Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idiotie en politique

 | 
Lynda Dematteo

Chapitre IV. La chasse au « marocchino »

Texte intégral

  • 1 « Les Italiens sont de braves gens ». Ils se représentent volontiers comme avenants, ouverts et ch (...)

1La plupart des Italiens ne savent pas encore qu’ils sont « racistes » : ce que de l’autre côté des Alpes on appelle le mythe « Italiani brava gente » étend son voile sur les consciences1. Le racisme semble appartenir en propre au Nord de l’Europe, qui a son passé colonial, ses discours pseudoscientifiques et ses communautés immigrées durablement implantées... Le secrétaire provincial m’interpellait souvent sur « l’expérience française » en matière d’immigration : « Vous avez l’habitude, vous, en France. Pourquoi ne les gardez-vous pas ? » Terre d’émigration pour ainsi dire par tradition, l’Italie connaît depuis le début des années 1980 des vagues d’immigration qui, sans être plus importantes qu’ailleurs, sont sans précédent. Le phénomène est inédit, la réaction également. Mes interlocuteurs bergamasques (non-leghisti) semblaient nier cette réalité quotidienne. En fait, des discours racistes existent, mais ils ne sont pas perçus comme tels par les autochtones ; en fait, des discriminations également, mais elles sont de l’ordre du non-dit, voire de l’impensé. Les pratiques discriminatoires semblent si évidentes qu’elles passent tout simplement inaperçues. C’est finalement le leghista qui rend visible le processus d’exclusion en prenant sur lui d’exprimer publiquement l’intolérance de ses concitoyens.

PAS DE PSYCHOSE SUR L’IMMIGRATION !

2En février 1999, Le Monde saluait l’initiative du gouvernement italien qui, par décret-loi, entendait procéder à la régularisation de 250000 immigrés pour 308 000 demandes déposées, c’est-à-dire cinq fois plus que l’année précédente. Le quotidien français dénonçait en comparaison la frilosité du gouvernement français. Mais, la situation des deux pays est-elle comparable ? Le nombre d’immigrés est quatre fois moins élevé en Italie qu’en France : le nombre d’étrangers en situation régulière s’élevait cette année-là à 1 100 000, tandis que le ministère de l’Intérieur estimait le nombre de clandestins à 235 000 personnes. L’Italie régularise huit demandeurs sur dix, la France n’en régularise qu’un sur deux. La France est un vieux pays d’immigration, l’Italie un tout jeune pays d’accueil ; encore tout récemment, elle ne disposait pas de loi-cadre en la matière. Si la Constitution de 1947 affirmait régir la situation juridique de l’étranger en conformité avec les normes et les traités internationaux, c’est la norme fasciste du 18 juin 1931 qui prévalut jusque dans les années 1970, laissant aux organes de police une marge de manœuvre importante. Tant que le phénomène migratoire resta limité, on pratiqua une politique de gestion élastique des contradictions laissées par le vide juridique. Mais, à la fin des années 1980, la situation devint intenable et les instruments administratifs insuffisants. À une sévérité théorique – les normes en vigueur étaient aussi restrictives que les législations adoptées à partir de 1974 dans les autres pays européens –, s’opposait une tolérance de fait qui produisait de la clandestinité dans des proportions désormais inquiétantes.

3Dans l’urgence, l’Italie se dote alors d’une législation, la loi Martelli (loi 943/86 et 39/90), qui prétend contingenter les effectifs et définir les droits fondamentaux des travailleurs immigrés. Cette loi, nommée la «  sanatoria » [régularisation], permet surtout aux autorités d’assainir cette situation de clandestinité diffuse. Mais, prise entre improvisation et démagogie, cette législation ne remplit qu’imparfaitement ses promesses : la plupart des institutions restent sur le papier, car les collectivités territoriales se trouvent dans l’incapacité de remplir les conditions définies par la loi. Le respect du droit au logement est à lui seul une gageure : les institutions locales doivent bien souvent affronter une situation d’urgence en réquisitionnant des bâtiments publics. La loi Martelli permet néanmoins de régulariser périodiquement les étrangers en situation irrégulière, les soustrayant ainsi à l’exploitation.

4Lorsqu’en mai 1996, la coalition de l’Olivier remporte les élections, Romano Prodi et les membres de son gouvernement veulent marquer le coup en définissant pour la première fois une politique de l’immigration. Après un an de débats houleux, le ministre de l’Intérieur, Luigi Napolitano, et la ministre des Affaires sociales, Livia Turco, parviennent à faire voter, le 19 février 1998, la loi qui portera leurs noms (loi 40/98). Intégration sociale et rigueur sont les maîtres mots de cette législation qui entend favoriser l’intégration des immigrés déjà présents sur le territoire national et endiguer le flux des clandestins. L’économie italienne (le NordEst en particulier) a besoin de main-d’œuvre immigrée, il faut donc fixer les étrangers qui travaillent en leur donnant accès aux services sociaux (logements, prestations...) et en leur permettant de faire venir les familles (regroupement familial jusqu’au troisième degré). Les ressortissants italiens sont par ailleurs habilités à « sponsoriser » un étranger en se portant garant de son intégration. Les frontières italiennes ne doivent pas pour autant être la passoire de l’espace Schengen. La loi Turco-Napolitano prévoit l’expulsion, avec « jugement », des étrangers en situation irrégulière et institue à cet effet des « centri di permanenza » [centres de rétention]. Elle entend aussi sanctionner sévèrement l’exploitation des clandestins (trois à cinq ans pour le racket) et promet de récompenser par un permis de séjour les étrangers qui collaborent en dénonçant les passeurs.

5L’Union européenne apparaît impuissante face à l’afflux d’immigrés et fait pression sur l’Italie, qui constitue l’une des principales porte d’entrée pour les clandestins. Les « foglie di via » [avis d’expulsion] délivrés par les autorités de la péninsule, mais non suivis d’effet, ont permis à bon nombre d’émigrés de « disparaître dans la nature ». Les Italiens sont de plus en plus préoccupés par la présence de cette population clandestine qui va grossir les rangs de la petite délinquance locale. Les débarquements sur les côtes des Pouilles profitent directement à la Ligue du Nord, comme l’explique Daniele Belotti :

Depuis les débarquements sur la côte Adriatique, de plus en plus de gens voient les choses comme nous. Surtout après l’affaire de Valona (Albanie) : les passeurs ont pris en otage le chef de la police albanaise pour se faire restituer les bateaux pneumatiques confisqués, et ce, sous les yeux des militaires italiens. Si je ne m’abuse, il y a deux mille soldats italiens en Albanie, et alors, que font-ils ? L’opération a en fait été menée par une centaine de personnes, parce que toute la ville de Valona vit de ce trafic !

6L’opposition porte un jugement sévère sur la loi [turco-napolitano ] : Forza Italia parle de cafouillage et de démagogie ; Alleanza nazionale de «  legge-truffa » [loi-tromperie] ne répondant aucunement aux exigences de légalité et de sécurité exprimées par les Italiens ; et les représentants de la Ligue du Nord dénoncent la « marocchinizzazione » de l’Italie «  – Marocchini » désignant par métonymie l’ensemble des Africains, – avant de quitter la salle le jour du vote. Pourtant, la législation adoptée par le centre gauche se rapproche beaucoup de la législation française : en instituant une carte de séjour ouvrant droit à toute une série d’avantages, elle introduit une claire distinction entre ses possesseurs et les clandestins. Ses ayants droit sont les étrangers qui résident en Italie depuis au moins cinq ans. Les irréguliers sont ceux qui n’ont pas bénéficié des précédentes « sanatorie. » Cette dernière mention déclenche de vives réactions dans le milieu associatif, qui dénonce aussitôt la prochaine expulsion (comme en France) de 200 000 personnes en situation irrégulière.

7Depuis le début des années 1990, les élus de la Ligue mènent une lutte acharnée contre toutes les initiatives juridiques qui n’auraient pas pour but l’expulsion des clandestins. Le sénateur Bossi a déposé à lui seul 108 amendements contre la loi Martelli. Au niveau local, les représentants de la Ligue s’opposent systématiquement à toute allocation de fonds favorisant l’intégration des immigrés. Ils jouent sur deux plans : d’un côté, ils bloquent toutes initiatives positives, de l’autre ils condamnent les insuffisances de l’État l’italien pour imposer leurs vues. Comme le Front national, la Ligue exploite les tensions qui ne manquent pas de se créer entre les catégories de la population les plus fragilisées et les nouveaux arrivants, pour l’attribution des prestations publiques.

8Il est difficile de se faire une idée exacte du nombre d’étrangers présents sur le sol italien et, encore moins, de l’évolution du phénomène migratoire, car jusqu’au milieu des années 1990, dans le calcul des soldes migratoires provinciaux, la population étrangère (régulière) n’était pas prise en compte. Sur une dizaine d’années, c’est la totalité de cette population qui est statistiquement « clandestine », bien qu’elle participe pleinement du processus économique. Les clandestins sont la main-d’œuvre de l’économie souterraine italienne (estimée à 25 % de l’économie nationale). Les provinces du Nord-Est, qui pourtant ne connaissent pas le chômage, font bon usage de ces travailleurs en situation irrégulière. Les administrations locales ferment les yeux sur la présence de ces populations, car elles fournissent une main-d’œuvre à moindre coût social. La présence des clandestins permet au patronat de faire pression à la baisse sur les salaires des emplois les moins qualifiés. Dans son autobiographie, Umberto Bossi évoque la figure de son grand-père maternel, syndicaliste dans les années 1950 : « Il en voulait à mort aux industriels qui licenciaient les travailleurs sans pitié et aussi aux Méridionaux qui acceptaient de travailler pour des salaires de misère, il avait déjà compris que l’immigration était un truc du grand capital pour se faire les travailleurs, il l’avait compris à sa manière, un peu rustre et vulgaire, mais naïve. » (Bossi et Vimercati 1991 : 66) En régularisant les clandestins et en multipliant les contrôles dans les PME-PMI, le gouvernement de centre gauche a jeté les petits industriels dans les bras de la Ligue.

9Avec la globalisation et le processus d’externalisation mis en œuvre par les industriels (depuis la sous-traitance en cascade jusqu’à la délocalisation), il faut fixer la main-d’œuvre dans les pays de départ. L’immigration tend par conséquent à être criminalisée en tant que telle (Palidda 1999 :39-40). Cette criminalisation a des effets criminogènes certains : les migrants entrent dans la clandestinité se trouvent contraints d’exercer des activités informelles, voire illégales. La Ligue fait distribuer des brochures exhibant des graphiques qui mettent en parallèle l’entrée des migrants et l’expansion de la criminalité. Elle cherche à justifier « scientifiquement » l’amalgame migrant-délinquant sur lequel repose l’essentiel de l’argumentation. Dans l’esprit de Daniele Belotti, comme dans celui de la plupart de ses concitoyens, immigration et criminalité sont liées : « La criminalité importée par les Albanais et les Maghrébins a atteint un niveau inimaginable, il faut réagir de manière forte si nous voulons nous faire entendre, il faut crier “Dehors les Albanais ! Dehors les Maghrébins ! ” Mais attention, ça ne veut pas dire “Dehors le brave Marocchino !” » Les Bergamasques portent un regard plus favorable (mais toujours condescendant) sur les ressortissants d’Afrique de l’Ouest qui travaillent dans les usines de la province. Les Albanais sont automatiquement associés à la prostitution (« Ils prostituent même leurs sœurs ») et les Maghrébins au trafic de drogue.

10Lorsque, en 1998, Massimo D’Alema succède à Romano Prodi à la tête du Conseil, il met en œuvre une nouvelle « sanatoria », déclenchant de vives réactions dans l’opposition. C’est la troisième vague de régularisations engagée en Italie depuis le début des années 1990 et restera exceptionnelle, comme l’a bien répété la nouvelle ministre de l’Intérieur, Rosa Russo Jervolino. Le nouveau gouvernement de centre gauche est bientôt dépassé par le nombre des demandes déposées, bien supérieur à toutes les estimations du ministère de l’Intérieur. Les candidats à la régularisation ont jusqu’au 15 décembre 1999 pour faire valoir leurs droits : c’est un véritable raz de marée. Les consulats et les préfectures (en particulier au Nord) doivent faire face à un afflux massif, encore accentué par l’arrivée de candidats en provenance de France et d’Autriche qui ignorent les critères retenus.

« Si vous nous aviez écoutés... [suivent les noms des Italiens assassinés par des extracomunitari] ceux-ci et beaucoup d’autres seraient toujours parmi nous. Soutiens-nous dans la lutte contre la criminalité et l’immigration sauvage. » Le texte et l’iconographie apparentent ce tract aux menaces mafieuses. Au verso, les rédacteurs rappellent que les délinquants extracomunitari sont en liberté, tandis que les honorables « citoyens » sont assignés à résidence par les autorités judiciaires pour avoir refusé de se soumettre aux lois italiennes qui oppriment « les honnêtes citoyens ». L’indulgence pour la criminalité autochtone (en col blanc) et, au contraire, la « tolérance zéro » pour les petits délinquants extracomunitari s’affichent ici clairement.

  • 2 Mario Borghezio (né à Turin en 1947), avocat et membre de la Ligue du Nord : il a été conseiller c (...)

11L’opposition craint que cette nouvelle vague de régularisations n’incite à l’immigration et les représentants de la Ligue haussent le ton : Mario Borghezio2 parle de « bâton padan » contre l’immigration et, l’ancien maire leghisti de Milan, Marco Formentini, lance un appel explicite à Alliance nationale pour que les deux partis unissent leurs forces dans la lutte contre l’immigration. Profitant des retombées négatives de cette nouvelle « sanatoria », Bossi lance depuis Milan une nouvelle campagne référendaire « Stop ! Immigrazione » visant l’abrogation de la loi Turco-Napolitano. Cette nouvelle législation sur l’immigration esquisse « la société multiraciale » qu’il combat. Le 17 janvier 1999, il explique aux militants venus manifester à Milan contre l’invasion extracomunitaria que la globalisation transformera le monde en « un grand désert dans lequel les hommes seront des microbes bons à écraser ». La loi Turco-Napolitano doit être abrogée pour empêcher la « libanisation » de l’Europe et de la Padanie. Le leader se pose à la fois comme l’interprète de la volonté populaire et comme le défenseur de la paix civile : « Pour les citoyens, la criminalité et le contrôle des clandestins n’est pas seulement une question d’ordre public, en réalité, ils ne veulent pas de la société multiraciale. » (La Padania, 19/01/1999) Les néo-racistes différencialistes pensent en effet que les groupes ethniques doivent maintenir entre eux une certaine distance territoriale afin d’éviter la violence directe, les agressions racistes. Dans leur optique, la société multiculturelle est donc la principale source de conflits ethniques (Balibar et Wallerstein 1988 : 71).

12Le racisme des Italiens, contrairement à celui des Français, s’exprime en termes localistes et non en termes nationalistes. Le multiculturalisme mettrait en péril les communautés originelles (la famille, le voisinage et son extension, le village). Le leader de la Ligue fait de la globalisation une entreprise totalitaire visant la destruction des peuples (un « nouveau nazisme ») :

La société multiethnique et multiraciale est, en fait, une société qui, de par sa nature, est contre l’homme parce qu’elle mortifie en lui toute velléité de générosité sociale (...) à un certain point la société ne peut plus tolérer la perte d’identité, elle se replie sur elle-même, en développant cette pathologie sociale que constitue la désagrégation dont témoignent la drogue, la délinquance juvénile et l’homosexualité. (Bianchi et Iacopini 1994 : 40)

13Au cours d’un entretien, Stefania se fait l’écho de ces idées qui répondent aux préoccupations des petits centres provinciaux :

À Bergame, la culture de l’altruisme est très importante, si tu vas à Milan qui est désormais au niveau européen, international, multiethnique, multiracial, tout ce que tu veux, ça n’existe plus, à Bergame, la culture du voisinage est déjà en train de se perdre, au contraire ici, dans mon village, ça existe toujours : dans notre immeuble, il y a six familles, nous nous connaissons tous, si tu as besoin d’aide, il y a toujours quelqu’un pour te donner un coup de main. C’est toute une culture, le darsi da fare, et il faut la préserver... Moi, je suis contre l’immigration, si elle n’est pas contrôlée, elle devient ingérable. Les immigrés qui arrivent ici, ils ne gagnent rien, ils perdent leur dignité

14La loi Turco-Napolitano est pour Bossi « l’instrument de l’esclavage ». La coalition de L’Olivier a décidé « d’imposer scientifiquement la société multiraciale pour transformer les Padans en Américains ». Depuis la tribune, Bossi prétend que la société multiraciale réduit l’homme à l’état de « globule blanc » et que la gauche espère qu’en prenant conscience de son oppression il se transformera en « globule rouge » (La Padania, 19/01/1999). Sur les murs de la Lombardie, réapparaît alors l’affiche de mai 1990 figurant une République italienne poilue (méridionale ?) mélangeant dans un grand chaudron les quatre races (blanche, noire, rouge et jaune), accompagnée du slogan : « Le drapeau tricolore que nous ne voulons pas ! MULTIRACIAL pour nous faire accepter l’État autoritaire. » Dans l’optique d’Umberto Bossi, la société multiculturelle conduirait inévitablement à la dictature, car la disparition de l’affectif, c’est-à-dire de l’empathie et des relations de confiance, amène la lutte de tous contre tous et, en réaction, le fascisme.

  • 3 Les « petites patries » désignent les communautés citadines. La Ligue du Nord doit cette expressio (...)

15Au modèle américain de la société multiethnique, individualiste, il oppose alors l’« Europe des peuples » : une structure ethnofédérale respectueuse des communautés organiques et culturelles, les « petites patries3 ». Contre l’United Color de la mixité raciale que promeut Benetton, les leghisti exhibent des tee-shirts United Color of Ligue du Nord représentant les drapeaux des différentes régions padanes.

16La loi Turco-Napolitano est trop laxiste pour les membres de l’organisation, qui se proposent de « défendre les leurs » par des mesures radicales : la prison pour les clandestins, les passeurs et leurs exploiteurs. C’est essentiellement la question de l’esclavage sexuel qui est mis en avant dans les brochures de la Ligue du Nord (Mussa, Corti et Ronchi 1999 :28). La présence sur le territoire bergamasque de réseaux internationaux de prostitution qui exploitent des femmes clandestines alimente les fantasmes de prophylaxie des militants de la Ligue. Ils évoquent souvent, comme Stefania, l’éventuelle réouverture des maisons closes : « Contre la prostitution, tu ne peux rien faire, les gens y vont de toute façon, ça ne sert à rien de chasser les prostituées ; et puis, il y a la question des maladies, ouvrons au moins une maison close, parce qu’on sait très bien que la prostitution on ne peut pas l’éliminer, c’est le plus vieux métier du monde. » Lorsque le gouvernement de Massimo D’Alema tentera de prendre des mesures contre les clients, il sera vivement critiqué, mais si le suicide d’un jeune homme à qui la police avait confisqué sa voiture alors qu’il se trouvait sur un lieu de racolage, a ému l’Italie, en septembre 2000, on est beaucoup plus discret, en revanche, sur les prostituées battues à mort par leurs souteneurs.

Tract de la campagne référendaire lancée par Bossi contre l’immigration, en 1999.

17Les leghisti récusent les sanctions pénales prises contre l’expression de la xénophobie, ils invoquent l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, sur l’inviolabilité de la vie privée, pour condamner cette politique et s’élèvent, surtout, contre les articles qui « sous prétexte de lutter contre le racisme, répriment et persécutent ceux qui sont contre l’invasion des étrangers » (loi Mancino 25/06/93 et article 41 de la loi Turco-Napolitano). Il s’agit pour eux d’une « nouvelle inquisition qui se donne pour tâche l’imposition coercitive de l’immigration extraeuropéenne en criminalisant ceux qui s’y opposent » (Mussa, Corti et Ronchi 1999 : 21). Leurs détracteurs se font les complices d’un génocide.

18Interrogée sur l’initiative référendaire de la Ligue du Nord par Il Nuovo Giornale di Bergamo, Annamaria Cancellieri, préfète de la province, se récrie : « Pas de psychose sur les immigrés ! » Pour elle, il ne faut pas entretenir (comme le fait la Ligue du Nord) la confusion entre criminalité et immigration : « À Bergame la situation est loin d’être alarmante comme dans les autres provinces, mais elle ne doit pas non plus être sousévaluée. En 1998, nous avons enregistré une chute de 25 % des vols à main armée, tandis que les cambriolages augmentaient de 12 % (augmentation sensible surtout en ville), les meurtres sont passés de 6 à 10 et les épisodes de violence sont en général liés à la drogue et à la prostitution. Les étrangers semblent être les principaux auteurs de ces délits. » Les principales victimes aussi... Le préfet reconnaît volontiers que les services de police de la province sont dépassés par ces nouvelles organisations criminelles : « Nous ne connaissons pas leurs habitudes, leurs cultures, leurs langues, l’éducation de ces groupes ethniques. Nous avons besoin d’hommes de terrain, capables de réaliser des enquêtes sur un phénomène totalement nouveau. »

  • 4 Le 6 septembre 2001, Il Corriere della Sera faisait état de ces « raids » qui frappent les industr (...)

19Bergame et Brescia sont en effet les provinces qui ont le rapport le plus faible entre forces de l’ordre et population. Dans les petits centres, la police est complètement dépassée, elle doit s’occuper de tout (du ramassage scolaire jusqu’aux mafias de l’Est). En Italie, les délits mineurs (cambriolages, vols, agressions...) restent souvent impunis et les autorités craignent que les Italiens n’en viennent à faire justice eux-mêmes. La province a été le théâtre ces dernières années de très nombreux cambriolages (dont certains avec prise d’otages). Ces actions retentissantes alimentent les craintes des habitants4. Mais, Annamaria Cancellieri se veut avant tout rassurante :

Il ne faut pas alimenter la psychose et faire l’amalgame immigré-délinquant, parce que les extracomunitari réguliers sont 18 000 dans notre province (ils ne dépassent pas 2 % de la population). La majeure partie d’entre eux est parfaitement insérée sur le territoire et représente une très grande richesse de main-d’œuvre. Ceux qui, en revanche, seront arrêtés sans permis de séjour seront transférés à Milan au centre d’accueil de via Corelli avant d’être expatriés. » (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 19/01/1999)

  • 5 «  Milanizzazione » : litt. « milanisation », de Milan, substitut de « marocchinizzazione ». La mix (...)

20Le secrétaire provincial des Démocrates de gauche me faisait remarquer : « Il y a quinze ans à peine, les Bergamasques n’avaient jamais vu de Noirs. » Depuis, certains parlent de « milanizzazione » de la ville à partir de la gare5. De fait, la périphérie milanaise s’étend toujours plus et finit par englober les petits centres provinciaux, qui se transforment en cités-dortoirs. Les habitants des zones périphériques assistent à l’arrivée massive des extracomunitari qui intègrent les industries de la Brianza et ils voient leurs conditions de vie se dégrader (pollution, insécurité, etc.). Le seuil de tolérance de la présence de population étrangère varie d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre. La rapidité des transformations a tout lieu d’alerter ces provinciaux. Aujourd’hui, on peut voir sur les murs de Bergame des graffitis tels que « Vive la nuit de cristal », « White power », « Bossi imperatore »...

21Le jeune maire leghista d’Ardesio (Alta Val Seriana) a grandi en Suisse et se dit pragmatique :

Nous, nous avons une mentalité assez proche de celle des Suisses, s’il n’y a pas de travail, on doit d’abord penser aux Italiens, si on a besoin de main-d’œuvre, il faut obliger les Méridionaux qui touchent des allocations de chômage à travailler. S’ils refusent le travail au bout de trois propositions, et pour leur en redonner le goût, nous ne leur donnerons plus d’allocations, c’est valable pour les Méridionaux, comme pour les Septentrionaux. Ensuite, quand nous n’aurons plus de fainéants à charge, nous penserons aux travailleurs immigrés. L’immigration telle qu’elle existe actuellement, nous sommes contre : tout le monde entre et fait ce qu’il veut. Celui qui travaille, qui a une maison, qui s’intègre, très bien. Mais, celui qui s’en va comme ça les mains dans les poches et mendie, qu’est-ce qu’il fait ici, qu’est-ce qu’il mange celui-là ? (Entretien réalisé le 11/02/1999)

22Ces discours leghista ont une fonction ouvertement disciplinaire et s’adressent autant aux autochtones qu’aux candidats à l’intégration. C’est l’ardeur au travail qui permet de distinguer les bons des mauvais étrangers, comme les bons des mauvais Italiens : « Il y a l’étranger qui vient en Italie pour mendier parce qu’il est habitué à mendier dans son pays, parce que la mentalité est comme ça, et il y a l’étranger qui vient pour travailler. » La religion semble être également un critère pertinent : « Nous avons surtout des problèmes avec les Maghrébins et les Albanais qui, par mentalité ou par religion, je ne sais pas, ne s’intègrent pas. Le Noir, au contraire, il travaille, il apprend à travailler, il ne va pas se balader les mains dans les poches. » À Bergame, le « brave Marocchino », c’est le Noir africain chrétien qui travaille dans l’industrie.

23Une partie de la presse locale associe systématiquement immigration et criminalité. Deux quotidiens provinciaux, Il Nuovo Giornale di Bergamo et BergamoSette, sont très alarmistes et mettent en avant les mesures prises par la coalition de centre droit au pouvoir à Bergame depuis juin 1999. Le « sensationnalisme » de ces journaux favorise l’amalgame immigrédélinquant qui alimente la paranoïa des habitants de la cité, alarmés par la brutalité du « phénomène migratoire ». La ville est en train de « changer de visage », et ce constat entretient un discours nostalgique sur la « Bergame d’hier ». Les Italiens projettent sur les nouveaux arrivants les « travers » qui leur étaient reprochés dans les pays qui les ont accueillis. Ils dénoncent, par exemple le fait que les immigrés urinent contre les murs (ce reproche était particulièrement courant en Suisse). Les deux quotidiens relaient également les « problèmes » soulevés par la Ligue, telle l’attribution des logements sociaux. Le 3 février 1999, Il Nuovo Giornale di Bergamo publiait la liste complète des personnes auxquelles avait été attribué un logement : il y avait bien sûr des retraités, des personnes qui disposaient déjà d’un toit, mais, surtout, de plus en plus d’ extracomunitari.

24Dans ces deux quotidiens locaux, le surtraitement médiatique de l’insécurité tourne parfois à la farce. Mentionnons le cas de cette jeune fille de Treviglio qui déclarait avoir été agressée par deux Marocchini ; après enquête policière, il s’est avéré qu’elle avait tout inventé ( Il Nuovo Giornale di Bergamo, 4/04/1999). Signalons également l’aventure des journalistes de BergamoSette qui voulaient donner le frisson à leurs lecteurs en suivant une nuit dans Bergame une patrouille de police. Vers dix heures, la patrouille s’est approchée de la gare, où des individus suspects circulent habituellement : ceux-ci, contrairement à ce que laissait croire leur apparence, ne venaient pas chercher leur dose quotidienne mais le plat chaud que leur distribuent chaque soir les volontaires de la Caritas. Les journalistes durent alors en convenir : « Ce n’est pas de la violence, c’est seulement de la fatigue et de la pauvreté, la vraie. » ( BergamoSette, 10/9/1999)

25Quand ce n’est pas le rejet pur et simple de la Ligue qui s’exprime, c’est souvent « le devoir de charité » qui motive les discours bergamasques sur les immigrés. Le regard qu’ils portent sur les ressortissants des pays pauvres est en partie déterminé par les récits des missionnaires qu’ils connaissent. Les rédacteurs de L’Eco di Bergamo se montrent assez réservés et toujours très modérés lorsqu’ils abordent la question de l’immigration. La ligne du quotidien catholique est à la fois prudente (sur le leghismo, la petite délinquance...) et ouverte (sur l’étranger au sens large). L’Eco di Bergamo n’a pas de discours sécuritaire. Ses rédacteurs préfèrent mettre en avant les initiatives charitables des nombreuses missions qui ont leur siège à Bergame ou celles de la Caritas, qui opère dans l’évêché pour favoriser l’insertion des migrants. « La charité est toute bergamasque » telle est la devise du journal, qui est en quelque sorte la vitrine de la province.

26Pourtant, les agressions racistes se sont multipliées ces dix dernières années, surtout dans la partie ouest de la Bergamasca, entre le Brembo et l’Adda, partie que l’on appelle l’Isola. En 1995, des graffitis antisémites sont relevés dans la commune de Mapello. Les habitants alertent le maire sur les agissements d’un groupuscule néo-nazi, mais les autorités négligent le phénomène et, peu à peu, la peur s’installe dans le village. Le groupe, qui a désormais rejoint l’organisation Forza Nuova, accuse le curé du village d’avoir transformé la messe en un meeting de gauche. En 1997, lors d’une fête, plusieurs sièges disparaissent, on les retrouve le lendemain matin sur la place du village, formant une svastika. Les agressions racistes se multiplient et, à chaque fois, les personnes qui tentent de s’interposer sont elles aussi insultées et frappées. Le 17 octobre 1998, armés de barres de fer, ils attaquent le Centre social Pacì Paciana, (siège des Autonomes bergamasques, extrême gauche), faisant quatre blessés. Après cet événement, des poursuites seront engagées et deux d’entre eux seront condamnés par le tribunal de Bergame ( SetteGiorni15/02/2001).

27Les « Jeunes Padans » (ou «  Padania Boys ») ne veulent pas être assimilés à ces groupuscules extrémistes. L’arrivée en 2000 de nouveaux militants plus offensifs a alerté le coordinateur des jeunes leghisti bergamasques. Les membres de l’organisation sont mus par un désir de légitimité ; ils ont peur d’être débordés par certains individus, dont les agissements seraient ensuite imputés à leur parti. Daniele Belotti se propose d’encadrer la violence subversive des jeunes afin d’en limiter les effets préjudiciables.

28Leurs actions sont essentiellement provocatrices, ils ne frappent pas leurs ennemis, ils les amènent à les frapper. Cette attitude « masochiste » fait régulièrement l’objet de commentaires ironiques dans la presse italienne. Lorsqu’ils organisent des manifestations dans les bastions rouges, les cadres du mouvement cherchent à provoquer des incidents. Le 24 janvier 1999, les militants se rendirent à Parme, sur l’invitation, de l’association Giovanni Padani, pour « enterrer Garibaldi ». Leur happening funéraire devait s’achever par une distribution de primevères, mais un échange de coups avec les jeunes des Centres sociaux contraignit la police de charger. Les journalistes de La Padania rapportèrent que les contre-manifestants s’étaient acharnés sur un leghista d’origine syrienne.

29Les militants de la Ligue du Nord se plaisent à retourner contre leurs détracteurs les accusations que l’on porte généralement contre eux. Le procédé est récurrent dans la presse bergamasque. Le rédacteur de La Padania est manifestement satisfait de voir les activistes d’extrême gauche assumer les responsabilités qu’on leur fait généralement endosser : « Cette fois, ils ne pourront pas dire que ce sont les jeunes Padans qui ont fomenté la violence, nous étions allés à Parme pour distribuer des petites fleurs et ils nous ont roués de coups. » Une semaine après, l’incident de Parme faisait encore rire Daniele Belotti. Il aurait bien d’autres occasions de se réjouir : l’ouverture de la campagne référendaire pour l’abolition de la loi Turco-Napolitano devait amener les militants de la Ligue en Emilie.

PREMIÈRE MARCHE AUX FLAMBEAUX

30Je reçois un coup de fil lapidaire de Daniele Belotti : « Il y a une manifestation à Reggio Emilia samedi, tu veux suivre la campagne, c’est l’occasion ! Tu vas voir ce que c’est que de battre le pavé comme les militants de la Ligue... Moi, je rêve de participer à une campagne indépendantiste au Québec ou en Ecosse. » J’ajoute à sa liste l’Irlande du Nord et il exulte : « Encore mieux ! Avec les armes ! » Le rendez-vous est fixé vers 14 h 30 dans la ville haute. Daniele Belotti arrive en scooter et nous descendons vers le siège de la Ligue, tous deux sans casque, en slalomant entre les voitures sur les galets qui couvrent les rues de la ville. Comme je lui fais remarquer, en arrivant devant l’entrée du siège, que nous nous comportons là comme des Napolitains, il me répond un peu vexé : « Oui, je sais. » Nous retrouvons dans les bureaux une partie de l’équipe qui travaille avec lui, essentiellement les plus jeunes : Lorenza, Lucio, Natacha et Gigi. Certains militants sont déjà là et attendent dans le hall. L’impatience est palpable, l’atmosphère est à la plaisanterie. Lorenza semble satisfaite, le Zanga sera de l’expédition. Lucio s’en réjouit. Lorenza se précipite alors dans son bureau, plonge dans une armoire pour en sortir, victorieuse, une chemise verte lacérée avec application. Elle l’exhibe, la tend à Daniele et tous deux rient aux éclats. S’agirait-il d’une relique de leurs combats antérieurs ? D’après leur conversation, je saisis qu’il s’agit là de la chemise du général Zanga. Lorenza examine les entailles régulières qui ont été faites dans cette chemise, elles ne sont manifestement pas le résultat d’un pugilat, tous soupçonnent le Zanga de les avoir faites lui-même lors de leur dernière expédition à Venise, les rires redoublent dans le secrétariat.

31Mais déjà Daniele s’impatiente, il faut descendre, nous nous dirigeons tous vers le bus. Un petit groupe de militants plus âgés, des retraités, attend sur la place, tous portent des foulards verts et des pin’s représentant le « soleil des Alpes »... Tous sont bien habillés, certaines femmes portent des manteaux de fourrure. L’un d’entre eux, chemise verte, casquette verte et drapeau de la Padanie à la main, invite bruyamment les autres à monter dans le bus : le général Zanga. Les participants se répartissent en fonction de l’âge : à l’avant les retraités, à l’arrière les plus jeunes, entre deux quelques couples, dont un avec enfants. Les hommes sont plus nombreux que les femmes, certaines n’ont fait qu’accompagner leur époux et saluer des amis, mais il ne faudrait pas pour autant négliger leur présence dans ces expéditions, les grivoiseries ne semblent pas les rebuter, elles en rient autant que les hommes. Je suis Lucio et Lorenza à l’arrière du bus, les jeunes militants qui nous entourent me rappellent les supporters du Milan AC qui avaient pris d’assaut le train qui devait me conduire à Parme il y a deux semaines. Je suis rapidement adoptée, on me pose quelques questions sur ma région d’origine, sur mon travail, puis on m’oublie.

32Les jeunes militants s’apparentent aux tifosi qui défraient les chroniques transalpines. Si certains arborent des foulards aux couleurs de leur mouvement, comme toutes les jeunesses politisées du monde, les autres portent des écharpes où l’on peut lire le nom de leur équipe : Ligue lombarde ! Les filles ont les cheveux teints en vert, les ongles peints en vert également. Entre la ferveur du militant et celle du supporter, à première vue, aucune différence. La Ligue est pour la plupart un lieu de sociabilité, elle n’est peut-être même que cela. Ils sont heureux d’être ensemble, entre leghisti, heureux d’être ici reconnus, ne serait-ce que pour leur appartenance politique. À l’extérieur, beaucoup doivent dissimuler leurs idées ou subir les sarcasmes de leur entourage. Voter Ligue dans le secret d’une urne, c’est une chose, s’afficher en rangs serrés, un foulard vert autour du cou, c’est différent. Tout le monde est là, Daniele me rejoint, deux militants accrochent sur la vitre arrière du bus un drapeau de la Padanie, nous pouvons partir. Le bus s’élance et la rangée du fond entonne une chanson de colonie de vacances.

33Je tends l’oreille, j’essaye de saisir quelques bribes de la conversation qui enflamme les retraités à l’avant du bus, j’ai encore des difficultés à les comprendre, je ne suis pas tout à fait familiarisée avec l’accent bergamasque, l’italien mâtiné de dialecte me demeure obscur, j’attrape une phrase au vol : « Dans toutes les révolutions, il y a des débordements... » L’un d’entre eux parle avec aplomb d’assassiner tous les prêtres, il ne semble pas rencontrer l’entière approbation de ses interlocuteurs... Je relâche un instant mon attention pour revenir aux jeunes militants qui m’entourent. Consciente des efforts que je dois faire pour tout comprendre, Lorenza compatit ; originaire de la périphérie milanaise, le bergamasque lui échappe comme à moi-même, mais peu importe, elle ne cherche pas à tout comprendre, elle s’en amuse comme bon nombre d’Italiens ; et en effet, les onomatopées que se lancent au visage les montagnards ont de quoi faire sourire. Daniele Belotti m’explique alors : « Si le dialecte bergamasque est incompréhensible, c’est seulement un problème de prononciation. Si tu fais attention, tu vois bien que nous coupons tous les mots. Le mot « vino » [vin] en italien, se dit « vin » à Venise, « vi » à Brescia et « i » à Bergame. À mesure que l’on s’éloigne du centre historique, le mot se réduit. »

34Le « général » Zanga nous rejoint bientôt à l’arrière du bus, son arrivée est saluée par un premier refrain : « Zanga, Zanga, notre héros padan... » Il a beaucoup de prestance ce « général » de l’armée padane, une soixantaine d’années, assez grand, corpulent, de longs cheveux blancs sous sa casquette verte. Il reste au milieu de l’allée et nous toise d’un air courroucé, il semble chercher quelqu’un des yeux... En effet, il ne tarde pas à s’en prendre aux retardataires : « Comment se fait-il que vous n’ayez pas répondu à l’appel ? Votre conduite est impardonnable, comment peu-ton partir en guerre avec un tel ramassis d’irresponsables et de crétins ? » Les deux militants ainsi pris à parti ne savent plus comment faire pour s’en sortir, ils tentent d’exprimer au mieux leur supposée confusion, les autres jubilent et aiguillonnent de leurs commentaires approbateurs la colère du Général. Il cherche manifestement à en imposer, avance le menton, prend des airs bravaches à la Mussolini. Il tient son rôle à la perfection. Les jeunes militants entrent dans le jeu du Général et obtempèrent comme de braves petits soldats. Je suis moi-même entraînée dans leur fiction.

  • 6 Le mot « brigade » évoque bien sûr les « brigades de la mort » fascistes, les « brigades rouges » (...)

35Zanga, général de l’armée padane, mène au combat les braves de la brigade tchi-tchi6. Il les admoneste, les exhorte. Le Général est sans cesse à l’affût, il nous scrute, nous lance des regards furibonds. Il soupçonne parmi nous la présence d’un traître, voire d’une traîtresse... Il s’en prend à l’une de mes voisines, puis à moi... Comment se fait-il ? Il ne m’a jamais vue, je suis étrangère... Belotti intervient : « N’ayez aucune crainte Général, je m’en porte garant, elle est notre alliée, elle vient de Normandie nous assurer du soutien des Vikings. » Le Général ne semble pas vraiment convaincu, peu lui importe, il passe à la suivante. Une fois écoulé le quart d’heure des réprobations, il lance, assez content de lui : « Je viens d’écrire une nouvelle lettre à Bossi... » ; et attend que les éléments de la brigade tchi-tchi réagissent, ce qui ne manque pas de se produire : « Zanga, Zanga, notre héros padan... Zanga, lis-nous cette lettre, allez... » Le héros se fait cependant prier, vexé semble-t-il par les éclats de rire qui ont accueilli sa déclaration, il se rembrunit, fait non de la tête, les autres le pressent : « Zanga, Zanga, Zanga... » Daniele s’amuse comme un fou, reprenant un instant l’air solennel qui convient à sa fonction, il prie le Général de nous faire part de cette dernière missive, en glissant perfidement :

36- Général, auriez-vous élaboré un nouveau plan de défense ?

37- Non, secrétaire, il ne s’agit pas précisément de cela... Daniele se retourne alors vers moi et commente à voix basse :

38- Il écrit régulièrement à Bossi pour lui communiquer les plans de défense qu’il prévoit de mettre en œuvre en cas d’invasion sudiste. Selon lui, nous devrions tous nous réfugier derrière les murailles de la ville haute de Bergame, bombarder les Sudistes dans la plaine, leur renverser de l’huile bouillante sur le crâne s’ils approchent ; et le plus beau, c’est que Bossi lui répond !

39- Non ?

40- Si, je te l’assure. Il nous lit même parfois les réponses.

41Après s’être bien moqué de moi, Daniele se tourne de nouveau vers le Général et reprend en choeur avec les militants : « Zanga, Zanga... » Celui-ci se décide enfin à nous faire part de sa lettre, il prend un air solennel, chausse de grandes lunettes en écaille, se racle la gorge et sort de sa poche un papier jaunâtre où sont griffonnés quelques mots au crayon... Au même moment, Daniele part d’un éclat de rire et désigne aux militants la poitrine du Général : « Regardez tous ! » En retirant la lettre de sa poche, Zanga a en effet laissé apparaître les trois médailles agrafées que dissimulait sa veste. Daniele le prie aussitôt de nous les montrer. Distrait, impatient de nous lire sa lettre, le Général, se découvre rapidement, puis exhibe les médailles qui ornent sa chemise verte, l’un des militants s’approche pour les examiner : « Elles n’ont pas l’air d’être fausses... » Belotti se tourne de nouveau vers moi : « Zanga prétend avoir été major dans l’armée italienne. Pauvre armée italienne ! Comment veux-tu que ce pays fonctionne ? Mais, j’ai tout de même quelques doutes... » L’assemblée exulte : « Zanga, Zanga, notre héros padan... » Le Général va-t-il pouvoir enfin lire sa lettre ? Je tends l’oreille. Il commence :

42- Cher Umberto Bossi, cela fait déjà un certain temps que je ne t’ai plus écrit, je t’en demande pardon...

43Belotti part d’un éclat de rire :

44- Mais c’est une lettre d’amour !

45La moitié du bus s’esclaffe. Le Général, mortifié, s’en va rejoindre à l’avant du bus les militants de son âge, mais les jeunes le rappellent : « Zanga, Zanga, notre héros padan... » Le secrétaire se lève, l’appelle, s’excuse, le prie à nouveau de lire sa missive. Il reprend : « Cher Umberto Bossi... » Le sens de son discours ne tarde pas à se perdre pour moi dans les expressions dialectales, il s’agit bien sûr, et comme toujours, de cette « vermine sudiste ». Zanga, lui, les connaît bien, il a vécu dix ans à Rome, il sait à quoi s’en tenir. Soudain, tout le bus reprend en chœur l’hymne padan, le Va’Pensiero de Verdi, l’instant est solennel, je m’interroge et tourne un instant mes regards vers l’extérieur, avant de constater :

46- Nous venons de traverser le Pô.

47- Oui, nous entrons en territoire ennemi, nous sommes maintenant chez les communistes et cela devient difficile pour nous de respirer, me précise Belotti en simulant l’étouffement, ici nous sommes comme en apnée.

48Passés ces brefs instants de recueillement, la ferveur est à son comble. Le général Zanga, reprenant alors une expression de circonstance, appelle ses troupes à faire preuve de courage, de dignité dans le combat. Puis, il revient à ses épîtres :

49- J’ai aussi écrit au pape !

50Les militants reprennent en choeur :

51- Zanga, notre héros padan...

52Le jeu se poursuit ainsi pendant quelque temps : les plus jeunes tourmentent le « vieux fou », qui se lance sur eux, les saisit par les vêtements et les secoue jusqu’à les faire tomber dans l’allée, pour la plus grande joie du groupe. Lorsque nous approchons de Reggio Emilia, le Général se fait plus solennel encore, la brigade tchi-tchi doit se montrer digne de sa confiance. De nouveau, il exhorte les militants à faire preuve de courage, en les insultant, et dénonce leur couardise. Selon lui, certains d’entre eux, à peine éloignés du groupe des manifestants, dissimulent leurs foulards verts dans leurs poches pour ne pas être identifiés comme leghisti en territoire ennemi. Ils se souvient en grimaçant de leur dernière expédition à Venise. Le groupe l’avait laissé à l’arrière et il s’était retrouvé seul, errant dans les calle de la Sérénissime, à la recherche de sa brigade ; il fut alors assailli par un groupe ennemi, sa chemise verte en portait encore les traces. Daniele Belotti se rappelle en effet avoir perdu le Général lors de cette dernière expédition : « J’étais assez inquiet. On ne sait jamais vraiment de quoi sont capables ces individus. Ce n’est pas qu’il soit violent, mais il est toujours susceptible de provoquer un esclandre et de se faire appréhender par la police. » Le Général poursuit ses récriminations avec véhémence : « J’ai été pris à partie par des badauds qui m’ont traité de “vieux fou” pendant que vous désertiez le champ, vous m’avez laissé seul affronter l’ennemi ! Vous avez enlevé vos casquettes pour mieux vous fondre dans la foule en m’abandonnant à mon sort ! Vous avez peur de passer pour des idiots. Mais, si moi je suis un imbécile, vous, vous êtes ma brigade de crétins ! » L’ensemble du bus exulte et reprend en chœur : « Zanga, notre héros padan ! » Lorsque les militants descendent du bus, ils sont surexcités.

53Le rendez-vous a été fixé place du Tricolore, Belotti ne manque pas de souligner l’ironie des organisateurs. En attendant que tous les bus aient rejoint la place, on décharge le matériel, l’un des militants s’est muni d’un tambour et marchera en tête. Bientôt, d’autres groupes nous rejoignent et Belotti s’exclame, avant de me jeter un coup d’oeil gêné : « Mais il n’y a que des Bergamasques ici ! » On distribue ensuite les flambeaux que l’on allumera quand la nuit sera entièrement tombée. Je refuse d’en prendre un et le militant qui me le tend insiste. Mon refus est assimilé à une défection et ce geste impatiente manifestement ceux qui m’entourent. Avec l’hiver, c’est la saison des fiaccolate [marches aux flambeaux] qui s’ouvre pour les militants de la Ligue du Nord. Lorsque j’interroge Lucio sur l’usage de ces flambeaux, il invoque un motif esthétique : le soir en hiver, ces flammes seraient plus « suggestives ». En effet, le référent symbolique est délibérément provocateur, il nous ramène directement dans les rues de l’Allemagne en voie de nazification.

54Lorsque la place est pleine et que les différents groupes, répartis par origines géographiques, sont en place, le cortège se met en branle : les militants de la Ligue s’engouffrent alors dans les rues du centre-ville de Reggio Emilia en chantant. Ils défilent sous le regard ébahi des Reggiani, qui se pressent sous les arcades en serrant contre eux leurs enfants déguisés. Ironie suprême, c’est jour de carnaval à Reggio ! Belotti se tourne alors vers moi pour me dire : « Tu as vu, ils nous regardent comme si nous étions des débiles ! » En effet, alertés par le bruit, les commerçants sortent de leur boutique pour regarder passer les leghisti descendus de leurs vallées. Passer sous une haie de regards stupéfaits et méprisants, lorsque l’on est dans le cortège d’une manifestation leghista, est une expérience très instructive. On en garde une impression tellement forte qu’elle provoque un sentiment d’empathie, pourtant difficile à éprouver à l’égard des adhérents de ce type de formation. Le mépris agit en fait comme un autocoagulant : les militants sont unis dans le mépris des autres. C’est sous ces regards que le 6 février 1999, à Reggio Emilia, je pris « le parti des idiots », à défaut de prendre celui des sécessionnistes. Je me retournai alors vers les membres de la brigade tchi-tchi qui m’entouraient, encore étonnée de me trouver là parmi eux ; cela ne me poserait bientôt plus aucun problème.

55La brigade de Berghèm [Bergame en dialecte] était ce soir-là particulièrement démonstrative. Les militants qui m’entouraient scandaient les mots d’ordre du mouvement en agitant leurs drapeaux, tandis que le général Zanga esquissait trois pas de danse sous le regard attentif de Daniele Belotti. Le secrétaire provincial est resté sur le qui-vive durant toute la manifestation. Ces expéditions sont toujours susceptibles de déraper. La tension est montée lorsque le groupe des leghisti a croisé quelques jeunes militants de Rifondazione Comunista qui les ont traités de bouffons. Daniele Belotti s’est alors précipité pour aller se placer entre eux et les militants et pour leur répondre vertement avant d’enjoindre « aux siens » de reprendre leur marche. Son attitude était somme toute assez ambiguë : je ne parvenais pas très bien à saisir s’il cherchait à envenimer la situation ou à calmer les esprits, sans doute prenait-il sur lui de répondre aux jeunes communistes pour éviter que « les siens » ne le fassent d’une autre manière. L’épisode s’est répété lorsque l’on a croisé un groupe de carabiniers. Le secrétaire provincial s’en est alors pris à leur officier, – un Méridional –, qui, le regard hautain, lui avait, semble-t-il, soufflé quelque chose de déplaisant. À ma connaissance, il n’y eut pas d’incidents cette fois-là. Parfois, les militants s’agitent lorsqu’ils s’approchent des préfectures ; ils lancent des projectiles, des invectives, voire même des pétards et des fumigènes, simulant ainsi un assaut, au risque de provoquer de réels affrontements avec les forces de l’ordre. À Reggio, ils se contentèrent de recouvrir d’autocollants leghisti les plaques qui ornent les portails institutionnels.

56Les fiaccolate visent bien sûr les étrangers : « Clandestino, Albanese, torna pure nel tuo paese » [Clandestin, Albanais, rentre chez toi]. Un slogan prenait également pour cible la ministre de l’Intérieur du gouvernement D’Alema, Rosa Russo Jervolino : «  Marocchino... Clandestino... Va a stuprare la Jervolino... » [Marocain... Clandestin... Va violer la Jervolino...]. Des panneaux priaient également les dirigeants de la gauche d’accueillir les étrangers chez eux.

57Les plus jeunes des militants reprennent volontiers les refrains qu’ils ont appris dans les virages du stade : « Il cuore di tutta la Lega Nord/La Padania è il paese che vogliamo noi/Non ci fermerete certo voi/Bastardi ! » [Le cœur de toute la Ligue du Nord/La Padanie, c’est le pays que nous voulons/Ce n’est certainement pas vous qui nous arrêterez/Bâtards !] Le jeu du « chi non salta è » est également repris sous la forme : « Chi non salta Italiano è ! è ! » ; et, plus fort encore, « Chi non salta Garibaldi è ! è ! » [Celui qui ne saute pas sur place (comme il est de coutume de le faire sur les gradins des virages) est italien, est Garibaldi]. Les militants s’empressent alors de sauter sur place sans lâcher leur drapeaux.

58Leurs chants exaltent la Padanie : « Dal Po alle Alpi è tutto uno splendore/Il Sole delle Alpi è il nostro Tricolore ! » [Du Pô au Alpes ce n’est que splendeur/Le soleil des Alpes est notre Tricolore !] ; et brocardent l’Italie :«  Ma qual’ltalia, ma qual’unione/Noi vogliamo il Nordnazione/Noi vogliamo la secessione ! » [Mais quelle Italie, mais quelle union/Nous voulons la nation Nord/Nous voulons la sécession !]. Les militants de la Ligue du Nord ont détourné des chants qui appartiennent aussi bien au répertoire fasciste qu’au répertoire communiste, « comme ça, c’est eux qui se font enc... » me dit l’un des militants que je questionne à ce propos : « [sur l’air d’un chant fasciste] Ce ne andremo dall’Italia/Ce ne andremo dall’unione/Noi vogliamo la secessione/Se questo non avviene sarà rivoluzione/Sono fiero di morire per il Nordnazione/Ce ne freghiamo del Tricolore/La secessione avverà/Se non s’avverà/Sarà il bordello/Con lo scudo e il carrello/Ce ne andremo ! » [Nous quitterons l’Italie/Nous quitterons l’union/Nous voulons la sécession/Si cela n’advient pas ce sera la révolution/Je suis fier de mourir pour la nation Nord/Nous nous fichons du Tricolore/La sécession adviendra/Sinon ce sera le bordel/Avec le bouclier et le char/Nous partirons]. Ils ont également détourné le Chant des partisans : « Una mattina mi son svegliato/ltalia ciao, Italia ciao, Italia ciao ciao ciao/Una mattina mi son svegliato e ho bruciato l’Tricolore/Umberto Bossi portami via/Italia ciao, Italia ciao, Italia ciao ciao ciao/Umberto Bossi portami via/che mi vien da vomitare... » [Ce matin/Je me suis éveillé/Et j’ai brûlé l’Tricolore/Umberto Bossi emporte-moi loin d’ici/Il me vient l’envie de vomir...].

59À travers ces chants, les leghisti dramatisent l’alternance : ils se voient déjà contraints de quitter l’Italie si la gauche venait à remporter les élections, comme les fuoriusciti sous le régime fasciste. Mon informateur mentionne également un autre chant, en précisant cette fois-ci qu’il n’est pas vraiment leghista, qu’il est « un peu à tout le monde » : « Il 25 Aprile è nata una puttana/L’hanno chiamata Repubblica italiana/E dopo nove mesi son nati suoi bambini/Bastardi, celerini ! » [Le 25 Avril (fête nationale de la Libération) est née une putain/Ils l’ont appelée République italienne/Et après neuf mois sont nés ses enfants/Des bâtards, des celerini ! »

60Les celerini sont les membres des unités mobiles de la police italienne]. Au cours de mon enquête, je n’ai vu brûler aucun drapeau. La plupart semblent se contenter de crier par provocation : « Bruciamo il Tricolore ! » Sans doute le militant de base craint-il de se faire inculper pour « outrage au drapeau ».

61Après avoir traversé la ville en chantant, les militants pénétrèrent dans un théâtre pour écouter Bossi. Le « chef » était particulièrement en verve ce soir-là, comme me le fit remarquer Belotti. Sans doute ne voulut-il pas paraître trop « modéré » après la performance de Mario Borghezio, chargé de « chauffer » la salle. Le député piémontais passe pour le plus « dur » des leghisti. Ses esternazioni [sorties, expressions] racistes le rappellent régulièrement à l’attention de la presse italienne. Bossi s’éleva contre l’incurie du gouvernement. Selon lui, les lois sur l’immigration étaient « appliquées à l’italienne », c’est-à-dire inappliquées. La gauche semblait « incapable d’enrayer l’invasion extracommunautaire ». En sous-estimant le nombre de clandestins, elle finissait par devoir prendre des mesures d’urgence, les sanatorie : « L’inefficacité de la politique gouvernementale est sous les yeux de tous les citoyens, qu’ils soient ou non indifférents à l’immigration. C’est pour cette raison que les Italiens sont de plus en plus nombreux à suivre le Carroccio. » Durant le discours de Bossi, le général Zanga resta à l’entrée de la salle avec les Chemises vertes du service d’ordre, nous le retrouvâmes à la sortie.

62Le voyage de retour ne fut pas moins agité que celui de l’aller. Le Général se prêta aux plaisanteries des militants qui, à mesure que l’heure avançait, devenaient plus salaces. Les plus jeunes attribuaient au Général un potentiel hors norme. Pour mieux faire la preuve de ses talents de «  Bergamasque lover » il alla jusqu’à simuler une approche sexuelle avec l’une des femmes qui se trouvait dans la rangée du milieu. Au fond du car, les jeunes scandaient : « Siamo tuttifigli dello Zanga... Zanga trenta ghe... » [Nous sommes tous les fils de Zanga... Zanga trente centimètres]. Nous fûmes de retour à Bergame vers une heure du matin. Avant que la brigade tchi-tchi ne se disperse, le Général la fit mettre en rang sur le parking et la harangua une dernière fois avant de hurler : « Rompez les rangs ! »

63Lors de cette première marche aux flambeaux, je fis également la connaissance de Danilo [militant, 27 ans]. Dans les semaines qui suivirent, je repris avec lui l’ensemble des éléments intéressants que j’avais pu observer au cours de la manifestation. L’Emilie n’est pas un espace neutre dans l’esprit des militants de la Ligue : c’est le cœur de la plaine padane et l’un des fiefs du Parti communiste depuis la Libération. C’est à la fois un « territoire ennemi » et un « territoire à conquérir ». Danilo est tout à fait conscient de ce qui se joue au cours de ces expéditions :

Quand on organise une manifestation à Bergame, il y a beaucoup de participants, mais ce n’est pas la même chose, à Bergame, les gens sont indifférents, ils s’en moquent, ça ne les intéresse pas. À Reggio Emilia, qui est une ville rouge, les gens ne sont pas avec nous, tu les vois qui s’arrêtent, qui s’interrogent : « Regarde ces gens-là, ils viennent de Bergame, que viennent-ils faire ici ? Ils doivent être vraiment convaincus pour venir jusqu’ici. » Cela les rend curieux, ils se demandent : « Mais que ne leur fait-on pas faire ? » C’est ça le discours, tu comprends ? Ils nous regardent avec des yeux grands comme ça, parce qu’ils se font conditionner par les médias, parce qu’ils ne raisonnent pas avec leur tête.

64Les leghisti tiennent à « spectaculariser » leurs revendications : de ce point de vue, il est moins intéressant de défiler à Bergame qu’à Reggio Emilia. Ce type de manifestation leur permet ensuite de s’octroyer des sympathies qu’ils n’ont pas. C’est une manière de discréditer leurs adversaires. Dans La Padania, le secrétaire régional de l’Emilie se dit très satisfait : « L’attitude des citoyens de Reggio Emilia à notre passage doit nous réjouir. Je pensais entendre des protestations, rencontrer de l’indifférence, mais ce fut tout le contraire : les Reggiani nous ont accueillis avec chaleur parce qu’ils partagent nos préoccupations concernant l’immigration clandestine. Si nous tenons compte de l’afflux de personnes originaires des localités émiliennes environnantes, nous améliorerons probablement nos résultats lors des prochaines élections administratives. » (La Padania, 9/02/1999) Le quotidien prétend que 5 000 personnes ont répondu à l’appel du mouvement ce samedi. Des renforts bergamasques, il n’est fait mention nulle part. A l’issue de cette campagne référendaire, les militants de la Ligue parvinrent à recueillir les 600 000 signatures nécessaires à l’abrogation de la loi Turco-Napolitano. Rien que dans la Bergamasca, ils en recueillirent 40 000 (L’Eco di Bergamo, 29/05/1999).

DES GRADINS DU STADE AUX SIÈGES DU CONSEIL

65Les marches aux flambeaux, surtout dans les villes de la plaine, visent à « conditionner » les spectateurs. Les militants de la Ligue espèrent impressionner leurs adversaires au point de leur faire perdre la mesure de leur importance réelle. Comme Danilo, les jeunes militants se rendent dans les manifestations parce qu’ils savent qu’ils vont s’y amuser et faire impression sur les badauds :

Si je ne me divertissais pas dans les manifestations, je resterais chez moi. Bien sûr, j’y vais aussi parce que j’y crois, mais la Ligue est différente, les nôtres sont plus spontanés, ceux qui vont manifester le font parce qu’ils ont vraiment envie de le faire, ils payent leur billet, ils participent librement, ce n’est pas comme les syndicalistes (...) Nous y allons parce que ça nous plaît, nous nous retrouvons et échangeons des idées. Depuis que je milite, je connais beaucoup de jeunes Vénètes, et c’est bien aussi parce qu’il y a toujours un peu de bordel, par exemple, la manifestation que nous avons faite après l’arrestation des « sérénissimes », ce fut sans doute l’une des plus belles à laquelle j’ai participé, ce n’était peut-être pas la plus importante, mais c’était la plus belle, parce que nous sommes arrivés sur la place, et il y avait tellement de monde ! Nous nous sommes dirigés vers la prison, tu regardais derrière toi, il y avait tellement de gens qui suivaient. Nous avons vraiment frappé les esprits à Modène. Et dans cette ville qui n’est pas vraiment leghista, tu te serais cru à la maison, chez toi, tu sentais vraiment la force, l’union, notre union, tous ensemble comme ça...

66Cette volonté de conditionner les cités adverses, de s’affirmer chez soi chez les autres, est caractéristique de la culture du stade, elle motive les déplacements des ultras dans la péninsule, comme l’explique Christian Bromberger (1995 : 276).

  • 7 Les ultras italiens seraient, selon Christian Bromberger, les « chantres les plus expressifs de ce (...)

67Danilo est un ancien supporter de l’Atalanta – l’équipe de Bergame –, il a fait partie d’un groupe ultra7 pendant sept ans avant de rejoindre les rangs de la Ligue : « Oui, je le faisais parce que... Nous le dimanche, nous ne disons pas “je vais au stade”, mais “je vais à l’Atalanta”, ça veut dire que les Bergamasques s’identifient à cette équipe... J’ai commencé à faire le tour de l’Italie, pour représenter Bergame et les Bergamasques. Pour nous, l’Atalanta, c’est ça, pour ceux qui l’aiment vraiment, au-delà des questions sportives, c’est une question de représentation, et j’ai voyagé tout le temps avec mon drapeau de la Lombardie. » Pour les supporters, exister, c’est appartenir à un groupe – l’un ne va pas sans l’autre – et l’équipe est la représentation de la communauté dont elle défend l’honneur et le nom.

  • 8 La ville de Brescia est la rivale de Bergame. Les murs de la province sont recouverts de graffitis (...)

68La Ligue du Nord recrute dans le stade, et c’est là que Danilo a fait la connaissance du secrétaire provincial Daniele Belotti. Ce dernier a encadré les ultras de l’Atalanta avant d’occuper ses fonctions au sein de la Ligue : il organisait les déplacements des supporters de l’équipe avant de devenir le « responsable gadgets » de la Ligue du Nord. Depuis l’âge de quinze ans, Daniele Belotti est tous les dimanches sur les gradins du stade. Les Italiens transposent leurs antagonismes sociaux et/ou régionaux sur les terrains de football. Dans l’univers du stade, ces différents conflits se ritualisent : la bipolarité est généralement réagencée de telle sorte que l’ennemi, méridional ou communiste, est l’équipe adverse. Les rencontres Nord-Sud réactivent le conflit entre les deux Italie. À Bergame, les épisodes de violence liés au monde du stade sont réguliers. Les rencontres Bergame-Brescia engendrent des débordements qui pèsent sur le budget de la municipalité8. Ces dernières années, la tension n’a cessé de monter dans les stades de la péninsule ; elle a fait face à la plus violente crise de hooliganisme de son histoire : en 2000, les supporters de la Juve dévastent le centre historique de Rome.

69Danilo ne remet pas en cause la violence des supporters bergamasques : « Oui, lorsque tu es un ultra, un Bergamasque, tu te les fais de toute façon parce que les Bergamasques ont la réputation d’être méchants, même si certains sont pires que nous, c’est un peu tous les supporters, mais lorsque tu arrives à Rome, tu te les fais parce que tu es bergamasque, tu comprends ? Bien sûr, il y a des histoires, c’est aussi pour ça que j’en ai eu assez du stade. Je suis allé cinq fois à Rome, dans la majeure partie des cas, ce sont les policiers qui nous provoquent parce que nous sommes bergamasques, alors ils nous frappent et font en sorte que nous nous agitions en nous tenant enfermés pendant des heures dans des compartiments trop petits, dans la gare ou dans le train, alors les gars se rebellent parce que nous ne sommes pas tous des criminels, mais la police en fait une question collective, même si c’est plus compliqué que ça. Moi, j’y allais pour l’Atalanta, pour emm[...]der le monde, pour faire connaître le nom de Bergame dans toute l’Italie. » Si les jeunes militants de la Ligue du Nord ne sont pas les derniers à sauter sur les gradins du stade, ils sont toujours les premiers à dénoncer les débordements des supporters de l’Atalanta.

  • 9 Selon ces deux chercheurs, la Ligue du Nord serait en train de perdre du terrain dans les stades d (...)

70Dans les entretiens, les militants préfèrent éluder la question des relations entre le mouvement et les groupes ultras, mais les liens que la Ligue entretient avec le monde du stade vont bien au-delà du simple transfert de troupes depuis le virage nord du stade de Bergame jusqu’au siège partisan (Roversi et Balestri 1999 : 453-467)9. Les deux univers symboliques sont très proches. Le leghismo est festif, localiste, interclassiste, masculin et intolérant. Les politistes ont souligné que les leghisti ne votaient pas tant pour élire un représentant que pour gagner : en Italie, on vote en faisant une croix sur le symbole du parti que l’on choisit, un peu comme on joue au loto sportif. Ils ont également remarqué que plus la Ligue gagnait de voix, plus elle mobilisait d’électeurs (Bouillaud 1995 : 191). Le vote prend ici un sens tout à fait inattendu. Dans la presse locale, les cadres de la formation commentent les résultats de leur parti sur le même mode que les résultats des équipes locales. Les journalistes s’en amusent et reprennent à leur tour cette grille de lecture. Cette confusion donne la mesure de l’inculture politique des jeunes dans les provinces blanches. Silvio Berlusconi, qui rappelons-le est aussi le propriétaire du Milan AC, a très habilement réinvesti cette culture en baptisant son parti Forza Italia [Allez l’Italie], et en s’attribuant la couleur de l’équipe nationale (l’azur).

71Cette confusion éclaire également les techniques de communication de la Ligue du Nord : elles s’apparentent en effet à celles qu’utilisent les supporters pour « exister » publiquement. Si les supporters déplacent le spectacle de la pelouse vers les gradins, les militants de la Ligue le déplacent du Palais vers la place. Les petites villes de provinces qui ont vu éclore le leghismo n’avaient plus connu des manifestations de ce type depuis les années 1970. Les classes subalternes du Nord veulent s’affirmer (contre les Méridionaux, les nouveaux arrivants...), et lorsque les militants de la Ligue (issus de ces classes) descendent dans les villes rouges, ils défendent en fait le territoire de leur ego collectif. Ils transforment l’inégalité qui exclut en différence qui personnalise et rend donc égaux. C’est l’application en politique de la logique qui pousse les supporters à provoquer pour sortir de la masse indistincte, d’où peut-être l’exaltation qu’ils éprouvent en participant à un projet qui les transcende : la liberté de la Padanie.

72La manifestation du Pô (voir chapitre II) doit être replacée dans le cadre de ces actions symboliques : elle s’apparente aux formes de violences ritualisées mises en œuvre par les supporters italiens. Que Daniele Belotti en soit l’un des principaux organisateurs, n’est pas anodin. Cette vaste mise en scène est parvenue à capter l’attention des médias pendant deux mois, permettant ainsi à une force politique minoritaire de « conditionner » tout un pays. Défiant ouvertement le centre, les leghisti ont mis en scène le clivage territorial entre catholiques et communistes sur un mode parodique. Sans doute auraient-ils été les premiers à s’effrayer d’une riposte sérieuse. Leur attitude s’apparente à la « stratégie du paraître » des supporters britanniques, que décrit Alain Erenberg (1986 : 150). Le général Zanga ressemble à ces animateurs improvisés qui exhortent les ultras dans les virages et finissent parfois leur carrière sur les télévisions locales italiennes. Certains acquièrent ainsi une visibilité que leur statut social ne leur aurait jamais permis d’obtenir (Bromberger 1995 : 34). Grâce à leur passion du football, ils se font un nom. Cette affirmation de soi, qui se joue essentiellement dans le paraître, peut même servir des ambitions politiques, comme le prouve Daniele Belotti. À l’occasion des élections, européennes de 1999, son affiche de campagne rappelait aux Bergamasques ce patronage d’un genre tout à fait particulier (voir la photo page ci-contre).

73Le sportif est un modèle de réussite sociale qui entre en résonance avec l’idéologie de la Ligue : c’est celui qui surpasse ses égaux (la compétition sportive contrairement à la compétition sociale est juste) ; c’est ensuite celui qui s’est fait lui-même, sans nécessairement passer par un cursus classique, grâce à ses aptitudes physiques, son habileté... (les leghisti récusent le système scolaire). Le sportif de haut niveau offre la possibilité de voir le monde la tête en bas. C’est un anonyme qui devient quelqu’un. Le match est le lieu de la revanche sociale. La plupart des carnavals italiens ne sauraient s’en passer.

« Belotti, emmène-nous en Europe ». Le candidat de la Ligue du Nord reprend un slogan de coupe d’Europe, assimilant les élections à une compétition sportive.

74Le hooliganisme nous paraît totalement dépourvu de sens, mais en réalité, il répond à une exigence très contemporaine : « Il est l’une des formes les plus remarquables du culte contemporain pour les apparences. L’hooliganisme est une stratégie du paraître qui s’appuie en partie sur des comportements déviants. » (Ehrenberg 1986 : 149)

75Les supporters ont ainsi institué un « système de spectacularisation d’eux-mêmes » qui repose sur la provocation (Ehrenberg 1986 : 154). Dans les manifestations de la Ligue comme dans le stade, ils suscitent une « illusion de violence ». La mobilisation de symboles chargés d’affects (armes, têtes de mort, etc.) est censée impressionner l’équipe adverse. Christian Bromberger estime qu’il ne faut pas les prendre trop au sérieux. Certains signes distinctifs, certains gestes pourraient avoir la même fonction chez les jeunes militants de la Ligue du Nord : si certains se déguisent en officier de la Wermacht, ils se montrent finalement assez tranquilles dans les cortèges. En manipulant des symboles aussi lourds de sens, ils cherchent surtout à faire de l’effet ; et il se peut que le sens politique de leurs gestes leur échappe partiellement. Cependant, la mise en scène de la violence raciste n’a cessé d’augmenter dans les stades de la péninsule ces dernières années : les banderoles de la Lazio (l’un des clubs de football de Rome) exhibant des croix celtiques, les slogans à la gloire du bourreau serbe Arkan et l’effigie de Mussolini faisaient scandale en février 2000 (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 3/02/2000).

76C’est à travers ce type de manifestations que l’on saisit le mieux la dimension carnavalesque de la Ligue du Nord. L’armée padane est une armée de carnaval, le général Zanga incarne pour ainsi dire physiquement cette dimension. Ce qui pourrait apparaître comme une organisation paramilitaire n’en est finalement qu’une parodie, mais il ne faut pas s’illusionner sur la nature de ces expéditions : elles tournent parfois au drame, comme le rapporte Clara Gallini en décrivant la « chasse au Marocain » mise en scène par une bande de jeunes dans la nuit du mardi gras 1990 à Florence (Gallini 1989 : 149-170). Cette action s’est déployée selon une chorégraphie complexe et impressionnante, visant à frapper le corps des Marocchini et l’imaginaire des Italiens. La plupart des acteurs de cette « chasse » sont des ultras de la Fiorentina qui, armés de barres de fer, le visage peint en blanc comme des clowns, donnèrent la chasse aux vu’ cumpra qui importunent les commerçants de Florence. L’aspect ludique de cette chasse à l’homme pourrait surprendre, mais aussi dérangeant que cela puisse paraître, les lyncheurs s’amusent et semblent ne pas avoir conscience de leur violence. Comme le note Clara Gallini, ce jeu macabre s’intègre de manière cohérente dans la mise en scène carnavalesque, en rappelant les anciennes chasses rituelles où l’on poursuivait la gitane, la prostituée ou le juif. Ces courses traditionnelles avaient souvent une forte connotation érotique et renforçaient l’identité sexuelle masculine et collective (Gatto 1981 : 267-272).

77Les auteurs de ces raids sont des jeunes garçons appartenant aussi bien à des milieux ouvriers qu’à des milieux bourgeois. Ils se contentent généralement de voir détruits par un feu purificateur les squats qui abritent les étrangers. La défense du territoire, dont ils se présentent comme les paladins, est un moyen d’affirmer la prévalence d’une identité exclusive. C’est à l’intérieur de ces comportements rituels que trouvent sens un certain nombre d’actions leghiste. Les Chemises vertes de la Brianza organisent ainsi des « patrouilles » pour déloger les prostituées de leurs lieux de racolage habituels. Il y a un lien entre les formes rituelles du carnaval, l’univers symbolique du stade et celui de la Ligue du Nord ; cela révèle également qu’il existe dans les violences de type raciste une corrélation très étroite et manifeste entre identité ethnique et identité de genre (Gallini 1991 : 116). Il existe cependant un écart sémantique important entre l’action rituelle traditionnelle, qui « construit l’altérité pour l’intégrer à un niveau subordonné, et le lynchage de mardi gras 1990. » (Gallini 1991 : 117) Cette action contemporaine évoque pour Clara Gallini « quelque chose de beaucoup plus radical : un racisme qui se présente dans sa dimension exterminatrice. » (Gallini 1991 : 117) La bande des masques sera malgré tout acquittée.

78Depuis 1987, plusieurs actions de ce type ont été observées dans les périphéries des grandes villes italiennes. Elles sont principalement orchestrées dans la zone rouge. Bologne a ainsi été le théâtre de nombreuses expéditions punitives à caractère raciste. Clara Gallini évoque à ce propos les « années de plomb », en parlant de « terrorisme raciste » et de « stratégie de la tension ». Ce conditionnement, corrélé à la montée des chiffres de la petite délinquance, a pu contribuer en 1999 à la « chute du mur de Bologne ». En effet, pour la première fois depuis la Libération, un postfasciste prenait la mairie dans la ville symbole du communisme italien (Il Giornale, 28/06/1999).

LA CHAÎNE DES « SOUFFRE-DOULEUR »

79Le souvenir de cette expédition à Reggio Emilia s’imprima dans mon esprit : la dimension théâtrale de la scène était si flagrante qu’elle m’interrogea pendant des mois. Si j’en saisissais intuitivement l’importance, je ne voyais pas très bien comment l’intégrer dans mes travaux. Le jeu du Général évoquait les pantomimes du teatro all’improviso qui avait fait la fortune des comédiens lombards. Zanga vient d’un petit village de la Val Brembana. Le secrétaire de circonscription de la haute Val Brembana mentionna, au cours de l’entretien qu’il m’accorda, les macchiette qu’il y a dans certains villages : « Sans même connaître l’histoire d’Arlequin, sans connaître certains épisodes, ils ont exactement les mêmes attitudes. C’est peut-être là qu’il faut en chercher l’origine... » Le Général est en quelque sorte la mascotte du groupe de Bergame. Les militants bergamasques ont la réputation dans le mouvement d’être les plus « durs », les plus « combatifs » ; le Général incarne sur un mode grotesque cette dimension de leur identité partisane. Dans la plus grande salle de réunion du siège bergamasque, Daniele Belotti a accroché une photographie où l’on peut voir le Général entouré de ses tchi-tchi. Le général Zanga ne participe pas toujours aux expéditions du mouvement. Il n’a pas participé à la « marche sur Rome » du 5 décembre 1999, car il était en maison de repos comme me l’avoua mi-gêné, mi-peiné Daniele Belotti ; et, en septembre 2000, sa femme l’accompagna à Venise afin qu’il se tienne « tranquille ». Le personnage est cependant connu de tous, ses performances font de lui une véritable attraction pour les militants de la province. Le Général revêt au sein du groupe des jeunes leghisti la fonction traditionnelle de l’idiot de village : il distrait et constitue, l’espace d’un voyage en car, la cible de leurs moqueries. Son extraction paysanne, sa manière de s’exprimer, déterminent son statut. Le trait distinctif de l’idiot de village repose moins sur l’existence d’un diagnostic psychomédical que sur le fait d’être exposé aux moqueries et aux brimades. Ce n’est pas la maladie qui fait de l’idiot ce qu’il est, mais la dérision. L’idiot inspire une pitié amusée et parfois une certaine réprobation à l’encontre de certains de ses comportements, de ses déclarations (grossièreté, bestialité...). La communauté le tracasse, le fait « tourner fou », mais tend de manière générale à excuser son comportement.

80Erving Goffman développe également cette idée : « Il est très fréquent qu’un groupe ou une communauté étroitement unie offre l’exemple d’un membre qui dévie, par ses actes ou par ses attributs ou par les deux en même temps, et qui, en conséquence, en vient à jouer un rôle particulier, à la fois symbole du groupe et tenant de certaines fonctions bouffonnes, alors même qu’on lui dénie le respect dû aux membres à part entière. De façon caractéristique, un tel individu cesse de jouer le jeu des distances sociales : il aborde et se laisse aborder à volonté. Il représente souvent le foyer d’attention qui soude les autres en un cercle de participants dont il est le centre, mais dont il ne partage pas tout le statut. Il sert au groupe de mascotte, tout en conservant sur certains points les qualifications d’un membre normal. Comme exemples traditionnels, on peut citer l’idiot du village, l’ivrogne du bourg et le clown de la chambrée, ou encore le “gros lard” du dortoir. » (Goffman 1973 : 164) Pour le sociologue américain, l’idiot est un « déviant intégré » qu’il distingue du « déviant rejeté » : le premier, s’il ne se conforme pas aux normes, est relativement intégré à un groupe concret et son inclusion totale, quoique ambiguë, le distingue du « rejeté », qui, tout en étant constamment en relation avec le groupe, lui est étranger. En fait, le « déviant intégré » se distingue des autres déviants en ce qu’il entretient une « relation louche » avec la morale défendue par la moyenne. La déviance des idiots serait « condamnée par les autorités », mais largement « tolérée par les membres de leur communauté ». De ce point de vue, l’idiot s’apparente au bandit d’honneur. Finalement, l’alliance de Pacì Paciana et Gioppino n’a rien de surprenant.

81L’idiot de village, pour Margarita Xanthakou, n’est pas tant un « cas psychopathologique » que « l’agent d’une fonction sociale quasi institutionnalisée » (Xanthakou 1989 : 209). Le groupe installe « l’idiot » dans une conduite stéréotypée qui répond à ses attentes et qui contribue ainsi au maintien d’une « communauté des normaux culturellement intégrée » (Xanthakou 1989 : 209). En raison précisément de son idiosyncrasie culturelle, l’idiot serait amené à exprimer les fantasmes de la communauté culturelle dont il fait partie. Ces mises en scène collectives d’un genre particulier dépendraient largement de la réussite d’un mécanisme psychologique de projection. L’idiot serait ainsi « le bouc émissaire sur lequel la communauté, projette collectivement ses fantasmes surinvestis culturellement » (Xanthakou 1989 : 209). Les membres de la brigade tchi-tchi projettent sur le général Zanga ce qu’ils refusent de reconnaître en eux-mêmes, faisant ainsi de lui le protagoniste d’une « scène fantasmatique » où il représente les angoisses du groupe. Les échanges que j’avais pu saisir au cours du voyage en car mettaient en évidence des éléments que j’aurais pu percevoir implicitement, mais qui, pour la plupart, ne ressortaient jamais dans les entretiens que je pouvais réaliser avec les militants.

82Les militants aiguillonnent le général pour qu’il se lance dans ses allocutions ubuesques. L’autorité militaire qu’il représente est tournée en dérision, ses prétentions érotiques également. À l’image du leader, il est crédité d’un potentiel sexuel hors norme, mais comme c’est un personnage dérisoire, un montagnard, un paysan qui n’a aucune valeur sur le marché matrimonial, il est surtout comique : « Le contraste entre la réalité et l’imaginaire est à la fois ce qui permet d’intégrer en toute impunité l’idiot à sa communauté, dans sa fonction de bouc émissaire fantasmatique, et ce qui en fait un personnage dérisoire, ridicule et donc inoffensif. » (Xanthakou 1989 :228) Le général Zanga focalise les tensions qui agitent le groupe dans son ensemble. Les interactions qui l’engagent révèlent en quelque sorte leur véritable teneur. Rares sont les militants qui reconnaîtront craindre le regard des autres, faire l’objet du mépris des badauds, etc. Plus rares encore sont ceux qui voudront bien admettre la dimension provocatrice de ce type d’expédition, ils ne parlent jamais que de « défense du territoire », quand bien même ce sont eux qui se montrent agressifs. Seul Zanga peut évoquer – toujours sur le mode du jeu – la folie extrémiste de la brigade tchi-tchi. Il fait l’idiot des idiots, les persuadant ainsi qu’ils ne le sont pas.

83C’est le rire qui permet aux acteurs de prendre de la distance par rapport à ce qui se joue dans le car. C’est la dérision qui empêche les tchitchi de voir qu’ils participent directement à cette mise en scène qui reflète en réalité leurs propres angoisses. Par leurs moqueries, ils condamnent indirectement ce qu’ils s’apprêtent eux-mêmes à faire en s’engouffrant dans les rues de Reggio Emilia. Le Général dédramatise l’opération au profit du groupe ; on comprend mieux pourquoi les cadres tiennent à ce que Zanga soit présent lorsqu’ils lancent ce type d’expédition.

  • 10 Le fanatisme des militants est assez mal vécu par leur entourage. Ainsi, les parents de Danilo ont (...)

84Le priapisme que les militants prêtent au Général reflète des préoccupations moins directement politiques, mais tout aussi centrales : les déséquilibres du marché matrimonial mettent en péril les communautés montagnardes. Les montagnards ne peuvent plus former de famille dans leur village d’origine. Dans le Valtaleggio, seulement 3 jeunes hommes sur 138 sont mariés. Les jeunes filles quittent rapidement les villages pour poursuivre leurs études et refusent de reproduire le modèle familial traditionnel, seuls les garçons demeurent dans la vallée ( L’Eco di Bergamo, 21/05/1999). Les montagnards recourent aujourd’hui à des agences matrimoniales qui leur permettent de rencontrer des femmes étrangères, le tourisme sexuel semble lui aussi très développé. Les extracomunitari menacent donc un marché matrimonial en déséquilibre. Les célibataires sont nombreux dans les rangs leghisti, les militants passent pour être « ceux qui n’arrivent pas à trouver de filles ». Interrogé sur son célibat, Erminio Boso répond qu’il n’est pas un « célibataire », mais un « coureur » (Stella 1996 : 46). Les stéréotypes hypothèquent les succès féminins des militants, l’engagement partisan peut même occasionner des divorces. Les cadres partisans prétendent qu’il est difficile pour un militant de s’engager activement si son conjoint ne partage pas ses convictions10.

85C’est le groupe des jeunes leghisti qui provoque la performance du général Zanga. Il a besoin de la stimulation du groupe pour entrer dans son « délire ». Zanga répond aux sollicitations de son public, en jouant devant la communauté les travers qui sont les siens, il fait le clown. L’idiot a un rapport avec le groupe, « il a bien des relations sociales (contrairement au malade mental), mais non véritablement des rapports interpersonnels » (Xanthakou 1989 : 211). Le Général n’a pas d’échanges individualisés avec les membres du groupe, qu’il appelle tous indifféremment « tchi-tchi ». En cela, il s’apparente au tribun totalitaire qui ne s’adresse jamais qu’à des masses. Que les jeunes militants remplacent le nom de Bossi par celui de Zanga dans les chants militants est assez révélateur : « Zanga, notre héros padan... » Cette substitution éclaire d’un jour nouveau la fonction qu’exerce le leader de la Ligue du Nord dans leur imaginaire. Les militants perçoivent très bien les limites de Bossi. Pour eux aussi, c’est un « idiot », sa présence au Conseil des ministres les fait rire. Le chef est le produit de l’effervescence populaire, l’image que les classes subalternes se font du pouvoir. Le chahut engendrerait ainsi des figures outrancières de l’autorité.

86En groupe, on s’amuse des performances de Zanga, mais dans les entretiens, les jeunes militants désapprouvent ce type de comportement. La responsabilité de la scène est rejetée sur « les autres ». Ce dédouanement en privé serait pour Margarita Xanthakou « un indice de l’effort pour construire une défense contre l’effet en retour de la projection par laquelle l’idiot devient un coupable par procuration des fautes réelles ou fantasmatiques de la communauté dans son ensemble » (Xanthakou 1989 : 211).

87Lorsque j’interrogeais les jeunes militants sur le Zanga, ils se montraient généralement assez embarrassés. Interpellé sur la présence de ces originaux dans une manifestation, Lucio me répondit mi-résigné, mi-confus : « J’avais justement peur que tu me poses cette question. Ne me demande pas de te donner une réponse. » Ses compagnons n’ont pas été pas plus loquaces. Danilo a d’abord fait l’ignorant :

Zanga... Je ne le connaissais pas avant, attends... il me semble, oui, avant que nous soyions allés sur le Pô, en septembre de l’année dernière. Mais lui, je ne sais pas si... Il n’est pas très bien cet homme-là, mais il me semble qu’il a fait carrière dans l’armée, ensuite il a dû être écarté... Il faisait sans doute partie de ces mordus de l’armée, et à cause de ça, il a fait une dépression nerveuse. Il avait été conditionné, parce que pour nous parler comme ça de prendre les armes, ce sont des choses vraiment absurdes, non ? C’est sans doute parce qu’il a une vision militaire du monde, à cause de cette expérience... Et puis, il aime se faire remarquer, il fait du spectacle quoi... Lorsque nous sommes allés manifester à Reggio Emilia, beaucoup de jeunes sont venus uniquement parce que Zanga était là. C’est bien, parce que s’il ne venait pas, certains ne feraient même pas le déplacement. S’ils se divertissent, alors ils viennent, c’est comme ça. Ils font deux choses à la fois, ils se divertissent et ils font aussi de la politique.

88Stefania ne se montra pas moins embarrassée lorsque je lui demandais ce qu’elle pensait du fait que la Ligue attirait des personnes un peu étranges comme Zanga : « Euh... Je ne pense pas que ce soit la Ligue en tant que telle, c’est plutôt dû au fait que la Ligue est le mouvement des gens simples. Bon, Zanga, il est sympathique, mais il est assez excentrique, il attire l’attention... » Comme je lui faisais remarquer qu’il prenait ostensiblement la pose lorsque je prenais des photos, elle reconnut : « Oui, il est amusant, mais bon, au niveau politique, il ne vaut rien. » Comme j’insistais en lui faisant noter que Bossi était lui aussi un personnage excentrique, elle s’exclama : « Un personnage et comment ! Des personnes comme Zanga j’en connais, mais ils ne valent rien en politique, ce sont les plus agités dans les manifestations et c’est un phénomène qui me préoccupe. Ils cherchent tous les moyens possibles pour arriver à leurs fins, y compris les plus extrêmes. » Cette incapacité à tenir un discours sur ce qui est quand même central au moment de la manifestation est tout à fait significative.

89Le général Zanga prend sur lui de dire l’extrémisme terroriste de l’action menée. Les membres du groupe se moquent de lui tout en y participant, cette dérision est en réalité une condamnation indirecte de leur propre manière d’agir. En condamnant l’idiot pour ce qu’ils font eux-mêmes, ils déchargent leur conscience d’un poids. Pour Margherita Xanthakou, on peut désamorcer un conflit inconscient en voyant « au-dehors » ce que l’on refuse de reconnaître « au-dedans » de soi-même. L’idiot prend sur lui d’exprimer l’hostilité du groupe à l’égard des allogènes. C’est Zanga l’« idiot », l’« extrémiste », les membres de la communauté projettent sur lui leur propre agressivité. Par leurs moqueries, ils le punissent ensuite pour l’agressivité qu’ils se retiennent eux-mêmes d’exprimer aussi ouvertement. De la même manière, la communauté tourne en dérision les prétentions sexuelles du Général pour mieux s’aveugler sur son propre machisme. Le groupe réalise ainsi en toute impunité la projection de ses pulsions et de ses angoisses (puisque c’est la référence aux normes qui permet la dérision). Le clown, c’est celui qui se punit lui-même, c’est pour cette raison qu’il est éminemment comique.

  • 11 Les comédiens lombards et leurs masques ont nourri l’imaginaire des écrivains français. Le recueil (...)

90A Bergame, la présence de ces originaux prend un sens tout à fait particulier. Daniele Belotti nourrit une véritable passion pour les « stralunati » [litt. hagards. Dans notre contexte, paumés ou égarés] de la ville de Bergame. Un certain nombre de ces personnages divaguent en effet dans les ruelles de la ville haute. Derrière leur présence, il y a toute une tradition littéraire française11, il y a aussi des racines historiques : la république de Venise reléguait ses marginaux aux confins de son territoire, c’est-à-dire dans la province de Bergame, elle y recrutait également ses mercenaires. Le mausolée du plus célèbre d’entre eux, Bartolomeo Colleoni, se trouve dans la ville haute. Daniele Belotti a pour ces « originaux » des attentions de collectionneur. Il me dit les avoir tous « fichés », mentionnant leurs caractéristiques et leurs lubies, dont il m’a donné quelques exemples :

91– le clochard milliardaire dit « piccolessa » [petit quelque chose] qui, avant sa mort voilà maintenant dix ans, sévissait sur la place Garibaldi. Il se débrouillait pour trouver des places de stationnement aux automobilistes et leur demandait « una piccolessa » [un petit quelque chose]. Si ces derniers lui refusaient quelques pièces, il donnait des coups de bâton sur leur voiture. Daniele m’a raconté que lorsqu’il était plus jeune, il avait repéré où dormait le vieux clochard et qu’il allait la nuit avec quelques amis l’embêter ;

92– le peintre « très intelligent, mais quelque peu dérangé », Stefano Caglioni. Ce dernier, bien connu des Bergamasques, sévit dans la ville basse. Daniele Belotti a généré toute une polémique dans la presse locale autour d’un graffiti que l’artiste aurait fait via Baschenis : la ville entendait bien l’effacer, contre l’avis éclairé du conseiller municipal de la Ligue qui appela, au contraire, les institutions culturelles de la ville à reconnaître enfin le talent du peintre en organisant une exposition (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 11/09/2000) ;

93– l’alcoolique qui circule une bouteille à la main et apostrophe les promeneurs dans les ruelles de la ville haute. Lorsque nous rentrions de Bergame, un soir, Daniele Belotti s’arrêta et descendit de sa voiture pour s’assurer que le vieil homme saoul serait capable de retrouver le chemin de son appartement ;

94– le patron de la plus grosse agence de voyages de Bergame qui, le soir venu, se travestit pour faire commerce de ses charmes sur le trottoir même de l’agence où il officie dans la journée ;

95– le Micky , élément notoire de la pègre locale que courtisent les élus bergamasques depuis qu’il est devenu l’animateur vedette de Radio 54, la station la plus écoutée entre Bergame et Brescia. Il est fait mention du « légendaire disc-jockey leghista » dans le livre de Max Ottomani (1992 : 76).

96Daniele Belotti aurait voulu que j’aille interviewer le Micky. Selon lui, j’aurais même pu le faire en direct – la perspective de cette interview radiophonique le réjouissait –, mais elle n’a pu avoir lieu à la veille des élections administratives. Il m’avait en effet interdit d’aller seule interviewer le Micky, sous prétexte qu’il avait déjà été condamné pour viol. J’ai néanmoins suivi dans la presse bergamasque les mésaventures du personnage (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 12/02/1998). Ses démêlés avec la police sont assez cocasses : en perquisitionnant son domicile, on a retrouvé des armes qui avaient semble-t-il été utilisées au cours d’une attaque à main armée (le Micky est lui-même un ancien braqueur). La police le soupçonne d’en louer aux bandits. Peu après son arrestation, il est hospitalisé pour des raisons de santé et, le 27 décembre 1997, il s’évade. Il restera quelque temps en contact téléphonique avec le sénateur de la Ligue Massimo Dolazza, avant de disparaître complètement jusqu’à ce que, le 25 mars 1998, il appelle la rédaction du Nuovo Giornale di Bergamo (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 25/03/1998). On apprend alors que le Micky est au Nicaragua. Il explique aux journalistes qu’il a fui l’Italie de peur d’être tué par la police après son évasion. Il prétend vivre assez chichement et vouloir rentrer à Bergame pour retrouver sa famille et ses auditeurs... J’ai enfin eu l’occasion de le croiser à l’issue du meeting d’Umberto Bossi à Bergame, en juin 1999, alors qu’il rejoignait une magnifique Ferrari rouge. Les journaux locaux semblent mieux disposés à l’égard des représentants de la pègre locale qu’à celui des immigrés.

97Dans la Ligue, ces personnages abondent, inexplicablement : des artistes médiocres et quelque peu « fêlés », des originaux de province, des supporters fanatiques... Ils semblent tous s’être donné rendez-vous au siège de la Ligue – à ce propos, on peut lire les premiers travaux de Martina Avanza sur les artistes de la première biennale d’art padan (Avanza 2001). La Ligue du Nord draine sur les places des villes rouges des personnes généralement tenues en marge des formations politiques. Les membres du groupe sont tous « stigmatisés », et pas seulement parce qu’ils sont leghisti – bien souvent d’autres stigmates se surajoutent. Beaucoup passaient déjà pour des idiots avant de rejoindre la section locale. Cette réalité sociale permet aux cadres de se jouer du simplisme manichéen de leurs adversaires. Ils brouillent les cartes afin que l’on ne sache plus distinguer le bourreau de la victime. Effacer les distinctions entre les différentes catégories victimaires est l’une des techniques utilisées à cet effet. Au printemps 2000, Mario Borghezio créait une association de défense des obèses !

98La Ligue du Nord exploite les contradictions du monde social, celles qui émergent entre les discours et les faits, entre les idéologies et la réalité. Lorsqu’ils sont confrontés à une injustice, les victimes de ces paradoxes répondent par une adhésion tout aussi paradoxale. C’est essentiellement pour cette raison que la Ligue intègre des exclus de tous bords. L’égalité et la démocratie sont mises en péril parce que le leghismo en dénonce les insuffisances et surtout les impostures. Dans les faits il y a des personnes marginalisées pour diverses raisons, et les leghisti font partie de celles-ci. Les véritables « nazis » sont alors les paladins de l’angélisme qui se disent ouverts, mais qui sont néanmoins élitistes. C’est en ce sens que l’on peut interpréter un certain nombre d’inversions leghiste. Les membres de la Ligue sont farouchement égalitaires dans le cadre de leur communauté, mais ils rétablissent des relations hiérarchiques à l’égard des allochtones (Méridionaux et extracomunitari). Ils revendiquent une unanimité communautaire (riche/pauvre), largement illusoire, contre les nouveaux arrivants.

99Daniele Belotti manifeste à l’égard des fous, des originaux et des clochards, des sentiments ambivalents. Il semble éprouver pour eux un mélange de tendresse et d’hostilité. L’un de ses passe-temps favoris consiste à faire « tourner fou » les militants qui sont sous sa coupe en les provoquant de diverses manières. Si Daniele Belotti se moque des « imbéciles » qui affluent au siège, il fait lui-même fonction de bouffon au sein du système politique local. Il est très fier de ses actions subversives, comme beaucoup de leghisti, il pratique la subversion pour la subversion. En cela, il est tout à fait représentatif de la culture leghista. Il met en scène ses déclarations intempestives comme les supporters mettent en scène leur appartenance et dramatisent leurs actions. Ses dramatisations, comme les leurs, tiennent plus de la provocation symbolique que du passage à l’acte. Les autres élus s’accordent d’ailleurs à penser que lui et ses semblables ne sont pas vraiment violents. Les leghisti se contentent de mettre en échec les procédures démocratiques en provoquant leur adversaire politique, en le poussant à la faute et en lui attribuant si possible l’usage d’une procédure irrégulière. Ces « tactiques » révèlent en fait, d’une part, leur totale incompétence en matière juridique et, d’autre part, la paranoïa qui en résulte.

100Si Daniele Belotti peut dire des choses que personne d’autre ne peut exprimer dans un cadre institutionnel, c’est que sa parole n’a pas de valeur. Il est le « bouffon » du système politique local, comme en témoignent les anecdotes rapportées par la presse locale. Lors d’une interview, le directeur du Nuovo Giornale di Bergamo mentionne que le secrétaire est un « pur et dur », un « beau parti », ce qui suscite une réaction d’impatience de la part de l’intéressé, qui s’empresse de préciser qu’il est déjà fiancé.

101Lorsqu’il est arrêté par la Garde des Finances, parce qu’elle lui conteste le droit d’apposer un adhésif figurant le « soleil des Alpes » sur sa plaque minéralogique, il leur offre le calendrier 1999, avec les « Belles » de la Padanie, avant de s’alarmer dans la presse locale : « En cette période de fortes tensions liées aux épisodes de criminalité quotidienne, comment se fait-il que quatre agents de la Garde des Finances ne trouvent rien de mieux à faire que de jouer les policiers municipaux ? » ( Il Nuovo Giornale di Bergamo, 18/01/1999)

102Daniele Belotti se fait remarquer à plusieurs reprises lors des résultats des élections administratives de 1999. Le lundi 14 juin 1999 à 16 heures, il est dans la cour du palais Frizzoni et attend les résultats coiffé d’une casquette américaine parée de cornes d’élan, pour se concilier la chance. Lorsqu’il apprend qu’il a récolté le plus grand nombre de voix dans la province pour les élections européennes de 1999 (11000 voix) – tout le virage Nord du stade, diront les mauvaises langues –, il s’exclame : « 10000 femmes bergamasques folles de moi et 1000 types qui rêvent de m’envoyer à Strasbourg. »

  • 12 Les panettoni sont des pâtisseries que l’on mange traditionnellement à Noël. Pour les Lombards, le (...)

103Dans ses chroniques satiriques, la journaliste Daniela Tiraboschi est particulièrement féroce avec ol Belot’ [le Belotti en bergamasque]. À la veille des élections régionales de mars 2000, les chroniqueurs ironisent sur l’alliance Ligue-Polo et Belotti apparaît dans l’hebdomadaire dans un « bien étrange costume » : déguisé en mage, on le voit sur les murailles de la ville haute traîner un chariot sur lequel sont disposés trois grands paquets étiquetés « Liberté », « Indépendance » et « Autonomie » ; deux panettoni12 emballés dans des cartons aux couleurs de la Padanie sont disposés sur les paquets. Interrogé sur cette nouvelle alliance, le secrétaire des Démocrates de gauche, Antonio Misiani, ne peut s’empêcher de rire en pensant à la tête que fera son homologue de la Ligue au milieu des partisans de Berlusconi et il se demande « pour quel plat de lentilles les leghisti se sont vendus ». Interpellé sur la même question, Daniele Belotti est manifestement embarrassé et cherche à justifier le revirement de la direction :

Nous étions à la croisée des chemins. Ces dernières années nous avons accentué les tirs, nous avons des objectifs et ils sont très clairs, mais c’est le nombre qui nous fait à présent défaut. Et alors ? Il faut se boucher le nez et aller de l’avant. Ce n’est pas une question de survie politique, c’est une question de pragmatisme, si nous voulons obtenir ce qui vraiment nous tient à coeur, nous devons nous allier.( Bergamosette, 28/01/2000)

104Cette fonction locale très particulière permet même à Daniele Belotti d’avoir sa rubrique à lui dans l’hebdomadaire de gauche La Voce di Bergamo : « Le Padan ». La gauche italienne n’en a sans doute pas tout à fait fini avec les mea culpa qui ont caractérisé ces années de transition. Le contraste entre le secrétaire des DS et celui de la Ligue du Nord est tout à fait frappant : ils étaient ensemble à l’école primaire, le premier, fils de la bonne bourgeoisie citadine, a poursuivi ses études, il est sorti diplômé de la Bocconi (la plus prestigieuse école de commerce d’Italie), tandis que le second s’est contenté d’un diplôme de ragioniere ([comptable], considéré en Italie comme le diplôme de « monsieur Tout-le-monde »). L’indulgence relative que manifeste le premier pour les « pieds de nez » du second prend alors tout son sens. Pour Antonio Misiani, Belotti est « fou comme un cheval fou », et la perspective de se retrouver dans l’opposition avec lui ne lui déplaisait pas, jusqu’à ce que Bossi en décide autrement en retournant à Rome avec Berlusconi. Ils sont tous deux entrés en politique à la fin des années 1980, dans l’enthousiasme que suscita l’ouverture du système politique italien, avec l’idée que l’on pourrait enfin changer les choses en Italie. Le secrétaire des Démocrates de gauche est résolument postcommuniste. Pour la journaliste Donatella Tiraboschi, il est « la falce e il cervello » [la faucille et le cerveau]. À Bergame, seuls les communistes de Rifondazione tiennent un discours ouvertement anti-leghista. Les Démocrates de gauche seraient bien embarrassés pour le faire, car ils ont fait alliance avec la Ligue, contre le sentiment de leur base électorale, lors des élections administratives de 1995 et de 1999.

105Dans les propos de Daniele Belotti, il est difficile de faire la part entre conviction et provocation. Sa foi nationaliste est-elle sincère ou non ? Sans doute croit-il en l’existence d’une « Nordnazione » pour reprendre l’expression de Bossi. Lorsque l’on milite comme lui depuis le lycée, il est difficile de ne pas s’en convaincre. Au cours des mois d’enquête, Daniele Belotti s’est mis à douter d’Umberto Bossi : la prise de position controversée sur la guerre du Kosovo, qui a entraîné en avril 1999 leur exclusion du groupe parlementaire « Liberté européenne », qui regroupait les principales formations autonomistes européennes, lui a paru bien maladroite ; la dérive cléricale du mouvement ne lui a suggéré que des sarcasmes et la réalliance avec Silvio Berlusconi en décembre 2000 l’a rendu plus amer et moqueur qu’il ne l’était déjà. Malgré tous ces revirements, il semble vouloir y croire encore, arguant du fait qu’il ne s’agit là que de « mouvements stratégiques » ; mais il démissionne de son poste de secrétaire provincial après les élections administratives de 1999 et au lendemain de l’alliance avec Berlusconi, il se présente aux élections régionales de 2000, où il est élu sans difficulté. Ce passage de l’organisation politique à la charge institutionnelle sera considéré comme une trahison par beaucoup de militants du siège de Bergame. Bien des élus de la Ligue n’ont pas supporté le virage pris par Umberto Bossi en 1999. L’ancien sénateur Franco Tabladini prend la plume après son expulsion pour raconter comment les dirigeants du mouvement ont sabordé sous ses yeux le parti en soutenant Milosevic et en injuriant le pape, avant de le vendre à Silvio Berlusconi (Tabladini 2003).

106Le secrétaire de la Ligue du Nord est un Bergamasque surréel – un masque –, sa fonction l’a pour ainsi dire emprisonné. Il a parfaitement intégré les techniques de communication leghiste et il les met en œuvre de manière beaucoup plus fine que beaucoup de représentants locaux de la Ligue du Nord. Ses adversaires politiques lui reconnaissent un talent certain, mais négligent généralement le « danger ricanant » qu’il figure. Belotti a conscience d’incarner un type régional, un nouveau Gioppino. Il lit volontiers des ouvrages sur la commedia dell’arte et s’en inspire. Le duc de la place de Pontida s’est même publiquement élevé contre l’usage propagandiste qu’il faisait des traditions populaires bergamasques. Interrogé sur cet aspect de la communication leghista, le directeur de L’Eco di Bergamo reconnaît les talents d’acteur du secrétaire provincial :

Belotti en est le meilleur interprète. C’est vraiment un homme divertissant, oui... Seulement la politique devrait être autre chose. Je dois bien reconnaître qu’il est capable politiquement parlant, il est très capable, très rusé, mais je crois qu’aujourd’hui les gens ont besoin de sérieux et d’attention, il faut qu’il dépasse ces aspects un peu folkloriques, et puis ça ne sert plus à rien maintenant, c’était nécessaire pour abattre ce qui restait de l’ancien système, mais aujourd’hui, ces acteurs-là sont un peu dépassés. En ce sens, la Ligue a perdu sa bataille, elle a trop joué au lieu de faire les choses sérieusement... (Entretien 2/01/1999)

107Le « bouc émissaire fantasmatique » prend sur lui de dire la transgression sur un mode comique pour soulager la conscience du groupe. Le leghista viendrait rompre le silence de l’angélisme ambiant. C’est précisément pour cette raison que le groupe le fait passer pour fou. Si l’on prend la peine d’écouter les leghisti, ils ne disent pas autre chose. Le « bouc émissaire fantasmatique » est potentiellement un transgresseur, un « bouc émissaire au second degré » pour reprendre le terme utilisé par René Girard, c’est-à-dire une « espèce de démon à culpabilité renforcée » qui prend sur lui d’actualiser la transgression pour le bien du groupe (Girard 1982 : 121). Si le « bouc émissaire fantasmatique » représente, sur l’injonction du groupe, un certain nombre de tensions, le « bouc émissaire au second degré » prend sur lui de dénouer ces tensions en accomplissant, toujours sur l’injonction du groupe, un acte que ses membres jugeraient répréhensible si on les interrogeait individuellement. Le personnage chargé d’actualiser la transgression est tout aussi stéréotypé que sa victime, car ils sont tous deux les acteurs d’un drame sacré.

Notes

1 « Les Italiens sont de braves gens ». Ils se représentent volontiers comme avenants, ouverts et chaleureux. Ils ne pourraient donc être racistes.

2 Mario Borghezio (né à Turin en 1947), avocat et membre de la Ligue du Nord : il a été conseiller communal à Turin, puis député de 1992 à 2004, brièvement sous-secrétaire à la Justice dans le premier gouvernement Berlusconi et, depuis 2004, eurodéputé (35 000 voix). Avant de rejoindre la Ligue du Nord, il a milité dans le mouvement de la droite extraparlementaire Jeune Europe (fondé par Jean Thiriart). Il a été impliqué (sans jamais avoir été condamné) dans l’assassinat d’un magistrat turinois dans les années 1970. Il participe régulièrement aux rencontres internationales de l’extrême droite et demeure l’un des politiciens italiens les plus contestés. En 1993, il a été condamné pour avoir frappé un enfant marocain, en 2005, pour avoir mis le feu aux matelas d’immigrés qui dormaient sous un pont à Turin. Il s’est fait de nouveau remarquer pour avoir répandu, dans un train, un désinfectant sur les sièges de prostituées nigériennes (la scène a été filmée par les protagonistes et diffusée par la télévision italienne). Mario Borghezio a lui-même été plusieurs fois agressé par les Autonomes.

3 Les « petites patries » désignent les communautés citadines. La Ligue du Nord doit cette expression à Pier Paolo Pasolini (cf. E. Siciliano, « Pasolini e la Piccola Patria », La Repubblica, le 29/05/1997). Après la Seconde Guerre mondiale et avant qu’il ne rejoigne le PCI, le poète était proche du parti autonomiste frioulan.

4 Le 6 septembre 2001, Il Corriere della Sera faisait état de ces « raids » qui frappent les industriels du Nord-Est. La plupart d’entre eux disposent d’une villa à proximité de leur usine, aux abords de l’autoroute des Préalpes. Les bandits, d’origine slave ou albanaise (mais bénéficiant d’appuis locaux), prennent en otage les propriétaires et les menacent, le plus souvent avec des poignards et des tournevis, jusqu’à ce qu’ils les conduisent au coffre. En ce début du mois de septembre, il y a eu trois attaques en deux nuits dans la Bergamasca. Les bandits ont même joué à la roulette russe avec l’un des industriels qui, pour son malheur, tenait caché un Smith et Wesson sous son oreiller. Les journalistes mentionnent qu’en une semaine, il y a eu en tout onze cambriolages de ce type en Lombardie et en Vénétie.

5 «  Milanizzazione » : litt. « milanisation », de Milan, substitut de « marocchinizzazione ». La mixité ethnique étant plus importante dans la capitale lombarde, cette nouvelle réalité sociale effraye les provinciaux qui s’y rendent occasionnellement pour leur travail, leur achats, etc. Elle tend aujourd’hui à s’étendre à toutes les provinces de la périphérie milanaise.

6 Le mot « brigade » évoque bien sûr les « brigades de la mort » fascistes, les « brigades rouges » communistes mais également les « brigades » de supporters, qui reprennent volontiers ce terme menaçant. Le Général s’adresse à tous les jeunes militants bergamasques en les appelant « tchi-tchi », ce qui ne veut absolument rien dire, ni en Italien, ni en dialecte. Il faudrait traduire ce terme par les mots français « machin » ou « truc ».

7 Les ultras italiens seraient, selon Christian Bromberger, les « chantres les plus expressifs de cette guerre ritualisée » qui se joue dans chaque rencontre sportive (p. 270).

8 La ville de Brescia est la rivale de Bergame. Les murs de la province sont recouverts de graffitis«  Bresa süni » [Brescians cochons]. Cette rivalité, ancrée dans l’histoire, ne s’exprime pas uniquement dans les stades : dans les commissions, les colloques, les bergamasques comparent sans cesse leurs résultats économiques à ceux de la province voisine. Le matin de la rencontre sportive Bergame-Brescia du 28 mars 1999, un match opposa les élus des deux communes lombardes. La rencontre, censée attirer l’attention des Bergamasques sur leurs élus, ne mobilisa que quelques journalistes locaux qui cherchaient à obtenir des « tuyaux » sur les stratégies des uns et des autres à l’approche des élections administratives. A l’issue du match, Daniele Belotti se dirigea vers les douches en criant à son homologue des DS resté sur la touche « Vieni, ci tocchiamo tutti ! » [Viens, nous nous tripotons tous !], avant de disparaître dans les vestiaires en se félicitant de l’absence du président de l’Arcigay.

9 Selon ces deux chercheurs, la Ligue du Nord serait en train de perdre du terrain dans les stades de la péninsule. À Bergame même, il semble que les brigate neroazzure (proches de l’extrême gauche) soient plus importantes que les groupes ultras philo-leghisti. Depuis quelques années, Daniele Belotti s’efforce de reprendre en main le virage nord du stade de Bergame.

10 Le fanatisme des militants est assez mal vécu par leur entourage. Ainsi, les parents de Danilo ont, semble-t-il, du mal à accepter qu’il ait suspendu un drapeau de la Padanie à la fenêtre de sa chambre.

11 Les comédiens lombards et leurs masques ont nourri l’imaginaire des écrivains français. Le recueil de poèmes de Paul Verlaine, Fêtes Galantes, évoque les « lunatiques » de la ville haute de Bergame. L’ensemble de ces écrits a contribué en retour à l’élaboration de stéréotypes (cf. Castoldi, 1997, L’Altra Bergamo, Bergamo, Lubrina).

12 Les panettoni sont des pâtisseries que l’on mange traditionnellement à Noël. Pour les Lombards, les panettoni ce sont également des choses exagérément gonflées.

Table des illustrations

Légende « Si vous nous aviez écoutés... [suivent les noms des Italiens assassinés par des extracomunitari] ceux-ci et beaucoup d’autres seraient toujours parmi nous. Soutiens-nous dans la lutte contre la criminalité et l’immigration sauvage. » Le texte et l’iconographie apparentent ce tract aux menaces mafieuses. Au verso, les rédacteurs rappellent que les délinquants extracomunitari sont en liberté, tandis que les honorables « citoyens » sont assignés à résidence par les autorités judiciaires pour avoir refusé de se soumettre aux lois italiennes qui oppriment « les honnêtes citoyens ». L’indulgence pour la criminalité autochtone (en col blanc) et, au contraire, la « tolérance zéro » pour les petits délinquants extracomunitari s’affichent ici clairement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Tract de la campagne référendaire lancée par Bossi contre l’immigration, en 1999.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende « Belotti, emmène-nous en Europe ». Le candidat de la Ligue du Nord reprend un slogan de coupe d’Europe, assimilant les élections à une compétition sportive.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 823k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540