Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idiotie en politique

 | 
Lynda Dematteo

Chapitre premier. La rébellion du Nord

Texte intégral

1Une profonde syntonie culturelle unit le leader de la Ligue du Nord à l’espace géographique qu’il représente. Il réalise à travers sa personne l’union d’un espace pluriel et compartimenté. Le Nord de la Ligue, ce n’est pas tout le Nord de la péninsule, la géographie électorale le prouve, c’est le « Nord profond », comme le définit Ilvo Diamanti dès 1993 (Diamanti 1993). C’est essentiellement la ligne des Préalpes, depuis Cuneo, dans le sud du Piémont, jusqu’au Frioul, avec des pointes électorales dans les provinces de Bergame, Brescia, Vicence et Pordenone. Ce Nord provincial s’est considérablement enrichi ces trente dernières années et affiche désormais son rejet de l’univers métropolitain. Comment et pourquoi le consensus autour de la nation s’estil désagrégé à partir des Préalpes ? Le ressentiment que la Ligue du Nord exprime vient de loin et ne saurait s’interpréter sans prendre en compte certaines constantes historiques dans les comportements politiques des populations de ces provinces : le souvenir de la domination étrangère, le conflit centre-périphérie, le patrimonialisme des élites locales, l’emprise culturelle du clergé catholique, le repli politique des classes subalternes et l’usage profondément pessimiste de la dérision en lieu et place de la critique.

LE SERMENT DE PONTIDA

2« Défaire l’Italie ou mourir ! », c’est sur ce mot d’ordre que les militants de la Ligue se réunissent à Pontida pour jurer de libérer la Padanie. La Ligue vient de remporter son premier grand succès électoral et, le 11 juin 1991, Bossi convoque dans ce petit village de la Bergamasca (province de Bergame) les nouveaux élus : « Nous sommes fatigués, aujourd’hui comme il y a huit siècles, fatigués d’être une terre d’invasions, investie d’abord par le Mezzogiorno et maintenant par le tiers-monde. » Il les invite à prêter serment. Le poing serré sur la poitrine, les élus répètent après lui : « Je jure fidélité à la cause de l’autonomie et de la liberté de nos peuples qui, aujourd’hui comme il y a mille ans, est incarnée par la Ligue lombarde et par ses dirigeants démocratiquement élus. » Umberto Bossi évoque la marche des armées lombardes contre le centralisme, avant d’apparenter ce nouvel engagement à celui qui lia leurs aïeux. Depuis cette date, chaque année au mois de juin, les militants de la Ligue du Nord envahissent Pontida pour raviver l’expérience fondatrice du mouvement qu’ils plébiscitent. Cette cérémonie fait du village un lieu politique. Pour tous les Italiens, Pontida est désormais indissolublement liée au leghismo.

3Un épisode historique contesté fait de ce village de la Bergamasca un lieu de mémoire (Brunello 1996 : 16-28). La légende veut que, le 4 avril 1167, les émissaires des villes lombardes se soient réunis secrètement dans l’abbaye bénédictine de Pontida et y aient fait le serment de rester unis jusqu’à ce que Frédéric Barberousse soit défait et Milan reconstruite. Ainsi naquit, sous la bénédiction du pape Alexandre III, la première Ligue lombarde. Le leader de la Ligue entend réactiver ce mythe : « Le symbole est de mon invention, j’y ai réfléchi longtemps et je me suis convaincu qu’il fallait trouver quelque chose de radicalement nouveau par rapport aux symboles autonomistes habituels tels que les lions vénitiens, les aigles habsbourgeois, les blasons des anciennes dynasties [...]. Le mythe le mieux adapté était sans doute la ligue des vingt communes lombardes, mais également émiliennes, piémontaises et vénètes qui s’allièrent au XIIe siècle pour chasser l’empereur Frédéric Barberousse, porte-drapeau du centralisme médiéval. » (Bossi et Vimercati 1991 : 41) L’élaboration symbolique est sans doute habile, mais elle fut conceptualisée bien avant l’entrée en politique d’Umberto Bossi.

  • 1 Ces symboles appartiennent tous au culte ambrosien. Le catholicisme milanais (en référence à saint (...)

4Lorsqu’ils créent la Ligue du Nord en 1982, Bossi et ses compagnons réinvestissent en fait l’ensemble des symboles qui, de la destruction de Milan (1162) à la paix de Constance (1183), illustrent les hauts faits de la Ligue lombarde. Ce sont pour l’essentiel d’anciens symboles guelfes : Alberto Da Giussano, le guerrier qui s’y illustra et qui figure désormais sur le symbole officiel du parti ; le carroccio, un char à bœuf-autel supportant la sainte croix d’Ariberto, qui garantit aux Lombards la victoire à Legnano (1176) ; le serment de Pontida qui n’est autre que l’acte fondateur de cette alliance des cités contre le Saint Empire romain germanique1. C’est ainsi toute la poétique leghista qui se nourrit de cette imagerie médiévale dégradée. Cet imaginaire partisan prêterait même à sourire s’il ne s’était révélé d’une redoutable efficacité en entrant en résonance avec une culture particulariste pluriséculaire, désormais émancipée de la tutelle démocrate-chrétienne. Le discours autonomiste de la Ligue du Nord s’oppose en effet, point par point, aux discours centralistes, qu’ils soient fascistes ou communistes, et renvoie systématiquement dos à dos les deux idéologies totalitaires. Au clivage gauche/droite, il substitue l’ancien clivage guelfes/gibelins, désormais seul pertinent dans la lutte que mène la Ligue du Nord pour la libération des peuples padans.

5Pourtant, rien ne laissait présager un tel choix. Bien avant que les ligues du Piémont, de la Lombardie et de la Vénétie n’envahissent le village, Pontida avait été l’un des hauts lieux de la mémoire risorgimentale. En revendiquant pour son mouvement le nom de la Ligue lombarde, Bossi s’emparait d’un mythe bien structuré, voire saturé par les mentions dont il a pu faire l’objet depuis 1830. Il exhumait une vieille légende patriotique pour mieux en subvertir le sens.

6Sous la Restauration, l’épopée glorieuse des guerriers lombards était censée rappeler aux Italiens que la domination et la honte n’avaient pas toujours été leur lot commun. Le serment de Pontida ne pouvait que séduire les patriotes : contrat social à l’échelle de la Lombardie, il devint sous leurs plumes la promesse de la libération ; unis contre les Autrichiens comme jadis les guerriers lombards contre le Saint Empire romain germanique, la victoire leur appartiendrait, ils seraient libres. Dans sa version risorgimentale, Pontida est un symbole antigermanique. Les patriotes font de la lutte contre l’« envahisseur » le fil conducteur de l’historiographie nationale.

7Le serment de Pontida est en effet un pur produit de ce qu’il est convenu d’appeler la « révolution littéraire ». C’est un poème de Giovanni Berchet qui diffusa ce thème dans les cercles libéraux de la Lombardie-Vénétie. Les deux strophes qui suivent sont les plus célèbres ; elles furent régulièrement reprises par les orateurs jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale :

L’han giurato. Li ho visti in Pontida
convenuti dal monte, dal piano.
L’han giurato ; e si strinser la mano
Cittadini di venti città.

  • 2 « Ils en ont fait le serment, je les ai vus à Pontida/Se réunirent ceux de la montagne, ceux de la (...)

Oh spettacol di gioia ! I Lombardi
son concordi, serrati in una Lega.
Lo straniero al pennon ch’ella spiega
Col suo sangue la tintà darà2.

  • 3 Le néo-guelfisme fut théorisé par Vincenzo Gioberti (1801-1852). Ce prêtre patriote était favorabl (...)

8La scénographie du serment est belliqueuse : les barons mandatés par les cités jurent de rester unis en levant leurs épées devant l’autel, l’abbé de Pontida sanctifie leur combat en bénissant les drapeaux, la guerre de libération nationale sera une croisade. La religiosité du symbole est tout aussi marquée : la discorde est une malédiction, la servitude un état contrenature, l’unité, l’accomplissement de la volonté divine. Le 4 avril 1848, défiant le pouvoir habsbourgeois, les patriotes lombards se réunissent dans le cloître de l’abbaye de Pontida, comme jadis leurs ancêtres. On fait dire une messe, on bénit les drapeaux italiens portant le blason de la maison de Savoie et l’effigie des papes Alexandre III et Pie IX ; le discours fait bien évidemment référence aux vers de Berchet. Le nom de Pontida se diffuse alors dans tout le nord de l’Italie. Pour les artisans de l’Unité, Mazzini, Garibaldi, mais surtout pour les partisans du néo-guelfisme3, Pontida allait devenir le « sublime exemple » qu’il convenait d’imiter.

  • 4 La prise de Porta Pia est le dernier acte de l’unification italienne. Malgré les tergiversations d (...)
  • 5 « Il ne convient pas ». L’Unité italienne achevée, aux dépens des États pontificaux (1871), le tri (...)

9D’abord essentiellement associé aux luttes de la libération nationale, le serment de Pontida devint, une fois les Autrichiens défaits, le lieu où l’Église et la Patrie étaient susceptibles de se réconcilier, car la prise de Porta Pia4 et la dislocation des États pontificaux mirent un terme aux ambitions des néo-guelfistes et alimenta, en retour, leur rancune contre la monarchie libérale et centralisatrice des Piémontais. Le conflit entre catholiques et laïcs devait nuire à l’élaboration d’une mémoire nationale commune : les catholiques firent de Pontida le symbole de leur résistance passive, tandis que les laïcs s’emparaient de Legnano, le site de la principale bataille contre Barberousse. Pour les premiers, les « ennemis de la concorde », ce n’était plus les étrangers, mais tous ceux qui ne respectaient pas le non expedit de la papauté5.

10Depuis le Risorgimento, la politique est pour les catholiques italiens ce qui engendre la discorde au sein de la communauté, et la discorde est un péché. Le serment de Pontida met en scène l’unanimité retrouvée et symbolise pour eux la résolution de ce conflit. Sa première commémoration, en 1912, témoigne de la volonté de mettre un terme à la querelle entre catholiques et laïcs : les premiers s’étaient semble-t-il convaincus de la stérilité de leur retrait politique. Les fascistes usèrent indistinctement des deux symboles (Pontina et Legnano) et les discréditèrent largement. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, seules quelques publications catholiques destinées à la jeunesse y faisaient encore référence. La sécularisation de la société italienne acheva de rendre obsolète ces symboles, qui sombrèrent dans le folklore.

11En détournant ce vieux symbole, le leader de la Ligue entendait, d’une part, légitimer la lutte qu’il mène en s’attribuant le soutien du clergé catholique, avec la complicité objective des médias nationaux, et, d’autre part, imposer sa version du Risorgimento contre celle des démocrates-chrétiens. Si Pontida resurgit aujourd’hui sur le devant de la scène, c’est que la nation n’est plus consensuelle. Tant qu’elle le fut, on négligea la ville symbole de la première guerre d’indépendance, elle avait rempli son office. L’affaiblissement de l’État-nation ramène au contraire les Italiens du Nord à Pontida, pour un contre-rite qui en dramatise d’une certaine manière la fin.

12En envahissant Pontida pour en faire le symbole de la liberté padane, la Ligue du Nord retourne en effet contre la Nation ses propres symboles (Dematteo 2001 : 143-152). Le leader ne modifie pas fondamentalement le schème sémantique, qu’il réactive au bénéfice de la Padanie – il s’agit toujours d’unifier pour libérer –, seulement il en inverse les termes : hier les Lombards se rangeaient sous la bannière tricolore contre l’empereur François-Joseph, aujourd’hui ces mêmes Lombards récusent l’autorité gouvernementale de Rome et font valoir leurs racines celtes et leur héritage autrichien pour affirmer leur spécificité régionale.

13La nature belliqueuse du serment de Pontida ne laisse aucun doute, la dimension provocatrice de son détournement non plus. C’est un appel au consensus qui prélude l’affrontement : il symbolise la conversion de la violence réciproque en violence unanime. Le ressort de cette conversion, c’est l’étranger. Seul susceptible de détourner la violence qui caractérise les rapports des cités entre elles, il tient lieu de victime émissaire.

14Le symbole risorgimentale repose explicitement sur l’antique clivage xénophobe Romains/Barbares. Les leghisti remettent aujourd’hui en cause l’identification Romains/Italiens et retournent le clivage traditionnel. L’étranger, ce n’est plus le Barbare puisque c’est désormais le Nord qui incarne la civilisation. L’étranger, c’est le Romain, c’est-à-dire l’État italien, incarné localement par les fonctionnaires méridionaux, réputés incompétents, et, en élargissant le cercle des « indésirables », ce sont les Albanais, les Maghrébins, etc. Le symbole leghista est brouillé puisque la liberté prime désormais sur l’unité de la nation ; elle ne supporte plus de conditions, il faut briser les chaînes italiennes pour renaître libre et payer moins d’impôts. L’Église catholique refuse cependant de sanctifier le combat de la Ligue de Bossi et condamne la cérémonie sacrificielle qu’il met en scène près du monastère.

15Les leghisti ne nient pas que le serment de Pontida soit un symbole risorgimentale, « le lieu même où la Nation fut inventée » (Roveda 1997 : 101), ils ne font que minimiser le sentiment national italien car, selon eux, se dissimule derrière cette appartenance formelle, un guelfisme originel, un particularisme atavique, en somme du leghismo avant la lettre. En substituant à un sentiment d’allégeance nationale affaibli, un sentiment d’allégeance locale plus vigoureux, ils espèrent moraliser la vie publique de leur région et, incidemment, celle de la nation tout entière. Les spécialistes savent que la régionalisation a multiplié les sources de corruption au sein du système politique italien, mais les leghisti partent du principe qu’un système politique local conçu et géré par des Lombards serait plus efficace et moins dispendieux. Leurs détracteurs les surnomment volontiers, par dérision, le « peuple des honnêtes », car les révélations du pool « Mains propres » démentent ces affirmations chauvines.

  • 6 Les tangenti sont des pots de vins. Milan fut surnommée Tangentopoli après les révélations des jug (...)

16La réactualisation du serment répondait donc également à des exigences plus conjoncturelles : par-là, le leader entendait s’assurer de l’incorruptibilité des nouveaux élus. Il fallait que la nouvelle structure se prémunisse contre l’« embrassade mortelle du système ». Dans l’imagerie partisane de la Ligue du Nord, la Première République est en effet apparentée à une pieuvre. Ce nouveau serment est un appel à une plus grande responsabilité collective. La « Révolution leghista » n’est pas seulement le fruit d’une protestation, c’est aussi une « Renaissance fédéraliste » qui fera du « règne de Tangentopoli6 » un pays moderne, libéral et démocratique.

17En exhumant le serment de Pontida, c’est-à-dire le symbole du Risorgimento des catholiques lombards, le leader de la Ligue du Nord retourne aux origines de la culture politique démocrate-chrétienne et répète symboliquement l’acte de fondation nationale au profit, non plus de l’Italie, mais de la Padanie. L’aspect iconoclaste de cette relecture historique contribue au succès populaire du mouvement et révèle le caractère éminemment paradoxal de l’entreprise leghista : comment des indépendantistes peuvent-ils prétendre engendrer un nouvel espace politique en réinvestissant un ancien symbole national ? La construction symbolique du parti est le produit d’une inversion qui affecte la mémoire du Risorgimento et, partant, l’identité italienne. Il n’est pas anodin que cette refondation parodique ait lieu dans un village de la Bergamasca.

COMMENT LES BERGAMASQUES FIRENT ET DÉFIRENT L’ITALIE

18La perspective qui s’offre au visiteur qui sort de la gare de Bergame est remarquable à plus d’un titre. Lorsqu’une légère brume nimbe la plaine lombarde, l’ancienne cité vénitienne qui domine la ville basse semble suspendue dans les airs. Construites à flanc de colline, ses imposantes murailles du XVIe siècle rappellent que Bergame était l’avant-poste occidental de la république de Venise. Le profil de la cité, avec ses dômes, ses clochers et ses tours, se détache sur les premières chaînes montagneuses des Alpes. Par temps clair, on aperçoit de ses remparts, par-delà la plaine lombarde, la ligne des Apennins.

19Le contraste qu’offrent la ville haute et la ville basse fait de Bergame une « ville double » ; on prétend même que les Bergamasques sont « doubles », à l’image de leur ville. L’ancienne cité vénitienne concentre les activités spirituelles et intellectuelles. Depuis l’expansion électorale de la Ligue lombarde, la culture semble s’y être réfugiée. Ses palais intéressent peu les habitants des vallées qui, pour beaucoup, ne les ont jamais visités. Le patrimoine immobilier de la ville haute appartient essentiellement à l’Église. Les remparts renferment le plus grand séminaire d’Italie – Bergame est parfois surnommée « l’antichambre du Vatican » – et abritent une université encore embryonnaire, compte tenu de l’expansion démographique et économique de la province. La ville basse concentre aujourd’hui l’activité tertiaire (banques, cabinets comptables, juridiques, etc.). Entre les deux villes, le rythme est aussi différent que possible : si tout le monde semble affairé dans les rues de la ville basse, on flâne dans les ruelles de la ville haute ; nombreux sont les riches Milanais qui ont trouvé refuge dans les palais qu’enserrent les murailles vénitiennes.

  • 7 Le « duché de la place Pontida » a été créé en 1924 par des personnalités anticléricales qui récla (...)

20La ville moderne s’est développée en toile d’araignée autour des antiques borghi : les routes qui permettaient aux marchands d’atteindre les différentes portes de l’ancienne cité se sont rapidement urbanisées, les familles vénitiennes firent édifier leurs demeures le long de ces voies d’accès. Le borgo Pignolo, entre la place Santo Spirito et la porte Sant’Agostino, avec ses palais vénitiens et ses dix-sept églises, passe aujourd’hui pour l’une des plus belles rues d’Italie septentrionale. Le borgo Sant’Alessandro, le plus ancien et le plus fréquenté, relie la place Pontida à la porte San Giacomo. C’est ici, entre les bistrots et les étals que circulaient jadis les chanteurs ambulants, les poètes bergamasques et les « personnages » qui amusaient les gens du peuple tout en alimentant leur conscience critique. Le « duché de la place Pontida », la société de carnaval de la ville, témoigne de l’ancien esprit polémique du quartier7.

21Le nouveau centre citadin, qui s’étend entre les borghi Pignolo et Sant’Alessandro, est traversé dans un sens par l’avenue Jean-XXIII et dans l’autre par le sentierone. Lorsque l’on remonte l’avenue Jean-XXIII de la gare en direction de la ville haute, on aperçoit sur la gauche la rédaction de L’Eco di Bergamo, le quotidien catholique de la province, la voix de la curie bergamasque. Les habitants disent le « Leco » et les plus anticléricaux d’entre eux prétendent qu’on ne l’achète que pour son interminable rubrique nécrologique. Le sentierone, qui coupe l’avenue Jean-XXIII au-dessus des deux petits temples néo-classiques de Porta Nuova, est le lieu traditionnel de la promenade. De la place Pontida à la place Santo Spirito, les Bergamasques se croisent entre le théâtre Donizetti et le grand café des Balzer. La partie supérieure de l’avenue Jean-XXIII est encadrée par des banques et les grosses berlines allemandes qui la remontent témoignent de l’enrichissement de la province.

22Cette partie de la ville basse est marquée par l’architecture fasciste. Les Bergamasques sont connus pour leur patriotisme. À Bergame, la ferveur mussolinienne ne fut démentie que par la mobilisation anti-fasciste de 1943. La férocité de la guerre civile a laissé des traces profondes dans les mémoires. Depuis l’avenue Jean-XXIII, on aperçoit sur la gauche, derrière Porta Nuova, un cadavre de bronze suspendu par les pieds : c’est le monument des partisans. La Nation, déchirée entre mémoire fasciste et mémoire anti-fasciste, fut désinvestie par les élus locaux pendant presque cinquante ans. Dans l’après-guerre, les démocrates-chrétiens ont occupé les sièges des institutions locales contre les fascistes, appuyés par les industriels locaux. La gauche laïque a toujours été marginale dans cette province qui fut durant plus d’un demi-siècle la vitrine du catholicisme social.

23La géographie électorale du nord de l’Italie recoupe des espaces mémoriels clairement distincts : le royaume de Piémont-Sardaigne à l’ouest et la Lombardie-Vénétie autrichienne à l’est. Dans ce panorama, la Bergamasca occupe une place à part, on la surnomme volontiers la « Vendée blanche ». La Padanie ne se définit pas comme un espace géographique mais plutôt comme un espace social et politique. À l’époque du Risorgimento, les « austriacanti » étaient pour les patriotes, les partisans de la monarchie habsbourgeoise. Avec l’émergence du leghismo, ce qualificatif désobligeant est réapparu dans les quotidiens italiens pour dénoncer des nostalgies légitimistes. Le bicentenaire de la chute de la république de Venise fut caractérisé par des manifestations anti-unitaires et réactionnaires.

24C’est dans ce contexte idéologique qu’il faut interpréter l’assaut du campanile de Venise : dans la nuit du 8 au 9 mai 1997, quatre Vénètes parvinrent à s’introduire dans les étages supérieurs du campanile. Ils avaient avec eux une arme défectueuse, le gonfalon de la Sérénissime et une antenne leur permettant de pirater les canaux de transmission audio de la RAI. Cette dernière permettra de les identifier comme les auteurs d’un précédent communiqué radio : le 17 mars 1997, ils avaient déjà fait entendre leur voix sur les canaux de Vénétie en déclarant être les représentants du Sérénissime gouvernement vénète constitué le 25 janvier 1987, dans la clandestinité. Ils affirmaient vouloir libérer l’antique territoire de la république du joug de l’État italien et dénonçaient « l’exploitation coloniale, la dégradation morale, spirituelle et économique, la falsification de [leur] histoire pluriséculaire et l’humiliation subie par la Sérénissime patrie vénète occupée par les forces italiennes qui l’envahirent sans droits aucuns, il y a maintenant cent trente ans. » Les quatre autonomistes voulaient occuper le campanile pendant plusieurs jours, afin d’empêcher la commémoration de la chute de la république de Venise (1797), mais ils furent saisis par la police après quelques heures seulement, de même que leurs complices, qui se trouvaient sur la place Saint-Marc dans un véhicule maquillé en char d’assaut dont l’image a fait le tour du monde. Cette action qui a posteriori paraît grotesque suscita une vive émotion en Italie. Les autorités, ne sachant pas très bien comment l’interpréter, la prirent résolument au sérieux, et les quatre « pieds nickelés » passèrent pendant une semaine pour de dangereux activistes indépendantistes. La Ligue du Nord prit alors ses distances, dénonçant une « manipulation du régime », mais une fois la fièvre retombée, elle fit des « sérénissimes », les martyrs de sa cause.

  • 8 L’anthropologie politique a démontré ces dernières années que les pratiques politiques s’inscriven (...)

25Les événements du Risorgimento sont ainsi essentiels à la compréhension des orientations politiques des Italiens du Nord. Le comportement politique n’est pas seulement déterminé par les derniers bouleversements nationaux, mais par des caractéristiques relativement stables. Lorsque l’on se penche sur la presse bergamasque, à un siècle de distance, on est frappé par la récurrence de certains discours. Une perspective diachronique relativise considérablement l’idée de « révolution leghista8 ». Umberto Bossi mobilise des thématiques ancestrales au profit de préoccupations contemporaines. Lorsqu’il qualifie ses opposants de « jacobins » ou de « francs-maçons », il nous ramène directement en 1797. L’enquête ethnographique met à jour ce que Marc Abélès (1992 : 15-30) appelle des « renchaînements de temporalités ».

  • 9 Nommé sénateur à vie, le démocrate-chrétien Giulio Andreotti fut plusieurs fois président du Conse (...)

26De nombreux monuments commémoratifs rappellent que les Bergamasques prirent une part active à la renaissance nationale. Bergame est la ville la plus décorée d’Italie pour le « généreux don de soi en faveur du Risorgimento de la patrie italienne ». Garibaldi lui-même l’aurait baptisée « la cité des Mille » en souvenir des cent quatre-vingts Bergamasques qui l’accompagnèrent dans son expédition. Lorsqu’il veut accréditer le patriotisme de ses partisans, le leader de la Ligue réaffirme, devant des parlementaires hilares, que ce sont les Bergamasques qui ont fait l’Italie. Il estime néanmoins que l’esprit du Risorgimento a été trahi par les élites libérales et les Méridionaux, qu’il accuse d’être restés fidèles à la monarchie napolitaine des Bourbons-Parme ! La presse nationale ne manque jamais d’ironiser sur les analyses historiques d’Umberto Bossi. Le 30 novembre 2002, un dessin paraissait dans La Stampa, figurant Bossi qui, du haut de la tribune, affirmait : « L’Italie fut faite au Nord par les Bergamasques de la ville haute et au Sud par les Bergamasques de la ville basse... Quant au centre... Il y avait déjà Andreotti !9 »

  • 10 Entretien réalisé le 13/03/2000.

27Comment les Bergamasques en sont-ils arrivés à soutenir, derrière Bossi, que l’Italie n’a jamais réellement existé ? Sur ce paradoxe, Mauro Gelfi, le directeur du musée historique de Bergame (ancien musée du Risorgimento), porte un jugement définitif : « Quand les mythes tombent, ils tombent complètement.10 » Il fait remonter l’effondrement du mythe national aux événements de 1968. Pour lui, les exégètes d'Antonio Gramsci (1949) auraient pris au pied de la lettre ce qui n’était chez lui qu’une hypothèse de recherche : le penseur italien aurait voulu démontrer que le Risorgimento fut conduit par les fils de la bourgeoisie citadine et que les masses y restèrent pour l’essentiel étrangères. Mais prétendre, comme le firent les communistes avant les leghisti, que jamais un paysan bergamasque n’a participé au mouvement de libération, c’était porter un coup fatal au mythe national.

28Pour Mauro Gelfi, c’est essentiellement sur l’opposition ville-campagne qu’achoppe la mémoire du Risorgimento. Les paysans de nombreuses provinces septentrionales ne se reconnaissent pas dans la Nation à laquelle ils sont censés appartenir. Les classes subalternes des provinces du nord de l’Italie n’ont jamais vraiment participé à l’unification de la péninsule. Dans les vallées des Alpes, le pouvoir de Turin, puis celui de Rome, fut toujours perçu comme « étranger ». Le mythe de l’unité nationale est mis à mal dès la fin du XIXe siècle : les méridionalistes lisent l’unification en termes de « colonisation » et les anti-méridionalistes répliquent en condamnant la « race méridionale ».

  • 11 Ettore A. Albertoni, juriste et historien, pendant vingt ans professeur d’histoire des doctrines p (...)

29Les différentes mémoires de la révolution nationale sont très conflictuelles et la désaffection de ses musées en témoigne : celui de Rome n’existe plus, celui de Bologne a été transféré en périphérie, celui de Milan ne reçoit pas plus de visiteurs que celui de Bergame, qui a lui-même été fermé pendant dix-huit ans en dépit de son succès. C’est sous l’impulsion de la municipalité de centre gauche qu’il a été réouvert en 1997, sous le nom de « Musée historique de la cité ». Il a surtout une vocation pédagogique : l’exposition qu’il présentait en 1999, « Le Mensonge de la Race », était destinée aux écoles de la Bergamasca. À cette occasion, le musée organisa un colloque réunissant des historiens et des politiciens. Les représentants de la Ligue y furent conviés et s’y montrèrent tout à fait courtois. Le professeur Ettore A. Albertoni11 participa aux débats et se contenta de dénoncer l’usage politique du mythe risorgimentale. Pour Mauro Gelfi, le « contre-mythe » leghista (s’il en est un) n’a aucune épaisseur intellectuelle, il s’agit plutôt d’« une grande colère devant un échec patent ». D’ailleurs, chose étrange, à Bergame, les monuments commémoratifs n’ont jamais fait l’objet de dégradations.

30L’histoire du Risorgimento est étroitement liée à celle de la Révolution française. La campagne d’Italie renforça la conscience nationale des populations cisalpines. Si les patriotes italiens étaient jacobins et regardaient vers la France, les réactionnaires étaient pro-autrichiens et regardaient avec déplaisir la formation du nouvel État national. Les campagnes de la Lombardie-Vénitie étaient farouchement anti-jacobines pour des raisons sociales : lors de la campagne d’Italie, l’ancienne animosité entre citadins et paysans s’est en effet muée en conflit entre jacobins et partisans de l’Ancien Régime. La révolution bergamasque a de ce point de vue modelé les structures idéologiques de la province. Les populations des vallées ont pris le parti des Autrichiens contre les jacobins de la cité, parce que leurs anciens statuts communaux leur garantissaient des conditions d’échange plus favorables que les nouvelles règles libérales. Nous pouvons déterminer que les événements de 1797 sont à la source du conflit politique qui se noue entre Bergame et sa province. La mémoire de l’ancien conflit centre-périphérie fut réactivée à l’occasion de l’institution de la république citadine de Bergame.

31Dans l’histoire italienne, la ville est aussi un principe d’organisation qui soumet tout le territoire. L’ensemble politique constitué par la città et son contado était ainsi régi par des rapports de subordination territoriaux pluriséculaires. Les propriétaires terriens ne vivaient pas sur leurs terres, mais dans les villes. Pour asseoir sa domination sur les territoires de la Terraferma et contenir les ambitions politiques des cités les plus florissantes de la plaine padane, la république de Venise accorda aux vallées une large autonomie administrative. En agissant de la sorte, elle s’assurait du soutien des provinciaux et rééquilibrait les relations de pouvoir sur le territoire. En 1428, cette politique lui permit d’étendre sa domination sur la commune de Bergame. C’est à partir de là que se consolida dans les campagnes de la Terraferma le mythe des « sanctissime leze » [lois très saintes] de la république de Venise. Lorsqu’ils évoquent avec nostalgie les anciens statuts communaux de la Sérénissime, les maires leghisti des vallées bergamasques ne font que ranimer une ancienne croyance paysanne.

32Mis à part ces privilèges, l’organisation administrative de la république était archaïque et l’esprit patrimonial des plus fortunés allait bientôt retirer aux communes rurales tout caractère démocratique. Certains petits seigneurs s’approprièrent les terres communales et établirent bientôt leur domination sur des communautés entières. À partir du XVIe siècle, l’Italie septentrionale connut ainsi une phase de re-féodalisation qui exacerba les tensions entre les villes et leurs provinces, car les citadins en furent les principaux bénéficiaires. La hiérarchie sociale se rigidifia et ce mode de gouvernement oligarchique resta inchangé jusqu’à la chute de la république de Venise. Seule Marie-Thérèse d’Autriche se préoccupa de moderniser le système administratif des provinces de la Lombardie-Vénitie. Lorsque les troupes du Directoire pénétrèrent en territoire vénitien, elles entendaient bien abattre le plus vieux régime féodal d’Europe occidentale.

33Les Bergamasques ne leur opposèrent aucune résistance, ce qui ne manqua pas de surprendre Bonaparte, qui le nota dans son journal. En réalité, la bourgeoisie citadine, enrichie par le commerce des étoffes, supportait de moins en moins bien la pression fiscale de Venise et, lorsque les troupes du Directoire entrèrent dans la province, elle prit son destin en main (Gelfi 1996). C’est ainsi que, le 13 mars 1797, les patriotes de la cité prirent les armes contre le représentant local du sénat vénitien, détruisirent les symboles de l’Ancien Régime et plantèrent sur la place Pontida l’arbre de la liberté. Bergame se constitua alors en république autonome. Les érudits locaux ne voulurent voir dans cette république qu’un sursaut de l’Ancien Régime, une tentative autonomiste. Mauro Gelfi conteste cette lecture : les discours des acteurs prouvent bien qu’ils inscrivaient leur entreprise dans un espace politique plus vaste : l’Italie.

  • 12 Avant le bicentenaire de la Révolution française, ces événements faisaient l’objet de thèses préco (...)

34Entre cette date et la signature du traité de Campoformio, qui entérina le 17 octobre 1797 la domination napoléonienne sur la république Cisalpine, ce fut la seule véritable expérience d’autonomie politique citadine qu’ait connue la ville depuis la période communale du Moyen Âge (Belotti 1959). Le peuple non seulement participa avec enthousiasme aux fêtes civiques organisées par la municipalité, mais entra également dans certaines institutions, ce qui entraîna de notables bouleversements dans la culture politique et les mœurs des Bergamasques, contrairement à ce qui a pu être dit par la suite12. Seuls les paysans restèrent à l’écart des événements, quand ils ne prirent pas directement le parti de l’Ancien Régime. Il ne s’agissait pas d’une réelle prise de position en faveur de Venise, mais bien plutôt de craintes relatives aux réformes engagées. Les 30 et 31 mars 1797, des montagnards, le symbole de Saint-Marc sur la poitrine et le crucifix sur le cœur, descendirent vers la ville pour renverser le nouvel ordre citadin. Huit mille hommes se massèrent aux portes de Bergame ; et la municipalité ne serait pas venue à bout de la révolte sans l’intervention des troupes françaises (Preto 2000).

  • 13 Depuis le début des années 1990, de nombreux ouvrages non académiques sont consacrés aux insurrect (...)

35Les montagnards qui prirent jadis les armes contre le centre provincial sont les actuels points de force de la Ligue du Nord. Les élus locaux du mouvement cultivent d’ailleurs volontiers le souvenir des insurrections paysannes13. Les autonomistes bergamasques tiennent en effet à inscrire leur action dans une histoire locale qui ne se réduit pas uniquement à des éléments du patrimoine folklorique local. Le président leghista de la province affichait sa nostalgie aristocratique en portant sur sa veste un pin’s figurant le lion de Saint-Marc ; ses détracteurs le surnommaient par dérision « le doge ». À la veille des élections administratives de 1999, la province leghista faisait distribuer dans les classes de terminale un manuel d’histoire locale qui parcourait les principaux événements depuis les Celtes et la conquête romaine jusqu’à la chute de la Sérénissime (Albertoni, Bracalini et Percivaldi 1999). L’ouvrage présentait la révolution bergamasque comme une manœuvre des troupes françaises et de leurs sympathisants francs-maçons ; et, selon eux, par pur opportunisme, les élites vénitiennes ne s’y opposèrent pas afin de protéger leurs statuts.

  • 14 Carlo Cattaneo (1801-1869), savant originaire de la Val Brembana, plusieurs fois condamné par la c (...)

36Les espoirs de la bourgeoisie bergamasque furent néanmoins rapidement déçus par les occupants. Entre 1809 et 1813, la province connut une vague d’insurrections anti-françaises. La Restauration ramena les troupes autrichiennes à Bergame qui les accueillit avec indifférence sinon avec soulagement, car la police de l’Empire habsbourgeois allait bien vite ramener l’ordre dans la province. Mais l’esprit d’indépendance de la ville ne se démentit point : en 1848, Bergame, comme Milan, s’insurgea contre les Autrichiens, qui furent bientôt contraints d’abandonner la cité. À cette époque, le fédéraliste Carlo Cattaneo14 fréquentait probablement les cafés la place Pontida. De 1848 à 1860, les Bergamasques participèrent activement au processus d’unification. Le 8 juin 1859, Garibaldi entra dans la ville, suivi des « volontaires » bergamasques qui l’avaient accompagné. Souvent très jeunes, issus pour la plupart de la bourgeoisie citadine, ils s’étaient engagés pour construire une Italie respectueuse des autonomies locales, mais ils furent déçus par le gouvernement piémontais. La république fédérale pour laquelle ils s’étaient battus eut bientôt un roi savoyard et une administration centralisatrice calquée sur le modèle français.

37Les garibaldiens bergamasques nourrirent un profond ressentiment à l’égard des élites piémontaises qui allaient investir l’administration de la Lombardie-Vénitie pour imposer leur système juridique. Les Lombards avaient conscience d’être avant-gardistes sur bien des points et regardaient avec déplaisir l’extension du système piémontais sans pouvoir le manifester ouvertement, sous peine de passer pour traîtres à la Nation (Chiercini 1978 : 82-120). Aujourd’hui encore, si certains autonomistes piémontais nourrissent des nostalgies monarchistes, les autonomistes bergamasques se déclarent républicains et manifestent toujours de l’hostilité à l’égard de la maison de Savoie.

  • 15 Gabriele Rosa (1812-1897), élève et ami de Carlo Cattaneo, affilié au mouvement Giovine Italia. Ar (...)

38Les fédéralistes bergamasques furent les grands perdants du Risorgimento. Fiers de leurs spécificités municipales, ils voulaient préserver leur autonomie administrative. Carlo Cattaneo et son élève Gabriele Rosa15 dénoncèrent dans leurs écrits la rhétorique nationaliste italienne et la forme autoritaire et centralisatrice prise par l’État. Ils envisageaient l’Italie comme un ensemble de libres consortiums civils fondés sur des communautés de peuples hétérogènes plutôt que sur l’unité et la domination. La communauté municipale était pour eux l’élément de base d’un système fédéral qui prenait en considération l’éventualité d’une intégration supranationale européenne. Umberto Bossi tentera de s’approprier la mémoire de Carlo Cattaneo. Pourtant, ce penseur était convaincu que les progrès de la civilisation résultaient de la mixité culturelle ; il ne voyait pas de contradiction entre la valorisation des identités locales et le sentiment national, bien au contraire, la culture italienne devait se nourrir de ses traditions populaires.

39Mais la déception des citadins n’était rien en comparaison de l’hostilité déclarée du clergé. Le tableau que nous livre le préfet piémontais nommé à Bergame au lendemain de l’annexion de la Lombardie au royaume de Piémont-Sardaigne présage mal de l’intégration de cette province (Centurione 1995). Son rapport, daté du 6 avril 1860, nous instruit sur la réalité économique, sociale et culturelle de la province, mais également sur les idéaux et les ambitions de la classe dirigeante de l’État italien en voie d’unification. La province de Bergame, jadis l’une des plus riches de la Lombardie, se trouve alors dans une situation économique difficile. Ses habitants ne voient pas de différence entre l’ancien et le nouveau gouvernement et se moquent de ses droits politiques. Du nouvel ordre, ils attendent avec impatience une diminution des impôts, la fin de la conscription et une autonomie administrative sans aucun contrôle. L’arriération culturelle des élus locaux met en péril la réorganisation administrative de la province ; et, sans les commissaires, l’administration locale ne fonctionnerait tout simplement pas.

40Le préfet s’alarme surtout de l’influence déplorable que les membres du clergé exercent sur la population. Animées par un guelfisme originel, les communautés bergamasques font bloc derrière leurs prêtres. Ces derniers sont hostiles à la cause nationale et alimentent la sourde agitation qui couve dans les campagnes. Dans la haute Bergamasca, le nouveau préfet se heurte à un évêque intransigeant qui s’efforce de contrecarrer les « progrès de l’athéisme » en s’opposant farouchement aux réformes libérales introduites par les Piémontais (Amadei 1972). Il condamne l’enseignement de l’italien et impose en 1858 l’enseignement de la doctrine chrétienne en bergamasque. Le pourvoir temporel du pape était pour lui une nécessité et l’Italie aurait dû former une confédération de petits États sous la présidence morale du souverain pontife.

41Dans cette province, la médiation cléricale était nécessaire pour populariser le mouvement patriotique. La base sur laquelle s’appuyait la nouvelle élite italienne était très étroite : 2 % seulement de la population avait le droit de vote. La population était analphabète à 80 % et la langue nationale n’existait que dans les livres. Le rapport du préfet piémontais donne un aperçu des difficultés qui furent les siennes. Ses écrits sont imprégnés de préjugés de classes et donnent la mesure du fossé qui séparait les élites libérales du reste de la population. La première classe dirigeante italienne évolua dans un environnement hostile tant au Nord qu’au Sud.

42Dans les premières années de l’unification, l’antiétatisme des Italiens s’enracine : il serait le produit d’une rationalisation administrative inaboutie (Romanelli 1991 : 711-720). Les Italiens n’ont pas vraiment été unifiés par un acte collectif de fondation, les Piémontais ont négocié le consensus national en fonction des exigences des élites locales. Les États préunitaires se sont ainsi agencés en un puzzle complexe, car les nouvelles classes dirigeantes de l’État italien rencontrèrent des résistances tenaces lorsqu’elles voulurent imposer une nouvelle structure collective (Scirocco 1998). Les Italiens restèrent ainsi figés sur des valeurs et des intérêts locaux parce que l’entreprise d’unification fut si faible qu’elle généra en retour une profonde aversion pour l’État.

43C’est également à cette époque qu’apparaît sous la plume d’intellectuels catholiques l’idée qu’il existerait une opposition entre le « pays légal » d’une élite bourgeoise libérale et le « pays réel » du peuple, avec sa religiosité et ses valeurs. De fait, la Bergamasca semble ainsi avoir tourné le dos à l’État central jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, c’est-à-dire jusqu’à ce que les précurseurs de la Démocratie chrétienne descendent officiellement dans l’arène politique en se réunissant dans le monastère de Pontida.

44Le leader de la Ligue fait de l’unification italienne une conquête étrangère. Il reprend les arguments de tous ceux qui s’opposèrent à l’unification telle qu’elle fut conduite par la monarchie piémontaise. Il cite Antonio Gramsci, Carlo Cattaneo, mais réinvestit surtout les discours des catholiques intransigeants qui condamnaient l’augmentation des impôts, le centralisme administratif, le parasitisme parlementaire, l’affairisme des élites libérales et l’appauvrissement de la vie morale. Comme eux, il récuse la matrice démocratique et jacobine du Risorgimento et revalorise les États préunitaires.

  • 16 Les discours de la Ligue s’appuient sur ce que les Italiens appellent le « prepolitico » : des con (...)
  • 17 L’un des principaux acteurs politiques de l’unification.

45Dans la Ligue, le nationalisme est perçu comme un produit d’importation français aux conséquences funestes. Le réveil de l’âme habsbourgeoise est étroitement lié à la valorisation des appartenances locales. Les cadres du mouvement opposent le modèle autrichien de la fédération des peuples au modèle français de l’État-nation. Le renforcement des institutions locales qu’ils préconisent doit affaiblir ce dernier jusqu’à sa complète disparition. De ce point de vue, la Ligue du Nord est bien plus réactionnaire que l’héritier du parti fasciste, car c’est la révolution nationale en tant que telle qu’elle récuse. L’affaiblissement de l’État-nation n’ouvre pas nécessairement la porte à la nouveauté, mais voit au contraire réapparaître du très ancien sous une forme remâchée. La révolution leghista s’apparenterait plutôt à une involution idéologique, le retour du « prepolitico » sous une forme postmoderne, témoignant du dépassement de l’État-nation16. La phrase de Massimo d’Azeglio17 « Nous avons fait l’Italie, maintenant nous devons faire les Italiens » renversait avec réalisme le primat de la Nation sur l’État. La Ligue dénonce l’usage instrumental que les élites firent du nationalisme en singeant l’entreprise de construction nationale au bénéfice d’une parodie de la Nation.

L’AUTONOMISME NORDISTE

46Il faut quitter Bergame et s’aventurer dans les vallées pour mieux saisir l’origine des aspirations autonomistes. Leur pérennité surprend et relativise considérablement l’impact de la soi-disant « révolution » leghista. Si les politistes ont mis en évidence l’exacte correspondance entre les traditionnels bastions démocrates-chrétiens et les points d’émergence du leghismo, rares sont ceux qui ont explicité la continuité entre les discours des deux formations de droite, aussi différentes soient-elles par ailleurs. La Ligue s’est en effet présentée comme le parti de la rupture pour s’imposer dans le jeu politique. Elle a accentué ses dissemblances, car l’autonomisme catholique a mauvaise réputation en Italie : anti-étatiste et anti-unitaire, il fut l’expression de la réaction et dénote le plus souvent une arriération politique et culturelle. Le mythe du monde guelfe composé de Communes et d’États régionaux garantis par la souveraineté du pape renforce cette image rétrograde. Il n’en demeure pas moins que l’idéologie de la Ligue a été élaborée dans des milieux catholiques et que la Démocratie chrétienne, loin de condamner l’esprit de clocher, l’a savamment cultivé en défendant avec constance le principe de subsidiarité contre la forme administrative centralisatrice prise par l’État italien (Bouillaud 1998 : 458-479).

  • 18 En 1987, la Ligue lombarde se fera remarquer en mobilisant ses partisans contre les « séjours obli (...)

47Le catholicisme dont se nourrit la Ligue du Nord est enraciné sur un territoire et vidé de ses présupposés universalistes. Il faut bien distinguer l’arrière-fond culturel sur lequel prospère électoralement le parti et la tradition républicaine cattanéenne dont prétend s’inspirer Umberto Bossi. Le corpus idéologique de la Ligue repose en effet sur une double tradition politique locale qui remonte au Risorgimento : le néo-guelfisme des catholiques intransigeants et le fédéralisme républicain de l’élite culturelle de Bergame. Sans doute les élus catholiques ont-ils cherché à légitimer leur réaction anti-unitaire en s’appropriant le municipalismo de Carlo Cattaneo. La confluence de ces deux courants idéologiques, surprenante à première vue, est à l’origine du concept de « bergamaschità » : l’identité bergamasque est fondée sur un communautarisme religieux et prépolitique qui conditionne le refus de la conflictualité sociale au nom du motif municipalista : « Ce qui nous unit est plus important que ce qui nous divise. » Les bonnes gens de la Bergamasca (simples, honnêtes et travailleurs) sont la projection sur le territoire d’une confession commune qui fonde l’appartenance civile et politique. L’autochtonie est ainsi définie comme le partage d’un patrimoine ethico-culturel qu’il faut absolument préserver des influences « étrangères » et, notamment, méridionales18. Ces conceptions – qui aujourd’hui encore, sont divulguées par L’Eco di Bergamo –, éclairent la nette prévalence de la droite dans la culture politique locale et le succès de la Ligue.

48La pensée autonomiste catholique s’est développée à mesure que le processus d’unification prenait corps. Elle s’est radicalisée au lendemain de la prise de Porta Pia et s’est répandue à travers les traditionnels canaux cléricaux, en dépit des continuelles récriminations du centre. La réaction cléricale a hypothéqué le processus d’intégration politique des provinces les plus catholiques d’Italie, car les élites locales se sont opposées à la centralisation en valorisant l’institution communale, qui représentait pour elles un organe de pouvoir « naturel », composé par un ensemble de familles. L’intransigeance catholique a ainsi été à l’origine du renouveau autonomiste qui s’est systématisé avec l’Œuvre des Congrès (1871-1904). L’antilibéralisme de ses promoteurs a été, en effet, la base d’une réélaboration des valeurs communautaires, dans le cadre du catholicisme social. Les autonomistes catholiques ont refusé toute relation verticale avec la sphère publique et ont créé des réseaux de pouvoir horizontaux susceptibles de concurrencer l’administration centrale sur des territoires périphériques souvent négligés. En parant ainsi aux carences de l’État italien, les élites catholiques se sont attaché les populations les plus démunies, pour mieux enrayer les progrès du socialisme et de l’athéisme. La Bergamasca constitue sans doute l’un des modèles les plus aboutis de cette volonté de transférer sur le terrain politique une société chrétienne intégrale (Holmes 1989). La création, à l’intention des petits épargnants, du Credito Bergamasco et des caisses de secours mutuel catholiques a été à l’origine de tout un microsystème économique vertueux qui, en dépit de son isolement culturel, a porté la communauté entière au bien-être économique et à la fidélité électorale inconditionnelle, du moins jusqu’à la fin des années 1980. Aujourd’hui encore, et malgré la sécularisation, si les Bergamasques méprisent les politiciens, ils considèrent toujours avec respect la hiérarchie catholique de la province.

  • 19 Le « terù » [de terroni, cul-terreux en dialecte] ce n’est pas seulement le Méridional, ce sont to (...)

49Dans les années 1950, le pouvoir démocrate-chrétien n’a pas étouffé les idéaux autonomistes qui sont réapparus à différentes reprises, lorsque le centre prêtait le flanc à la contestation. Quand il se rendit à Pontida, Umberto Bossi reprit à son compte la symbolique de l’autonomisme bergamasque qui s’était développée en marge des milieux démocrates-chrétiens, faisant écho à toute une tradition politique locale, délégitimée par le centre, mais toujours évoquée avec respect par les représentants locaux du parti au pouvoir, comme en témoigne la fresque du carroccio qui orne les murs de la salle du conseil municipal de Bergame. Il y a une indéniable continuité entre les représentations démocrates-chrétiennes et celles de la Ligue. Les symboles sont les mêmes (l’écu avec la croix, le serment de Pontida, le carroccio) et les valeurs démocrates-chrétiennes se perpétuent d’autant mieux dans la Ligue qu’elles sont socialement opérantes : en faisant du travail leur valeur centrale, les leghisti ne font que réinvestir la propagande démocrate-chrétienne qui accompagna le boom économique. Ce discours est à la racine du sentiment d’appartenance commune qui s’éprouve contre les « terù19 », c’est-à-dire les fainéants en costume-cravate, tous ceux qui ne participent pas directement au processus de production ; il bénéficie ensuite d’une importante reconnaissance sociale, car il contribue à l’enrichissement communautaire.

50Contrairement donc à ce que laisse entendre l’historiographie officielle de la Ligue, ce mouvement n’est pas l’œuvre d’un homme, mais le produit d’une idéologie périphérique délégitimée, à l’évolution plus ou moins souterraine, qui remonte au début du XIXe siècle, c’est-à-dire à la réaction du parti clérical face aux bouleversements engendrés par la révolution nationale. Le leader et ses compagnons ne cessent d’affirmer la nature « révolutionnaire » d’un corpus idéologique plus ancien que la nation italienne. L’émergence électorale du leghismo ne marque pas tant une rupture qu’une phase de recomposition de la culture politique locale et le retour, sous une forme renouvelée, des vieux schémas guelfes. Certains Bergamasques n’hésitent pas à dire que le conservatisme modéré des provinces blanches a accouché d’un « monstre » en engendrant le leghismo. Dans ces provinces où l’opposition était quasi inexistante, la Démocratie chrétienne ne pouvait que s’éteindre d’elle-même pour renaître sous une forme nouvelle (Bouillaud 1995, 1998).

  • 20 Gianfranco Miglio (1918-2001) est issu d’une famille bourgeoise de la région de Côme. Formé à l’un (...)

51Le discours de la Ligue du Nord a été composé dans les années 1950, mais il ne sera diffusé qu’à la fin des années 1980, dans un contexte politique très différent de celui qui avait présidé à son élaboration. Il véhicule une image passéiste et caricaturale de l’Italie septentrionale ; ses mots d’ordre brouillent la réalité sociale plus qu’il ne l’éclairent. Depuis 1945, les autonomistes bergamasques ont cherché à émerger électoralement sans y parvenir, car les élus locaux ont réussi à les contenir. Entre l’autonomisme bergamasque et la Ligue du Nord, il existe une indéniable continuité humaine et idéologique (Bouillaud et Dematteo 2004). Ici plus qu’ailleurs, la Ligue s’est enracinée en englobant des réseaux préexistants. Les deux hommes qui ont formalisé le discours leghista étaient originaires d’un petit village de la vallée d’Imagna. Le premier, Guido Calderoli, dentiste de son état, est bien connu des militants de la Ligue puisqu’il n’est autre que le grand-père de Roberto Calderoli, l’actuel bras droit de Bossi. Le second, Ugo Gavazzeni, est moins connu, car il s’agit du maire démocrate-chrétien du village en question ; titulaire d’une double maîtrise en science politique et en philosophie obtenue à l’université catholique de Milan, il était sans doute en relation avec le professeur Gianfranco Miglio qui joua un rôle important bien que discret dans l’histoire de l’autonomisme nordiste20.

52Les premiers autonomistes bergamasques étaient des notables aux idées fédéralistes assez floues ; ils étaient surtout versés dans le folklore. Influencés par des universitaires catholiques, ils ont constitué en 1956 un petit mouvement régionaliste, le MAB (Movimento Autonomistico Bergamasco). Proches de la Démocratie chrétienne, ils agissaient en dilettantes, mais ils prétendaient déjà défendre les intérêts du Nord contre l’invasion méridionale et la corruption administrative qu’elle était supposée engendrer et, bientôt, leurs discours prirent un tour polémique. Guido Calderoli élabora dès cette époque les thèmes que Bossi a repris au début des années 1980. L’affiche de la « poule aux œufs d’or » lombarde que garderait jalousement une sournoise paysanne méridionale appartient à cette première phase d’élaboration idéologique. Lorsque les autonomistes bergamasques comprirent que le centre ne mettrait jamais en pratique les articles de la Constitution relatifs à l’autonomie régionale, de peur de voir les régions communistes s’émanciper de la tutelle gouvernementale, ils entrèrent directement dans la compétition électorale. Ils se présentèrent aux élections administratives de 1956, puis aux élections politiques de 1958, sous le sigle MARP (Movimento Autonomie Regionali Padane), puis de nouveau aux élections politiques de 1967, sous le parrainage de la Südtiroler Volkspartei, sans grand succès.

53Dès cette époque, c’est-à-dire quinze ans avant Umberto Bossi, Ugo Gavazzeni s’est efforcé de diffuser les idéaux autonomistes en créant la Ligue lombarde. Dans un premier temps, il a promu une union des autonomistes septentrionaux, qui se présente aux élections sous le symbole tyrolien, l’edelweiss. Libres d’utiliser leur propre sigle aux élections locales, les formations autonomistes se regroupèrent sous ce symbole à l’occasion des élections politiques. Si l’Union valdotaine refusa de s’engager dans l’entreprise, en revanche, le Parti populaire trentino-tyrolien, le Mouvement autonomiste du Frioul et de la Vénétie julienne, le Mouvement autonomiste piémontais et provençal ainsi que le Mouvement indépendantiste triestin répondirent à l’appel et s’engagèrent aux côtés des Bergamasques. Ce n’est pas un hasard si nous retrouvons derrière ces groupuscules les actuels points de force de la Ligue du Nord. Le 17 septembre 1967, lorsque les représentants de ces différents mouvements se rendent à Pontida pour approuver le statut de l’UAI (Unione Autonomisti Italiani), l’ensemble du discours de la Ligue (slogans compris) était déjà élaboré. Ugo Gavazzeni parla même de libérer la Padanie !

54Le dépôt de la liste Edelweiss dans la circonscription de Bergame-Brescia suscita bien des remous. Les fascistes cherchèrent dans un premier temps à empêcher cette inscription, avant de provoquer des émeutes à l’occasion des meetings : lors du premier, Ugo Gavazzeni fut traité de bouffon et dut s’éloigner escorté par la police ; lors du second, il fut empêché de parler et contraint de se réfugier dans la cour de la mairie de Bergame pour échapper au lynchage. Cet incident lui valut quelques lignes dans les pages du Corriere della Sera, mais en dépit de cette publicité inattendue, l’UAI-Edelweiss n’obtint aucun résultat aux élections politiques ; elle n’en obtint pas plus sous le nom de UAI-Padania libera aux élections régionales de 1970.

55Les autonomistes bergamasques sont intéressants, car ils présentent par rapport aux autres formations deux particularités qui feront ensuite le succès électoral de la Ligue du Nord : pour compenser l’illégitimité de leurs revendications ethniques, les Bergamasques développent dès les années 1950 une certaine forme d’autodérision et manifestent le désir de sortir de l’idiotie politique en fédérant les différents groupuscules autonomistes du Nord afin d’obtenir une visibilité nationale. Après deux tentatives avortées, leurs héritiers y parviendront finalement grâce au talent de tribun de Bossi.

56Bizarrement, la matrice idéologique de la Ligue du Nord a été élaborée par deux hommes originaires de la vallée qui a fourni les plus gros contingents d’émigrés de la Bergamasca. Aujourd’hui, dans la vallée d’Imagna, 71 % des maisons sont inoccupées, car elles appartiennent aux émigrés( L’Eco di Bergamo, 13/06/1999). Ceux qui vivent aujourd’hui dans la vallée, soit parce qu’ils ne l’ont jamais quittée, soit parce qu’ils y sont revenus, votent pour la Ligue du Nord. En Italie, l’expérience de l’émigration est généralement communautaire et conditionne le rejet de la Nation. La transculturation, c’est-à-dire la traversée de cultures interconnectées (celles des diasporas et celle du pays d’origine), est essentielle à l’intelligence du leghismo. La direction de la Ligue du Nord nourrit le fantasme de ramener tous les émigrés dans leur vallée d’origine et promet même des aides à ceux qui reviendraient sur les terres de leurs ancêtres. Le conseiller municipal de la vallée d’Imagna qui m’a communiqué l’ensemble des documents relatifs au MAB s’est mis en tête de retrouver les descendants des Valdimagnini éparpillés de par le monde, sur la base de leur nom. Il existe en effet une sorte d’aristocratisme montagnard que renforce l’endogamie villageoise qui a prévalu jusque dans les années 1950. Les militants leghisti de Bergame considèrent avec envie les montagnards, car « ils ne se mélangent pas avec les autres et supportent difficilement l’intrusion des personnes étrangères à leur communauté ».

57Que les idéologues de l’autonomisme bergamasque soient originaires d’un petit village de montagne ne surprend pas cet ancien militant du MAB : « Ils pensent tous ainsi dans la Val Imagna. » L’influence de cette idéologie peut difficilement s’étendre, car elle repose sur le sens commun de certaines provinces périphériques. Elle est le fruit d’un attachement jaloux à une terre très pauvre. L’isolement géographique et l’émigration expliquent en partie la persistance de certaines représentations. L’autonomisme septentrional est, à l’origine, l’expression d’un communautarisme montagnard qui s’enracine dans le temps et survivra sans doute à la Ligue du Nord.

58Dans les milieux autonomistes de Bergame, personne n’ignore que l’idéologie leghista a été élaborée par deux personnalités locales, mais il est sans doute préférable de laisser Bossi sur le devant de la scène, car l’illégitimité des discours professés porte certains à se tenir en retrait. Giacomo Bianchi, un ancien compagnon de Bossi, évoque ainsi le rôle occulte de Gianfranco Miglio :

Les idées marchent sur les jambes des hommes, dans un livre, c’est facile de parler, quand on passe à l’action, c’est autre chose. De la Val Imagna à Bergame, il n’y a que 20 kilomètres, il faut les faire, ensuite il faut aller jusqu’à Milan, puis à Rome, ce n’est pas facile, il faut du temps, des gens volontaires, c’est plus facile d’écrire, n’est-ce pas ? Miglio n’aurait rien fait tout seul, il s’est manifesté quand Bossi a eu du succès.

59Le leader de la Ligue a toujours nié l’apport intellectuel de Gianfranco Miglio. Lorsque Indro Montanelli lui demanda si, derrière la Ligue, il n’y avait pas un « Grande Vecchio », il s’entendit répondre : « Moi, je suis vieux, j’ai déjà 48 ans. »( Il Giornale, 10/05/1990) Pourtant, Bossi ne s’occupait pas directement de politique à la fin des années 1970. Son ami, Giacomo Bianchi rapporte que lorsqu’ils collaboraient tous les deux à la rédaction du journal autonomiste Vento del Nord, lui rédigeait la page sportive tandis que Bossi s’occupait de la page culturelle : « À cette époque, il ne parlait que de poésie, il organisait ses “cénacles culturels”, ce n’est qu’ensuite, sous l’influence de Bruno Salvadori, qu’il s’est lancé en politique. » En 1979, Bossi créera l’UNOLPA (Unione Nord-Occidentale Lombarda per l’Autonomia) pour défendre les intérêts de sa province d’origine (Vimercati 1990 : 82-84).

60Umberto Bossi n’a jamais voulu révéler à Giacomo Bianchi le nom de celui qui lui avait communiqué la production propagandiste des autonomistes bergamasques. Sans doute, ces derniers avaient-ils transmis leurs écrits aux différents groupuscules nordistes en espérant les impliquer dans leur projet de fédération autonomiste ; mais, bien que les militants de la vallée d’Aoste aient toujours refusé de participer aux initiatives des Bergamasques, Bossi met en avant le parrainage du Valdotain Salvadori. Sans doute parce que ce dernier ne saurait lui contester la paternité de la Ligue lombarde puisqu’il est décédé en 1979 ! Bianchi se souvient que Bossi dissimulait des documents chez sa compagne :

Dans la cave de la Manuela, il y avait une valise avec tous les livres, toutes les affiches, toute la documentation, et personne n’a jamais pu y mettre les pieds, sinon on se serait probablement aperçu que toute la farine ne venait pas du sac de Bossi, mais peu importe, à la fin ça fait une belle polenta !

61La direction du parti, sans doute pour des raisons de leadership interne, a toujours cherché à dissimuler la profonde continuité entre ses revendications et celles des autonomistes qui ont appuyé son expansion. Cela redimensionne en effet considérablement le rôle qu’Umberto Bossi prétend avoir joué : il n’est plus le deus ex machina de la Ligue, mais seulement celui qui est parvenu à faire émerger électoralement cette tradition politique périphérique. À moins que les dirigeants de la Ligue ne tiennent également à dissimuler leurs liens originels avec la Südtiroler Volkspartei et, ainsi, avec l’ensemble des formations qui diffusent les théories ethnofédéralistes en Europe. La Ligue du Nord a pourtant repris à son compte les principes de l’ethnopluralisme théorisé par Alain de Benoist, en faisant de la Région l’espace de l’autochtonie.

62Bruno Luverà (1999), spécialiste du Sud-Tyrol, entrevoit derrière cet autonomisme régional un micronationalisme dont on ne perçoit pas suffisamment le danger. Leurs promoteurs envisagent en effet la création d’euro-régions pour les territoires « litigieux » : les Sudètes, le Tyrol, l’Alsace... Dans cette perspective, l’autonomie territoriale est conçue comme le stade préparatoire d’un processus politique institutionnel qui devrait conduire à l’exercice d’une forme atténuée d’autodétermination. Différentes associations politico-culturelles diffusent ce message dans diverses régions européennes, principalement la Lombardie, l’Ecosse, la Catalogne et l’Alsace. Cette idéologie a une faible légitimité dans les institutions européennes, mais elle recueille les suffrages des régions riches de l’Europe de l’Ouest. Le centre moteur de l’eurorégionalisme, c’est la Bavière. Son président, Edmund Stoiber, est l’un des principaux représentants de ce courant idéologique et, bien qu’il l’ait nié officiellement, les autorités italiennes l’ont soupçonné de financer les entreprises sécessionnistes de la Ligue (La Repubblica du 23/11/1996). Ce qui est certain, en revanche, c’est que ce Land finance le centre théorique de l’ethnofédéralisme, l’Intereg (Institut international pour les droits ethniques et pour le régionalisme). Cet institut munichois, fondé en 1977, s’appuie sur la puissante fédération des associations régionales des Allemands expulsés des territoires orientaux à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La FPÖ de Jörg Haider est ni plus ni moins le produit de cette fédération (Limes 2000). Son relais en Italie est la FUEV (Union fédéraliste des communautés ethniques en Europe), qui se trouve à Bolzano et que dirigent des membres éminents de la Südtiroler Volkspartei. Bien que leurs revendications soient plus économiques que culturelles, les autonomistes bergamasques avaient tout intérêt à s’appuyer sur l’organisation sud-tyrolienne.

MASQUES ET BERGAMASQUES

63En Italie, la construction de l’identité nationale fut tardive et instrumentale. La classe dirigeante refusa de s’identifier au peuple et continua de porter un regard de « colonisateur » sur les paysans. Le clivage xénophobe Romains/Barbares divise le pays, car depuis le Risorgimento, les paysans sont « un peuple à faire » à qui l’on dénie toute véritable citoyenneté. Sur la base de cette expérience, l’historien Giulio Bollati (1983 : 45) distingue l’italianité des élites et l’italianitude du peuple : d’un côté, l’élitisme d’une italianité nourrie de culture classique qui tend à l’universalisme, de l’autre, l’italianitude des exclus de la Nation.

64Il semble que les paysans, ces Italiens « autres » qui ne sont ni riches, ni cultivés, trouvèrent sur la scène théâtrale le seul espace d’expression qui leur soit ouvert : ils y endossèrent la livrée servile du bouffon. Ils furent en effet la cible d’une satire féroce qui tendait à les animaliser, comme en témoignent les masques noirs de la commedia dell’arte. Les éléments de cette satire antipaysanne ont cependant été inversés dans l’histoire du pays : le catonismo (du nom de Caton, le paysan-soldat romain), théorisé par Vincenzo Cuoco, est de ce point de vue une étape idéologique essentielle. Selon le philosophe, l’Italie tirerait sa vigueur de son antique tradition paysanne ; il dessine les contours d’une Italie anti-intellectualiste et dédaigneuse des raffinements culturels de l’ère moderne, perçus comme les signes avant-coureurs de la décadence, d’une Italie fière de ses racines et de sa morale primitive. Cette idéologie de la santé morale paysanne a connu toute une série de développements essentiellement conservateurs : elle servit l’œuvre de propagande durant la Première Guerre mondiale, puis celle du fascisme, avant de se perpétuer dans les quotidiens catholiques du Nord-Est (Bollati 1983 : 47).

65Les masques ont une tradition aussi longue que la domination symbolique à laquelle furent soumis les montagnards. La satire collective qui a réduit l’identité bergamasque à quelques traits saillants a en effet produit le personnage d’Arlequin, ce valet à la fois grossier et astucieux, couard et vantard. Mais avant de monter sur les planches sous ce nom, dans toutes les cours européennes, le Bergamasque fut la « tête de Turc » de l’Italie septentrionale.

66Le personnage apparaît en effet au XVe siècle, dans un contexte pour le moins troublé : le Nord de l’Italie est sillonné par des mercenaires étrangers (leur violence est sans cesse présente dans les comédies) et les pillages mettent en péril l’équilibre économique des campagnes ; la cité devient alors pour les paysans le mirage du mieux-vivre et l’on assiste à un vaste mouvement de migration. Parmi ces migrants, les Bergamasques sont si nombreux qu’ils en deviennent emblématiques. Ces travailleurs sobres et courageux se font porteurs sur les quais de Gênes, Pise et surtout Venise.

67Forts de leurs anciennes solidarités communautaires, ils ne tardent pas à créer de véritables corporations qui monopolisent le travail et favorisent l’émergence de structures qui comptent parmi les plus anciennes de l’histoire du secours mutuel. C’est ainsi qu’ils déchaînent la satire de leurs contemporains. Le porteur stupide devient la risée des cités portuaires avant de s’imposer sur les scènes des théâtres populaires. Les charlatans le mettent en scène dans de modestes spectacles de rue ou d’auberge, improvisant la chute en fonction des attentes du public. Arlequin continue même à parler ce langage étrange, incompréhensible, qui est celui du paysan bergamasque ; et le mode de récitation particulier qu’il impose sur les planches est dit facchinesco ou alla bergamasca. C’est finalement aux Bergamasques que revient le privilège de singer leurs propres stigmates sur les scènes des théâtres étrangers.

68Cette expérience théâtrale a ainsi durablement marqué l’identité de la province : le type bergamasque s’est si bien imposé qu’aujourd’hui encore les habitants se définissent en fonction des traits de caractère qui leur étaient attribués au XVe siècle. L’éloge que l’on fait du Bergamasque industrieux semble inséparable de celui qui est fait d’Arlequin, comme le laisse penser Carlo Denina, cité par Bollati :

Les Bergamasques sont les plus laborieux, les plus endurants de tous les peuples d’Italie. Leur fidélité et le tour singulier de leur esprit, qui a fourni au théâtre l’habit à plusieurs couleurs, formé de petits lambeaux cousus ensemble, prouve en même temps la pauvreté primitive et l’industrie de cette nation. Le rôle de valet grossier, rusé et fidèle qu’on leur a constamment donné dans la comédie atteste avantageusement le caractère original de ce peuple, qui trouvait facilement condition, soit à Venise, soit dans les autres villes riches de l’Italie. (Denina 1796, cité par Bollati 1983 : 40)

69Laissons Arlequin à son destin littéraire, pour nous pencher sur Gioppino, une autre figure bergamasque qui, tout en ayant des caractéristiques similaires, demeure néanmoins plus proche de la réalité paysanne de la Bergamasca. Le contexte qui vit surgir ce nouveau masque est en effet significatif : certains pensent qu’il est apparu aux alentours du 8 nivôse an IX (18 janvier 1801), date à laquelle fut promulgué un édit de la république Cisalpine interdisant catégoriquement toutes les représentations de la commedia dell’arte. Afin de gagner les paysans aux idées nouvelles, les Français instituèrent un « théâtre jacobin », ce qui non seulement échoua mais, surtout, provoqua l’apparition de concurrents, les masques régionaux : Gianduja dans le Piémont, Fagiolino à Bologne et Gioppino dans la Bergamasca.

70Cette « deuxième génération » de personnages tournait en dérision le nouveau pouvoir étranger. La conscription obligatoire acheva de liguer les montagnards contre les Français et les mesures prises contre le brigandage rallièrent bientôt les contrebandiers à la contre-révolution. Le plus célèbre d’entre eux, Pacì Paciana, est l’un des principaux personnages des spectacles de marionnettes bergamasques. Sorte de « Robin des bois » local, il tourna en ridicule les troupes d’occupation bonapartistes pendant un certain nombre d’années, avant d’être pris, trahi par un consort méridional. Dans les spectacles, Gioppino est généralement l’acolyte, aussi empressé que maladroit, du bandit redresseur de torts.

71La légende de Pacì Paciana illustre assez bien les rapports ambigus que les classes subalternes entretiennent avec la légalité. Les conteurs attribuent en effet au bandit cette remarque pour le moins surprenante : « Je suis un honnête homme, je fais le contrebandier. » Les bergers ont évolué vers la délinquance, car ils n’avaient pas d’autre choix. Loin de les condamner, la population en fait ses héros, parce qu’ils ont le courage de refuser le système en justifiant moralement la révolte anarchiste paysanne : la vraie morale, ce n’est pas celle des citadins qui profitèrent des bouleversements politiques pour s’enrichir aux dépens des montagnards, c’est celle du bandit. Aujourd’hui encore, la Ligue du Nord et l’extrême gauche se disputent cette figure emblématique de la rébellion populaire.

72Le masque de Gioppino amalgame les stigmates physiques et sociaux qui caractérisent la Bergamasca entre l’unification et l’industrialisation tardive. Il porte un bâton qui lui sert aussi bien à faire la polenta qu’à corriger ceux qui oseraient le contredire. Pour le folkloriste Achille Mazzoleni (1932) :

Gioppino reflète la malice des montagnards, leur suprême gentillesse et en même temps leur balourdise dans tout ce qu’elle peut avoir de violent. Dans la tradition du théâtre de figure, Gioppino est un fils de paysans. Trapu, râblé, le visage hilare et débonnaire, violemment coloré, son cou est déformé par trois énormes goitres qui sont à la foi sa caractéristique physique et son blason de famille [...]. Il est habituellement vêtu de grosse toile verte ourlée de rouge, il porte un chapeau de paysan, et se rend ordinairement maître de la situation en distribuant abondamment les coups de bâton. Il en use si bien qu’il domine presque toujours les carabiniers, les sbires et même, à l’occasion, les armes à feu et les épées, quand il s’agit de revendiquer un droit, de soutenir une cause en faveur des petits et des opprimés [...]. Mal fagoté, il a des manières et un langage particulièrement vulgaires, mais il est foncièrement bon. Il se montre généreux du moins tant qu’on ne lui enflamme pas les coralli ou les granate comme il a coutume d’appeler ses trois goitres.

73Le folkloriste Luigi Volpi (1978 :50) semble pour sa part vouloir excuser les coups de bâton que ce personnage distribue allègrement :

Au fond, notre Gioppino est simple, mais il n’est pas stupide, il n’est même pas méchant ; il use souvent du bâton mais toujours pour redresser des torts subis ; et, malgré sa rudesse, il est astucieux et drôle. C’est au fond un preux au service de l’idéal, mais soyons clair, ses exploits sont modestes, ses idéaux également. Son impulsive rusticité ne semble pas contredire une humanité instinctive, un sens inné de la justice. En cela, il est bien le représentant de notre peuple. Le bâton est pour lui l’instrument d’une justice exécutive : il met fin aux controverses, apaise les tensions et porte les revendications du faible, du persécuté, du pauvre, du paria, affirmant son droit à la vie contre le fort, le prétentieux, l’égoïste, le patron. Sa justice est schématique, simpliste, instinctive, mais comique.

74Au-delà de leurs particularités locales, les guignols transmettent un message universel : ce sont des idiots culturels, très batailleurs et politiques. Ils sont avides et concupiscents, à la fois très bêtes et très rusés ; ils étaient armés de leur seul phallus avant que les autorités ne cherchent à les émasculer. Ce sont des êtres inférieurs qui recourent à la violence pour faire entendre leur révolte, mais leur roublardise irrespectueuse les rend néanmoins sympathiques, car ils donnent voix à tous ceux dont la naissance signe le destin, et qui ne peuvent se contenter du monde tel qu’il est. En dépit de leur vulgarité, les guignols sont poétiques ; leur registre, c’est la parodie.

  • 21 La bosse rouge que ce personnage porte sur le front est le souvenir d’une ancienne corne. Arlequin (...)

75Les figures de la commedia dell’arte mettent en scène les disgrâces de l’humanité. Elles sont toutes physiquement marquées : Arlequin avec sa corne21, Pantalon avec sa bosse, Polichinelle avec son nez crochu... Les masques sont le produit d’une domination symbolique ; leur comique repose sur les contradictions qui en résultent et les font se mouvoir sur la scène sociale. Leurs défauts, parce qu’ils sont outrés, les apparentent à des boucs émissaires. En prenant sur eux les mauvais penchants de leurs spectateurs, les masques les libèrent de leurs misères.

  • 22 Réplique du spectacle Pacì Paciana mis en scène par Benedetto Ravasio en 1986.

76Gioppino porte à l’évidence le stigmate physique de la pellagre (ou crétinisme). Cette maladie engendrée par le régime alimentaire, presque exclusivement composé de maïs, suscitait des troubles nerveux suffisamment importants pour justifier la construction d’un nouvel asile à Bergame, au XIXe siècle. Cependant, loin d’en être affecté, Gioppino s’en prévaut. Le comique des saynètes où il entre en action repose sur le motif : « Comme tu es ignorant Gioppino, c’est un don de la nature. »22 Le personnage prétend que son intelligence est tombée dans ses goitres – la forme glandulaire ne laisse aucun doute sur le sens de cette figure. On voit très bien comment l’idée de raillerie et de duplicité s’insère dans ce sémantisme. En faisant des disgrâces du peuple qu’il représente ses meilleurs atouts, Gioppino réalise un retournement du stigmate. Les coups de bâton qu’il distribue symbolisent ainsi la revanche imaginaire du « crève-la-faim » bergamasque.

77Les guignols bergamasques appartenaient à une société paysanne largement illettrée qui s’informait jadis par leur intermédiaire. Ils jouèrent un rôle majeur dans la communication jusqu’au début du XXe siècle. Les histoires racontées avaient souvent un arrière-fond politique et, le spectacle terminé, les conversations s’animaient. Dans les années 1960, la figure de l’idiot bergamasque réapparaît sur les écrans de cinéma, sous les traits de l’acteur comique Totò. Ce prince napolitain devient un véritable héros populaire en mettant en scène la revanche de l’humble sur l’arrogant. Comme dans la tradition du théâtre de figure, cette revanche prend la forme d’une dérision féroce. Les Italiens, placés dans une position subalterne, peuvent faire preuve d’une auto-dérision qui, de manière plus ou moins subtile, a pour effet de piéger leurs détracteurs. Ils font les idiots pour mieux se moquer de ceux qui se prétendent plus intelligents. Le succès de ce type comique surprend par sa longévité et reflète la constance de l’ethnocentrisme citadin.

78Les figures de la commedia dell’arte sont ainsi les reflets négatifs de leur public : elles disent l’asocialité des Italiens et véhiculent une conception négative des relations humaines. Le théâtre prendra ainsi, dès le XVIe siècle, le chemin de la vulgarité et du « sberleffo » [la nique]. Sur cette scène, c’est la loi du plus fort qui prévaut, les personnages s’affirment les uns aux dépens des autres et figurent la dissolution des liens sociaux. Les guignols (comme les idiots) dénoncent ce qui ne saurait être entendu, car ce qu’ils disent est sans conséquence pour ceux qui les écoutent et les approuvent tacitement, c’est en cela que réside leur fonction cathartique. Les conflits qu’ils mettent en scène sont simples ; dans les spectacles, tout est réduit, et pas seulement les personnages.

79En dépit des troubles et des divisions internes, les masques ont joué un rôle tout à fait déterminant dans l’élaboration de l’identité italienne. À cause du pluralisme linguistique, les acteurs ne pouvaient réciter dans une langue commune, ils recoururent donc aux jargons et firent des mimiques. Pour mieux séduire les différents publics de la péninsule, chaque personnage avait une couleur locale. Il y a dans ces spectacles une histoire parallèle qui n’apparaît pas dans les documents officiels. Cette histoire est celle d’une lente élaboration artistique et identitaire, qui s’étale entre l’apparition d’Arlequin et les films de Totò.

80Si les acteurs comiques sont des idiots, il y a ceux qui sont poussés dans cette voie par le sort et ceux qui jouent de leur supposée idiotie pour se venger du sort qui leur est fait :

Arlequin est en scène par nécessité, Polichinelle par choix. Ce léger écart de comportement indépendant de l’état (car tout dépend de la manière dont on l’accepte, dont on l’envisage ou dont on le joue) contient toute la parabole de l’Italie populaire et plébéienne qui a créé les comiques à son image. (Fano 2000 : 8)

81Dario Fo prétend que l’histoire du théâtre a toujours été mystifiée : pour l’institution universitaire, il serait d’origine aristocratique, pour lui, l’art dramatique a toujours été le moyen de communication des paysans (Fano 2000 : 8). Les familles aristocratiques italiennes s’attachaient les services d’un bouffon pour se concilier la bienveillance du peuple (Fo 1992 : 48). L’un des plus célèbres Arlequin du XVIe siècle, Tristano Martinelli, mit son art au service des princes de Gonzague qui, en contrepartie, lui laissaient prélever un tribut sur tous les spectacles qui étaient donnés dans la province de Mantoue. Les bouffons de cour travaillaient pour les puissants en jouant sur l’aversion populaire pour le pouvoir constitué. Ils étaient souvent originaires des Alpes, comme le relate dans ses mémoires le bouffon tyrolien Peter Prosch (1995).

82Gramsci lui-même théorisa l’usage des « mascarades » à des fins propagandistes. Comme le prolétariat agricole n’était pas « culturellement autonome », les chefs des sections communistes recouraient au patrimoine culturel traditionnel pour mettre en forme les revendications et mobiliser les paysans. Dans les années 1950, l’organisation du carnaval fut pour le Parti communiste italien un moyen de renforcer ses liens avec les classes populaires. Mantoue, qui s’enorgueillit comme Bergame d’une grande tradition carnavalesque, fut un terrain propice pour ce type d’expérience (Bertolotti 1991 : xi).

83Que reste-t-il aujourd’hui de cette culture ? La Bergamasca des années 1960, dont L’Eco di Bergamo n’a cessé de promouvoir les valeurs simples, n’existe plus. Les marionnettes de Gioppino sont désormais alignées, inertes, derrière les vitrines du musée ; et les militants de la Ligue parlent de restaurer l’usage du dialecte, quand les exigences scolaire, matrimoniale et économique leur imposent plus brutalement que jamais de l’abandonner. La folklorisation est le signe le plus évident de la dépossession. Les sections de la Ligue constituent en quelque sorte des réserves de « Bergamasques d’origine contrôlée », comme les militants aiment à se définir.

84L’expression de l’identité régionale passe par la mise en scène de ce que les Italiens appellent un caractère. Quand le paysage ancestral s’évanouit et que le territoire n’est plus un fait intangible, les membres de la communauté éprouvent le besoin de grossir les traits supposés autochtones de leur identité. C’est généralement le processus d’évanescence des marqueurs traditionnels qui les réduit à forcer jusqu’à la caricature les traits psychologiques et sociaux d’une identité dont l’acculturation les a déjà en partie dépossédés. Le masque fonctionne ainsi comme un étendard que l’on agite pour marquer sa différence. Sa réémergence signale une déterritorialisation de l’appartenance identitaire, qu’elle soit engendrée, comme hier, par l’émigration ou, comme aujourd’hui, par la globalisation.

85Les premiers autonomistes bergamasques appartenaient à la société carnavalesque de Bergame et s’appuyèrent sur les matériaux de la culture populaire pour faire valoir leur différence. Les masques sont pour les leghisti les « visages des peuples », les « porte-parole des opprimés » et les « gardiens des traditions », car ils conservent, pour ainsi dire matériellement, les caractéristiques des peuples de la Padanie :

Les masques représentent des types humains si caractéristiques de leur lieu d’origine qu’ils révèlent fidèlement le caractère entier du peuple [...] ils s’expriment en dialecte, ils ont survécu à l’entreprise d’unification italienne et symbolisèrent à l’époque du Risorgimento les vertus du provincialisme.( La Padania, 1/03/2000)

86Les leghisti ne remettent pas en cause ces stéréotypes, ils les réactivent, suscitant l’irritation de leurs compatriotes car la stigmatisation du leghismo relaie l’ancienne condescendance citadine et renouvelle en partie les caractéristiques emblématiques du type bergamasque. La Ligue met en scène la révolte des « fessi » [couillons] qui ne veulent plus « farsi fregare » [se faire avoir] par les « Tagliani ». Il ne s’agit pas seulement d’une révolte fiscale : en substituant au motif  « l’hanno dura » [ils ont la tête dure] – le lieu commun sur les montagnards – le slogan  « La Lega c’è l’ha duro »  [la Ligue, elle l’a dure/(l’italique est en référence au sexe masculin)], ils retournent eux aussi le stigmate. Ils cherchent ainsi à compenser sur le plan symbolique leurs complexes culturels. Lorsqu’ils revendiquent leur indépendance en grossissant leurs caractéristiques régionales, les militants de la Ligue piègent leurs opposants car c’est leur mépris qui vient alimenter le sentiment indépendantiste. Et si les Bergamasques se moquaient de nous, les gros malins de la ville, en jouant une nouvelle fois la comédie de l’idiotie ? Une telle revanche culturelle justifierait l’immense succès électoral de la Ligue dans les provinces septentrionales de l’Italie...

87Dans un court article consacré à la « festa dei stolti » ([fête des fous] traditionnelle du Piémont), Dario Fo évoque les paroles de son grand-père : « Ceux de Cuneo pouvaient bien organiser les plus belles fête des fous, puisqu’ils l’étaient toute l’année. » Le dramaturge surenchérit ensuite : « En fait, tout le monde sait dans le Piémont que les habitants de cette province ont l’infamante réputation d’être des couillons qui se laissent facilement rouler par les gros malins de la ville, les camelots et même les gens simples. » (Fo 1992 : 40) Les masques nous parlent en fait d’altérités dépréciées au sein de l’espace national, il n’est donc pas étonnant qu'ils soient liés à des espaces culturels, sociaux et historiques : la Val Brembana, dans la province de Bergame ; la Val Trompia, dans la province de Brescia ; la province de Cuneo, dans le Piémont. Ces trois zones de montagne sont des bastions électoraux pour le mouvement de Bossi.

88La rébellion du Nord s’appuie donc sur un matériel moqueur pérenne liant idiotie et priapisme. Les provocations d’Umberto Bossi permettent aux petits entrepreneurs des provinces périphériques de s’affirmer sur la scène publique. Ce sont souvent des ouvriers qualifiés qui se sont mis à leur compte et qui pâtissent d’un « déséquilibre de statut » : ils produisent de la richesse, mais n’ont aucun moyen d’influer sur le cours des choses. Ils sont reconnus dans les petites communautés où le « darsi da fare » [l’esprit d’initiative] est valorisé, mais est ignoré au-delà, quand les critères formels, comme le diplôme, sont nécessaires. Dans ce contexte, l’ardeur au travail devient une manière de compenser la faiblesse culturelle. Le vote leghista témoigne de cette tension : à travers l’engagement, on cherche une reconnaissance sociale et une redistribution du pouvoir à son avantage (Magatti 1998).

89Les petits entrepreneurs cherchent également à faire valoir une supériorité morale (supposément nordiste) contre les élites italiennes, les terù en cravate. Les révélations des magistrats milanais du pool « Mains Propres » réveillent en effet une paranoïa collective qui plonge ses racines loin dans le temps. Les montagnards se méfiaient (avec raison) des citadins qui les « roulaient » sur les marchés et des élites locales qui profitaient de leurs prérogatives pour faire de même. Cette paranoïa s'est étendue par amalgame à l’institution elle-même au point de donner lieu à des pratiques surprenantes : dans la vallée d’Imagna, les villageois se réunissaient les soirs d’hiver dans une étable pour écouter l’un d’entre eux lire le code civil. Ces paysans étaient convaincus que la loi était faite pour leur porter préjudice (plusieurs « proverbes juridiques » bergamasques accréditent cette idée) ; ils estimaient donc nécessaire de connaître le droit pour se prémunir contre les abus de pouvoir. La méfiance des montagnards s’est transformée en rancœur, puis en mépris. Les discours de la Ligue traduisent aujourd'hui ce ressentiment populaire :

Nous qui travaillons quinze heures par jour, nous qui ne devons rien à personne, nous ne pouvons nous laisser duper et insulter de la sorte. Si nous voulons retrouver notre dignité, il faut que nous retrouvions notre liberté en devenant autonomes. (D. Belotti, discours de juin 1999)

90Selon Zaverio Pagani, le développement tardif de la Bergamasca éclaire ce retournement :

Il aura fallu attendre les années 1960 pour que la province prenne son essor ; avant les Bergamasques étaient contraints d’émigrer ou d’aller travailler à Milan. Ils étaient dans la sidérurgie ou le bâtiment, ce n’était pas vraiment des entrepreneurs, ils faisaient ce que font aujourd’hui les travailleurs émigrés pour eux. (Entretien, 1/02/1999)

91Cette croissance brutale se fera en dépit des règles, engendrant des déséquilibres inquiétants. Schei ([argent] en dialecte veneto), le livre de Gian Antonio Stella, rend parfaitement compte de ces transformations et de la formidable revanche économique de ces provinces périphériques du nord de l’Italie.

92Le Nord-Est est surnommé le « Japon de l’Italie », mais le modèle est probablement inexportable, car il repose en partie sur les modèles sociaux et culturels antérieurs comme l’ont mis en évidence de nombreux travaux (Holmes 1989 ; Bernardi 1991 ; Cento Bull 1993). La Bergamasca, bien qu’appartenant à la région de la Lombardie, relève, par de nombreuses caractéristiques économiques et sociologiques, du même modèle de développement. En quelques décennies, la campagne s’est évanouie : aujourd’hui, on ne sait plus très bien où finit Bergame et où commence sa province. La presse locale dénonce la « bétonisation » frénétique du territoire et la mégalomanie des petits industriels qui ont construit des usines un peu partout. Le discours sur le développement servirait à dissimuler leurs abus :

Toute une série d’éminents professionnels sont entrés en politique à l’improviste pour inventer des stratégies de développement urbain, et c’est une catastrophe. Placés là par les cousins et les neveux, ils veulent réaliser leur objectif : rendre productif, c’est-à-dire augmenter la valeur des terrains de leurs oncles et de leurs beaux-frères, avec la plus tragique absence de goût, d’équilibre et de mesure. Ce sont eux les nouveaux barbares.( BergamoSette, 15/10/1999)

93La province est victime de l’incivilité et du cynisme, de la malhonnêteté et de l’ignorance des élus locaux. Les leghisti ont beau pleuré la Bergamasca d’antan, ils n’y font pas exception, car ils ne sauraient renoncer au progrès. Le déséquilibre entre richesse matérielle récemment acquise et pauvreté culturelle serait à l’origine de cette réaction égoïste que le conseiller Pagani résume par la formule « noi ci spetta » [ça nous revient]. Les Bergamasques refusent de considérer le rôle des institutions et la contribution des travailleurs étrangers. Bien qu’ils aient bénéficié d’importants transferts de fonds publics et d’un grand laxisme à l’égard de l’évasion fiscale sous l’ère démocrate-chrétienne, les petits entrepreneurs estiment qu’ils ne doivent rien à l’État italien. Et bien que la compétitivité de leurs produits repose en partie sur le travail des étrangers régularisés ou même clandestins, ils refusent leur présence sur le territoire et votent pour la Ligue du Nord. Zaverio Pagani s’interroge sur ces aspects irrationnels :

94Les Bergamasques ont une attitude contradictoire. Les petits industriels de la provinces sont présents sur tous les marchés et ensuite ils se replient dans une position stérile de protestation pour dire qu’ils sont les meilleurs ; en fouillant, on s’aperçoit que c’est du racisme, mais ce n’est pas toujours très clair, car une même personne peut dire du mal des étrangers en général tout en aidant une famille d’émigrés qui vit dans son quartier, c’est comme une double personnalité... (Entretien, 1/02/1999)

« Perego : tout en bas au Nord »
Le comique italien Antonio Albanese met en scène dans ses spectacle un nouveau type comique : le petit industriel Perego (un nom bergamasque relativement commun). Ce dernier tient plus de Pantalon (la concupiscence en moins) que de Gioppino. Si Gioppino figurait « l’âge du goitre », Perego figurerait « l’âge du campannone ». Les campannoni sont ces innombrables usines qui bordent les principales artères de la Lombardie. Ce sketch brocarde la manie du travail qui possède les petits industriels du Nord-Est. Perego promène sur le monde un regard satisfait : « Nous, dans notre famille, nous travaillons tous. Depuis des générations. Mon grand-père avait une petite usine, mon père avait une grande usine et moi, j’ai une usine gigantesque. Mon fils se drogue. Il a compris qu’il ne parviendra jamais à faire une usine plus grande que la mienne. J’ai bien essayé de l’aider avec quelques gifles, quelques coups de pieds au derrière, et j’ai même essayé la manière forte : rien à faire. De temps en temps, il vient me trouver à l’usine, il me regarde sans dire un mot et moi pour lui donner du courage, je lui dis de Perego à Perego : « Manuel ! Si tu tiens bon un jour tu seras vraiment ici, dans cette usine d’Eternit, assis dans le fauteuil du patron, avec ton beau bureau en aggloméré, avec devant toi ce bloc de facture, ton beau cachet, le petit calendrier, la petite statuette-baromètre, tu seras vraiment à la place de ton papa. Un quart d’heure après il était déjà en train de se piquer ! » Dans le village de Perego, tout le monde s’appelle Perego, il y a l’ingénieur Perego, l’architecte Perego... et tout le monde est plus ou moins concerné par la production de l’Eternit réalisé à base d’amiante : « C’est interdit, mais personne ne peut arrêter la marche du progrès ! » Sur son usine, Perego a fait mettre une insigne lumineuse : « Perego & fils ». Mais, à peine avait-il tourné le dos que son fils avait revendu le « & fils » pour se payer sa dose. Perego est alors parti à la recherche de son « & fils » et il a fini par le retrouver sur un autre campannone du village, il a alors pris à partie son propriétaire : « Redonne-moi mon « & fils » ! » « Mais comment peux-tu être sûr qu’il s’agit du tiens ? » « Parce tu n’as pas d’enfants, imbécile ! » C’était un autre fabriquant d’amiante. La même usine, la même petite villa à proximité pour ne pas perdre de temps à l’heure des repas. Les habitants du villages des Perego sont très fiers du Grand Hotel Savoy Perego des Anglais distingué par L’Eco du travail, non par cinq étoiles, mais par cinq rennes de race avec des c... comme ça. C’est le lieu de villégiature de tous les habitants du village. Perego est un homme tranquille, il ne demande qu’une chose, qu’on le laisse travailler en paix : « Nous au village, nous avons seulement besoin de travailler, qu’on nous laisse travailler, c’est tout, on travaille ici comme nulle part ailleurs, on vit pour le travail... » Antonio Albanese a également donné un double méridional à Perego, Alex Drastico : « Nous dans notre famille, personne ne travaille, depuis des générations. Mon grand père n’a jamais rien fait, mon père n’a rien fait, et moi bien entendu je ne fais rien, mais mon fils se drogue, comment est-ce possible ? » Perego a bien essayé de faire travailler Alex (au noir évidemment), en vain...

95La rébellion du Nord est paradoxale et semble illustrer les considérations psychanalytiques de Deleuze et Guattari sur la formidable charge schizophrénique crée par la mondialisation capitaliste et la paranoïa qu’elle engendre en réaction (Deleuze et Guattari 1972 : 40). Les masques de la commedia dell’arte sont toujours les produits d’une dissociation psychologique réifiée en un type social. Ils sont la personnification d’une conscience scindée, ou pour le dire autrement, ils sont des paradoxes incarnés. La mise en scène de ces différentes manifestations sociales de la schizophrénie collective est sans doute l’une des contributions les plus originales du théâtre italien. D’ailleurs, depuis les années 1930, les psychologues utilisent les marionnettes pour travailler avec les enfants psychotiques (Rambert 1938). Les guignols, aussi dérisoires soit-ils, révèlent, à travers les mécanismes de projections qu’ils focalisent, les structures de l’identité individuelle mais aussi collective. L’émergence de la figure d’Umberto Bossi fut pour les habitants de ces provinces périphériques l’occasion d’une réélaboration identitaire. En réactivant la satire sociale, il est venu signifier la transition entre le passé (paysan) et le présent (post-fordiste). Si les Italiens se moquent des petits entrepreneurs comme en témoigne le spectacle Giù al Nord du comique Antonio Albanese, ce nouveau type social aura néanmoins permis aux Bergamasques de restructurer leur position dans la société italienne, de valoriser ce qui était auparavant stigmatisé – le travail (jadis émigré) est désormais la clé de leur réussite économique, et l’idiotie, celle de leur honnêteté – pour mieux évacuer les images de la pauvreté, celles que véhiculait Arlequin l’émigré et Gioppino le mangeur de polenta, même si aujourd’hui, l’avidité orale des masques de la tradition s’est muée en avidité économique.

LA VOIX DE LA RÉVOLTE

  • 23 Propos rapportés par Marco Giusti, Bologne, 18/09/1993.

96Au début des années 1990, Umberto Bossi va porter la colère des travailleurs autonomes en manifestant violemment leur rejet du politique. « Du plus profond du pays émerge une grimace dans la meilleure tradition de la commedia dell’arte » : c’est en ces termes qu’Achille Occhetto, le dirigeant du Parti communiste, commentait la rébellion leghista lors d’un meeting23.

97Dans la tradition italienne, c’est le langage qui matérialise le masque ; chaque masque a une façon bien à lui de s’exprimer, il est immédiatement reconnaissable. Les performances d’Umberto Bossi sont déplorables, ridicules, scandaleuses. Pour la majorité des Italiens, c’est un idiot culturel. De ce point de vue, il s’apparente au masque paysan qui, dans la tradition italienne, prenait sur lui de dénoncer publiquement les vices et les abus de la collectivité, à l’occasion des bosinade. Cette manifestation rituelle du carnaval milanais s’est perpétuée jusque dans les années 1950. Les bosìn étaient les paysans du Varesotto qui remplissaient les emplois les moins qualifiés dans la capitale lombarde. Originaire de cette province, Umberto Bossi connaît parfaitement ces matériaux culturels, il commença sa carrière en faisant des conférences dans la société de carnaval de Varèse, la Scuola Bosina. C’est un grand connaisseur des traditions populaires et un amateur de poésie dialectale.

98Les commentateurs italiens se sont jusqu’ici gardés d’analyser de trop près les discours du leader de la Ligue du Nord. Pour la plupart d’entre eux, la forme invaliderait le fond, mais c’est passer un peu vite sur des performances stylistiques tout à fait particulières. Umberto Bossi n’est pas un tribun au sens classique : ses discours font fi de tout art oratoire, il s’agit pour l’essentiel de « se défouler ». Sa violence verbale donne la mesure du discrédit dans lequel est tombée la classe politique italienne depuis les années 1980. Ses discours tiennent de la diatribe. Les reconstructions historiques les plus abracadabrantes y côtoient souvent les accusations les plus folles. Il n’y a pas de ligne de développement, seulement des digressions qui s’enchaînent, des mots d’ordre scandés pour ancrer le message dans les têtes.

99Il est parfois difficile pour l’auditeur étranger de saisir tout le piquant des formules employées. Umberto Bossi utilise des expressions dialectales, jargonnantes, des mots nordicisés, c’est-à-dire amputés de leur voyelle finale. C’est un langage qui se veut naturel et viscéral, mais qui, en soulevant l’émotion, tente d’annuler toute distance critique. Il combine des registres très divers : des développements pseudo-philosophiques et des considérations naïves s’enchevêtrent, quand les insultes ne pleuvent pas. Il faut avant tout dérouter le public : les incohérences, les trouvailles cocasses, les rapprochements inattendus font rire en dépit de l’intolérance des propos. Le leader s’en confesse d’ailleurs volontiers : « Les paroles doivent dépasser et dénaturer la pensée. »( Corriere della Sera, 5/02/1998)

100Les anthologies de poésie ne retiendront certainement pas son nom, pourtant Bossi cultive un certain lyrisme. Son langage est très imagé : « le poing gigantesque du Nord », « le ventre mou de l’État », « les égouts du régime »... Son inventivité contribue à son succès. Peu importe le fond, les images emportent plus sûrement la conviction. Bossi prête même à ce langage étrange une fonction pédagogique : « Avec les gens, il faut simplifier et en rajouter, tu dois faire briller les couleurs. » (Bianchi et Iacopini 1994 : 53) Bossi prend souvent à partie son auditoire pour mieux lui faire saisir les intrigues du « Palais » dans lequel il est parvenu, lui l’homme du peuple, à s’introduire. En expliquant la politique sur un mode totalement fantaisiste, il est parvenu à mobiliser des personnes qui n’avaient jamais fait de politique.

101Les commentateurs italiens disent que les militants de la Ligue « parlent comme ils mangent », mais cette spontanéité est le fruit d’un calcul : c’est en effet un langage simple et concret, ancré dans le quotidien de l’Italien moyen, qui doit être immédiatement compréhensible. Les stéréotypes linguistiques y tiennent autant de place que les stéréotypes sociaux. Des dichotomies sémantiques ébauchent un univers manichéen où les « ennemis » sont clairement identifiés (Nord/Sud, autonomie/étatisme, travail/parasitisme). Les lieux communs font la force de la propagande leghista, car en réinvestissant ce que le plus grand nombre dit et pense sans réfléchir, la Ligue crée de l’empathie.

102Il est parfois difficile de suivre Bossi dans ses développements. Ses discours évoquent la glossolalie de certains malades mentaux, qui édifient un idiome personnel sur la base de néologismes organisés selon une syntaxe rudimentaire. Les Italiens pensent que Bossi utilise les mots un peu au hasard sans en connaître le sens ou en leur attribuant un sens que lui seul connaît. La dimension infantile de certaines expressions complète le tableau clinique. L’aspect délirant de l’ensemble brouille la teneur du message idéologique : le personnage qui assène de telles énormités dans un langage aussi insolite ne peut raisonnablement être pris au sérieux. Là encore, il s’agit pour Giorgio Bocca d’un trait de folklore : « Si l’on considère les parallèles qu’il fait, les images qu’il crée, on peut dire que Bossi a le génie des narrateurs populaires. C’est d’ailleurs un mouvement qui est né entre les montagnes des environs de Bergame... »( Corriere della Sera, 11/06/1993)

  • 24 Le leader de la Ligue reprend à son compte la terminologie de Pier Paolo Pasolini : il oppose la « (...)

103Bossi a toujours axé sa politique de communication sur la « Place » et multiplié les réunions publiques24. Au moment de l’enquête, il ne s’écoulait pas deux semaines sans que le leader n’intervienne dans quelque ville du Nord. Il ne dédaigne aucun village et n’exclut pas les refuges de montagne. C’est en privilégiant les contacts directs que le verbe leghista s’est diffusé dans le Nord de l’Italie. Sur un plateau de télévision, dans un face-à-face ou un débat, le leader de la Ligue du Nord est médiocre, c’est face à la foule qu’il prend toute sa dimension. Pour lui, un discours « c’est comme un cent mètres : on donne le départ et tu dois tous les coiffer au poteau » (Bianchi et Iacopini 1994 : 59).

104Souvent, au cours d’un même discours, plusieurs voix se chevauchent : un Bossi furibond laisse place à un Bossi attendri qui, à son tour, s’éclipse devant un Bossi sardonique. Il y a aussi un Bossi sensible qui parle de son enfance à la campagne, de sa famille, des traditions lombardes, qui met en valeur « l’affettivo ». L’émotion contre la raison, l’affectivité contre le pouvoir constitué, voilà ce que prône Bossi dans ses nombreux discours. Contrairement à Mussolini, sa gestuelle est relativement sobre : il est tantôt l’homme au point levé qui menace Rome de sécession, tantôt l’homme à la main sur le cœur qui écoute recueilli le Va’ pensiero de Verdi.

105S’il est capable de saisir l’état d’esprit de la foule qu’il a en face de lui, pour mieux lui imprimer sa volonté, il se montre incapable de changer de registre devant un auditoire différent. Est-il réellement inapte à le faire ou bien cherche-t-il à choquer ceux qui ne lui reconnaissent aucune autorité politique ? Le ministre des Réformes institutionnelles peut en effet s’adresser aux représentants des institutions locales comme il s’adresse habituellement à ses militants, suscitant la colère des uns et l’hilarité des autres :

  • 25 Giorgio Almirante (1914-1988) fit tout d’abord une carrière de journaliste fasciste avant d’être m (...)

Gabriella Polli, l’attachée de presse de Bossi m’exprime son étonnement devant le système de communication du leader de la Ligue du Nord : « Il n’a pas de système de communication, il se suffit à lui-même, tout ce que j’ai essayé d’organiser, il arrivait par derrière pour le défaire, il ne supporte aucune forme d’organisation, il ne se sent pas bien. On n’arrive pas à l’encadrer même au niveau du timing : s’il a envie de s’arrêter quelque part pour parler deux heures, il s’arrête pour parler deux heures. Il prend son temps, il n’a pas de programme. » Interrogée sur le langage de Bossi, elle est assez embarrassée : « Oui, il dit des choses un peu étranges parfois. » Elle évoque la schizophrénie du personnage : la plupart du temps, il semble timide, mais lorsqu’il est sur la tribune, plus rien ne le retient. C’est pour elle une machine à meeting : c’est simple « il ne sait faire que ça ». Il est bon uniquement sur les places ; dans les théâtres, il est déjà moins performant. Elle le compare à Giorgio Almirante (MSI) et Enrico Berlinguer (PCI)25. Elle a manifestement lu Gustave Le Bon : « La masse ne raisonne pas, elle ne fait que ressentir. » Elle évoque alors l’attraction sexuelle qu’Umberto Bossi exerce sur les masses, sur les femmes de 40/50 ans en particulier, mais également sur les hommes. Certains journalistes parlent même des poussées hormonales de Bossi. Elle ajoute que la voix du leader joue certainement un rôle très important dans la fascination qu’il exerce sur son public. (Note du 5 mars 2000, Milan, via Bellerio)

106La voix de Bossi, ce fut également la première chose qui saisit Vimercati : « une voix profonde, caverneuse, un peu rude, mais puissante et ferme » (Vimercati 1993 : xiii). Dans les meetings, la foule vibre en syntonie avec la voix du leader : la fascination qu’il exerce est en deçà des mots, elle passe par le timbre et la scansion. Il faut enfoncer le message dans les crânes à force de répétitions. C’est une voix qui tonne et qui gronde, une voix qui attise et canalise la colère. Les meetings de Bossi ont une fonction cathartique : la plupart des personnes qui viennent l’écouter ne diraient jamais d’insanités, il exprime la colère pour eux : « Au début, les gros mots étaient une nécessité, ils sont devenus naturels avant de devenir une garantie d’authenticité. » (Vimercati 1993) On va à Pontida pour l’entendre insulter les « terroni », mais on y va également par curiosité, car ses performances en font un véritable « phénomène de foire ».

Le « Celodurismo »
Pour caractériser la représentation leghista, les journalistes ont composé ce néonéologisme : le « celodurismo » (de ce l’ho duro – priapisme – litt. [je l’ai dure]). Depuis, tous les Italiens savent que « la Lega ce l’ha duro », ce qui a généralement pour effet de les faire rire. Le discours de Curno du 26 septembre 1993 spécifie définitivement l’identité du mouvement. Le leader s’y distingue par le « bras d’honneur » qu’il adresse à la ministre Margherita Boniver en réponse aux craintes qu’elle avait exprimées sur la nature subversive du mouvement : « Chère Boniver, chère bonasse, sois tranquille, nous ne prendrons pas les armes, nous autres de la Ligue, car nous sommes déjà bien armés, nous, avec ce manche-là. » Le leader essayera, dans les mois qui suivent, de corriger l’impression produite par cette nouvelle déclaration en atténuant la violence de ses paroles. À la demande du journaliste Gad Lerner, il reviendra sur son geste : « C’est une manière poétique de dire certaines choses pour celui qui sait apprécier. C’était une métaphore assez explicite du caractère de la Ligue, mais je ne voudrais pas que toutes les dames italiennes viennent maintenant s’inscrire dans notre parti. » (Dans la tanière de la Ligue, Rai 3, 1 6/03/1991) Bossi est depuis lors surnommé le « sempre duro ». Les militants alimentent cette légende : Giacomo Bianchi prétend que lorsqu’il suivait Bossi au début des années 1990, ce dernier (tout en étant fiancé) ne restait jamais plus d’une semaine avec la même maîtresse. Le leader s’attribue un grand nombre de conquêtes féminines, il en va de sa crédibilité politique. Dans la mythologie nationale italienne, Garibaldi « dormait dans un lit différent chaque soir » et Mussolini « mettait les femmes enceintes d’un seul regard ». Ces prétentions amusent beaucoup les Italiens, qui voient en Bossi l’archétype de ces vains séducteurs qui racontent leurs bonnes fortunes dans les bars. Cette réputation lui pèse parfois, il incrimine alors, comme à son habitude, les journalistes : « Ils veulent me dépeindre comme quelqu’un qui ne pense qu’aux femmes, une espèce de libertin, mais en fait, ils visent mon électorat catholique. »( Corriere della Sera, 28/04/1993) Beaucoup l’accusent d’être un obsédé sexuel, mais personne n’a émis l’hypothèse que ces provocations répondaient à un besoin précis. Ce renouveau machiste rencontre en effet un consensus plus étendu qu’on aurait pu l’imaginer. Les métaphores sexuelles, le langage brutal, les obscénités exaltant l’image d’une masculinité reconquise célèbrent la puissance virile de la Nation comme le fascisme jadis, mais avec la distance ironique qui caractérise le leghismo. On a suffisamment glosé sur l’étymologie du mot « fascisme » qui, au-delà du symbole républicain romain, dériverait du mot latin fascinus, désignant le phallus. Sous l’Empire romain, « le pouvoir lia en un seul faisceau (le mot fascis, qui désigne les baguettes de bouleau reliées par une courroie que tiennent les licteurs [...], est le même que celui qui désigne le fascinus, la fascination, le fascisme) la puissance sexuelle, l’obscénité verbale, la domination phallique et la transgression des normes statutaires. »
Quignard 1994 : 38)

  • 26 La « Quercia » [le Chêne] est le symbole de la nouvelle formation de gauche.

107La vulgarité du leader dépasse tout ce que les journalistes rapportent : il donne volontiers du « cornuto » et du « pezzo di merda » à ses adversaires politiques ; il affectionne les expressions « colorées » du type « fouera di bal » [lâchez-moi les c...] et reconnaît utiliser un lexique populacier. Pour lui, la première République c’est la « baraque » qu’il faut « faire sauter ». Il veut « rompre les os » des « partis romains » et renvoyer les politiciens « à la maison ». Le MSI est pour lui « un parti qui pisse à contrevent », la DC « un parti de canailles » qui regroupe « les séropositifs de la première République », les Democratci di sinistra [Démocrates de gauche, DS] un « parti de retraités qui font la sieste sous un chêne26 ». Ce rejet brutal des hommes de l’ancien système partisan recueille la faveur de la population.

  • 27 Homme politique socialiste qui a beaucoup fait pour les droits des étrangers.

108La violence verbale du leader leghista est l’un des ingrédients de son succès électoral : Bossi apparaît comme un provocateur patenté, un violent, un maniaque sexuel. Fort de cette image, il cultive l’équivoque pour scandaliser les bien-pensants et satisfaire son public. Ses jeux de mots douteux en dialecte sont désormais fameux. Pour lui, le lieu de la confrontation est immanquablement sexuel. Chaque fois qu’il en a eu l’occasion, il s’est acharné contre les femmes, par des gestes et des paroles obscènes. Il remet systématiquement en doute la virilité de ses adversaires politiques : Gianfranco Fini « ce l’ha Fini »·, Claudio Martelli27 « n’est pas assez viril avec son look de gay » ; Giulio Andreotti « a les épaules étroites et donc sans c... ».

109La confrontation politique est réduite à un rapport de force personnel : « hanno cercato a mettermelo in quel posto », mais « l’hanno preso in quel posto » [ils ont essayé de m’avoir, mais c’est moi qui les ai eus]. Le slogan des élections de Brescia en 1991, les premières municipales importantes remportées par la Ligue en Lombardie, était : « Gli romperemo il culo » [Nous leur défoncerons le c...]. En 1992, c’était très clair : tous les politiciens ont « le mani nei capelli e uno spadone nel culo » [les mains dans les cheveux et une épée dans le c...]. Ce « spadone », c’est probablement celui d’Alberto da Giussano. Il n’est pas sans évoquer le bâton des marionnettes traditionnelles. Les métaphores sexuelles sont récurrentes au début des années 1990. Elles coïncident avec la phase d’expansion électorale et traduisent parfaitement l’exaspération des Italiens qui ont le sentiment de se « faire avoir » depuis trop longtemps déjà.

110Dans ses discours, les attaques personnelles sont systématiques : ce n’est jamais la politique de l’adversaire que l’on remet en cause, c’est l’adversaire lui-même. La vie politique italienne se réduit alors à des relations de pouvoir entre personnes, elle devient effectivement ce « petit théâtre » que stigmatise Umberto Bossi. Certaines des flèches qu’il décoche ne peuvent manquer d’arracher des sourires aux auditeurs, aussi peu leghisti soient-ils : Giulio Andreotti est ainsi « le seul bossu qui porte malheur » ; Carlo Azeglio Ciampi, le patron de « Baraccopoli », « quelqu’un qui l’a mis au pays » ; Jean-Paul II, « un Polonais qui vole le travail des papes italiens » ; Oscar Luigi Scalfaro, « rien qu’un pharmacien » ; Achille Occhetto « ressemble à son nom » ; Alessandra Mussolini est « la députée tous seins au vent » ; Bettino Craxi est un « crâne pelé » et son fils Bobo est surnommé « Alì Bobo et les quarante voleurs », etc.

Dessin de Giannelli,
Corriere della Sera, 21/08/1996

« La mitraglia », dessin de Giannelli,
Corriere della Sera, 4/02/1998

111En se moquant ainsi de ses adversaires, Umberto Bossi leur dénie toute valeur en tant que dirigeants. À la différence du « trompeur », qui cherche à tirer avantage de sa victime, le « moqueur » affirme sa supériorité, gratuitement et pour le seul plaisir de se sentir supérieur. Cette forme atténuée de violence est généralement l’arme des faibles (Guiraud 1975 : 50). Les leghisti savent très bien qu’ils n’ont pas les compétences d’un Scalfaro ou d’un Ciampi, mais cette supériorité, qu’implicitement ils leur reconnaissent, ne leur donne pas tous les droits.

112Le leader n’est pas moins tendre avec ses subalternes, qu’il maltraite en public. Ces derniers recourent à leur tour aux insultes lorsqu’un conflit éclate localement. À plusieurs reprises, lorsque j’ai voulu réaliser des entretiens avec des personnes qui s’étaient retrouvées, à un moment ou à un autre, dans le viseur de la Ligue (élus locaux, administrateurs, ecclésiastiques, travailleurs sociaux), j’ai essuyé des refus, j’ai dû renoncer à enregistrer, j’ai recueilli des signes de désinvestissement personnel. Preuve que l’intimidation leghista opère également à l’échelle locale.

  • 28 En Italie, les députés ne peuvent être mis sur écoute, s’ils le sont, les propos recueillis ne peu (...)

113En 1998, avec l’affaire des écoutes téléphoniques, le débat se concentre sur le langage de Bossi. La polémique suit la médiatisation d’extraits de conversations téléphoniques enregistrées par le juge Guido Papalia. Le leader de la Ligue du Nord aurait dit vouloir « s’emparer de la mitraillette » alors qu’il conversait avec l’un de ses lieutenants sous écoute28. Les réactions de ses adversaires sont significatives. Là où les Verts ne veulent voir qu’une énième rodomontade à la capitaine Fracasse, Romano Prodi s’indigne : « C’est un langage destructeur... Bossi parle d’un pays qui, fort heureusement, n’existe pas. C’est complètement hors de propos : il ne mérite aucun commentaire, on ne peut que le blâmer. C’est un langage ridicule, pour ne rien dire de pire. De cette manière, on ne construit absolument rien, on dévaste un pays. »( Corriere della Sera, 4/02/1998) Gianfranco Fini se fait résolument moqueur et trouve sans doute là l’occasion d’une revanche : « Son langage me fait penser à celui d’un impuissant qui s’excite avec le téléphone rose », mais les postfascistes, par l’intermédiaire d’Ignazio La Russa, s’opposeront à ce que des mesures soient prises contre le leader de la Ligue, car il reste pour eux essentiellement « folklorique »( La Stampa, 6/02/1998).

114Ainsi, tandis que les élus de la Ligue ricanent avant de surenchérir sur les propos enregistrés, la droite minimise, la gauche préfère ne pas relever et les journalistes rendent compte avec gourmandise de ces échanges. Les éditorialistes de la péninsule se plaisent manifestement à faire de Bossi leur « petit Duce illustré ». L’Italie joue ainsi à se faire peur. Cette stratégie publicitaire, soumise à la surenchère perpétuelle, s’est aujourd’hui quelque peu émoussée. Les médias italiens se montrent également plus circonspects et donnent moins d’écho à ce type de déclarations.

115Bossi joue bien souvent avec le feu et ses propos lui coûtent très cher, il a accumulé les procès dans les provinces du Nord. Ses paroles violentes alimentent des polémiques qui lui assurent une certaine visibilité médiatique. Il prend cependant soin de corriger ses propos lorsque les réactions de la classe politique se font trop vives. Tout se passe comme s’il se laissait emporter par la colère dans les meetings et que, sommé ensuite de rendre des comptes devant les caméras, il revenait sur ce qu’il avait dit. Bossi utilise en fait la télévision comme un amortisseur des propos précédemment tenus : « La Ligue l’a toujours dure, mais pas devant la télévision. Chaque moyen de communication a son langage. »(L'Indipendente, 4/04/1993) Il rappelle, au besoin, qu’il suit la ligne de la désobéissance civile théorisée par Gandhi. Malgré ces professions de foi pacifiques, il existe un sadisme verbal leghista. Au cours de la campagne municipale de Milan, en 1993, les attaques personnelles furent systématiques : Nando Dalla Chiesa, le candidat malheureux de la coalition de centre gauche, est qualifié de « détrousseur », d’« Albanais » (cette appartenance est infamante pour les leghisti) ; il est bassement insulté « Dalla Chiesa est un cocu ! Quatre fois ! Huit fois cocu ! », avant que la paronomase « Nando dalla Cosa Nostra » ne l’achève à la veille du scrutin. Umberto Bossi renvoie systématiquement à ses détracteurs leurs attaques, une manière de les invalider en multipliant les jeux de miroirs. Il développe ainsi un véritable « parler à l’envers » qui dénote une malignité certaine. En agissant de la sorte, il obnubile les sens et les jugements de ses adversaires politiques, qui sont alors incapables d’agir correctement.

  • 29 La publication de florilèges en témoigne : U. Brindani et D. Vimercati, 1993, Il Bossi pensiero, s (...)

116Les discours du leader de la Ligue du Nord exercent également une fascination mimétique. Roberto Iacopini et Stefania Bianchi n’hésitent pas à parler de « contagion mentale ». Cette nouvelle manière de communiquer a fini par engendrer une dégradation globale des discours politiques. C’est devenu pour les élites italiennes un moyen de se rapprocher du peuple, tel est du moins l’argument mis en avant par les épigones du leghismo. Ce processus concerne aussi bien la sphère politique que la sphère médiatique, car la dérision du politique concerne l’ensemble du champ journalistique. Dans les comptes rendus de la presse, il est parfois difficile de saisir qui du rédacteur ou du leader s’exprime. Ce mimétisme stylistique touche aussi bien les rédactions de gauche que les rédactions de droite. Après les élections du 4 avril 1992, il y a même eu une véritable « mode Ligue »29. Depuis Bossi, la provocation verbale est devenue un moyen d’obtenir de la visibilité et, partant, une certaine légitimité. En disant du mal d’eux-mêmes, les politiciens surfent sur la vague de mécontentement qu’ils alimentent. Ce n’est pas le moindre des paradoxes qui caractérisent la vie politique italienne d’aujourd’hui : elle semble agitée par une logique autodestructrice.

117Mais ce langage, qui avait fait le succès de la nouvelle formation, va rapidement devenir un handicap. Dès 1993, Daniele Vimercati (1993 : 65) souligne les limites de la « révolution du langage » :

Aujourd’hui, Bossi ne peut plus se défaire de cette étiquette de leader vulgaire que les médias lui ont collée dans le dos. D’un discours de deux heures au contenu très dense, les journalistes ne retiendront que la blague salace ou la rafale de mitraillette. L’insulte a toujours prévalu sur le raisonnement et l’image gouvernementale que la Ligue s’efforce aujourd’hui de construire est brouillée, car au milieu de toutes ces déclarations apocalyptiques bientôt démenties, le projet fédéraliste perd de sa crédibilité. Bossi a parfois raison, les journalistes nourrissent par malice l’équivoque, mais il lui arrive trop souvent de se replier en soulignant que les déclarations risquées étaient métaphoriques. On sait que les leghisti ne cachent pas de kalachnikovs sous leurs lits, mais l’excès de projectiles verbaux finit par forger une cuirasse d’indifférence dans l’opinion publique. Les ennemis politiques de la Ligue du Nord mettent volontiers en avant l’image du chien qui aboie à la Lune, mais qui ne mord jamais.

118Bossi énonçait des énormités avec un aplomb qui excluait toute discussion, mais avec le temps, la fatigue et les retournements stratégiques, l’engouement initial est retombé. Le leader a peu à peu sombré dans l’argutie. Il semble qu’il se soit « pris au jeu de la politique » ; et il a ces dernières années perdu le contact avec les gens. Il arrive même que le leader s’en prenne violemment à l’assemblée pour lui reprocher son inattention. Ses discours sont aujourd’hui des logorrhées plutôt ennuyeuses et pénibles qui, sans les éclats de voix, sans les insultes à caractère sexuel ou scatologique, feraient fuir ses fidèles.

119Le langage bossiano a été pensé comme une « force de frappe » : « Je crois que c’est l’incroyable écho de mon langage provocateur qui est parvenu à briser les serrures des vieilles armoires du Palais pour en faire sortir les squelettes... »( Lombardia Autonomista, 4/11/1992). Bossi est le leader « castiga-politici » [fouette-politiciens]. Dans les années 1920, le squadrisme était, selon les mots de Benito Mussolini, la « politique de la matraque ». Le squadrisme verbal d’Umberto Bossi a une fonction bien déterminée. Le chantage à la sécession est devenu pour lui une méthode de gouvernement à distance, car comme il le dit « la politique pour changer a besoin de menace. » (Ottomani 1992 : 99) En parlant, depuis les Préalpes, de prendre les armes pour faire « table rase du système », il influe réellement sur le cours de la « politique romaine », car il sait ce qui fait sa force : « Nous, nous disons des stupidités qui font se bouger l’Italie. » (Ottomani 1992 : 143)

Notes

1 Ces symboles appartiennent tous au culte ambrosien. Le catholicisme milanais (en référence à saint Ambroise) conserve une certaine autonomie spirituelle et rituelle face au pontificat romain. Le clergé milanais, plus autonome, moins strictement hiérarchisé, a toujours été plus ouvert que celui des provinces périphériques, fortement marquées par la Contre-Réforme. Il n’est pas anodin que ce soit une abbaye appartenant à ce culte qui reçoive les patriotes lombards. L’abbaye n’est pas seulement située sur une ancienne frontière politique (entre le duché de Milan et la république de Venise), elle est aussi située sur une ancienne frontière religieuse.

2 « Ils en ont fait le serment, je les ai vus à Pontida/Se réunirent ceux de la montagne, ceux de la plaine./Ils en ont fait le serment ; et se serrèrent la main/Les citoyens de vingt cités./Quel joyeux spectacle ! Les Lombards/réconciliés, unis en une Ligue./L’étranger donnera la couleur de son sang au drapeau qu’elle déploie. » Giovanni Berchet, vers extraits du « Giuramento di Pontida », publié pour la première fois en 1829, à Paris, dans le recueil Le Fantasie.

3 Le néo-guelfisme fut théorisé par Vincenzo Gioberti (1801-1852). Ce prêtre patriote était favorable à la création d’un État italien fédéré autour du pape. Ce courant du nationalisme italien faisait référence aux péripéties de la querelle des Investitures (1075-1122). Au Moyen Âge, les guelfes, partisans de l’empereur Henri IV, se sont affrontés au sujet de la collation des titres ecclésiastiques. Le pape cherchait à affaiblir le pouvoir temporel en s’appuyant sur les marchands qui avaient investi les assemblées communales, tandis que l’empereur s’appuyait sur l’aristocratie afin de rétablir l’ordre sur ses domaines, l’un et l’autre cherchant à établir sa suprématie (Dematteo 2001).

4 La prise de Porta Pia est le dernier acte de l’unification italienne. Malgré les tergiversations de la monarchie piémontaise, Garibaldi décide de marcher sur Rome, initiant ainsi la troisième guerre d’indépendance, mais il se heurte aux troupes françaises venues défendre le Vatican (bataille de Mentana). La défaite de la France contre la Prusse et la chute de Napoléon III vont néanmoins renverser la situation : le gouvernement italien, fort du soutien populaire, décide à l’unanimité d’occuper Rome. Le 20 septembre 1870, l’artillerie italienne ouvre une brèche dans les murailles de la ville, près de Porta Pia, et conquiert rapidement Rome. C’est ainsi que prit fin le pouvoir temporel du pape : Rome devint la capitale de l’Italie et, bien que le gouvernement italien garantît l’extraterritorialité du Vatican et s’engageât à verser chaque année une généreuse donation pour maintenir la cour papale, Pie IX dénonça dans l’encyclique Respientes, le sort fait au pontificat et condamna l’occupation italienne comme « injuste, violente, nulle et invalide », avant d’excommunier le roi d’Italie. Cet évènement marqua le début de la vive opposition des catholiques à l’égard du jeune État italien. « Vive le pape roi ! » resta ainsi, bien longtemps après l’unification, un motif réactionnaire.

5 « Il ne convient pas ». L’Unité italienne achevée, aux dépens des États pontificaux (1871), le tribunal de la « Pénitencerie apostolique » édicte qu’il ne convient pas que les catholiques prennent part à la politique de leur pays. Dans la province de Bergame, le non expedit fut largement respecté : en 1895, seuls 27 % des électeurs se rendaient aux urnes.

6 Les tangenti sont des pots de vins. Milan fut surnommée Tangentopoli après les révélations des juges de l’opération « Mains propres ».

7 Le « duché de la place Pontida » a été créé en 1924 par des personnalités anticléricales qui réclamaient l’érection du monument des anciens combattants de la Première Guerre mondiale. C’est sur la place Pontida que chaque année, à la mi-carême, avait lieu le « rasgamento de la égia » : on brûlait sur un bûcher le symbole de ce qui, au cours de l’année écoulée, avait été sujet de polémique ou de scandale. Les Bergamasques perpétuent cette tradition. Le « duché de la place de Pontida » dispense également des cours de dialecte bergamasque.

8 L’anthropologie politique a démontré ces dernières années que les pratiques politiques s’inscrivent dans une historicité qui échappe partiellement à leur maîtrise. Les travaux de Marc Abélès dans le département de l’Yonne, ainsi que ceux d’Yves Pourcher en Lozère ont mis en évidence combien la compréhension des superpositions de temporalités différentes, dans les discours des acteurs, contribue à l’intelligence de la culture politique locale, entendue comme « un ensemble de manières de faire et de penser la politique partagé par une collectivité humaine ».

9 Nommé sénateur à vie, le démocrate-chrétien Giulio Andreotti fut plusieurs fois président du Conseil ; il reste un personnage central de la vie politique romaine.

10 Entretien réalisé le 13/03/2000.

11 Ettore A. Albertoni, juriste et historien, pendant vingt ans professeur d’histoire des doctrines politiques à la faculté de sciences politiques de l’université d’État de Milan et, depuis 1998, professeur de droit à l’université de l’Insubria de Côme. Depuis le retrait en 1994 de Gianfranco Miglio, il est devenu la « tête pensante » de la Ligue du Nord.

12 Avant le bicentenaire de la Révolution française, ces événements faisaient l’objet de thèses préconstruites et n’avaient pas vraiment donné lieu à une recherche documentée. Le premier essai de, Giuseppe Locatelli (1897), est assez orienté, l’auteur ne dissimulant point son antipathie pour le jacobinisme, les révolutions en général et les manifestations populaires en particulier. Le second essai, de Bortolo Belotti (1937), est fortement marqué par l’historiographie fasciste. Globalement, la révolution y est perçue comme l’expression de l’aristocratie bergamasque qui, en cette occasion, chercha à obtenir une plus grande autonomie. La population y aurait été essentiellement étrangère. En 1989, deux publications ont comblé cette lacune : l’article de Roberto Formento dans le n° 3 de la revue Storia in Lombardia (1988) et l’ensemble du n° 17 de la revue Archivio Storico Bergamasco (1989).

13 Depuis le début des années 1990, de nombreux ouvrages non académiques sont consacrés aux insurrections paysannes de cette période. Leurs auteurs s’appuient sur une abondante tradition historiographique fasciste, dont l’ouvrage de référence était le livre de Giacomo Lumbroso, I moti popolari contro i Francesi alla fine del secolo XVIII (1796-1800), réédité en 1997.

14 Carlo Cattaneo (1801-1869), savant originaire de la Val Brembana, plusieurs fois condamné par la censure autrichienne et menacé de déportation, était partisan d’une autonomie politique graduelle dans le cadre de l’Empire austro-hongrois : la Lombardie-Vénétie serait ensuite venue rejoindre une fédération indépendante des peuples italiens qui aurait préfiguré des États unis d’Europe, sur le modèle de la confédération helvétique. Ce penseur était également un homme d’action : en 1848, il fut le leader des « Cinq Journées » de Milan, tint tête à Radetzky et fit preuve d’une grande sagacité politique. Conseiller de Garibaldi, il tenta d’imposer en vain le principe fédéraliste contre celui de l’annexion. Républicain, il refusa, lorsqu’il fut élu, d’entrer au Parlement pour ne pas avoir à prêter serment au roi. Il fut déçu par la suite du processus d’unification et s’en alla finir ses jours en Suisse.

15 Gabriele Rosa (1812-1897), élève et ami de Carlo Cattaneo, affilié au mouvement Giovine Italia. Arrêté en 1833, déporté en 1835 pour trois ans, puis contraint à l’exil, il ne reviendra en Lombardie qu’après les « Cinq Journées ». Il prit une part active dans la vie politique locale. Ethnologue à ses heures, il est également l’auteur du principal ouvrage sur les traditions populaires bergamasques : Dialetti, costumi e tradizione delle provincie di Bergamo e Brescia (1858).

16 Les discours de la Ligue s’appuient sur ce que les Italiens appellent le « prepolitico » : des conceptions particularistes propres à l’homme guichardien (opposé à l’homme machiavélien) qui évolue dans le monde apolitique de la communauté affective, étrangère aux conflits idéologiques et sensible aux seuls intérêts privés. Le « prepolitico » c’est l’involution du politique tel qu’il s’ébauche à l’aube de la modernité dans les travaux de Machiavel. François Guichardin (1482-1540), historien florentin, plus modéré que son contemporain Nicolas Machiavel, était favorable aux oligarchies citadines et au statu quo politique. Il est l’auteur d’une critique de la méthode de pensée machiavélienne traduite depuis peu en français (Guichardin 1997).

17 L’un des principaux acteurs politiques de l’unification.

18 En 1987, la Ligue lombarde se fera remarquer en mobilisant ses partisans contre les « séjours obligés » au Nord des personnes inculpées de délits mafieux.

19 Le « terù » [de terroni, cul-terreux en dialecte] ce n’est pas seulement le Méridional, ce sont tous les non-Bergamasques. À Bergame, un Turinois, un Bolognais sont également des « terù ».

20 Gianfranco Miglio (1918-2001) est issu d’une famille bourgeoise de la région de Côme. Formé à l’université catholique du Sacré-Cœur de Milan dans la seconde moitié des années 1930, il y devient rapidement un enseignant d’importance. Il appartient à cette génération de démocrates-chrétiens qui ont grandi sous le fascisme. Il connaît bien cette classe politique qu’il a vu naître à Milan dans les années 1943-1945. Mais il assumera de plus en plus un rôle de dissident au sein de la DC en se faisant, dès l’époque de la Résistance, le paladin de l’autonomisme nordiste. Durant toutes ces années, il nourrit une réflexion sur le fédéralisme et reste en contact avec les groupuscules autonomistes du Nord. Il fut le professeur d’une bonne partie des Lombards qui participent actuellement à la vie publique (journalistes, hommes politiques, spécialistes de sciences politiques). Personnage ambigu, il dénonçait depuis les années 1960 les turpitudes de la DC tout en étant inséré dans ses réseaux affairistes. Élu sénateur sous l’étiquette leghista en 1992, à l’âge de 74 ans, bientôt surnommé le « Grande Vecchio » de la Ligue, ce professeur, qui apparaissait déjà comme un « vieil original », jouera les ultraleghisti sécessionnistes. Ses déclarations provocatrices finiront par impatienter Bossi et, en 1994, il sera définitivement écarté (Bouillaud 1998).

21 La bosse rouge que ce personnage porte sur le front est le souvenir d’une ancienne corne. Arlequin est en effet assimilé au diable.

22 Réplique du spectacle Pacì Paciana mis en scène par Benedetto Ravasio en 1986.

23 Propos rapportés par Marco Giusti, Bologne, 18/09/1993.

24 Le leader de la Ligue reprend à son compte la terminologie de Pier Paolo Pasolini : il oppose la « Piazza » [Place] au « Palazzo » [Palais].

25 Giorgio Almirante (1914-1988) fit tout d’abord une carrière de journaliste fasciste avant d’être mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale, et de rejoindre la Garde nationale républicaine à Salò. Il a été, durant les années de la guerre civile (1943-1945), l’un des collaborateurs directs de Benito Mussolini. Après la libération, il est l’un des fondateurs, le 26 décembre 1946, du Mouvement social italien (MSI) – parti fasciste qui n’avoue pas son nom car la constitution italienne en interdit la reconstitution. Il a été secrétaire du MSI de 1950 à 1987. Issu d’une famille d’acteurs napolitains d’ascendance aristocratique, il faisait des discours-fleuves (9 heures). C’est sans doute la seule particularité qui justifie la comparaison avec Umberto Bossi, car c’était un personnage d’une épaisseur intellectuelle bien supérieure à celle du leader de la Ligue du Nord. Ce fut Almirante qui fit de Gianfranco Fini son dauphin, marquant ainsi la rupture avec le passé.
Enrico Berlinguer (1922-1984) fut secrétaire du PCI de 1972 à son décès. Très tôt remarqué par Palmiro Togliatti, il est entré dans le comité central du parti. Il s’est distingué dès 1968, à l’échelle européenne, par ses prises de positions critiques à l’égard de l’Union soviétique et par son intérêt pour le modèle de développement capitaliste. En 1973, il échappe à une tentative d’assassinat orchestré par les services secrets bulgares. Partisan du pluralisme, il exprime la nécessité d’un nouveau communisme indépendant de l’URSS : l’eurocommunisme. En 1976, il rompt définitivement avec la Russie soviétique. Il a été, avec Aldo Moro, l’instigateur du « compromis historique ». On cherche en vain le rapport de correspondance avec Umberto Bossi...

26 La « Quercia » [le Chêne] est le symbole de la nouvelle formation de gauche.

27 Homme politique socialiste qui a beaucoup fait pour les droits des étrangers.

28 En Italie, les députés ne peuvent être mis sur écoute, s’ils le sont, les propos recueillis ne peuvent être retenus contre eux par la justice. Cette règle permettra à la commission chargée de l’affaire de repousser l’éventualité d’une poursuite.

29 La publication de florilèges en témoigne : U. Brindani et D. Vimercati, 1993, Il Bossi pensiero, supplément à Panorama, Roma, Mondadori ; M. Giusti, 1993, Bossoli. Il blob della Lega, Edizioni Theori s.r.l., Roma-Napoli ; A. Fusella, 1993, Arrivano i barbari. La Lega nel racconto di quotidiani e periodici 1985-1993, Rizzoli, Milano ; R. Barbieri, 1993, Burino-Doc Il Ritratto, Serie Star n° 21, Milano.

Table des illustrations

Légende Dessin de Giannelli,Corriere della Sera, 21/08/1996
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende « La mitraglia », dessin de Giannelli,Corriere della Sera, 4/02/1998
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9676/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540