Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

Une idéologie-mémoire qui indispose : comment traiter du rejet ou de l’indifférence à l’égard d’un musée de la Résistance ?

Ève Duperray

Texte intégral

1De nos jours, dans les musées d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, s’expriment, sur un mode exacerbé, des grands enjeux communs à toute la muséologie contemporaine. Ces musées, en mutation continuelle, s’acharnent en vain à cristalliser la définition permanente d’implications idéologiques qui, loin de les poser en monuments d’éternité, en font au contraire des organismes fragiles, difficiles à maîtriser. La mémoire n’y est ni sereine, ni apaisée, ni délectable. Leur devenir, totalement imprévisible mais à coup sûr périssable, trahit la valeur muséale que l’on croyait réconfortante.

2Par le biais d’une expérience concrète, qui fut celle de la création ex nihilo d’un musée de la Résistance à Fontaine-de-Vaucluse en 1990 et de son fonctionnement sur dix années, faisons retour sur les doutes et les incertitudes d’une institution partie pour s’installer dans une concession perpétuelle dont on devine déjà qu’elle ne risque de n’être que précaire.

3Sans vouloir faire du psychologisme, quelques remarques s’imposent sur l’état d’esprit d’une jeune femme, conservateur débutante, appelée à conduire un projet aussi complexe, passionnant et déconcertant tout à la fois, et cela durant six années de recherche et de préparation avant l’ouverture de l’établissement. Au fond, il aurait été plus facile et plus valorisant de muséographier des Matisse et, s’il y eut souvent de l’enthousiasme, il y eut aussi beaucoup de méfiance, d’indifférence, en fait de rejet, qui suscitèrent, ne serait-ce qu’inconsciemment, une volonté de déclassification pour faire entrer cette création dans une catégorie muséale plus acceptable. Mais à chaque tentative, son identité initiale revenait au galop pour s’imposer au premier plan.

4Partons, donc, des contraintes initiales de la création de ce musée, qui s’inscrivirent dans une instrumentalisation incontournable de la mémoire, pour envisager l’exigence de distanciation au travers des repères de la construction muséale afin de terminer sur les interrogations de la prospective.

Une instrumentalisation incontournable de la mémoire

5Elle s’est exprimée dans le cumul de trois impératifs : la commande politique, la contrainte affective et idéologique, la priorité de l’invocation sur l’évocation.

La commande politique

6Pour tous ces musées, il y a toujours initialement une volonté politique. Dans le cas présent, ce fut celle du président du conseil général de l’époque, Jean Garcin, un homme à la personnalité exceptionnelle, très forte, écrasante. Jean Garcin, colonel Bayard dans la Résistance, chef des Groupes francs pour la région R., conseiller général depuis la Libération, a été président du conseil général pendant plus de vingt ans. Cette figure s’est longuement identifiée au département de Vaucluse et incarne parfaitement la génération des grands résistants, formés intellectuellement et politiquement sous la IIIe République, qui sont arrivés aux affaires avec la Libération. Cette volonté politique de création d’un musée s’est inscrite dans un véritable affrontement de fin de mandat. Une opposition a crié au culte de la personnalité, dénonçant le choix contestable d’une implantation à Fontaine-de-Vaucluse. Il est vrai qu’il y avait là une dimension de piété filiale, puisque le pète de Jean Garcin, maire de Fontaine-de-Vaucluse, était mort en déportation. Il a été très difficile de faire admettre que ce musée ne soit pas en Avignon, ville chef-lieu, ce qui aurait facilité son fonctionnement à l’année avec la disponibilité d’un public de proximité.

La contrainte affective et idéologique

7Elle a été celle des associations d’anciens résistants et combattants. Il existait des rivalités nombreuses et des courants opposés au sein de ces associations. Toutefois, elles étaient redoutablement efficaces dans leur prétention à maîtriser un projet qui leur revenait de droit, ce qui limitait singulièrement la marge de manœuvre du management. La personnalisation des options, liées à un devenir d’après-guerre, s’est souvent traduite par des comportements compulsifs où tout devait être contrôlé et certifié conforme. La référence affective aux victimes, aux sacrifices qu’elles consentirent, à leur souffrance, visait à aménager l’espace muséal en champ de douleur particulièrement traumatisant pour les visiteurs. Cependant, cette dimension a été respectée par une dramatisation localisée dans le parcours muséographique avec la présence de la liste des fusillés et des morts en déportation du Vaucluse. La contrainte était aussi idéologique, c’était celle d’un discours obligatoire, unilatéral, particulièrement manichéen avec le camp du bien et le camp du mal, les bons et les méchants. Ils avaient fait le choix du mythe, du geste édifiant, de l’exaltation des actes héroïques, ce que l’on pourrait appeler le messianisme de la Résistance qui relève de la mémoire encadrée et obligée.

La priorité de l’invocation sur l’évocation

8Faire de ce musée un mémorial, un instrument de piété et de louange en exposant des objets-reliques mis en dépôt et recueillis par les associations, c’était céder le pas à l’invocation au détriment de l’évocation. Dès le premier jour, ce musée a connu un problème d’identité : il y avait ce que voulait le président Jean Garcin, ce que voulaient les associations, ce que nous-même envisagions, et tout cela ne se ressemblait pas. Prenons l’exemple de la dénomination du musée, car elle fonde son contenu. Le président et les associations refusèrent l’appellation de « musée d’histoire » au profit de « musée départemental de la Résistance et de la Déportation ». Or, ce choix ne correspondait pas à un musée de société, caractérisé par une vision globalisante. Le compromis se fit sur « L’Appel de la Liberté. Musée d’Histoire 1939-1945 », qui ne ressemble guère à un nom de musée, mais qui pouvait satisfaire à la référence gaullienne et permettait, avec le concept de Liberté, l’envol vers des universaux. Il y eut un consensus sur cette proposition, même si l’association des Amis du musée persista à conserver l’ancien nom.

9En fait, il n’y eut pas acceptation passive de ces contraintes mais négociations, qui permirent de mettre en place des repères et d’affirmer des choix. Leur fondement relevait d’une exigence de distanciation que René Char, figure de proue de ce musée, avait exprimée dans un très beau passage des Feuillets d’Hypnos : « Nous n’appartenons à personne sinon au point d’or de cette lampe inconnue de nous, inaccessible à nous qui tient éveillés le courage et le silence. » De plus, le président Jean Garcin savait déléguer et accorder sa confiance pour une vraie maîtrise d’œuvre, alors que de nos jours, les projets sont confisqués par les cabinets d’études et la technostructure de l’ingénierie culturelle. Il fallut naviguer à vue entre les écueils de la pesanteur des exigences des associations et le champ libre des initiatives, en signifiant que l’expression de la distanciation ne voulait pas dire indifférence mais regard dépassionné.

Une exigence de distanciation

10À l’époque, la visite des institutions existantes n’a pas eu l’effet d’exemplarité et d’imitation. Les grandes structures n’existaient pas et les autres musées n’avaient pas encore été rénovés. Cette distanciation voulue s’est exprimée à travers trois orientations :

Le statut de l’objet

11La première concernait le statut de l’objet, question essentielle, au cœur des enjeux. Le conseil général de Vaucluse a acquis dans les années 1980, sans bien savoir ce qu’il allait en faire, une véritable collection. Cette collection privée, axée sur les concepts de pénurie et de restriction pour les trois dernières guerres (1870, 1914-1918, 1939-1945), même si elle comportait des aspects baroques, liés à une inclination maniaque, n’en demeurait pas moins exceptionnelle. Elle était déjà structurée en musée, visitée par le public non pas comme musée de la Résistance mais comme musée de curiosités autour des restrictions. Les dix mille pièces donnèrent l’idée d’un enracinement dans l’histoire économique et sociale par le biais de la conversion au quotidien. L’histoire politique, tout en restant l’épine dorsale d’un propos lié à l’événement, passait au second plan en présence des objets réels. La donnée « ethnologique », avec une approche de la culture matérielle (histoire de l’alimentation, de l’habitat, du vêtement, des ersatz, etc.) allait s’imposer et tendre à évacuer l’événement. Ainsi, l’histoire événementielle est réduite à une vidéo de treize minutes qui resitue l’histoire vauclusienne dans une dynamique nationale et internationale. Les objets ne sont pas pour autant des objets fétiches et sacralisés. Ils servent à une recréation d’atmosphère historique. Dans Les Enfants du paradis de Carné, le décorateur Trauner avait recréé de toutes pièces le « boulevard du crime ». De même, fit-on le choix pour « l’Appel de la Liberté » d’une fiction et d’un imaginaire vraisemblable. Ce faux-vrai a traduit tout à fait l’ambiguïté des années noires. Ainsi, la muséographie fut confiée à un homme de cinéma, Willy Holt, décorateur entre autres de Paris brûle-t-il ? ou de Papy fait de la Résistance, lauréat du César du meilleur décor pour sa participation au film de Louis Malle Au revoir les enfants. Son grand talent et sa condition d’ancien résistant déporté ont exercé sur l’équipe de travail une véritable autorité morale.

12Paradoxalement, dans la masse des objets de la quotidienneté, les objets de la résistance et de la déportation ne sont qu’allusifs. Ce fut un choix conscient de refuser tout autant la sacralisation que l’anecdotique et le folklore des mitraillettes et containers. Ce même choix nous limita dans le recours à l’histoire locale. Peut-on aussi s’interroger sur la place de la Déportation dans un musée ? Ces terribles scarifications de l’histoire n’auraient-elles pas une meilleure raison d’être dans des mausolées ou cénotaphes en mémoire des victimes et de leur souffrance ? Cette tragique réalité ne peut s’accommoder du fictionnel muséal.

Sur le sacré et la vénération

13Dans ce musée, le sacré n’a pas été effacé mais plutôt sublimé. Là où on a vu une forme de provocation, il s’agissait en fait d’aller au plus profond, c’est-à-dire à la recherche et à l’introduction d’une dimension symbolique qui puisse répondre à une universalité, à une mise en concordance des époques, et s’inscrire à la fois dans le temps et l’intemporalité. Cette dimension symbolique a trouvé son expression dans la réalisation d’une section littéraire et artistique consacrée à l’engagement des poètes, intellectuels, artistes aux côtés de la résistance. La collection rassemble des manuscrits, des éditions clandestines, soumises à la censure ou provenant de l’étranger, des œuvres d’artistes, de la guerre d’Espagne jusqu’aux années 1950. Cette section était novatrice, car elle ne représentait pas l’alibi du 1 % habituel de la commande artistique, mais un véritable développement qui évitait la duplication et donnait un sens, même si le concept de culture humaniste et universelle peut paraître grandiose, à une période très déshumanisante. On allait ainsi au-delà des enjeux idéologiques certainement très présents dans cette poésie.

Lieu de mémoire, devoir de mémoire

14Enfin, il fallait aussi se situer par rapport aux notions de lieu de mémoire et de devoir de mémoire, d’autant que les associations s’étaient logiquement constituées en militants de la mémoire. Le caractère d’obligation et d’imposition n’était-il pas gênant dans un musée placé sous le signe de la Liberté ? Recouvrer son passé est tout à fait légitime, l’imposer comme un dogme et l’ériger en culte pour les autres relève d’une démarche plus ambiguë. Sur la ligne de pensée de Paul Ricœur, la préférence allait plus au travail qu’au devoir de mémoire, dans le champ pratique de la démarche historique qui par nature est critique, même si elle reste teintée d’investissement affectif.

15Malgré cette distanciation exercée sous de multiples formes, que ce soit l’intention d’élargir l’horizon muséal, de ne pas l’enfermer dans le stéréotype, de le rendre très accessible à la modernité, force est de constater que ce musée n’arrive pas à échapper à son identité initiale. Il est comme un organe greffé sur une société et des publics qui manifestent des signes de rejet évident et d’indifférence, auxquels on remédie par des thérapies empiriques plus ou moins efficaces.

Les incertitudes d’une concession perpétuelle

16Avec les manifestations de rejet, sommes-nous à la porte d’une période d’obsolescence ?

Quelle est l’expression du rejet ?

17La courbe de fréquentation n’a jamais vraiment décollé et, depuis ces dernières années, elle est même descendante. Sur les 12 000 visiteurs actuels, on compte plus de 6 000 scolaires. Le public adulte s’est raréfié. Peut-être faut-il trouver une explication dans l’implantation à la fontaine de Vaucluse ? En effet, le musée est sur le chemin qui mène au gouffre, le long de la Sorgue. Il arrive au terme d’un parcours extrême de sollicitations festives qui accumulent le kitsch. La fontaine de Vaucluse est le mont Saint-Michel de la Provence. Ce lieu ludique au bord de l’eau induit une fonction touristique qui n’engage pas à entrer dans un musée de la Résistance. De plus, la symbolique de la vallée close reste encore amoureuse et romantique. On a donc des milliers de personnes qui passent chaque jour devant le musée et qui n’en franchissent pas le seuil. Ce n’est ni un problème de signalétique, ni de communication même si elles demeurent très limitées. Le vrai désintérêt est celui de l’indifférence, le pire des rejets. Il existe des causes profondes à ce semi-échec alors que ce site à fort flux touristique avait initialement inspiré des espoirs euphorisants.

Les causes profondes du malaise

18Elles sont multiples :

  • Même si le schéma explicatif est un peu ressassé, rappelons que le travail de deuil est en partie accompli. Les survivants sont de moins en moins nombreux et actifs pour continuer à faire vivre le passé. Chacun sait que le temps défait plus qu’il n’édifie. À la veille de grands changements planétaires, cette période est expirante.
  • Qu’on le veuille ou non, la mission de ces musées est de plus en plus décalée par rapport aux interrogations, aux débats et aux choix de la société contemporaine. Ce type de musée serait-il victime d’un vieillissement précoce ?
  • Le manque d’envie et de curiosité du public est aussi lié au refus d’une mémoire obligée dont on sait qu’elle n’est toujours pas dans la clarté historique puisque les problèmes politiques entretiennent des enjeux de pouvoir.
  • Faut-il ajouter aussi les conséquences de l’attitude certainement frileuse du personnel politique de la collectivité dont dépend le musée ? L’établissement a été inauguré discrètement à la veille d’une élection tourmentée qui déboucha sur un changement de majorité. Il subit encore les circonstances de son enfantement difficile, que ce soit au niveau des moyens financiers ou de la communication. Alors qu’il appelle à un idéal de rassemblement, la réserve des décideurs freine l’initiative dynamique et contraint à un fonctionnement lymphatique. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de trouver des remèdes pour inverser la tendance.

Les remèdes

19Inutile d’énumérer toute la pharmacopée, car finalement la seule thérapie efficace a été de transformer le musée en outil pédagogique.

20La demande existait de la part des enseignants. Elle a abouti à la mise à disposition d’autocars pris en charge par le conseil général et au détachement d’un professeur d’histoire auprès du service éducatif. Le musée est donc devenu une annexe de collège du département. Dans le fond, cette évolution était prévisible puisque la fonction pédagogique avait été l’alibi même de la création de ce musée. Il fallait édifier, ou du moins instruire, les nouvelles générations. On pourrait croire ce public captif, mais en réalité il sait se libérer sur place de la contrainte, en dépit d’un vrai partenariat d’éducation. On peut donc s’interroger sur l’efficacité de la leçon de morale.

21En forme de brève conclusion, l’institution a adopté une fuite en avant. La structure ressemble encore à un musée alors qu’elle devient de plus en plus ce que l’on pourrait appeler une maison citoyenne, une maison du civisme. On y enseigne une nouvelle discipline : la « psycho-pédago-civilité ». Ainsi cette année, le programme d’activités scolaires sur le thème « intégration-exclusion » est, on s’en doute, bien difficile à articuler avec la Résistance. Ce type de glissement n’est-il pas perceptible dans toutes les institutions de la vie en société : l’objectif de l’école est-il encore vraiment d’instruire, de la police de réprimer, de l’église de confesser, du musée de conserver ? Chacun comprend que le musée participe lui aussi au malaise social qui s’alimente des incertitudes de l’avenir. Aussi, comment le conservateur, témoin et acteur, pourrait-il avoir une idée affirmée de l’évolution à court, moyen et long terme de cette institution ?

Auteur

Ève Duperray, docteur ès lettres, conservateur en chef des musées départementaux du Vaucluse, a publié, entre autres, L’or des mots, une lecture de Pétrarque et du mythe littéraire de Vaucluse des origines à l’orée du xxe siècle — Histoire du pétrarquisme en France, Publications de la Sorbonne, 1997 ; Le triomphe de l’Amour : Eros en guerre — une histoire amoureuse de l’humanité, catalogue d’exposition, musée Pétrarque, Clepsydre, 2004 ; La postérité répond à Pétrarque — sept siècles de fortune pétrarquienne en France, sœur latine et seconde patrie du poète, Beauchesne (à paraître fin 2005).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540