Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idiotie en politique

 | 
Lynda Dematteo

Chapitre III. Les bouffons au pouvoir

Texte intégral

1La classe dirigeante de la Ligue du Nord contraste radicalement avec la classe politique démocrate-chrétienne qu’elle a remplacée dans les institutions bergamasques. La culture politique de cette province est en effet marquée par le centrisme, l’œcuménisme et l’action catholique. La colère qui porta les électeurs lombards à élire des personnes étrangères à l’univers institutionnel, parfois même des idiots de village comme cela advint dans certaines vallées, a considérablement affecté le niveau culturel des élus locaux, générant en retour de nombreux problèmes administratifs. L’expérience administrative de la Ligue était compromise d’emblée, car comment une force politique qui a bâti son succès électoral sur la transgression peut-elle s’institutionnaliser ? Le leader n’a pas su gérer ce passage, il a fait le vide sans permettre à une nouvelle classe dirigeante d’émerger de la crise.

BRISER LE « CERCLE VICIEUX DE L’ARROGANCE »

2À la suite du premier entretien qu’il a bien voulu m’accorder, le secrétaire provincial m’a laissé l’usage de la bibliothèque des Jeunes Padans. Je disposais là d’une parfaite excuse pour venir quotidiennement au siège, ce que j’ai fait pendant presque un an. Outre les ouvrages de sciences politiques consacrés à la Ligue du Nord, je pouvais y consulter quotidiennement la presse locale et la presse partisane, établir des contacts avec les militants et les élus des diverses circonscriptions de la province. Je me suis donc installée au siège du parti devenu un lieu d’étude, un lieu de rendez-vous, mais surtout un lieu d’observation privilégié. Avec les semaines, ma présence est devenue familière et la vigilance de mes interlocuteurs s’est relâchée. Les repas pris en commun, les plaisanteries échangées allaient accélérer mon intégration. L’idéologie professée ne semblait pas empêcher une certaine ouverture d’esprit et une indéniable curiosité pour mon travail. Si certains militants regardaient d’un oeil soupçonneux ma présence (à l’image de Bossi, ils vivaient dans la crainte de l’infiltration), ce n’est qu’à deux reprises seulement que mon accent étranger (mal identifié) a suscité des réactions de rejet presque aussitôt corrigées.

3Deux éléments ont sans aucun doute facilité mon insertion : la jeunesse des permanents et le caractère décontracté de la sociabilité partisane. Si le secrétaire a 30 ans, ses collaborateurs, Cristiano (responsable des relations avec les collectivités locales), Carolina (secrétaire de circonscription), Lorenza (secrétaire) et Lucio (coordinateurs des Jeunes Padans) ont entre 18 et 27 ans. Les membres du secrétariat de Bergame mettent quotidiennement en pratique l’idéologie que le leader incarne pour ainsi dire physiquement en abandonnant tout formalisme professionnel. Ils répètent volontiers comme pour vous inciter à adopter le même comportement : « Dans la Ligue, personne ne se prend au sérieux. » Les élus qui refusent de se plier à cette règle le paient de leur siège électoral. Le militant de base est plus précieux pour l’organisation que les « professeurs à la petite cravate ». Dans ses discours, le leader relate volontiers ses propres expéditions nocturnes : il veut que « sa » Ligue reste un parti de « colleurs d’affiches » ; et de fait, dans l’enceinte du secrétariat, l’arrogance est proscrite. Seuls quelques députés dérogent à la règle. Ces derniers constituent en effet un groupe à part au sein de la Ligue, car ils sont généralement titulaires d’une maîtrise, le plus souvent en droit. C’est pour cette raison que Daniele Belotti s’en méfie. Il est convaincu qu’ils respirent à Rome un air qui les corrompt. Pour avoir leurs coordonnées, j’ai dû insister, il ne voulait pas que je leur parle. Les journalistes bergamasques dressent, en effet, un portrait peu flatteur des députés de la Ligue du Nord : souvent absents du Parlement, ils sont peu actifs et se révèlent, en somme, de bien piètres représentants (Bergamo Sette, n° 15, 23/04/1999).

4L’atmosphère du siège de la Ligue du Nord contraste avec celle plus « bureaucratique » du siège des Démocrates de gauche. Les permanents de Bergame n’imaginent pas travailler pour un autre parti ne serait-ce que pour cette raison. Daniele Belotti met volontiers en avant cet aspect :

L’atmosphère est détendue ici, il n’y a que des gens simples, il n’y a pas de minets comme dans Forza Italia ou des personnages malintentionnés comme dans les partis politiques d’autrefois, il n’y a pas non plus de gens qui jouent à qui est le plus savant, comme à gauche, tout ça ne me plaît pas. Ici, il n’y a que des gens normaux ; et ce qui me plaît dans la Ligue, c’est l’enthousiasme, c’est la force de l’idéal. Les gens se donnent à fond, ils passent tous leurs dimanches autour des stands pour recueillir des signatures, ils sacrifient leur temps libre, parfois même leurs nuits. Ils font le tour de la ville pour coller des affiches ou distribuer des tracts. Ils travaillent toujours bénévolement, et même à leurs frais. Ils montent les gazebo dans la boue à Pontida, ils prennent des vacances pour organiser les fêtes l’été. Jusqu’à ce jour, aucun parti n’avait mobilisé les gens à ce point, pas même les communistes de Rifondazione. Seule la Ligue du Nord a ce ressort, parce que notre projet est différent. Les autres courent après les fauteuils, comme Forza Italia, ils veulent prendre le pouvoir, et c’est tout. Le problème pour nous, ce n’est pas de gagner un fauteuil ici ou là, nous, nous voulons construire un nouvel État, notre État. Le concept de liberté fait se bouger beaucoup de monde. Si je devais quitter la Ligue, je n’irais pas dans un autre parti. La seule chose qui m’intéresse, c’est la liberté de la Padanie.

5À la même question, Carolina – jolie blonde platine – fait une réponse semblable :

Ce qui m’a plu dans la Ligue, c’est l’ambiance, la chaleur humaine que j’y ai trouvée. Je me suis mise à fréquenter des gens que je n’avais jamais fréquentés jusqu’alors. J’étais au Lycée classique et je fréquentais des garçons plutôt intellos, tous engagés dans des groupes de gauche. Dans la Ligue, j’ai rencontré des gens simples, il y avait bien sûr des gens cultivés, mais il y avait tellement de gens simples et ils m’ont beaucoup apporté. J’étais alors convaincue de faire quelque chose pour l’intérêt de tous et je me suis sentie capable de sacrifier mon temps pour ça, de sacrifier le temps consacré à la famille et même au travail. Plusieurs fois je me suis demandé pourquoi je sacrifiais ainsi mon temps libre : je devais aller dans les réunions, je devais assumer des responsabilités, mais si je le faisais aussi volontiers, c’est que j’ai toujours eu des rapports d’amitié avec les autres personnes du mouvement.

6Lucio, le plus jeune, a pour sa part choisi un parti « blasphématoire ». La volonté de choquer, d’offenser n’est pas absente dans l’acte d’adhésion. On peut voir des « W BOSSI » [vive Bossi] sur les murs, à côté des obscénités que les plus jeunes ont coutume de tracer au marqueur. Umberto Bossi brise en effet tout ce que leurs aînés considéraient comme les caractéristiques les plus élémentaires de la légitimité sociale et politique. Les jeunes sont les premiers à plébisciter ce langage qui traduit leur hostilité à l’encontre du monde adulte.

7L’« entre-soi » leghista concrétise une sphère limitée de signification qui préfigure, en quelque sorte, cette Padanie que les militants appellent de leurs vœux. Lorsque l’on pousse la porte du siège de la Ligue, on sort de la quotidienneté bergamasque, on est confronté à un style cognitif différent, que traduit l’usage réitéré du mot « simple ». Les valeurs en usage s’opposent au « culte de l’apparence » qui prévaut à l’extérieur. Les militants abandonnent tout faux-semblant pour expérimenter une forme de spontanéité spécifique. Les permanents, le secrétaire provincial en tête, ne se comportent pas tout à fait comme on devrait se comporter dans une organisation partisane. Personne ne cherche à faire impression, les individus présents agissent comme s’ils se connaissaient intimement sous tous les rapports. La tenue, les gestes, le langage, tout concourt à créer cette ambiance décontractée : les prénoms, quel que soit le statut de ceux qui les portent, sont immanquablement précédés d’un article (le Daniele, la Carolina...). Cet usage dénote aussi bien le provincialisme des locuteurs que la familiarité des échanges qu’ils entretiennent entre eux.

8Les journalistes prétendent que les bars des villages du Nord sont les plus grosses sections de la Ligue du Nord. Il est indéniable qu’il y a une continuité de ton entre le bar et la section. Ces « lieux de repli » populaires que sont les bars, pour Pierre Bourdieu, seraient particulièrement propices à l’élaboration de la contre-culture (Bourdieu 1983 : 103). La Ligue a fait des « lieux de repli » les points de diffusion de son idéologie. Les déclarations à l’emporte-pièce des têtes de liste de la Ligue rappellent certaines brèves de comptoirs.

9L’ensemble des comportements familiers que j’ai pu observer dans les sections de la Ligue contraste avec le formalisme pompeux qui distingue l’univers institutionnel italien. La sociabilité informelle que l’on expérimente dans les sections s’avère considérablement apaisante et corrige en partie la hiérarchie culturelle que sous-tend l’idéologie leghista, mais il ne faut pas se laisser abuser par cette liberté de ton : les « lieux de repli » ne sont pas nécessairement idylliques, car ce ne sont pas seulement des lieux où l’on adopte un comportement relâché, mais aussi des endroits où tout ce que l’on dissimule par correction (intolérance, hostilité, frustration...) trouve une voie d’expression politique, socialement définie, et donc en partie acceptable. Le mouvement canalise ainsi des ressentiments personnels (difficultés économiques, conjugales...) avant de structurer des revendications.

10Les sections sont des espaces où les lois du paraître sont abolies. Ils s’apparentent à ce qu’Erving Goffman définit comme la « coulisse », c’est-à-dire l’envers de la représentation sociale (Goffman 1973 : 125). La Ligue prend le contre-pied de ce que nous serions en droit d’attendre de nos représentants. Leurs performances mettent en évidence ce que les hommes politiques s’efforcent le plus souvent de dissimuler sans jamais y parvenir complètement (cynisme, suffisance, mensonge). En se comportant de la sorte, les dirigeants de la Ligue prouvent qu’ils méprisent aussi bien leurs électeurs que leurs homologues des autres formations. Lorsque j’enquêtais dans le milieu d’interconnaissance leghista, je nourrissais le fantasme que dans une « région postérieure » qui leur serait propre, les leghisti cesseraient de faire les leghisti. Lorsqu’il rentre chez lui pour se reposer, Umberto Bossi abandonne-t-il son vieux gilet pour un costume de bonne facture milanaise ? Les libertés que l’on prend dans l’espace de la « coulisse » entretiennent donc une relation spéculaire avec les règles de bienséance qui prévalent dans la « région antérieure ». En Italie, l’individu qui exprime des sentiments racistes passe pour « impoli », pour quelqu’un de « mal éduqué »... Dans la Ligue, au contraire, c’est celui qui reproche aux autres leur intolérance qui est « mal éduqué » : lorsque je manifestais de l’impatience devant des propos xénophobes, on me reprochait mon incorrection. Le parti permet ainsi à ses adhérents de compenser les situations de domination qui sont celles de la vie quotidienne.

11Dans cet univers informel, les nouveaux venus s’intègrent aisément ; ils s’habituent bientôt à vivre dans ce « cocon régressif » qui compense les vexations dont ils peuvent faire l’objet par ailleurs. En comparaison, le monde extérieur semble effectivement hostile. Lorsqu’il partage leur quotidien, l’enquêteur finit par avoir le sentiment – étrange – que le vrai « racisme » est à l’extérieur de la Ligue. D’ailleurs, le véritable fascisme, pour les militants, c’est le regard élitiste que la gauche italienne porte sur leur mouvement. Peut-on, en effet, imaginer qu’un parti fasciste accueille en son sein des idiots, des demi-fous, des obèses édentés, des homosexuels et des personnes qui portent à l’évidence les stigmates de leurs origines sociales ? Les militants n’ont rien de commun avec les beaux enfants blonds qui font la couverture de l’hebdomadaire Il Sole delle Alpi. Le contraste entre réalité sociale et discours partisan a tout lieu de surprendre. Lorsque l’on effectue ce passage d’une sphère à une autre, on en vient à se demander si le leghismo n’est pas lui-même le contre-produit d’un fascisme rampant qui s’exprime derrière le « culte de l’apparence » et la « course à la performance » (économique, sexuelle, etc.), et dont les premières victimes sont certainement les militants de la Ligue. Mais en même temps, ils n’ont qu’un désir : participer de cette réussite lombarde qu’incarne pour ainsi dire physiquement Silvio Berlusconi. Birgetta Orfali a montré que l’appartenance contradictoire à un groupe antonymique, ce qu’elle nomme l’« adhésion paradoxale », permet de renégocier une identité dépréciée au sein d’un espace social donné (Orfali 1997 : 1969-1991). Mais au-delà de l’aspect proprement identitaire, cette adhésion est aussi une manière de répondre à la disjonction entre les vœux pieux des formations progressistes et la permanence des discriminations factuelles. L’écart qui existe entre les discours et les faits engendre ces réactions aussi désespérées que ridicules, comme en témoigne l’adhésion de certains gays à la Ligue du Nord (cf. encadré Les gays padans).

12Le siège de la Ligue du Nord n’est pas seulement un « lieu de repli » qui permettrait aux militants d’échapper aux contraintes du milieu environnant, c’est aussi un lieu où les adhérents expérimentent une forme de sociabilité subversive qu’ils cherchent ensuite à étendre à tout l’univers institutionnel. Des comportements qui étaient jusque-là tenus pour socialement dégradants passent désormais pour des actes de rébellion. Dans la Ligue du Nord, tout le cérémoniel qui entoure l’homme politique est aboli : Daniele Belotti roule en scooter, hurle dans les salles de conseil, rote à table... En investissant la sphère institutionnelle, les dirigeants de la Ligue déconsidèrent l’ensemble de l’appareillage symbolique de la représentation politique. La fonction politique est désacralisée, l’aptitude à représenter tournée en dérision et le politique substantiellement redimensionné. La puissance subversive de l’idiotie ne doit pas être négligée : en adoptant des comportements décalés, les élus de la Ligue mettent à l’épreuve la tolérance des autres représentants, repoussent, sans en avoir l’air, les limites des conventions institutionnelles et tournent en dérision ceux qui les snobent. C’est avec un malin plaisir qu’ils mettent en échec les règles démocratiques aux dépens de ceux qui s’en font les défenseurs, car leurs provocations ne font jamais qu’éclairer par contraste les règles informelles de notre système de représentation. Ils prennent ainsi une revanche symbolique sur un ordre qu’ils récusent.

LES GAYS PADANS
Le secrétaire provincial de Bergame s’efforce parfois de convaincre ses interlocuteurs que le mouvement qu’il incarne localement est anti-raciste en mentionnant l’existence d’une improbable association homosexuelle, LOS Padania (Libre orientation sexuelle en Padanie), qui pourtant existe réellement. Son président, Marcello Schiavon, a rompu avec l’Arcigay de Padoue parce qu’il ne supportait plus le voisinage des militants des Centres sociaux. Il s’est rendu au siège de la Ligue pour s’inscrire et fonder le groupe gay du mouvement. Aussitôt communiquée à la presse, cette singulière initiative a fait le tour de la péninsule. Cela ressemble en effet à un canular : « La Ligue n’est ni homophobe, ni raciste. Ces mots sont ceux de Marcello Schiavon, 21 ans, barman, leader de l’association Libre orientation sexuelle en Padanie, le mouvement gay qui fait référence au parti d’Umberto Bossi. Né en 1997, le groupe compte 50 inscrits vénètes, frioulans et lombards qui portent les drapeaux celtes dans les manifestations gays qui ont lieu un peu partout en Italie. » Marcello prétend avoir rencontré beaucoup de compréhension dans les rangs du mouvement : « La Ligue parlait de liberté individuelle, de laïcité... » La naissance de cette nouvelle association fut immédiatement saluée par Roberto Maroni. En 1994, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, ce dernier avait déjà reçu une délégation de l’Arcigay pour lui remettre les fiches des homosexuels recensés par les autorités italiennes. Ce geste avait retenu l’attention de Schiavon et motivé après coup son adhésion. Les membres du LOS, qui ont également rejoint le groupe Cay Lib des néo-fascistes, se déclarent proches du courant « Padanie libre et libertaire ». Les déclarations anticléricales du leader ont séduit les adhérents qui s’élèvent contre le « catho-communisme ». Les gays padans ont trouvé dans la Ligue une audience qu’ils n’auraient jamais osé espérer (les numéros de La Padania de 1998 comptent plusieurs articles favorables au mariage gay), mais nous pouvons émettre des doutes sur la sincérité de cette nouvelle croisade lombarde. Umberto Bossi n’a jamais particulièrement apprécié les gays, qui ont, selon lui, un « comportement pathologique » et il s’est érigé en défenseur de la « famille naturelle ». L’éventuelle adoption des directives communautaires en matière de droits des minorités sexuelles est l’occasion d’un scandale. Le conseiller communal de Vérone, Romano Bertozzo, déclare en effet : « S’ils veulent la parité, il faut les castrer pour la tranquillité de tous » [28/08/1995], L’adhésion des gays du LOS à la cause padane est en revanche sincère. Ils attendent beaucoup du fédéralisme : d’après eux, sans le Sud et ses mœurs arriérés, l’union homosexuelle serait reconnue en Padanie comme elle peut l’être dans tous les pays du Nord de l’Europe. Mais les gays padans ne sont pas aussi naïfs que leurs propos le laisseraient supposer : ils savent pertinemment que l’appui politique qu’ils ont reçu entre dans le cadre d’une opération médiatique. L’effet de scandale suscité par cette adhésion paradoxale permet en fait aux uns et aux autres de franchir les barrières qu’élève la presse nationale face à leurs revendications respectives et de corriger les stéréotypes qui affectent les uns et les autres. L’opportunisme des uns égalant celui des autres, c’est l’effet comique suscité par cette association inattendue qui assure la diffusion des messages, au risque de les discréditer !
Entretien avec Marcello Schiavon et carlo Manera (29 avril, 1999).

13La Ligue a pour ainsi dire renversé la logique de sélection des candidats qui prévaut ordinairement à l’intérieur des organisations partisanes. En distinguant, comme elle le fait, les « fous » des « présentables », elle reproduit en son sein, mais de manière tout à fait caricaturale, le tri que les partis traditionnels opèrent entre les éligibles et la masse indistincte de leurs militants, avec cette différence qu’ici, ce sont les seconds qui prévalent sur les premiers. Certes, les « présentables » occupent le siège, à eux donc le prestige de la fonction institutionnelle, mais il leur faut compter avec la présence chahuteuse de quelques « purs et durs » qui, par leurs excès de padanité, colorent les délibérations des conseils communaux qu’ils président, leur rappelant à l’occasion, et toujours vertement, que leur mission est ailleurs, sous le ciel radieux de la Padanie, par exemple. C’est donc sous « surveillance » partisane qu’ils remplissent leurs mandats – surveillance pas toujours très éclairée –, et lorsque la grogne monte dans les rangs des militants, ce sont toujours les élus qui leur sont « livrés en pâture » par la direction du mouvement. C’est ainsi que les « présentables » passent et les « fous » demeurent, leur indéfectible fidélité à la cause et au chef leur assurant finalement une assise politique plus grande que l’expérience administrative acquise par les élus. Ce processus de sélection à rebours a fragilisé considérablement le processus d’institutionnalisation du mouvement, qui a fini par en payer le prix.

14Parfois, tout distingue les « administrateurs » des leghisti tels qu’on les imagine, que ce soit leur image, leur discours, etc. Seule l’étiquette partisane leur confère alors la légitimité aux yeux de l’électorat. Cela fait dire à certains commentateurs que la Ligue du Nord n’est qu’une « boîte vide » : elle « fait » des élus pour mieux s’en débarrasser ensuite (Bergamo Sette, n° 15, 23/04/1999). C’est finalement la haine de la politique politicienne qui détermine les contours de l’organisation interne. Dans les rangs des « purs et durs », la « course au petit fauteuil » est sévèrementcondamnée : si l’un d’entre eux ose briguer un siège, il est immédiatement suspecté de haute trahison. Le vrai sécessionniste refuse en effet toute compromission avec les institutions italiennes, que ce soit dans l’exercice d’une simple fonction élective ou, pire encore, dans la réalisation d’un accord avec les représentants des forces politiques traditionnelles. Ces contacts nécessaires rendent leurs artisans « impurs », car ils sont susceptibles d’avoir été contaminés par l’« italianité du système ». Si les élus se laissent volontiers prendre au jeu du pouvoir, le port de l’écharpe tricolore est infamant pour les « purs et durs ». La présence de la Ligue dans la coalition gouvernementale de Berlusconi, en 1994, a été vécue comme « une perte d’identité » par la base du parti. Dans le pays de toutes les alliances, y compris les plus inattendues, les représentants des forces politiques traditionnelles perçoivent le rejet du compromis (assimilé à de la compromission) comme de « l’idiotie politique », témoignant selon eux de l’incapacité leghista à proposer quoi que ce soit de constructif. Daniele Belotti y voit pour sa part une vertu politique, car l’idiotie n’est pas seulement expression bouffonne de l’hyperautochtonie, elle est également sincérité de l’engagement politique. L’idiot des uns, c’est le « pur et dur » des autres ; c’est celui qui fait du devoir inconditionnel de loyauté le principe de son action politique. On ne lutte pas pour obtenir des sièges dans les institutions italiennes, mais pour l’indépendance de la Padanie. L’élu leghista est avant tout au service d’une cause et c’est devant la communauté de ses compatriotes padans qu’il devra en répondre. Cependant, dans les institutions italiennes, cette position est intenable.

15Cette « simplicité » affichée, revendiquée et plus ou moins mise en pratique, nous la retrouvons également chez les élus locaux. Cesara Bonamici, maire de Bonate Sopra, définit en quelques phrases le portrait type de l’élu leghista : « J’ai fait campagne sur le territoire, au contact des gens qui ont parfaitement compris que nous leur offrions la possibilité concrète de renouer avec les institutions. » Les candidats de la Ligue du Nord tiennent à faire campagne seuls et refusent le principe des « listes civiques » (listes regroupant des apolitiques ou des personnes de tendances différentes), bien que ce ne soit pas toujours possible. Alma Ravasio, maire d’Ambivere, témoigne de cette exigence de clarté politique : « Nous avons fait un choix très clair, nous sommes entrés seuls dans la course, au risque de perdre, mais si nous avions été défaits, nous l’aurions été dans la clarté. C’est l’un des points forts de la Ligue, la clarté, avec le caractère concret de notre action. »

16Comme Ivano Locatelli, les maires de la Ligue se montrent également soucieux des attentes de leurs concitoyens : « Nous avons lancé très tôt la campagne, nous l’avons préparée avec une action de marketing : nous avons réalisé un sondage pour savoir quelles étaient les attentes de la population. Les habitants sont de plus en plus sensibles au cadre de vie ; il faut mener une action au niveau local et donc maintenir plus d’argent sur le territoire. » La sécurité fait bien entendu partie de cet ensemble de nouveaux enjeux qui mobilisent les électeurs lors des consultations locales. Ivano Locatelli, lui aussi, fait du centralisme le principal obstacle au bon fonctionnement de la Commune : « Aujourd’hui, nous devons faire avec les lois de Rome, et c’est malheureusement toujours la capitale qui décide pour n’importe quelle chose. » De l’image, il n’a que faire : « Les maires qui jurent en dialecte ? Peu importe la forme, c’est le fond qui compte. » En militant pour l’élection au suffrage direct des maires et des présidents de province (loi n° 81/1993), la Ligue du Nord a contribué à cette évolution démocratique, mais cette « volonté de proximité » est malheureusement l’apanage exclusif des élus locaux.

  • 1 Notons au passage la contradiction : la commémoration des journées de Milan, événement majeur du p (...)

17Les maires de la Ligue du Nord sont également tenus de signifier par diverses initiatives (à l’occasion burlesques) leur appartenance à une entité nationale différente. La direction partisane les y engage en diffusant par fax les trouvailles des uns et des autres sur tout le territoire de la Padanie. Le maire de Seriate s’est distingué à plusieurs reprises par son zèle indépendantiste. Le 29 mars 1998, il a ouvert le conseil communal au son du Va’Pensiero de Verdi pour commémorer l’anniversaire des Cinq journées de Milan1. Les journalistes locaux commentèrent avec ironie la séance : « Celui qui était allé assister au conseil pour voir une authentique confrontation, un véritable échange de provocations verbales entre la majorité leghista et l’opposition, n’a pas été déçu. Le secrétaire provincial de la Ligue du Nord, Daniele Belotti, était lui aussi de la partie. » (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 30 mars 1998) L’échange s’est effectivement envenimé : les membres de l’opposition ont quitté la salle en signe de protestation, avant de revenir à la fin du morceau. Le représentant d’Alliance nationale a proposé d’ouvrir la prochaine session par l’hymne de son propre parti ; tandis que le conseiller de Rifondazione communista faisait remarquer aux membres de la majorité qu’ils n’étaient pas dans leur siège partisan et qu’ils devaient témoigner plus de respect aux membres de l’opposition.

18Les leghisti voudraient faire des communes conquises autant de communes padanes « libérées ». Les maires du parti sont surnommés « bourgmestres » par la direction. Ils tiennent à marquer leur différence ; ils n’ont pas adhéré à l’ANCI, l’association des maires italiens, ils ont créé leur propre structure : l’Association des autonomies leghiste. Leurs mots d’ordre sont : honnêteté, transparence, efficacité, disponibilité. Le secrétaire Belotti définit le rôle du maire de la Ligue en mettant en valeur non seulement son travail administratif mais également son engagement politique :

Son rôle est différent de celui d’un maire normal. La Ligue est un mouvement qui veut obtenir un changement profond, c’est un mouvement qui est né pour apporter un renouvellement (...) Nos maires sont là pour résoudre les problèmes quotidiens des personnes, mais le maire de la Ligue doit également tout faire pour changer le système, même si Rome lui lie les mains. Le pouvoir dépend de l’argent que l’on a à sa disposition, sans argent, les meilleures intentions du monde ne suffisent pas et les capacités d’action de nos maires resteront limitées. (Réunion publique de Dalmine, 2/06/1999)

19La solution proposée, c’est le fédéralisme fiscal. La Ligue veut maintenir l’argent public sur le territoire afin de subventionner indirectement les entreprises locales soumises à rude épreuve par la concurrence.

20Les élus de la Ligue du Nord inversent également le rapport de hiérarchie entre le centre et la périphérie. Pour eux, devenir député n’est pas la panacée. Là encore, ils mettent en avant la simplicité mais, en réalité, ils craignent de devoir aller à Rome. Daniele Belotti aurait déjà pu être élu député : « J’aurais pu être l’un des parlementaires les plus jeunes d’Italie. La direction m’a demandé si je voulais me présenter en 1994, mais après y avoir réfléchi un peu, j’ai refusé, car je ne pensais pas être à la hauteur. Avec le système majoritaire, le candidat est identifié au mouvement qu’il représente, et je ne voulais pas donner une mauvaise image de la Ligue, c’est pour cette raison que j’ai refusé, et finalement, j’étais très content de Γ avoir fait. » Afficher sa simplicité est encore une manière d’affirmer son nordisme : à Bergame, l’arrogance doublée d’incompétence apparaît comme l’apanage des méridionaux.

21Le secrétaire provincial prétend que la Ligue a mis un terme à cette situation à l’échelle nationale : « Nous avons fait baisser la tête à tous ces dirigeants méridionaux qui, pendant des années, nous ont traités avec condescendance. » Dans les institutions locales, le secrétaire communal (souvent d’origine méridionale) a focalisé l’hostilité. Les leghisti voient en lui le représentant de Rome, l’agent de « l’administration coloniale de Rome » (sic !). Ils n’ont cessé de dénoncer son incompétence et sont finalement parvenus à modifier le statut juridique de cette figure institutionnelle. Aujourd’hui, les maires peuvent sélectionner leur secrétaire (loi Bassanini bis, 1997, art. 51-53). Cette réforme, présentée comme une victoire sur le centralisme et l’inefficacité administrative de Rome, laisse cependant planer quelques doutes sur l’objectif visé : si les maires peuvent choisir leur secrétaire, ils peuvent également s’entendre pour passer sous silence certaines irrégularités juridiques, comptables, etc. Le motif réel de cette réforme, c’est peut-être tout simplement le refus de se voir contrôlé...

22Pour Enzo Galizzi, conseiller provincial, « la seule note positive que l’administrateur de la Ligue ait apportée dans le panorama politique (ce n’est pas entièrement de sa faute), c’est un changement de mentalité ». Pour le reste, les élus de la Ligue du Nord sont « comme tous les autres ». Selon lui, il ne peut en être autrement, car « tant que les règles seront faites par un État centraliste, l’État de Rome », l’administrateur leghista devra s’y conformer au détriment « des siens ». Les Bergamasques sont « habitués à l’efficacité et aux choses concrètes », la sphère institutionnelle leur semble effectivement « hostile ». Galizzi s’insurge essentiellement contre la longueur des délais institutionnels : « Lorsque tu veux faire quelque chose, entre le moment où tu en as l’idée et le moment où tu la réalises effectivement, il peut s’être écoulé cinq ans, il se peut même que ce soit l’administration suivante qui récolte les bénéfices de ton initiative. » Finalement, « l’unique chose que l’administrateur de la Ligue peut apporter, c’est ce vent nouveau, cet optimisme, cette grande honnêteté en contraste avec les administrations précédentes ».

23Les élus de la Ligue du Nord bénéficient d’un a priori positif, mais leur inexpérience administrative remet en cause l’efficacité (lombarde) qu’ils revendiquent : « Avec les règles qu’il y a maintenant, ils ne parviennent pas à démontrer qu’ils sont les meilleurs. » Contrairement aux autres élus leghisti, Enzo Galizzi conteste l’action administrative de la Ligue, puisque les maires doivent respecter des règlements que leur parti prétend combattre. Pour lui, tant que l’État italien sera centraliste, l’administrateur leghista restera impuissant, car il devra toujours se soumettre « aux règles qui ont été édictées par [son] ennemi ». Cette justification renvoie la réalisation effective de la révolution leghista à l’indépendance de la Padanie. Cette condamnation sans appel de la sphère institutionnelle permet aux leghisti de se témoigner un respect mutuel ; ils compensent ainsi la perte de dignité qui résulte de leur inexpérience administrative et du mépris de leurs homologues des autres formations. Enzo Gallizi a ainsi délibérément « fait le choix de la politique » contre le travail administratif. Daniele Belotti est le cancre chahuteur du conseil communal de Bergame. Pendant les sessions, il ne tient pas en place, il prétend s’ennuyer comme il s’ennuyait au lycée et fait des allers et retours incessants entre son siège et le banc des journalistes, pour échanger des blagues avec les rédactrices.

  • 2 Entretien du 28/01/1999.

24Lorsqu’ils ont conquis le pouvoir dans la Bergamasca, les membres de la Ligue du Nord étaient très méfiants à l’égard de l’univers institutionnel. La vice-secrétaire communale de Seriate (cité de 19 000 habitants en périphérie de Bergame) se fait l’écho de cette situation initiale2 : « Ils étaient totalement étrangers à l’univers institutionnel, au départ, la difficulté ce fut de leur expliquer comment il fallait opérer pour être en conformité avec la loi. Beaucoup venaient du privé, où tout se règle plus rapidement et de façon différente, et ils devaient s’adapter. Dans l’administration, tout est plus lent, il y a des contraintes bureaucratiques qui, d’un côté, garantissent la transparence de l’activité mais, de l’autre, ralentissent considérablement la procédure. Ce fut la première difficulté mais, après quatre ans, ce n’est plus vraiment un problème. » Ce type de difficulté persiste cependant lorsqu’il est question de l’immigration clandestine : « Je n’ai pas subi de pressions, et puis ce n’est pas à moi de juger l’orientation politique de l’administration, seulement, la Ligue essaye de liquider la question des clandestins par des méthodes... Parfois même en forçant les instruments législatifs, mais ils ne peuvent pas prendre de telles libertés avec la loi italienne, c’est alors que j’interviens, pour veiller à ce qu’ils ne commettent pas d’actes illégitimes sinon ils en porteraient la responsabilité, de ce point de vue ma fonction n’est pas toujours très confortable. » Interrogée sur l’hostilité que les leghisti nourrissent à l’égard des secrétaires communaux (méridionaux), la vice-secrétaire de Seriate se récrie, elle est bergamasque, et cette interprétation lui semble totalement erronée : « Les leghisti expriment de l’hostilité à l’égard de cette fonction, car c’est pour eux l’émanation de l’État, mais le secrétaire communal a une fonction tout à fait déterminante dans une commune, c’est lui l’expert juridique, il est vrai cependant que certains secrétaires se sont mal comportés, d’où ces discours. » En effet, certains d’entre eux ont pu se laisser corrompre... Le maire de Seriate a dû faire face à de grosses difficultés financières, car la précédente municipalité avait une double comptabilité. Si certains élus leghisti remplissent leur mandat de manière scrupuleuse, d’autres, plus opportunistes, ont profité de la vague leghista, pour servir leur propre cause. L’intransigeance des uns et la fourberie des autres ont parfois conduit les équipes municipales à l’implosion. Dans la Bergamasca, il n’est pas rare que les sessions municipales tournent au pugilat.

  • 3 Les « comitati d’affari » sont des conseils municipaux composés d’entrepreneurs liés entre eux par (...)

25Le cas de la municipalité de Sorisole est édifiant (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 24/03/1998). La coalition leghista « Courage et Honnêteté » de cette petite ville s’est dissoute six mois avant les élections administratives de juin 1999 : les quatre conseillers leghisti et les quatre conseillers catholiques indépendants ont démissionné. La commune a donc été mise sous tutelle administrative, jusqu’à ce que de nouvelles élections aient lieu en novembre. Dans la presse, le maire et ses adjoints s’accusent mutuellement d’être des antidémocrates. Les accusations croisées créent une confusion telle qu’il est aisé d’imaginer le désarroi des habitants. À supposer qu’ils s’intéressent encore à ce qui agite la municipalité, il est devenu impossible de trancher le litige tant les faits ont été embrouillés par les protagonistes. La logique des intérêts privés transparaît néanmoins dans les pages des journaux. Le conflit a éclaté à l’issue de la session consacrée à l’approbation du plan d’urbanisme. Cette session a duré onze heures. Le leader de la majorité leghista l’a ouverte en lançant des attaques contre le maire leghista. L’assesseur à la construction a fait intervenir deux personnalités politiques étrangères aux débats. Le maire avait déjà fait savoir que des personnes étrangères au conseil participeraient à l’élaboration du plan d’urbanisme. Le maire ne dira pas que son conseil ressemblait à s’y méprendre aux anciens comitati d’affari3 que son parti prétendait combattre.

26En théorie, la Ligue du Nord devrait barrer la route aux affairistes, mais on a parfois le sentiment que les leghisti ne sont pas tous aussi « purs et durs » qu’ils voudraient bien le faire croire à leur électorat. La Ligue du Nord a attiré à elle de petits affairistes frustrés de voir les marchés publics leur échapper ; et, comme le parti est toujours en quête de suffrages, ses dirigeants se montrent assez peu regardants sur les plans d’urbanisme. Les élus lombards avaient auparavant convenu de limiter la « bétonisation » de la région. Les élus leghisti se montrent au contraire plus arrangeants. Sur toutes ces affaires, les élus bergamasques (quelle que soit leur couleur politique) sont très discrets, car c’est la culture institutionnelle de la province qui est en cause : ils le savent et tiennent à le dissimuler aux observateurs étrangers.

27Finalement, les jeunes maires de la Ligue du Nord essayent, malgré leur inexpérience, de répondre aux demandes de leurs concitoyens. S’ils ne sont pas tout à fait les « bourgmestres » que promettait le mouvement, ils affrontent les problèmes quotidiens en espérant une profonde réforme institutionnelle. Sans pour autant remettre en cause la sincérité des jeunes élus locaux, il y a une part de comédie dans ces démonstrations de simplicité. Ce relâchement est essentiellement artificiel, c’est un sous-produit de l’idéologie leghista. Les élus, et plus encore les « purs et durs », doivent en effet produire l’illusion de la spontanéité. Avec le succès électoral, le mouvement a gagné en légitimité, et des personnes plus qualifiées se sont alors rapprochées de l’organisation, suscitant parfois l’irritation des anciens membres. L’élévation du niveau de formation des élus n’est pas venu remettre en cause ce discours sur la spontanéité, qui est devenu, au contraire, un exercice obligé pour les derniers arrivés. Les élus de la Ligue ont essentiellement introduit une « révolution formelle », car leur bilan administratif est déplorable. Entre 1995 et 1999, ils auraient eu les moyens de mettre en œuvre la politique de leur parti dans la province de Bergame, ils détenaient en effet tous les leviers du pouvoir local. Or, ils n’ont rien produit que l’histoire locale retiendra, si ce n’est de faire afficher le nom des localités en dialecte à l’entrée des villes. Ils n’ont pas su initier les grands projets d’infrastructure que réclamaient les industriels et, en 1999, les électeurs bergamasques ont préféré un ancien démocrate-chrétien au président de la province sortant. Lorsque j’enquêtais là-bas, les différents acteurs politiques me citaient toujours en exemple le député maire de Caravaggio et le jeune maire d’Ardesio, et ce n’est sans doute pas un hasard si le secrétaire provincial m’enjoignit de prendre contact avec ces deux élus pour réaliser des entretiens. Quelle conclusion devons-nous en tirer, si ce n’est que deux élus reconnus pour leurs compétences administratives par leurs pairs, à l’échelle d’une province de 950 000 habitants, constituent un résultat bien médiocre ?

28La révolution formelle des leghisti a néanmoins fait des émules dans les autres formations partisanes italiennes. La transparence et le rapport direct avec le citoyen sont devenus des mots d’ordre pour tous les élus bergamasques. En 1999, le maire de Brignano Gera D’Adda, membre de Forza Italia, réunissait le conseil communal dans un bar (Il Nuovo Giornale di Bergamo, 8/02/2000). Cette initiative d’inspiration leghista met surtout en évidence le profond désintérêt des habitants pour la gestion publique : « On ne peut pas dire que nos concitoyens se sentent très impliqués dans la vie administrative. Mais le maire de Brignano ne se laisse pas abattre (...) Il ne s’agit pas d’une réunion informelle, mais d’un véritable conseil (présentation du bilan triannuel de la commune), avec à l’ordre du jour toute une série de questions importantes pour la cité. Les personnes présentes finiront peut-être par trouver la discussion intéressante. Le seul à s’inquiéter quelque peu, c’est le propriétaire du bar : le maire lui a promis qu’il vendra des consommations, mais il s’interroge : et si le désamour pour la vie publique faisait fuir les clients au lieu de remplir son établissement ? » Mais l’innovation ne s’arrête pas là : lors du conseil communal suivant, qui se déroule cette fois dans la salle prévue à cet effet, un système informatique permet au public de consulter tous les chiffres relatifs à la gestion des fonds publics.

29La Ligue du Nord renforce la rétorsion idéologique par une rétorsion stylistique qui affecte les codes habituels de la représentation. En permettant à des personnes étrangères aux principaux groupes de pouvoir – les « bons salons », comme on les appelle à Bergame – de pénétrer la sphère institutionnelle, elle a sanctionné l’arrogance et les abus des élites traditionnelles, discréditées par les révélations de l’opération « Mains propres ». Des hommes politiques, des entrepreneurs, des membres du clergé bergamasque ont dû rendre compte de leurs actes devant la justice italienne. La condescendance qu’ils manifestaient à l’égard de la population, des montagnards en particulier, est alors apparue intolérable. Comment les élites pouvaient-elles prétendre faire respecter des règles qu’elles-mêmes enfreignaient en toute impunité ? La réaction des classes subalternes prit alors la forme rituelle du carnaval.

30L’anthropologue Victor Turner pense que toute société humaine peut être ramenée à deux modèles sociaux opposés (Turner 1990 : 171) : le premier est « celui d’un système de positions institutionnelles différenciées, culturellement structuré, segmenté, et souvent hiérarchique », le second est « un tout indifférencié, homogène, dans lequel les individus sont confrontés les uns aux autres intégralement, et non pas segmentarisés dans des statuts et des rôles » que l’anthropologue appelle « communitas. » Dans notre vie sociale, nous nous efforçons de concilier les valeurs de ces deux modèles sociaux. Mais, il arrive que les abus de pouvoir remettent en cause les valeurs de la « communitas ». C’est généralement les catégories les plus faibles qui s’efforcent alors de rééquilibrer les parts respectives des deux modèles sociaux. En sanctionnant l’arrogance des puissants, le carnaval remplit périodiquement cette fonction : « Les rituels d’inversion, qu’ils aient lieu à des moments stratégiques du cycle annuel ou qu’ils soient engendrés par des désastres que l’on s’imagine être le résultat de graves péchés collectifs, sont considérés comme ramenant la structure sociale et la communitas dans une relation réciproque convenable. » (Turner 1990 : 171) De fait, il est impossible de comprendre le phénomène politique que constitue l’arrivée improbable de tous ces néophytes, aussi volontaires que malhabiles, dans les mairies de la Bergamasca, sans prendre en compte le passé institutionnel de la province, ses valeurs et ses tensions.

31L’intolérance rageuse que manifeste régulièrement Daniele Belotti à l’égard des manifestations d’arrogance témoigne également de cette volonté de rappeler aux élites le sens des réalités : « Je suis allergique à Rome, j’ai vu trop de gens changer, je ne sais pas quelle atmosphère il y a là-bas. Trop de gens se sont monté la tête et ont perdu cette simplicité qui était le propre de la Ligue. Les personnes intelligentes restent comme elles sont, parce que le jour où tu n’es plus parlementaire, tu perds tous les privilèges, et c’est dur si tu t’es monté la tête, tout s’écroule. Au contraire, si tu as su rester simple, le traumatisme du passage est plus léger. La Ligue me plaît parce que ce que j’ai toujours détesté tient en une phrase : “Let sa chi sono io ?” [Savez-vous qui je suis ?] Les personnes importantes disent : “Lei sa chi sono io ?” Moi, quand j’entends ce genre de phrase, je deviens nerveux. Je ne les supporte pas, mais je dois bien reconnaître que, malheureusement, même dans la Ligue, on en est arrivé dire ce genre de chose. Lorsque je disais que j’admirais les gens simples, je parlais des militants, pas des dirigeants, car il ne faut pas oublier que personne, vraiment personne dans la Ligue, ne doit son poste à son seul mérite, excepté un seul : Bossi. » En effet, dans la Ligue, on ne se fait pas élire grâce à son nom, mais grâce au sigle partisan, c’est-à-dire, en dernière instance, grâce à Bossi.

32La formule italienne « Lei sa chi sono io ? » nous renvoie à l’analyse magistrale que Roberto Da Matta fait de la même sentence dans sa version brésilienne (Da Matta 1983 : chap. IV). Cette formule rituelle, autoritaire, remet chacun à sa place. Elle a pour effet de transformer l’inconnu qui l’emploie en personne.

33La première caractéristique que l’anthropologue mentionne est « le caractère dissimulé et latent de l’utilisation (et de l’apprentissage) de cette formule » (Da Matta 1983 :170). C’est inavoué parce qu’inavouable. Dans nos cultures, en effet, ce qui relève de l’« inclusif » est mis en avant tandis que ce qui relève de l’« exclusif » est tu. Toute mauvaise foi mise à part, chacun de nous est en mesure de reconnaître que, si nous rejetons le préjugé racial, nous nous révélons tous « racistes » dans des situations particulières. Le racisme de l’intelligence n’est pas moins condamnable que les envolées anti-méridionales des militants de la Ligue.

34La seconde caractéristique qu’il dégage est l’aspect conflictuel de ce rituel dans une société soucieuse de la hiérarchie sociale et hostile aux conflits (Da Matta 1983 : 178). L’usage de ce type de formule réintroduit de la distance dans les situations d’anonymat propres aux sociétés démocratiques. Ceux qui y recourent s’estiment au-dessus des lois. L’emploi de cette formule distingue l’éthique clientéliste. Pendant le carnaval, l’anthropologue brésilien affirme que personne n’a le droit de recourir à cette formule. La sphère relationnelle leghista est à la périphérie de la société bergamasque, c’est un lieu où prolifèrent les « demi-fous », où la hiérarchie sociale perd de sa validité, où les valeurs de la communauté sont transgressées. Le contraste est radical lorsque l’on tient compte des barrières sociales élevées par l’argent et l’esprit puritain de la ville. Plus qu’une « manifestation », le carnaval est, pour Roberto Da Matta, un « lieu », le plus souvent périphérique, où les règles sociales sont suspendues quand elle ne sont pas subverties (Da Matta 1983 : chap. III).

  • 4 Le « buonismo » est « l’attitude de celui qui, en politique, défend l’idée qu’il faut dialoguer av (...)

35L’inversion n’est pas l’élimination de la hiérarchie, mais sa recombinaison dans la cadre d’une expérience contrôlée et souvent strictement circonscrite dans le temps et dans l’espace. La sphère leghista prend à contre-pied les valeurs sociales du « catho-communisme ». Les cadres de l’organisation partisane s’élèvent sans cesse contre le « buonismo4 » des élites traditionnelles, qui leur semble hypocrite. Comme Daniele Belotti, ils mettent sans cesse en avant leur indéfectible franchise : « Nous, nous ne sommes pas des hypocrites, c’est notre caractéristique première, nous disons les choses telles qu’elles sont et telles que les envisage la majeure partie des gens. » La constance de ce motif dans leurs discours est tout à fait significative.

36Ils répondent de manière contradictoire aux contradictions sociales. Le totalitarisme – comme le racisme –, dans l’analyse qu’en donne Louis Dumont, est un moyen perverti de résoudre les conflits entre une idéologie égalitaire et un monde en réalité très inégal et fragmenté. Le préjugé racial serait une perversion de l’égalitarisme, une manière de résoudre l’insurmontable contradiction entre l’égalité juridique et l’inégalité de fait. Lorsque la distinction juridique disparaît, elle est substantialisée et l’on s’oriente vers le préjugé racial (Dumont 1983 : 175).

37L’univers leghista est ouverture, potentialité, égalité : ce ne sont pas les fils de la bourgeoisie bergamasque qui militent dans la Ligue du Nord, mais les fils d’ouvriers ; ce ne sont pas les citadins, mais les montagnards. Cette concomitance entre égalitarisme et racisme est au premier abord surprenante, mais les leghisti ne font jamais que répondre à une contradiction par une autre contradiction, dénonçant ainsi la première. Cette inversion ne remet cependant pas fondamentalement en cause la structure sociale, elle met surtout en évidence la faiblesse de la culture de l’alternance dans les provinces blanches.

LA FOLKLORISATION DE L’EXPRESSION POLITIQUE

38La Ligue du Nord a tout d’abord marqué la distance avec les formations partisanes classiques en détruisant les canons du langage politique, ce que l’on appelle en Italie le politichese. Sur cette rupture, Daniele Belotti ne tarit pas : « Nous, nous sommes un mouvement de rupture, nous avons introduit en politique un langage nouveau, ce langage c’est celui du peuple, nous parlons d’une manière très simple et parfois très forte, c’est une autre façon de faire de la politique. » Les Italiens étaient habitués à entendre les politiciens parler avec des accents méridionaux un langage dont seuls les initiés pouvaient saisir toutes les subtilités. Le langage à la fois simple et direct de Bossi créa tout de suite de la sympathie au Nord : « Les gens en ont plein les c... de se faire rouler avec les mêmes deux cents mots qui constituent tout le langage politique. » (Ottomani 1992 : 36) Le leader de la Ligue du Nord est peut-être vulgaire, mais il a l’indéniable mérite de se faire comprendre. Il a désintégré le langage des hommes de la première République.

39Cette révolution sémantique concerne aussi bien les contenus que les supports des messages politiques. Alors même que la médiatisation télévisuelle se développe, le leader de la Ligue lombarde revient à des techniques de communication « archaïques » (graffitis, affiches, slogans simples et directs) et, là encore, il fait d’un handicap un atout, car ces supports « pauvres » renforceront sa crédibilité auprès de l’électorat populaire :

En contraste avec la tradition opulente de la nomenklatura (qui a aujourd’hui sombré avec Tangentopoli), en contraste avec le conformisme et l’opportunisme des médias, je me suis rendu compte que mes journaux, mes télévisions, mes messages pouvaient trouver tout l’espace nécessaire sur les murs d’Italie. Un slogan, une affiche de quelques mots (mais les mots peuvent devenir lourds de sens) valent mille fois plus qu’un discours politichese bien fourbi, mais hypocrite. D’ailleurs, les graffitis ne sont pas seulement le témoignage d’une antique culture, ce sont surtout des clés pour interpréter les secrets. Les graffitis ont pour fonction de lier entre eux les abysses troglodytes du pithécanthrope erectus avec l’astronaute. C’est pourquoi, moi, j’ai un immense respect pour les colleurs d’affiches, ces pionniers de la Ligue qui, dans les moments durs et difficiles des débuts, portèrent, grâce à ces mots tracés, ces affiches que je rédigeais directement, la voix de la Ligue, pas seulement dans le Nord, mais dans toute l’Italie. (Bianchi et Iacopini 1994 : VI)

40Cette rupture est étroitement liée aux revendications linguistiques de la formation autonomiste. Durant les premières années (1982-1989), le dialecte lombard était le principal enjeu des revendications de la Ligue lombarde, qui diffusait des slogans du type « Föra i terùn » [Dehors les culs-terreux], « Quel che ghem, ghem, i alter a ca’soa » [Ceux que nous avons, nous les gardons, les autres peuvent rester chez eux], « Al triculur ca vuruma no » [Le tricolore dont nous ne voulons pas], etc. L’usage que les premiers élus de la Ligue firent du dialecte leur permit d’acquérir une certaine visibilité politique dans l’univers institutionnel. Luigi Moretti, le premier député européen du mouvement, déclara en 1989 qu’il parlerait le bergamasque à Strasbourg. Dans l’Italie que projette Bossi, il y a autant de peuples que de dialectes, mais en réalité, seules les provinces périphériques en perpétuent l’usage.

41Ces revendications linguistiques ont été rapidement abandonnées, car elles suscitaient plus de rires que de craintes. Le modèle catalan se révélant inapplicable en Lombardie, Bossi met alors un terme à ce qu’il appelle la « phase ethnique ». Lors du premier « Congress Najonnal » de la Ligue lombarde (Segrate 8, 10/12/1989) il déclare : « Mais quelle langue voulez-vous que l’on parle ? L’Italien naturellement. Sur cette histoire du dialecte nous avons réfléchi. Et nous sommes arrivés à la conclusion qu’il vaut mieux laisser tomber... La Padanie n’a pas produit de langue commune comme la Catalogne. Et alors, il ne nous reste plus que l’italien, cette langue n’est pas à jeter... » (Sarrubi 1995 : 26) Mais, il a déjà saisi tout le bénéfice qu’il peut tirer de la « publicité négative » que lui fait son langage fleuri. Il évoque alors une « seconde langue » informelle, élaborée dans différents contextes périphériques, un langage qui soit à la fois innovateur et distinctif. Cette nouvelle formule se révèle payante : Bossi scandalise l’Italie, et les jeunes Lombards adoptent ses modes d’expression avant d’adopter ses idées.

42Les militants de la Ligue cultivent la trivialité comme ils cultivent la simplicité. Leurs pratiques linguistiques s’accordent avec les excès de langage du leader. Les permanents du siège de Bergame émaillent volontiers leurs discours d’expressions dialectales qui se réduisent bien souvent au registre le plus bas, car, comme la plupart des jeunes citadins, ils sont incapables de s’exprimer couramment en bergamasque. Enzo Gallizzi, pourtant originaire de la Val Brembana, en éprouve de l’amertume :

Malheureusement, depuis que je suis tout petit, on m’a contraint à parler uniquement l’italien. C’est pour moi une grande tristesse. J’ai honte de ne pouvoir m’exprimer dans ma propre langue. Mais déjà ma mère, quand elle était petite, n’avait pas le droit de parler le dialecte à la maison. Mon père au contraire le parlait, et il le parlait bien. Pour ma part, je le comprends et j’essaye autant que je le peux de m’exprimer en bergamasque, mais j’ai beaucoup de lacunes. Quand tu ne parles pas le dialecte, on ne te regarde pas de la même manière. Quand j’étais petit, j’étais mal vu par mes camarades parce que je ne parlais pas le bergamasque, ils me regardaient comme quelqu’un d’un peu fier, mais ils ne comprenaient pas que, pour moi, c’était loin d’être valorisant, bien au contraire.

43Carolina exprime le même regret, bien qu’elle semble avoir rattrapé ses lacunes depuis qu’elle travaille au siège de Bergame :

Malheureusement non, je ne le parle pas, depuis que je fréquente le secrétariat provincial, je parviens à le comprendre. Mon père le connaît très bien, il le parle, mais comme ma mère est toscane, nous avons toujours parlé l’italien à la maison, et puis nous avons toujours vécu dans des régions différentes, mais je le comprends et j’utilise quelques expressions colorées à l’occasion. Je ne suis pas vraiment une experte, mais ça me plaît d’apprendre de nouvelles expressions. Si tu travailles ici, tu dois l’apprendre sinon tu ne comprends rien, c’est vraiment utile, et lorsque tu es perpétuellement en contact avec les secrétaires de section des vallées, tu dois également te familiariser avec les différents accents.

  • 5 Les Italiens utilisent fréquemment comme intercalate [interjections] des termes vulgaires désignan (...)

44Dans ces conditions, il s’agit avant tout de donner une coloration bergamasque à ses propos et ce sont les gros mots qui y pourvoient. Si le très italien « cazzo » n’est pas absent des échanges, les gros mots bergamasque fonctionnent comme de véritables emblèmes identitaires. C’est « potà5 » qui ponctue le plus fréquemment le phrasé masculin. Les jurons bergamasques sont également très prisés. Le secrétaire provincial salue souvent ses correspondants (quel que soit leur statut) d’un « ù figu » [le con] avant de se lancer dans des développements exubérants. Cette expression est particulièrement vulgaire : les femmes n’y ont jamais recours et l’on se retient de l’employer devant elles. Les gros mots bergamasques sont généralement perçus comme plus vulgaires que les gros mots italiens. Les blasphèmes bergamasques permettaient aux hommes d’affirmer leur virilité et leur insoumission au clergé. L’Église a d’ailleurs contribué dans une large mesure à déconsidérer le dialecte, et cet ancien interdit nourrit encore aujourd’hui l’anticléricalisme des militants. Ces transgressions linguistiques ne sont pas tant dirigées contre ceux qui se soumettent aux règles que contre la domination elle-même. Les « purs et durs » n’ont que faire des normes linguistiques italiennes, par leur langage, ils affirment à la fois leur indépendance d’esprit et leur supériorité nordiste. Ils ne sauraient se soumettre aux règles de la grammaire sans s’humilier devant les « terroni ».

45L’usage du dialecte est étroitement lié au culte de l’« entre-soi » communautaire. Dans l’esprit des bergamasques, l’usage du dialecte est une forme d’autodéfense, c’est un moyen d’établir une connivence entre Bergamasques, en excluant les étrangers, et entre hommes, en excluant les femmes. Certains groupes montagnards ont élaboré des dialectes qui n’étaient parlés que par les hommes. Cette volonté de marquer une frontière à travers certaines pratiques linguistiques est très ancienne dans les Alpes italiennes. Il s’avère impossible d’intégrer un groupe quand on n’en parle pas le dialecte. L’usage de l’italien est perçu comme une obligation : dans les classes subalternes, on l’apprend à l’école, mais on utilise de nouveau le dialecte sur les lieux de travail, au point d’oublier parfois l’italien.

46Stefania [étudiante, 20 ans], coordinatrice des Giovani Padani de Cologno Al Serio, s’exprime en faveur de l’enseignement du dialecte, car professionnellement c’est utile : « Il faut parler anglais pour travailler à l’étranger, mais il faut parler bergamasque pour travailler dans la Bergamasca. » [19/03/2000] C’est au sein du groupe de pairs qu’on apprend à parler le dialecte, souvent contre l’avis des parents, qui ne se privent pourtant pas de le parler devant leurs enfants. Il y a sur ce point une indéniable hypocrisie : tout le monde le parle, mais tout le monde se défend de le parler. Stefania ne remet pas en cause l’interdit parental : « Il faut parler correctement italien pour les examens. » L’usage du dialecte ne lui semble pas pour autant menacé : « Dans les bars autant que dans les oratoires, les jeunes parlent le bergamasque, c’est bien, il faut conserver le bergamasque, c’est important. »

  • 6 Ériger une barrière linguistique afin de limiter l’accès au marché du travail local est une pratiq (...)

47Elle discerne cependant assez bien le problème qui se pose actuellement : « Aujourd’hui, les enfants ont des difficultés parce qu’ils ne savent plus faire la différence entre l’italien et les dialectes, tout simplement parce que les dialectes sont en train de s’italianiser. » Les tentatives de réappropriation de « sa propre langue » sont la conséquence directe de cette dilution progressive. L’ouverture de la province sur le monde extérieur, l’acculturation des plus jeunes et les contacts interculturels mettent en péril les formes traditionnelles de la sociabilité populaire. Le retour au dialecte chez les jeunes travailleurs est sans doute une façon de se protéger de la concurrence professionnelle des immigrés. C’est une manière d’interdire aux étrangers l’accès au monde du travail et, partant, celui de l’intégration sociale. Les nouveaux venus devront apprendre le dialecte ; et cet apprentissage (comme pour les Méridionaux précédemment) sera au yeux des autochtones le gage de leur bonne volonté6.

48Dans ce contexte, la maîtrise du dialecte bergamasque se révèle être un atout pour les élus locaux. Le prestige dont jouit Daniele Belotti dans l’organisation partisane tient en partie à sa capacité de communiquer tout à fait spontanément avec les montagnards. Le secrétaire provincial des DS envisageait sur le ton de la plaisanterie d’aller faire un stage linguistique dans les vallées, mais il ne plaisantait qu’à moitié, car ce serait sans doute un très bon investissement professionnel. Les classes subalternes, qui utilisent presque exclusivement le dialecte, ont besoin de médiateurs linguistiques qui fassent le lien entre la réalité institutionnelle et la réalité territoriale. Cette fonction de médiation qu’accomplissaient traditionnellement les élus de la DC a probablement été négligée dans les années 1980. La Ligue du Nord a exploité le mécontentement suscité par cet abandon. Le siège local du parti constitue un refuge pour les personnes qui s’estiment incompétentes socialement et linguistiquement : les plus démunis des sympathisants s’adressent aux permanents lorsqu’ils sont confrontés à un problème quelconque. On s’efforce alors de trouver une solution à leurs difficultés, au besoin on les renvoie vers des professionnels proches du mouvement.

49Dans la Ligue, les revendications linguistiques ont essentiellement une fonction symbolique, elles viennent signifier l’altérité qui structure le discours manichéen du parti : Septentrionaux/Méridionaux, gouvernés/gouvernants, simples/fourbes. Depuis les révélations des juges du pool « Mains propres », le langage politicien traditionnel est devenu l’expression de l’entourloupe, et par contraste, celui de Bossi, l’expression de la vérité. À l’oreille de beaucoup d’électeurs septentrionaux, son discours simple, direct et peu respectueux des conventions d’usage – ce qu’Ilvo Diamanti (1996 : 94) nomme très judicieusement « le langage de l’impolitique » – sonne juste. La Ligue du Nord parle le langage d’une Italie industrielle qui n’a pas tout à fait rompu avec la culture paysanne, d’une Italie enrichie, mal dégrossie, mais surtout laborieuse et honnête. En valorisant la spontanéité populaire contre la distinction romaine, la Ligue lombarde entend promouvoir un nouvel ethos. Le dialecte renforce le lien entre les « gens de Lombardie » et marque la rupture avec la langue italienne, identifiée à la fois comme le code officiel de l’étatisme et le « charabia des voleurs ». Pour les classes subalternes des provinces septentrionales, la voix de la moralité a l’accent du Nord.

50Pour les Bergamasques, la nordicisation des discours politiques a une fonction essentielle : elle est le signe tangible d’une purification de la classe politique nationale à partir des vallées des Préalpes. En nordicisant son discours, Bossi prête (sciemment) le flanc à la satire. Le dialecte est à la fois le langage de l’autochtonie (la moins falsifiable) et celui de la folie carnavalesque. Cette double valeur symbolique permet aux membres de la Ligue d’entretenir l’équivoque sur leurs revendications. En réactivant les stéréotypes de la commedia dell’arte, Umberto Bossi désamorce en partie la dimension ethnicisante de ses discours. Dans les publications propagandistes, les termes « folklorique » et « carnavalesque » se substituent aux termes « ethnique » et « raciste ».

51En tentant de légitimer l’usage du dialecte au-delà des situations informelles, c’est-à-dire essentiellement dans un cadre institutionnel, la Ligue se pose comme une force transgressive. La rupture des normes linguistiques dans le champ du politique relativise les relations de pouvoir ordinairement admises : en brisant les codes, on remet en cause la confiance que les acteurs avaient dans la fiabilité du langage, on sape les évidences pour introduire une vision alternative qui, cependant, trouve rapidement des limites.

OBSCÉNITÉS ET VIOLENCES

52Les leghisti cherchent à faire de la grossièreté, qui est par essence l’antivaleur, une valeur tout court. Cette inversion est une manière de faire de nécessité vertu. Cette rébellion linguistique n’est qu’une fausse rébellion car, lorsqu’ils érigent en symboles identitaires les gros mots bergamasques, les militants ne font que valider les stéréotypes qu’ils dénoncent par ailleurs. Les gros mots – parce qu’ils expriment la colère, l’indignation et le mépris, parce qu’ils renvoient au corps et à ses fonctions les plus « basses » –, avilissent leurs utilisateurs plus encore que ceux qu’ils visent. La grossièreté qui caractérisait le paysan italien (celui qui était « mal dégrossi » par la culture) caractérise aujourd’hui les militants de la Ligue. Par un « redoublement paradoxal », qui est l’un des effets de la domination symbolique, ils ne font que réaffirmer à leurs dépens la hiérarchie qui structure socialement le langage. Il est tout à fait significatif que Daniele Belotti salue ses correspondants d’un « ù figu ». Le « con », c’est la non-valeur, le symbole de toutes les impuissances, de toutes les passivités, de toutes les aliénations. C’est face au « con » que le sujet clame une volonté de puissance aliénée et contestée de toutes parts (Guiraud 1975 : 120).

53L’insulte met en évidence l’impuissance du faible contre le fort. La cacophémie populaire – dévalorisation des choses à travers la grossièreté – est connue, ce n’est jamais que l’expression d’une volonté humiliée. Le conseiller provincial Zaverio Pagani prétend qu’il n’est pas toujours facile de travailler avec les leghisti : « Ils ne parlent pas beaucoup, c’est difficile lorsque nous devons préparer quelque chose, éclaircir une question, nous faisons des discours juridiques qui les ennuient, ils nous regardent un peu comme des maîtres d’école, comme des gens qui cherchent à étaler leur savoir. Les leghisti en conseil sont convaincus et ils votent comme un seul homme. Ensuite, ils nous lancent des insultes vraiment pesantes, leurs interventions dégénèrent parfois en agressions verbales. Pris individuellement, ils sont tranquilles, on peut discuter avec eux, mais en conseil, ils deviennent injurieux, j’ignore pourquoi ils m’ont traité de “collaborateur”. Je leur ai expliqué que cela avait un sens bien précis dans l’histoire européenne, ils ne le savaient pas. Il m’ont également traité de “serf de Rome”, moi je ne peux pas accepter ça, je ne suis pas l’esclave de mon parti, mais ce sont des choses qui font partie de leur langage. » (Entretien 1/02/1999) Il m’a été très difficile d’obtenir ce type de témoignage, car les élus qui ont fait l’objet d’attaques similaires préfèrent le plus souvent les passer sous silence.

54Cette agressivité verbale compense le sentiment d’impuissance que les élus de la Ligue expérimentent dans la sphère administrative. Les gros mots ont une indéniable fonction cathartique. Lors des sessions, les élus de la Ligue sont le plus souvent silencieux. Ils refusent ordinairement le débat : leur leader lira une intervention dans la plus stricte optique partisane, à moins qu’il n’organise un chahut en faisant venir dans la salle, des militants qui hurleront leur manière de penser aux élus des autres formations. Faute de pouvoir prouver sa valeur sur le terrain, on cherche une compensation symbolique en provoquant son adversaire, en le tournant en dérision.

55Dialecte et obscénités sont étroitement associés et assument une fonction similaire dans les échanges. La connaissance que les plus jeunes peuvent avoir du dialecte est souvent limitée à ce registre. Les conversations obscènes sont un aspect de la sociabilité leghista. Les plaisanteries obscènes et racistes sont souvent liées, car le féminin vient généralement signifier l’altérité. Ce que je pouvais observer quotidiennement dans les bureaux contredisait bien souvent les propos qui étaient tenus devant le microphone. Les militants condamnaient cette réalité pour mieux s’en détacher. Enzo prétend qu’il ne supporte pas la vulgarité, mais il n’est jamais le dernier à raconter des histoires grivoises. Cette mauvaise foi compromet effectivement la validité empirique des entretiens que l’on peut réaliser dans ce contexte. Dans leurs entrevues, le « fou », l’« imbécile », le « machiste », l’« extrémiste », c’est toujours l’autre. Les plaisanteries sexistes recueillies sont presque exclusivement le fruit de l’observation.

56Dès le premier jour, j’ai dû intégrer cette dimension de la sociabilité leghista en abandonnant toute prétention au respect. On me l’a fait comprendre de manière assez brutale. La représentante du Sin Pa (Syndicat padan) m’a en effet indiqué que toutes les filles de la Ligue devaient s’asseoir sur les genoux du secrétaire provincial ; et, en joignant le geste à la parole, elle s’est installée sur les genoux de Daniele Belotti, m’encourageant à faire de même en riant. J’ai fait plusieurs fois l’objet de plaisanteries à caractère sexuel. L’une des militantes de la Ligue parlait des femmes étrangères en les appelant « les culs » – devant moi, elle parlait des « culs français ». Ces « taquineries » semblaient réjouir l’ensemble des permanents, hommes et femmes, elles « redimensionnaient » ma personne.

57L’abandon momentané de mes considérations morales semblait peu de chose au regard de cette exigence d’absolue modestie. Daniele Belotti m’appelait « dottoressa » avec ironie. Comme tous les autres, j’étais la cible de ses moqueries. Il prenait un malin plaisir à m’expliciter par gestes le sens de certaines expressions, mais lorsque je lui demandais de m’en donner la signification exacte, il faisait celui qui n’avait pas compris ma question. Il cherchait parfois à me faire croire des faits invraisemblables que j’aurais ensuite rapportés dans ma thèse, pour sa plus grande joie. Un après-midi, je le trouvai dans son bureau en train de manger un pot de Nutella à la petite cuillère. Surpris, il m’a lancé : « Tu n’aurais pas un sein pour manger avec mon Nutella ? », provoquant ainsi l’hilarité des militants qui arrivaient derrière moi. Un midi, je le vis manger sa glace sur l’épaule de Carolina, qui se prêtait à la plaisanterie.

  • 7 Ce terme désigne l’Africain et autrefois le Méridional ; le sud de l’Italie est appelé la Marocchi (...)

58À l’heure des pauses, lorsque l’action politique cessait d’être le principal sujet de conversation, il était souvent question de tourisme sexuel. Carolina faisait enrager ses collaborateurs masculins en leur racontant que ses amies allaient faire du tourisme sexuel au Sénégal. Pour Daniele Belotti, la question de la rivalité sexuelle est centrale : il parle volontiers d’un « Marocchino »7 qu’il aurait aidé à trouver un travail et qui l’aurait discrédité en abandonnant la place un mois plus tard. Lorsqu’il en parle, il le surnomme toujours « Mohamed trente centimètres ». Il désigne certains individus en les réduisant à la taille supposée de leur sexe. La puissance virile des hommes noirs l’impressionne au moins autant que celle qu’il prête au leader de la Ligue. Il ne cesse de faire référence aux harders des films pornographiques, à Rocco Siffredi en particulier, et cultive sa réputation d’homme à femmes.

59Dans le parti, il passe pour un obsédé sexuel : « Belotti, il travaille ou il parle de cul ! » Toute cette mise en scène graveleuse contraste avec son physique de séminariste. Lorsqu’il était responsable gadget, il voulait faire fabriquer des préservatifs estampillés d’un soleil des Alpes, mais il m’a ensuite expliqué que c’était impossible, car les préservatifs en question risquaient de se déchirer – il avait néanmoins étudié la question. Un midi, je vis sur le comptoir du hall un slip féminin, avec une cible sur la partie postérieure et cette inscription : « Permis seulement aux Padans ».

60Les leghisti se complaisent dans leur rôle de surmâle. Cet aspect de l’imagerie partisane fait l’objet de plaisanteries répétées. Daniele prétend qu’au début des années 1990, il y a eu dans le mouvement leghista, « comme dans tout mouvement révolutionnaire » (sic !), une phase de « promiscuité sexuelle ». À Milan, lorsque nous étions au siège de la via Bellerio, il se posait en protecteur de « son » anthropologue : « Tu hurles si quelqu’un tente quelque chose, sauf bien sûr si c’est le chef ! » Certains militants, ce n’était pas rare, me disaient de me méfier d’untel ou d’untel. Les leghisti racontent leurs exploits de la nuit précédente en des termes pour le moins explicites. La sous-culture leghista se nourrit de la culture masculine adolescente. Les plus jeunes ne dissimulent pas leur intérêt pour les films pornographiques. Daniele Belotti se vante d’être le seul parmi les militants bergamasques à soutenir les films zoophiles, mais je le soupçonne de m’avoir raconté cela par dérision. Les jeunes femmes du parti se moquent le plus souvent de la vantardise des « purs et durs ». Carolina taquine ses collègues masculins en leur disant que les Romains sont incontestablement plus sexy que les Padans, ce qui a généralement pour effet de provoquer une tempête de protestations dans les bureaux du siège.

61Dans les bars, comme dans les sections, on se vante de ses « succès féminins » plus souvent inventés que réels : l’expression sexiste devient une manière de lutter contre l’infériorité culturelle (qu’elle soit ou non compensée par le capital économique) (Bourdieu 1983 :104). Performances économiques et performances sexuelles sont implicitement liées dans l’esprit des militants. Exaltation de l’éros masculin et activité productive des Bergamasques vont généralement de pair. On fait volontiers le jeu de mot « Bergamasco – bergamaschio » [bergamâle] et, partant, « bergafemmine » [bergafemelle]. On vante « l’intraprendenza bergamasca » [l’esprit d’initiative bergamasque] comme un trait ethnique. Comme Claudio, les militants ne font pas mystère de leur antiféminisme : « Les femmes ont pris la place des hommes, en Italie au moins, c’est comme ça, même dans la vie pratique, je le vois bien, et ça m’ennuie, parce que, moi, je suis un machiste. J’espère que les choses changeront, parce que ce n’est pas normal que les femmes soient plus fortes que les hommes, les choses se sont un peu retournées. » (Mai 1999)

62L’imagerie virile que véhicule la Ligue du Nord séduit au premier et au second degré une part non négligeable de l’électorat italien, qu’il soit masculin ou féminin. Ces démonstrations de machisme cohabitent sans problème avec un discours sur la parité. Le mouvement entend aujourd’hui promouvoir des femmes pour corriger son image. Carolina semble assez désabusée ; interrogée à ce propos, elle répond en riant : « Tu veux parler de la caricature de l’obsédé sexuel ! Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Bon, mon fiancé est leghista depuis 1987, alors oui je peux le dire, et même je le confirme. » Comme je ne m’attendais pas à cette réponse, j’enchaîne tout de suite sur la place des femmes dans le mouvement : « Tu sais, le rôle des femmes en politique est difficile, dans tous les partis et dans la Ligue aussi, il y a cette attitude machiste, moi je le vois, il y a beaucoup de femmes qui votent pour la Ligue, qui militent, mais, aux postes qui comptent, réellement, il n’y en a pas beaucoup. Par exemple, dans la Bergamasca, nous avons une femme députée pour douze hommes, parmi les maires nous avons trois femmes pour quarante hommes, le machisme est une réalité, mais un jour les femmes sauront bien se faire de l’espace à l’intérieur de la Ligue, j’en suis sûre, il y a encore du travail, mais pas uniquement dans notre parti. » Le 13 mai 2001, Carolina Lussana, la petite-nièce d’un podestà fasciste de la Bergamasca, a réussi à se faire de l’espace en étant élue députée avec 51,6 % des suffrages dans le collegio d’Albino (Bassa Valle Seriana), où elle était secrétaire de circonscription (La Padania, 15 mai 2001). Elle a été réélue sans difficulté en avril 2006.

63Dans la Ligue, les femmes ne sont pas moins vulgaires que les hommes. Elles sont souvent provocantes, portent des minijupes et se maquillent outrageusement. À l’issue d’une soirée dans une discothèque organisée par le staff du président de la province, un jeune militant me demanda en riant si je parvenais à faire la distinction entre les militantes de la Ligue et les prostituées. Belotti résolut la question en répondant que les call girls étaient celles qui avaient des « seins qui défiaient la loi de la pesanteur » (c’est-à-dire siliconés). Les femmes qui militent dans la Ligue manifestent leur « féminisme ». Elles ne sont pas de celles qui se laissent marcher sur les pieds et développent un style qui s’apparenterait à celui d’Alessandra Mussolini. La petite-fille du Duce, membre jusqu’en 2003 d’Alliance nationale et aujourd’hui leader du groupuscule d’extrême droit Alternative sociale, s’est distinguée par ses intempérences et ses provocations (en 1983, elle posait pour l’édition italienne de Playboy).

  • 8 Irene Pivetti, née à Milan en 1963, est une ancienne journaliste de Radio A, l’antenne radiophoniq (...)
  • 9 Rosi Mauro, d’origine méridionale, d’où son surnom, est la secrétaire du Sin Pa (Syndicat padan).

64Les provocations sexuelles ont cependant toujours un aspect ludique. Désarçonnée, les premières semaines, par les propos du secrétaire provincial, je prenais la fuite : on ne me voyait plus au siège pendant quelques jours. Mais, aussi déplaisants soient-ils, ces discours ne sauraient être pris au premier degré : si les hommes du mouvement affichent une vie sexuelle intense, on peut légitimement émettre des doutes sur l’existence des nombreuses conquêtes qu’ils s’attribuent. Les provocations dont j’ai pu faire l’objet étaient toujours lancées devant témoin. Elles faisaient pour ainsi dire partie de la communication officielle du secrétaire provincial. Daniele Belotti ne faisait jamais que singer l’agressivité sexuelle du leader. En parodiant le pouvoir, Bossi parodie également la surpuissance sexuelle que l’on prête aux hommes de pouvoir. Les journalistes parlent souvent de Bossi et de son harem : Irene Pivetti8 la « pucelle guerrière », Rosi Mauro9 la « panthère noire »...

65Les plaisanteries sur le supposé « droit de cuissage » des cadres du parti sont récurrentes. Cet aspect de la représentation leghista est lui aussi caricatural : on peut se demander si, là encore, les leghisti ne mettent pas en évidence un certain nombre de pratiques en usage dans l’univers politique. Ces pratiques, que l’on rassemble sous l’expression « harcèlement sexuel », n’appartiennent pas à la sphère de la communication publique, mais à la sphère de la communication clandestine. Il m’a fallu « redimensionner » les propos des autochtones en répondant dans le même registre, ce qui me valut des marques d’encouragement du type : « Ah, c’est bien, tu as enfin compris ! »

66Cette fixation sur les performances sexuelles supposées des uns et des autres n’est pas propre au groupe leghista. L’expression du sexisme suit aujourd’hui des logiques de contournement de l’interdit social : sous couvert de plaisanteries douteuses racontées soit-disant au second degré, il y a un renouveau machiste kitsch qui prend dans le contexte leghista une dimension caricaturale et résolument pesante. À travers ces manifestations, les militants prennent ici une revanche sur la tartufferie de la société bergamasque. Belotti répond lui aussi de manière paradoxale à la « double morale » qui prévaut dans le contexte bergamasque.

67Tout comme le délinquant sexuel est un puritain qui s’ignore, le leghista est un démocrate-chrétien qui s’ignore. Le comportement transgressif du secrétaire provincial contraste radicalement avec ses origines familiales, car il est le neveu de l’évêque de Bergame : « Oui, nous sommes sur deux rives complètement différentes (...) Ma famille est démocrate-chrétienne. Ma branche est devenue la branche rebelle, leghista. » Il reconnaît volontiers que beaucoup de leghisti ont des parents démocrates-chrétiens, mais il ajoute : « À haut niveau, le cas le plus important, c’est le mien, nous parlons d’oncle et de neveu direct ! »

68Il poursuit assez fier :

- Oui, la tradition de ma famille est très catholique, imagine, quand tu as dans ta famille un oncle évêque, une tante missionnaire qui est mère supérieure au Soudan, un cousin prêtre, toute une série d’oncles et de cousins qui vivent comme ça, à l’intérieur de la paroisse, qui font du volontariat... Je suis cerné !

- Tu es le mouton noir de la famille alors ?

- Non, le mouton vert !

L’IMBROGLIO MÉDIATIQUE

69Lorsque je m’interroge sur le processus qui m’a amenée à ne plus réagir aux propos xénophobes des militants que je côtoyais quasi quotidiennement, j’identifie deux éléments : l’habitude et le rire. Le premier semble s’imposer d’évidence, le second beaucoup moins, c’est pourtant en suivant le secrétaire provincial sur la pente de la dérision que je suis sortie de l’état d’exaspération où me plongeaient les déclarations autochtones. Cette évolution personnelle est riche d’enseignement : elle permet de saisir comment un individu lambda en vient à militer dans la Ligue du Nord. Loin d’être une fatalité, c’est le fruit d’un « décervelage » que n’aurait pas désavoué Alfred Jarry. En démonter la mécanique, c’est concourir à l’intelligence du phénomène.

70Pour saisir ce qui se joue ici, il faut prendre en considération les deux pôles de l’échange. Le discours leghista est « carnavalisé » aussi bien par ses émetteurs que par ses récepteurs. Cette « carnavalisation » répond sans doute à des nécessités psychologiques avant de répondre à des nécessités stratégiques. Au cours des premiers mois de mon enquête, le secrétaire provincial me faisait souvent remarquer que je n’avais aucun sens de l’humour. Il m’avait en effet expliqué, à plusieurs reprises, que le supposé « racisme » de la Ligue du Nord était une provocation destinée à attirer l’attention de l’administration centrale sur un certain nombre de problèmes sociaux ; lorsque je manifestais de l’impatience, c’était moi qui devenais leur « idiote » car je me révélais incapable de distinguer ce qui était feint (leur racisme) de ce qui était réel (la délinquance des étrangers). Pour Daniele Belotti, mes œillères idéologiques m’empêchaient tout simplement d’aller au-delà de la vulgate anti-raciste. Ce discours à rebours était le produit de l’inversion précédemment explicitée, mais j’étais encore incapable de l’analyser comme tel. Pendant des semaines, je me suis alors demandé à quel « niveau » je devais penser la Ligue : cherchait-elle uniquement à faire pression sur les institutions, comme le prétendait mon informateur, ou bien cherchait-elle à légitimer un discours que la morale récuse ?

71Daniele Belotti le reconnaît volontiers :

Nous, nous privilégions le contact avec les citoyens, quelquefois nous menons aussi des actions dites « folkloriques » –, ils disent que nous sommes des bouffons – mais si nous faisons ça, c’est pour avoir un certain écho dans les journaux, car étant donné leur mauvaise volonté à notre égard, si nous voulons être entendus, il ne nous suffit pas seulement de dire « Ah ! », nous devons crier « Ah ! » et rajouter plein de choses folkloriques autour, sinon nous n’avons aucun espoir d’être entendu, tu comprends ? C’est pour cette raison que nous sommes contraints de faire les bouffons, et moi, je suis l’un de ces bouffons, c’est moi qui te le dis, mais maintenant la Ligue a grandi, nous avons des personnages très distingués, avec du style, le président de la Province, c’est un homme très élégant, on dirait presque un noble. Moi, au contraire, je suis là pour faire du bordel, pour casser et marquer la rupture, car avant de reconstruire, il faut encore casser tous les vieux démocrateschrétiens qui sont discrètement en train de refaire surface.

72Le secrétaire provincial produit donc un discours sur sa propre mise en scène – « je fais le bouffon » –, il décrit son rôle au sein du système politique bergamasque en termes tout à fait cyniques, cherchant par là à me démontrer qu’il n’est pas ce que son activité publique laisserait penser qu’il est. Mais en cela, il ne fait que reproduire une stratégie déjà éprouvée par le leader, car Umberto Bossi justifie pareillement ses excès de paroles. Il « révèle » la supercherie dans son autobiographie :

Je donnai volontairement un ton un peu rustre aux mots d’ordre et je posai au centre de notre propagande la question du dialecte, aussi bien pour faire scandale que pour jeter de la poudre aux yeux des partis romains, qui nous prirent pour une bande de joyeux drilles et tardèrent à hausser la garde. Les journaux nous ignorèrent pendant des années ou bien parlèrent de nous comme d’une clique de racistes, mais si quelqu’un avait eu le bon goût d’aller lire notre programme, il aurait découvert une plate-forme idéologique tout à fait sérieuse et, somme toute, encore valide aujourd’hui. (Bossi et Vimercati 1991 : 42)

73Les militants participent bien évidemment à cette entreprise de folklorisation du message politique, parfois à leur insu, mais toujours avec entrain. A l’occasion des meetings de Pontida, les cadres les encouragent à se grimer en chevaliers, pour la plus grande satisfaction des photographes. Pour Daniele Belotti, le « vrai leghista » est celui qui est capable d’inventer la chose la plus folle pour diffuser son message. Lorsque la Ligue du Nord prit de l’ampleur dans les provinces blanches, la DC entreprit de réaliser un sondage auprès des militants de la nouvelle formation. Les journalistes rapportèrent alors la consigne du leader : « Disons à ces grosses têtes que nous sommes à moitié fous »(L’Europeo, 31 mars 1990). Dix ans après, la consigne est toujours appliquée. C’est en cela que réside la « fourberie leghista ». Les adversaires de Daniele Belotti le décrivent généralement comme quelqu’un d’assez peu performant, mais d’extrêmement malin, reproduisant en cela le discours que la classe politique italienne tient sur le leader de la Ligue.

En haut, le « porte-drapeau haut-parleur »,
Piacenza, 4/03/2000.
À gauche, le « chapeau padan »,
Venise.

74Les contraintes qui pèsent sur les groupes dominés les portent à développer des techniques de contestation particulières. L’individu stigmatisé est susceptible d’adopter deux attitudes aussi peu authentiques l’une que l’autre : il peut chercher à rassurer ses interlocuteurs, en adoptant le comportement qu’ils attendent de lui, ou bien reprendre à son compte les attitudes dépréciatives des autres à son égard. Dans le premier cas, Erving Goffman parle de « normification » et dans le second de « bouffonisation ». Ces deux attitudes alternent le plus souvent chez une même personne. Il en est de même chez les membres de la Ligue. C’est néanmoins la seconde catégorie qui a retenu mon attention, car elle amène le sujet stigmatisé à « danser complaisamment devant les normaux la ronde des défauts attribués à ses semblables, figeant ainsi une situation vécue en un rôle clownesque » (Goffman 1975 : 131).

75Les caractères sociaux et psychologiques de leur appartenance territoriale sont devenus pour les leghisti de véritables étendards ; ils jouent la rusticité alors qu’ils ne sont plus paysans depuis parfois une ou deux générations. En grossissant les attributs stéréotypés de leur groupe, ils sont tout entier dans ce qu’Erving Goffman appelle la « bouffonisation militante » – attitude qu’il a notamment observée chez les activistes des mouvements gays. Or, de la bouffonisation militante au ghetto, il n’y a qu’un pas, il n’est donc pas surprenant que la forme extrême de ce repli identitaire puisse déboucher sur la sécession.

76Le sous-directeur de L’Eco di Bergamo souligne cette constante dans la stratégie de communication de la Ligue du Nord. La comparaison avec le Front national lui semble impropre, car là où Le Pen fait peur, Bossi fait rire :

Le Pen dit des choses tellement... Bossi est plus folklorique. Il faut toujours distinguer ce qu’il dit de comment il le dit. Bossi a dû élever le niveau de la provocation verbale, parce qu’en Italie, c’est nécessaire. Si tu n’utilises pas la provocation, personne ne t’écoute. C’est un pays comme ça, si tu ne dis pas une stupidité, c’est difficile d’apparaître dans les journaux. De ce point de vue, il faudrait faire une analyse comparée de la presse française et de la presse italienne. La presse française me semble beaucoup plus sérieuse, contrairement à la presse italienne, elle s’attache aux faits et pas seulement aux paroles. En Italie, c’est celui qui sort le truc le plus énorme qui fait les gros titres, et Bossi en sort un par jour, comme ça on parle de lui... Même si aujourd’hui il semble avoir un peu perdu de son ressort. Au début, il était beaucoup plus brillant. Il sortait des trucs vraiment terrifiants. À ce moment-là, il y avait aussi beaucoup de tensions. Mais je suis convaincu qu’ils ne sont pas violents, même si à l’intérieur du mouvement les imbéciles ont provoqué la fuite des éléments les plus valides, c’est indéniable, mais pour moi, ni Bossi, ni la majeure partie de la classe dirigeante n’ont jamais pensé sérieusement à prendre les armes, encore moins leur électeurs. C’est seulement un jeu, un jeu qui a assez duré et qui a fini par lasser les Bergamasques eux-mêmes... (Entretien avec Ettore Onghis, 02/02/1999)

77Les adversaires de la Ligue ont compris à leurs dépens qu’il fallait ignorer les provocations de la Ligue, sous peine de servir leur entreprise propagandiste. Giacomo Bianchi, l’un des fondateurs de la Ligue lombarde, reconnaît que les journalistes surent faire la différence :

Certains ont compris l’importance du facteur provocation, ils ont retenu la leçon et ils cessé de parler de nous, sinon l’affaire des Chemises vertes aurait mal tourné pour Bossi, c’était une provocation, non ? Ils ont arrêté la procédure, ils mettaient le doigt dans un engrenage trop dangereux, et finalement ça s’est bien terminé... En fait, ils n’ont plus répondu aux provocations, ils sont devenus intelligents. Au départ, je me souviens, les démocrates-chrétiens marchaient avec tout, ils étaient tellement arrogants, présomptueux, il suffisait de lancer quelque chose et ça marchait tout de suite. Une page dans le Corriere ça coûte cinq millions, pour en obtenir une il nous suffisait de dire une connerie à un démocrate-chrétien. (Entretien du 25/09/2000)

78Dans l’entreprise de dissimulation comique de la Ligue, les médias sont bien malgré eux parties prenantes. Dans un chapitre consacré à la « presse de régime » et « aux rois de l’argent », le leader revient sur sa vaste embrouille. Puisque les médias ont toujours le dernier mot, il compose avec leur hostilité : « C’est comme ça que nous avons décidé de nous adapter, de transformer les attaques des journaux en un formidable véhicule de propagande. Nous avons compris que les aspects folkloriques de notre activité et les équivoques les plus malicieuses sur le projet fédéraliste étaient une très bonne publicité. Publicité négative, certes, mais rien n’est inutile lorsqu’un mouvement, est à ses débuts et n’a pas ses entrées dans les sanctuaires de la presse de régime. Surtout, la polémique avec le Mezzogiorno donnait sens à la colère de nombreux citoyens du Nord, contraints de payer pour l’inefficacité et le clientélisme qui se propagent dans certaines zones du pays. En substance, nous avons marché, nous avons fait une bonne blague à ces messieurs à la plume tordue qui voulaient se jouer de nous. Nous avons fait comme si étions ce que nous n’étions pas, de purs et simples nostalgiques du dialecte, intolérants envers les “terroni” [entre guillemets dans le texte]. Les journalistes n’ont pas compris notre jeu et ils sont tombés dans le piège, peut-être sont-ils moins intelligents qu’ils ne le croient. » (Bossi et Vimercati 1991 : 99) Si nous suivons Bossi sur cette ligne, le leghismo ne serait qu’un tour destiné aux journalistes...

79Ce « truc » – la révélation dissimulatrice – n’est pas nouveau, bien connu des menteurs patentés, il l’est aussi des autonomistes septentrionaux. Ils espèrent abattre les réserves en prétendant faire un usage stratégique de l’insulte, voire de l’antiméridionalisme, comme me l’exposa cet ancien adhérent du MAB (Mouvement autonomiste bergamasque) : « Si nous considérons les idées fédéralistes, c’est un discours anti-personnes ! Nous pensions qu’il fallait laisser l’argent des Calabrais aux Calabrais parce qu’ils le gèreraient certainement mieux que les différents représentants de l’État. Le discours fédéral vaut également pour les Méridionaux, et comment ! Encore aujourd’hui. Le discours anti-méridional s’est imposé avec Bossi. C’est lui qui l’a mis en avant avec beaucoup de style [rires]. À notre époque aussi, je dois bien reconnaître qu’il était présent, ça ne me plaisait pas beaucoup, c’est pour ça que je me suis retiré. L’antiméridionalisme de Guido Calderoli était assez débonnaire, mais certains étaient beaucoup plus offensifs, et ça me dégoûtait un peu, les choses prenaient une coloration raciste, même si par la suite je me suis dit qu’ils avaient sans doute raison, parce que à ses débuts Bossi a obtenu beaucoup de voix grâce à cela. » (Entretien du 07/06/2000). Pour ce vétéran de l’autonomisme, le leader de la Ligue lombarde aurait fait un usage tactique, purement cynique, de l’antiméridionalisme comme s’il n’était pas intrinsèque à l’idéologie professée dès cette époque. Cette pseudo-révélation est à l’origine d’un nouveau retournement : si nous continuons après cet éclaircissement à prendre au pied de la lettre les discours racistes de la Ligue, c’est que nous sommes, nous-mêmes, des idiots.

  • 10 Interview réalisée par Lucio Buonanno et Dino Satriano le 21/12/1992.

80Mais, Bossi ne s’arrête pas là, il surenchérit dans le mensonge en soutenant que ce sont les journalistes eux-mêmes qui lui auraient « soufflé » de jouer les racistes. Dans une interview accordée à Oggi, il reconnaît utiliser des « trucs » en politique et il s’explique : « Au début de mon activité, je me souviens que vos collègues me disaient que si je voulais finir dans les pages de leurs journaux il fallait que je leur raconte que j’étais raciste, même si, par la suite, il serait difficile de ne pas être identifié comme tel. Mais qu’aurais-je pu faire d’autre10 ? » Régulièrement, il se dit être la victime des calomnies de la presse et prétend n’avoir jamais dit ce qui a été écrit dans les journaux. A l’en croire, la plume des journalistes est toujours teintée de venin.

81L’essentiel de sa politique de communication consiste à « se jouer de » par divers agissements. Elle est de l’ordre de la « tactique » et non de la « stratégie » (De Certeau 1990 : 61), car les manœuvres se déploient dans le « lieu de l’autre », celui de la « presse de régime » : avec plus ou moins de bonheur, le leader de la Ligue saisit des occasions dans le flux des événements nationaux et internationaux, il « braconne » et crée la surprise, il ne saurait opérer autrement, il y est condamné par sa position subalterne.

82Les mouvements d’extrême droite doivent tout d’abord acquérir une certaine visibilité médiatique. Ils s’exposent volontiers aux condamnations de la presse, car ils savent qu’ils y gagneront en visibilité. C’est ainsi que Bossi fit scandale, pour ensuite corriger l’effet produit en révélant la supercherie dont la presse aurait été victime. Les représentants de la Ligue du Nord disent des énormités pour obtenir des titres dans les journaux et prétendent, ensuite, qu’ils font les idiots (sans l’être vraiment) pour échapper à la sanction morale que certains de leurs propos ne manqueraient pas de leur attirer. Il arrive même que les journalistes diffusent à leur tour cette excuse. Les dirigeants de la Ligue font de la « dissimulation comique » (dire une chose quand on entend le contraire) non pas tant une excuse qu’un instrument de propagande. Ils désamorcent systématiquement les reproches en invoquant la nécessité où ils se trouvent de « grossir le trait » pour faire la une des journaux. Ils entretiennent ainsi l’ambiguïté sur la nature du mouvement qu’ils représentent. Cette stratégie de communication qui, disons-le, tient de l’embrouille, n’enlève rien aux contenus idéologiques véhiculés, elle ne fait qu’alimenter l’incrédulité d’un public porté à occulter les processus d’exclusion sociale lorsqu’ils frappent ceux dont l’altérité s’impose d’évidence.

83Cette stratégie – aussi « machiavélique » puisse-t-elle paraître – présente néanmoins deux difficultés de taille. En corrigeant ses déclarations les plus raides par des détails incongrus qui en annulent la portée, Bossi parvient bien à faire passer ses idées, mais il ne peut prétendre les légitimer : il s’enferme finalement dans l’aporie. Sa pseudo-tactique a de quoi laisser perplexe l’observateur : les leghisti semblent tellement rusés qu’ils sont « pris » dans leur propre piège. Ils doivent faire passer pour « fous » ceux qui, dans leurs rangs, dérogent à la norme et prétendre « faire les fous » lorsqu’ils enfreignent eux-mêmes cette norme – toujours par nécessité ! Mais en pratiquant alternativement dérision et autodérision, les dirigeants de la Ligue hypothèquent considérablement la crédibilité du mouvement. Cette forme de justification tend à l’autodisqualification pure et simple. Cette mystification ne saurait par ailleurs se perpétuer, car les excuses invoquées ne sont plus crédibles lorsqu’elles deviennent routine au même titre que les propos qu’elles couvrent. Elle contraint ses auteurs à la surenchère perpétuelle. Mais, la blague qui va trop loin cesse de faire rire et génère de l’angoisse. Les électeurs sont alors susceptibles de nourrir des soupçons sur la bonne foi des représentants de la Ligue. Beaucoup d’Italiens du Nord regardaient d’un œil favorable une Ligue fédéraliste et contestataire, une Ligue sécessionniste leur a fait peur et le mouvement ne s’est jamais vraiment remis de cette fuite en avant.

84Les appréhensions qui étaient les miennes, Daniele Belotti les connaissait parce qu’elles avaient sans doute été les siennes. Probablement, n’a-t-il fait que reproduire le processus de « séduction » qu’il avait lui-même subi lorsqu’il s’était rapproché de l’organisation. Le récit qu’il me fit de son premier contact avec la réalité leghista est de ce point de vue éclairant :

Je suis allé en novembre 1986 à la seconde réunion publique organisée à Bergame. À Bergame, la Ligue est apparue en 1985, les premiers groupuscules ont commencé à se réunir à la fin de cette même année. À ce moment-là, j’étais encore au lycée et j’avais vu avec un camarade ces affiches assez ennuyeuses sur l’indépendance de la Lombardie : « Dehors les Méridionaux, nous voulons des professeurs lombards dans les écoles, etc. » Et comme à l’école nous étions en train de vivre une situation avec des professeurs terroni vraiment..., de ceux qui sont vraiment très médiocres... Nous, nous avions comme ça envie de nous révolter, et voilà, nous sommes allés dans cette réunion, plus par curiosité qu’autre chose. Ce fut une expérience assez forte, même si Bossi n’était pas là. Il y avait à peu près trente-deux personnes. À part les organisateurs, qui étaient tous assis sur les chaises de la première rangée, ils pouvaient être dix, tous les autres s’étaient assis par-ci par-là, ils étaient éparpillés dans la salle, la plupart au fond, et la chose la plus intéressante, c’était de voir comment les gens entraient, tout le monde se retournait sur eux, on était là comme dans une réunion secrète, une réunion de clandestins, tous avaient peur de se faire voir. Deux personnes ont pris la parole, le premier était méridional, le second s’est levé pour dire que tout ceci n’était qu’une bouffonnerie. Ils ont tous les deux été saisis et jetés dehors de force. Comme premier contact avec la Ligue, c’était un peu..., mon ami m’a dit : « Mais où sommes-nous tombés ? » Oui, la première rencontre a été un peu traumatisante, ça c’était en novembre 1985. Après cette première expérience directe, je me suis dis « ça suffit comme ça », mais je suivais, je sympathisais de l’extérieur...

85Devant le magnétophone, Daniele Belotti tenait à se distancier des comportements violents que l’on peut observer dans l’organisation. Mais, le même Daniele Belotti, quelques minutes plus tard, pouvait tout aussi bien s’exalter à l’idée de « faire du bordel » dans une manifestation de rue, une assemblée, etc. Les entretiens, rapportés aux interactions quotidiennes, mettent ainsi en évidence la dissociation leghista et l’ensemble des manifestations qui l’accompagne. La dérision est certainement le principal agent de cette distanciation, sans elle, nous ne pourrions dire l’intolérable, c’est elle qui rend possible le saut dans le domaine de l’interdit.

  • 11 Le groupe italien Benetton (au même titre que McDonald’s) incarne aux yeux des militants la mondia (...)

86Daniele Belotti se moque des militants sous sa coupe, rit des discours du leader et dénonce volontiers l’ignorance de la classe dirigeante : « Dans la Bergamasca, les leghisti titulaires d’une licence se comptent sur les doigts d’une main ! » Les militants l’impatientent : « Dans les manifestations, ils sont incontrôlables, il faut toujours être derrière eux, et dans les conseils municipaux, ils ne veulent rien entendre, aucun compromis, rien, ils ont la tête trop dure... » ; quand ils ne le font pas tout simplement rire : « Oui, ils voulaient brûler un pull Benetton à la place du drapeau italien11...». Qu’il brocarde les comportements caricaturaux de certains ou qu’il ricane dans le dos d’un idiot patenté, tout dans ses propos trahissait le mépris et la honte de l’éprouver. Il me jetait alors un coup d’œil embarrassé et cherchait à « noyer le poisson » par quelques pitreries, mais ces dérapages témoignent clairement de l’ambivalence du sentiment qu’il nourrissait à l’égard du mouvement qu’il avait pourtant rejoint. Ce n’était jamais sans vacillation qu’il soutenait, s’identifiait et participait aux actions du parti : « Non mais regarde quelle faune ! », me lança-t-il lors de la « marche sur Rome », le 5 décembre 1999.

  • 12 Lors des élections européennes de 1999, Daniele Belotti est le candidat qui a obtenu le plus grand (...)

87Les remarques désobligeantes qu’il pouvait faire sur tel ou tel militant révélaient la difficulté qu’il ressentait à adhérer sans réserve au mouvement, certaines déclarations contrariaient son souci de respectabilité politique. En agissant de la sorte, le secrétaire provincial semblait se désolidariser de la base de son parti, révélant ainsi la manipulation dont elle fait l’objet, mais il n’en était que plus représentatif. Pris comme il l’était entre « la base » et son désir de légitimité politique, il oscillait sans cesse entre éloge de la simplicité et stigmatisation de l’idiotie, entre élan populiste et mépris. Cette ambivalence n’est pas le fait du seul Daniele Belotti, elle est même tout à fait caractéristique, pour ne pas dire symptomatique. Elle donne la mesure de la condamnation morale qui frappe aujourd’hui l’expression du racisme. Belotti allait même jusqu’à se distancier de ses propres performances : « Io faccio casot » [Je fais du bordel] disait-il, accréditant ainsi l’idée qu’il jouait un personnage dans les institutions provinciales. En effet, s’il ne rejetait ni la compagnie des « fous », ni les suffrages des « gens simples »12, il tenait à s’en distinguer expressément. Etienne Balibar évoque à ce propos le « double jeu » des néo-racistes qui, tout en offrant à la masse un cadre idéologique à sa « spontanéité », la dévalorisent en faisant d’elle une foule « primitive ». Ils se posent ainsi en « gestionnaires réalistes » des tensions interethniques (Balibar et Wallerstein 1988 : 36).

88C’est finalement sur la base de cette ambivalence que s’est établie entre lui et moi une certaine « complicité ». Il me prenait à témoin, riait à l’avance du tour qu’il allait jouer : « Regarde celui-là, c’est un vieux nazi. Viens, on va le faire parler un peu. » Il le taquinait alors jusqu’à ce que le « personnage » lui livre son sentiment : « Vous allez voir vous les jeunes, moi j’ai pu vivre jusqu’à 60 ans, mais vous, vous allez voir, l’extrême-droite va prendre le pouvoir en Europe et vous allez en prendre plein la figure. D’ailleurs aux prochaines élections, je ne voterai pas pour toi, Belotti, je voterai pour l’extrême droite. » Daniele Belotti riait alors aux éclats, satisfait de l’effet qu’il avait pu produire. C’est ainsi qu’il pouvait tantôt se plaindre des fous, tantôt s’en amuser et parfois même s’étonner de leur affluence.

89Les propos condescendants du secrétaire provincial témoignent également de l’effort qui est fait pour canaliser les mouvements d’humeur des plus véhéments parmi les activistes. La condamnation de la xénophobie opère également à l’intérieur du mouvement : ceux qui se révèlent incapables de dissimuler leur hostilité sont moqués. Le groupe reproduit en son sein la stigmatisation qui s’exerce contre lui à l’extérieur. Les cadres sanctionnent moralement les « têtes brûlées », quoique sur un mode euphémique. La dérision que leur opposent les plus policés contribue probablement à dédramatiser l’expression de l’hostilité au profit du groupe dans son ensemble. Devant moi, le secrétaire provincial s’efforça tout d’abord de censurer les déclarations grotesques « des siens », il voulait faire « bonne figure », mais il abandonna très vite devant l’ampleur de la tâche, se contentant de me lancer de temps en temps, sans trop de conviction : « Il ne faut pas mettre ça dans la thèse ! » Ce n’était pas tant les propos xénophobes qui tombaient sous le coup de cette sentence que les bizarreries de comportement d’un certain nombre de militants. S’il lui était facile de soigner sa propre représentation, il lui était beaucoup plus difficile de contrôler celle des militants sous sa coupe. Il prit donc le parti – ô combien révélateur – de disqualifier non pas tant les énoncés que leurs énonciateurs. Lorsqu’il me voyait discuter avec certains d’entre eux, il me lançait quelque peu irrité : « Vraiment, tu ne t’intéresses qu’à ce qu’il y a de pire chez nous ! » Il chercha même à établir pour moi la liste des personnes « interrogeables », traçant une ligne de partage explicite entre ces dernières et ceux qu’il appelait les « fous ». Cette ligne épousait plus ou moins celle que les journalistes italiens tracent entre les « administrateurs » et les « purs et durs » – les premiers, comme leur nom l’indique, occupant des fonctions électives, les seconds se contentant d’occuper des postes au sein de l’organisation partisane.

90La Ligue propage l’idée que les manifestations d’intolérance seraient le fait de groupes sociaux marginalisés (les classes subalternes de la périphérie lombarde, les montagnards, les jeunes agitateurs). Cette euphémisation méprisante, reconduite par de nombreux acteurs, tend à accréditer l’idée que seuls les plus incultes seraient en mesure d’exprimer un discours aussi bas que le discours anti-méridional, bien qu’il participe à divers degrés du sens commun. Les membres de la direction ne discréditent pas leur discours, ils en discréditent les émetteurs, à commencer par eux-mêmes.

91La dérision, qui bien souvent côtoie l’insulte, irrigue toute la structure partisane de la Ligue du Nord. Il faut voir dans les moqueries répétées du secrétaire provincial l’indice d’une violence interne que l’on ne dénonce pas assez, car Daniele Belotti ne fait que répercuter sur les militants de base les vexations dont il fait lui-même l’objet. Comme il me l’a raconté, Umberto Bossi peut parfaitement l’appeler en pleine nuit pour l’incendier et lui lancer : « Tête de nœud, qu’est-ce que tu as encore fabriqué ? » Il ne fait d’ailleurs pas mystère du stress qui fut le sien lors de son premier mandat de secrétaire : « Au début, ce n’était que des cris. » Les considérations sur le masochisme des représentants de la Ligue font l’objet de nombreuses plaisanteries dans la presse italienne. Les travaux du psychologue Erich Fromm tendraient à démontrer que les relations hiérarchiques au sein des formations totalitaires sont de nature sadomasochistes (Fromm 1963).

92Dans le cadre leghista, l’autodérision n’est jamais qu’une forme d’autopunition. Sa récurrence parmi les membres de la formation prouve bien qu’ils n’ont pas tout à fait la conscience tranquille. En relativisant leur engagement, les leghisti déchargent leur conscience. L’amalgame entre folie et extrémisme est un lieu commun des discours militants. Le racisme est « affaire de fous » – entendu que le « fou », c’est toujours l’autre –, mes interlocuteurs leghista évacuent ainsi d’emblée la question. Contre l’avis du secrétaire provincial, je résolus donc de m’intéresser aux « fous » – à commencer par lui. Après une première série d’entretiens, je décidais de restreindre la quote-part des élus pour consacrer plus de temps à ceux que l’on me désignait comme fous dans le « milieu d’interconnaissance » leghista. Ces personnages affichaient leurs options partisanes sans chercher à les justifier rationnellement. Ils semblaient détenir la vérité du mouvement et, partant, celle de la société qui l’avait engendré. Les militants de la Ligue illustraient le vieil adage shakespearien : c’est le fou qui révèle la vérité car sa parole n’est pas prise en considération, elle est d’emblé disqualifiée.

DÉCLARATIONS TRANSGRESSIVES

  • 13 L’expression « spararle grosse » signifie « dire des choses énormes ». Les mots dérivés du substan (...)

93Les représentants de la Ligue du Nord font passer en exagérant ce que la morale commune interdirait de dire de manière mesurée. La récurrence du procédé en dénote l’artificialité. Il s’agit pour les cadres de l’organisation d’annuler toute sanction morale et judiciaire en prétextant la folie, de contourner le « boycott médiatique » dont ils font l’objet en faisant sensation, mais aussi de libérer l’agressivité de leurs sympathisants. Ils apprennent ainsi à « spararle grosse »13 pour se faire entendre sans se faire censurer. Leurs déclarations ethnocentriques sont tellement grotesques qu’elles en deviennent risibles. Certains dirigeants leghisti s’en sont fait une spécialité, attachant définitivement leurs noms à leurs déclarations. Il y aurait même une compétition interne comme le suggère le vice-directeur de L’Eco di Bergamo, Ettore Onghis : « Pour plaire au chef, ils en rajoutent, notamment sur la question des immigrés. C’est à qui dira la chose la plus énorme. » (Janvier 1999)

94La déclaration d’Erminio Boso à l’encontre des extracomunitari est désormais fameuse. Cet élu du Trentin avait suggéré que l’on prenne les empreintes des mains et des pieds des immigrés qui entreraient sur le territoire italien. Les réprobations lui sont indifférentes, comme le rapporte Gian Antonio Stella dans son livre : « Cela ne m’ennuie pas. Je ne suis pas raciste. Vous, vous ne voyez que le Boso qui a proposé de prendre les empreintes des pieds, mais ne voyez-vous pas combien vous êtes limités dans votre raisonnement ? Ces derniers se brûlent le bout des doigts pour ne pas laisser d’empreintes digitales. Nous, nous les défendons contre leur propre masochisme. Vous comprenez ? » (Stella 1996 : 49) Le maire de Trévise s’est fait une réputation jusqu’en France en déclarant : « Nous devrions donner des costumes de petits lapins aux clandestins, comme ça les chasseurs pourraient s’exercer » ; avant de s’excuser presque aussitôt : « J’ai dit ça comme on raconte une blague, si les gens ne sont pas en mesure de saisir ma bonne foi... » Mais, il ne s’arrête pas là. Dans les pages du quotidien leghista, il explique que la gauche a instrumentalisé l’une de ses blagues : « Les vieux commissaires du peuple se sont réveillés, ceux de l’époque de Staline et de Lénine, ceux qui font pression sur les institutions. »(La Padania, 1er mars 2000) La perversité n’a pas de limites... En réalité, ce sont les enseignants de la province qui se sont mobilisés pour dénoncer, dans une lettre au recteur et au ministre de l’Enseignement, « les prises de parole désormais quasi quotidiennes tendant à exalter la violence, la xénophobie et le racisme ». Les trois cents signataires critiquent le fait que le maire « le fasse en tant que représentant institutionnel d’une communauté ». Dans le quotidien leghista, l’élu incriminé se dit serein : « Ces derniers jours, je me suis promené dans les rues et les gens sont avec moi. J’ai le suffrage de mes concitoyens et je suis peut-être en train de faire l’histoire de cette ville ; les petits lobbies qui sont contre moi ne comptent pour rien » ; et il prouve sa bonne foi en précisant qu’il a fait réquisitionner les bâtiments d’une caserne pour loger les immigrés « en règle », comme il prend soin de le préciser.

95Les déclarations des représentants du Carroccio s’apparentent ainsi à de mauvaises blagues racistes que l’on raconte au second degré pour contourner l’interdit moral. Que les journalistes s’indignent, et les élus du mouvement s’empresseront de « rassurer » l’opinion en affirmant qu’il ne s’agissait que d’une boutade. Certaines déclarations paraissent tellement grotesques qu’il semblerait ridicule de s’en offusquer. Les représentants de la Ligue désactivent les réactions morales en avançant leurs assertions dérangeantes sur le fil du rire. La technique est assez grossière, mais paradoxalement, elle fonctionne d’autant mieux qu’elle est grossière.

  • 14 Dans tous les sondages de popularité réalisés ces dernières années en Italie, le leader de la Ligu (...)

96Cette technique cependant disqualifie ses auteurs : aujourd’hui, Bossi a une image publique tellement dégradée qu’il peut dire n’importe quoi sans encourir de sanctions14. Pour beaucoup d’Italiens, ce que dit Bossi est drôle parce que c’est lui qui le dit, parce qu’il parle comme un homme saoul, comme un fou. Il ne sait pas ce qu’il dit et ne saurait être pris au sérieux. Ses performances verbales le discréditent au moins autant que les sujets qu’elles visent. Son autorité est très limitée à l’extérieur – cela s’entend –, mais également à l’intérieur du mouvement. Dans la Ligue, seule la crainte qu’il inspire peut compenser un tel discrédit. L’idiotie n’est donc pas qu’une échappatoire, c’est une mécanique de décervelage. Les déclarations des leghisti font rire et motivent l’indulgence. Leurs détracteurs finissent par négliger leurs interventions en invoquant l’irresponsabilité mentale. C’est donc l’illégitimité même du discours leghista qui en assure la diffusion au sein des masses, ce n’est là qu’un des nombreux paradoxes qui caractérisent cette entreprise de propagande.

97Les élus se moquent volontiers de leurs censeurs en surenchérissant dans le crime. Certains dirigeants sont passés maîtres dans l’art de l’esquive grotesque, comme le prouve cette élue bergamasque : « Quand j’étais petite, ma mère m’offrait des poupées de couleurs différentes, elle imaginait que, comme ça, je m’habituerais à la différence des races, j’avais des poupées japonaises, des poupées noires, jaunes, vertes, j’en avais de toutes les races. Donc, je n’ai pas eu une éducation fermée, je dirais même plutôt que ce fut tout le contraire... » Cette élue était de si « bonne foi » que les attaques de ses détracteurs lui semblaient tout simplement comiques, et elle se moquait d’eux.

98Ces déclarations transgressives soudent le groupe de ceux qui savent « saisir la bonne foi » des élus de la Ligue. Dans chaque rassemblement, cette complicité moqueuse resserre les liens de la communauté padane. Si Bossi multiplie les meetings, ce n’est pas sans raison, le rire est à la fois un bon moyen de faire l’unanimité – l’agresseur crée, à travers le rire, de la complicité avec les témoins – et de s’affranchir des contraintes sociales. Pour Mary Douglas, le rire élude les schémas incontournables de la vie quotidienne et met en échec les normes sociales (Douglas 1975 : 90). Pour les membres de la Ligue du Nord, tourner en dérision leurs opposants, c’est défier la tyrannie morale de la majorité et mettre en échec le « catho-communisme ».

99Sur les chaînes de télévision italiennes, les insultes sont devenues un moyen d’acquérir la notoriété. L’animateur télé Vittorio Sgarbi a construit toute sa carrière politique sur la provocation. Les femmes et les homosexuels sont ses cibles favorites. Élu député libéral en 1992, il entre dans la coalition de Silvio Berlusconi en 1996, avant d’être nommé sous-secrétaire d’État aux Biens culturels dans le second gouvernement Berlusconi. Ce dernier a, semble-t-il, lui aussi tiré des leçons de la politique de communication de la Ligue, comme l’attestent les paroles malheureuses qui le rappellent régulièrement à l’attention de la presse internationale. Ses propos étaient ainsi rapportés dans Le Monde du 5 avril 2000 : alors qu’il était à Catane sur son bateau de croisière pour la campagne des élections régionales du 16 avril, il s’est laissé entraîner une nouvelle fois à faire des blagues douteuses sur les malades du sida, suscitant l’indignation à gauche et la gêne dans son propre camp. Ce n’était qu’un avant-goût des « talents comiques » du leader de Forza Italia.

100En sortant des cadres normatifs, les leaders populistes séduisent un électorat intolérant à l’égard de l’establishment : les incorrections linguistiques et le mépris des règles de la bienséance sont autant de moyens pour démontrer leur hostilité à l’égard des institutions représentatives qu’ils cherchent à investir depuis qu’ils ont abandonné l’idée de les renverser. Mais, quand bien même ils occupent le pouvoir, ils continuent de se comporter comme des outsiders.

101Berlusconi est rompu aux techniques de communication et, plus encore, à celles de la contre-communication : il n’a pas son pareil pour retourner les attaques de ses adversaires. Ses tactiques défensives ont d’abord été expérimentées par Bossi, qui dénonçait la « gauche nazie » à chaque fois qu’il était attaqué. Le dérapage de Silvio Berlusconi devant le Parlement européen suit la même logique : mis en difficulté par le leader du groupe SPD, qui le priait de se prononcer sur le mandat d’arrêt européen, il a sidéré les eurodéputés en répondant : « En Italie, ils sont en train de préparer un film sur les camps de concentration et je vous recommanderai pour jouer le rôle de kapo. » Refusant de s’excuser, il a ensuite ajouté : « Monsieur Schulz m’a gravement offensé sur le plan personnel en gesticulant et en usant d’un ton réellement inadmissible et moi je lui ai répondu avec ironie, s’il n’est pas en mesure de saisir l’ironie, j’en suis désolé. »(La Repubblica, 1/04/2003)

102Cette réplique de Silvio Berlusconi évoque les paroles de Jean-Marie Le Pen qui, dans un style tout aussi pesant, s’est efforcé de repousser les barrières du tolérable en évoquant les camps d’extermination comme un « détail de l’histoire » avant de se distinguer par un jeu de mots sur le nom du ministre Michel Durafour. En cherchant à se justifier, il aggrava sciemment son cas : « Je ne parle pas de four crématoire. Je fais un jeu de mots sur Durafour crématoire. Pourquoi ? Car monsieur Durafour a dit à plusieurs reprises qu’il souhaitait l’élimination totale du Front national. Alors ce jeu de mots me vient à l’esprit. » En attribuant à leurs adversaires leurs propres soupçons sur les sympathies qu’ils nourriraient pour les régimes fascistes, ils les musellent. Ces retournements inattendus font la joie de leurs partisans qui, eux, savent en saisir l’ironie mordante.

103Les comiques professionnels ne sont pas à l’abri des dérapages. Leurs sketchs engendrent parfois du malaise lorsqu’ils jouent un peu trop sur le second degré. Le rire outrepasse les conventions, il est au-delà du bien et du mal. Les histoires condamnables continuent d’être divertissantes. Le rire contribue ainsi à créer des seuils liminaires et réalise une purification rituelle dans la mesure où il désamorce la tension de l’agressivité (Turner 1990 : 96).

104La conjonction du rire et de la xénophobie est avérée, elle répondrait à une logique psychologique. La malignité ethnocentrique permet de contourner le tabou qui inhibe l’agressivité suscitée par l’outsider : pour ne pas le faire avec les mains (c’est plus risqué), on le fait avec les mots. Les leghisti se font les promoteurs d’un racisme au second degré. Contribuent-t-ils, comme certains le prétendent, à désamorcer – ne serait-ce qu’en partie – les tensions interethniques qui émergent au sein de la société italienne ? Ou bien, contribuent-ils à décomplexer les racistes ?

  • 15 Les « macchiette » sont les figures stéréotypées de la bande dessinée.

105L’émergence du rire dans ce contexte est révélatrice, elle résulte des tensions liées à l’expression de la xénophobie. Le rire – parce qu’il permet aux acteurs comme aux témoins de s’abstraire de la réalité quand elle déborde les cadres ordinairement admis – signale l’imminence de la transgression. Celle-ci ne peut en effet se présenter comme telle, elle avance masquée. Les militants entretiennent l’ambiguïté pour les autres, mais peut-être aussi pour eux-mêmes. La Ligue sature ses messages racistes pour mieux déréaliser les discriminations quotidiennes. Les militants stigmatisent des types largement fictifs et tous les éléments susceptibles de remettre en cause leurs représentations sont immédiatement bannis de leur conscience. Leur univers cognitif est largement fictionnel, la stéréotypie y joue un rôle tout à fait central, c’est un monde de « macchiette »15. Cette déréalisation éclaire la complaisance générale qui entoure les discours de la Ligue.

106En parodiant les discours racistes, les leghisti engendrent une scotomisation de la réalité. L’univers des leghisti n’est plus vraiment le nôtre, ils sont entrés dans une sphère fictionnelle qui s’éloigne de la réalité. L’expression du racisme est tellement caricaturale qu’elle peut sembler ridicule et indigne d’être retranscrite pour être rapportée. Le travail ethnographique est lui aussi conditionné par le mépris que de tels propos engendrent ; il faut donc s’appliquer quotidiennement à retranscrire des paroles que l’on préfèrerait ne pas entendre.

107Il faudrait également mentionner un effet de saturation, car les militants sont intarissables sur les avanies supposées du groupe qu’ils poursuivent de leur haine. Le discours du sujet raciste est obsédé par son objet parce qu’il veut absolument convaincre (et peut-être surtout se convaincre) du bienfondé de sa haine. L’hyperbole et l’énumération des faits contre l’ennemi sont des poncifs de la littérature antisémite et raciste en général. C’est ce qui donne cette tonalité délirante à l’ensemble de ces ouvrages. Pensons seulement à Louis-Ferdinand Céline.

108Le moindre événement de la vie quotidienne est ainsi susceptible de faire l’objet de commentaires racistes. Lorsque Daniele Belotti revint au siège de la Ligue avec les cartons électoraux de sa campagne – en l’occurence des cartes de visite avec photographie –, l’un des militants lui fit remarquer qu’il était « sorti orange » à l’impression et qu’il ressemblait à un « réfugié kossovar ». Que les membres de la Ligue s’adressent de telles pointes est par ailleurs significatif : ces propos prouvent que les tensions racistes se réfractent à l’intérieur même de la communauté des racistes. Les membres de la Ligue s’adressent volontiers des plaisanteries xénophobes. À Pontida, Daniele Belotti me fit remarquer, lorsque j’épinglais sur ma chemise le laisser-passer qui me permettrait d’entrer dans le périmètre protégé, que mon « nom de terrona » sur ce badge était tout à fait incongru.

109L’expression de leur hostilité s’apparente ensuite à des manifestations de joie maligne. Certains des militants qui m’entouraient avaient saisi ma dissimulation :

À l’issue de notre entretien, le coordinateur fédéral des Giovani Padani m’invita à le suivre dans les studios de Radio Padania Libera, où il devait animer avec d’autres jeunes du mouvement la tranche horaire qui leur était impartie, comme à toutes les associations padanes. Dans le studio je retrouvais Lucio et quelques militants de ma connaissance... L’atmosphère était plutôt détendue, ils parlaient de la fête qui avait été organisée pour ce week-end ainsi que du groupe de rock qui l’animerait... Le coordinateur fédéral m’invita alors à participer à l’émission. Il voulait que j’évoque pour leurs auditeurs la lutte anti-globalisation de José Bové. Il m’était difficile de refuser après l’entretien qu’il venait de m’accorder, et puis l’atmosphère était plutôt bon enfant, la présence des militants bergamasques me délivra de mes ultimes appréhensions, je pénétrai donc dans le studio d’enregistrement. Ils me présentèrent en insistant bien sur le fait que j’étais française avant de me poser quelques questions sur mes recherches, mes motivations... Je suis désormais rompue à l’exercice... Enfin, j’évoquai la question qui m’avait amenée dans le studio d’enregistrement, je parlai du mouvement antimondialisation français... Mais, à l’issue de ce développement, les questions se firent plus dérangeantes : le coordinateur fédéral voulut savoir ce que les Français pensaient de la Padanie... Je ne pouvais pas leur dire que la plupart n’en pensent rien... Vite, il fallait que je trouve quelque chose qui ne les froisse pas... Je finis par dire que les Français ne savent pas qu’il y a, en Italie, des réalités aussi différentes... Je parle déjà comme eux... Mais le pire était à venir... À la fin de l’émission, les Giovani Padani m’intimèrent de faire comme eux, de saluer en disant « Evviva La Padania ! » Le fait que moi, Française, je dise « Vive la Padanie ! » sur les fréquences de Radio Padania Libera compensait pour eux la marginalisation dont ils font l’objet à l’échelle européenne... Ma présence était déjà le signe d’une reconnaissance... Je venais de me faire piéger ! En même temps, c’était de bonne guerre, en interviewant le coordinateur des Giovani Padani, j’avais recueilli des propos susceptibles de le discréditer, c’était sans doute sa manière à lui de me les faire payer. (Note du 20/03/2000, Milan, via Bellerio)

110Le souvenir cuisant – pour ne pas dire humiliant – de cette déclaration contrainte ne m’a pas quittée avant plusieurs semaines.

111Cet épisode éclaire bien sûr ma position sur le terrain, position inconfortable certes, mais il met aussi en lumière les méthodes des leghisti. Ils cherchent toujours à prendre une revanche, un avantage sur leur adversaire ; cette revanche, le plus souvent symbolique, est toujours affirmation de supériorité. Il s’agit essentiellement de lui jouer un mauvais tour, de l’humilier, mais c’est encore mieux de faire en sorte qu’il s’humilie lui-même. L’un des gestes qui m’a le plus frappée au cours de mon enquête, c’est de voir un jeune militant de la Ligue aller vers un petit garçon d’origine maghrébine pour lui offrir un autocollant figurant le « soleil des Alpes ». Ces gestes ambivalents sont semble-t-il jubilatoires pour leurs auteurs. Le rire est toujours plus ou moins agressif, dans la plupart des cas, on rit « aux dépens de », mais dans la Ligue, l’agression devient le motif central du rire. Dans les discours d’Umberto Bossi, il devient difficile de distinguer la moquerie de l’injure pure et simple. Pour les éthologues, le rire n’est jamais qu’une façon (spécifiquement humaine) de montrer les crocs. L’Autre, objet du rire, s’apparente à une proie, et c’est toujours un sentiment de supériorité que l’on manifeste à travers le rire (Canetti 1966 : 237).

112La réversibilité à l’œuvre dans de nombreuses déclarations est également la source d’une grande satisfaction chez les militants : les activistes de la Ligue sont les « vrais » anti-fascistes, les femmes de la Ligue sont les « vraies » féministes, etc. Ils piègent plus sûrement leurs détracteurs en leur attribuant ce qui leur est ordinairement reproché, ils les entraînent alors dans une spirale de surenchères verbales mimétiques dont il devient difficile de sortir. Cette réversibilité éclaire également le fait que les auteurs de propos racistes en disent toujours plus long sur eux-mêmes que sur les sujets qu’ils visent.

Ce midi, le dernier numéro du Sole delle Alpi est au centre des conversations des militants. Les rédacteurs de l’hebdomadaire leghista ont réalisé tout un dossier sur l’excision - « l’horreur chez nous »(Il Sole delle Alpi, le 20/03/1999 : 18-22). Les journalistes avancent que 30000 femmes africaines présentes sur le territoire italien auraient subi cette mutilation et que de nombreuses autres mutilations pourraient être effectuées dans la clandestinité. Les rédacteurs du Sole delle Alpi prétendent même que la ministre des Affaires sociales, Livia Turco, aurait dit que « l’infibulation serait perçue par les Africains comme un acte d’amour auquel, pour des raisons identitaires, ils ne sauraient renoncer ». L’hebdomadaire, coutumier des détails sordides, s’est cette fois-ci surpassé et l’article suscite des commentaires outrés dans les bureaux. Daniele Belotti, feignant l’étonnement, s’exclame en souriant : « Comment ? Ils ne font pas jouir leurs femmes ? » La secrétaire de circonscription, Carolina, est révoltée devant tant de barbarie et se demande comment les féministes peuvent accepter que des populations qui pratiquent l’infibulation puissent entrer en Italie. Les remarques de mes deux informateurs en disent plus long sur eux-mêmes que sur le problème de l’excision dans les communautés émigrées en Italie ou ailleurs. Daniele ramenait le sujet à une question de rivalité sexuelle, tandis que Carolina se veut plus féministe que les féministes en s’élevant contre la présence des populations concernées. (Note du 25/03/1999).

113Jean Baudrillard (1981 : 208) suppose que c’est cette réversibilité qui, en relativisant nos valeurs, provoquerait le rire.

114Cette réversibilité commande également les relations conflictuelles que les militants entretiennent avec leurs « terroni » : ils manifestent toujours de la rancœur à l’égard de ceux-ci pour le mépris qu’ils leur auraient toujours témoigné : « Quand ils parlent du Nord, ils montrent des vaches » ; « Pour eux, nous sommes tous des pecoroni » [moutons]. En somme, les « terroni » les regarderaient comme des « culs-terreux ». Les Italiens se reprochent mutuellement de n’être que des paysans incultes. Ils évitent ainsi de s’en prendre aux élites qui ont toujours traité les paysans de ce pays avec le plus grand mépris. C’est dans une exigence de reconnaissance que se loge la violence. Le terrone hante le leghista comme son plus intime cauchemar. Les mécanismes psychologiques du racisme, on le sait, sont la projection phobique, le déni de l’Autre réel recouvert par les signifiants d’une altérité fantasmatique. Les « Nordistes » attribuent aux Méridionaux leurs propres travers. Cette réversibilité est parfois tellement évidente qu’elle en devient comique.

  • 16 Oriana Fallaci intervista Oriana Fallaci, supplément du Corriere della Sera, 6/08/2004 :35.

115La trilogie d’Oriana Fallaci, La force de la Raison (2002), La Rage et l’Orgueil (2004) et Oriana Fallaci s’interviewe elle-même. L’apocalypse (2005) suivent les mêmes logiques que les discours de la Ligue du Nord. Lorsqu’elle s’alarme du philo-islamisme (« un nouveau nazisme ») qui, depuis le 11 septembre, affecte l’Europe (« L’Eurabie ») et met en péril la civilisation occidentale, la journaliste se rapproche de Bossi tant sur la forme que sur le fond. Elle s’étonne cependant de rencontrer de la sympathie dans les rangs de la Ligue16.

116Cette propension à la réversibilité se manifeste aussi plus concrètement. Dans tous les échanges de coups intervenus au cours de mon enquête, les militants de la Ligue n’apparaissaient jamais comme les agresseurs, mais toujours comme les agressés. Leurs attaques sont toujours simulées : les membres de la Ligue se contentent de provoquer leurs adversaires pour engendrer la violence dont ils font le plus souvent les frais. En provoquant les clandestins dans les rues de Bergame, ils entendent les pousser à la faute pour ensuite faire intervenir les forces de l’ordre.

Notes

1 Notons au passage la contradiction : la commémoration des journées de Milan, événement majeur du processus d’unification nationale, réalise un détournement similaire à celui qui fonde la Ligue lombarde.

2 Entretien du 28/01/1999.

3 Les « comitati d’affari » sont des conseils municipaux composés d’entrepreneurs liés entre eux par des intérêts. Leur action institutionnelle n’est pas motivée par l’intérêt collectif, mais par des intérêts particuliers. Les fonds publics engagés dans tels ou tels projets leur profitent directement ou indirectement.

4 Le « buonismo » est « l’attitude de celui qui, en politique, défend l’idée qu’il faut dialoguer avec les adversaires avec politesse, tolérance et fair play ». Le terme a eu beaucoup de succès et il a été adopté dans d’autres champs d’activité, notamment le champ littéraire. On l’utilise avec une intention satirique qui vise essentiellement la gauche italienne. Le démocrate de gauche, Walter Veltroni, passe pour l’homme politique le plus « buonista » [angélique] d’Italie. Les journalistes ont également forgé un antonyme : « cattivismo » [diabolisme].

5 Les Italiens utilisent fréquemment comme intercalate [interjections] des termes vulgaires désignant le sexe féminin, qui varient d’une région à l’autre, révélant ainsi l’appartenance territoriale des émetteurs : potà en bergamasque, mona en vénète, etc. Souvent le sens s’est perdu avec l’usage. L’acteur comique Roberto Begnini a écrit un sketch qui reprend l’ensemble de cette terminologie, province par province.

6 Ériger une barrière linguistique afin de limiter l’accès au marché du travail local est une pratique ancienne. De nombreuses vallées alpines, au-delà des dialectes proprement dits, ont des jargons. Dans la Bergamasca, par exemple, le gaì était un jargon de pasteurs, les bergamì. Cette classe sociale marginalisée, qui évoluait parfois vers le brigandage (contrebande avec la Suisse), avait rendu son langage incompréhensible. À une époque encore relativement récente, toutes les professions manuelles avaient leur jargon. L’apprentissage de ces jargons s’effectuait dans le cadre familial, pour ainsi dire de père en fils, fermant ainsi l’accès de certaines professions aux personnes issues de milieux différents.

7 Ce terme désigne l’Africain et autrefois le Méridional ; le sud de l’Italie est appelé la Marocchia.

8 Irene Pivetti, née à Milan en 1963, est une ancienne journaliste de Radio A, l’antenne radiophonique de la curie milanaise ; elle a fondé avec Giuseppe Leoni la Consulta Cattolica de la Ligue du Nord. Elle a toujours été très active dans les milieux catholiques milanais et elle a cherché à y promouvoir les idées leghiste. On lui attribue la phrase : « Ton âme à Dieu, ton vote à Bossi. » Elue députée en 1994, Bossi l’imposera à la tête de la Chambre des députés. Après cette expérience gouvernementale, elle a rompu avec la Ligue (certains disent avec Bossi). Elle anime aujourd’hui une émission de télévision avec un transexuel.

9 Rosi Mauro, d’origine méridionale, d’où son surnom, est la secrétaire du Sin Pa (Syndicat padan).

10 Interview réalisée par Lucio Buonanno et Dino Satriano le 21/12/1992.

11 Le groupe italien Benetton (au même titre que McDonald’s) incarne aux yeux des militants la mondialisation. En promouvant un « consommateur global », la firme ouvrirait la voie à la « société multiraciale ». Selon certains, les campagnes publicitaires de Benetton favoriseraient le métissage. Les déclarations anti-leghiste de Luciano Benetton ne sont pas non plus pour leur plaire.

12 Lors des élections européennes de 1999, Daniele Belotti est le candidat qui a obtenu le plus grand nombre de voix dans la Bergamasca (plus de 10000).

13 L’expression « spararle grosse » signifie « dire des choses énormes ». Les mots dérivés du substantif français « gueule » n’ont pas d’équivalent en italien. C’est le chant sémantique du tir [sparare signifie tirer] qui en offrirait l’équivalent dans cette langue.

14 Dans tous les sondages de popularité réalisés ces dernières années en Italie, le leader de la Ligue du Nord arrive régulièrement en dernière position. Ses idées, en revanche, n’ont jamais été aussi populaires.

15 Les « macchiette » sont les figures stéréotypées de la bande dessinée.

16 Oriana Fallaci intervista Oriana Fallaci, supplément du Corriere della Sera, 6/08/2004 :35.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende En haut, le « porte-drapeau haut-parleur »,Piacenza, 4/03/2000.À gauche, le « chapeau padan »,Venise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540