Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idiotie en politique

 | 
Lynda Dematteo

Préface

Marc Abélès

Texte intégral

« Si Bossi est un bouffon, il faut expliquer pourquoi un pays comme l'Italie peut en être fasciné. S'il n'en est pas un, l'urgence est alors réelle et il convient d'expliquer pourquoi on le traite de bouffon. Dans les deux cas, c'est la culture politique italienne qui fait mauvaise figure. »
Saverio Vertone, Il Corriere della Sera, le 17 août 1996.

1La montée en puissance de la Ligue du Nord, sa progressive conquête de positions de pouvoir au plan national, a suscité de nombreux commentaires. On y a vu l’une des conséquences de l’effondrement du système politique qui avait dominé l’Italie depuis la Seconde Guerre mondiale. La Ligue est apparue, au-delà des frontières italiennes, comme l’illustration d’une montée générale des populismes en Europe. Ses succès électoraux sont, pour certains analystes, à mettre au compte de comportements nouveaux chez les électeurs qui, longtemps, se sont exprimés en fonction de repères idéologiques stables, étant eux-mêmes intégrés dans un cadre sociopolitique qui déterminait et délimitait l’espace des choix possibles. En propulsant au sommet de l’État des figures telles que Bossi ou Berlusconi, il est clair que les Italiens ont rompu avec une tradition marquée par l’antagonisme, longtemps considéré comme indépassable, entre démocrateschrétiens et communistes.

2Mais au fait, comment une formation politique comme la Ligue du Nord a-t-elle pu séduire autant de femmes et d’hommes ? Certes, on imagine bien pourquoi les habitants des provinces du Nord de l’Italie ont pu trouver une séduction au discours de Bossi, fondé en grande partie sur le rejet de l’Autre, du Méridional honni. On peut aussi comprendre comment une société rongée par la crise de la représentation tend à se précipiter dans les bras des hommes nouveaux qui prétendent la sauver de la partitocratie. Mais tout cela ne rend pas compte de la spécificité de la Ligue du Nord et de ce paradoxe : d’évidence, ces gens ne sont pas sérieux, disent souvent n’importe quoi, et l’attrait qu’ils exercent est pourtant en grande partie lié à leur outrance.

3Le premier intérêt du travail de Lynda Dematteo est de nous faire pénétrer dans l’irrationnel du politique. De prendre au sérieux cette dimension de l’irrationnel, de l’excès. Bossi est un bouffon, les leghistes font les idiots : c’est de là qu’il faut partir si l’on veut comprendre l’impact de cette aventure politique. Il y a là un parti pris théorique, celui d’analyser de l’intérieur ce phénomène et de se donner les moyens de le penser dans toute son originalité, quitte à suivre le fil conducteur inattendu de la bouffonnerie et de la commedia dell’arte. Et c’est ce qui rend cette démarche exemplaire de ce que peut apporter une approche véritablement ethnographique de la vie politique. Si l’on s’immerge dans un univers politique, c’est moins pour en ramener quelques détails exotiques que pour restituer une cohérence que l’on ne perçoit généralement qu’au travers des effets produits sur le public et sur l’électorat.

4Dans son livre, Lynda Dematteo fait ainsi ressortir du matériau ethnographique un élément essentiel : l’extraordinaire puissance de l’idiotie, le travail qu’elle accomplit quant à la subversion des codes et du langage de la politique instituée. Le succès de la Ligue par rapport aux courants autonomistes déjà existants avant elle est à cet égard significatif. Le fait de dire tout haut ce que les gens pensent tout bas, dans le langage de « l’impolitique », de jouer de toutes les ressources de la dérision et de l’autodérision, c’est se placer sur un registre neuf. Mais c’est aussi renouer avec une tradition, qui à travers la commedia dell’arte a considérablement marqué l’espace public en Italie. En France, nous n’avons pas le même genre de tradition, mais la mise en perspective proposée dans ce livre n’est pas sans évoquer la manière dont un Le Pen joue sur les mots, et les saillies qui lui sont coutumières. Ce qui est très bien décrit ici, c’est le malaise de l’ethnologue immergée dans ce monde à l’envers.

5« L’anesthésie progressive » face au racisme, le jeu sur le rire, tout cela est remarquablement bien mis en valeur. Surtout, c’est le passage de l’autre côté du miroir qui a permis à l’auteur d’aller à l’essentiel : le processus de subversion carnavalesque. Les actes de langage de la Ligue embraient parce qu’ils jouent un rôle de dévoilement par rapport à tout ce qui est insupportable dans le pouvoir institué. Là encore, par rapport aux régionalismes traditionnels, il y a une différence de taille : il ne s’agit pas de fétichiser le dialecte, d’en faire un point de revendication. Il s’agit de l’instrumentaliser dans le cadre de cette « seconde langue » qu’inventent Bossi et les siens. Invention d’une langue, invention d’une utopie, la Padanie, invention de rituels (Pontida, « l’ampoule »), c’est tout ce travail qui draine l’attention du public, qui construit l’espace public de la Ligue.

6L’un des moments forts de la thèse, c’est le récit et l’analyse de la marche aux flambeaux, avec le personnage phare du « général » Zanga, entouré de ses tchi-tchi. Il y a là un morceau d’anthologie, à l’égal du combat de coqs analysé par Clifford Geertz. On traverse le fleuve, pour entrer en terre ennemie, mais ce qui est le plus intéressant c’est moins la mise en scène rituelle de la conquête que la mise en spectacle de l’idiot. L’idiot est celui qui exprime pulsions et angoisses dans un contexte où la dérision met à distance le réel. Le bouffon, c’est le bouc émissaire, c’est le masque.

7Toute la seconde partie de la thèse développe cette thématique du masque. Elle est centrée sur le personnage de Bossi. Là encore, Lynda Dematteo prend un risque : elle traite un chef de parti comme un objet anthropologique, au lieu de traiter d’une collectivité, elle concentre l’approche sur un individu singulier. Mais, précisément, l’individu ici ne prend consistance que dans le rapport imaginaire que le groupe entretient avec lui. Le travail de Lynda Dematteo s’inscrit dans le prolongement des réflexions d’Elias Canetti dans son grand livre Masse et puissance. Ce dernier insistait sur la nature paranoïaque du pouvoir en analysant la figure du président Schreber. Chez Bossi, le thème de la paranoïa est bien présent, avec l’obsession des complots, les purges périodiques, etc. La Ligue doit sans cesse se protéger de toute contamination par la partitocratie : d’où l’opération Exodus, qui confine au ridicule.

8Mais la paranoïa est la contrepartie d’une thématique de la pureté, de l’innocence. Innocence de l’idiot, ingénu et anarchiste, irrécupérable par la communauté politique. Innocence du clown, qui inspire hilarité et crainte. Ce que Lynda Dematteo a bien saisi, c’est que la force du chef, son charisme particulier, réside dans ce qui est d’habitude perçu comme l’antithèse de la puissance : le ridicule et la bouffonnerie. L’insolence, l’obscénité, dans la lignée du goîtreux Gioppino, obtus, grossier, rusé et porteur d’un gros bâton, tels sont les atouts de Bossi. Sa force subversive vient de là. Le « rite de l’ampoule », qui fait naître la république padane dans l’horizon d’une purification des eaux troubles de la politique, reflète cette quête de la pureté, au nom d’un âge d’or introuvable qui s’incarnerait dans la Padanie. Fouette-politiciens, esclave-roi du carnaval, Bossi joue la non-violence et se réfère à Gandhi. On comprend comment il se trouve à son tour récupéré dans le dispositif politique italien, comment il est prédestiné, dans son rôle d’idiot provocateur, à conforter un système sur lequel il s’interdit lui-même d’avoir vraiment prise.

9L’ouvrage de Lynda Dematteo ouvre, on le voit, des perspectives extrêmement riches pour l’étude anthropologique du pouvoir. Elle renoue avec les analyses classiques des rituels d’inversion (Da Matta, Turner, entre autres), en articulant la longue durée de la tradition carnavalesque et la contemporanéité de la scène politique italienne. Nul doute qu’il s’agit d’une approche originale et très suggestive. Au point qu’on en vient à regretter de ne pas posséder d’analyses du même ordre à propos de deux phénomènes politiques bien français : Le Pen et Les Guignols de l’Info. Autre piste passionnante : la construction symbolique de ceux d’en bas par rapport à ceux d’en haut dans ce que l’on appelle, de manière floue, le populisme. Comment, à l’intérieur même de la sphère démocratique, émergent des modes de représentation qui renvoient à une autre scène et à une autre histoire que celle de l’institution politique ? Lisez ce livre, il ne nous offre pas seulement un décryptage subtil et décapant de la réalité politique contemporaine, mais aussi une véritable enquête sur le quotidien de la Ligue du Nord. Enquête sans concessions, quête intellectuelle aussi, ce livre illustre bien la manière dont l’anthropologie peut nous aider à appréhender le contemporain dans sa complexité.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540