Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idiotie en politique

 | 
Lynda Dematteo

Conclusion

Texte intégral

1Les chercheurs italiens qui se sont penchés sur la réalité sociale de la Ligue du Nord ont pour la plupart négligé de mentionner les comportements clownesques, le contenu iconoclaste et la tonalité décalée des discours militants, pour s’interroger sur l’émergence d’une réalité ethnique post-moderne. Sans doute faut-il incriminer une certaine pudeur académique, voire un certain embarras culturel, car ce mouvement populaire est en fait le contre-produit d’une réalité institutionnelle que l’on préfèrerait passer sous silence. La démarche ethnographique m’a incitée, au contraire, à prendre la menace sécessionniste un peu moins au sérieux et les aspects saugrenus des interactions, pas du tout : lorsque l’invraisemblable devient votre quotidien, il est difficile de ne pas en faire l’objet privilégié de votre réflexion.

2J’ai tout d’abord été saisie par un sentiment d’incrédulité tel que j’en suis venue à craindre de ne pas être crue à mon retour. La réalité de mon terrain m’apparaissait si peu vraisemblable qu’elle me semblait tout simplement indescriptible. Je me suis laissée « embrouiller » par les discours à rebours des militants de la Ligue au point de me sentir happée par leur fiction idéologique. Mes capacités d’analyse sont alors devenues des instruments de résistance psychologique. Il me fallait « désembrouiller » leurs discours. J’y suis enfin parvenue en prenant conscience que la résistance psychologique que je déployais contre l’entreprise propagandiste de la Ligue me portait à utiliser les mêmes procédés que ses instigateurs : la dérision, les antiphrases... L’expression de mon malaise, de ma colère parfois, empruntait elle aussi les voies de la dissimulation, de l’inversion et de la moquerie, c’est donc l’étude de mes propres réactions qui allait me livrer la clé de l’action des cadres du parti.

3Les militants de la Ligue du Nord sont convaincus du bien-fondé de leur violence, car ils sont persuadés d’être, eux, victimes du racisme. Ils font bien état d’une persécution réelle, mais cette persécution est « rapportée dans la perspective des persécuteurs ». Seule la nature grotesque de leurs griefs hypothèque sérieusement l’adhésion qu’influence, par ailleurs, leur force de conviction. Lorsque je refusais tout net de me rendre à leur avis, c’était moi l’idiote dont ils se moquaient : j’étais pour eux l’étudiante bien-pensante incapable d’aller au-delà de la vulgate anti-raciste et mon aveuglement devenait criminel, car je me faisais ainsi la complice d’un « ethnocide padan ».

4Durant les premières semaines, ma principale préoccupation fut de rester impassible devant les propos des militants, sous peine de me voir exclue du groupe. C’est en suivant le secrétaire provincial Daniele Belotti sur la pente de la dérision que je suis sortie de l’état d’exaspération où me plongeaient les déclarations autochtones. Je pense que cette évolution personnelle est riche d’enseignements, elle permet de saisir comment un individu quelconque en vient à militer dans la Ligue du Nord. Loin d’être une fatalité, c’est le fruit d’un décervelage que n’aurait pas désavoué Alfred Jarry. Les discours de la Ligue sont en effet sciemment « folklorisés » par ses locuteurs. Cette politique de communication pourrait sembler « machiavélique » si elle ne présentait, néanmoins, deux difficultés : en corrigeant leurs déclarations les plus choquantes par des détails incongrus qui en annulent la portée, les représentants de la Ligue parviennent bien à faire passer leurs idées, mais ils ne sauraient les légitimer ; en se routinisant, leur mystification ne saurait se perpétuer : ils sont pour ainsi dire condamnés à la surenchère bouffonne. Cette stratégie porte donc en elle ses propres limites et condamne par avance le mouvement leghista, révélant ainsi sa dimension essentiellement transitoire.

5Mes observations ethnographiques m’ont peu à peu convaincue que les manifestations de la Ligue du Nord entretenaient une affinité certaine avec les rites d’inversion que les anthropologues ont pu observer dans les sociétés exotiques, rites que l’on retrouve également en Europe, sous des formes folklorisées, dans les manifestations du carnaval. Le cycle rituel des « phases d’interrègne » s’apparente en effet au cycle de celui-ci : durant une phase transitoire un esclave occupe le pouvoir, l’ordre est subverti et tous les excès deviennent licites. Le succès foudroyant de cette formation, puis sa déroute tout aussi précipitée suffiraient à éveiller notre curiosité intellectuelle.

6En 1991, le serment de Pontida inaugure en quelque sorte un cycle rituel dans lequel le rite de l’ampoule viendra s’inscrire en 1996. Le premier rassemblement de masse orchestré par Bossi est un rite expiatoire : les élus lombards (comme les guerriers du XIIe siècle) font le serment de rester unis jusqu’à ce que la république du Nord soit libérée du joug romain. Le second est un rite propitiatoire, une régénérescence symbolique de la nation qui ouvrira cette vaste mise en scène collective que fut la « déclaration d’indépendance » de la Padanie. Entre ces deux dates, on estime que l’Italie a « changé » de république.

7Les élections politiques qui suivent le serment de Pontida entérinent le déclin de la Démocratie chrétienne et la Ligue du Nord s’affirme alors comme le premier parti du Nord de l’Italie. Cette « explosion » électorale ne saurait se comprendre sans connaître les provinces blanches, les valeurs qui les animent, les rapports de pouvoir qui les régissent et les tensions qui les traversent alors. Les systèmes politiques démocrates-chrétiens sont particulièrement fermés, opaques, ils n’ont pas su intégrer de nouvelles revendications. Lorsque les transferts de fonds publics se sont taris et que les administrateurs, sous la pression du centre et, bientôt, sous celle des juges, sont devenus pointilleux sur le respect des règles, le large consensus dont ils avaient bénéficié s’est brutalement disloqué. En théâtralisant les antagonismes sociopolitiques, les leghisti transforment « un drame potentiel en dessin animé » comme l’a dit l’éditorialiste Indro Montanelli. Ils détournent la colère des classes subalternes sur des « responsables » extérieurs à la communauté locale (les Méridionaux, les jacobins, les francs-maçons, les Américains...) et empêchent les communistes de « hisser le drapeau rouge » sur les palais municipaux du Nord.

8Le passage de l’ancien au nouvel ordre est généralement marqué par des actes héroïques et/ou transgressifs. Les leghisti, soudain élevés aux rangs les plus hauts, ont adopté des comportements outranciers qui révélaient la précarité de leur nouvelle position. En s’élevant bruyamment contre le formalisme de l’univers institutionnel, ils ont aboli l’appareillage symbolique de la représentation politique. Le langage dialectal, parce qu’il symbolise l’extériorité, la pureté et la transgression carnavalesque, a assumé ici une fonction tout à fait centrale.

9Du jour au lendemain, le « raté » Umberto Bossi devient sénateur pour réformer les règles institutionnelles et remédier ainsi à la dégradation morale de la nation. De ce point de vue, il s’apparente au masque paysan qui, dans la tradition italienne, prenait sur lui de dénoncer publiquement les vices et les abus de la collectivité à l’occasion des bosinade. Dans les rites d’inversion, le masque a généralement une fonction bien précise : il effraye, sans trop effrayer, pour accélérer le changement et dissoudre les tensions qui traversent la société. En général, il figure à la fois l’ancien et le nouveau (Turner 1990 : 166). Cette perspective m’a donc amenée à considérer avec la plus grande attention la figure du leader. Umberto Bossi est un personnage tout à fait caricatural (tellement contradictoire par certains aspects qu’il en devient comique). C’est un masque qui transgresse les normes et qui, en réalisant une inversion de statut, permet à des personnes marginalisées, issues d’horizons sociaux et/ou politiques différents, de retrouver une image positive d’elles-mêmes en s’affirmant padanes, contre le sentiment de la majorité des Italiens.

10Lors des « phases d’interrègne » les sentiments ambivalents que suscitent les figures de pouvoir se théâtralisent. La scène de l’autocar est, de ce point de vue, tout à fait révélatrice. Elle m’a conduite à formuler une hypothèse sur la nature de la fascination que Bossi exerce sur les masses septentrionales. À l’occasion de ma première « marche aux flambeaux » en compagnie des militants bergamasques, j’ai été saisie par le comportement clownesque de l’un d’entre eux. Le général Zanga (comme on le surnomme) a une fonction bien particulière au sein du groupe : il condense et anime le chahut le temps des voyages en autocar. Le « personnage » que les autres l’amènent à jouer pour eux est le produit de l’effervescence contestataire de la section de Bergame. Les militants en font un substitut grotesque du chef en remplaçant, dans les chants partisans, le nom de Bossi par celui du Général. Il s’agit donc d’un « double parodique » du pouvoir à l’échelle du groupe militant, comme Bossi peut l’être à l’échelle de la nation. Le chahut engendrerait des figures outrancières de l’autorité sur lesquelles les acteurs rejetteraient ensuite la responsabilité des excès collectifs. À l’image du leader, le général Zanga est le fou qui prend sur lui d’exprimer l’extrémisme des militants qui le pressent de leurs exhortations. S’ils se moquent de lui, ils participent activement à la performance. Leurs moqueries sont en réalité une condamnation indirecte de leur propre manière d’agir. La Ligue permet ainsi à ses militants d’être fascistes sans vraiment l’être : ils jouent avec les symboles du régime mussolinien, mais l’extrémiste, le fanatique, c’est toujours l’autre, et, en dernière instance, Bossi ; le bouffon que les Italiens du Nord condamnent en approuvant tacitement ses provocations, le bouffon auquel ils peuvent s’identifier sans risque pour leur conscience puisque personne ne saurait le prendre au sérieux sans tomber à son tour dans le ridicule.

11Le pouvoir qui s’affirme dans les « phase d’interrègne » est un faux pouvoir (un pouvoir de façade outrancier), un fauteur de désordre et non un créateur d’ordre ; il fait désirer un retour au règne de la règle. Ces manifestations rituelles permettent, en effet, de revigorer le pouvoir et, parfois même, de relégitimer les représentants de l’ancien système. Dans la Bergamasca, la parenthèse leghista est analysée comme une manifestation carnavalesque par les acteurs politiques locaux : durant leurs mandats, les élus de la Ligue se sont révélés de piètres administrateurs, ils n’ont pas su manœuvrer entre les différents groupes d’intérêts qui se partagent ordinairement le pouvoir dans la province et leurs initiatives ubuesques ont fini par impatienter les électeurs, qui ont finalement réélu d’anciens démocrates-chrétiens passés à Forza Italia.

12Les électeurs bergamasques ont sans doute cessé d’être dupes, car l’indépendantisme padan ne fut jamais qu’une vaste escroquerie. Les élus de la Ligue font tout le contraire de ce qu’ils prétendent réaliser : ils centralisent le pouvoir à l’échelle régionale, au détriment des collectivités territoriales, et se montrent particulièrement jaloux des privilèges de leur statut. Ils se sont efforcés de donner de l’épaisseur à la sécession du Nord en multipliant les « simulacres institutionnels » au service de la nation qu’elle a imaginée en combinant des matériaux symboliques disparates. Le projet « Bergame Province autonome », sur lequel l’administration provinciale fit campagne en 1995 puis en 1999, est intéressant, parce qu’il entre en contradiction avec les convictions autonomistes que les élus de la Ligue affichent par ailleurs. Dans l’optique de la Ligue du Nord, la réforme de l’État doit partir de la base : forte de ce principe, elle espère doter toutes les provinces septentrionales de la même autonomie fiscale et normative que les provinces de Trente et Bolzano en recourant au référendum d’initiative populaire (art. 71 de la Constitution italienne). Pour asseoir son projet, la Ligue fait fi de toutes considérations historiques et prétend s’appuyer sur le principe d’égalité entre les citoyens (art. 3) pour revendiquer les mêmes droits que les habitants des deux provinces autonomes. Il lui semble injuste que « des citoyens italiens, sous prétexte qu’ils parlent allemand », puissent retenir dans leur province 80 % des recettes fiscales alors que la Bergamasca n’en retient que 3 % seulement. Pour elle, ces distinctions n’ont plus lieu d’être au sein de l’espace communautaire, elle revendique donc les mêmes « privilèges », car, comme l’affirme le président leghista Giovanni Cappelluzzo : « La volonté de promouvoir l’égalité ne peut passer par une restriction des droits qui ont jadis été octroyés, elle doit au contraire passer par l’attribution de ces mêmes droits et libertés à ceux qui ne les ont pas. » Ce projet a une dimension instrumentale avouée : il n’est qu’une étape dans la longue marche vers l’indépendance de la Padanie. La dimension provocatrice et propagandiste n’en est que plus évidente. L’abandon de ce projet au lendemain de la défaite électorale de 1999 dénonce l’artificialité de l’initiative. La Ligue promeut des « artifices juridiques » pour nourrir un artefact : la Padanie. L’ironie d’une telle entreprise méritait d’être relevée. Elle peut justifier le succès électoral, mais il n’est pas dit que tous les électeurs bergamasques l’aient saisie.

13Si les élus de la Ligue s’efforçaient de crédibiliser leur incidence sur le cours des événements lorsqu’ils étaient marginalisés, ils masquent les enjeux réels de leur action institutionnelle depuis qu’ils sont au pouvoir. Après la retentissante victoire de la coalition du centre droit, le 13 mai 2001, le leader de la Ligue du Nord est entré dans le second gouvernement Berlusconi comme ministre des Réformes institutionnelles avec la ferme intention de réaliser ce qu’il appelle la « dévolution  ». Ce qu’il entend par là n’a rien à voir avec les réformes institutionnelles engagées par Tony Blair en faveur de l’Irlande du Nord, de l’Ecosse et du pays de Galle. Les deux systèmes institutionnels sont tellement différents que la comparaison n’a aucun sens pour les constitutionnalistes. Depuis la réforme constitutionnelle introduite en 2001 par le centre gauche, les régions italiennes disposent d’une autonomie administrative bien supérieure à celle des territoires britanniques. Encore une fois, la référence est purement symbolique. L’usage de ce mot anglais permet surtout à Bossi de distinguer sa réforme fédérale de celle du centre gauche, car il n’a fait qu’ajouter un paragraphe à l’article 117 de la Constitution, qui donnait déjà la possibilité aux régions de prendre l’initiative législative dans certains domaines définis par le texte constitutionnel : l’assistance et l’organisation sanitaire, l’organisation scolaire, la gestion des établissements, la définition des programmes scolaires et des formations qui intéressent spécifiquement les régions et, enfin, l’organisation de la police locale. Toutefois, ces quelques lignes ne sont pas anodines, la «  dévolution  » de Bossi est expéditive : les régions peuvent désormais s’attribuer, sans débat parlementaire, un pouvoir législatif qui touche les droits fondamentaux des citoyens italiens. Le respect des droits définis par la Constitution sur l’ensemble du territoire national, ainsi que celui des prérogatives des collectivités territoriales définies par la réforme de centre gauche sont en effet susceptibles d’être remis en cause. Si les régions du Nord activaient les compétences que leur attribue la Constitution, elles concentreraient un pouvoir que n’a jamais eu l’État central. Si les régions les plus riches se donnaient les moyens de leur autonomie, les régions du Sud connaîtraient alors des difficultés financières telles qu’elles ne pourraient plus assurer les droits que la Constitution est censée garantir aux citoyens italiens. Une sécession de fait serait alors en cours en Italie. Le scénario, que dessinait le projet de réforme constitutionnelle de Bossi, montre, de manière tout à fait saisissante, comment le renforcement des inégalités sociales fragilise les sentiments d’appartenance, ébranle la citoyenneté et met en péril les institutions nationales. Beaucoup d’Italiens furent soulagés, le 25 juin 2006, lorsque les électeurs, à l’exception notable de ceux du Nord-Est, rejetèrent par voie référendaire la réforme promue par les leghisti dans le second gouvernement Berlusconi. La principale réalisation politique de la Ligue du Nord reste sans doute l’approbation de la loi Bossi-Fini (2002) qui restreint considérablement les conditions d’entrée en Italie, l’obtention d’un contrat de travail devenant un préalable à l’obtention du permis. Cependant, l’entrée en vigueur de cette nouvelle législation a été suivie par une nouvelle sanatoria régularisant 700 000 travailleurs clandestins dans le secteur du bâtiment.

14Les cadres de la Ligue utilisent un certain nombre de procédés que je me suis efforcée d’identifier : détournement des symboles politiques, retournement des arguments adverses, mensonges colportés par voie de presse, etc. Ils visent essentiellement à brouiller les repères de leurs adversaires, mais aussi, et peut-être surtout, ceux de leurs partisans (l’adversaire est à même de connaître les faits). Leurs procédés sont assez navrants et reflètent leur conception du politique, un machiavélisme vulgaire, et leur autodidaxie en la matière ; ils s’apparentent aux tactiques que décrit Michel de Certeau (1990). Les tactiques sont mises en œuvre dans le « lieu de l’autre ». Le monde institutionnel est en effet étranger aux élus de la Ligue du Nord, qui viennent pour la plupart du secteur privé et sont imprégnés de culture marketing. L’institution est pour eux un univers « méridional » qui leur semble hostile. Ils compensent leur sentiment d’impuissance par des stratagèmes qui, par leur balourdise, révèlent les ruses qu’ils dénoncent par ailleurs. Le leader de la Ligue du Nord donne ainsi à voir de manière caricaturale les subterfuges du pouvoir. Lorsqu’il se trouve en difficulté, Bossi est prompt à dénoncer une « entreprise de déstabilisation ». En janvier 1992, un raid était lancé contre le camp tzigane de Stezzano (province de Bergame) ; comme les forces politiques traditionnelles évoquaient une vague de crimes racistes, Umberto Bossi accusa les représentants locaux de la DC de vouloir recourir à la « stratégie de la tension » en commanditant ce type d’actions pour les lui attribuer ensuite : « La fusillade contre le camp tzigane de Bergame est une sinistre mise en scène, les mandants de certaines bandes sortent des sièges démocrates-chrétiens. » (Il Giornale, 27/01/1992) Les représentants locaux de la DC furent estomaqués par l’audace de l’accusation et parlèrent alors de « crapulerie ». Il s’agissait en réalité d’un règlement de comptes entre bandes rivales.

15À chaque fois qu’il s’apprête à lancer une initiative contre le centre, le leader de la Ligue dénonce des entreprises de déstabilisation, comme s’il cherchait à se prémunir contre des initiatives de ce type tout en se disculpant par avance des éventuels dérapages de sa base partisane. En renvoyant ainsi leurs accusations à ses adversaires, il les réduit au silence. Mais la force corrosive de la bouffonnerie est sans doute destinée à être récupérée par le pouvoir. Et c’est ce que fait Silvio Berlusconi lorsqu’il affirme, par exemple, que les accusations portées par l’institution judiciaire italienne contre Giulio Andreotti n’étaient finalement qu’une plaisanterie. Il utilise alors la même tactique que Bossi, mais dans l’intention d’ensabler la vérité.

16Ces procédés érodent la confiance des électeurs et dénaturent les institutions démocratiques tout en maintenant les formes. Ils semblent correspondre à une conception paradoxale du pouvoir suivant laquelle c’est en embrouillant la situation qu’on s’en rend maître. Cette idée serait particulièrement prégnante dans la culture populaire italienne. La propension à se jouer des puissants en feignant la jobardise serait un trait culturel national. Le type italien qui s’affirme sur les scènes de théâtre entre le XVIe et le XVIIIe siècle n’est pas loin d’être un escroc, plus ou moins sympathique selon les cas. Sa cible, c’est toujours le puissant et souvent l’étranger. Ces représentations culturelles éclairent la popularité des leaders de la nouvelle droite. Ils s’appuient sur la tradition comique italienne pour gagner l’indulgence et même la sympathie des classes populaires.

17Comme l’attestent les diverses incongruités qui le rappellent régulièrement à l’attention de la presse internationale, Silvio Berlusconi suit une stratégie communicationnelle éprouvée par Bossi. Ses mensonges, ses blagues douteuses et ses chansons (le président du Conseil a sorti un disque à l’automne 2003) ont la faveur des Italiens, qui voient en lui un modèle de réussite. Ses déclarations stupéfient les chancelleries étrangères, indignent l’opposition et gênent les membres de sa propre coalition. Ses comportements détonent dans le panorama institutionnel : il a été jusqu’à « faire les cornes » à un diplomate espagnol sur une photo officielle réunissant différents chefs de gouvernement. Bossi et Berlusconi se copient à tour de rôle. Ils ont l’un pour l’autre une certaine fascination. Pour le leader de la Ligue, Berlusconi est « le vrai leader », « le Berluskaiser », etc. Pour le leader de Forza Italia, Bossi est « un petit malin ». S’ils se craignent mutuellement depuis leur rupture de 1994, ils partagent la conviction populiste selon laquelle l’élection directe les dispenserait de respecter les règles institutionnelles. Les deux hommes semblent « déplacés » dans les lieux du pouvoir. Dans un style aussi différent que possible, ils enchaînent les maladresses pour la plus grande satisfaction de leurs partisans – « Enfin quelqu’un qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas ! » – et la consternation de tous les autres. Ils plaisent parce qu’ils brisent les schémas habituels de la vie politique ; Bossi parce qu’il est violent et vulgaire ; Berlusconi parce qu’il tente d’imposer ses règles d’entrepreneur à l’univers institutionnel. Leurs comportements suscitent à la fois l’admiration des classes populaires et l’ironie des classes aisées. Leur séduction opère à deux niveaux, selon les publics : ils le savent pertinemment et en jouent l’un et l’autre. Leurs déclarations les discréditent et leur confèrent une certaine irresponsabilité parfois bien commode.

18Les valeurs que véhicule Silvio Berlusconi et que plébiscite une large part de la population italienne ne sont pas très éloignées de celles que promeut le leader de la Ligue. Les deux personnages sont porteurs de ce que l’on appelle en Italie la « culture de la fourberie ». Aucun Italien ne se fait vraiment d’illusion sur leur honnêteté, mais ils plébiscitent ce qu’ils représentent : chez Bossi la revanche sociale, chez Berlusconi la richesse ostentatoire et le cynisme revendiqué. La relation qu’ils entretiennent tous deux avec leurs partisans est de l’ordre du sentiment amoureux : leurs électeurs se sont reconnus en eux avant de s’approprier leurs options politiques ; ils n’ont pas tant des militants que des fans. Seule l’ironie qu’ils suscitent par leurs actes déplacés introduit du « jeu » dans ce lien d’identification. L’ironie réside-t-elle dans l’action elle-même ou bien dans le regard que le public porte sur elle ? Il est difficile de trancher cette question, mais la distance ainsi introduite est sans doute nécessaire, car l’un et l’autre se font les locuteurs d’aspirations condamnables. En privilégiant des intérêts particuliers à ceux de la collectivité, les deux figures de la nouvelle droite italienne entretiennent une relation louche avec l’éthique publique : Bossi lorsqu’il défend les petits industriels du Nord-Est au détriment de la Nation, Berlusconi lorsqu’il soigne les siens propres à la tête de la Nation.

19Leur pouvoir repose sur la mystification : l’entreprise mystificatrice et, peut-être plus encore, sa révélation sont des démonstrations de force que symbolisent « les cornes » dans la culture populaire italienne. Ces représentations sont récurrentes dans les discours de Silvio Berlusconi et d’Umberto Bossi. Lorsqu’ils prennent l’avantage sur leurs adversaires, ne serait-ce que symboliquement en leur jouant un tour pendable, les leaders de la nouvelle droite affirment leur supériorité aux yeux de tous. Leurs stratagèmes reconduisent un certain nombre de clichés sur le cynisme des Italiens, mais ces derniers sont loin d’avoir le monopole de cet art qui consiste à créer de la confusion pour parvenir à ses fins. La « culture de la fourberie » qui se diffuse dans le sillage de la nouvelle droite italienne témoigne de la dégradation du lien social. En Italie, la « raison du plus malin » est aujourd’hui socialement valorisée. Berlusconi incarne, pour ainsi dire physiquement, ce cynisme qui séduit une large part de la population.

20Le Rupert Murdoch de l’Italie contemporaine, «  la sua emittenza  » comme on le surnomme, effraye parce qu’il concentre les pouvoirs et qu’il est rompu aux techniques de communication et, plus encore, à celles de la contre-communication : il n’a pas son pareil pour retourner les attaques de ses adversaires. Et, en même temps, il souffre d’un défaut de légitimité qui le dessert face aux membres de l’élite, mais lui assure le soutien d’une part non négligeable de l’électorat populaire. L’émergence politique d’un Berlusconi, aussi atypique soit-il, témoigne d’une évolution plus générale des comportements représentatifs et indique que la sphère politique italienne est entrée dans une phase de recomposition radicale. Je rejoins ici les préoccupations des politistes italiens qui s’interrogent sur le développement de l’antipolitisme : l’univers institutionnel est aujourd’hui partiellement désacralisé, les idéologies tournées en dérision, la politique apparaît comme « quelque chose de sale » et il se développe, de l’autre côté des Alpes, un rejet du politique susceptible de nourrir un fanatisme anti-institutionnel comme le leghismo.

21Les performances des leghisti reflètent les représentations que les classes subalternes se font de leurs gouvernants et de l’autorité qu’ils exercent sur eux. Le leghismo, au-delà de l’arrière-fond idéologique autonomiste, c’est la politique telle que la conçoivent et la pratiquent des hommes qui n’auraient jamais dû occuper de fonctions institutionnelles. Leur volonté de revanche est à la mesure du préjudice qu’ils pensent avoir subi ces cinquante dernières années. S’ils adoptent des comportements décalés au sein des institutions, c’est dans une intention résolument anti-institutionnelle. Leur hostilité prend la forme d’un mimétisme désacralisant. La Ligue du Nord reproduit sur un mode caricatural tous les travers des partis de la première République. Les commentateurs italiens n’ont cessé de relever ce paradoxe sans vraiment l’éclairer. Je pense pour ma part que la Ligue du Nord est, en soi, non pas la critique mais la parodie du pouvoir en place. Son leader suscite toute une série de représentations parodiques : il s’approprie les symboles des autres formations pour mieux les tourner en dérision. L’archaïsme apparent de ce parti participe pleinement de son succès : le leghismo est une forme de revivalism politique qui fait la part belle au pastiche idéologique et à la nostalgie du «  piccolo mondo  » des campaniles. La force subversive de l’idiotie ne doit pas être négligée : les élus de la Ligue prouvent qu’en jouant de la dérision et de l’autodérision, on peut faire passer des messages transgressifs et imposer ses projets politiques.

22Le mimétisme désacralisant de la Ligue du Nord est une force corrosive dont on n’a pas encore perçu toute la perversité. La parodie ne consent en effet aucune riposte. La création de pseudo-institutions padanes laisse les hommes politiques italiens assez désemparés. Le « parlement » de Chignolo Pô donne la mesure de la déconsidération qui affecte aujourd’hui les institutions démocratiques italiennes. Il faut regarder la Padanie comme le produit de la dérision populaire. C’est une nation-simulacre qui discrédite l’Italie plus qu’elle ne concourt à l’édification d’une nouvelle réalité géopolitique. En imaginant la Padanie contre l’Italie, Bossi porte une charge fictionnelle contre la Nation. Lorsqu’ils revendiquent l’idiotie pour mieux abuser ceux qui se moquent d’eux, les militants de la Ligue se font moqueurs à leur tour. Analysée sous cet angle, l’aventure leghista tient de l’embrouille machiavélique, mais la dimension ironique de l’entreprise ne doit pas nous faire perdre de vue que les montagnards eux-mêmes restent prisonniers des schèmes qui les portent à se rebeller. S’ils parviennent à secouer le joug centraliste, leur aliénation culturelle demeure totale. Le nationalisme padan semble même assez pathétique si nous l’appréhendons à travers les affirmations de nordicité qui s’expriment par identification aux séparatismes du Nord de l’Europe. Derrière cette mise en scène indépendantiste de la rébellion du Nord, se jouent essentiellement deux choses : l’érosion de la solidarité nationale, provoquée par la globalisation, et la réémergence de groupes d’appartenance primordiaux « bricolés » sur la base d’intérêts communs. En superposant au traditionnel conflit Nord-Sud le conflit privé-public, la Ligue fait voler en éclats le pacte de solidarité nationale. Elle oppose le Nord qui travaille, au Sud qui administre mal, handicapant ainsi les régions les plus dynamiques sur les marchés internationaux. La faiblesse du lien société-nation-État, qui s’enracine dans l’histoire de l’unification italienne, lui permet de poursuivre un projet qui vise en réalité à la déstructuration de l’État providence et au désaveu des formes de contrôle administratif et judiciaire traditionnellement exercées par le centre. La Padanie qu’elle projette serait en réalité un « État multipolaire » qui répondrait aux exigences d’un capitalisme dit « moléculaire » (sous-traitance en chaîne des districts industriels des vallées alpines). Le leader de la Ligue du Nord porte atteinte au pacte de solidarité nationale afin de voir mise en œuvre une politique ultra-libérale dans le cadre de la Padanie, envisagée comme une fédération de micro-États ethniques qu’il appelle les « communautés de base ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540