Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idiotie en politique

 | 
Lynda Dematteo

Introduction

Texte intégral

1À la fin des années 1980, les électeurs lombards ont sanctionné l’arrogance et la corruption de leurs élites en votant pour la Ligue du Nord. L’inexpérience et l’intempérance du leader, Umberto Bossi, ont séduit des citoyens désabusés, initialement étrangers aux idées autonomistes. Son idiotie politique fut, pour ainsi dire, la clé de son succès.

2L’idiot (au sens étymologique du terme) est l’homme de l’autochtonie la plus irréductible et du repli identitaire et, lorsqu’il franchit les frontières de son univers culturel, il se comporte souvent de manière décalée et grotesque. « Buffone ! Buffone ! », c’est ce que scandent généralement les contremanifestants à l’adresse de Bossi lorsqu’il rejoint la tribune pour haranguer ses partisans. Ce vocable injurieux n’est pas anodin ; le comportement du leader s’apparente effectivement à celui du bouffon : il ne respecte rien ni personne, pas même le pape, son irrévérence est à la mesure de l’irresponsabilité qu’on lui prête et ses attaques sont d’autant plus efficaces qu’elles visent les institutions les plus respectées par ses compatriotes.

3Avec lui, la pratique politique perd tout sens, elle est réduite à une ronde d’effets d’annonce, de pieds-de-nez, de menaces, de promesses aussi inopinées qu’intenables : c’est essentiellement du spectacle. À l’image du bouffon de la tradition, Bossi cultive l’équivoque, car il veut empêcher son auditeur de saisir qui il est et ce qu’il veut, pour mieux le circonvenir. Dans son autobiographie, il s’explique sur son attitude envers ses collègues à son entrée au Sénat en 1987 : « Je veux garder une certaine distance avec eux, je ne veux pas qu’ils puissent ou non me prendre au sérieux, il ne faut jamais qu’ils sachent si je blague. » (Bossi et Vimercati 1991 : 110) Le comportement ambigu permet au bouffon d’avancer ses idées sans encourir de sanctions.

4Son langage et ses manières évoquent les personnages de la commedia dell’arte. En France, nous n’avons pas le même genre de tradition : Jacques Chirac ne se comporte pas comme son Guignol alors que Bossi, lui, est sa propre marionnette. Peu de temps après sa nomination au titre de ministre des Réformes institutionnelles dans le second gouvernement de Silvio Berlusconi, il s’est rendu au conseil en survêtement.

5Si les déclarations de Jean-Marie Le Pen évoquent parfois les provocations du leader de la Ligue, les Français ne sauraient en rire comme les Italiens rient des propos de Bossi, car ce dernier ne fait pas peur, il ne fait que pitié. Les Italiens ont à l’égard de leurs gouvernants une attitude plus distanciée que les Français qui, eux, restent foncièrement attachés à l’État et à ses pompes : de l’autre côté des Alpes, la dérision parasite le rapport au politique. La soirée du nouvel an, les familles italiennes écoutent les traditionnels voeux du Président pour s’en moquer.

6En cette période de crise, l’entrée sur la scène politique d’un personnage initialement étranger à l’univers institutionnel ne fut pas tant le gage d’un sursaut civique que l’expression de l’exaspération populaire. L’idiotie politique des hommes de la Ligue, parfois brutale dans ses manifestations, apparut en effet rafraîchissante au début des années 1990. Qui porte les idiots au pouvoir ? De quoi sont-ils le symptôme ? Le succès électoral de tels personnages rappelle que les compétences administratives et politiques ne sont pas les uniques critères des électeurs. Il ne s’agit pas d’un épiphénomène : Georges Bush, l’homme le plus puissant du monde, est moqué sur l’ensemble de la planète. À la veille des résultats électoraux, Jean-Philippe Belleau s’interrogeait dans Le Monde du 17 novembre 2000 : « L’idiot du village global sera-t-il président des Etats-Unis ? » Pourquoi celui qui concentre dans ses mains le pouvoir serait-il aussi ignorant qu’irresponsable ? Qu’est-ce que cela signifie du point de vue de la représentation politique ?

7L’émergence du leghismo a été interprétée en Italie comme l’entrée en politique d’une catégorie sociale jusque-là exclue des débats : les petits entrepreneurs du Nord-Est. La clé d’interprétation économique a souvent été privilégiée par les politistes. Cette lecture ne me semblait pas rendre compte de toute la réalité de ce phénomène politique et j’ai voulu aller plus loin en étudiant les modes d’expression des représentants de cette formation. Il s’agit là d’un choix qui ne prétend pas épuiser la réalité sociale de la Ligue. Mes hypothèses sont le fruit d’un travail de terrain que j’ai conduit en Lombardie. Le parti est également implanté dans d’autres régions où il exprime des difficultés et des exigences différentes.

  • 1 La partitocrazia est un concept qui apparaît pour la première fois dans les écrits du professeur d (...)

8L’irruption tempétueuse des élus de la Ligue est le signe d’un profond malaise. Leur violence verbale traduit un grand mécontentement et signe une régression de la classe politique. Relayé par les éditorialistes italiens, Bossi s’en prend aux hommes de la Première République : « En quelques années, l’opinion publique s’est convaincue qu’elle avait été gouvernée pendant des décennies par une association de délinquants. » (Bossi et Vimercati 1991 : 110) Cette découverte n’a pas été aussi soudaine que veut bien le dire Umberto Bossi. Les discours antiparlementaires qui dénoncent la partitocrazia1 comme « un système politique visant l’enrichissement personnel, la corruption systématique et la logique de la matraque » (Bossi et Vimercati 1993 : 5) ne sont pas nouveaux.

9Le leader de la Ligue appuie sa critique du « régime » sur un constat très simple : « Au Nord le rapport donner-avoir entre les régions et l’État est épouvantablement déséquilibré en faveur de Rome ; l’exemple le plus éclairant, c’est la Lombardie qui reçoit de la capitale moins des deux tiers de ce qu’elle verse à l’État. Un vol légal et en règle. » (Bossi et Vimercati 1993 : 181) Il dit avoir pris conscience d’un mécanisme qu’il qualifie de « démentiel » : à chaque nouvelle échéance électorale, la Démocratie chrétienne (DC) s’assurait la victoire en achetant les voix du Mezzogiorno avec l’argent des contribuables du Nord. Il veut mettre un terme à ce système en limitant drastiquement les transferts de fonds en faveur des régions méridionales. Pour lui, ce système n’aurait fait qu’engraisser des groupes politico-mafieux au détriment des populations septentrionales et méridionales. Il veut rompre avec le pays du vol institutionnalisé, l’I-taglia, le pays des Tagliani [de tagliare : rançonner].

10Bossi crée de l’opposition entre un « nous » idéal (les Padans) et un « eux » repoussoir (les Tagliani). Son discours est profondément manichéen. Il s’appuie sur les anciens antagonismes de la société italienne (les conflits centre/périphérie, Nord/Sud, public/privé, société civile/partis) tout en s’efforçant de les ethniciser. En retournant contre la DC le discours anticommuniste qu’elle diffusait dans les provinces blanches, Bossi prétend mener la « première révolution intégrale de l’histoire de l’Italie ». Il s’en prend à la « nomenklatura » du « régime » et dénonce le « centralisme partitocratique ». L’amalgame DC/PCI (Parti communiste italien) est constant dans les discours de Bossi : c’est, en réalité, la constitution de 1947 qu’il vise parce qu’elle est le produit de la concertation des forces issues de la Résistance. Bossi assimile le modèle étatique européen, tel qu’il s’est constitué durant la seconde révolution industrielle, au modèle soviétique. Aux conflits de classes, il substitue des conflits entre peuples pour le droit à l’autodétermination.

11La Ligue est un parti hybride, autonomiste et néo-populiste. Ce n’est pas un mouvement d’extrême droite ayant une tradition idéologique déterminée, à l’image du parti fasciste, mais un mouvement populaire réactionnel et réactionnaire qui est né dans quelques provinces périphériques du nord de l’Italie avant de conquérir la plaine padane. La Ligue se nourrit de la culture populaire italienne et reflète des tendances à l’oeuvre au sein de la société civile. Bossi permet de saisir à quoi ressemble la politique « vue d’en bas ». La contestation qu’il porte (et qui le porte) nous conduit à prendre en considération les représentations politiques de ceux qui sont ordinairement exclus de l’espace public, de ceux que les élites comprennent difficilement et qu’elles supposent égarés par les populistes. L’observation ethnographique nous conduit au-delà du simple constat de crise, car les matériaux récoltés prouvent qu’à l’intérieur même de notre univers institutionnel, peuvent surgir des modes d’expression qui renvoient à une autre scène, à une autre histoire.

12La démocratie italienne traverse depuis plus de dix ans une crise sans précédent : les grands partis de la Première République se sont effondrés (Démocratie chrétienne, Parti communiste, Parti socialiste) et des hommes nouveaux sont venus remplir le vide laissé par leurs prédécesseurs, bouleversant substantiellement le paysage politique. Les classes populaires du Nord ont dramatisé le changement de régime en mobilisant un patrimoine séculaire, celui du Carnaval. Dans ce cadre, la Ligue du Nord a joué un rôle clé en contribuant à abattre l’ancien système avant de préfigurer la nouvelle droite qu’incarne aujourd’hui Silvio Berlusconi. Le leader prétendra avoir « liquidé » les hommes de l’ancien système les uns après les autres, il se félicitera d’avoir ouvert la route aux magistrats du Pool « Mains propres » et s’attribuera tout le mérite des réformes institutionnelles engagées en Italie avant de renier ses idéaux de pureté à la fin des années 1990.

13Entre 1981, l’année de sa fondation, et 2000, l’année de la nouvelle alliance avec Silvio Berlusconi, la formation a beaucoup évolué. Vouloir donner un aperçu complet de la réalité leghista sur la base d’observations conduites entre la fin de l’année 1998 et le début de l’année 2001 serait présomptueux. Les politistes s’accordent aujourd’hui pour distinguer deux grandes phases dans la chronologie leghista : une première phase fédéraliste de 1982 à 1994, et une seconde phase sécessionniste de 1994 à 2000.

14Dans un premier temps, la Ligue lombarde s’affirme électoralement dans les provinces industrialisées de la périphérie de Milan. Elle devient très vite le parti des « classes moyennes productives » qui sont apparues dans les années 1980 à la faveur du développement des PMI-PME. Elle est portée par une catégorie particulière de travailleurs : les plurilavoristi, des travailleurs autonomes, cumulant divers emplois déclarés ou non. En 1991, le sénateur Umberto Bossi parvient à coaliser les mouvements autonomistes du nord de la péninsule, avant d’écarter les principaux leaders régionaux pour s’imposer comme le principal locuteur de l’idéologie autonomiste. Cette alliance nordiste lui permettra de recueillir les fruits de la contestation qui s’affirme au début des années 1990 sous l’effet de commotion suscité par les révélations du Pool « Mains propres ».

15Le 5 avril 1992, un « tremblement de terre » secoue la classe politique italienne : les élections politiques signent l’arrêt de mort de la Démocratie chrétienne au pouvoir depuis 1945 ; par leurs votes, les Italiens viennent de mettre un terme à une époque. Chez les politistes italiens, s’interroger sur ces élections revient à s’interroger sur la percée de la Ligue du Nord (Corbetta 1993 :229-252). À cette date, Umberto Bossi est élu député avec 240 000 voix, un record pour ces élections. La Ligue est alors un « objet politique non identifié » dans le panorama politique transalpin. Jusqu’ici, l’Italie politique était divisée en quatre zones électorales bien définies (zone métropolitaine, zone blanche, zone rouge, zone méridionale), mais à partir de ces élections, la carte se brouille, car le mouvement électoral a été considérable. Il ressort des enquêtes effectuées à la sortie des urnes, qu’à cette date, un tiers des électeurs a déplacé son choix habituel. Le Mezzogiorno, où la mobilité électorale était traditionnellement la plus élevée, est la zone la plus stable de toutes ; c’est le Nord de l’Italie qui imprime le changement par des déplacements de votes massifs, mais ce n’est ni Milan, ni Turin, ce sont leurs provinces périphériques. Ces élections mettent en évidence une fracture entre le monde urbain et le monde rural : si la gauche remporte les élections dans les grandes villes d’Italie (Rome, Naples, Venise), la Ligue du Nord et Alliance nationale se partagent les petits centres provinciaux du Nord comme du Sud.

16Si la Ligue parvient plus difficilement à s’implanter en ville, elle devient néanmoins, à partir de 1992, le premier parti dans les grandes villes du Nord. En 1993, Marco Formentini, son candidat (en réalité un ancien socialiste), remporte les élections municipales à Milan. La petite et la grande bourgeoisie citadines se tournent également vers Bossi. C’est alors que commencent les difficultés pour lui : il doit répondre à des demandes très différentes. La bourgeoisie attend une profonde réforme de l’État et veut voir advenir la Seconde République. Épaulé par un professeur de science politique de l’université catholique de Milan, Gianfranco Miglio, il s’efforce de répondre à cette nouvelle exigence en redessinant la carte institutionnelle de la péninsule. Pour mener à bien les réformes qu’il projette, il n’hésite pas à se jeter dans « la gueule de la louve romaine » en suivant le plus fameux self-made man de Lombardie, Silvio Berlusconi. En 1993, une nouvelle coalition de droite, qui regroupe autour de Forza Italia les post-fascistes de Gianfranco Fini et les fédéralistes de la Ligue, remporte les élections politiques suscitant déjà beaucoup d’inquiétude en Europe.

17Les leghisti ont été dépassés par leur succès : Bossi n’avait pas prévu un tel « raz de marée » électoral. Son organisation partisane pourvoit difficilement les sièges électoraux des institutions locales septentrionales et sa classe politique improvisée se révèle incapable de répondre aux demandes de la population. Lorsqu’il est lui-même mis à l’épreuve des faits, il recule : après quelques mois seulement, il rompt le pacte de confiance qu’il avait conclu avec le leader de Forza Italia, faisant ainsi tomber le gouvernement. Il initie alors la « phase d’isolement padan » qui culmine le 15 septembre 1996 avec la « Déclaration d’indépendance de la Padanie ». La tension politique est alors à son comble : pour la première fois depuis cinquante ans, la gauche vient de remporter les élections et Bossi obtient son meilleur score. 1997 sera l’année des Chemises vertes et des poursuites judiciaires : en mai, l’attentat fantoche de la place Saint-Marc effraye la direction de la Ligue, mais la conforte en même temps dans ses visées sécessionnistes ; en juin, Bossi réunit pour la première fois un parlement padan à Chignolo Po près de Mantoue.

18En appelant à la sécession, Bossi joue son va-tout sur l’émergence d’une Europe monétaire regroupant les pays du Nord (la France, le Benelux et l’Allemagne) auxquels seraient venues s’adjoindre, sur la base de leurs performances économiques, les régions limitrophes. Mais les résultats économiques de l’Espagne et l’effort financier réalisé par le gouvernement de centre gauche, conduit par Romano Prodi, contrarient ses projets : l’entrée de l’Italie dans l’Union monétaire ferme la voie à cette dérive sécessionniste.

19Les Italiens du Nord n’étaient pas disposés à suivre Bossi dans cette nouvelle aventure : le parti est loin d’avoir la majorité absolue au nord, son leader ne peut donc légitimement parler d’indépendance. L’enquête réalisée en 1996 par l’Institut Poster de Vicence montre que si un Septentrional sur trois juge la sécession « avantageuse », seuls 13,7 % d’entre eux pensent qu’elle est « souhaitable ». Si ce pourcentage est loin d’être négligeable, rien ne peut justifier la dérive sécessionniste du mouvement. Le vote Ligue du Nord concerne essentiellement les provinces septentrionales depuis les Alpes jusqu’à la ligne des Apennins. Sur une quinzaine d’années, la configuration sociale de l’électorat leghista a elle aussi évolué : initialement provincial, interclassiste, son électorat s’est étendu aux métropoles en 1992 avant de se rétracter brutalement après la « Déclaration d’indépendance de la Padanie » en 1996. Le spectre de la guerre civile explique sans doute la chute brutale des résultats électoraux. Après cette date, les électeurs de la Ligue reportent leurs voix sur Silvio Berlusconi : Forza Italia a en effet repris une bonne partie des thèmes de campagne de la Ligue - le provincialisme en moins. L’électorat leghista est aujourd’hui un électorat populaire, regroupant les catégories sociales les plus fragilisées, essentiellement des jeunes ouvriers et des retraités qui, au cours de ces années, ont développé un très fort sentiment d’appartenance.

20Les résultats médiocres obtenus aux élections administratives de 1999, poussent Bossi à se rapprocher de Silvio Berlusconi pour assurer la survie de son parti. Après avoir copieusement insulté le leader de Forza Italia pendant cinq ans, il l’encense, suscitant bien des troubles dans l’esprit de ses militants. En mai 2001, cette nouvelle alliance, le « pacte de fer », porte ses fruits amers : l’électorat de la Ligue est divisé par deux (soit 3,9 % des voix), mais Bossi obtient pour lui et « les siens » des ministères importants qui lui permettent de mener à bien ses projets : la refonte de la loi sur l’immigration et la dévolution des pouvoirs législatifs aux régions en matière d’éducation, de santé et de police.

21Pour réaliser mon enquête ethnographique, il me fallait partir d’un point de la structure partisane : dès le début, je refusais de m’adresser au bureau des relations internationales du siège milanais. La Ligue ayant une assise électorale périphérique, il me semblait plus intéressant d’enquêter dans l’un de ses fiefs préalpins. Le sentiment d’appartenance partisan se nourrit en effet d’un complexe provincial. La stigmatisation dont font l’objet les militants de la Ligue est indissociable de leur origine géographique. Mon choix s’est porté sur la province de Bergame. Ce choix m’a été dicté et par l’écologie électorale de la Ligue du Nord et par la nature du questionnement anthropologique. Comme le démontre Ilvo Diamanti, dès 1993, l’idéologie leghista tend à se diffuser des Préalpes vers la plaine padane (Diamanti 1993). Dans cette configuration électorale particulière, la province de Bergame constitue l’un des points de diffusion du leghismo. Pour la presse italienne, elle est le « repaire des barbares », pour les militants, elle est la « forteresse », c’est-à-dire la province où la Ligue du Nord enregistre généralement les meilleurs résultats. La percée du mouvement dans cet ancien fief démocrate-chrétien est en effet remarquable : en 1989, elle conquiert 11 % des suffrages (3,4 % en Lombardie) ; lors des élections administratives de 1995, elle enlève la province avec le report des voix du centre gauche ; l’année suivante, lors des élections politiques, elle obtient 35,8 % des voix (11,6 % en Italie). En dépit du recul électoral qui affecte aujourd’hui le mouvement, la Ligue y obtient encore un score très honorable : si elle abandonne la province à la coalition de droite en 1999, c’est de très peu (1500 voix au second tour) et lors des élections politiques de 2001, elle comptabilise encore 17,8 % des voix (3,9 % à l’échelle nationale). La Ligue s’enracine surtout dans les vallées : dans la basse vallée Seriana très active, et dans la haute vallée Brembana très pauvre. On note cependant en 2006 une légère remontée (18,5 % dans la Bergamasca pour 4,67 % à l’échelle nationale) probablement imputable aux électeurs déçus de Forza Italia.

22La province de Bergame a une configuration territoriale tout à fait caractéristique : au nord, les Préalpes et leurs vallées (Val San Martino, Imagna, Taleggio, Brembana, Seriana, di Scalve, Cavallina et Calepio), puis les collines de la zone médiane et enfin la plaine qui s’ouvre brusquement sur la Brianza. La capitale provinciale se trouve juste à la charnière entre la plaine et la montagne, elle concentre les principaux services et sa vocation tertiaire n’a cessé de se développer même si le secteur secondaire y reste toujours très important. La zone de Treviglio, au sud, est pour ainsi dire intégrée dans la métropole milanaise.

  • 2 Population résidente : 937000 habitants, du chef-lieu : 115000 habitants, pil pro capite (PNB/habi (...)

23Le chef-lieu provincial est à une heure de Milan en voiture, et toute cette zone est le lieu de résidence de nombreux travailleurs pendolari [pendulaires]. Les déplacements centre-périphérie sont constants (entre Bergame et sa province, entre la Bergamasca et Milan). La province de Bergame ressemble en fait à une grande banlieue industrielle. La Brianza, la zone comprise entre la capitale lombarde et la ville de Bergame, est la plus grande concentration d’établissements industriels d’Europe. Le district industriel de la vallée Seriana est l’un des plus importants du nord de l’Italie. Cependant, si la Bergamasca est l’une des provinces les plus riches d’Italie2, elle figure également parmi celles qui ont le taux d’illettrisme le plus élevé. Les déséquilibres engendrés par la brutalité du développement économique sont tels qu’ils remettent aujourd’hui en cause la compétitivité de la province. La Bergamasca fait partie de ce « sud du Nord » que les sociologues évoquent de plus en plus depuis que la Ligue inquiète le centre.

24Malgré son insertion croissante dans la métropole milanaise, la Bergamasca a su conserver une identité marquée. Nous pourrions même parler d’un « aristocratisme » bergamasque. Cet orgueil qui dépasse largement l’indépendantisme d’une minorité d’exaltés est d’autant plus frappant que les Italiens considèrent la Bergamasca avec condescendance. La « spécificité » bergamasque tient en partie à l’isolement géographique et culturel dans lequel la province fut cantonnée pendant longtemps (la ligne ferroviaire Milan-Venise passe en dessous de Bergame), au cléricalisme de ses habitants et surtout aux moqueries renouvelées dont ils furent la cible. Le dialecte bergamasque matérialise en effet une « altérité moquée » dans la mesure où son élocution (très particulière) amuse les Italiens qui l’associent automatiquement au type paysan septenrional : le polentone, celui qui a l’intelligence aussi épaisse que la polenta qu’il mange.

25Lorsqu’en mars 1998, je me suis rendue pour la première fois à Bergame, j’ai été décontenancée par le mépris dans lequel les citadins tenaient les militants, voire les représentants locaux de la Ligue du Nord. Sur l’avenue Giovanni XXIII, l’affaire semblait entendue : la Ligue, c’était « le parti des idiots ». La prétention et le droit d’enquêter aux dépens du sentiment intime de la population bergamasque n’allèrent pas sans susciter quelques réactions négatives de la part des autochtones (non-leghisti). Ma présence était aussi embarrassante que l’existence du mouvement : j’étais l’étudiante française venue observer les manifestations d’idiotie locale. Pour mieux s’en démarquer, certains s’empressaient de me raconter l’anecdote qui leur semblait illustrer au mieux le fanatisme insensé des militants de la Ligue du Nord et raillaient l’enthousiasme qui les portait à s’affirmer citoyens d’une improbable Padanie. D’autres encore s’efforçaient, sans renier leur bergamaschità, d’en minimiser les manifestations, affirmant qu’il ne s’agissait là que d’un mouvement transitoire, que dans quelques années plus personne n’en parlerait, que la Bergamasca était loin des clichés que la Ligue semblait accréditer... Ce n’était pas une condamnation : les bergamasques refusent généralement l’idée que la Ligue soit une formation d’extrême droite.

26Dans les rangs du parti, les réactions étaient plus épidermiques encore : « Vous êtes venue faire une thèse d’anthropologie sur la Ligue parce que vous avez vu des bergamasques à la télévision ?... Quand les journalistes veulent interviewer l’un des nôtres, ils ne vont pas voir Bossi ou Roberto Calderoli, mais un paysan avec les yeux exorbités qui ne sait pas aligner deux mots et qui ressemble à un singe, n’est-ce pas ? »

27À Bergame, mes interlocuteurs marquaient bien la distance entre eux et les habitants des vallées : la mairie était tenue par une coalition de centre gauche et vue de la ville haute, le vote leghista était l’expression de l’idiotie montagnarde. L’expression paese idiota [village idiot] synthétise à elle seule tout le mépris des citadins pour les montagnards. On désigne par là un village de montagne qui, enrichi par une activité unique, se referme sur luimême. Les habitants ont le sentiment que leur village est désormais autosuffisant. L’émigration appartient au passé et les jeunes n’ont plus besoin de s’éloigner pour trouver un emploi. Rares sont ceux qui descendent jusqu’à Milan pour étudier. Les parents jugent inutile que leurs enfants entreprennent des études longues dans la mesure où, dans les vallées, il est plus difficile de trouver une place avec que sans diplôme. Des villages entiers se complaisent ainsi dans l’ignorance du monde extérieur, et l’expression finit par désigner le contraste entre la richesse matérielle et la pauvreté culturelle des habitants.

28Le terme italien idiota assume une connotation qui avalise le glissement sémantique du caractère à l’appartenance. L’idiot italien n’est pas seulement « idiot » au sens français du terme, c’est aussi l’homme simple et privé d’instruction, le rustre, tout le portrait du montagnard « mal dégrossi » des vallées de la Bergamasca, celui à qui s’adressait originellement cette expression offensante que l’on peut encore entendre dans les rues de Milan : « D’où viens-tu ? De la Val Brembana ? » Dans la culture populaire italienne, l’image du bergamasque est ainsi fortement connotée.

29Le retour du vocable idiota méritait d’être relevé, car il n’indique pas tant un état de fait, la déficience mentale, que l’appartenance à un espace géographique, les vallées de l’arc alpin et, par voie de conséquence, l’appartenance au mouvement qui représente cet espace. L’idiotie a donc son territoire, qui épouse la géographie électorale de la province de Bergame. La stigmatisation dont font l’objet les leghisti renouvelle un matériel moqueur pérenne dans les vallées de l’arc alpin. Mon questionnement ethnologique porte essentiellement sur cette dimension de l’altérité. Les militants de la Ligue du Nord se constituent en « groupe moqué » et la question qui me semblait devoir se poser était : pourquoi font-ils les « idiots » ? Pourquoi revendiquent-ils le stigmate qui, depuis des siècles, les désigne comme tels aux yeux de leurs compatriotes, fournissant ainsi aux journalistes le bâton pour les battre ?

30Lorsque je commençai mes investigations, la Ligue du Nord tenait la province. Elle avait remporté les élections de 1995 avec l’appui du centre gauche. À ce moment-là, Bossi avait rompu avec Berlusconi et soutenait le gouvernement des techniciens de Lamberto Dini. Le candidat malheureux de cette coalition, Zaverio Pagani, un ancien syndicaliste chrétien, avait appelé à voter au second tour pour le leghista Giovanni Cappelluzzo contre le candidat de la droite. « C’est comme ça que la Ligue a gagné. Nous l’avons soutenue en échange de postes, mais, au bout d’un an, tous nos élus avaient donné leur démission, car la Ligue a choisi la ligne de l’isolement, de la sécession et nous avons décidé de faire de l’opposition très dure. » Quatre ans plus tard, les antagonismes s’étaient considérablement durcis dans la province.

31En me proposant d’étudier le « phénomène Ligue » dans les vallées de la Bergamasca, je nourrissais l’ambition d’identifier les racines locales de l’idéologie leghista, mais je me suis assez vite heurtée à la chiusura bergamasca [repli identitaire]. Un certain nombre de Bergamasques ont en effet la fâcheuse habitude de s’adresser à vous en dialecte et, vous voyant dans l’impossibilité de répondre, de se détourner sans plus de cérémonie. Lorsque vous n’avez pas été découragé par ce rituel, ils se définissent volontiers comme « des gens avares de paroles », comme « des gens qui travaillent », et beaucoup ne prennent pas même la peine de s’arrêter quelques instants pour vous expliquer à quel point la politique les dégoûte. Or, il me fallait trouver des interlocuteurs qui ne soient ni le lettré du village qui accablerait de mépris « ces exaltés », ni l’un de « ces exaltés » qui, bien souvent embarrassé devant le microphone, s’appliquerait à reproduire au mot près le dernier éditorial de La Padania. L’entreprise s’avérait malaisée. Entre le discrédit et la langue de bois, il me serait difficile de percer l’intimité culturelle des vallées bergamasques. Le premier masquait la gêne et l’impuissance et la seconde déformait la réalité. Entre les deux, je ne rencontrais qu’un profond désintérêt pour la politique et tout ce qui s’y rapporte, les scandales politico-financiers et les profonds bouleversements de l’échiquier politique n’ayant fait que radicaliser cette attitude de rejet. Par dégoût ou par incompréhension des nouvelles logiques partisanes, un grand nombre de bergamasques ne vont plus voter et, lorsqu’ils le font, beaucoup votent pour la Ligue. Certaines communes des vallées parviennent difficilement à établir une lista civica [une liste unique, mixte ou apolitique], d’autres n’y parviennent même pas et sont ainsi mises sous tutelle administrative en attendant que quelques citoyens méritants daignent sacrifier un peu de leur temps à la collectivité. Cette situation est d’autant plus frappante que le bénévolat catholique (ou autre) est très développé dans la Bergamasca. La force de l’engagement social, qui bien souvent outrepasse les frontières de la province et celles de l’Italie, contraste avec la faiblesse de l’engagement politique.

  • 3 Ce chercheur bergamasque, proche de la gauche, est l’auteur de trois ouvrages sur la Ligue lombard (...)

32La Ligue en profite pour s’imposer, mais elle en souffre au même titre que les autres partis lorsqu’il lui est impossible d’établir une liste, faute de candidats. Ce sont souvent les sections locales partisanes qui contactent les personnes bénéficiant d’une formation supérieure, les mêmes sont souvent sollicitées par différents partis. Le désintérêt, mais aussi le manque de compétence, sans oublier la faiblesse des rétributions symboliques, ne portent guère les jeunes Bergamasques vers la politique. Cette réalité institutionnelle profondément déprimée est consubstantielle au leghismo comme le démontre très bien Vittorio Moioli3.

33C’est donc en désespoir de cause qu’un matin je me suis résolue à « franchir le seuil » du siège de la Ligue, via Quinto Alpini à Bergame. Mes réticences résultaient de craintes bien compréhensibles ; en suivant les militants de Bergame pendant un an et demi, j’ai dû feindre d’adhérer à leurs discours extravagants. Les militants de la Ligue sont en effet convaincus d’être les victimes d’un racisme impérialiste italien. Ils opèrent des renversements si déstabilisants que l’immersion requise par la démarche ethnographique se révèle éprouvante. Dans cette situation inconfortable, la dérision devint pour moi un instrument de distanciation ethnographique, car le spectacle burlesque qu’offraient bien souvent ces élus « en bras de chemise » me permit de dépasser le sentiment de scandale que suscitaient chez moi leurs propos xénophobes. C’est par le rire que je parvins à mettre de côté les aspects nauséeux des discours que je devais écouter, enregistrer, transcrire pendant parfois plus de six semaines de suite, pour finalement établir la distance qui me permit de travailler plus sereinement. C’est également par le rire que je parvins à sortir du cadre totalisant que m’imposaient les discours des représentants agréés par le mouvement.

34Faire de ce qui n’avait été qu’une « fuite par le rire » l’objet de mon questionnement ethnographique se révéla par la suite particulièrement riche de perspectives. Les politistes ont évacué les aspects grotesques de la réalité leghista au risque d’en perdre la véritable étoffe, car à trop prendre la Ligue au sérieux, on passe à côté de ce qui en fait la spécificité. Sans doute pèchent-ils par excès de conscience. À l’inverse, les journalistes pècheraient par excès de complaisance. Leurs comptes rendus ironiques, certes évocateurs, ne font jamais que charger ce qui est déjà caricatural en soi. Dans la Ligue, la réalité dépasse souvent la fiction, aussi satirique soitelle. J’ai donc pris ce mouvement un peu moins au sérieux et ses manifestations parodiques tout à fait.

35En adoptant cette ligne ethnographique, je me suis prémunie contre le spectacle indépendantiste des leghisti, contournant ainsi le piège qu’ils tendent aux observateurs étrangers qui ne saisissent pas l’esprit de dérision des Italiens du Nord et qui repartent convaincus qu’une nouvelle Nation seraient en train d’émerger dans le Nord du pays. Certains auteurs anglophones ou chercheurs français ont pu s’y laisser prendre. Soyons sérieux. Seuls une minorité d’exaltés – essentiellement Bossi et sa garde rapprochée, que tous les Italiens considèrent avec mépris –, ont réellement envisagé pendant une période assez courte de créer une « Padanie » dont la définition géographique, culturelle et politique est toujours restée très vague. Comme je m’efforce de le démontrer dans cet ouvrage, il ne s’agit en réalité que d’une vaste farce subversive d’un très mauvais goût, et en dernière instance, d’une farce d’impuissance où se joue une revanche essentiellement symbolique. L’idiotie en est le ressort. On pourrait en effet penser que les militants sincèrement engagés dans cette entreprise de construction identitaire sont des « idiots utiles » au sens de Lénine ou même des idiots tout court, mais on passerait à côté du caractère foncièrement antipolitique de la Ligue, car les militants sont engagés dans ce parti sur un mode ludique et jouent de leur idiotie (qu’elle soit réelle ou supposée), au nez et à la barbe de leurs détracteurs, de ceux qui croient encore à l’action politique.

36En suivant les militants de la section de Bergame, entre irritation et incrédulité, j’ai peu à peu acquis le sentiment d’être confrontée à des manifestations contre-structurelles (Turner 1990 :170). Les manifestations carnavalesques suscitent généralement la sympathie de ceux qui les étudient, mais peuvent également prendre une teneur particulièrement déplaisante. La concomitance du rire et de l’humiliation, de la dérision et de la violence, est souvent refoulée par pudeur. Pourtant, la mauvaise conscience collective emprunte des voies d’expression à la fois sinistres et grotesques comme en témoignent les « tontes » de la Libération (Brossat 1994). Dans les pages qui suivent, je ne cache pas ma répulsion pour l’idéologie de la Ligue et les souvenirs des situations que j’ai dû vivre sur le terrain ; mes observations ne sont que modérément participantes et la neutralité axiologique intenable, car rendre compte du discours de « l’autre raciste » en adoptant une démarche compréhensive relève souvent de la gageure.

Notes

1 La partitocrazia est un concept qui apparaît pour la première fois dans les écrits du professeur de droit public Giuseppe Maranini. Le scrutin proportionnel, en donnant aux bureaucraties partisanes l’exclusive en matière de composition des listes, finit par former comme un écran entre l’élu et ses électeurs, remettant ainsi en cause la responsabilité du premier devant les seconds. La partitocrazia est, de ce point de vue, un « tyran sans visage ». Ce concept, très polémique dans les années 1950, était repris par la droite libérale et néo-fasciste ; ce n’est qu’à partir du « compromis historique » qu’il connut une expansion aussi certaine qu’irrésistible qui l’ancra définitivement dans le sens commun dans les années 1990.

2 Population résidente : 937000 habitants, du chef-lieu : 115000 habitants, pil pro capite (PNB/habitant) < 30 000 euros.

3 Ce chercheur bergamasque, proche de la gauche, est l’auteur de trois ouvrages sur la Ligue lombarde et la Ligue du Nord : I Nuovi razzismi. Miserie e fortune della Lega Lombarda (1990), Il Tarlo delle Leghe (1991) et Sinistra e Lega : processo a un flirt impossibile (1997).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540