Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

Le musée de la 1re Brigade de marche limousine à Peyrat-le-Château

Gilbert Champaud

Texte intégral

1À Peyrat-le-Château, sur l’un des hauts lieux de la Résistance, sur le territoire de la 1re Brigade de marche limousine du 1er maquisard de France Georges Guingouin, un musée retraçant cette page de gloire a ouvert ses portes : un souhait du colonel Guingouin, partagé par de nombreux résistants ou amis de la Résistance. Bien sûr, il existe à Limoges un musée de la Résistance, le musée Henri-Chadourne, du nom du maire de Limoges à la libération de la ville. Mais, ce musée se veut le reflet de l’ensemble de la résistance limousine. Curieux, soit dit en passant, qu’il ne porte pas le nom du libérateur de Limoges : Georges Guingouin !

2Le musée de Peyrat ne doit son ouverture qu’à la ténacité d’un agriculteur d’Eymoutiers : Denis Magadoux. Avant lui, deux habitants d’Eymoutiers, un instituteur et un lieutenant des « légaux », ont tenté, sans succès malgré l’aide de Guingouin, de créer à Eymoutiers le premier lieu de mémoire de la 1re Brigade. Ces échecs vont galvaniser Denis Magadoux. Dès 1985, il va commencer à accumuler les documents, et à les classer avec l’aide de sa femme. À Guingouin, il affirmera : « Je le ferai ce musée sur la Résistance. » Guingouin le connaît bien, ce « gamin têtu, obstiné ». Dès le début de la clandestinité, Georges Guingouin, secrétaire du secteur du PC, se cachait chez Firmin Magadoux, membre lui aussi du Parti communiste, père de Denis. Ce dernier avait aperçu l’homme traqué et bien vite compris qui il était. Adolescent, il avait tenu à participer aux combats du maquis, ce qui lui a valu d’être parmi l’un des plus jeunes titulaires de la carte de combattant de la Résistance. C’est pourquoi Georges Guingouin n’hésitera pas à faire confiance à Denis Magadoux. L’avenir prouvera qu’il avait raison. Mais, avant l’inauguration officielle, que de bâtons dans les roues du futur musée, que de croche-pieds ! Denis s’est entouré de trois amis enthousiasmés par son projet. Ils travailleront pour une première apparition aux cérémonies de la commémoration des combats du mont Gargan en juillet 1990. Oh ! deux tableaux, quelques armes et une annonce du futur musée à Eymoutiers.

3Nouvelle exposition lors d’un repas de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR) cantonale à Nedde. Quatre tableaux et toujours l’annonce de l’ouverture du musée. Nous sommes en novembre 1990. Bien que le compte rendu du conseil municipal d’Eymoutiers (Populaire du Centre du mercredi 29 juin 1982) annonce « la création d’un musée de la résistance au premier étage de la maison Malavaud avec décoration de certains murs du futur musée par notre compatriote Paul Rebeyrolle, artiste de réputation mondiale », huit ans après rien n’a été entrepris. Une subvention a même été accordée. Qu’est-elle devenue ?

4« Personne ne croyait qu’il [Denis Magadoux] était capable de réaliser son projet. Évidemment, il n’était pas un intellectuel ni un historien, et pourtant il avait trouvé et répertorié une documentation incroyable sur cette page d’histoire de notre Limousin », dira Thérèse Monot, présidente de la FNDIRP (Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes) lors de l’inauguration du musée à Peyrat-le-Château. Pourtant, avant cette inauguration, que d’entraves, que de soucis !

5L’équipe comprend alors qu’il faut avancer rapidement et préparer une exposition complète qui aura lieu à la mairie d’Eymoutiers deux ans plus tard (juillet et août 1992). Sur l’invitation officielle, on peut lire : « Les fondateurs du musée de la 1re Brigade de marche limousine du colonel Guingouin vous invitent à visiter la pré-exposition du futur musée de la Résistance d’Eymoutiers le dimanche 12 juillet à 11 heures à la mairie d’Eymoutiers, en présence du colonel Georges Guingouin, de Robert Vollet, secrétaire général de l’ANACR. »

6Cette exposition va obtenir un grand succès populaire. Le musée allait suivre, pensions-nous...

7Coup d’épée dans l’eau ! Opposition politique ? Opposition personnelle à l’équipe de Denis Magadoux ? « Le musée ne se fera qu’avec l’ANACR », nous dira monsieur le maire d’Eymoutiers. Denis Magadoux était membre du bureau cantonal de l’ANACR et des Amis du musée de la Résistance de Limoges ! Il en fallait beaucoup plus pour décourager un homme de sa trempe ! En 1993, l’équipe de Denis Magadoux va devenir officiellement Association des créateurs et des amis du musée départemental de la Résistance de la 1re Brigade de marche limousine » (Journal officiel Au 7 novembre 1993).

8Heureusement, après maintes recherches, de grosses déceptions, de nombreux espoirs non concrétisés, la municipalité de Peyrat-le-Château accepte d’accueillir le musée dans trois salles de la tour. Elle participera à l’installation avec l’achat de vitrines et l’aménagement intérieur. De gros travaux ont été nécessaires pour rénover ce château mais le résultat est un cadre superbe.

9Avant d’installer définitivement le musée, il faudra tout de même attendre cinq années. L’association participera à différentes expositions à Saint-Junien, Limoges et Peyrat-le-Château (août 1994), un avant-goût pour les Peyratois avant l’inauguration officielle du musée en mai 1999. Hélas celui qui avait tout sacrifié à « son » musée, celui qui s’était battu contre vents et marées pour cette ouverture, même en dehors de sa commune natale, nous quittait brutalement en avril 1999. Denis n’avait vu qu’une grande esquisse des trois salles d’exposition. Les membres de l’association ont terminé le travail pour leur ami, pour que cette œuvre de mémoire se poursuive dans le temps.

10L’appui du colonel Guingouin a permis d’apporter de nombreuses précisions aux tableaux exposés : une évocation pédagogique de toute la lutte pour la libération du sol limousin. Ce sont les premières fausses cartes d’identité fabriquées par Georges Guingouin dans sa mairie de Saint-Gilles-les-Forêts, les premières caches chez ses amis, avant de se retrouver premier maquisard de France dans les bois de la Corrèze. C’est aussi les rapports de la police pour retrouver l’insaisissable « homme de la nuit ». Ses premières armes ? La ronéo et les premiers papillons, les premiers tracts appelant à la lutte contre les valets de Pétain ou l’occupant nazi. Les sabotages : botteleuses, batteuses, pas de foin, pas de blé pour l’ennemi ; le viaduc de Bussy-Varache, pas de jeunes pour les usines allemandes. C’est encore la vie quotidienne des maquisards, cette résistance insaisissable parce que issue du peuple. Ou encore ces femmes comme la « mère du maquis » Maria Bourdarias, Camille Samy, institutrice communiste révoquée en 1940 qui, dans la clandestinité, sera au service total de la première brigade même dans les moments les plus durs, les combats du mont Gargan, etc. Sans oublier les « légaux », ces résistants à part entière, travailleurs le jour, maquisards la nuit, qui ont tenu un rôle important dans cette période 1940-1944. Les exploits de Guingouin et d’une poignée de maquisards, ses fidèles compagnons : « vol » de dynamite aux mines de wolfram de Saint-Léonard ; destruction des chaudières de l’usine Wattelez du Palais-sur-Vienne, près de Limoges – elle produisait 20 tonnes de caoutchouc par jour pour l’industrie allemande. Les parachutages d’armes, dont le premier destiné à la première brigade eut lieu dans la nuit du 18 au 19 août 1943 grâce à une ruse du colonel Charles Gaumondie auprès de gradés alliés, puis ceux, massifs, du 14 juillet 1944, premiers parachutages en plein jour, sont représentés. Nous retrouvons les combats du mont Gargan, furieuse bataille qui retardera la division « Das Reich » de 48 heures, ce qui permettra au généralissime Eisenhower d’affirmer que les actions du maquis ont sauvé la tête du pont allié sur le front de Normandie. La libération de Limoges et le dernier combat de Georges Guingouin lors de la libération d’Angoulême complètent les deux premières salles de ce musée que nous avons parcourues sommairement. Ce premier volet, complété par les armes des maquisards, nous l’avons baptisé « salles Denis Magadoux ». Un hommage à la mémoire du créateur de ce musée.

11La troisième salle est dédiée à Thérèse Menot, résistante déportée à Ravensbrück, un soutien sans faille à notre équipe et à Denis Magadoux lors de ses rares moments de blues, bien compréhensibles eu égard aux réticences des élus à accorder une salle. Les exactions de la milice, « ces apprentis sorciers vichystes qui ont porté la trahison à la hauteur d’une institution », des nazis et de leurs horribles crimes – Tulle, Oradour-sur-Glane – y sont présentées. Les camps d’internement de Saint-Paul, Nexon, libérés par les hommes de la 1re Brigade, celui de Saint-Germain-les-Belles. Et, hélas les nombreuses listes de maquisards, de légaux, tués au combat ou morts en déportation, gravées à jamais sur les trop nombreuses stèles qui tachent nos belles routes limousines. Ils côtoient des tenues de déportés : les camps nazis...

12Un émouvant témoignage, un témoignage concret des horreurs de la guerre et du fanatisme mais aussi du courage, du sens de l’honneur, du devoir des valeureux combattants de la 1re brigade du colonel Guingouin, que ce musée d’une petite localité de la Haute-Vienne, réalisé sans aucune aide financière publique (seuls les quatre membres créateurs ont participé avec leurs propres deniers). Et qui n’est, en aucun cas, comme d’aucuns l’annoncent, une décentralisation du musée de la Résistance de Limoges. Un musée à résonance départementale, certes ; régionale, sûrement, mais aussi nationale comme nous le diront bon nombre de visiteurs. Pour terminer, comment ne pas citer l’appréciation de l’instituteur Georges Guingouin lors de sa première visite du musée de Peyrat-le Château en 1999 : « Je vous gratifie d’un 18 sur 20. » Denis Magadoux et ses copains ont réussi.

Auteur

Gilbert Champaud a exercé le métier de journaliste. Il est secrétaire de l’Association des créateurs et amis du musée de la Première Brigade de marche limousine du colonel Georges Guingouin. Fils de résistants (légaux) liés au maquis de Guingouin, son enfance se déroule au sein de la Résistance. Il collaborera avec Denis Magadoux, le créateur du musée à Peyrat-le-Château (87), bourg du plateau de Millevaches, et il achèvera le musée après le décès de celui-ci.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable