Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Situations locales

Le mémorial de Vassieux : un mémorial hors sol ?

Gilles Vergnon

Texte intégral

  • 1 . Depuis, certaines observations mentionnées ici sont devenues obsolètes. La muséographie de la Rés (...)
  • 2 . Un if planté avec, à son pied, un petit parallélépipède de bronze portant l’inscription « Site na (...)

1Le « mémorial de la Résistance du Vercors » est inauguré le 21 juillet 1994 par Edouard Balladur, alors Premier ministre, dans le cadre des cérémonies du 50e anniversaire de la Libération1. Tant dans sa conception que du fait du contexte de sa construction, il s’inscrit dans la série des musées de la Résistance de la « seconde génération », à côté du mémorial de la Paix de Caen (1988), du centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon (CHRD, 1992) et du musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère (MRDI, 1994). Le mémorial, accroché aux pentes du col de la Chau, au-dessus de Vassieux-en-Vercors, est lui-même la pièce maîtresse du Site national historique de la Résistance en Vercors (SNHRV), un dispositif mémoriel articulé autour de dix « sites historiques » de construction plus ancienne ou, au contraire, contemporaine du mémorial, et de soixante « lieux de mémoire » (plaques, stèles, croix, monuments divers) tous reliés par un symbole unique en un « parcours de mémoire »2.

2Ce mémorial a une histoire, un objectif et un public. Il n’est cependant pas la seule réalisation se proposant de présenter l’histoire du maquis du Vercors. C’est en fonction de ces différents paramètres qu’il est possible d’émettre un jugement.

L’aboutissement d’une longue histoire

  • 3 . Lettre du syndicat d’initiative Royans-Vercors au préfet du Rhône, 28 avril 1948 et brochure join (...)
  • 4 . Inaugurées respectivement le 27 juillet 1947 et le 24 juillet 1948.
  • 5 . Ouvert le 12 septembre 1948 par l’évêque de Grenoble.
  • 6 . Tels que les définit Marie-Hélène Joly : « lieux dans lesquels on conserve et on montre des trace (...)
  • 7 . Description dans Le Pionnier du Vercors, 33, janvier 1981 et 40, octobre 1982.
  • 8 . Le Pionnier du Vercors, 59, juillet 1987.
  • 9 . Cf. pour l’histoire de sa réalisation, le mémoire de maîtrise de Carole Sanchez, Le Site national (...)

3Dès la Libération, des voix résistantes appuient la proposition du syndicat d’initiative Royans-Vercors de construire un « véritable ossuaire du Vercors, en annexe d’un musée-souvenir de la Résistance françaisse, monument indestructible et grandiose, en correspondance parfaite avec l’immense sacrifice de nos héros », complété par l’apposition d’un ensemble de plaques commémoratives sur les lieux des combats3. Si plaques et stèles couvrent vite le territoire du massif, encadrant des « lieux de souvenir » plutôt unificateurs comme les deux nécropoles de Saint-Nizier et Vassieux4, ou davantage centrés autour d’une mémoire spécifique, comme le chemin de croix de Valchevrière5, les projets d’un musée-souvenir ou d’un mémorial restent en sommeil jusqu’aux années 1970. Ils réapparaissent alors tous deux de manière disjointe, à l’initiative de deux acteurs différents. Le projet de « mémorial », qui désigne à ce moment un monument commémoratif de dimension importante, resurgit en 1972 à l’initiative de l’association des Pionniers du Vercors. Ceux-ci ouvrent une souscription publique pour un monument situé au Puy-de-Bois, sur le territoire de la commune de La Chapelle, qui serait d’une taille comparable au Trophée des Alpes de La Turbie et « visible de tout le Vercors ». Abandonné en 1975 pour des raisons financières, le projet est également entravé par l’ouverture, le 9 juin 1973, à l’initiative de l’ancien maquisard Joseph La Picirella, du musée de la Résistance de Vassieux. Ce dernier, qui s’inscrit à part entière dans la catégorie des musées d’histoire6, et, plus spécifiquement, des musées d’histoire de la guerre, connaît un succès public immédiat, qui ne s’est pas démenti depuis. Faute d’avoir réalisé le mémorial, et ayant entre-temps rompu avec Joseph La Picirella, les Pionniers se rabattent sur l’ouverture, le 19 juillet 1981, d’une « salle du souvenir », attenante au Cimetière national de Vassieux, compromis entre musée et mémorial traditionnel. Elle se présente sous la forme d’une « salle nue, faiblement éclairée, comme une crypte », comportant, tracés sur le mur, des « signes allégoriques » indiquant la présence au maquis de « toutes les convictions religieuse et philosophiques » et d’une flamme du souvenir7. L’association se prononce à nouveau, à son congrès de 1987, pour la création d’un « Site national historique du Vercors »8. Le projet est repris, en 1990, par le parc naturel régional et bénéficie du soutien des collectivités territoriales9. Il aboutit, après de nombreuses vicissitudes, en juillet 1994. Le Vercors abrite alors trois sites « généralistes », tous localisés à Vassieux, mobilisant des ressources et tenant des discours différents sur l’histoire du maquis : le musée de Joseph La Picirella, la salle du souvenir et le mémorial.

Le discours du mémorial

  • 10 . Tels le Lincoln Memorial (1915-1922) et le Jefferson Memorial (1943) à Washington. On trouve dans (...)
  • 11 . Ainsi en France le mémorial des martyrs de la Déportation, à la pointe sud de l’île de la Cité, i (...)
  • 12 . Site national historique de la Résistance en Vercors, plaquette de présentation, PNRV, 1994.
  • 13 . « Vercors : mémorable », L’Impartial, 23 juillet 1994. Cet hebdomadaire, fondé en 1883, est large (...)
  • 14 . « Cinquante ans après, un mémorial pour le Vercors », Libération, 21 juillet 1994.
  • 15 . A. Pereira, « Vassieux, la Résistance martyre », Le Monde, 23 juillet 1994.
  • 16 . Le Dauphiné libéré, 22 juillet 1994.

4Si le mémorial, n’abritant nul objet, n’est pas un musée, il n’est pas non plus un mémorial au sens traditionnel, variante moderne du cénotaphe antique, tel qu’ils ont été conçus aux États-Unis au début du siècle10 et développés en Europe par la suite11. La plaquette de présentation du projet informe que le bâtiment de 1 200 m2, constitué d’une série de salles articulées par de courts vestibules et d’une terrasse surplombant la plaine de Vassieux, propose un parcours qui vise « moins à l’exposé historique des faits [qu’au] souci d’analyse et d’expression des comportements humains », l’objectif étant de « souligner la valeur universelle du témoignage du Vercors »12. La presse, tant locale que nationale, insiste particulièrement sur cet aspect dans ses comptes rendus de l’inauguration. L’Impartial écrit que le mémorial n’est pas un musée, mais « une immersion dans un passé en mouvement », une « plongée vers demain », « un lieu qui dépayse, qui questionne, incite à la réflexion et au souvenir »13. Libération parle d’un « espace d’éveil »14. Le Monde note que le bâtiment, qui fait songer « à une sentinelle veillant au repos des vivants et des morts », est un lieu « où il faut se taire pour que le silence soit enfin synonyme de mémoire »15. Le Dauphiné libéré, reprenant les termes de la plaquette officielle, souligne que les salles sont dépourvues de lumière « pour mieux évoquer les comportements des hommes engagés dans la clandestinité »16.

  • 17 . L’ensemble des remarques qui suivent s’appuie sur des visites annuelles du mémorial depuis 1994.

5Le parcours ne s’ouvre pas par la présentation du Vercors ou de la Résistance mais, comme c’est souvent le cas dans d’autres musées ou mémoriaux, par une présentation en contrepoint, dans le vestibule, des portraits et discours croisés des 17 et 18 juin de Philippe Pétain et Charles de Gaulle17.

  • 18 . La Révolution nationale est évoquée par une affiche rayée en surimpression du « V» et de la croix (...)
  • 19 . Le journaliste de Libération parle de « deux bicyclettes hyperréalistes surchargées du poids de l (...)

6D’emblée, deux France s’opposent, celle de la « Résistance qui commence » et celle de la « Révolution nationale » et de la « collaboration »18. Le premier espace, évoquant les « années noires », mobilise une scénographie allusive, qui par ellipses et raccourcis, veut symboliser divers aspects de la vie en France occupée : la ligne de démarcation est figurée par des plaques de métal apposées au sol, le couvre-feu par des couvertures, la débâcle par une bicyclette (qui évoque aussi les difficultés de communication)19, les restrictions par une « baignoire à tout faire » emplie de charbon et de pommes de terre, les persécutions antisémites par une étoile jaune et la mention « juif » accolées sur la porte d’un « Docteur Goldstein, psychiatre », la vie artistique et la collaboration par une casquette d’officier allemand jetée sur un fauteuil de velours rouge...

7Le second espace « cartographique et photographique » aborde l’histoire de la Résistance en Vercors autour d’une maquette animée du massif et d’un diaporama présentant, sur des images tirées pour l’essentiel du film de Jean-Paul Le Chanois, Au cœur de l’orage, les principales phases de l’histoire du maquis. Dans le corridor séparant ces deux premiers espaces, figure un portrait et une inscription en l’honneur de Jean Moulin, « unificateur de la Résistance », amenant sans transition le visiteur des stigmates des années noires aux premiers pas des résistants du Vercors... au départ sans lien avec Jean Moulin. Bien sûr, l’hommage à « l’homme-mémoire » de la Résistance est, depuis 1964, une figure obligée de tout dispositif commémoratif. Mais il est ici, au minimum, mal placé et mal justifié, sinon pour illustrer une histoire téléologique et presque mythologique de la Résistance.

  • 20 . Les témoignages sont rassemblés dans une cassette audio, Mémoire du Vercors, d’une durée de 45 mi (...)

8Le troisième espace, « témoignages et vidéo », succédant à un corridor ascendant qui fait symboliquement passer devant le fameux panneau « Ici commence le pays de la Liberté », présente des témoignages enregistrés d’anciens résistants et un court métrage, Résistance en Vercors, de Laurent Lutaud20. Des panneaux illustrés apportent en plusieurs langues des renseignements complémentaires précis sur la vie quotidienne des maquisards, les parachutages, les transmissions avec Alger et Londres, etc. Enfin, des figurines à taille humaine, œuvre du plasticien Alain Timar, présentent des silhouettes stylisées de combattants. Ces deux espaces proposent incontestablement, au-delà de « l’information », un récit sur le Vercors qui reproduit l’état courant de l’historiographie, avec ses forces et ses faiblesses.

  • 21 . L’ensemble de ces expressions est tiré d’une publicité régulière pour le mémorial dans Le Dauphin (...)

9Le dernier espace, « le martyre d’Ariette Blanc », met en scène l’agonie d’une enfant de Vassieux, assassinée par les troupes allemandes à 12 ans, comme l’ensemble de sa famille. Ici, le visiteur est confronté à un véritable spectacle « son et lumière » : salle plongée dans l’obscurité, bourdonnements d’insectes en fond sonore suggérant un après-midi d’été, puis crépitements et craquements rappelant l’incendie du village et précédant l’irruption d’un mannequin qui surgit d’un tas de bois et évoque d’une voix sépulcrale sa récente communion et son supplice. Nous sommes ici au cœur du dispositif du mémorial. Au-delà de la symbolique explicitement chrétienne et catholique, l’évocation recherche bel et bien, « par une mise en scène très réaliste », à provoquer « l’émotion » du visiteur, à ne pas le laisser « indifférent », afin de délivrer « un message universel qui ouvre et questionne sur les valeurs portées par les hommes de notre temps »21.

10L’espace consacré à Ariette Blanc n’est pas le seul du mémorial et l’on peut considérer que les deux espaces précédents ont apporté au visiteur en quête de connaissances sur l’histoire du maquis quelques informations. Il n’est pas non plus le dernier, puisque la visite se termine, après un « ultime corridor » où sont inscrits sur des feuilles de plomb les noms des victimes civiles et militaires du Vercors, par une terrasse offrant un vaste panorama de la plaine de Vassieux et du massif. Mais il n’est pas outré de considérer qu’il tient un rôle central dans les intentions des concepteurs, tant par son emplacement dans le parcours que par son adéquation à leur discours intentionnel. La Résistance dans son ensemble, et le Vercors en particulier, deviennent ici le prétexte à un discours général sur la souffrance, les droits de l’Homme et le devoir de mémoire, qui met nécessairement l’accent sur les victimes innocentes plus que sur les combattants, sur la mort subie plus que sur la mort envisagée.

La réception du discours

11Tout discours est énoncé en direction d’un public spécifique. Le dispositif du mémorial, et le discours qu’il recèle, sont destinés à un public potentiel, les visiteurs du mémorial, que les études préalables estimaient à 50 000 par an, dont une forte composante de scolaires, un « marché captif » par définition.

  • 22 . Chiffres fournis par la billetterie du mémorial. Les chiffres de l’année 2000 doivent être compar (...)
  • 23 . 89 607 visiteurs du 1er octobre 1998 au 30 septembre 1999, Bilan de la saison touristique 1999, V (...)
  • 24 . Pendant l’hiver 2000, diverses déclarations ont évoqué l’éventuelle fermeture du mémorial, en inv (...)
  • 25 . Le dépliant « Informations pour la visite », réalisé en 1999, a été réédité en 2000 sous une prés (...)

12Les chiffres de fréquentation, enregistrés depuis l’ouverture, n’étaient pas en 2000 à l’aune de ces prévisions et accusaient une baisse constante : 41 114 entrées en 1994 (de juillet à décembre), 53 676 en 1995, 43 524 en 1997, 37 094 en 1998, 35 140 en 1999, 27 344 de janvier à août 200022. Il est vrai que les autres sites « généralistes » connaissaient une baisse concomitante de leurs entrées. La « salle du souvenir » de la nécropole était passée de 31 747 visiteurs en 1997 à 30 091 en 1998, 29 324 en 1999 et 17 410 de janvier à août 2000. Le musée de la Résistance de Vassieux, qui enregistrait selon son fondateur plus de 150 000 visiteurs par an au départ, subissait aussi, quoique gratuit, une baisse de fréquentation23. Mais le rythme de la chute des entrées était plus élevé pour le mémorial, le plus récent des trois sites, et celui qui avait fait l’objet de la publicité la plus importante et d’une signalétique très présente sur le plateau24. De l’avis des gestionnaires eux-mêmes, le dispositif proposé a d’emblée suscité l’incompréhension de certaines personnes et le personnel d’accueil a dû, empiriquement, proposer des améliorations de l’information, de la signalétique interne et réaliser un dépliant d’explications25.

  • 26 . La consultation à laquelle nous avons procédé (visite du 12 août 2000) est plus empirique que sys (...)
  • 27 . Pour reprendre l’expression d’Adrien Le Bihan à propos du Livre du souvenir à Auschwitz, Auschwit (...)
  • 28 . « Ensemble factice et peu satisfaisant. Où sont les lettres, les armes, les photos et tout ce qui (...)
  • 29 . Graffiti, printemps-été 2000.

13Plus décisive, sans doute, est la perception du parcours par les visiteurs eux-mêmes. La consultation du livre d’or placé à l’entrée est, en l’absence d’enquête orale systématique, le seul moyen d’en saisir quelques éléments26. Les propos, ou les « graffiti »27, qui y figurent, peuvent être rangés en deux catégories. Une part, minoritaire, émet un jugement négatif sur le mémorial et son contenu, s’en prenant en particulier au « spectacle » sur le martyre d’Ariette Blanc ou regrettant l’absence d’objets, armes, lettres ou photographies restituant la vie quotidienne des maquisards28. Les graffiti positifs s’appuient, a contrario, sur cette même absence et ce même « spectacle » : « musée de l’horreur nazie », « magnifique dans l’horreur », « pauvres personnes »... On pourrait déduire de leur lecture que les concepteurs du mémorial ont atteint leurs objectifs. Mais n’est-ce pas au prix de la déréalisation de la Résistance, de l’« oubli » de ses processus concrets, en particulier de sa dimension politique et guerrière ? La consultation du livre d’or placé dans la salle du souvenir de la nécropole de Vassieux fournit une contre-épreuve. Ici les mentions les plus fréquentes évoquent le patriotisme, la légitimité du combat des résistants : « fiers d’être français », « honneur aux maquisards », « hommage aux résistants »29. À chacun son public, ou, plutôt, à chaque message ses réactions...

  • 30 . Régis Debray, « Trace, forme ou message », in « La confusion des monuments », Cahiers de médiolog (...)

14Si l’on définit le mémorial de Vassieux par ses fonctions, il relève bien de la catégorie des « monuments-messages » selon la typologie de Régis Debray, « lettres sous enveloppe adressées par une époque à la suivante »30. Mais quel message envoie-t-il ? L’horreur de la guerre, le dégoût de la barbarie, la compassion pour ses victimes, mais aussi la déshistoricisation de la Résistance, immergée dans l’éternel combat du Bien contre le Mal ou, au contraire, singularisée et « localisée » à l’extrême. C’est en ce sens seulement que le mémorial de Vassieux est, même si ce qualificatif agricole ne le résume pas entièrement, un mémorial « hors sol ».

Notes

1 . Depuis, certaines observations mentionnées ici sont devenues obsolètes. La muséographie de la Résistance en Vercors connaît un réaménagement d’ensemble à ce jour inachevé.

2 . Un if planté avec, à son pied, un petit parallélépipède de bronze portant l’inscription « Site national historique de la Résistance en Vercors ».

3 . Lettre du syndicat d’initiative Royans-Vercors au préfet du Rhône, 28 avril 1948 et brochure jointe, « Ce que le syndicat d’initiative a fait depuis 1939..., ce qu’il se propose de faire en 1948 », Archives départementales du Rhône, 437 W 170. Ce texte reprend une proposition exposée dès décembre 1944 dans En avant FFI !.

4 . Inaugurées respectivement le 27 juillet 1947 et le 24 juillet 1948.

5 . Ouvert le 12 septembre 1948 par l’évêque de Grenoble.

6 . Tels que les définit Marie-Hélène Joly : « lieux dans lesquels on conserve et on montre des traces matérielles du passé pour évoquer un événement ou un phénomène dans une intention plus historique qu’esthétique », « Les musée d’histoire », in Marie-Hélène Joly et Thomas Compère-Morel (dir.), Des musées d’histoire pour l’avenir, Paris, Noésis, 1998, p. 57-88.

7 . Description dans Le Pionnier du Vercors, 33, janvier 1981 et 40, octobre 1982.

8 . Le Pionnier du Vercors, 59, juillet 1987.

9 . Cf. pour l’histoire de sa réalisation, le mémoire de maîtrise de Carole Sanchez, Le Site national historique de la Résistance en Vercors et ses retombées socio-économiques, Institut de géographie alpine, Université Joseph-Fourier, Grenoble, 1994.

10 . Tels le Lincoln Memorial (1915-1922) et le Jefferson Memorial (1943) à Washington. On trouve dans le premier une statue monumentale du président assassiné et, dans deux salles latérales, des extraits de ses discours gravés dans les murs.

11 . Ainsi en France le mémorial des martyrs de la Déportation, à la pointe sud de l’île de la Cité, inauguré en 1962.

12 . Site national historique de la Résistance en Vercors, plaquette de présentation, PNRV, 1994.

13 . « Vercors : mémorable », L’Impartial, 23 juillet 1994. Cet hebdomadaire, fondé en 1883, est largement diffusé dans la région de Romans, en contrebas du Vercors.

14 . « Cinquante ans après, un mémorial pour le Vercors », Libération, 21 juillet 1994.

15 . A. Pereira, « Vassieux, la Résistance martyre », Le Monde, 23 juillet 1994.

16 . Le Dauphiné libéré, 22 juillet 1994.

17 . L’ensemble des remarques qui suivent s’appuie sur des visites annuelles du mémorial depuis 1994.

18 . La Révolution nationale est évoquée par une affiche rayée en surimpression du « V» et de la croix de Lorraine. En 1999-2000, des panneaux d’information sur la milice et les camps d’internement de l’État français ont été ajoutés.

19 . Le journaliste de Libération parle de « deux bicyclettes hyperréalistes surchargées du poids de la débâcle de juin 1940 », article cité, 21 juillet 1994.

20 . Les témoignages sont rassemblés dans une cassette audio, Mémoire du Vercors, d’une durée de 45 minutes, vendue à l’accueil.

21 . L’ensemble de ces expressions est tiré d’une publicité régulière pour le mémorial dans Le Dauphiné libéré, pendant l’été 2000. Le titre de l’article publicitaire, « Émouvant, incroyable, fort... », se réfère à des réactions transcrites dans le livre d’or du mémorial par un ou plusieurs visiteurs.

22 . Chiffres fournis par la billetterie du mémorial. Les chiffres de l’année 2000 doivent être comparés avec ceux de la même période en 1997 (35 968), 1998 (30 801) et 1999 (29 328).

23 . 89 607 visiteurs du 1er octobre 1998 au 30 septembre 1999, Bilan de la saison touristique 1999, Valence, conseil général de la Drôme. Le musée demeurait néanmoins le premier site touristique à entrées non payantes et le quatrième site de la Drôme, toutes catégories confondues, derrière la « Ferme des crocodiles » de Pierrelatte, le « Palais idéal » du facteur Cheval à Hauterives, et le château de Grignan.

24 . Pendant l’hiver 2000, diverses déclarations ont évoqué l’éventuelle fermeture du mémorial, en invoquant son déficit financier, Le Dauphiné libéré, 5 février et 19 mars 2000. Il est actuellement en réorganisation.

25 . Le dépliant « Informations pour la visite », réalisé en 1999, a été réédité en 2000 sous une présentation améliorée. Des panneaux explicatifs ont été placés tout au long du parcours et explicitent en particulier la symbolique lourdement allusive du premier espace sur les « années noires ».

26 . La consultation à laquelle nous avons procédé (visite du 12 août 2000) est plus empirique que systématique. Elle permet cependant de dégager quelques grands ensembles de réponses.

27 . Pour reprendre l’expression d’Adrien Le Bihan à propos du Livre du souvenir à Auschwitz, Auschwitz Graffiti, Paris, Librio, 2000.

28 . « Ensemble factice et peu satisfaisant. Où sont les lettres, les armes, les photos et tout ce qui fait la vie quotidienne ? », graffiti, été 2000.

29 . Graffiti, printemps-été 2000.

30 . Régis Debray, « Trace, forme ou message », in « La confusion des monuments », Cahiers de médiologie, 7, 1999, p. 27-44.

Auteur

Gilles Vergnon, agrégé d’histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’IEP de Lyon. Membre du GREPH (Groupe de recherche en épistémologie politique et historique), il est aussi collaborateur de la nouvelle série du « Dictionnaire Maitron ». Ses travaux actuels portent sur l’antifascisme comme discours fédérateur des gauches françaises et sur l’histoire du socialisme en France et en Europe. Il a publié notamment Le Vercors. Histoire et mémoire d’un maquis, Paris, Éditions de l’Atelier, 2002.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540