Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

Devenir et pérennisation d’un musée de la Résistance et de la Déportation

Élizabeth Pastwa

Texte intégral

  • 1 Gérard Namer, La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1987.

1Le musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon porte dans sa dénomination les deux axes majeurs de ses présentations. Il est né de la volonté de résistants et de déportés au lendemain des commémorations qui ont marqué le vingtième anniversaire de la Libération. Une exposition au musée des Beaux-Arts de Besançon, en cette année 1964, faisait une large place à la Résistance et à la déportation des politiques, la FNDIRP étant maître d’œuvre. L’intérêt suscité, mais aussi la volonté de l’ADIF (Association de résistants et internés) et de sa vice-présidente Denise Lorach de faire entendre d’autres témoignages, dont le sien, ont conduit une petite équipe à solliciter la ville de Besançon afin de développer une exposition permanente. Je ne ferai pas un historique des associations, de leur couleur politique et de leurs dissensions sur le terrain de la mémoire et des commémorations, mais je vous renvoie à l’étude de Gérard Namer1 concernant l’évolution des mémoires et les tentatives de rapt de chacune des factions concernant la Résistance.

2Le mot « musée » n’est pas encore prononcé. C’est Jean Minjoz, maire de la ville, ancien résistant, membre du comité de Libération, qui suggère la mise en place d’un établissement permanent à la Citadelle, forteresse militaire construite par Vauban et acquise en 1958 par la ville. Ce lieu est symbolique de la Résistance puisque cent partisans y furent fusillés. Jean Minjoz pose cependant une condition aux requérants : qu’au sein de l’association qui va naître et de son conseil d’administration soient représentées toutes les tendances du monde résistant. Denise Lorach, juive, déportée à Bergen-Belsen et Armand Jabœuf, président d’une amicale FFI, suivront fidèlement cette instruction en faisant appel aux amicales, fédérations et sections des quatre départements qui composent la Franche-Comté : Doubs, Jura, Territoire de Belfort, Haute-Saône. Deux ans seront nécessaires. En décembre 1967, les statuts sont déposés en préfecture avec pour buts de « permettre l’installation d’un musée de la Résistance et de la Déportation et favoriser son essor afin qu’il devienne un haut lieu du souvenir des heures héroïques de la résistance en Franche-Comté, du martyre de la déportation et du sacrifice des fusillés ».

3Le musée ouvre au public en 1969, et est officiellement inauguré par le ministre des Anciens Combattants, André Bord, en 1971. Parcours relativement classique pour les musées nés dans cette période, à la différence près que Denise Lorach va solliciter l’aide d’Henri Michel, président du comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale (CH2GM), un des tout premiers historiens de la Résistance. Une aide qui se traduit par une large ouverture de la photothèque du comité, des dons d’archives, d’objets, et surtout, un intérêt pour le discours et le parcours proposé aux visiteurs. Henri Michel sera très rapidement relayé par François Marcot, jeune enseignant-chercheur. L’aspect didactique va fortement marquer la muséographie, celle des années 1960, mais également, un peu plus tard, lors du réaménagement du musée dans un bâtiment plus vaste de la Citadelle, celle de la fin des années 1970. Ce que souligne Nicolas Georges, inspecteur à la Direction des musées de France, auteur d’un rapport réalisé en mars 2000 sur le musée : « l’attention constante portée à la méthode historienne dans la conception ne peut empêcher l’exposition d’évoquer un grand livre d’histoire » et « un écueil guette généralement la conception de ce type de musée, celui d’un trop grand didactisme », tout en disant que l’origine historienne du discours est tout à la fois sa force et sa faiblesse.

4Avant même de parler du devenir de ce musée, je voudrais faire valoir le rôle de référent qu’il a joué pour l’ensemble des équipes associatives ou historiques qui conduisirent au cours des années 1970-1980 des projets d’ouverture de musées sur des thèmes similaires. C’était la première fois que des témoins travaillaient au coude à coude avec un historien. Cela se traduisit par l’ambition marquée d’une vision plus globale de la période, la volonté de porter à la connaissance du public les études historiques sur la France de Vichy (Paxton, Marrus), le développement sur le nazisme et ses aspects criminels, en particulier l’évocation de l’extermination des Juifs. Si l’histoire est présente, la mémoire, elle, est continuellement sous-jacente. Avec elle, son cortège d’émotions : documents, correspondances, lettres de fusillés ou de dénonciation, objets de prison ou de camps, poteau d’exécution... Visité en moyenne par 65 000 personnes par an, dont 8 000 scolaires dans le cadre de rendez-vous, il est plus qu’un instrument pédagogique. Il ne bénéficie pas du tourisme de mémoire comme le mémorial de Caen, il est en libre accès sur un site touristique qui accueille 240 000 visiteurs dont la majorité a moins de 40 ans.

5Alors vers quel devenir tendre ?

6Il faut tenir compte de plusieurs éléments :

  • Le lieu chargé de symbolique – 100 fusillés.
  • Les collections collectées essentiellement autour de déclinaisons régionales des thèmes que nous venons d’esquisser : occupation, propagande, répression, résistance. Seule thématique dérogeant à cette collecte plutôt locale, la déportation, puisque Besançon gère deux grands fonds d’archives, l’un constitué par Germaine Tillion et ses compagnes sur Ravensbrück et l’autre rassemblé par Joseph de La Martinière sur la déportation NN (Nacht und Nebel). Dans les deux cas, témoignages, quête documentaire, fichiers et dossiers ont été complétés par des objets et des dessins réalisés en prison et en camp. Je ne citerai que la remarquable collection de peintures et de sculptures de Jean Daligault, déporté NN, et la centaine de dessins de Jeannette Lherminier, résistante déportée à Ravensbrück.
  • Le public, à qui, sur 15 hectares, l’espace de la citadelle de Vauban propose un parc zoologique, un muséum d’histoire naturelle, un musée d’ethnographie – le Musée comtois –, des expositions temporaires, des animations et la découverte du patrimoine fortifié du xviie siècle.
  • La place pédagogique indéniable du musée au sein du système scolaire académique, même si sa fréquentation, relevée dans le rapport précédemment évoqué, n’est pas optimale.
  • Enfin, les membres fondateurs, pour qui le musée a ses raisons d’être. Jacques Chaban-Delmas les exprime lors de la cérémonie inaugurale du centre d’Histoire de la Résistance de Lyon : « La première est que nous devons bien cela à nos morts qui ne seront pas tout à fait morts aussi longtemps qu’une pensée fraternelle viendra échauffer leurs ombres. La deuxième est que la société de notre temps a précisément besoin de ces valeurs-là pour retrouver la force de croire [...].» Et en énonçant la troisième, qu’il juge la plus impérieuse, il trace ce que serait la voie à suivre par les associations : « C’est qu’il s’agit d’un combat actuel, dit-il, ne cédons pas à la tentation confortable d’imaginer que le temps a exorcisé le cauchemar nazi [...]. »

Reprenons ces éléments

7L’association fondatrice n’a pas su s’ouvrir et se rajeunir, malgré la dynamique mise en place par le musée, les liens forts que celui-ci entretient avec l’université, le rôle social qu’il joue au plan local, relais du monde associatif militant pour les droits de l’homme et du monde combattant dans sa pluralité. Prise dans le carcan d’un conseil d’administration figé et constitué des présidents d’associations, elle s’étiole et a perdu 60 % de ses membres en dix ans par décès ou désistement dû à la maladie et à la vieillesse. Le sursaut récent, le changement de président, la création d’un bulletin qui fait une large place à l’évocation de faits de résistance et aux expériences de déportation n’ont pu inverser la tendance et n’ont pas été en mesure d’attirer de nouveaux membres. Sagement, elle s’oriente à la fin de l’année 2000 vers une cession de ses collections à la ville de Besançon qui assume la totalité du budget de fonctionnement du musée, permettant de clarifier ainsi une situation hybride et de donner un statut public à ces archives.

8Le pôle éducatif, s’il constitue un atout et assure un certain public, peut inversement, en collant aux problématiques scolaires, être un frein pour le grand public. Car la diversité des publics auxquels le musée s’adresse est une chance. Élargir la connaissance et la réflexion au-delà des milieux cultivés et spécialisés obéit à la fonction civique du musée, et satisfait son devoir social de diffusion de la culture à ceux qui n’y ont ni spontanément, ni couramment accès. Nicolas Georges dans son rapport souligne que la rénovation de l’établissement devra faire une plus grande place aux objets en trois dimensions et que l’exposition devra perdre de son caractère archivistique au profit d’une plus grande muséographie ; il ajoute la nécessité d’une diversification des collections.

9Les collections qui ont été rassemblées dans le passé pour répondre à des intentions qui ont perdu en partie de leur actualité ou de leur pertinence devront être réinterprétées. Elles attendent un nouveau regard. Il est clair qu’une partie de l’engouement du public pour le musée repose sur son existence dans la durée, contrairement à d’autres supports de mémoire, spectacles, télévision, commémorations, et sur le fait qu’il présente des objets en trois dimensions ou des documents originaux. D’autant plus que pour la période considérée, ce sont le plus souvent des objets courants, familiers, des objets pourvus de sens immédiat. À l’opposé les documents sont souvent complexes, arides ; pour se laisser découvrir, ils nécessitent une mise en situation, un rappel du contexte. Le danger alors, souligne Odile Coppey du département des publics de la Direction des musées, « est d’enfermer le public dans un regard qui loin d’être objectif propose une direction de lecture ». Mais n’est-ce pas là ce que recherche le visiteur ? N’est-il pas plus aisé de se situer par rapport à une grille de lecture que hors de tout repère, de découvrir sa propre liberté d’interpréter face à une interprétation plutôt que dans l’opacité d’une prétendue objectivité ? Et François Marcot, historien du musée et concepteur de l’exposition en place, d’écrire : « Le musée doit fournir au visiteur un décryptage, proposer une lecture, ce qui ne signifie pas imposer un point de vue, mais traduit cette simple évidence que la connaissance n’est pas innée mais à acquérir. »

10Enfin le lieu de mémoire, la relation au site, place d’exécution, avec cette ligne de partage entre histoire et mémoire que développe Nora, opposition, ambiguïté ou disparition ou si l’on se réfère à Maurice Halbwachs : « La mémoire est ce qui reste vivant dans le courant du souvenir porté par les membres d’un groupe social. » Ce qui signifierait que lorsque les résistants disparaîtront, le jour est proche, la mémoire disparaîtra avec eux. Nous serons alors dans l’ordre du commémoratif.

11Après cet historique, puis cet état des lieux, reprenons notre questionnement. Tourner la page parce que la muséographie date de vingt ans et que la connaissance et les points de vue du visiteur, son attente en matière de présentation ont énormément évolué.

12À nouveau, vers quel type de musée tendre ? Pourquoi ? Pour qui ? Leitmotive développés lors des différents colloques tenus par l’Association internationale des musées d’histoire, et tout particulièrement à l’historial de Péronne. À la question du public, nous pouvons en partie répondre : pour tous. Car la citadelle, avec ses 240 000 visiteurs et en raison de la diversité de son offre muséale, draine un public très large. Mais l’exigence d’une réponse pertinente en est d’autant plus forte. Le projet devra s’inscrire dans une logique touristique et économique où la concurrence n’est pas exclue, en particulier in situ celle du pôle « histoire naturelle et développement scientifique », sans parler de celle plus vaste, de niveau national, Lyon,

13Caen, Verdun... C’est donc bien le pourquoi qui reste crucial à un moment où est posée la question antinomique de mémoire et oubli.

14Sur le mode opérationnel, Jean-Claude Duclos, conservateur du musée de la Résistance de Grenoble, insiste lors du colloque de Péronne sur le fait que l’exposition temporaire ou permanente sera un jour inéluctablement périmée, car la connaissance historique et le monde ne cessent d’évoluer, et les curiosités de se déplacer. Que la recherche d’une version idéale se révèle vaine et que celle qui aboutit correspond généralement au point de vue dominant du moment, aux attentes d’un temps et d’une conjoncture donnée. Ce n’est donc plus un musée mais des musées qu’il faut envisager, ou des présentations muséographiques qui tiennent compte des facteurs antérieurs énoncés : lieu de mémoire, collections, public multiforme et multilingue aux connaissances hétérogènes. À cet égard, un moyen très efficace d’expérimentation est à rechercher auprès des expositions temporaires qui constituent un laboratoire et qui permettent d’évaluer les attentes du public.

15Plus globalement, Nicolas Georges remarque dans son rapport de 2000 déjà évoqué que « la réflexion sur les musées de la Résistance n’est pas mûre » et, plus loin, que : « Ces musées souffrent d’un manque de réflexion sur l’extension même de la notion de résistance. L’avenir de ces musées ne pourra faire l’économie d’une réflexion nationale. Car si la création s’est faite au gré des initiatives locales et associatives, la disparition progressive de maintes petites structures devra être encadrée et faire l’objet d’une réflexion globale en concertation avec l’État et des instances comme la Fondation de la Résistance. »

16En conclusion, la réflexion entreprise par le musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon doit prendre en compte le fait que les rapports des sociétés humaines à leur passé se fondent sut un certain nombre de choix, par lesquels elles retiennent ce qui les aide à se projeter dans l’avenir ; sur cette période, il y a succession d’occultation et d’hypermédiatisation, des pages que l’on veut voir tourner et d’autres sur lesquelles on s’attarde. Est-ce sur les rapports actuels de l’Europe avec la guerre, la création des institutions qui en découlèrent que devraient s’articuler les nouvelles présentations ? La société éprouve un besoin d’ancrage dans le passé mais cet examen du passé ne devra-t-il pas servir à se poser la question des responsabilités pour chaque citoyen, introduire ce qui est de nature à éclairer la situation présente et l’aider à se projeter dans l’avenir ?

Notes

1 Gérard Namer, La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1987.

Auteur

Elizabeth Pastwa est conservateur du patrimoine, en poste depuis 1981 au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon qu’elle dirige à partir de 1987. Elle préside actuellement l’Association générale des conservateurs de collections publiques de France. Elle a publié notamment Besançon 1940-1944, Éditions Ouest-France, 1994 ; Le Guide des musées franc-comtois, 1995 ; ainsi que plusieurs articles dont « Transmission du savoir historique et mémoire » in Quelles perspectives pour les musées d’histoire en Europe ?, 1997 ; « L’enfant et les musées d’idées », in Quel avenir pour les musées d’histoire ?, 1999 ; « Historical Museum : Why and from whom ? », in The Future of the Past, Reflections Urbanity and Museums, Anvers, 1999. Elle a co-organisé plusieurs colloques avec l’université de Besançon.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540