Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

De l’autre côté du miroir ? Le musée départemental de la Résistance et de la Déportation de l’Isère

Jean-William Dereymez

Texte intégral

  • 1 . L’association des Amis du musée départemental de la Résistance et de la Déportation de l’Isère éd (...)

1D’emblée, alors que nous souhaitions simplement, au départ, assister à ce colloque, il faut indiquer pourquoi nous prenons, ici et maintenant, la parole. Nous le faisons dans le cadre d’une situation et au nom d’un engagement : situation familiale, notre beau-père ayant été maquisard dans les Alpes ; situation d’historien, dont la Seconde Guerre mondiale constitue l’un des champs de recherche – ni le seul ni le premier –, de politologue aussi, conduit par son « métier » à observer le jeu des forces politiques, les enjeux de pouvoirs, les conflits et leur régulation ; engagement de citoyen enfin, que concerne directement la question de la place de la mémoire et de l’histoire dans la cité. Mais nous intervenons également ici comme secrétaire général de l’association des Amis du musée départemental de la Résistance et de la Déportation de l’Isère1. Si cette intervention n’a pas été soumise aux instances de cette association, informées cependant de son contenu, l’appartenance à cette association nous a permis de suivre de près tous les événements qui se sont produits au musée et autour du musée depuis quelques années. Seront donc exposés ici une vision empirique, fondée sur une expérience personnelle, un point de vue particulier, qui, par la confrontation avec d’autres points de vue, différents voire antagonistes, permettront peut-être une approche plus globale du problème des musées de Résistance, de Déportation, de guerre.

2L’intitulé, « De l’autre côté du miroir », aurait pu être remplacé par l’adaptation d’un titre de Pierre Nora, « Lieux de mémoire, lieu d’histoire, lieu de pouvoir », ou par une paraphrase de Michel Crozier, « les acteurs et le système ». Différents acteurs influent en effet sur le fonctionnement voire sur l’existence du musée, les uns, visibles, agissant au vu et au su de tous, les autres, invisibles, préférant l’ombre à la lumière, certains jouant quelquefois sur les deux registres, le visible et l’invisible.

Acteurs contemporains des faits

Les résistants2

  • 2 . Précisons que nous ne tenterons pas de définir le vocable « résistant ».

3Certes, sans avoir la naïveté d’Alice, en passant de l’autre côté du miroir, nous savions que la Résistance se forma dans la pluralité, et que, par conséquent, les mouvements d’anciens résistants ne pouvaient qu’être pluriels. Mais le degré de cette diversité nous échappait.

  • 3 . Son rachat par Schneider SA et sa fusion avec d’autres entreprises du groupe ont abouti à un chan (...)

4Différents types d’organisations d’anciens résistants coexistent aujourd’hui : associations d’anciens de tel ou tel mouvement, de tel ou tel maquis, ou de telle ou telle compagnie, par exemple les anciens de Combat, les Pionniers du Vercors, les anciens de la Compagnie Stéphane. Existe même une association des Engagés volontaires de la Résistance et de la Déportation Merlin-Gérin, du nom d’une grande entreprise grenobloise, autrefois « emblématique »3. Mais existent aussi des amicales d’anciens combattants, à vocation transversale comme l’ANACR, ou plus spécialisée et plus « authentiquement résistante » comme l’ANCVR. Une organisation de type fédéral (ou confédéral...), Résistance unie, tente vaille que vaille de poursuivre l’œuvre des MUR, en regroupant l’ensemble des associations.

  • 4 . Cf. Paul Dreyfus, « Quand les rangs s’éclaircissent », Résistance et Déportation, 1, p. 22-25.

5Principale conséquence, on peut être à la fois – le cas existe réellement – membre des anciens de Combat, des anciens de l’Armée secrète, des anciens des Groupes francs, des anciens du Maquis de l’Oisans, de l’ANCVR (ou de l’ANACR, rarement des deux...), de Résistance unie... Cette multiappartenance tempère fortement les chiffres d’adhérents avancés par les associations, notamment transversales4. D’autre part, que signifient les chiffres ? Les spécialistes des partis politiques et des syndicats connaissent bien la difficulté à évaluer les effectifs d’une organisation – n’a-t-on pas entendu récemment des chiffres très élevés d’adhérents revendiqués par Force ouvrière ? La querelle des chiffres constitue l’un des points de friction principaux de ces différentes associations. Mais parlent-elles vraiment de la même réalité, et ne comptabilisent-elles pas souvent les mêmes personnes ?

6Le problème du nombre n’est pas seulement quantitatif, l’apostrophe célèbre de Staline, « Le pape, combien de divisions ? » s’étant révélée inopérante. Le nombre relève aussi du qualitatif : les anciens de Combat ne forment plus aujourd’hui en Isère qu’une petite cohorte d’une trentaine de personnes, mais leur poids moral, du fait de la précocité du mouvement, de l’intensité de son engagement et de la variété de son recrutement, s’avère bien supérieur à celui des dizaines de membres... voire des centaines, revendiqués par certaines amicales d’anciens combattants.

7Le problème se complique encore avec la présence ancienne des « familles », présence logique dans le cas de disparus lors des événements considérés, par exemple les faits de déportation. Ainsi existe-t-il une association des Déportés et familles du 11 novembre 1943. La présence des familles comporte encore une part de légitimité mémorielle avec l’apparition, depuis quelques années, des « descendants », par exemple chez les Pionniers du Vercors, ou dans les maquis de l’Oisans. Enfin – étape supplémentaire et véhiculant parfois une certaine ambiguïté – on observe l’arrivée des « amis », ainsi l’association des Anciens, amis et descendants du maquis de l’Oisans.

  • 5 . Cf. Jacques Duclos parlant dans ses Mémoires (tome 3, 1re partie, p. 12) des « communistes [qui] (...)

8Ce milieu des résistants forme ainsi un monde à part, auquel nous vouons une grande admiration et une grande tendresse – il correspond à la génération de mes beaux-parents –, milieu ombrageux, susceptible, soucieux de la réalité des faits, donc difficile à appréhender, avec de grandes figures, d’autres moins grandes, avec une propension pour certains à nuancer l’action de l’autre, un milieu marqué de clivages entre acteurs proprement dits et victimes, résistance armée ou non armée, membres des réseaux et maquisards, etc. Des départs eurent lieu aussi selon l’entrée en Résistance, qui a pu s’étaler sur des mois, ainsi ces réfractaires au STO attendant, sur ordre, la fin de l’hiver pour monter au maquis de Belledonne. L’entrée en Résistance s’échelonna de juin 1940 à juin, voire à août sinon septembre 1944, avec des césures recoupant ou non la chronologie nationale : juin 1941, novembre 1942 (début de l’occupation italienne), février-mars 1943, octobre 1943 (début de l’occupation allemande en zone sud), juin 1944, août 1944. Des fractures se produisirent également à propos des motivations, patriotisme, antifascisme, antivichysme, refus du STO – le phénomène des réfractaires n’a pas conduit tous les jeunes, loin de là, au maquis –, des motivations parfois multiples à l’époque et qui ont pu être instrumentalisées par la suite5.

9Dans ce monde à part, on peut constater également une évolution de la mémoire. On connaît depuis longtemps le problème « des » mémoires, ces reconstitutions a posteriori, particulièrement chez les hommes politiques. Ce phénomène de reconstitution, pour être rarissime, existe dans les milieux de la Résistance iséroise, avec le même phénomène des variations selon les publications, de la disparition de noms d’authentiques résistants au fil des éditions et au profit du « mémorialiste », de l’apparition à l’inverse de faits nouveaux jusqu’ici inconnus. Ce phénomène s’accentue parfois dans les témoignages oraux, plus fragiles, ou dans les discours prononcés à l’occasion de telle ou telle cérémonie. Ainsi a-t-on eu la surprise d’entendre, en 1999, un ancien combattant local évoquer les combats menés avec les partisans italiens après août 1944, puis la blessure reçue à l’occasion de ces combats, événements dont cette personne n’avait jamais parlé pendant plus d’un demi-siècle. Cette évolution mémorielle se nourrit parfois de lectures, s’accélère avec la disparition des derniers témoins. Nous n’aurons pas l’outrecuidance de rappeler la nécessité de confronter les témoignages entre eux, de les comparer aux documents, malgré les évidentes lacunes documentaires pour cette période, les archives officielles se montrant tout de même plus prolixes qu’on ne le croit trop souvent. Archives officielles ou « officieuses », ainsi les dossiers constitués à la Libération, notamment les biographies rédigées, et contrôlées, par certaines organisations d’anciens résistants – nous pensons à la FNAR (Fédération nationale des anciens de la Résistance) fondée par le commandant Nal.

Les déportés

  • 6 . On se souvient de la polémique provoquée par la prétention de certains travailleurs volontaires e (...)
  • 7 . Cf. dans le même ordre d’idées les déclarations de Variant Chalamov, auteur de la Kolyma, assuran (...)

10Ils forment un autre monde à eux seuls, souvent lié, mais pas toujours, au premier. Avec ses catégories particulières, celles des déportés pour faits de Résistance avérés, des déportés pour participation à des manifestations collectives (par exemple, le 11 novembre 1943), des déportés raciaux6. La notion encore plus délicate d’« interné » recouvre aussi bien les déportés dans les camps de travail, voire d’extermination, que les personnes arrêtées pour activités illégales à l’époque – ainsi les communistes avant 1941 du fait des décrets et lois répressifs émis par les gouvernements républicains d’avant juillet 1940 puis par Vichy-, mais aussi pour marché noir. Elle recouvre la situation de ceux qui ont connu les centres de résidence forcée, les prisons françaises, les geôles de la Gestapo, avec souvent application de la torture, voire les camps de déportation ou d’extermination. Variété encore, diversité, et difficulté de compréhension réciproque : ainsi cet ancien déporté, au sens fort du terme, comparant Fort-Barraux, centre de résidence forcée que nombre d’internés pouvaient quitter durant la journée pour travailler à l’extérieur, à une « colonie de vacances »7.

  • 8 . Cf. Dominique Bovetet et Jean-William Dereymez, « À propos de la rafle du 26 août 1942. Les Juifs (...)
  • 9 . Lucien Lazare, Le livre des Justes, Paris, Hachette-Pluriel, 1996.
  • 10 . Nous fûmes récemment l’auditeur effaré de « brèves de comptoir » n’émanant pas de résistants, mai (...)

11Ce qui est particulièrement frappant, quand on fréquente de près ces milieux, c’est le fossé existant encore entre le monde des résistants – qui a compris en son temps un nombre élevé de Juifs8 – auquel on peut joindre les déportés dits « politiques », c’est-à-dire pour faits de Résistance, et le monde des déportés raciaux. Nous n’entrerons pas ici dans la discussion sur l’existence ou non d’une résistance juive – en tant que telle – mais il faut admettre que le monde des résistants reste encore séparé de celui des Juifs persécutés. L’indifférence perdure, même de la part ceux qui se réclament aujourd’hui de l’antiracisme, le plus souvent d’ailleurs sous le terme générique et finalement très vague d’« antifascisme », plutôt que sous celui d’« antinazisme ». Or le fondement du nazisme n’était-il pas le racisme, principalement l’antisémite, ce qui n’était pas le cas du fascisme des origines ? D’admirables exceptions doivent être relevées, certains résistants isérois s’avérant aussi des « Justes », ainsi notre instituteur de l’école du cours Jean-Jaurès, Gaston Luyat, ou notre amie Anne-Marie Mingat9. L’un des buts de notre association tient justement dans la volonté de combler, au moins partiellement, ce fossé, souvent creusé par les mentalités de la France de l’entre-deux-guerres10.

12Les rapports des résistants et des déportés avec le musée sont souvent passionnels. La volonté de défendre sa « boutique », donc de faire apparaître son mouvement, son réseau, son maquis dans le musée, prétention tout à fait légitime d’ailleurs, paraît très partagée. Avoir « sa » salle constitue pour certains un but, qui s’accompagne de propositions d’« échange » d’archives. Volonté aussi fort partagée d’y faire apparaître sa figure tutélaire : il est vrai que l’absence de certaines figures emblématiques sur les cimaises du musée peut surprendre.

13On peut aussi discerner la volonté, heureusement très rare, plus personnelle, de se mettre en avant, ce qui finalement paraît « humain, très humain », mais aussi, plus gravement, aboutit à instrumentaliser la Résistance – rarement la Déportation –, à l’enfermer dans une vision univoque. L’ambition politique directe, ou, au fil des temps, indirecte, joue aussi. S’il n’y a plus aujourd’hui de partis politiques pour, comme l’Union démocratique et sociale de la Résistance (UDSR), se réclamer ouvertement de la Résistance, le label de « résistant » a longtemps servi dans les campagnes électorales. Aujourd’hui, on l’utilise, assorti de l’estampille « antifasciste », plutôt pour séduire un public « jeune », parfois ignorant. Une fois encore en oubliant l’hostilité à l’antisémitisme, qui paraît sinon taboue, du moins peu valorisante.

14Tout cela conduit une partie du monde de la Résistance ou de la Déportation à ne pas se reconnaître forcément dans le musée. D’autant que celui-ci possède une histoire particulière, car il fut créé à l’origine par l’association dont la nôtre est l’héritière directe. Ce musée fut longtemps considéré comme un musée de la Résistance communiste, image qui, comme un phénomène d’optique, persiste même après la départementalisation, l’installation dans de nouveaux locaux, et la modification profonde des représentations en 1994. Un autre des buts fondamentaux de notre association consiste à réconcilier certains résistants avec leur musée, en insistant sur les termes « leur musée ».

Acteurs non contemporains des faits

Les politiques

15Les partis interviennent peu en tant que tels, et l’on constate même, avec une certaine surprise, que les clivages politiques ne recouvrent pas forcément les clivages droite-gauche. On a vu en Isère s’effectuer des rapprochements « contre nature », entre « antifascistes » et amis de personnages politiques appartenant officiellement à la droite, mais situés idéologiquement à l’extrême droite, revendiquant par exemple une attitude franchement raciste. Ou à l’inverse, des rapprochements entre socialistes et centre droit, voire droite modérée.

  • 11 . Alain Carignon était alors maire de Grenoble et président du conseil général.

16Ces partis politiques, par contre, interviennent par l’intermédiaire de leurs élus, dont le poids s’est considérablement alourdi avec la décentralisation. Certes, on a pu constater ces dernières années un certain « retour des préfets » comme l’écrivent les spécialistes de politique administrative. Et Grenoble a connu une période de « cohabitation » avec une présidence de conseil général à droite et une municipalité à gauche ; mais les lois de décentralisation ont accordé de larges pouvoir au conseil général, notamment dans le domaine de l’autorité sur les Archives départementales et sur certains musées, particulièrement sur le Musée dauphinois, dont dépend le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, ainsi que sur d’autres, comme celui dit de l’Ancien Évêché. La départementalisation résulta d’une décision prise par celui qui occupait en même temps les fonctions de président du conseil général et de maire de Grenoble11, mais le MRDI aurait pu être municipal ou national. On peut remarquer que le ministère de la Culture continue d’être l’une de ses puissances tutélaires.

17Cette départementalisation a rapproché élus et musées, ce qui présente d’énormes avantages, notamment du point de vue financier. Mais elle a aussi rapproché le personnel des musées de leur « patron », ce qui n’en est pas forcément un. Et elle a aussi rapproché le pouvoir de décision – le conseil général – des divers groupes de pression locaux. Avec parfois des interférences, certains des membres de ces groupes étant eux-mêmes candidats ou futurs candidats, ou candidats par amis interposés au conseil général.

18Se sont développés également une administration départementale, avec ses propres intérêts, et des cabinets auxquels on délègue beaucoup. On peut souligner aussi le rôle de la presse de « communication politique » des collectivités territoriales, qui joue souvent sa propre partition, entre cabinets et groupes de pression. Administration départementale et communicants politiques occupent une place d’autant plus grande que les élus se tiennent au courant des tenants et des aboutissants des problèmes, mais, souvent trop chargés de travail, délèguent les choix à des membres de cabinets, venus d’autres régions de France et donc peu au fait de l’histoire régionale, qui apposent des schémas valables là mais pas forcément ici.

19En revanche, les organisations politiques non traditionnelles, ou du moins certaines d’entre elles, interviennent, soit ouvertement, soit, ce qui est moins démocratique, non ouvertement. Ces organisations sont parfois structurées, ayant pignon sur rue, ce qui permet de les identifier. Mais elles prennent aussi la forme de réseaux d’influence, plus diffus et plus discrets, mais non moins présents. Réseaux servant des hommes politiques professionnels ou amateurs, fonctionnant parfois sur des présupposés idéologiques bien dépassés. Pour ne prendre qu’un exemple, hélas actuel, l’antisémitisme prend dans la France d’aujourd’hui des formes nouvelles, inédites par rapport à la tradition antisémite française – car hélas, il existe une tradition antisémite française –, des formes plus insidieuses, appartenant au domaine du non-dit.

Les muséograpbes

20Nous en avons déjà parlé en disant quelques mots de leurs rapports avec les élus. N’a-t-on point entendu un élu de haut niveau déclarer que le personnel des musées, relevant de l’autorité politique, se devait donc d’obéir aux décisions du politique ? Affirmation qui se situe dans la logique du système représentatif. Et un muséographe de répondre en écho qu’il « obéissait aux ordres ».

21La présence des muséographes est aujourd’hui indispensable. Ceux qui hantèrent jadis les salles de l’ancien musée de la Résistance et de la Déportation, d’aspect éminemment sympathique, avec ses vitrines bourrées d’objets – on pouvait parler à leur propos de « musée à la Tintin » –, savent que le rôle et l’action de ces professionnels sont primordiaux. On ne peut plus présenter des collections « à l’ancienne », d’autant que la technicité de la muséographie, donc sa complexité, croissent.

22Mais se pose la question de la formation des muséographes. Doivent-ils être avant tout des historiens, voire des archéologues, des spécialistes de la présentation des objets, voire de la scénographie ? Leur formation ne doit-elle être pas se spécialiser pour englober une partie solide sur l’histoire contemporaine, particulièrement celle de la Seconde Guerre mondiale, et sur la science politique ? Ne peut-on imaginer, comme pour les historiens d’ailleurs, ou les enseignants, une formation permanente ? Doivent-ils, au-delà de la nécessaire indépendance d’esprit, de l’indispensable liberté d’action, agir absolument seuls ? D’autant que la diversité des approches paraît vitale en ce domaine. À Grenoble, la forte présence du Musée dauphinois, dont on ne peut ignorer les éminentes qualités, interroge : d’autres points de vue sur les objets présentés ne pourraient-ils pas, ne devraient-ils pas, élargir le champ de la réflexion ?

Les historiens

23L’appellation « historiens » recouvre à la fois les « professionnels » et les « amateurs », cette dichotomie ne s’avérant en rien péjorative. N’a-t-on pas entendu récemment une historienne « professionnelle » déclarer qu’elle ne pouvait répondre à une question sur l’origine religieuse des résistants, parce que son corpus (sic) ne comportait pas d’indications de la religion des résistants, alors que tout étudiant de première année d’un département d’histoire sait que la règle de base de l’historien est la confrontations – et donc la critique – des sources ? N’a-t-on pas aussi entendu des professeurs du second degré avouer qu’ils ne connaissaient pas les événements de la Résistance dans la région parce qu’ils n’étaient pas originaires du Dauphiné ? Que penser aussi des étudiants qui, grâce à l’ouverture plus grande – et l’on doit s’en réjouir – des archives, arrivent parfois sans précautions sur des terrains difficiles, pour ne pas dire minés, dont la déflagration ne les touchera pas, mais blessera les personnes citées dans les sources ? Que fera par exemple un étudiant de telle lettre qu’un « résistant » grenoblois adressa au préfet de l’Isère, louant la Légion des combattants dans laquelle il se targuait d’avoir activement milité ?

24Des historiens appartenant à la génération qui a connu ou « presque » connu la guerre – Paul et Suzanne Silvestre, Pierre Bolle, Roland Lewin, et, dans une moindre mesure parce que ce n’est pas leur sujet de prédilection, Pierre Broué, Bernard Comte – ont assez tôt labouré le champ. Aujourd’hui, l’intérêt va croissant, comme le montrent travaux d’étudiants et thèses récentes. Un « creux » s’est produit dans la génération d’après-guerre, celle du « baby-boom » avec peu de noms (Claude Collin, nous-même). Toutefois, toutes générations confondues, la cohorte paraît finalement assez maigre. Et nombre de travaux sont restés confidentiels.

Les citoyens (le « public »)

  • 12 . MRDI, Rapport d’activité de l’année 2000, p. 3. « Le nombre des entrées individuelles continue in (...)
  • 13 . Cf. à ce propos la communication de Gilles Vergnon dans le présent volume.

25Le public est parfois présent, parfois absent : le nombre de visiteurs adultes, ce que les muséographes appellent « visiteurs spontanés » du musée stagne, voire régresse, phénomène qui n’est pas propre au MRDI12. Une désaffection réelle pour les musées de la Résistance et de la Déportation existe, à l’exception des lieux « prestigieux » et emblématiques, par leur charge dramatique donc émotionnelle (dans notre région, le Vercors par exemple13). La désaffection ne touche pas que les musées de la Résistance et de la Déportation : le Centre national d’art contemporain (CNAC) à Grenoble est aussi souvent désert.

26Le devoir impose d’attirer ce public adulte, qui, finalement, représente le public citoyen, celui qui vote, celui qui élit, ou du moins qui est censé le faire. Celui qui in fine désigne les superviseurs du musée. Ce « public » il est vrai n’attend pas du musée d’être un simple conservatoire – un temple de Clio, puisque étymologiquement un musée est un « temple des Muses » ; il entend aussi qu’il établisse un lien avec ses préoccupations de citoyen d’aujourd’hui, en évitant les rapprochements abusifs ou forcés, les anachronismes, et la monopolisation des lieux par tel ou tel groupe préoccupé de résultats partisans immédiats.

27Le nombre de ceux que les muséographes appellent les « visiteurs captifs », c’est-à-dire le public des scolaires, progresse par contre, et l’on ne peut que s’en réjouir. D’autant que l’accueil s’est considérablement amélioré, grâce à la création d’une salle dite pédagogique. Ce succès pose cependant la question de la formation des maîtres, et nous devons exprimer une certaine déception devant les réactions, ou l’absence de réaction, de certains de nos collègues des premier et second degrés, ainsi que devant le recul de la formation permanente. La participation aux jurys du concours de la Résistance montre les limites des connaissances des professeurs du second degré : le cliché récurrent de la « bête immonde », emprunté par Bertold Brecht à l’Apocalypse, la croyance en l’invention des camps de concentration par Hitler, l’analyse sommaire de la Résistance confondue avec les maquis, jalonnent trop de copies pour n’être que le fait des élèves.

Bilan

  • 14 . Ainsi en va-t-il du mémorial de Vassieux-en-Vercors, où la Résistance et la Déportation disparais (...)

28La mauvaise solution pour un musée serait de le confier uniquement à l’un des groupes d’acteurs considérés supra. Le confier aux résistants et aux déportés ou à certains groupes et aboutir à une vision « résistancialiste », ou pire au service de certains résistants, voire d’un résistant qui s’autoproclamerait « chef de la Résistance en Isère » ; le confier aux élus développant leurs propres logiques d’élus et de rééligibles, leurs alliances, désalliances, mésalliances politiques ; le confier aux muséographes soucieux de leurs propres impératifs14 ; ou le confier aux historiens demeurant parfois trop penchés sur leurs « sources », enfermés dans leurs problématiques ; ou le confier aux citoyens dont les légitimes aspirations contemporaines doivent être tempérées. Ces divers acteurs, peut-on objecter, sont représentés dans les conseils scientifiques, mais un conseil scientifique, si large et représentatif soit-il – et la représentativité de tel ou tel sera toujours contestée –, ne pourra jamais regrouper tous ceux qui s’intéressent ou qui doivent s’intéresser au musée.

29Notre conclusion sera simple, en forme de plaidoyer pro domo nostra. Qui peut faire la synthèse ou plutôt tenter la difficile synthèse des points de vue, sans forcément tendre au sacro-saint consensus, au compromis que d’aucuns taxent de compromission, donc sans éviter les débats, voire en exposant les débats – à quand une exposition sur les interprétations, voire sur les instrumentalisations de la Résistance ? – entre les différents acteurs ? Qui, sinon une association des Amis, dont la légitimité, pour suivre Max Weber, s’avère à la fois traditionnelle, puisqu’elle est l’héritière des pères fondateurs du musée, légale et rationnelle, car elle se fonde sur un fonctionnement démocratique ? Une association regroupant les organisations de résistants et de déportés, les historiens, les politiques, les citoyens. Une utopie ?

Notes

1 . L’association des Amis du musée départemental de la Résistance et de la Déportation de l’Isère édite une revue, Résistance et Déportation, ainsi qu’un bulletin, la Lettre de Résistance et Déportation, que l’on peut se procurer au siège, musée départemental de la Résistance et de la Déportation de l’Isère (MRDI).

2 . Précisons que nous ne tenterons pas de définir le vocable « résistant ».

3 . Son rachat par Schneider SA et sa fusion avec d’autres entreprises du groupe ont abouti à un changement de dénomination (« Schneider Electric »).

4 . Cf. Paul Dreyfus, « Quand les rangs s’éclaircissent », Résistance et Déportation, 1, p. 22-25.

5 . Cf. Jacques Duclos parlant dans ses Mémoires (tome 3, 1re partie, p. 12) des « communistes [qui] étaient tombés pour la libération de la Patrie » [avec un « P » majuscule] ; ou le paragraphe 4, du chapitre X de l’Histoire du PCF manuel de 1964, intitulé « la lutte du Parti communiste pour la victoire et la grandeur de la France ». Dans ce manuel, notons que le mot « antifascisme » n’apparaît dans aucun titre de paragraphes ni de sous-paragraphes sur toute la période de la guerre et de la Résistance.

6 . On se souvient de la polémique provoquée par la prétention de certains travailleurs volontaires en Allemagne à se proclamer « déportés ».

7 . Cf. dans le même ordre d’idées les déclarations de Variant Chalamov, auteur de la Kolyma, assurant qu’il aurait aimé connaître le camp fréquenté par Ivan Denissovitch, le héros du premier récit de Soljénitsyne, car c’était une « colonie de vacances ».

8 . Cf. Dominique Bovetet et Jean-William Dereymez, « À propos de la rafle du 26 août 1942. Les Juifs en Isère (1940-1944) », La pierre et l’écrit, 1994-1995, p. 139-198.

9 . Lucien Lazare, Le livre des Justes, Paris, Hachette-Pluriel, 1996.

10 . Nous fûmes récemment l’auditeur effaré de « brèves de comptoir » n’émanant pas de résistants, mais prouvant que tous les clichés les plus éculés de l’extrême droite de l’entre-deux-guerres peuvent encore avoir cours chez certains de nos compatriotes. Du travail en perspective pour les organisations antifascistes...

11 . Alain Carignon était alors maire de Grenoble et président du conseil général.

12 . MRDI, Rapport d’activité de l’année 2000, p. 3. « Le nombre des entrées individuelles continue inexorablement de diminuer », souligne le rapport.

13 . Cf. à ce propos la communication de Gilles Vergnon dans le présent volume.

14 . Ainsi en va-t-il du mémorial de Vassieux-en-Vercors, où la Résistance et la Déportation disparaissent derrière la théâtralisation (cf. communication de Gilles Vergnon).

Auteur

Jean-William Dereymez est agrégé d’histoire et docteur en science politique, maître de conférences de science politique à l’IEP de Grenoble. Il était en 2000 secrétaire général de l’Association des amis du musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère. Enseignant-chercheur au PACTE-CERAT (Politiques publiques, action politique, territoire – Centre de recherche sur le politique, l’administration, la ville et le territoire) – NRS-FNSP (Centre national de la recherche scientifique-Fondation national de sciences politiques) et chercheur associé au CRHIPA (Centre de recherche en histoire et histoire de l’art. Italie, pays alpins), il est l’auteur de nombreux travaux sur la Seconde Guerre mondiale. Il est le responsable français du programme européen « Mémoire des Alpes. Sentiers et lieux de la Liberté (1939-1945) », organisateur des colloques internationaux « Être jeune en France, 1939-1945) » en 1997 et « Les Juifs dans les Alpes, 1938-1945 » en 2004.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540