Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'idiotie en politique

 | 
Lynda Dematteo

Chapitre V. Le masque du chef

Texto completo

1La figure médiatique d’Umberto Bossi doit être appréhendée comme une « construction volontaire » chargée de contre-valeurs. Les prestations publiques du leader ne sauraient faire oublier ni l’élaboration idéologique initiale, ni les commentaires de la presse. Un certain nombre de journalistes ont concouru à édifier cette persona ficta qui incarna la révolte avant de préfigurer un changement radical. Il ne faut pas oublier le fameux « Grazie Barbari » de Giorgio Bocca, qui, au début des années 1990, se félicitait de l’irruption tempétueuse des leghisti parmi les figures hiératiques de la scène politique italienne. Si Umberto Bossi les accable si régulièrement de son mépris, c’est peut-être parce que ce sont eux qui l’ont « fait » : Indro Montanelli, Giorgio Bocca, Daniele Vimercati et Vittorio Feltri ont contribué largement à médiatiser le message leghista. On a même parlé à l’occasion de « l’effet Bocca » ou de « l’effet Montanelli ». Ils ont fait du Bossi de Gallarate le bouffon du système politique italien, avant d’appeler à voter pour lui lorsque les principaux leaders politiques lombards se sont trouvés largement discrédités par les révélations des magistrats. En 1993, Indro Montanelli a engagé explicitement les Milanais à voter pour Marco Formentini « en se bouchant le nez », afin d’éviter que la coalition de centre gauche ne hisse le drapeau rouge sur la mairie, voire sur le Duomo. Les représentants d’Alliance nationale lui ont emboîté le pas.

LA LÉGENDE DE L’UMBERTO

2La critique que fait la Ligue du Nord du système partisan n’est pas nouvelle. Depuis la seconde moitié des années 1970, les journalistes mènent une campagne contre ce qu’ils appellent la partitocrazia, mais jusqu’à la fin des années 1980, l’électorat du Nord-Est perpétue ce système en reconduisant régulièrement au pouvoir les démocrates-chrétiens. La chute du mur de Berlin vient changer la donne : la classe politique septentrionale ne peut plus agiter la menace communiste pour faire le plein de votes dans ses bastions. L’aide que certains journalistes conservateurs apportent à ce qui n’est encore que la Ligue lombarde laisse penser que les partis qui se sont partagé le pouvoir en Lombardie dans les années 1980 ont désormais perdu le soutien des quotidiens et, partant, celui des groupes d’intérêts qui les financent. À la lumière de ces considérations, la révolution leghista – plus médiatique que ne le laisseraient supposer les techniques de communication employées par Bossi – est une révolution qui voit certaines élites lombardes se retourner contre le système politique qu’elles avaient jusque-là appuyé ou du moins toléré. La corruption a semble-t-il fini par peser sur l’économie régionale.

3C’est la jeune garde de la presse catholique qui prend parti pour la Ligue lombarde. Les aînés restent très critiques. Cette élaboration symbolique doit beaucoup à un journaliste bergamasque, Daniele Vimercati. Les deux ouvrages qu’il rédige au début des années 1990 permettent à la jeune formation politique d’éponger ses dettes et médiatisent la « révolution leghista » au-delà des quelques provinces préalpines, Côme, Varèse et Bergame, où elle a enregistré ses premiers succès électoraux. Ils ont contribué ainsi au « tremblement de terre » qui a ébranlé la classe politique italienne le 5 avril 1992. Le premier livre de Daniele Vimercati, I Lombardialla nuova crociata (1990), s’apparente à une monographie ; le second, Vento del Nord. La mia Lega la mia vita (1991), à un long entretien-confession avec le leader.

  • 1 Daniele Vimercati deviendra par la suite directeur de L’Indipendente (un quotidien pro-Ligue). Il e (...)

4C’est en couvrant les premières réunions de la Ligue lombarde pour L’Eco di Bergamo que Vimercati prend contact avec les autonomistes lombards. Assez rapidement, il quitte la rédaction du quotidien local pour rejoindre celle du Giornale de Montanelli, où il devient le « spécialiste » de la Ligue. À ce moment-là, il ne s’agit que d’un groupuscule qui laisse ses confrères assez indifférents, quand il ne les fait pas rire. L’ancien étudiant de l’université catholique de Milan va construire la légende du plus grand blasphémateur d’Italie1.

5Dans l’introduction du premier ouvrage, I Lombardi alla nuova crociata, il se défend de toute intention hagiographique, mais cette défense est purement formelle. Dans la lignée de l’autonomisme, il réinvestit l’ensemble des symboles néo-guelfes pour en renverser le sens originel. Dans l’introduction, Umberto Bossi est identifié au guerrier de Legnano, Alberto Da Giussano, et devient sous la plume du journaliste tantôt « l’Umberto Da Giussano », tantôt « l’Alberto di Cassano Magnago ». De par ses origines, Daniele Vimercati ne peut ignorer l’existence des réseaux autonomistes bergamasques, leur production propagandiste et le rôle central qu’ils ont joué dans l’élaboration idéologique de la Ligue lombarde.

6C’est toujours à mi-chemin entre mépris et indulgence qu’il raconte la Ligue lombarde. La poétique qu’il élabore dans I Lombardi alla Nuova crociata n’est guère originale par ses thèmes, mais elle est parodique. S’il reprend à son compte des éléments quelque peu surfaits, c’est toujours avec distance. L’opposition barbares/civilisés, c’est-à-dire Nord/Sud, est la pierre angulaire de l’ouvrage : ceux qu’il appelle les « lumbard » vont régénérer un régime politique romain corrompu et décadent. Derrière ce schème politique rebattu, aux accents fascistes, s’engage un nouveau bras de fer entre la capitale financière et la capitale administrative du pays. Dans les interviews qu’il accorde au début des années 1990, Bossi se présente comme le barbare qui veut devenir le général de l’armée romaine, voire byzantine.

7Daniele Vimercati pastiche la rhétorique démocrate-chrétienne. En lisant ses livres, on ne peut s’empêcher de noter la jubilation qui l’anime : il trouve là l’occasion de subvertir la tradition dont il a été nourri. Cette jubilation, Bossi la communiquera bientôt à l’ensemble de l’électorat démocrate-chrétien. En construisant sur le mode de la dérision, de la syntonie entre Bossi et les périphéries lombardes, le journaliste bergamasque se révèle un propagandiste d’une redoutable efficacité.

8Vimercati fait preuve de complaisance à l’égard des déclarations xénophobes des « lumbard », qui ne sont jamais pour lui que des « facéties carnavalesques ». Il se moque volontiers des premiers « purs et durs » qui se révèlent incapables de dissimuler leur anti-méridionalisme. Il est très condescendant, mais on perçoit d’ores et déjà que ses pointes d’ironie favorisent, plus qu’elles ne le desservent, le leader de la Ligue.

9Sous sa plume, l’Umberto de Cassano Magnago devient le « Senatùr », c’est-à-dire un petit provincial qui, grâce à son courage et à sa ténacité, entre en politique pour lutter contre une classe politique corrompue qui a perdu le sens de son action. Le journaliste fait de l’Umberto l’archétype des « purs et durs » : le récit biographique qu’il nous livre est très schématique, il serait vain d’y chercher la véritable histoire du leader ; ce récit est en fait la matrice idéologique du mouvement. Les ouvrages de Daniele Vimercati sont remplis d’anecdotes exemplaires qui mettent à la portée du plus inculte des militants les rudiments de l’idéologie leghista. Les autobiographies de Bossi – trois en dix ans – tiennent lieu de bréviaire aux militants. À mesure que le temps passe, le rôle du chef y est toujours plus central et les figures des compagnons de route s’effacent les unes après les autres.

  • 2 L’Arbre aux sabots, palme d’or à Cannes en 1978, est un film d’Ermanno Olmi qui évoque les conditio (...)

10Dans Vento del Nord. La mia vita la mia Lega, Umberto Bossi raconte une histoire italianissima. Les journalistes italiens ont raison de voir en lui le « tipico italiota » de la scène politique. Son récit de vie, relativement commun, est censé générer de l’empathie. Il naît le 19 septembre 1941 à Cassano Magnago, entre Varèse et Gallarate. Il est l’aîné de trois enfants. Pour sa mère, Ida, Umberto est tout le portrait de son père : cabochard, dynamique, pratique, un très grand organisateur. En réalité, il est plutôt timide et anxieux. À l’école, il n’est pas très brillant. Dans ses discours, le leader de la Ligue parle volontiers de son enfance. L’histoire qu’il raconte est tantôt celle d’un gamin de la périphérie arraché à la cruauté d’une vie digne de L’Albero dei zoccoli2, tantôt celle d’un rêveur qui, du jour au lendemain, trouve sa voie. Il évoque souvent deux figures familiales : son grand-père homonyme, émigré en France, qui aurait été distingué par le maire de Paris pour avoir sauvé un Français qui se noyait dans la Seine, et son oncle maternel, dont il fait le gardien, dans sa ferme, des traditions lombardes.

11En 1959, c’est la tragédie pour la famille Bossi : un motocycliste se tue en heurtant dans l’obscurité la remorque de leur tracteur. Contraints de dédommager la famille du malheureux, ils doivent vendre leur ferme. La famille quitte alors la campagne pour aller vivre à Samarate. Le père entre à l’usine et la mère devient concierge dans l’immeuble qu’ils habitent. L’Umberto refuse la réalité : ses parents travaillent, son frère et sa sœur aussi, lui papillonne et affabule dans les bals de la province. Pour certains, c’est un jeune homme timide et bien élevé, pour d’autres, au contraire, c’est un irresponsable. Umberto Bossi dit, dans Vento del Nord, qu’à vingt ans il était un peu « délinquant » et reconnaît avoir été un « vaurien ».

12Durant toute cette période, il vit d’expédients à la limite de la légalité. Pour Daniele Vimercati, il exerce à cette époque l’enviable métier de « tombeur de femmes » [en français dans le texte]. Il se fait appeler Donato et s’improvise même chanteur : il aurait enregistré un 45 tours (désormais introuvable) et prétend s’être rapproché de l’entourage d’Adriano Celentano. L’Umberto rêvait de devenir cantautore ; de cette période, il semble avoir gardé le goût de la poésie dialectale. Au lendemain de la « marche sur Rome », Francesco Rutelli, le candidat de la gauche aux élections de 2001, le ramène brutalement vers son passé en lui assenant sur un plateau de télévision : « Bossi, retourne donc raconter ça chez toi, dans les tavernes ! »

13Indro Montanelli a été le premier grand journaliste italien à interviewer Bossi. Les membres de la Ligue lui reconnaissent généralement un point de vue objectif et lui savent gré de l’espace qu’il leur a accordé dans sa chronique politique. Le fondateur du Giornale, tout en prenant soigneusement ses distances – « Je ne suis certainement pas leghista... » –, ne fait pas mystère de la « sympathie contestatrice » qu’il nourrit pour la Ligue :

Je partage la dimension négative de ce mouvement, c’est-à-dire la protestation. Avec ce système politique, l’État unitaire est devenu une calamité qui justifie toutes les rébellions. Mais je ne crois pas que le meilleur remède soit la division en trois républiques, la première serait fatalement réaspirée par la Mitteleuropa et la troisième par le tiers-monde. Et ce serait – inutile de jouer avec les mots – la fin de l’Italie comme entité nationale. Moi qui m’emporte et récrimine contre ce pays autant et même plus que les leghisti, je reste un Italien qui ne saurait renoncer à l’Italie, quand bien même je l’entends parler avec l’accent de De Mita ou je la vois sortir un canon scié. (Il Giornale, 5/04/1991)

14Dans la préface du livre de Gian Antonio Stella, Montanelli porte un regard amusé sur le leader de la Ligue :

Bossi et ses écuyers transforment un drame potentiel en dessin animé... Quand bien même on ne ferait que rapporter ce que l’on a vu, lu ou entendu, l’aspect grotesque de l’aventure saute aux yeux... Prenons Bossi. Le personnage que Stella décrit c’est l’homme que moi je connais : ni plus, ni moins. Un « risque-tout » de la politique, un Lombard sans complexes ; un acteur formidable et un chef inflexible, qui liquide ses amis et ses collègues avec une froideur digne du meilleur Lénine. Moi, je ne sais quoi dire, si ce n’est qu’un type comme ça, un peu flibustier, un peu cavernicole, m’est sympathique. Moi, je n’arrive pas à le prendre au sérieux. Vraiment, je n’y arrive pas. Que le président Scalfaro me pardonne. (Stella 1996 : préface)

15Selon certains, les journalistes conservateurs auraient construit un bouffon pour relancer leurs tirages, mais ils auraient été bientôt dépassés par leur « créature » : à partir du moment où les médias s’étaient intéressés à lui, on ne pouvait plus arrêter Bossi dans son escalade provocatrice. Plus tard, la presse de gauche suivra ; mais, paradoxalement, ses critiques, en chargeant l’image déjà substantiellement dégradée du leader, ne feront qu’ajouter au pittoresque. C’est notamment le cas de l’ouvrage de Max Ottomani (en réalité un collectif de journalistes), Brigate rozze. Al Sud e al Nord del senatore Bossi, paru en 1993.

16Lorsque l’on cherche à reconstruire la vie du chef de la Ligue, il semble difficile de distinguer les faits des vantardises. Pour Max Ottomani, le jeune Lombard est surtout un « embobineur » qui se fait passer pour ce qu’il n’est pas. À 25 ans, il tente de donner corps à ses aspirations en reprenant des études. En trois ans, il obtient un bac scientifique et, avec l’aide de sa soeur, s’inscrit à l’université de Pavie. Au début des années 1970, il a les cheveux longs et parle vaguement de changer le système, mais il se défend d’avoir été de gauche. C’est une manière d’occulter son passé politique : Bossi était communiste, comme le prouvent les fichiers de la section de Voghera ainsi qu’un cliché pris lors d’une manifestation contre le coup d’État de Pinochet. Cette découverte a alimenté une minipolémique en octobre 1992. Sur cette période, très peu de chose a transparu dans les journaux. Le leader de la Ligue ne pouvait pas avoir appartenu au PCI ; et il s’est efforcé de faire entendre que, à ce moment-là, il n’était qu’un jeune rebelle influencé par l’air du temps.

17Umberto Bossi n’est jamais parvenu à porter à terme ses initiatives, qu’elles soient universitaires ou professionnelles. À 35 ans passés, il court toujours après une licence de médecine qu’il n’obtiendra jamais, mais il veut faire un beau mariage et se prétend déjà docteur. Gigliola Guidali est restée assez réservée sur son ex-mari, mais quelques détails ont néanmoins été publiés dans la presse. Il la rencontre à la fin de l’année 1974 (elle a alors 16 ans). Il lui raconte qu’il est le fils du patron de son père, qu’il est licencié en médecine – en réalité, il vient de s’inscrire en première année. Il lui est assez facile de séduire cette jeune fille de province, mais elle ne tarde pas à découvrir son mensonge. Elle lui pardonne une première fois et, en 1975, ils se marient. Ils vivent grâce à son salaire d’employée et à l’argent de leurs parents respectifs : Umberto Bossi peut poursuivre son cursus fantôme. En 1979, ils ont un enfant, Riccardo, et Bossi fête son diplôme. Il part dorénavant tous les matins avec la sacoche qu’elle lui a offerte, mais après quelques mois, la jeune femme a des doutes, car son mari n’a toujours pas rapporté d’argent à la maison. Elle se rend donc à Pavie, où il a obtenu sa prétendue licence, et apprend qu’il lui manque encore onze examens : elle demande le divorce. Après la séparation, Bossi continuera à se dire médecin.

18Les mensonges font désormais partie de la légende du personnage. En 1994, Gianfranco Miglio dit de Bossi qu’il est « menteur comme un Arabe menteur », provoquant l’indignation des pays d’Afrique du Nord. Selon Max Ottomani, il est certainement ouvert, sûr de son fait, doté d’une vive intelligence ; s’il est sympathique d’un côté, il est insaisissable de l’autre : « Il n’a pas de méthode, pas d’organisation, il base tout sur l’improvisation. Il est porté à l’histrionisme. » C’est quelqu’un qui a des capacités d’assimilation certaines. Pour son rival de toujours, l’autonomiste piémontais Roberto Gremmo, c’est « un usurpateur, une plante parasite qui s’agrippe pour grimper » (Ottomani 1992 : 39).

19Depuis le début des années 1990, l’autobiographie de Bossi est une source de conflits. La légende que le chef et ses fidèles entretiennent est en effet remise en cause par les « révélations » des premiers autonomistes exclus, qui racontent une histoire d’ambitions, de mensonges et de dissimulations. Depuis qu’il s’est vu chassé à coups de pied du parti, son beau-frère, Pierangelo Brivio, le poursuit de sa vindicte. Sa soeur Angela ne l’épargne pas non plus, en l’accusant d’être un ex-soixante-huitard, un ex-chanteur, un raté. Ces querelles familiales amusent beaucoup les journalistes, qui, au début, surnomment le groupuscule autonomiste la « Bega Lombarda » [Chamaillerie lombarde].

20Pierangelo Brivio prétend que Bossi est fou ; mais ce qui ne cesse de l’émerveiller, c’est qu’il ait toujours vécu sans travailler, en se faisant entretenir d’abord par ses proches, ensuite par des femmes. Sur ce point, il est intarissable. Son rival piémontais, Roberto Gremmo, cible le personnage : « Il s’est toujours fait entretenir, d’abord par sa femme, ensuite par sa sœur, et pour finir, par une terrona, la Sicilienne qui maintenant vit avec lui et qui a un poste de direction dans la Ligue. Une Sicilienne, vous comprenez ? » (Il Messagero, 17/06/1991) Le leader, qui aujourd’hui dénonce le parasitisme méridional, fut jusqu’à 40 ans passés un assisté. C’est un personnage éminemment contradictoire. Il incarne physiquement, pour ainsi dire, la dissociation leghista.

21Il y a un fatum dans la légende de l’Umberto, ou plutôt une « plaisanterie du hasard », comme le souligne Vimercati : un jour, en sortant de l’université, Bossi s’arrête devant une affiche et se met à discuter des effets de la crise économique avec celui qui vient de la coller – cet homme, c’est Bruno Salvadori, le leader de l’Union valdôtaine. La vie de Bossi va en être bouleversée. Salvadori parviendra à le convaincre de l’aider dans son entreprise. En réalité, les deux hommes sympathisent sur la base de leur aversion commune pour les Méridionaux.

22Dans les deux ouvrages de Vimercati, Bossi prétend s’être beaucoup investi dans l’entreprise politique de Bruno Salvadori, mais il semble qu’il n’ait pas perçu aussitôt l’intérêt de cette rencontre. Son engagement l’aurait amené à négliger ses études de médecine, c’est du moins ce qu’il raconte, et puis, en mourrant accidentellement, Salvadori lui aurait laissé 20 millions de lires de dettes.

23Pourtant cette rencontre l’aurait pour ainsi dire transfiguré : « Bruno fut quelqu’un de très important dans ma vie. C’était un pur, l’un de ces rares politiciens qui travaillent pour un idéal et non pour leur profit personnel. » (Ottomani 1992 : 31) Jusque-là, il n’était qu’un « petit voyou de province » ; Salvadori donne un sens à son « esprit rebelle ». Dorénavant Bossi consacre sa vie au fédéralisme. Il s’en ira porter le verbe autonomiste dans les bars du Varesotto (province de Varèse) avant d’étendre son rayon d’action à toute l’Italie. Il sacrifiera tout à la cause, exigeant de ceux qui l’entourent la même dévotion.

24Dans son autobiographie, l’Umberto est l’idéologie personnifiée dans un parcours relativement flou et impersonnel. C’est l’homme d’une obsession : la division. Le Nord, détaché de la péninsule, retrouverait toute sa vigueur et sa pureté morale. L’histoire du parti se confond avec celle de cette « illumination ». Bossi, le « dur », devient Bossi, le « pur ». Le schème de la rédemption est essentiel à l’intelligence du leghismo. En figurant la conversion du lazzarone [fripouille, canaille] en Padan, il incarne le rachat du Nord. C’est là que réside la dimension messianique du mouvement. Plus prosaïquement, en devenant sénateur, il représente également la revanche sociale des périphéries lombardes. Cette configuration symbolique fait de lui un héros populaire.

25Daniele Vimercati prétend se faire le chroniqueur d’un « miracle politique » : le sursaut moral du Nord derrière un homme obscur. La « révolution » leghista est une geste christique qui exalte le sacrifice et la purification guerrière. La légende de l’Umberto réactualise ainsi le schème narratif de celle d’Alberto Giussano : un homme du peuple, un inconnu (dont l’existence historique n’a jamais été prouvée), prend la tête de la rébellion populaire et lui donne sens. La presse diffuse largement cette réélaboration mythique en assimilant Bossi au héros médiéval. Les caricaturistes le représentent volontiers en armure, une épée à la main.

26À partir de sa rencontre avec Salvadori, Bossi inscrit sa geste dans l’histoire. Pour Gianfranco Miglio, l’une des ses particularités est de parvenir à « historiciser sa propre action ». Depuis le début des années 1990, le leader se montre en effet toujours très soucieux d’inscrire ses pantomimes dans l’histoire, tout en parodiant les prétentions démiurgiques du héros hégélien. La « révolution leghista » est jouée d’avance : « De grandioses événements historiques sont en train de déterminer le miracle de la fusion entre l’esprit autonomiste et la créature planétaire. Malheur à ceux qui passeront à côté de l’histoire. » (Discours de Pontida, le 16/06/1991) Ses discours s’apparentent souvent à de vastes reconstructions historiques largement fantaisistes. Bossi est persuadé d’être porté par un mouvement historique qui le dépasse : « Les choses arrivent d’elles-mêmes. Si je n’avais pas été là, il y aurait eu quelqu’un d’autre. Mon destin fut un tour du destin. » (L’Europeo, 27/3/1992)

« Sécession ». Forattini, La Reppublica, 13/05/1996.

27Dans les premiers chapitres de Vento del Nord, le leader exprime sur un mode volontiers lyrique la profonde affinité qui l’unit à une époque, à un espace social. Ses poèmes bucoliques évoquent généralement le « déracinement » des paysans contraints par l’évolution sociale de quitter leurs champs pour les usines. Sa trajectoire personnelle suit la même courbe que la société qui en fait son héros. C’est cette coalescence inattendue et irréfléchie entre un homme et une époque qui ouvre la possibilité d’une transfiguration collective (Fabre 1999 :253). Le héros, mais également l’antihéros ouvrent ainsi la possibilité d’une redéfinition identitaire collective.

28La figure du chef est ambivalente. Pour Vimercati, Bossi a deux faces, c’est tantôt le politique impérieux qui gronde et tonne, tantôt le compagnon de table qui raconte des blagues. Le héros populaire est toujours un semblable : à côté des topoi de l’exception et de la prouesse, on trouve toujours une rhétorique de l’humilité, de la petitesse, de la proximité. Le leader de la Ligue du Nord est un « déclassé » : un fils de paysan devenu sénateur. Cette improbable promotion fait de lui un médiateur entre l’en bas des périphéries lombardes et l’en haut du Quirinale romain. Comme tous les héros de Carnaval, Bossi est une « figure interstitielle » qui renverse les perspectives sociales (Da Matta 1983 : 232).

29Bossi ne coïncide pas avec lui-même, il est toujours « à côté ». Le propre de l’antihéros, c’est la dissociation (lazzarone/Padan) (Fabre 1999 : 295). Cette contradiction intérieure fait de lui un personnage à la fois grotesque et pathétique. Tous les masques de la commedia dell’arte sont des figures contradictoires et leur comique repose essentiellement sur cette tension, car ils mettent en scène nos incohérences et nos faiblesses. Bossi fait de même, mais cesse de faire rire lorsqu’il projette sur les autres – les Méridionaux en tête – ses propres travers.

30Les deux ouvrages hagiographiques qui paraissent au début des années 1990 mettent l’accent sur l’apprentissage peu académique du leader de la Ligue. De ce parcours, il doit porter l’empreinte : il restera le politicien amateur auquel l’homme de la rue pourra s’identifier. Daniele Vimercati ne cache pas l’incompétence et la grossièreté du personnage. Il se moque à plusieurs reprises de ses maladresses, il néglige de corriger ses fautes de langage ou il en introduit. Cette mise en scène assure le succès de Bossi à un moment où les politiciens de profession rasent les murs.

31Le leader de la Ligue aurait acquis son « savoir-faire » politique en exerçant divers « petits boulots ». À en croire Daniele Vimercati, ses compétences en électronique lui auraient permis de concevoir l’organigramme du parti. Les nombreux cours particuliers qu’il a dispensés pour financer ses études de médecine l’auraient conduit à développer de réels talents de pédagogue. Son engouement juvénile pour la photographie se révèle utile lorsqu’il s’approprie la figure de la statue du guerrier de Legnano, dans la ville lombarde éponyme. Ces détails paraissent ridicules aux yeux d’un politicien ayant suivi une formation classique, mais engendrent certainement la sympathie de « monsieur Tout-le-monde ».

32Cette médiocrité revendiquée met la politique à la portée de tous. Lorsqu’il écrit, il fait montre d’une érudition qu’il ne possède pas. Il ne maîtrise pas la ponctuation et fait un usage décalé des adjectifs, des images et des exemples. Il devient sentencieux comme une personne complexée et il gonfle ses phrases de références. Entre 1981 et 1982, le futur Senatùr prétend avoir été saisi par une frénésie de lecture. Les auteurs qu’il mentionne devraient le créditer d’une légitimité culturelle qui lui fait défaut, mais à le lire ou à l’écouter, on ne peut s’empêcher de penser qu’il les a mal digérés. Il se plaît à citer ceux qui appartiennent en propre à la culture de gauche : Mao, Lénine, Hegel, Freud, Marx et Marcuse. Sans doute faut-il voir là l’une des manifestations de cette manie du détournement qui le possède. En Italie, plus qu’ailleurs, les intellectuels légitimes participent de la culture de gauche, et les petits éditeurs qui suivent Bossi en nourrissent une profonde rancœur.

33Ses performances oratoires tiennent parfois de la « singerie » comme l’atteste cet extrait : « Dans ces cas-là, toujours selon Freud, les troubles du subconscient, ou plutôt la masse des plus disparates hérédités ancestrales, prévalent sur ego, et même sur le contrôle, sur les coutumes morales et civiles, sur la personnalité autochtone de l’individu, et même, comme le dirait Gentile, au sens de l’esprit comme autoproduction... » (Discours de Pontida, juin 1993) Les militants se disent alors que leur chef est décidément très fort, à moins que, saisis d’ennui, ils ne désertent le champ de Pontida pour aller pique-niquer sur les collines qui le surplombent. Quelle est la fonction de ces développements pseudo-psychanalytiques ou pseudo-philosophiques ? Elle est essentiellement parodique, l’idiosyncrasie du jeune Bossi s’est muée en mépris pour tout ce qui, de près ou de loin, sent la culture.

34Les philosophes l’insupportent : « Souvent ils ont favorisé la naissance des pires régimes dictatoriaux, il suffit de penser à Hegel avec son délire étatiste, à Marx avec ses utopies prolétaires. » (Bossi et Vimercati 1993 :10) En Italie, la scission entre hégéliens de gauche et hégéliens de droite a nourri d’un côté le communisme et de l’autre le fascisme – deux formes de jacobinisme dans l’esprit du leader, qui met régulièrement en cause la pensée politique de Hegel. Derrière ses discours pseudo-philosophiques se dessine en fait une condamnation de la pensée des Lumières, qui véhicule une représentation téléologique de l’histoire et une conception universaliste de l’humanité.

35Il n’en construit pas moins des schémas interprétatifs qui offriraient à ses partisans une grille de lecture politique s’ils n’évoluaient pas tous les six mois. Il est aujourd’hui le seul en Italie, et peut-être en Europe, à produire des systèmes de pensée, certes naïfs, mais néanmoins opérants. Dans les pages de La Padania, apparaissent régulièrement des schémas qui traduisent symboliquement ses « visions du monde ».

Un après-midi, Daniele Belotti m’appela du siège de la via Bellerio pour me faire savoir que le chef, comme il appelle Bossi, avait fait un schéma sur le mur de son bureau et qu’il fallait absolument que je le photographie la prochaine fois que je l’accompagnerai à Milan. Il me raconta la scène en riant (se moquait-il de moi ou du leader ?) : Bossi était arrivé dans la rédaction accompagné d’un député leghista et, saisi d’une illumination soudaine, il avait griffonné à la hâte un schéma derrière le bureau de Daniele qui s’était empressé d’adjoindre au marqueur le nom de l’auteur et la date de réalisation. Le lendemain, le schéma en question paraissait dans le quotidien leghista. (Note du 9 mars 2000)

36Les journalistes italiens accusent régulièrement Umberto Bossi de faire de la « fantapolitica » [politique-fiction]. Le leader de la Ligue du Nord opère, en effet, presque exclusivement, dans la sphère du symbolique. La plupart des formations traditionnelles négligent aujourd’hui cet aspect. En reproduisant des systèmes d’inspiration hégélienne, il discrédite la politique telle qu’elle s’est affirmée avec la modernité.

Schéma paru dans La Padania, d’après un croquis mural d’Umberto Bossi [à gauche].
10/03/2000.

37Les « visions du monde » que le leader schématise pour les publier dans les pages de La Padania amusent les journalistes italiens : elles sont généralement égocentrées, incohérentes et paranoïdes. Ils en soulignent la dimension infantile, certains parlent même de « infantopolitica » [politique infantile]. De la même manière, les images qu’il crée, les réductions qu’il opère et les contre-emplois qu’il réalise confèrent à son langage quelque chose de naïf.

38Le leader de la Ligue du Nord aurait dû parfaire sa culture politique en entrant au Parlement, mais ce n’était pas son but. La fonction parlementaire fut pour lui une véritable épreuve : « Cinq ans au Sénat. Cinq longues années parmi les hommes du Palais. Une belle punition pour quelqu’un comme moi qui veut liquider les politiciens romains. » (Bossi et Vimercati 1993 : 112)

Menacé sur sa droite par le fisc et sur sa gauche par l’Olivier, Umberto Bossi est seul au centre du système. Le Polo est à terre et, tandis que le « méchant raciste » Erminio Boso apparaît derrière les sombres collines padanes, la maison Europe se profile encore sur un horizon radieux.
« La situation politique vue par Bossi », La Repubblica, 7/05/1996.

39Faute de pouvoir agir concrètement dans le cadre de l’institution parlementaire, Bossi fit le bouffon. Daniele Vimercati reste éberlué par le culot du personnage :

Il traite les sénateurs comme des collégiens, il se comporte comme le redoublant du lycée qui s’amuse aux dépens de ses camarades plus fayots... J’ai assisté à des épisodes incroyables, j’ai vu Bossi apostropher un socio-démocrate : « On m’a dit que dans ta ville, tu as réduit l’éclairage pour ne pas être vu quand tu mettais la main aux fesses des femmes. » Un autre jour, il s’est adressé au démocrate-chrétien Walter Fontana, industriel sidérurgique, en lui donnant du balaciott, épithète lombard aussi peu cordial qu’intraduisible. (Bossi et Vimercati 1991 :109)

40Le leader de la Ligue n’a d’égard pour personne : il tutoie tous ses interlocuteurs, quels qu’ils soient, et exige qu’on en use de même avec lui. Bossi se trouve toujours à son aise au milieu des personnes simples, mais manifeste une certaine intolérance envers les représentants des élites. Pour lui, ce sont essentiellement des gens faux et intéressés. Bossi, lui, fait preuve d’une grande spontanéité et d’une assurance à toute épreuve. Le journaliste précise qu’au début de son mandat, le Senatùr était isolé comme un « fou dangereux ». Si certains parlementaires ne le supportent pas, d’autres ironisent et le suivent lorsqu’il s’en prend au groupe adverse. Ses performances sont d’autant plus appréciées dans la population que le Sénat est perçu par beaucoup comme une institution parfaitement inutile.

  • 3 Giuseppe Leoni est un ami de longue date d’Umberto Bossi, c’est l’« âme catholique » (intégriste) d (...)

41Bossi est la plupart du temps absent du Parlement : c’est un lieu qu’il exècre et qui le lui rend bien. Dans les premiers ouvrages propagandistes, le Senatùr dénonce l’hostilité à laquelle lui et Leoni3 se heurtèrent en 1987 : « Personne ne nous adressait la parole, ils nous snobaient, ils nous évitaient comme deux pestiférés. Une situation qui, si elle avait été affrontée dans la solitude, surtout dans un environnement comme celui de Rome, aurait pu nous disloquer psychologiquement. » (Bossi et Vimercati 1991 : 109) De fait, en deçà du Pô, le Senatùr n’a aucune épaisseur politique, et c’est essentiellement pour cette raison qu’il se rend à Rome le moins possible.

42Bizarrement les collègues de Bossi avancent le contraire. Il afficherait à leur égard du mépris, voire du dégoût. Max Ottomani se fait l’écho des bruits de couloirs :

Ils disent de lui que c’est un personnage introverti, mais en réalité, ils se refusent à lui attribuer un adjectif qui lui conviendrait mieux : malappris. On dit de lui qu’il est timide pour ne pas dire que c’est un ours. Ils disent que c’est un absentéiste à temps plein (...) Il fréquente le Palais uniquement pour faire des économies sur le téléphone et les autres dépenses quotidiennes (...) On dit de lui que c’est un être insignifiant, inculte et plein de morgue... Ils prétendent encore qu’il a un caractère peu recommandable : irascible avec ses collaborateurs, méprisant à l’égard de ses égaux, hautain avec ses familiers. En somme, un fort avec les faibles et un faible avec les forts. (Ottomani 1992 : 131)

43Cette première expérience parlementaire a conduit Bossi à faire de la Ligue une force de nuisance au cœur du système : l’objectif, clairement affiché, était d’utiliser les règles de la partitocrazia – y compris et surtout les financements publics – à l’avantage d’un anti-parti. Avec le temps, il est devenu plus réfléchi et utilise un peu moins les déclarations-coups de massue, mais il reste toujours aussi imprévisible. Bossi ministre a-t-il évolué ? Assez peu semble-t-il. Berlusconi parviendrait à canaliser ses humeurs, c’est du moins ce qu’il laisse entendre. Depuis sa nomination au titre de ministre des Réformes institutionnelles, le dessinateur du Corriere della Sera a fait de lui le « chien fou » de Berlusconi.

  • 4 Août 2000 : « Il faut garder les yeux ouverts face aux tentatives visant à construire une Europe do (...)
  • 5 La presse italienne a pris l’habitude de désigner ainsi, par dérision, l’union monétaire européenne

44Il montre parfois les crocs, comme en témoigne la première grave crise gouvernementale de la législature. En 2002, les membres de la coalition saluent la mise en circulation de l’euro par de violentes déclarations antieuropéennes qui rencontrent le désaccord du ministre des Affaires étrangères, Renato Ruggiero, seul véritable administrateur d’expérience du second gouvernement Berlusconi. Depuis 1996, l’euro-scepticisme de Bossi s’est fait plus âpre à mesure que le Nord-Est connaissait des difficultés économiques4. L’entrée en Euroland5 marque pour les petits industriels un tournant : leurs exportations de produits manufacturés à destination des pays du Nord de l’Europe ne seront plus dopées par la dévaluation de la lire. Bossi s’en prend à tous ceux qui s’arrogent le monopole de l’expertise économique et qui condamnent les autres à la rébellion infantile. En attaquant violemment Ruggiero, il fait valoir son « Europe de la dévolution vers le bas » contre celle des technocrates, « des élus non élus, despotiques et tyranniques ». (Corriere della Sera, 4/01/2002) Dans les jours qui suivent, Silvio Berlusconi tranche le conflit en faveur de Bossi : il accepte la démission du ministre des Affaires étrangères et le remplace lui-même pendant six mois.

LA POLITIQUE FAI DA TE

45En moins de quinze ans, ce quadragénaire qui vit toujours comme un étudiant est devenu le leader du premier parti du Nord de l’Italie. Dans ses écrits de propagande, Umberto Bossi revendique une paternité politique absolue. C’est simple, la Ligue, c’est lui qui l’a faite : « Vous souvenez-vous des premiers slogans peints sur les renforts au pied des autoroutes, sur les viaducs ? Eh bien, il y en avait trois cents. C’est moi qui les ai tous peints. J’en ai fait des kilomètres en voiture et je ne saurais vous dire combien de bombes de peinture j’ai utilisées. » (Ottomani 1992 : 30) Personne ne viendrait lui contester cette paternité aujourd’hui. Il a été à la fois le leader, l’idéologue, le graphiste, le colleur d’affiches et le service d’ordre. Rapidement, et par des canaux désormais inusités, il est parvenu à s’imposer sur l’un des marchés politiques les plus clos d’Europe de l’Ouest. Avant même que ses discours ne soient relayés par les journalistes professionnels, ces canaux de communication archaïques (affiches, graffitis, meetings...) ont configuré une identité partisane résolument contrastée et significative en elle-même. Bossi est l’expression politique du « far da sé » [faire par soi-même] et on le plébiscite pour cela.

  • 6 Entretien réalisé à Berbenno dans la Val Imagna, le 25/11/2000. Giacomo Bianchi est l’un des membre (...)

46Selon la légende, les premières années de la Ligue lombarde se résument pour l’essentiel à « des dettes, des coups de poings et des coups de feu » (Bossi et Vimercati 1991 : 38). Après la mort de Bruno Salvadori, Bossi connaît des difficultés financières, il divorce. Au moment où Giacomo Bianchi6 le retrouve, il n’a pas de travail, vit chez une institutrice d’origine méridionale et fréquente le cercle dialectal de Varèse, la Scuola Bosina, mais il a pris le virus autonomiste : « À ce moment-là, il étudiait, il écrivait, il préparait, tous les soirs il allait parler dans les bars avec les gens... Nous n’avions pas vraiment d’ambitions politiques, nous étions seulement des gens volontaires qui avaient quelque chose à dire et nous avons été favorisés par la conjoncture. » Le leader de la Ligue du Nord commence donc sa carrière devant les comptoirs du Varesotto : tous les soirs, avec deux ou trois compères, il va porter la parole autonomiste dans les bars de sa province d’origine. Encore aujourd’hui, c’est la technique d’évangélisation qui prévaut, car pour les néophytes qu’il entraîne dans l’aventure, la politique c’est essentiellement des conversations animées dans les bars et des disputes autour des listes électorales. C’est tellement vrai que les opposants appellent les militants de la Ligue les « aperitivisti ».

47Giacomo Bianchi se souvient de cette période-là :

Je me suis rapproché de Bossi en 1982. L’activité au départ, c’était seulement retrouver des amis dans un bar. Nous allions chez Manuela [qui n’était pas encore madame Bossi], il y avait son beau-frère Brivio, c’était le seul qui faisait vraiment quelque chose, il distribuait des tracts, il recueillait déjà les adresses des gens dans l’annuaire de la province de Varèse, parce que c’est parti de là, c’était une chose locale, on voulait voir dans quelle direction aller... Nous commencions par recueillir les noms lombards dans l’annuaire, c’était une logique, ce n’était pas du racisme, ça c’est l’accusation idéologique qu’on a portée contre nous par la suite. Nous voulions envoyer 1000 journaux, c’était parfaitement inutile de les envoyer à des Méridionaux ou à des Américains, il fallait les envoyer à des personnages locaux qui connaissaient les problèmes locaux et comprendraient avant les autres. Dans un deuxième temps seulement on peut s’adresser à tout le monde, comme nous le faisons maintenant pour avoir un minimum de consensus.

48L’entreprise politique d’Umberto Bossi prend de l’ampleur grâce à un petit journal qu’il fait parvenir par la poste dans les provinces de la périphérie milanaise :

À ce moment-là, Bossi a composé un feuillet, Lombardia Autonomista, sur du papier recyclé, noir et blanc, c’est à partir de là que l’ensemencement a commencé. En parlant, nous ne pouvions toucher que dix, vingt personnes, tout dépend du nombre présent à la réunion (tous les soirs nous étions dans des villages différents), mais avec ce petit journal de 3 000 copies, nous touchions plus de monde, nous inscrivions dessus « Fais passer à un autre Lombard », et c’est grâce à ça que nous sommes parvenus à nous faire connaître.

49Ce feuillet adressé aux familles lombardes sur la base des patronymes – aujourd’hui mis sous verre dans le hall du siège bergamasque de la via Quinto Alpini – sera pour la Ligue lombarde, l’instrument du succès. Grâce à lui, Bossi parvient à toucher les membres des anciens réseaux autonomistes lombards. C’est du moins ce qui arrive à Bergame : un matin, l’un des fils du fondateur du MAB (Movimento Autonomista Bergamasco), Innocente Calderoli, reçoit le feuillet du groupuscule de Varèse et, reconnaissant les idées de son père, prend contact avec eux :

En février 1985, j’ai reçu un petit journal en noir et blanc, Lombardia Autonomista, je l’ai regardé un instant et je me suis dit « mais c’est à moi ça », et j’ai tout de suite téléphoné. C’est la demoiselle Marrone qui m’a répondu, je lui ai demandé ce que c’était, s’ils avaient besoin de quelque chose et elle m’a dit « nous avons besoin de tout », et de fait ils n’avaient rien. J’ai pris leur adresse et dès que j’ai eu du temps, je suis allé à Varèse, c’était un tout petit appartement au rez-de-chaussée, elle était là avec Bossi, il y avait Leoni, Bianchi et un autre qui venait comme moi parce qu’il avait reçu le feuillet. À cette époque-là, Bossi, il y allait vraiment fort. Je pensais qu’il fallait être plus modéré, mais lui, il pensait au contraire qu’il fallait y aller avec les poings. Il en avait surtout après les Méridionaux, pour des questions de travail, de logement, de bureaucratie, toutes ces choses... Sur les premières affiches, il y avait les slogans « Je suis lombard je vote lombard » et « En Lombardie le travail aux Lombards », et ça me semblait un peu fort, mais lui, il disait au contraire qu’il fallait leur tomber dessus. Les élections étaient imminentes et, après quelques discussions, j’ai promis de les aider, j’ai promis de diffuser leurs affiches dans la Bergamasca. Il faisait beau, mes neveux venaient m’aider à les coller et nous nous sommes bien amusés.

  • 7 Entretien réalisé à Bergame le 19/06/1999. Innocente Calderoli est le fils de Guido Calderoli, l’un (...)

50Le fils de Guido Calderoli ne cherche pas à faire valoir une quelconque propriété intellectuelle sur les slogans que Bossi diffuse en Lombardie à la fin des années 1980, il a trouvé en lui l’homme susceptible de porter le message de son père : « Au début, Bossi n’avait rien, il se faisait aider par Manuela, elle était institutrice, elle et sa sœur étaient d’origine sicilienne, et ils ont commencé comme ça. Bossi ne mangeait jamais, ne dormait jamais, je m’inquiétais même pour lui, il a vraiment payé de sa personne, au début il faisait tout, ce n’était pas facile, mais il a une constitution qui lui permettait de tenir, moi je n’aurais pas pu, il sait parler, c’est un don de la nature, il avait la capacité et la force, il était sûr de lui, et ça c’est véritablement un don. De temps en temps, nous nous disions que c’était le Père éternel qui nous l’avait envoyé7. » Mais, à ce moment-là, sans doute Innocente n’y croyait-il qu’à moitié, comme Giacomo, comme d’autres.

51À Bergame, les autonomistes prennent l’habitude de se retrouver chez Innocente, comme Giacomo Bianchi le rapporte : « Nous y sommes allés avec Bossi, nous avons parlé avec ses amis, et eux, tout de suite, ils nous ont donné de l’argent. Avec la famille, les amis, tout un réseau s’est formé dans ces années-là. Moi, j’ai fait le lien entre Varèse, Bergame, Brescia, Crémone et Mantoue ; Bossi s’occupait de Milan et Pavie ; Leoni de Côme, Sondrio, de toute la zone du lac Majeur ; Brivio, lui, faisait le secrétaire et il allait un peu partout en fonction des besoins. Moi, j’arrivais à Bergame quand je pouvais, en pleine nuit parfois, le rendez-vous était rarement respecté, Innocente me remettait l’argent qu’il avait recueilli ainsi qu’une note d’activité. Avec le temps, nous sommes parvenus à organiser des réunions publiques, à mettre des affiches, à prendre un local. » La première réunion publique a lieu à San Pellegrino, dans un local abandonné sur une ancienne piste de ski. Giacomo avoue qu’il serait bien incapable de retrouver l’endroit exact aujourd’hui : « Nous sommes allés faire cette réunion dans un endroit vraiment clandestin, dans les montagnes de la Val Brembana, personne ne nous aurait donné une salle, il y avait de l’hostilité, du mépris et de la peur, lorsque nous organisions des réunions au début, il y avait davantage de carabiniers que d’auditeurs. »

52Dans les premières réunions, il est essentiellement question de dialecte et d’histoire locale. À cette époque, Umberto Bossi nourrit encore l’ambition d’élaborer un dictionnaire du dialecte varesotto pour appuyer ses revendications autonomistes. Le quartier général des « lumbard », c’est dans un premier temps le studio de Manuela, puis une sacristie, qu’ils abandonnent très vite pour retourner dans le studio de Manuela, car ils soupçonnent l’un des moines de les espionner. Le 12 avril 1984, la Ligue autonomiste lombarde est officiellement fondée devant notaire à Varèse. Ils doivent affronter de grosses difficultés financières et chacun y va de sa poche. L’auto-imposition sera pendant toute cette période le mode de financement du groupe. Entre difficultés économiques, soupçons et indifférence, ces premières années sont éprouvantes. En 1985, Bossi fait distribuer 15 000 copies de son petit journal à Milan, mais une seule personne se déplace pour l’écouter : Roberto Ronchi, qui deviendra par la suite le chef historique des activistes milanais. À sa mort, au printemps 1999, les militants recouvriront les murs des artères milanaises de son portrait.

53En attendant le succès, ils inscrivent sur les listes les noms de leurs amis, de leurs parents. Giuseppe Leoni confie à Daniele Vimercati : « Je me souviens que nous avions beaucoup de difficultés à trouver des volontaires à mettre sur les listes et nous devions recourir à des amis ou à des parents. Mais eux aussi furent difficiles à convaincre. Moi, j’ai inséré dans la liste ma mère, ma sœur et mon neveu. Ils nous prenaient tous pour des fous, et peut-être avaient-ils raison. Surtout, nous travaillions dans des conditions désespérées : au début, nous n’avions pas même une table. Je me souviens que lorsqu’il fallut écrire à la machine la liste des candidats pour les élections administratives de 1985, je posai la vieille Olivetti Lettera 22 sur une chaise et je m’assis par terre. » (Vimercati 1990 : 44) Si les premiers lumbard s’accrochent, c’est qu’ils se prennent au jeu. L’entreprise s’apparente à une « aventure de potaches » – c’est du moins ce que prétend Vimercati –, et sans doute les premiers activistes se laissent-ils entraîner dans cette équipée plus par défi que par conviction.

54La témérité du projet les séduit et ils se montrent prêts, si nécessaire, à en découdre. Ils sont déjà persuadés d’avoir le monde entier contre eux : la police cherche à déstabiliser les intervenants dans les réunions publiques, les extrémistes de gauche comme de droite cherchent l’altercation et les journalistes font d’eux une « bande » de racistes... Giacomo Bianchi reconnaît qu’il y a eu quelques « dérapages » – difficile, en effet, de rester serein face aux provocations : « Un soir à Côme, nous avons eu affaire à des personnes stupides et nous en sommes venus aux mains, nous nous sommes défendus bien sûr, mais nous ne cherchions pas la bagarre, il est vrai que nous y allions un peu fort en paroles, à la fin des interventions nous avions convenu de lancer quelques menaces, comme ça, pour frapper les esprits, nous disions que nous voulions la liberté et que nous étions prêts à prendre les armes pour l’obtenir, nous disions “notre vote sera notre mitraillette”... » Et ce soir-là à Côme, il semble que Bossi ait lui-même sorti de la salle un élu du MSI en le malmenant au point de lui casser un bras. Daniele Vimercati revient lui aussi sur l’incident dans I Lombardi alla nuova crociata pour évoquer une « machination » des partis (Vimercati 1990 : 29).

55Mais, Giacomo Bianchi préfère évoquer avec émotion l’espoir que ce discours faisait naître dans les villages du Nord : « Nous savions que l’anglais et l’Internet l’emporteraient, nous ne sommes pas stupides, mais à ce moment-là, compte tenu du niveau culturel des personnes à qui nous nous adressions, il fallait parler en dialecte, ce qui mettait aussitôt les gens en confiance, ils nous donnaient alors facilement 100 000 lires. Nous, nous avions le courage de dire que nous renverrions tous les terroni chez eux, c’était ça qui comptait, les gens ouvraient les portefeuilles et nous disaient qu’ils ne pouvaient pas venir avec nous, mais qu’ils nous donnaient un peu d’argent pour le mouvement, ils voulaient entendre dire “dagli al terron” [cogne le Méridional]... » En 1985, après tant d’efforts, le groupuscule autonomiste de Varèse obtient un résultat honorable : deux conseillers communaux, le premier à Varèse, Giuseppe Leoni, le second à Gallarate, Pierangelo Brivio.

56Encore aujourd’hui, le leader de la Ligue s’appuie sur ceux qu’il appelle les « compagnons de la première heure » : Giuseppe Leoni, Roberto Maroni et tous ceux qui ont fait leurs preuves en des temps difficiles, quand la Ligue n’apportait à ses adhérents que des ennuis financiers, judiciaires... Les fondateurs de la Ligue lombarde évoquent le premier groupe dirigeant national-socialiste. Hannah Arendt rappelle à juste titre :

À ses origines, le parti de Hitler, presque exclusivement composé d’inadaptés, de ratés et d’aventuriers, constituait bien cette armée de bohèmes qui n’était que l’envers de la société bourgeoise et que, par conséquent, la bourgeoisie allemande aurait dû utiliser avec succès pour son propre compte. (Arendt 1972 : 39)

57La Ligue s’est formée en osmose avec un espace social très particulier, les périphéries industrialisées de la métropole milanaise. C’est au contact des gens que les premiers leghisti élaborent leur « plate-forme idéologique ». Giovanna Pajetta (1994 : 9) prétend que la rencontre entre Bossi et ces périphéries est fortuite. Dans ces années-là, en effet, les seules synthèses que la Ligue proposait étaient des mots d’ordre du type : « Roma ladrona, la Lega non perdonna » [Rome la voleuse, la Ligue ne pardonne pas]. Mais le discours du mouvement mûrit en symbiose avec cet espace social, comme l’explique Giacomo Bianchi : « Nous avons déterminé ce que les gens voulaient, nous le leur avons offert et ils se le sont réapproprié. Nous n’avons fait qu’identifier l’ennemi, la Démocratie chrétienne, ses points faibles, et nous y sommes allés. Bossi avait compris que l’époque était mûre pour ça. Nous y sommes allés avec les mains propres, exceptés quelques incidents de parcours, mais il y en a dans tous les partis... Nous ne pouvions pas participer au pouvoir, accorder des faveurs, prendre des parts dans les marchés publics, nous n’aurions pas pu, nous sommes de braves gens, alors c’était facile avec tous ces scandales dans les journaux... » Bossi se contente des mots d’ordre des années 1950, aucune élaboration idéologique nouvelle ne sous-tend cette percée électorale, il ne fait que donner sa voix aux tensions sociales qui émergent alors. Cette coalescence se fait presque malgré les protagonistes. Ils sont bientôt dépassés par la tournure des événements.

58Le parcours biographique du leader de la Ligue du Nord – tel qu’il nous est rapporté – évoque celui d’un certain nombre d’industriels du Nord-Est. Dans son livre Shei, Gian Antonio Stella donne la parole à ces nouveaux capitaines d’industrie. Souvent issus de milieux modestes, voire très modestes, ils sont « mal dégrossis » et leurs pratiques directionnelles restent essentiellement informelles (Stella 1996a). En 1993, Daniele Vimercati décrit le leader de la Ligue en ces termes : « Bossi est une espèce de self-made man de la politique, un “colleur d’affiches” qui est parti de rien et qui, aujourd’hui, est à la tête du premier parti du Nord. » (Vimercati 1993 : 63-65)

59Chez tous les candidats, il y a un lien très fort entre l’activité professionnelle et l’engagement politique. La Ligue, c’est le modèle de la petite entreprise familiale appliqué à la politique : elle représente ce que l’on appelle de l’autre côté des Alpes « les classes moyennes productives ». Les journalistes l’ont tout de suite saisi : « C’est l’image de l’avancée imprévue d’une classe moyenne d’un nouveau type, qui veut être protagoniste, ou en tout cas activiste politique à son compte, qui exprime des idées simplistes, qui ne désire pas faire trop de distinctions, qui parle approximativement de Sud et de Nord, qui flirte avec la xénophobie de comptoir et qui, en définitive, est fatiguée des partis. La Ligue, c’est la révolte d’une petite bourgeoisie qui sait ce que travailler en usine veut dire et qui a peur de perdre le bien-être qu’elle a acquis. » (Passalacqua 1990) Porté par l’élan des petits industriels, Bossi va jusqu’à prétendre qu’ils sont « révolutionnaires ». En 1996, Massimo D’Alema, le leader des démocrates de gauche, cherche à ridiculiser cette mythologie nordiste en parlant des « boutiquiers » qui suivent Bossi dans sa course à l’indépendance padane.

60La plupart de ces petits entrepreneurs n’ont jamais montré beaucoup d’intérêt pour l’engagement public, ils se plaignent surtout de l’inefficacité de l’administration, qui ne leur offre pas les services que les prélèvements fiscaux sembleraient justifier. Les révélations du Pool « Mains propres » légitimeront ensuite leur révolte. Ils s’étaient jusque-là tenus à l’écart des jeux de pouvoir, mais ils se décident à descendre dans l’arène pour lutter contre les affairistes qui ont envahi les institutions dans les années 1980. Sur ce point, Daniele Belotti se veut intransigeant :

Nous avons la confiance des gens simples, des gens qui n’ont pas des intérêts, des gens qui sont fatigués de ce système dominé par les affairistes, bien sûr, dans le passé, ils leur donnaient leurs suffrages, ils étaient d’accord, mais aujourd’hui, la rupture est consommée, si le pouvoir économique demeure, le consensus populaire va dans une autre direction. Si tu peux renvoyer les politiciens chez eux en votant, il n’en va pas de même avec les affairistes de la zone, pour ce faire il faudra des décennies. À présent, avec la Ligue, ils n’ont plus la main sur le politique.

61Les affaires qui se greffent autour de l’attribution des marchés publics poussent, en effet, un certain nombre de petits entrepreneurs du bâtiment à soutenir le combat de la Ligue. Bien souvent, ce ne sont pas tant ces pratiques qui les choquent que le fait d’en être exclus. Giacomo Bianchi avoue avoir lui-même fait les frais du système :

J’avais une entreprise qui existait depuis 1900, nous réalisions des structures métalliques pour les écoles, les hôpitaux, nous avions beaucoup d’ouvriers, nous répondions aux appels d’offres pour les marchés publics. À partir du moment où l’on a su que j’étais de la Ligue, je n’ai plus eu aucun marché public, mon activité s’est réduite, de dix ouvriers nous sommes passés à trois et, à Varèse, on m’a même dit que ce n’était plus la peine que je réponde aux appels d’offres, parce que j’étais de la Ligue.

62Les tensions, on le voit, naissent à l’interface des sphères publiques et privées. Lorsque l’activité s’est ralentie, lorsque les collectivités locales ont dû redimensionner leurs ambitions pour des raisons budgétaires, mais également environnementales, la grogne est montée. Les travailleurs autonomes qui profitaient des sous-adjudications (non déclarées) ont vu leur source de revenu se tarir. C’est souvent pour cette raison que la bureaucratie leur semble être devenue un frein au développement économique. Si les leghisti voient dans la privatisation des services publics un moyen d’accroître et la qualité des services et l’activité, ils pensent souvent directement à la leur ; et, de fait, dans les listes de la Ligue du Nord, les travailleurs autonomes sont surreprésentés.

63Le sociologue Paolo Segatti parle d’un « automne chaud » du travail autonome. La révolte leghista est en effet alimentée par la diminution des investissements publics, l’augmentation de la pression fiscale et le développement des grands centres commerciaux. Les premiers autonomistes ont dénoncé, à cet effet, la trahison des partis traditionnels (Segatti 1992 : 257-280). Au début des années 1990, leurs revendications catégorielles rencontrent la colère des Italiens qui, par dérision, votent pour l’impétueux Bossi. La Ligue n’est alors qu’une formation embryonnaire et son groupe dirigeant est pris au dépourvu par son succès. Il n’est pas dupe de ses propres faiblesses ; il sait être le fruit d’une improvisation qui fonctionne tant que l’on s’en tient aux slogans (La Repubblica, 12/11/1991). Mais dans le contexte de crise du début des années 1990, les journalistes vont soutenir son entreprise.

64Selon Vittorio Moioli, si la ligue avait pu, à ce moment-là, présenter plus de candidats, sans doute aurait-elle pris davantage de voix encore (Moioli 1991 :48). Les sections locales sont inaugurées bien après le succès électoral du mouvement. Ce succès, la Ligue du Nord ne le doit pas tant à un travail de terrain ingrat et patient qu’à l’effet de scandale qu’elle suscite au début des années 1990. Giacomo Bianchi s’est senti dépassé par les événements dès cette époque :

Lorsque j’ai cessé de m’amuser, j’ai arrêté, parce que moi, je ne le faisais pas par idéal, je le faisais pour m’amuser, c’était un défi. La lutte c’est important, moi je me sens vraiment anarchiste, autonomiste, rebelle. Mais, aller à Rome, n’importe quel imbécile est capable de le faire. Je ne m’amusais plus, alors j’ai arrêté. En 1990, c’est moi qui aurais dû aller à Strasbourg, mais j’ai fait un autre choix de vie, j’ai préféré la Val Imagna, en fait, j’avais peur d’aller à Rome, c’était un changement, ça devenait un vrai travail... En 1987, lorsque j’ai participé aux élections politiques, je n’ai même pas voté pour moi, disons-le franchement, je savais que je ne pourrai plus contrôler ma vie de la même manière, je serais devenu un terù. Bossi est venu me relancer plusieurs fois pour les élections européennes, mais j’avais déjà peur d’aller à Rome, imagine Strasbourg ! Et c’est finalement le Moretti de la Val Seriana qui s’est présenté, il a été élu, aujourd’hui encore il est maire de Nembro, mais à l’époque c’était le videur (rires), lorsqu’un fasciste arrivait et qu’il se mettait à crier « Evviva il Duce ! », il fallait bien faire quelque chose pour éviter l’irruption de la police et la fuite de l’assistance, et nous avions donc deux ou trois garçons costauds...

65Daniele Vimercati a enrichi la légende de l’Umberto pour, ensuite, la diffuser au-delà des provinces de la périphérie milanaise. Il a justifié a posteriori l’irrésistible avancée des lumbard en faisant de leurs handicaps des atouts. Leur idiotie politique a été si habilement réinvestie qu’elle est devenue pour les électeurs une garantie. Il s’avère difficile de revenir sur cette période avec les acteurs, tant la légende contamine le réel.

BOSSI ET SES CLONES

66Les journalistes italiens se gaussent volontiers de la mise du Senatùr Bossi, mais négligent généralement le sens de cette façade. Distinguer l’homme du personnage médiatique, comme le font ses partisans, serait tout d’abord assez trompeur – le leader de la Ligue du Nord n’est pas l’innocente victime des journalistes – et, puis nous conduirait à négliger l’essentiel. À une époque où nous voyons les hommes politiques célébrés de plus en plus pour eux-mêmes et de moins en moins pour les causes qu’ils défendent ou les fonctions qu’ils incarnent, le leader de la Ligue du Nord pourrait sembler en porte-à-faux avec les canons habituels de la représentation médiatique. À côté de lui, Berlusconi fait figure de « gentilhomme » et Gianfranco Fini de « gendre modèle ». Mais cette façade a une fonction bien précise : en refusant de se plier aux règles du paraître, Bossi se positionne résolument dans la négativité. Cela lui permet de marquer la distance avec la classe politique traditionnelle. Le message leghista est en deçà des mots. Il passe par la mise en scène de traits stylistiques : comportement, vêtements et langage sont mobilisés pour signifier une idée qui se réduit parfois à un seul cri : « Bo-ssi... Bo-ssi... Bo-ssi... ».

  • 8 Depuis que le mouvement existe, les leghisti vouent la RAI aux gémonies : elle est pour eux le prin (...)

67Bien que le leader de la Ligue du Nord soit pour ainsi dire exclu du petit écran, l’exaltation de son apparence et de son style est remarquable. L’image d’Umberto Bossi semble incontournable alors même que les canaux de retransmission télévisuelle lui sont interdits. La visibilité télévisuelle est devenue un attribut du pouvoir. Celui qui n’a pas accès aux canaux nationaux ne saurait le négliger. Si Bossi n’a pas (ou très peu) accès au médium télévisuel, la fascination qu’il exerce opère selon un mécanisme similaire, car il ne fait jamais qu’inverser les données des représentations habituelles. Il se construit contre les modèles que la « télé romaine » diffuse jusque dans les vallées alpines. Il est le contretype du politicien romain qui insupporte tellement le leghista lorsqu’il le voit apparaître sur son petit écran8.

68En effet, Bossi renverse les valeurs de bienséance corporelle que nous lions implicitement aux fonctions représentatives. Il néglige son apparence et dénonce également le soin que les autres y apportent. À en croire Luigi Settembrini, « pour persévérer de la sorte dans l’inélégance, Bossi a dû consulter un grand du marketing. » (Panorama, 4/07/1993) En fait, le leader de la Ligue est résolument kitsch : il a décidé de pousser jusqu’au bout son look de « monsieur Tout-le-monde » en singeant les attitudes vulgaires du groupe qu’il prétend incarner. L’indifférence qu’il manifeste à l’égard des signes extérieurs de statut n’est pas moins significative que le soin apporté par les autres à leur image. En détaillant la maigre garde-robe du Senatùr, depuis la chemisette blanche que madame lave tous les soirs jusqu’à l’imperméable qui a traversé dix ans d’aventures leghiste, Daniele Vimercati relève l’importance que revêt cette absence de soin corporel et vestimentaire.

69Pour Max Ottomani, « Le style rappelle celui du petit patron, de l’homme qui travaille et qui est là parmi ses employés pour donner l’exemple et faire tenir la baraque entre un coup de gueule et une tape sur l’épaule. » (Ottomani 1992 : 32) Le leader réplique les petits self-made men des Préalpes ; comme beaucoup d’entre eux, il n’a pas pris d’habitudes de bourgeois, il ne mange pas, il engloutit des sandwichs et boit du Coca-Cola. Il porte une montre japonaise avec une calculette incorporée et semble toujours avoir besoin d’une coupe de cheveux. Le message véhiculé est clair : le travailleur ne sera jamais tiré à quatre épingles. Max Ottomani évoque à ce propos la cravate verte – accessoire indispensable du parfait bossiano – le nœud mal fait, de travers, comme le col de la chemise, c’est une scravatta [en italien le préfixe « s- » signifie défait]. La scravatta aurait une double signification : elle indique que le leghista fait partie « des gens bien », de ceux qui mettent la cravate, mais qui n’ont pas toujours le temps de la réajuster, de ceux qui travaillent et qui ne s’admirent pas dans les miroirs. La scravatta est calviniste : la valeur d’un individu se mesure à son travail et non à son image. Lorsqu’il est à Rome, le Senatùr fait généralement l’effort de mettre un costume, mais il a toujours l’air d’un paysan endimanché. Son apparence vient rompre avec celle des politiciens « habillés sur mesure » et gagne la sympathie de l’électorat populaire comme de l’électorat bourgeois, attendri par cette probe simplicité.

  • 9 Dans « Une histoire italienne », la brochure autobiographique que Berlusconi a fait distribuer à to (...)

70Dans Vento del Nord, Daniele Vimercati décrit par le menu les 30 mètres carrés dans lesquels vit la famille Bossi à Varèse. Le journaliste prétend hésiter entre les adjectifs « humble », « modeste » et « miséreux » pour qualifier le logement et se dit surpris de l’indifférence que manifestent ses habitants pour toutes les marques extérieures de statut. Umberto Bossi est tellement pris par son projet politique que les conditions matérielles dans lesquelles vit sa famille ne le préoccupent nullement. Lorsque l’on pense au faste que déploie Silvio Berlusconi, le contraste de standing entre les deux « hommes nouveaux » de la droite italienne est criant : Umberto Bossi est aussi modeste que Berlusconi est somptueux. Les médias italiens décrivent aussi bien le deux-pièces de Varèse que la villa d’Arcore. La droite populaire et la droite bourgeoise s’affichent désormais par intérieurs interposés9.

71La publicité n’est pas moins importante pour Bossi qu’elle ne l’est pour Berlusconi. La cravate verte a précédé le complet bleu marine des représentants de Forza Italia. Les leghisti relaient le message du leader en imitant son style. Comme Bossi est la principale source d’identité de la Ligue du Nord, c’est par mimétisme que les cadres parviennent à exprimer ce qu’il incarne aux yeux des militants. Il leur faut avant tout « jouer » la padanité : cela passe par le port de la cravate verte, les manifestations publiques d’intransigeance et les outrages au drapeau. Les comportements comme les discours se standardisent. Les membres du mouvement semblent porter leur étiquette partisane sur le visage.

72La communication leghista semble réaliser la conséquence ultime de la formule de Mac Luhan que dégage Jean Baudrillard dans Simulacre et Simulation : tous les contenus de sens [l’idéologie leghista] sont absorbés dans la seule forme dominante du médium [le représentant leghista] qui les neutralise (Baudrillard 1981 : 52). C’est ainsi qu’en avril 1999, les militants de la Ligue du Nord n’ont pas compris la position prise par leur leader face aux événements du Kosovo. Comment leur héros pouvait-il envisager de se rendre chez ce « fou sanguinaire » que représente à leurs yeux Slobodan Milosevic ? L’incompréhension manifestée alors par un grand nombre de militants témoigne de l’efficience de cette dissociation entre fond idéologique et forme communicationnelle.

73L’ascension politique de Bossi s’appuie sur cette mise en scène : « Mon commandement ne se base pas sur les bavardages, encore moins sur les privilèges, mais plutôt sur l’exemple. » (Bossi et Vimercati 1991 : 46) L’apprentissage par l’exemple semble en effet être l’unique forme de socialisation politique pour les cadres de la formation : il n’existe pas d’école du parti, seuls les élus sont appelés à suivre de courtes formations organisées en fonction des besoins. Le leader de la Ligue du Nord est un prototype idéologique. Ses lieutenants imitent son style pour assurer la diffusion du message.

  • 10 Propos du 8/11/1989 rapportés par M. Ottomani.

74Au niveau local, un Belotti ne fait que répliquer cette logique promotionnelle : il reprend à son compte les sorties de Bossi, son ton de grand condottiere et toute une série de manies qui n’appartiennent qu’à lui : comme Bossi, il ne boit que du Coca-Cola, comme Bossi, il répugne à mettre une cravate, comme Bossi, il fait des plaisanteries grivoises. C’est dans ces manifestations mimétiques que la dimension totalitaire de l’organisation leghista apparaît avec le plus d’évidence. Le leader semble d’ailleurs parfaitement conscient du mécanisme à l’œuvre au sein de l’organisation : « Tant que moi je ne vole pas, dans la Ligue personne ne vole10. »

75La discipline partisane repose sur le mimétisme. Les marques d’originalité, aussi intéressantes soient-elles, sont sanctionnées. Les bossiani introduisent néanmoins des variantes régionales : si les électeurs du Nord-Ouest voient dans Mario Borghezio un Piémontais type, les électeurs bergamasques voient dans « Ol Belòt » un Bergamasque type. En se « folklorisant » les bossiani s’enracinent, leurs couleurs locales renforcent leur assise électorale. Comme Danilo, les militants refusent généralement de considérer l’idée qu’il pourrait s’agir d’une mise en scène : « Non, je ne crois pas. Je me suis déjà posé la question moi aussi, mais c’est le peuple qui est comme ça, ce ne sont pas les leghisti, ce sont les gens qui sont comme ça, parce qu’on les tient dans l’ignorance. » Cependant, l’organisation se méfie des élus qui s’approprieraient incidemment « l’étiquette leghista ». L’une des tâches de Daniele Belotti, c’est de « défendre l’étiquette partisane » contre les opportunistes.

76Les élus de la Ligue du Nord occupent ainsi une place à part dans les institutions locales. Le stéréotype qu’ils réaffirment constamment par la tournure de leurs interventions les différencie très nettement de leurs pairs. Il leur est cependant difficile d’assumer jusqu’au bout le masque dont ils se couvrent eux-mêmes le visage, tant ce dernier hypothèque leur crédibilité dans l’univers institutionnel. Dans l’organisation partisane, l’inventivité bouffonne est plus valorisée que les compétences administratives ; si un élu est trop performant, il est bien vite écarté. Contrairement, donc, à ce que laisserait entendre le discours sur l’efficacité lombarde, la représentation prend le pas sur l’action.

77La façade leghista s’oppose à toute mise en scène institutionnelle, à tout travail administratif... Au sein de la Ligue, l’antinomie entre l’expression et l’action (Goffman 1973 : 39) est si importante qu’elle détermine la distinction qui est faite entre les « purs et durs » et les administrateurs. La direction valorise les performances bouffonnes des premiers et néglige le plus souvent les compétences des seconds. Cette antinomie constitutive du leghismo justifie la fracture qui agite le parti de l’intérieur à chaque nouvelle échéance électorale.

78L’uniformité de style des cadres de la formation prouve la rigidité du prototype : en entendant sur Radio Padania les interventions des secrétaires nadonaux (entendez « régionaux ») de la Ligue du Nord, le Secrétaire provincial des DS fit devant moi cette remarque : « Mais ce sont des clones ! » Pour le vice-président de L’Eco di Bergamo, la Ligue du Nord est un parti de « strasciconi » [suiveurs], et le fanatisme que cela dénote l’inquiète.

79Les cadres s’enferment en effet dans un rôle stéréotypé. Les électeurs peuvent les identifier comme leghista sans même les connaître individuellement. Umberto Bossi a redonné au masque toute sa dimension en érigeant en modèle une nouvelle « manière d’être » en politique. Dans les régimes totalitaires, le chef est à la fois « source, garant et figuration de l’Un, [il] s’impose essentiellement par son être physique, il est le corps dans lequel le tout se cristallise et s’expose » (Centlivres, Fabre et Zonabend 1999 : 303). Lorsque le corps devient lui-même le message, la médiatisation requiert le clonage. Bossi est le père métaphorique de l’avant-garde padane. Il engendre idéologiquement des « purs et durs » qui reproduisent ensuite sa représentation. Le leader parle par la bouche de ses bossiani, qui transmettent d’autant mieux son message qu’ils se transforment en autant de « petits Bossi ». Il se démultiplie ainsi à travers ses secrétaires régionaux, provinciaux, et ainsi de suite jusque dans les sections des vallées les plus reculées. Le désir d’homogénie des formations xénophobes est connu. Les militants ont remplacé la formule déterministe « è nel sangue » [c’est dans le sang] par la formule « è nel Dna » [c’est dans l’ADN]. L’un des militants piémontais assis à côté de moi dans le bus qui nous conduisait à Venise s’extasiait devant les usines alignées le long de l’autoroute des Préalpes, avant de faire remarquer à ses camarades que les Vénètes avaient « le travail dans l’ADN ».

80En 1999, la Ligue du Nord adoptait des positions intégristes sur la fécondation médicalement assistée et prêtait ses fantasmes d’homogénie à ses adversaires de gauche. Bossi dénonçait les « nazis rouges » qui veulent engendrer le parti des « pecoroni » [moutons, de pecora qui signifie brebis]. Cette information était illustrée par un dessin qui retournait contre les Démocrates de gauche l’accusation régulièrement faite aux militants de la Ligue. Par un mécanisme de projection phobique similaire, Bossi agite régulièrement la menace d’un monde composé d’êtres identiques : les « microbes », ou encore, les « globules humains » de la société multiraciale qu’engendrerait inévitablement l’» homologation humaine » de la « globalisation de l’United Color ». Les animalcules hantent l’imaginaire de Bossi. Ces représentations étranges évoquent celle du délire paranoïaque du président Schreber qu’analyse Elias Canetti dans Masse et puissance. Chez le paranoïaque, le multiple n’est qu’un. Il ne veut voir que de l’identité (même dans ce qui est différent) et retrouve son ennemi dans les figures les plus diverses. À la fin, il n’existe plus que lui et ce qu’il domine, c’est-à-dire ce qui entre dans son délire (Canetti 1966 : 482).

« Clonage »
« Tout est parti d’une seule brebis... et nous arrivons au parti unique de moutons ! ! »,
La Padania,
04/03/2000.

LA FASCINATION SPÉCULAIRE DE BOSSI SUR LES MASSES

81Si Bossi « fait » des leghisti, il serait le seul à s’être « fait » lui-même. Le leader revendique régulièrement cet « auto-engendrement » que réaffirment ensuite ses représentants locaux. Daniele Belotti rappelle souvent :

Il ne faut pas oublier que personne, vraiment personne dans la Ligue, ne doit son poste à son seul mérite, excepté un seul : Bossi. Beaucoup ont acquis des sièges, mais ce n’est pas pour leurs mérites personnels, c’est parce qu’il y avait au-dessus d’eux un symbole, celui de la Ligue. C’est également vrai pour moi, dans un autre parti je serais resté une personne parmi tant d’autres, cela démontre que je n’ai pas été élu parce que je m’appelle Daniele Belotti, mais parce que je suis dans la Ligue. De cela, je m’en souviendrai toujours, seul je ne suis rien. Je dois remercier celui qui a créé la Ligue.

82L’adhésion au mouvement et le mimétisme qu’elle implique entrent, semble-t-il, en conflit avec la culture du far da sé. Au cours des entretiens, les militants se montrent généralement soucieux d’affirmer qu’ils en sont venus seuls à professer ces idées. Pierre-Georges (secrétaire de section de Torre Boldone, né en France) prétend qu’il a toujours pensé ainsi : « Maintenant, moi, ça fait déjà quelques années que je suis dans la Ligue, mais même avant, il y a dix ans, les éléments de base, j’avais tout ça en tête. » Danilo tient le même discours : « J’ai tout fait tout seul. J’ai reçu une lettre où il y avait la publicité de Lombardia Autonomista, le journal historique de la Ligue. Il y avait une demande de subvention et, au-dessus, il y avait aussi le programme, et ça m’intéressait. Au début, la Ligue insistait surtout sur le fait que les Méridionaux occupaient tous les postes publics... » En réalité, le jeune supporter de l’Atalanta qu’il était fut surtout attiré par les produits du merchandising partisan.

83Les militants se montrent soucieux d’affirmer leur indépendance d’esprit dans les entretiens, mais leurs comportements contredisent leurs propos. Le leader dénonce la courtisanerie de certains : « Ce que je ne supporte pas, c’est la soumission et le plagiat. Si je vois quelqu’un qui s’agite un peu trop, qui tient à se faire remarquer de moi seulement parce que je suis le secrétaire de la Ligue, tout de suite je pense : “Celui-là me casse déjà les c...” » [Entretien avec Belotti, avril 1999] Si les militants évoquent à satiété son « charisme » et son « charme », le leader n’aime pas beaucoup que l’on parle de lui en ces termes. Pourtant, il a attiré des hommes qui lui ressemblent et qui plébiscitent ses méthodes. L’émergence sur la scène publique de son personnage a eu pour effet de désinhiber un certain de nombre d’individus qui ont depuis envahi les conseils communaux des provinces septentrionales. Les habitants de la ville de Bergame parlent des « mini-Bossi » des vallées lorsqu’ils évoquent les incivilités qui agitent la vie politique des communes de la province.

84La fascination que Bossi exerce sur les militants a une dimension spéculaire. Les militants se sont reconnus en lui, comme en témoigne Claudio [conseiller communal à Pontida, né en Suisse alémanique] :

Je suis entré dans la Ligue naturellement, il n’y a pas de motifs précis, moi je pense que l’on ne peut pas être conquis par le leghismo, on est leghista ou on ne l’est pas, c’est tout. Le leghista c’est celui qui dérange. Ils ne sont pas comme les communistes, les fascistes ou les démocrates-chrétiens, qui doivent tout expliquer, pour moi les leghisti sont les leghisti. C’est naturel, quand tu en as assez d’un certain nombre de choses, tu te retrouves forcément dans la Ligue. C’est aussi pour cette raison que nous faisons un peu peur.

85En cela, Claudio aurait même devancé Bossi :

J’étais leghista avant lui. Lorsque j’y suis allé la première fois, en fait, j’étais déjà leghista sans le savoir, et puis j’ai entendu Bossi parler des mêmes choses. (Entretien du 22/04/1999)

86Bossi est à la fois leur semblable, par son apparence, et leur héros, par son audace. Ses provocations fascinent et révoltent, elles font rire les militants de la Ligue. Pour Gigi, le vendeur de gadgets qui le suit dans tous ses meetings depuis le début : « Il a beaucoup de classe, c’est un homme qui a beaucoup d’ironie. » L’image de Bossi exerce une indiscutable séduction dans les classes populaires lombardes et vénètes. Bossi n’a pas tant des militants que des fans, des élus que des clones. Chaque meeting se conclut par une séance de dédicaces. Certaines militantes étaient persuadées que c’était le sex-appeal de leur leader qui m’avait poussée à entreprendre cette étude.

87Dans l’adoration dont Bossi fait l’objet, il y aurait déjà un acte de résistance, c’est du moins ce que semble indiquer Pierre Bourdieu lorsqu’il définit le pouvoir charismatique. Le chef est celui qui est capable d’imposer sa subjectivité à ceux qui le suivent, car ils abdiquent leur pouvoir d’objectivation (comme dans l’amour), pour le constituer en sujet absolu :

Le chef charismatique parvient à être pour le groupe qui le fait ce qu’il est pour lui-même au lieu d’être pour lui-même, à la façon des dominés de la lutte symbolique, ce qu’il est pour autrui ; il « fait », comme on dit, l’opinion publique qui le fait. (Bourdieu 1977 a : 52)

88Bossi refuse de se plier aux règles du « paraître » légitime. Il valorise le dialecte et réévalue un corps qui porte à l’évidence les marques de son extraction provinciale. Il ose défier les règles auxquelles la plupart de ses électeurs se conforment. S’il essayait de se corriger, il reconnaîtrait indirectement les règles bourgeoises et s’aliènerait. Son aisance et son incroyable indifférence au jugement neutralisent les effets de la domination symbolique. Bossi défie le regard des autres en réinvestissant sur un mode ironique l’ensemble des traits stigmatisants qui distinguent le groupe qu’il représente. C’est ainsi qu’il impose les normes de « l’aperception » de son corps. En agissant de la sorte, il renverse les valeurs dominantes au profit des « siennes ». Comme les masques de la commedia dell’arte, il réalise au profit du groupe qu’il représente un retournement du stigmate.

  • 11 Les dirigeants des leghe régionales qui ont fondé avec lui la Lega Nord ont tous été écartés.

89Le politicien romain devient le « terù » tandis que le montagnard participe de la modernité politique, économique et sociale. Bossi s’efforce de faire reconnaître (contre le sentiment de la majorité) la valeur de ses traits lombards. Sans doute faut-il le considérer comme une machine à créer de l’intégration sur de l’exclusion culturelle, un permutateur social en quelque sorte. Grâce à lui, les adhérents au mouvement s’enorgueillissent contre les autres de leurs traits psycho-sociologiques. Le masque qu’il a créé remplit alors une fonction emblématique et son apparition conforte le lien communautaire. En devenant le symbole visible de la doctrine, il a renforcé son hégémonie politique11.

90Pour Giacomo Bianchi, le succès du mouvement est largement tributaire de cette fascination charismatique :

C’est tout le travail des gens qui a contribué au succès de la Ligue, tout le travail de ces gens qui n’étaient pas payés, c’était des volontaires plein d’enthousiasme, vraiment des fanatiques, ils y croyaient dur... La capacité de Bossi, son intuition politique, son charisme, c’est d’être parvenu à remuer dans l’âme des gens cette chose-là, il est parvenu à les faire se sentir orgueilleux d’être ce qu’ils sont, et vraiment ils y ont cru et ils l’ont suivi... Il a redonné une conscience au peuple, une identité... Ils se sentaient plus méprisés que les Méridionaux...

91Dans les mouvements collectifs, les militants expérimentent une sorte d’intensification de leur être, comme dans l’état amoureux. Francesco Alberoni définit cet état comme un mouvement collectif à deux, faisant ainsi de son analyse de l’innamoramento un formidable instrument de compréhension des mouvements sociaux (Alberoni 1979 : 14). La métaphore amoureuse revient souvent dans les propos des militants : à l’image du général Zanga, ils sont « tombés amoureux » de Bossi. Giacomo Bianchi évoque son retrait politique en ces termes :

  • 12 Il s’agit de Roberto Calderoli.

Quand je me suis défilé en 1990, Bossi est venu deux ou trois fois à la maison, et moi, je lui ai dit que je faisais ce choix, et il m’a dit que si je voulais revenir, je pouvais, on aurait dit deux amoureux qui se quittaient. Et puis moi j’étais avec Leila, nous avions notre travail, alors je lui ai présenté le frère de Leila, Roberto12, il avait tous les atouts : il était jeune, diplômé, célibataire, et il voulait faire de la politique, alors je lui ai transmis toute mon expérience, toutes mes connaissances, et maintenant concrètement, c’est le bras droit de Bossi, il a repris mon poste.

92Les militants de la Ligue du Nord ne constituent pas seulement un groupe social, ils constituent également ce que les psychologues appellent un « groupe psychique », car c’est en s’identifiant au chef que l’adhérent intègre les valeurs de la formation (Orfali 1990 : 133). L’introjection est un processus inconscient par lequel l’image d’une personne est incorporée au moi et au surmoi. L’intrejection détermine le mimétisme que nous avons maintes fois relevé. La projection, au contraire, est un mécanisme de défense par lequel le sujet voit chez autrui – en l’occurrence le « terù » – des idées, des affects (désagréables ou méconnus) qui lui sont propres. Ces deux mécanismes psychologiques sont essentiels à la compréhension du leghismo.

93Dans La comédie des vanités, Elias Canetti établit un lien entre blessures narcissiques individuelles et culte de la personnalité. Cette pièce aurait été écrite directement sous la montée du nazisme. Le mouvement hitlérien aurait eu, parmi ses causes, un processus de dévalorisation, un mal de vanité, une blessure identitaire que l’auteur appelle une « maladie du miroir » (Ishaghpour 1990 : 85). L’apparition de la figure charismatique viendrait en quelque sorte suturer l’ensemble des blessures narcissiques de la communauté. Le masque du chef fonctionnerait ainsi comme un miroir communautaire. Philippe de Felice avait déjà relevé ce processus en observant la relation qui s’établit entre le leader charismatique et ses adulateurs :

Cette communion mystérieuse qui s’établit en un instant entre eux et lui n’est pas due à je ne sais quelle supériorité géniale qui lui permettrait de s’imposer à eux. Elle résulte tout simplement du fait qu’ils ne peuvent s’empêcher de reconnaître en lui le représentant typique de ce qu’ils se sentent confusément être en eux-mêmes, en tant qu’ils participent au fond commun de leur race, de leur peuple ou de leur milieu social. Il semble en effet que toutes les impulsions larvées qui hantent leur subconscient se soient concentrées dans l’être qu’ils idolâtrent, et qu’elles y aient acquis une force suffisante pour faire irruption dans le champ de sa conscience et pour se manifester au dehors par ses paroles et par ses actes. (De Felice 1947 : 354)

94Pour Philippe de Felice, le leader serait lui-même entraîné par les effets de cette spécularité :

Le meneur est caractérisé par une prédisposition singulière à ramasser et à condenser en lui ce qui demeure latent et diffus chez les autres, à devenir l’incarnation vivante de leurs instincts brutaux, de leurs penchants ataviques, de leurs passions comprimées, de leurs désirs inassouvis. Il est l’organe par lequel s’effectuent les poussées collectives, la voix où retentissent les revendications inexprimées des masses, l’agent de leurs fureurs contenues et refoulées. Ne serait-on pas en droit de dire à son sujet qu’il a été le possédé de ceux qui l’environnent, avant de les posséder à son tour, et qu’il est, lui le premier, le jouet des entraînements grégaires dont il va être la cause ? La constatation selon laquelle le meneur est fatalement mené tôt ou tard par les fanatiques qui le suivent, n’est pas vraie seulement si l’on examine l’aboutissement de son action. Elle se justifie davantage encore lorsque l’on cherche à découvrir les raisons profondes de son influence. N’est-ce point parce que les foules se retrouvent en lui dans leurs ambitions, leurs haines et leurs violences, qu’il réussit aussi aisément à les subjuguer et à en faire ce que bon lui semble ? (De Felice 1947 : 354)

95De ce processus, Bossi semble également avoir conscience : « Il ne s’agit pas de culte de la personnalité, seulement je suis le seul capable de mener ce projet. Et ce projet, ce sont les gens qui le veulent et pas les hommes. » (Bossi et Vimercati 1993 : 78) C’est avec raison qu’il distingue les masses des individus : comme Zanga qui répond aux sollicitations du groupe des tchi-tchi, Bossi répond aux injonctions de ses admirateurs. Il est en quelque sorte ventriloqué par la foule qui le pousse aux excès. Pour satisfaire son public, il lance des bordées d’insultes dont il s’excuse généralement dans les jours qui suivent. Le parallèle que l’on établit entre le meneur et le possédé est pour Philippe de Felice tout à fait éclairant : « Comme ce dernier [le meneur], le possédé est affligé d’une réceptivité morbide à l’égard de toutes les pressions qui proviennent de son entourage. Il les accumule en lui et il leur sert d’exutoire. » (De Felice 1947 : 354)

96C’est bien souvent l’ennui qui saisit l’observateur étranger dans les meetings, car Bossi, à l’image du meneur que décrit Philippe de Felice, ne fait que « reprendre sans trêve les assertions initiales dont il s’imagine être l’inventeur et qui ne sont en réalité que l’expression des passions les plus élémentaires de son peuple et de sa classe. De là, lorsqu’on écoute ses discours, l’impression d’extraordinaire pauvreté qu’on en garde. De là, également, le malaise qu’on éprouve à constater que des auditeurs que l’on voudrait croire sensés peuvent s’enthousiasmer d’élucubrations aussi vaines, dans lesquelles ne se trouvent que des formules creuses, des accusations sans fondements et d’absurdes violences de langage destinées à étayer quelques affirmations tendancieuses, toujours les mêmes, et qui, à y regarder de près, n’ont souvent aucune signification » (De Felice 1947 : 354).

  • 13 Toscan d’origine et bergamasque d’adoption, Pier Carlo Masini (1923-1998) est un historien de l’ana (...)

97Le masque crée le groupe qui le crée. Dans un ouvrage réédité en 1999, La Maschera del dittatore, l’historien Pier Carlo Masini13 avait relevé l’affinité entre les figures traditionnelles de la commedia dell’arte et celle du Duce. Il m’a paru intéressant de développer son intuition. Le chef informe l’identité de ses partisans. Le masque matérialise un sémantisme. Il doit être envisagé comme « structure de croyance ». Il est la matrice de cette Padanie aux contours imprécis. L’appareillage symbolique que mobilise le chef acquiert ainsi une importance centrale, car le type qu’il représente permet au « peuple du Nord » de s’identifier comme tel. Le masque, parce qu’il recouvre aussi bien l’individu que l’entité à laquelle il appartient, symbolise la dimension collective de l’individualité. Généralement, il n’y a pas de relation directe entre l’élément et la totalité, un segment intermédiaire assurant une médiation. Mais, ce n’est pas toujours le cas. Lorsqu’il n’y a plus de médiation entre la personnalité du chef et le groupe, lorsque le leader devient la matrice identitaire de l’ensemble, émerge alors la figure terrifiante et annihilante de l’Unique, c’est-à-dire le visage du chef totalitaire.

98Avec la montée en puissance de l’individu comme valeur, les démocraties modernes sont susceptibles de connaître des mouvements de fusion de nature similaire. Pour Louis Dumont, le totalitarisme est « une maladie de la société moderne qui résulte de la tentative, dans une société où l’individualisme est profondément enraciné et prédominant, de le subordonner à la primauté de la société comme totalité (...) la violence du mouvement est enracinée dans cette contradiction et elle habite les promoteurs du mouvement eux-mêmes, déchirés qu’ils sont entre deux tendances contradictoires » (Dumont 1983 : 63). Pour caractériser Hitler, Louis Dumont (1983 : 164) parle de « rôle-personnage », dans la mesure où il est impossible de distinguer la personne de la fonction. Ce qui se noue dans le totalitarisme, c’est l’exaltation de la communauté nationale à travers un homme. Le fanatisme que suscite Bossi s’apparente par bien des aspects à la fascination que peuvent exercer certaines pop stars contemporaines. Les télévisions favorisent aujourd’hui l’émergence de figures qui incorporent des publics entiers par identification et mimétisme.

99Les partis populaires sont, pour ainsi dire, contraints de concentrer le « capital symbolique » (Bourdieu 2000 : 17). La personnalisation du pouvoir y est toujours plus importante que dans les autres formations. Le masque permettrait à ceux qui ne disposent d’aucune structure susceptible de défendre efficacement leurs intérêts de dépasser l’anomie qui les affecte. Dans les rangs de la Ligue du Nord, le « centralisme démocratique » est un fait établi que seuls les exclus dénoncent. En concentrant le « capital symbolique », Bossi se mue en figure emblématique. Les nouveaux militants sont pour ainsi dire « incorporés » au chef pour reprendre une image élaborée par Elias Canetti. Ils abdiquent leur propre personne contre celle du chef et n’ont plus le droit au respect. C’est Bossi l’unique médiateur entre Rome et « son peuple ». Dans ce cadre, la délégation est une aliénation : qui peut, mieux que Bossi, représenter un peuple qu’il engendre métaphoriquement chaque année en renouvelant le rite de l’ampoule ? Cette nouvelle performance rituelle marque un tournant décisif dans l’histoire de la Ligue : le parti, qui était un mouvement de révolte à base régionale, devient un parti « ethnoprotectionniste » défendant une communauté ethnique et ses intérêts. Le « guerrier de Legnano » se métamorphose en « père de la Padanie » et, à partir de là, les représentants du mouvement seront tenus d’» exhiber leur identité ethnique jusqu’à l’exacerbation ». Cette nouvelle mise en scène médiatique inaugure l’ère des « purs et durs », ou des « padanistes ».

100Le leader se pose comme le principal artisan du projet que porte le mouvement leghista. Il coagule la rébellion des électeurs pour mieux dépasser les localismes, au détriment des formations autonomistes originelles. Les deux principaux rites qu’il met en scène s’efforcent de transcender les particularismes en territorialisant ce qu’il appelle la « Nordnazione ». C’est le masque du chef qui assume cette fonction transcendante. Bossi incarne le prototype du leghista (l’homme d’action et de mouvement), car c’est lui qui transforme la protesta [protestation] en proposta [proposition]. Il fait le mouvement qui le fait. Gigi, le vendeur de gadgets, résume cette idée par une simple affirmation : « Je suis pour la bossicratie. » Les propos du maire d’Ardesio vont dans la même direction :

Sans Bossi la Ligue n’existerait pas, ça c’est pour le passé, mais ça vaut également pour le futur, sans Bossi la Ligue n’irait pas très loin. On ne peut pas le cacher, la Ligue c’est Bossi. C’est un politique exceptionnel, il a beaucoup de flair. Certes, il n’utilise pas toujours un langage très « comme il faut », ce n’est ni Fini, ni Craxi, mais il est « des nôtres », c’est un homme du peuple qui n’a pas fait toutes ses études comme les autres politiciens, il est donc un peu rustre, il a des manières de provincial, de montagnard, il s’exprime avec des termes forts et vulgaires. (Entretien du 11/02/1999)

101Les leghisti abandonnent d’autant plus volontiers leur confiance au chef qu’ils ont le sentiment de parler à travers lui. Le vote leghista est en quelque sorte un « vote narcissique » : voter pour la Ligue, c’est voter pour soi, comme en témoigne le slogan : « Je suis lombard, je vote lombard. » Dans ces conditions l’élection, parce qu’elle suppose une délégation raisonnée et consentie, perd tout simplement son sens. Le « vote narcissique » est une « remise de soi » totale. Les premiers abusés par cette spécularité sont aussi les plus démunis intellectuellement. Le vote par identification renouvelle en fait le « vote d’appartenance » qui distinguait les provinces de la Terza Italia des aires métropolitaines, où domine généralement le « vote d’opinion » (Cartocci 1994 : 33). Le « vote d’appartenance », tout comme le « vote d’échange » qui prévaut dans le Sud, amène les Italiens à choisir un parti sans conviction : dans un cas on ne fait pas un choix, celui-ci s’impose ; et dans l’autre, on ne vote pas pour des motifs idéologiques mais pour des intérêts familiaux ou personnels. Dans les provinces de la Terza Italia, le vote était étroitement lié à la vie communautaire, il avait une dimension quasi cérémonielle et l’on ne pouvait s’y soustraire. Depuis le déclin des partis-églises (DC et PCI), l’abstentionnisme s’est considérablement accru. Dans la province de Bergame, les montagnards suivaient généralement les consignes de vote du clergé. C’était la norme que de s’en remettre au prêtre pour le choix du candidat. La disparition de la DC et le relatif retrait des ecclésiastiques ont laissé beaucoup de Bergamasques dans l’embarras. Dans cette phase de bouleversements, la Ligue a pu être, selon certains, une « religion alternative ».

102Bossi transforme le traditionnel retrait politique des montagnards en résistance culturelle. Il redéfinit le conflit centre-périphérie : les provinciaux n’ont pas fait d’études supérieures, ils sont employés dans le secteur secondaire, ils se sont enrichis, mais se sentent toujours autant méprisés, et la représentation légitime du corps menace la reproduction de leur groupe social (Bourdieu 1962 : 32-136). L’hostilité se noue autour du langage et de l’apparence physique. S’affirmer leghista est alors une manière de compenser sa honte corporelle et culturelle. À travers cette « mise en scène » de l’authenticité nordiste, le leader s’efforce de faire reconnaître les caractéristiques distinctives dont il est le porteur en tant qu’individu, de remplacer la représentation subjective du centre par une représentation plus conforme aux intérêts du groupe qu’il prétend incarner.

103Cependant, Umberto Bossi ne sort pas de cette culture de l’apparence, il n’en est que l’envers et la renforce a contrario, car en affirmant ce qui le distingue comme vulgaire, il conforte ses contempteurs. Pierre Bourdieu parle alors des « effets de contre-finalité qui sont inhérents à toute position dominée ». Les leghisti retournent les valeurs de la majorité pour mieux s’affirmer, mais, « par une sorte de redoublement paradoxal qui est l’un des effets ordinaires de la domination symbolique », ils confirment leur position subalterne (Bourdieu 1983 : 100). Les membres de la Ligue du Nord se révèlent incapables de définir eux-mêmes les traits de leur identité en termes positifs. L’aliénation est perceptible jusque dans la construction du soi leghista, dans l’hexis corporelle, la forme et le volume de la voix, la prononciation et le choix du vocabulaire. Ils font de leurs complexes les signes de leur aristocratisme nordiste. Se sentant méprisés, ils méprisent en retour. La mise en scène de la virilité est alors appelée à jouer un rôle tout à fait déterminant selon Pierre Bourdieu : « C’est sans doute un des derniers refuges de l’autonomie des classes dominées, de leur capacité de produire elles-mêmes leur propre représentation de l’homme accompli. » (Bourdieu 1977a : 53)

104La masculinité forte, animalesque et antisociale qu’ils mettent en scène contraste avec la masculinité bourgeoise promue par le fascisme. La virilité leghista se distingue par son absence de culture, même physique. Nous ne saurions être plus éloignés du modèle masculin fasciste, c’est une figure masculine caricaturale, elle fait rire plus qu’elle n’impressionne et dénote de l’insécurité plus que de l’arrogance. Umberto Bossi tourne en dérision les figures masculines de l’imagerie nationale, Garibaldi en tête, comme en témoignent les commentaires sur son apparence. La propreté du leader de la Ligue préoccupe ainsi les journalistes italiens : « Mais Bossi se lave-t-il ? Montanelli : “Il évite la douche”. » (La Stampa, 6/10/1992) Ses partisans se sentent obligés de témoigner de sa propreté : « Moi j’ai voyagé avec lui, Il se lave deux fois par jour, une douche le matin, une le soir. » (La Stampa, 6/10/1992) Umberto Bossi est « l’homme sale d’Italie ». L’une des questions qui m’a été posée après ma première rencontre avec lui en dit long sur la perception que les Italiens ont du personnage : « Alors, il pue ? »

105Les montagnards ne se reconnaissent pas dans les modèles masculins que véhiculent les médias italiens. Le « minet » romain est devenu pour eux un objet de détestation. Voir Bossi à la télé est déjà le signe d’une reconnaissance, car les militants sont ulcérés d’entendre parler des dialectes méridionaux sur les chaînes nationales quand on entend rarement parler le leur, ou seulement pour s’en moquer. La Ligue du Nord n’est pas étrangère au processus de globalisation et déploie des formes de résistance qui ne manquent pas d’ironie. La définition du « corps légitime » devient un enjeu de lutte entre les groupes sociaux et l’apparence se politise. L’importance que revêt le merchandising leghista doit être comprise dans cette perspective : acheter les anti-produits de la Ligue est encore une manière de résister à l’envahisseur romain. Les contre-cultures détournent souvent les produits de la culture de masse pour les articuler aux valeurs du groupe, et ces contre-emplois sont déjà des techniques de résistance. L’homme ne doit pas se laisser « griffer » et devenir l’esclave des marques. Les leghisti opposent leur « mâle authenticité » à la mode italienne.

106L’imaginaire leghista qui se révèle à travers les gadgets (depuis le caleçon vert bordé de « soleils des Alpes » jusqu’au déodorant « Brise du Nord ») tourne en dérision le modèle masculin des élites. Cette campagne publicitaire pour un nouveau produit dérivé est significative : « L’homme de la Ligue porte Dur. Le parfum au nom français, mais à l’accent lombard. » Les leghisti jouent avec les signes distinctifs de la masculinité populaire : le parfum Dur est un anti-parfum, car l’image qu’il véhicule contraste tellement avec celle du dandy milanais, qu’il ne peut pas sentir bon, c’est-à-dire « faire valoir » celui qui le porte. Ce que les leghisti appellent l’oggettistica donne ainsi lieu à une débauche de mauvais goût. Ces gadgets partisans exercent un effet de séduction non négligeable sur les jeunes militants.

107Bossi est aussi l’homme de ceux qui revendiquent « leur part » de réussite à travers l’exaltation du self-made man. L’idéal du leghista (c’est également vrai pour le chef) c’est Berlusconi, le self-made man milanais, celui que la presse surnomme le cavaliere, et le contretype leghista ne fait jamais que renforcer, par contraste, le type masculin de la bourgeoisie milanaise. Il révèle une aspiration contrariée plus qu’une réelle volonté de subversion. L’homme leghista est un travailleur, il s’oppose aux improductifs (fils à papa, chômeurs méridionaux, marginaux...), à tous ceux qui finalement se dérobent devant la compétition économique. Héros pour une minorité, anti-héros pour la majorité. La mise à l’index du leader rejaillit sur ses partisans. Nous devons d’ores et déjà distinguer le pouvoir qu’il exerce dans le mouvement du contre-pouvoir qu’il exerce à l’échelle nationale. Bossi ne représente qu’un segment de la société italienne (les périphéries industrieuses du Nord-Est), ce n’est pas un duce, mais c’est assurément un ducetto.

108Les Italiens regardent le leader de la Ligue comme un fou plus ou moins dangereux. Il est pour eux, l’homme de toutes les provocations, de toutes les régressions, de tous les revirements, de toutes les contradictions...

109Le personnage est infantile, grossier, présomptueux et foncièrement ridicule. Les transfuges qui, hier encore, chantaient les louanges du chef alimentent la légende de « Bossi le fou » en dénonçant sa mégalomanie et ses lubies. Mais Bossi est-il réellement fou ou fait-il le fou ? Les deux probablement, car son idiotie vise à la fois l’intelligence et la bêtise : il tourne en dérision la supériorité intellectuelle, mais lorsqu’il joue la comédie de l’idiotie pour mieux retourner contre les citadins leur mépris, il dépasse le déterminisme de son idiotie et prend une revanche bien réelle sur ses propres limites.

LE PARTI ANTI-SYSTÈME

  • 14 Cette liste s’est considérablement allongée depuis dix ans : Franco Castellazzi (1991), Luigi Moret (...)

110Depuis que la Ligue du Nord est entrée dans sa phase de déclin, des purges interviennent au lendemain de chaque échéance électorale, ou presque, mais une logique « usa e getta » [jeter après usage] semble avoir prévalu à l’intérieur de la formation depuis le début. Les journalistes parlent de la « diaspora leghista » et établissent de temps en temps (pour mémoire) la liste des exclus14. Il est impossible d’aborder avec les leghisti le thème de la désagrégation de leur parti, car les difficultés sont sans cesse réduites à des querelles personnelles. Réduire les dissensions politiques à de simples conflits de personnalités est depuis le début un moyen d’anéantir tout débat interne dans le parti.

111À partir du congrès de Pieve Emmanuele, en 1991, Umberto Bossi écarte les leaders historiques de l’autonomisme nordiste (Franco Rocchetta, Marilena Marin, Roberto Gremmo, Gipo Farassino...), puis tous ceux qui se montrent peu enclins à le suivre dans l’aventure padane. L’option leghista s’oppose en effet à l’option confédérale des autonomistes. Pour Umberto Bossi, l’alliance nordiste, telle que la concevaient les premiers autonomistes, est vouée à l’échec. Seule l’unité directionnelle et programmatique peut servir efficacement le projet de la Ligue. Les autonomistes veulent ressusciter le passé et ne regarderaient pas vraiment dans la direction de la république du Nord, qui, au contraire, doit être « le grand saut qui nous permettra de redonner vie à ce passé » ; on appréciera la nuance.

112Le fractionnisme des autonomistes a toujours été présenté comme un obstacle à la cause padane. Les régionalismes italiens se réclament en effet de « passés différents », aux implications idéologiques non moins différentes ; mais ces vieilles querelles, volontairement alimentées, permettent surtout à Umberto Bossi de s’imposer comme « l’homme du fédéralisme » dans tout le nord de l’Italie. Ce dessein hégémonique ne cesse d’alimenter la rancoeur des autonomistes et génère des conflits à répétition, comme l’explique Giacomo Bianchi :

À l’intérieur de la Ligue, il y a des courants différents et des conflits, on ne rigole pas. Comme dans tous les partis, il y a des couteaux dans le dos, il faut être très attentifs, ce n’est pas facile (...) Certains voulaient prendre de l’autonomie à l’intérieur du mouvement, et il y a eu des règlements de comptes, et des expulsions pour assainir la situation, il y en a vraiment eu beaucoup, tous les ans pratiquement...

113Le leader craint surtout que ne se forment des baronnies locales. Il a donc conçu son organisation comme une machine à discipliner les élus. Concentrer le pouvoir lui permettrait d’entraver l’émergence de petits notables et de limiter les pratiques clientélistes. Depuis le début, Bossi est persuadé que les dirigeants de son organisation cherchent à l’évincer d’une manière ou d’une autre. Pour se prémunir contre eux, il doit concentrer le pouvoir pour éviter que des courants ne s’institutionnalisent, avant de se répartir les sièges dans les assemblées et les conseils. La « lutte à l’arme blanche contre la partitocrazia » justifie la concentration. Bossi vit dans la crainte du complot et s’empresse de se défaire des représentants qui évolueraient avec trop d’aisance dans les corridors des institutions : « Qui manœuvre dans les sous-bois de la partitocrazia sera démasqué et chassé, sans pitié. » (Bossi et Vimercati 1991 : 91) Bossi isole ses hommes comme s’il craignait de les voir « contaminés » par la partitocrazia. Il veille, par exemple, à ce que tous ses députés soient logés dans le même immeuble à Rome.

  • 15 Un chapitre entier de l’autobiographie d’Umberto Bossi, Vento del Nord, est consacré aux « Complots (...)

114Le leader se dit « affligé » par les trahisons, mais il les considère pour ainsi dire comme inévitables, car ses hommes sont susceptibles de céder aux tentations15. Bossi a un idéal, les autres n’ont que des intérêts personnels. Il soupçonne les partis traditionnels de vouloir acheter ses hommes. Il est parvenu à distiller cette peur dans son parti, cela confine au délire, le moindre conseiller communal a peur d’être soudoyé. Giacomo Bianchi prétend avoir reçu des offres alléchantes, mais refuse de me livrer des noms :

Au départ ils nous ont menacés, et puis ils ont essayé de nous acheter en nous offrant des postes prestigieux [...] À ceux qui lui ont offert de l’argent, Bossi a répondu non merci. Mais c’était vrai et pas vrai : pourquoi se contenter de cinq milliards quand on peut prendre les caisses de l’État tout entier ? Nous n’avons jamais eu de problèmes de ce côté-là, au départ nous n’avions rien, mais nous pensions pouvoir devenir la Démocratie chrétienne du futur.

115Bossi est prêt à expulser ceux qui se seraient laissés tenter ; il parle alors de « démissions dans l’intérêt de la Ligue ». Il tient à faire comprendre que la Ligue du Nord n’est pas un parti comme les autres : « Celui qui entre dans la Ligue doit avoir des idéaux solides, il doit être disposé au sacrifice personnel pour atteindre l’objectif. Il n’y a pas de place pour ceux qui pensent aux sièges et aux avantages personnels. » (Bossi et Vimercati 1991 : 84) Les traîtres sont pour lui ceux qui négligent les intérêts du peuple lombard pour servir les leurs. Partitocrazia et politique de la déprédation sont indissolublement liées dans l’esprit du leader de la Ligue du Nord. Rien ne sert de réformer le système, il faut l’abattre en éliminant l’ancienne classe politique : « Dans un système comme le nôtre où le centralisme se conjugue avec la corruption, l’inefficacité avec les manœuvres occultes, une organisation monolithique sans faille, qui combat avec décision, est nécessaire. C’est ce que doit être la Ligue aujourd’hui : une épée qui s’enfonce dans le ventre mou de l’État et pas un marais au-dessus duquel les insectes virevoltent en toute liberté. » (Bossi et Vimercati 1993 : 168)

116Les leghisti veulent incarner le territoire de la modernité politique, mais ils sont néanmoins contraints de se plier aux règles d’un système politique – la partitocrazia – qu’ils récusent, parce qu’ils le jugent « italien » dans tout ce que cela peut évoquer de négatif pour eux. En s’insérant dans la sphère administrative, les leghisti marchandent leurs convictions et compromettent les idéaux de leur parti. Tout se passe comme si, en devenant de « vrais politiciens », ils devaient être sacrifiés pour que vive l’idéal de la pureté padane. Ils sont alors mis en cause par la direction parce qu’ils ont acquis l’appui de réseaux locaux et/ou une certaine visibilité médiatique, ou bien parce qu’ils se sont compromis avec « le système » en négociant des alliances électorales, souvent sur l’injonction du chef lui-même. C’est soit leur arrivisme que l’on invoque, soit leur connivence avec l’ennemi, souvent même les deux.

117Démasquer les imposteurs, c’est-à-dire « ceux qui se disent leghisti mais qui ne le sont pas vraiment », mobilise toute l’organisation du sommet à la base. Dès les premiers succès électoraux, Umberto Bossi dénonce « le sale truc des infiltrés ». Les partis voudraient entraîner la Ligue dans un jeu ambigu afin de la discréditer aux yeux des électeurs. La direction alimente, à cet effet, dans l’organisation, un climat de suspicion dans lequel il entre beaucoup d’envie. Les plus « performants » des cadres leghisti sont rapidement soupçonnés de vouloir devenir des « notables ». En cas de difficulté, le chef peut s’appuyer sur la propension à la délation pour « purger » la formation. Il lui suffit de désigner le « traître » à la vindicte de la base pour l’exiler. Ces exclusions donnent souvent lieu à des affrontements physiques et, presque toujours, à des insultes bientôt reprises en choeur par tous les militants. Des figures importantes du parti ont ainsi été « remerciées », après des années de bons et loyaux services, parce qu’elles menaçaient le monopole du chef. À terme, ces expulsions desservent le mouvement, car les « exilés » entraînent derrière eux des élus de moindre envergure et des électeurs excédés par les lubies du chef.

  • 16 Il en est longuement question dans Vento del Nord (1991) et dans La Rivoluzione (1993).

118L’opération « Exodus », relatée par Daniele Vimercati avant d’être commentée par Bossi, a vocation d’exemple pour tous les partisans de la Ligue16. En octobre 1991, Bossi contraignit l’ensemble des élus de la Ligue à quitter leurs sièges pour sanctionner la collusion du leader de la majorité du conseil régional de Lombardie, Franco Castellazzi, avec les forces politiques traditionnelles. En tant que président de la Lombardie, Castelazzi s’était fait beaucoup de publicité personnelle en organisant des débats politiques ouverts aux membres des autres partis. Il s’était révélé un peu trop à son aise dans la sphère administrative et ne cachait pas ses sympathies à gauche. Afin d’obtenir un siège présidentiel en plus dans les commissions, il n’avait pas hésité à cosigner avec les autres élus un « programme de travail » dans la plus pure tradition consociativista jetant ainsi de l’ombre sur la « virginité politique » de la Ligue. Les postfascistes s’étaient empressés de dénoncer la manœuvre et la presse avait ébruité l’affaire. Bossi réagit alors prestement en dénonçant les « boyards » acquis aux « logiques partitocratiques » et pressa les « purs et durs » de sortir des institutions où ils s’étaient « fourrés », en suivant une « tactique politique suicide » : « Le régime a réussi à débaucher des individus sans réels mérites qui avaient fait carrière trop vite » (Bossi et Vimercati 1991 : 85) ; avant d’ajouter que Castelazzi avait un seul objectif, « prendre sa place à la tête du Carroccio pour le conduire vers la gauche partitocratique ».

119Au soir du 9 octobre 1991, tous les élus du mouvement ont dû quitter leurs sièges. Les cadres du mouvement, d’abord sceptiques sur la supposée « trahison » de Castellazzi, ne purent qu’abonder dans le sens de Bossi. Dans toute cette affaire, Bossi a inventé un complot contre lui-même pour renforcer sa crédibilité à la veille des élections, car il semble que ce soit lui qui ait cherché à se rapprocher des socialistes, par l’intermédiaire de Castellazzi, dans les mois qui précédèrent cette affaire. Bossi aurait contraint le leader de la majorité régionale à former un petit groupe composé de ses plus proches collaborateurs avant de réclamer l’expulsion de la « bande des quatre ». Franco Castellazzi a donc été « sacrifié » pour prouver la bonne foi du leader. Bossi voulait démontrer, à travers cette vaste opération médiatique, qu’il sanctionnerait les accords opportunistes qui scandalisent tant les citoyens italiens. On sait depuis qu’il n’en fut rien. Pour le leghista Piergianni Prosperini : « Tout est parti du fait que Castellazzi est très doué et que Bossi ne peut pas supporter à côté de lui quelqu’un qui soit intelligent. » (L’Unità, 16/10/1991)

120Le leader de la Ligue du Nord est en effet particulièrement jaloux de ses prérogatives ; comme me l’expliqua Giacomo Bianchi, il ne reconnaîtra jamais ouvertement les mérites de ses collaborateurs :

Si tu dis quelque chose d’intelligent, sur le moment tu es grillé, tu es un crétin, mais ensuite Bossi récupère ton idée et la met en pratique. Il te sourit et qu’est-ce que tu fais ? Rien ! C’est ainsi, et c’est arrivé combien de fois, tu passes pour un crétin, et deux jours plus tard, ton idée est dans le journal, signée Bossi, tu peux être content, et après lorsque tu le croises, il te dit qu’il a réétudié la question et que tu n’avais pas tout saisi. Bossi n’est pas stupide, il ne refuse pas les choses parce qu’elles viennent d’un autre, si c’est une idée juste, il se l’approprie. Il est comme le pape, il écoute une dizaine de personnes et, ensuite, il prend une décision. Si quelqu’un lui dit une stupidité, il ne l’appelle plus, c’est vraiment un grand, il travaille beaucoup, il consulte toujours la base pour élaborer ses idées, sans même que l’on ne s’en rende compte parce qu’il fait ça sur le mode du bavardage.

121Foncièrement antiparlementaire, Bossi ne se plie au jeu que pour détruire la démocratie de l’intérieur. C’est lui, en réalité, qui corrompt les autres formations en négociant des alliances et en expulsant ses cadres, qui vont ensuite grossir les rangs adverses : Forza Italia n’est pas le seul parti qui a recyclé les élus de la Ligue ; à la veille des élections régionales de 2000, Marco Formentini, l’ancien maire de Milan, a rejoint Romano Prodi.

122Contrairement à ses affirmations de fermeté, Bossi a fait preuve d’une mutabilité politique et d’un opportunisme absolus. À chaque changement de ligne partisane, il a « dévoré » quelques-uns de ses cadres, généralement ceux qui lui faisaient de l’ombre sur le moment. Certains, les plus chanceux ou les moins rancuniers, ont pu être réintégrés quand le vent avait tourné, c’est notamment le cas de Roberto Maroni, éloigné après sa nomination comme ministre dans le premier gouvernement Berlusconi et revenu depuis. Ainsi, seuls les « suiveurs » survivent dans la Ligue. En instrumentalisant ses hommes comme il le fait, Bossi reproduit de manière caricaturale les logiques partisanes qu’il condamne par ailleurs.

123Comme le souligne Hannah Arendt, la nature du totalitarisme ne réside pas dans la rectitude idéologique, mais dans l’opportunisme : « S’il est vrai qu’il existe une personnalité ou une mentalité totalitaire, cette capacité d’adaptation et cette absence de continuité extraordinaire en sont assurément les caractéristiques principales. » (Arendt 1972 : 27) Umberto Bossi résume en une phrase le caractère totalitaire de la formation qu’il conduit : « Le mouvement se fait en faisant beaucoup de mouvements. » (Ottomani 1992 : 107) Cette phrase assez énigmatique (comique si l’on veut) est tout à fait significative. Le secrétaire fédéral est imprévisible : on ne peut jamais savoir quel sens prendra son discours, et cette incertitude maintient ses collaborateurs sous tension permanente : « La classe dirigeante de la Ligue doit toujours être sous tension, elle ne doit jamais croire qu’elle est arrivée. » (Bossi et Vimercati 1991 : 75) Cette mobilité est à l’origine même de la domination qu’il exerce à l’intérieur du parti. Régulièrement, le leader « dégraisse la machine » en éliminant « les élus qui ont mangé trop de beefsteaks ». Qu’il soit dans l’opposition ou dans la majorité, le leader de la Ligue poursuit sa ligne populiste en condamnant les politiciens de carrière, fussent-ils leghisti. De ce point de vue, loin de former un parti de gouvernement, la Ligue a contribué à faire le vide dans le système politique italien. On sait depuis les travaux de la philosophe que les formations totalitaires sont essentiellement des « mangeuses d’hommes » (Arendt 1972 : 31).

124Dans une terminologie différente, Elias Canetti décrit exactement le même phénomène : la figure totalitaire, rigide comme un masque, met tout en mouvement autour d’elle sans que son autorité n’en soit jamais altérée. Le chef veut limiter les métamorphoses de ses hommes, car lorsqu’ils prennent trop d’initiatives dans l’univers administratif et politique, ils deviennent inquiétants : ce processus qui s’oppose à la métamorphose, Elias Canetti l’appelle énantiomorphose. Parce qu’il est conscient de ses dispositions hostiles, le potentat que décrit Canetti s’efforce de démasquer tous ceux qui, comme lui, usent de la dissimulation pour asseoir leur pouvoir. C’est pour cette raison que « les métamorphoses qu’il n’impose pas luimême aux autres l’inquiètent » ; il cherche par conséquent à « fixer » ses hommes à travers des promotions, des dégradations, et expulse ceux qui auraient l’audace d’opérer un « changement spontané ».

125Le concept d’énantiomorphose illustré par le « cas Schreber », nous permet de saisir non seulement les logiques à l’œuvre au sein de l’organisation leghista, mais également le sens de certaines images de la propagande leghista. Bossi engendre ainsi des « bossiani » qu’il consommera bientôt. L’autoconsommation semble être le pendant de cette automultiplication (Canetti 1963 :375). Pour Hannah Arendt, ce qui caractérise le totalitarisme, c’est à la fois l’opportunisme et l’autoconsommation : on se métamorphose pour mieux se nourrir de soi. Après avoir « fait » des leghisti, Umberto Bossi ne tarde pas à les « défaire », mais toujours « pour la cause ». Il n’en éprouve en général aucun remord puisque c’est précisément lui qui les a « faits » et qu’ils lui doivent tout.

126Dans la paranoïa, l’énantiomorphose débouche sur la tyrannie. Deux propriétés caractérisent la paranoïa : la dissimulation et, à l’opposé, la volonté de démasquer des ennemis qui n’ont toujours qu’un seul et même visage, celui du Méridional honni : « Le paranoïaque est, comme personne, livré corps et âme à l’énantiomorphose, et il s’y révèle un potentat figé. » (Canetti 1963 : 402) En cela, Bossi est bien un masque, la figure inaltérable de toutes les vertus nordistes. Hannah Arendt et Elias Canetti mettent en évidence un phénomène semblable tout en recourant à une terminologie différente. Quand Hannah Arendt parle de mouvement et de destruction, Elias Canetti parle de métamorphose et de cannibalisme, mais en relevant le lien qui existe entre ces deux processus, ils dévoilent la vraie nature de la domination totalitaire.

127C’est Bossi lui-même qui est à l’origine de l’échec du processus d’institutionnalisation de la Ligue du Nord. Dans la Ligue, les plus instruits sont ceux dont la position est la plus fragile : le chef les soupçonnera aussitôt de vouloir s’émanciper ou même de chercher à le supplanter (au besoin, il leur tendra un piège pour mieux les démasquer). Bossi ne supporte pas la contradiction, ne tolère aucune personnalité susceptible de lui faire de l’ombre. Luigi Moretti et Marco Formentini eurent tous les deux le tort de recueillir plus de voix que lui lors des élections européennes. Il effectue ainsi une « sélection à rebours » en favorisant les médiocres et en éloignant les meilleurs. À l’image des petites entreprises familiales qu’elle défend, la Ligue s’est révélée incapable de rationaliser ses modalités de fonctionnement pour s’ouvrir de nouveaux marchés électoraux. Dès le début des années 1990, Gisberto Magri perçoit le problème : « Bossi conçoit encore la Ligue comme un atelier de chaudronnerie qu’il lèguera à ses fils. » (L’Europeo, 25/10/1991) Il s’est toujours fermement opposé à tout effort d’institutionnalisation : la Ligue ne forme pas de cadres et n’a pas d’école. L’action paradoxale du leader de la Ligue a empêché que se forme une nouvelle classe dirigeante compétente dans les provinces septentrionales. Son action pourrait sembler contre-productive ; car en éloignant les plus compétents de ses lieutenants, ceux qui auraient pu contribuer à l’institutionnalisation de son parti, il a desservi sa formation. La politique de terreur qu’il exerce contre les dirigeants de son propre mouvement reflète cette « haine du politicard » qu’il exprime dans ses meetings.

128En fait, c’est sans complexe que le leader de la Ligue « brûle » ses hommes, car il n’a jamais vraiment eu l’intention de former une nouvelle classe dirigeante. Lorsque Simonetta Faverio l’interroge à ce propos, il lui répond que ce n’était pas là son ambition :

Ces dix dernières années, on a fait des pas de géant, mais on ne peut pas faire des miracles. J’ai travaillé plus que d’autres pour créer une classe politique, mais je ne suis ni un maître d’école, ni un éleveur de politiciens, j’ai voulu donner une conscience politique à des citoyens qui semblaient avoir oublié que la démocratie s’affirme chaque jour en exerçant ses propres droits et en faisant son devoir. Plutôt que de créer une nouvelle classe politique, moi j’ai voulu faire faire de la politique aux gens, et de toute façon ce n’est pas facile de créer une nouvelle classe dirigeante en dix ans. Maintenant il y a des jeunes qui sont en train de grandir. Disons, pour faire une métaphore footballistique, que j’ai pris une équipe de poussins et que je me suis retrouvé avec une équipe de série A. Bien sûr certains hommes ont été sacrifiés, mais ils savaient que là était leur devoir, certains ont trahi, d’autres ont cherché à faire les malins. De l’eau est passée sous les ponts depuis, mais moi je n’ai jamais voulu créer une classe politique pour prendre le pouvoir. Si parfois je traite mal quelqu’un, c’est seulement parce qu’il a l’illusion d’être devenu intelligent, important, indispensable, irremplaçable. Je n’ai jamais voulu que mes collaborateurs deviennent les copies conformes des politiciens que la Ligue méprise, des professionnels sans âme, des gens qui perdraient de vue l’objectif final parce qu’ils s’enliseraient dans les marécages du vieux système. Si quelqu’un est assez fort pour le faire tout seul qu’il le prouve. Pour l’instant, personne n’y est parvenu, pas plus les derniers qui s’y sont essayé. Mais ceux qui se sont sacrifiés et qui se sacrifient pour le bien du mouvement sont dans le cœur des gens, on n’oublie pas et on n’oubliera pas leurs noms. Moi, je suis prêt à repartir avec les colleurs d’affiches, parce que ce sont des citoyens et que c’est la politique au sens le plus haut et le plus noble du terme. (Faverio 1996 : 27-28)

129L’échec de la Ligue du Nord est patent aux yeux des observateurs locaux. Il résulterait de cette instinctive méfiance des classes populaires pour le pouvoir. Pour le directeur de L’Eco di Bergamo, La Ligue est un mouvement qui porte en lui une contradiction profonde :

Dans la Ligue, il y des députés qui feraient mieux d’être cordonniers et des cordonniers qui feraient mieux d’être députés. Parce qu’il est foncièrement populaire, Bossi n’a pas eu le temps de créer une classe dirigeante, il a pris tout le pouvoir, tout de suite, mais en réalité, s’il a eu en main le pouvoir formel, il n’a jamais eu le pouvoir réel, car il n’a eu ni le temps, ni les capacités de comprendre ce que c’est que le pouvoir, en quoi il consiste, et donc ceux qui le détenaient ont continué à gérer l’économie réelle tranquillement comme avant. La Ligue a eu du succès beaucoup trop vite. Et même si je dois reconnaître que certaines communes sont bien administrées, il y a des éléments parmi les leghisti, y compris chez les députés, qu’il faudrait mettre en prison. Ce ne sont pas des hommes, ce sont des ours, mais ça malheureusement, ça fait partie de la dimension carnavalesque de ce parti. Pour moi, Bossi est une contradiction vivante : il y a en lui un aspect modéré et un aspect carnavalesque, il invente des choses... Mais parlons d’autre chose... (Entretien 02/02/1999)

130En 1999, le leader de la Ligue a négocié avec Silvio Berlusconi une nouvelle alliance, le « pacte de fer », qui remettait radicalement en cause ses engagements antérieurs : a-t-on jamais vu un leader autonomiste devenir ministre de l’État dont il veut se libérer ? Bossi s’est engagé à ne subvertir en aucun cas le nouveau gouvernement Berlusconi, en échange d’une modification de la loi électorale réintroduisant la proportionnelle, afin de permettre la survie de son parti (Loiero 2003). Il n’a pas hésité à abandonner la sécession, il a renié Jörg Haider et est devenu proaméricain et va-t’en-guerre. La gauche italienne prétend que ce pacte est une vente au sens propre du terme, car Berlusconi s’est aussi engagé à éponger les dettes de la Ligue contre une réorientation de ses thèmes de campagne. Cette réorientation politique radicale a conduit beaucoup des militants bergamasques que j’avais suivis durant mon enquête à quitter la Ligue du Nord. Le 13 mai 2001, les résultats des élections politiques furent très mauvais pour Umberto Bossi, pourtant, Berlusconi l’installera au cœur du pouvoir en faisant de lui et de ses fidèles des ministres de la république. Nommer des extrémistes sans expérience gouvernementale à des postes ministériels fut sans doute pour le nouveau président du Conseil un moyen de concentrer le pouvoir. Depuis, les cadres de la Ligue ont abandonné leurs idéaux (à supposer qu’ils en aient jamais eus) pour se monter particulièrement pragmatiques et concentrer leurs efforts sur ce qu’ils pouvaient encore obtenir dans le cadre de cette nouvelle alliance gouvernementale.

131Dans L’Italie à la dérive, Marc Lazar dresse un bilan très négatif de cette seconde expérience gouvernementale. Loin d’avoir tenu ses promesses, Silvio Berlusconi a conduit une politique contradictoire qui a mécontenté une partie de son électorat.

132Le 14 mars 2004, le leader de la Ligue a été victime d’une seconde attaque cérébrale. D’abord hospitalisé dans sa province, il sera pour ainsi dire enlevé par ses lieutenants et placé dans une clinique suisse, afin que les journaux ne puissent exactement connaître son état de santé. Le leader, considérablement diminué par ce nouvel ictus, ne pourra plus jamais parler avec la même aisance. La paralysie du chef déterminera-t-elle celle du mouvement ? Probablement. Bossi n’a cependant jamais été aussi présent que depuis que son corps a été soustrait aux yeux des Italiens. Le culte dont il fait l’objet n’a pas faibli, comme en témoignèrent les rassemblements spontanés devant l’hôpital de Varèse à l’annonce de l’accident, les manifestations publiques de compassion et le désarroi sincère des militants de son parti.

133En novembre 2004, la presse italienne ironisait sur la relève leghista en révélant un nouveau scandale : les nominations à Bruxelles au titre d’assistant parlementaire du frère, Franco Bossi, et du fils, Riccardo Bossi. Le premier a été recruté par le directeur de Radio Padania Libera, Matteo Salvemini, nouvellement élu, et le second par le plus ancien des europarlementaires de la Ligue, Roberto Speroni. Ce dernier avait lui-même été promu en 2001 chef de cabinet par Bossi, que Berlusconi venait de nommer ministre des Réformes institutionnelles. L’» oncle », Speroni, avait déjà été accusé de népotisme après avoir poussé son gendre, Marco Regguzoni, à la tête de la province de Varèse.

134Les fonctions exactes de Franco et Ricardo Bossi ne sont pas connues, mais ils sont payés somptueusement (12750 euros par mois). Franco Bossi n’a jamais fait d’études, il était jusque-là garagiste à Fagnano Olona, dans la province de Varèse. Il s’était néanmoins distingué en tant que président de l’Association des cyclistes padans. La direction du parti a tout d’abord envisagé de le présenter aux élections dans le collège électoral du chef, mais par peur des critiques, on lui a finalement préféré le médecin de famille des Bossi. Le fils aîné du chef, Riccardo, est un grand et gros jeune homme de 23 ans qui, comme son père au même âge, n’est rien moins qu’assidu sur les bancs de l’université.

135Pour Gian Antonio Stella, « ces nominations marquent le point d’arrivée d’un parcours politique qui avait initialement emprunté des chemins bien différents » (Corriere della Sera, 11/11/2004). Tous les Italiens se souviennent en effet des diatribes de Bossi contre le népotisme et le clientélisme. Pour toute justification, Simonetta Faverio a envoyé ce communiqué de presse digne d’un régime dictatorial :

Dans un mouvement qui se propose de faire la révolution, il n’y a pas de place pour les arrivistes, les corrompus, les carriéristes, les lèche-cul, les opportunistes et les pistonnés. Ceux qui se sont promis de changer notre pauvre pays ne peuvent en même temps briguer une place au soleil pour eux et leurs amis, ils n’ont pas le droit de profiter des privilèges dont ont pu bénéficier les médiocres de la partitocrazia. On ne peut pas dire une chose pour en faire une autre, et se jouer ainsi de la base militante et des dirigeants, qui, pour la cause leghista, sont prêts à tout.

136Comment, en effet, ne pas porter crédit aux paroles de celle qui venait d’être promue vice-directrice des services parlementaires de la RAI, quand on sait comment sont attribués les postes dans la télévision publique italienne ?

Notas

1 Daniele Vimercati deviendra par la suite directeur de L’Indipendente (un quotidien pro-Ligue). Il est décédé le 27 mars 2002 à l’âge de 45 ans. Avec lui, disparaissait l’un des principaux acteurs de l’aventure leghista.

2 L’Arbre aux sabots, palme d’or à Cannes en 1978, est un film d’Ermanno Olmi qui évoque les conditions de vie des paysans de la basse Bergamasca au début du XXe siècle.

3 Giuseppe Leoni est un ami de longue date d’Umberto Bossi, c’est l’« âme catholique » (intégriste) du mouvement. Il fut élu député en 1987, alors que Bossi était élu sénateur.

4 Août 2000 : « Il faut garder les yeux ouverts face aux tentatives visant à construire une Europe dominée par les communistes, les banquiers et les francs-maçons » ; octobre 2000 : « L’élargissement créera de graves problèmes en Italie, car les aides actuellement attribuées au Mezzogiorno s’en iront vers les pays de l’Est » ; novembre 2000 : « La Charte des droits de l’Union européenne est une honte, l’UE est gouvernée par une bande de banquiers jacobins et communistes » ; octobre 2001 : « La Ligue veut que soit construite l’Europe des peuples, sous la forme démocratique, et non sous la houlette du dieu argent » ; janvier 2002 : « La course à l’euro est une invention des médias, une décision prise d’en haut que le peuple doit subir, de cette monnaie moi je m’en fiche. »

5 La presse italienne a pris l’habitude de désigner ainsi, par dérision, l’union monétaire européenne.

6 Entretien réalisé à Berbenno dans la Val Imagna, le 25/11/2000. Giacomo Bianchi est l’un des membres fondateurs de la Lega Lombarda. Il a abandonné toute activité politique directe au début des années 1990, laissant sa place à son jeune beau-frère, Roberto Calderoli. Il est actuellement l’éditeur des ouvrages de Gilberto Oneto et d’autres leghisti.

7 Entretien réalisé à Bergame le 19/06/1999. Innocente Calderoli est le fils de Guido Calderoli, l’un des fondateurs du MAB, et l’oncle de Roberto Calderoli, l’actuel secrétaire de la Ligue lombarde.

8 Depuis que le mouvement existe, les leghisti vouent la RAI aux gémonies : elle est pour eux le principal instrument de la « colonisation » méridionale, et les militants menacent régulièrement de ne plus acquitter l’équivalent de notre redevance télévision.

9 Dans « Une histoire italienne », la brochure autobiographique que Berlusconi a fait distribuer à tous les ménages italiens en avril 2001, nous pouvons lire au chapitre « Style de vie » : « Son abc dans ses rapports avec les autres se résume par trois commandements : respect, sincérité, courtoisie. De là, la notoriété de sa formule : “Vous permettez...” [Mi consenta...] Lors de cette campagne, le leader de Forza Italia est parvenu à faire de Bossi son « faire-valoir » par contraste.

10 Propos du 8/11/1989 rapportés par M. Ottomani.

11 Les dirigeants des leghe régionales qui ont fondé avec lui la Lega Nord ont tous été écartés.

12 Il s’agit de Roberto Calderoli.

13 Toscan d’origine et bergamasque d’adoption, Pier Carlo Masini (1923-1998) est un historien de l’anarchisme et des hérésies socialistes. Son livre, La Maschera del dittatore, a été réédité en 1999.

14 Cette liste s’est considérablement allongée depuis dix ans : Franco Castellazzi (1991), Luigi Moretti (1994), Gianfranco Miglio (1994), Irene Pivetti (1996), Alessandro Patelli (1996), Piergianni Prosperini (1997), Fabrizio Comencini (1998), Giovanni Cappelluzzo (1999), Domenico Comino (1999), Vito Gnutti (1999), Stefano Stefani (1999), Marco Formentini (2000)...

15 Un chapitre entier de l’autobiographie d’Umberto Bossi, Vento del Nord, est consacré aux « Complots et trahisons ». Il relate les divers « coups bas » dont il aurait été victime au cours de son ascension politique. Bossi, le pur, y apparaît comme la victime des ambitions de son entourage immédiat tenté par les bénéfices du pouvoir. Au regard des fait, ces accusations ne tiennent pas et relèvent de logiques perverses. Ces représentations paranoïaques sont récurrentes dans les milieux d’extrême droite : en France, sous l’Occupation, les membres du gouvernement de Vichy s’accusaient mutuellement de « complot juif » !

16 Il en est longuement question dans Vento del Nord (1991) et dans La Rivoluzione (1993).

Índice de ilustraciones

Leyenda « Sécession ». Forattini, La Reppublica, 13/05/1996.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9680/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 932k
Leyenda Schéma paru dans La Padania, d’après un croquis mural d’Umberto Bossi [à gauche].10/03/2000.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9680/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9680/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 588k
Leyenda Menacé sur sa droite par le fisc et sur sa gauche par l’Olivier, Umberto Bossi est seul au centre du système. Le Polo est à terre et, tandis que le « méchant raciste » Erminio Boso apparaît derrière les sombres collines padanes, la maison Europe se profile encore sur un horizon radieux.« La situation politique vue par Bossi », La Repubblica, 7/05/1996.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9680/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 988k
Leyenda « Clonage »« Tout est parti d’une seule brebis... et nous arrivons au parti unique de moutons ! ! »,La Padania, 04/03/2000.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9680/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 298k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540