralité, cette vivacité de la mémoire rend toute dissection impossible. La prise de distance est absolument interdite. La mémoire refuse l’Histoire.

Dans le discours du musée : les termes ne sont pas définis, le propos pas articulé

25Le vocabulaire du musée est en quelque sorte fautif : les termes n’y sont pas définis. Ainsi le musée s’intitule musée de la Résistance mais traite essentiellement des maquis. Dans le discours, la confusion Résistance/maquis est constante, tout comme dans l’évocation des représailles, une confusion entre les rafles, la déportation, l’internement...

26Le discours historique de l’exposition permanente connaît de grandes lacunes : dans la zone, seuls deux groupements de maquis sur trois sont évoqués ; les FTPF et les résistants sédentaires sont passés sous silence ; enfin, aucun discours sur les Juifs : « Il n’y en avait pas dans l’Ain avant la guerre », dixit de nombreuses personnes pleines de bonnes intentions.

27Le propos de l’exposition permanente n’est pas articulé : il s’agit plutôt d’une juxtaposition vaguement chronologique, déformée par de nombreuses orientations parasites.

28L’articulation de cette histoire est bien sûr déformée par l’orientation anecdotique et morcelée, qui découle de l’énonciation de la période par des Nantuatiens très enracinés dans leur ville, très jeunes et très ignorants des événements lors de la période.

29Elle est également déformée par la pensée d’après-guerre : la narration de la période, comme les narrateurs ne pouvaient en avoir une vision globale au moment même des événements, est passée à la moulinette du consensus ou du conflit d’après-guerre. D’un côté les anciens racontent ce qu’ils se souviennent avoir vécu, mais qui n’est pour partie que ce dont ils ont entendu parler après la guerre. D’un autre côté ce qu’ils racontent est teinté par le conflit entre associations de résistants dans l’Ain : leurs discours est politique, avec des implications très complexes entre la période, ses acteurs et leur devenir après guerre.

30Enfin, dans l’ensemble les anciens refusent, même inconsciemment, toute histoire des mentalités, toute approche scientifique, statistique, peut-être parce qu’ils ont alors l’impression de servir de matière, d’objet. Impossible de nuancer le propos au musée.

Absence de recherche scientifique : la mémoire étouffe l’Histoire

31Au risque de paraître extrémiste, je dirais que tout reste à faire dans l’Ain et plus particulièrement au musée de Nantua en matière de recherche scientifique sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

32Les anciens et leurs descendants confondent mémoire et Histoire : il existe dans l’Ain et au musée une pléthore d’ouvrages sur la période et le maquis, mais tous sont des œuvres d’anciens, d’enfants d’anciens, d’associations d’anciens. Il s’agit donc bien sûr d’ouvrages de témoignages, dont aucun ne suit une méthode scientifique, mais qui croient tous à leur propre objectivité, qui croient faire œuvre d’Histoire.

33Aussi pour tout le monde, est-il établi que « tout a été dit, tout a été fait ». Tout nouveau travail de synthèse ou de recherche est alors perçu comme inutile et redondant.

34La collecte de témoignages se poursuit pourtant, sans aucun traitement de l’information.

  • 2 Association qui a pour vocation la fabrication d’un cédérom sur la Résistance dans l’Ain, à l’init (...)

35L’association « Cédérom la Résistance dans l’Ain »2, qui rassemble les mêmes associations, les mêmes personnes, et fait de la collecte de témoignages à grande échelle, s’intitule travail historique ; pourtant elle ne s’est pas pour l’instant lancée dans la consultation des archives (ce qui, m’a-t-on assuré, sera quand même fait).

36Au musée, nous continuons une collecte d’archives et de témoignages écrits de plus en plus ponctuellement, par dons spontanés. En revanche nous suivons un planning de collecte de témoignages oraux en prônant la diversité des interlocuteurs... Mais nous n’avons pour le moment ni les moyens ni les compétences pour entamer un traitement de la matière ainsi recueillie.

37En conclusion, il me semble que nous souffrons d’une absence quasi totale de recherche scientifique : pour les anciens, cette recherche n’est pas nécessaire puisque tout a été dit. Ils s’y opposent même violemment, car ils ne comprennent pas le travail de l’historien qui n’a pas été acteur de la période et qui se permet de juger, leur semble-t-il.

38J’observe même une tentative, consciente ou inconsciente, de négation ou d’escamotage des sources autres que les témoignages : selon de nombreuses personnes il n’y a rien d’intéressant aux Archives départementales, ce qui est tout à fait faux. De nombreux fonds d’archives se trouvent encore chez des particuliers, surtout des anciens qui refusent de s’en dessaisir et les légueront, je l’espère, aux Archives départementales.

39Un tri conscient s’opère : ne pas évoquer ce qui n’est pas politiquement correct. Un tri inconscient s’opère également : les choses jugées inintéressantes n’existent pas.

40Cet état de fait pose le problème épineux du projet muséographique dans son état actuel : il ne s’appuie sur aucune recherche scientifique. Peut-on investir dans un nouveau musée, qui ignore à ce point les exigences de l’Histoire ?

Quelle place pour la pédagogie au musée ?

41Comme je le disais au début de cette réflexion, le service pédagogique, et plus généralement les animations du musée quel que soit le public visé, sont en pleine expansion et rencontrent un très vif succès. Nous sommes plébiscités par les enseignants, et le musée est reconnu comme partenaire incontournable de toute une série d’acteurs de la vie culturelle du département. Le conseil général et l’Office national des anciens combattants considèrent le musée comme le partenaire idéal du devoir de mémoire de l’Ain.

42Le service pédagogique emploie une animatrice à plein temps et bénéficie du détachement d’un enseignant d’histoire-géographie. Le conseil général subventionne le déplacement des classes de collèges qui se rendent au musée. Nous organisons un spectacle par an où nous convions une troupe professionnelle sur le thème de la guerre, la Résistance et la Déportation.

43La pédagogie est bien présente au musée, elle en est une des priorités. Quels en sont les aménagements par rapport à l’état de fait décrit précédemment ?

Le musée est un objet à déchiffrer, matière à pédagogie

44Le musée dans son état actuel est incompréhensible pour les enfants, pour ceux qui ne connaissent pas la période, et même pour les amateurs éclairés qui ne connaissent pas l’histoire locale. Pour des raisons de générations, mais également pour les problèmes d’articulation du discours (évoqués précédemment) et pour des raisons de muséographie “bout-de-ficelle”, les objets et le parcours sont hermétiques.

45La médiation est donc un passage obligé de l’accueil de scolaires : lors de la visite, l’information proposée par le musée est retraitée par un médiateur, l’animatrice pédagogique. Les ateliers pédagogiques guident les enfants et les enseignants dans le labyrinthe du musée : seuls les jeux de piste (questionnaire photocopié et balisage des collections correspondant aux questions posées) permettent de redécouvrir un discours cohérent sur la période et les thèmes.

46Finalement, l’originalité (peut-être) du musée de Nantua est de devenir un instrument d’initiation à la recherche historique, à l’esprit critique : les visiteurs et les élèves n’y viennent pas lire un livre d’histoire, recevoir un système de connaissances. Ils viennent apprendre le décryptage de la muséographie, l’analyse du document historique brut. Le musée de Nantua est un objet historique brut : il est objet d’analyse, de recherche.

47C’est toute la méthode des ateliers pédagogiques : pour des raisons évidentes, nous avons dû être très prudents par rapport aux anciens. Ces derniers connaissent peu les ateliers pédagogiques, et collaborent le moins possible à leur élaboration : ils nous accuseraient (ils l’ont déjà fait) de faire naître des questions malsaines dans la tête des enfants, de leur donner trop de sens critique au lieu de leur déverser une pseudo-science de la Seconde Guerre mondiale, leur légende.

La rencontre vivante entre les anciens et les enfants indispensable et fertile

48Il n’en demeure pas moins que pour éviter que la Seconde Guerre mondiale ne devienne qu’un chapitre dans les livres d’histoire, alors que les survivants sont encore de ce monde, pour éviter que cette période ne bascule définitivement du côté de la mythologie, la rencontre entre les anciens et les enfants nous semble pertinente.

49Cette rencontre est toujours une grande réussite avec les anciens déportés : l’ancien raconte son histoire puis répond aux questions des enfants et discute avec eux. Ce face à face, toujours empreint de respect et de curiosité, permet aux enfants de toucher du doigt (ou de la parole) la réalité de la déportation. Il suscite une grande émotion, une projection des élèves sur la personne présente, et aboutit presque immanquablement à une discussion fertile.

50Les déportés qui participent à ces rencontres sont souvent très modérés, pondérés, réfléchis : ils sont ouverts aux problématiques plus vastes sur l’homme, ils s’interrogent et ont donc un discours très ouvert avec les enfants.

51Nous devons cependant confesser sinon un échec, au moins la tiédeur de l’expérience avec les résistants : très attachés à leurs anecdotes, à des détails parfois ennuyeux, ils offrent au grand jour la part irrationnelle de leur idéalisation de la période et de leur aventure, ce que les enfants découvrent immédiatement et aiment peu.

Les questionnements du service pédagogique

52L’animatrice pédagogique et moi rencontrons des problèmes inhérents aux thèmes : Que dire sans choquer ? Comment montrer l’horreur sans tomber dans l’exemplaire ? Que faire de la fascination du morbide ? Comment différencier le rire de la gêne de celui de l’incompréhension, du refus ?

53Par exemple, dans une des salles sont exposées les photographies du corps d’un jeune maquisard torturé par la milice et achevé à l’acide nitrique. La plupart des garçons, une fois découvert ce trésor, se passent le mot et défilent devant la vitrine en détaillant l’identité de tous les morceaux sanguinolents. Que faire ? Faut-il, comme l’a fait une fois l’animatrice excédée, les culpabiliser en leur rappelant que ceux qui avaient fait cela à « Bobby » étaient ses anciens camarades de classe devenus miliciens ?

54Comment éviter le symbolique ? (Que dire des morceaux de granit de Mauthausen exposés, de la cendre du bûcher de Dora, de la balle qui a tué l’abbé Gay, etc. ?)

55Quelle neutralité politique et affective conserver à propos du racisme, des partis d’extrême droite ? L’ouverture aux problématiques contemporaines du monde nous laisse souvent démunis : pour l’histoire d’autres périodes en général, et pour l’histoire contemporaine en particulier, quelle légitimité avons-nous ? Quels parallèles sont envisageables ? Les enfants ne manquent pas de nous questionner, de faire référence à l’actualité. Nous sommes très peu à l’aise sur ces sujets, en raison de notre non-spécialisation, et de notre méfiance envers les comparaisons hâtives, du flou dans lequel nous laissent les médias sur les conflits et barbaries actuels.

Conclusion

56Je termine avec mes questions personnelles et cuisantes sur notre travail, sur le rôle du musée aujourd’hui, sur notre devoir.

57La question du patrimoine « Seconde Guerre mondiale » n’est pas évidente : de quelle manière cette période construit-elle notre identité ? De quelle manière son énonciation aujourd’hui, son étude, peut-elle participer à la construction continue de l’identité des petits citoyens que nous recevons ?

58« Se souvenir pour ne pas revivre » est le propos convenu que l’on tient à l’école aux enfants. Mais qu’est-ce que cela veut dire réellement, concrètement ? Rabâcher une sorte de culpabilité diffuse émanant des événements de la Seconde Guerre mondiale, ériger les nazis et les vichystes en incarnation du mal et de la barbarie ne permet-il pas de se dédouaner d’un engagement actuel pour les droits de l’homme hic et nunc, dans le quotidien ?

59J’ai parfois, dans les moments de doute, l’intime conviction que la sacralisation de la période agit comme moyen de déni de la réalité actuelle.

Notes

1 Catholard : habitant de Nantua.

2 Association qui a pour vocation la fabrication d’un cédérom sur la Résistance dans l’Ain, à l’initiative et sut le modèle de l’association nationale AERI.

Auteur

Piéranne Gausset est attachée de conservation au musée Gadagne, musée d'histoire de la ville de Lyon et musée international de la Marionnette, en charge du service des publics et responsable de la programmation culturelle. Elle a été précédemment directrice du musée d'histoire de la Résistance et de la Déportation de l'Ain et du Haut-Jura à Nantua (01). Elle a notamment publié : Nantua, la mémoire vive. Le musée d'histoire de la Résistance et de la Déportation de l'Ain et du Haut-Jura à Nantua, MG Éditions, Bourg-en-Bresse, 2000. Elle dirige la collection « Les Rencontres de Gadagne », publication des actes des journées d'études du musée Gadagne.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540