Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Perspectives transversales

La tête de la Méduse
Réactions à l’exposition « Guerre d’extermination. Les crimes de la Wehrmacht. 1941-1944 »

Hannes Heer

Texte intégral

  • 1 . Jutta Limbach, « Es geht nicht um eine Kollektivschuld. Aber die Wahrheit über die Untaten der de (...)
  • 2 . Discours de Erhard Eppler à l’occasion de l’ouverture de l’exposition à Stuttgart le 10 septembre (...)

1« Celui qui, de nos jours – un demi-siècle après la fin de la guerre ! -s’apprête à évoquer les raisons des massacres pendant la Seconde Guerre mondiale et à élucider le rôle de la Wehrmacht allemande dans ce contexte, touchera, toujours, un endroit sensible dans l’âme de certains Allemands. Quiconque essaie de ressusciter ce sombre chapitre de l’histoire se verra immédiatement attribuer le rôle de celui ou de celle qui ose transgresser les tabous1. » Ces mots, prononcés dans son discours inaugural par Mme le professeur Jutta Limbach, présidente de la Cour constitutionnelle, décrivent l’effet produit par l’exposition sur ses visiteurs. En une occasion similaire, Erhard Eppler, ancien ministre et maître à penser de longue date du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands), affirmait que cette exposition « touchait au plus profond toute une génération »2. Pour illustrer ces propos, les deux orateurs évoquent un corps et ses déformations.

2Les événements de l’année 1999 ont confirmé l’exactitude de ce diagnostic. Qu’on pense aux visages haineux des 5 000 néonazis de Munich ou aux tableaux de l’exposition à Sarrebruck percés par les éclats d’une bombe ; qu’on se souvienne des vieux hommes bredouillants, furieux ou impuissants devant cette exposition, de l’émouvant débat au Parlement allemand, des scènes où des visiteurs en larmes reconnaissaient leurs pères sur les photos ; qu’on se rappelle enfin le moment dramatique, à l’automne 1999, où, à la suite d’articles critiques de deux historiens, le sponsor Jan Philipp Reemtsma annonçait face à un mur de caméras la fermeture provisoire de l’exposition.

  • 3 . « Politiker müssen nicht vom Volk geliebt werden », entretien avec Helmut Schmidt, Süddeutsche Ze (...)
  • 4 . « Weizäcker empfiehlt Besuch », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 6 mars 1998.
  • 5 . Discours de Johannes Rau à l’occasion de l’ouverture de l’exposition à Bonn le 28 septembre 1998 (...)
  • 6 . Bernard-Henri Lévy, « La tentation de l’oubli », Le Monde, 6 février 1999.
  • 7 . Cf. l’ouvrage paru à l’occasion de l’exposition : Hannes Heer et Klaus Naumann (éd.), Vernichtung (...)

3Depuis qu’elle existe, cette exposition a divisé un pays entier. L’ancien chancelier, Helmut Schmidt, refusait de la visiter, car il la considérait comme le résultat d’un « masochisme autosuggestif par rapport à son propre pays »3. À l’inverse, l’ancien président de la République fédérale, Richard von Weizäcker, en recommandait expressément la visite4 ; en 1998, l’un de ses successeurs, l’actuel président Johannes Rau, l’inaugurait même à Bonn en la caractérisant « de lieu chargé de souvenirs accablants de l’histoire allemande » et en même temps « de lieu d’apprentissage nous éclairant sur les dangers engendrés par les abîmes humains »5. L’actuel chancelier, Gerhard Schröder, la critiquait vivement : « Je ne peux pas laisser dire qu’une armée, dans sa majorité, ait pu commettre de pareils crimes » et il déclinait, en raison d’une « fête entre vieux amis », l’invitation de Bernard-Henri Lévy à l’accompagner à l’exposition qui se trouvait à cette époque à Hanovre6. Son ministre de la Défense interdisait à la Bundeswehr de participer à des manifestations organisées dans le cadre de l’exposition. En revanche, deux de ses collègues du gouvernement, les ministres des Finances et des Transports, également présidents des régions de la Hesse et de la Sarre, l’avaient inaugurée en 1997 et 1999 dans leurs Lands respectifs par des discours marquants. Lors d’un grand reportage publié dans Le Monde, Bernard-Henri Lévy décrivit les effets de l’exposition par les mots suivants : « Il est là, le tremblement de terre silencieux, invisible, qui a remodelé le paysage et déblayé le fatras de mythes, non-dits, mensonges en tout genre qui encombraient la mémoire de l’Allemagne7. »

4J’essaierai de décrire les fissures et cassures, les abîmes et les ruines, mais aussi les points de vue dégagés, ainsi que la nouvelle topographie créée par ce tremblement de terre.

L’histoire de l’exposition

5L’exposition faisait partie d’un projet de l’Institut de sciences sociales de Hambourg. Dans le cadre de ce projet qui avait pour thème les mots-clés « civilisation et barbarie », l’Institut a essayé d’examiner la « destructivité » du xxe siècle finissant et de nous éclairer sur les événements passés qui pèsent sur nous au début du xxie siècle.

6Dans ce contexte, la guerre menée par le Reich allemand de 1939 à 1945 représente tout naturellement un sujet de recherche majeur : l’invasion de la Pologne, la défaite de la Yougoslavie, mais surtout l’expédition contre l’Union soviétique constituaient un nouveau type de guerre sans limites. Depuis les procès de Nuremberg, nous savons que, pendant cette guerre, la Wehrmacht constituait avec ses 19 millions de membres la plus grande organisation du régime nazi. Elle était en même temps l’instrument et le moteur de la politique nationale-socialiste de conquête et raciste. La guerre qu’elle menait n’avait plus pour but de vaincre les années ennemies, mais de détruire des sociétés entières et d’exterminer des groupes bien définis. Depuis les procès de Nuremberg, de tels actes sont qualifiés de « crimes contre l’humanité ».

7Le résultat de ce que nous avons appelé une « guerre d’extermination » par rapport à la guerre totale de 1914-1918 se résume comme suit : 1 à 1,5 million de Juifs tués, soit directement pat la Wehrmacht, soit par des intermédiaires, 3,3 millions de prisonniers de guerre tués du seul fait de la Wehrmacht, 5 à 7 millions de civils « soupçonnés d’être partisans » pendus, fusillés ou brûlés grâce à la collaboration de la police et de la SS en dehors des opérations de combat.

8L’exposition, limitée à la période de 1941 à 1944 et à quelques secteurs du front, développe son argumentaire en s’appuyant sur les trois cas suivants :

  • On constate qu’en Serbie, pendant les premières années de la guerre, tous les Juifs mâles pris en otage ont été tués au cours des opérations de lutte contre les partisans.
  • On remarque l’aide active apportée par la VIe armée lors de son passage en Ukraine aux troupes de la SS, responsables du meurtre des Juifs. Cette aide consistait à lancer l’ordre de regroupement des Juifs, mais également à soutenir activement la SS pour traquer, emmener et fusiller les victimes.
  • On voit comment la Wehrmacht a mené, dès le premier jour, une impitoyable guerre raciste dirigée contre les Juifs et d’autres « humains slaves, de race inférieure » pendant les trois années d’occupation de la Biélorussie :
    • Elle est responsable de la mort soigneusement planifiée de centaines de milliers de prisonniers russes qui ont succombé à la faim, à l’épuisement, au froid, aux épidémies et aux exécutions.
    • Elle devient complice de la « solution finale » en installant des ghettos dans les villes, en assassinant les Juifs dans les villages et en assistant la police et la SS dans son plan d’extermination massive à l’intérieur des ghettos.
    • Elle assassine, dans le cadre de la guerre contre les partisans et en collaboration avec d’autres organisations de l’Occupation, des centaines de milliers de civils, ou elle les déporte en Allemagne dans des camps de travail forcé.

9L’exposition a été inaugurée le 5 mars 1995 à Hambourg et présentée ensuite dans 33 villes allemandes ou autrichiennes : à Berlin, Potsdam, Stuttgart, Vienne, Innsbruck, Fribourg, Mönchengladbach, Essen, Erfurt, Ratisbonne, Klagenfurt, Nuremberg, Linz, Karlsruhe, Munich, Francfort-sur-le-Main, Brême, Marburg, Constance, Graz, Dresde, Salzbourg, Aix-la-Chapelle, Kassel, Coblence, Munster, Bonn, Hanovre, Kiel, Sarrebruck, Cologne et Osnabrück. Le nombre de visiteurs s’élève à environ 900 000. L’exposition était programmée jusqu’en 2005.

10Ces chiffres montrent qu’il s’agit là de l’exposition la plus visitée de l’histoire contemporaine jamais réalisée en RFA. Elle a été l’une des manifestations publiques les plus discutées sur le passé nazi, comparable aux débats provoqués par la série télévisée sur l’Holocauste. Depuis longtemps, par son apport à l’histoire contemporaine, elle est devenue elle-même un événement.

11Si l’exposition n’avait pas été provisoirement fermée à l’automne 1999, elle aurait également rencontré un énorme succès à l’étranger. La version destinée aux États-Unis avait déjà été créée en vue d’une présentation à New York, Chicago, Los Angeles et San Francisco. Des pays comme la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Italie, la Grèce, la République tchèque, la Russie, la Biélorussie, l’Angleterre, Israël, le Japon, la Chine et l’Australie avaient demandé que l’exposition leur soit présentée.

  • 8 . Karl-Heinz Janßen, « Als Soldaten Mörder wurden », Die Zeit, 17 mars 1995.
  • 9 . Die Welt, 2 mars 1995 ; Die Tageszeitung, 8 mars 1995 ; Frankfurter Rundschau, 9 mars 1995 ; Die (...)
  • 10 . Die Zeit, 17 mars 1995.

12Durant la première phase de sa présentation en Allemagne, l’exposition a été largement approuvée par les médias. Les plus grands quotidiens et hebdomadaires allemands en ont donné un écho positif, jugeant qu’elle était une remarquable contribution à l’année commémorative 1995. L’hebdomadaire Die Zeit la considérait comme « l’exposition historique la plus importante réalisée depuis longtemps »8. Des titres pratiquement identiques révélaient clairement le contenu des articles : « La destruction d’une légende », « Mensonge d’une vie », « Du mythe ne reste que le mensonge », « Le mensonge de l’intégrité de la Wehrmacht », « La légende d’une Wehrmacht irréprochable », « Le désenchantement d’une légende », « Une exposition détruit le mensonge historique de soldats irréprochables »9. Le soulagement avec lequel des journalistes résumaient les faits était frappant, comme si le moment était enfin venu de laisser la place aux remises en causes publiques et aux examens de conscience. Die Zeit écrivait : « À la place de la légende se révèle la vérité effrayante [...] qui, face à un mur de silence commun et réciproque, n’a jamais pu s’imposer dans l’opinion publique allemande10. »

  • 11 . Bundesministerium der Verteidigung, FüS, 13-Az 50-00-00, 25 avril 1995 ; Dirk Sommer, « Die Wehrm (...)
  • 12 . Bundesministerium der Verteidigung, Erlaß vom 17 novembre 1995.

13Dans un premier temps, l’exposition a été présentée grâce à des institutions privées comme celles de l’Église protestante, des syndicats, des centres culturels. Le discours d’ouverture était assuré par des écrivains, des hommes politiques, d’anciens officiers de la Wehrmacht, pour la plupart proches du SPD. Un soutien discret de la part du ministère de la Défense dirigé par un membre de la CDU (Christlich-Demo-kratische Union) montrait que l’exposition était de plus en plus acceptée au-delà des frontières entre les partis : la réaction du ministère, en interne, mais aussi dans la plus grande revue militaire était positive11. Dans le contexte d’une première mission des troupes allemandes sur les lieux de la Seconde Guerre mondiale, en Bosnie, le ministre de la Défense, monsieur Rühe, voyait apparemment dans cette exposition la chance de revoir la position de l’armée actuelle, la Bundeswehr, par rapport aux traditions de la Wehrmacht disparue. Le changement des noms des casernes, qui portaient auparavant les noms de criminels de guerre notoires, était la meilleure preuve de ce revirement sensationnel. Tout à coup, un conflit qui avait duré des décennies prenait fin. Un nouvel arrêté du ministère avait une portée encore plus significative, qui décrétait pour l’essentiel : « En tant qu’organisation du troisième Reich, la Wehrmacht a été impliquée, par des corps de troupes et des soldats, dans les crimes du national-socialisme. Pour cette raison, cette institution ne peut pas constituer le fondement d’une tradition12. »

  • 13 . Rüdiger Proske, Wider den Mißbrauch der Geschichte deutscher Soldaten zu politischen Zwecken, Mai (...)

14Ces réactions du ministère de la Défense marquaient le point culminant de l’approbation et, en même temps, le tournant vers une deuxième phase, celle des débats publics acharnés. Au début de l’année 1996, un article de la Frankfurter Allgemeine Zeitung engageait la contre-attaque. Le journal polémiquait sur la façon tendancieuse et globale de rendre la Wehrmacht responsable : celle-ci aurait été limitée dans ses actions par la SS toute-puissante et n’aurait fait que répondre à la brutalité de la guerre menée par Staline derrière les lignes allemandes. Selon ce journal, il ne s’agissait pas d’une contribution fondée sur des travaux scientifiques mais d’un « pamphlet » correspondant à un « besoin de créer l’embarras » et à un « sentiment de culpabilité » qui cherche désespérément toute occasion pour s’exprimer. À peu près au même moment, ces attaques trouvaient un soutien dans le pamphlet d’un journaliste de la télévision, autrefois très réputé, qui « démasquait » les auteurs et initiateurs de l’exposition en les traitant de « vieux communistes » et de « rescapés de 1968 » ; le projet était présenté comme une tentative d’attaque contre la patrie qui aurait pour but de « discréditer » la Bundeswehr en tant que successeur de la Wehrmacht13.

  • 14 . Cf. Helmut Donat et Arn Strohmeyer (éd.), Befreiung von der Wehrmacht ? Dokumentation der Auseina (...)

15Ces deux prises de position aidaient les associations d’anciens combattants qui, jusqu’ici, avaient gesticulé en vain, et une extrême droite très complexe qui peinait à s’orienter. Elles engendraient également les premières mesures offensives dans le camp des conservateurs. Apparemment sous la contrainte du gouvernement, le ministère de la Défense interdisait à toutes les divisions de la Bundeswehr de fréquenter en public les responsables de l’exposition, et leur défendait de prendre ouvertement position. Pour la première fois, des maires CSU (Christlich-Soziale Union) refusaient de participer à la cérémonie d’ouverture de l’exposition dans leur ville. À Brême, la CDU risquait de mettre fin au gouvernement local qu’elle formait en coalition avec le SPD (gouvernement du Land de Brême)14.

  • 15 . Peter Fahrenholz, « Herr Gauweiler schafft sich einfach eine andere Wirklichkeit », Frankfurter R (...)
  • 16 . Florian Stumfall, « Wie Deutsche diffamiert werden », Bayernkurier, 22 février 1997.
  • 17 . Bilanz einer Ausstellung, Dokumentation der Kontroverse um die Ausstellung « Vernichtungskrieg. V (...)

16Enfin, avec la réaction de la CSU bavaroise, le sommet fut atteint. Le président de la CSU de Munich, Gauweiler, était connu pour ses outrances et comportements d’extrême droite. Jan Philipp Reemtsma, propriétaire de la plus grande entreprise de tabac d’Allemagne, s’était fait régler son héritage afin de pouvoir créer une institution de recherche privée. Il avait sponsorisé l’exposition. Monsieur Gauweiler lui demandait de dédier ses millions aux victimes du tabac plutôt qu’à la mémoire des Juifs assassinés, des membres de l’armée rouge faits prisonniers de guerre et des présumés partisans15. L’organe central de la CSU, le Bayernkurier, accusait l’exposition d’aggraver les peines infligées par le tribunal de Nuremberg. Les responsables de l’exposition auraient mis en scène une campagne moralement destructrice contre le peuple allemand en contestant l’honneur de millions de soldats allemands16. Avec le dépôt d’une couronne sur la tombe du soldat inconnu, organisé par la CSU de Munich, avec le conseil donné aux écoles par le ministre de l’Éducation bavarois de ne pas visiter l’exposition, avec la démonstration de 5 000 néonazis, certes non souhaitée mais attendue par les conservateurs, la campagne arrivait à son triste point culminant. Mais elle signifiait en même temps une défaite pour ses initiateurs. En effet, avec ses 90 000 visiteurs, dont 20 000 élèves, l’exposition était définitivement devenue un événement d’ampleur nationale17.

17Après la victoire de ceux qui avaient organisé l’exposition à Munich, rien n’était plus logique que de la monter à la Paulskirche de Francfort, sur le lieu de naissance de la démocratie allemande, où s’était réuni le premier parlement allemand issu de la révolution de 1848. Il était aussi logique que le Bundestag mît le sujet à l’ordre du jour : le 13 mars 1997, l’exposition y fut le centre d’un débat. Mais s’agissait-il encore de députés membres de partis opposés, de lobbyistes, de politiciens luttant pour des voix, des postes, le pouvoir ?

  • 18 . Helmut Lölhöffel, « Persönliche Töne zur Wehrmacht », Frankfurter Rundschau, 15 mars 1997.
  • 19 . Gisela Arndt, « Auch Alfred Dregger war Rührung anzumerken », Kölner Stadtanzeiger, 14 mars 1997.
  • 20 . Helmut Dubiel, Niemand ist frei von der Geschichte : Die nationalsozialistische Herrschaft in den (...)

18« Ce jeudi soir, on pouvait assister à des scènes inhabituelles au Bundestag : subitement, des députés commençaient à parler de destins pendant la Seconde Guerre mondiale18. » Ou bien : « Certains députés, pris par l’émotion, avaient du mal à retenir leurs larmes : le débat de ce soir était différent des autres : tout à coup, l’intonation des mots employés était honnête, courageuse, plus douce et très personnelle19. » Voilà ce qu’on pouvait lire le lendemain dans les journaux. Que s’était-il passé ? Au lieu de la joute oratoire attendue, la guerre personnifiée avait fait son entrée dans la salle, elle devenait : « le père de mon épouse », « mon frère aîné, Peter », « mon oncle Fritz », « mon grand-père »... Les victimes aussi prenaient place sur les bancs : 20 millions de citoyens soviétiques, 5 millions de Polonais morts de faim ou tués dans les camps de travaux forcés, 6 millions de Juifs morts dans les chambres à gaz. Dans cette ambiance, 4 millions de soldats allemands morts avaient également leur place. Personne ne contredisait Alfred Dregger, l’un des adversaires les plus acharnés de l’exposition, quand il appelait à porter le deuil de ces soldats. On pouvait sentir qu’en vérité, ses critiques avaient caché son désespoir face à la mort de ses camarades. Un membre dirigeant de la CDU encourageait les députés à saisir, à l’occasion de cette exposition, la chance de rester honnête envers soi-même. Cet appel paraissait aussi sincère que celui du ministre de la Défense leur demandant de faire face à la vérité. Des députés commençaient à parler d’eux-mêmes, de leur famille sous le gouvernement nazi. Cela avait plus d’importance que l’échange d’opinions politiques. Le théâtre politique commémoratif s’était arrêté pendant un laps de temps pour laisser place à un collectif bouleversé, en deuil, déchiré et déconcerté20.

  • 21 . Irritationen : Die Wehrmachtsausstellung in Linz, Brigitte Kepplinger et Reinhard Kannonier (éd.) (...)

19À ce moment-là, l’exposition s’était en apparence définitivement imposée ; la troisième phase commençait. Comme auparavant les organisateurs privés, les institutions publiques s’arrachaient maintenant l’exposition : des villes, des archives, des musées, des universités, des universités pour tous. Et désormais les discours d’ouverture étaient prononcés par des ambassadeurs, des présidents de régions, des ex-ministres et ex-chanceliers. Chaque lieu d’exposition se transformait en forum public permanent. Des témoins de l’époque prenaient la parole et les quotidiens locaux avaient du mal à suivre le cours accéléré des événements. Chaque ville organisait les débats sur place. Les premiers livres et ouvrages scientifiques sur l’exposition étaient publiés21.

  • 22 . Bogdan Musial, « Bilder einer Ausstellung : Kritische Anmerkungen zur Wanderausstellung “Vernicht (...)
  • 23 . Kristián Ungváry, « Echte Bilder – problematische Aussagen : Eine quantitative und qualitative Fo (...)

20Cependant, ce calme était trompeur. Devant la réussite évidente de l’exposition et l’ouverture imminente de la version américaine à New York, les adversaires contre-attaquèrent. Pour la première fois, cette attaque ne provenait ni des associations d’anciens combattants, ni de revues conservatrices, ni de politiciens de la CDU/CSU, mais de deux scientifiques. Bogdan Musial, un Polonais, prétendait que parmi les photos présentées à l’exposition, six ne représentaient pas les crimes commis par la Wehrmacht mais par la Commission soviétique des affaires intérieures, le NKVD, en train de « vider » ses prisons lors de sa retraite précipitée22. Puis il aggrava encore ses critiques : « environ la moitié des actes photographiés ne représentait pas des crimes de guerre ». Son collègue hongrois, Kristián Ungváry, avançait la thèse selon laquelle l’exécution d’adolescents serbes dans une ville yougoslave occupée par les Hongrois n’aurait pas été effectuée par la Wehrmacht mais par l’armée hongroise. Ungváry allait encore plus loin que Musial : il prétendait que 90 % des photos exposées ne représentaient pas les crimes commis par la Wehrmacht. D’ailleurs, les unités spéciales responsables des exécutions ne représentaient que 1 % de la Wehrmacht23. Ces articles étaient publiés simultanément dans deux revues d’histoire et une copie avait été transmise aux journaux les plus représentatifs. Les médias réagirent promptement et vivement pendant deux semaines. Jan Philipp Reemtsma ne put résister à ces attaques : il ferma l’exposition et la transmit à une commission indépendante d’historiens, en vue d’un examen approfondi. Après un moratoire de 3 mois, l’exposition corrigée devait être, de nouveau, ouverte au public, ce qui n’eut jamais lieu. Jan Philipp Reemtsma prépara une nouvelle exposition avec un concept complètement différent pour la présenter au plus tôt un an après. Les auteurs de l’exposition ne furent pas impliqués. Seule la commission des historiens fut réunie. Elle présenta son rapport au mois de novembre 2000, après avoir écouté les critiques et les auteurs.

L’image de la Wehrmacht dans la mémoire collective de la République fédérale

21Après avoir suivi les effets produits par l’exposition, il faut essayer de comprendre, dans une deuxième phase, quels étaient les impacts profonds des événements de la Seconde Guerre mondiale dans les itinéraires personnels et dans la vie sociale de la République fédérale. C’est la seule manière de comprendre le scandale public et l’intensité de la résistance contre ce projet qui en a découlé. Seul un tel diagnostic nous donnera la possibilité de voir si l’état du « corps de l’Allemagne a changé » et le cas échéant, dans quel sens.

  • 24 . Die Zeit, 17 mars 1995.

22« Le mur de silence érigé d’un commun accord face à la terrible vérité »24 comme l’avait nommé le journal Die Zeit, avait déjà été dressé en 1945 : ses fondateurs étaient six importants maréchaux et généraux parmi lesquels se trouvait l’ancien commandant en chef, Walther von Brauchitsch et Erich von Manstein, le commandant d’armée le plus habile de l’époque. Selon leurs déclarations dans un mémorandum consacré au procès de Nuremberg :

  • Les rapports entre la Wehrmacht d’un côté, le parti nazi et Hitler de l’autre, auraient toujours été froids et distants.
  • Avant la guerre, on aurait considéré la persécution des Juifs comme un acte indigne de la nation allemande. En revanche, pendant la guerre, on n’aurait eu aucune influence sur les actions de la SS et on n’aurait pas été au courant de celles-ci.
  • L’ensemble des généraux aurait accepté la guerre contre l’Union soviétique et l’aurait considérée comme une guerre préventive imposée au peuple allemand : cependant, on se serait révolté contre le projet de Hitler de mener une guerre raciste et d’extermination.
  • La Wehrmacht aurait fait la guerre selon les règles du droit international et ce, même contre les partisans qui, incités par Staline, auraient ouvert les hostilités25.
  • 26 . Telford Taylor, Die Nürnberger Prozesse : Hintergründe, Analysen und Erkenntnisse aus heutiger Si (...)
  • 27 . Cf. Hannes Heer, « Bittere Pflicht. Der Rassenkrieg der Wehrmacht und seine Vorraussetzungen », i (...)

23Telford Taylor était l’un des accusateurs américains pendant les premiers procès de Nuremberg et l’accusateur principal durant les procès suivants. Déjà à l’époque, il reconnaissait les prémices « de mythes et de légendes » inventés par les généraux vaincus dans le but de dissimuler les traces de leurs actes26. Leurs mémoires, qui déterminèrent la perception publique de la guerre pendant les années 1950 et 1960, ajoutaient alors deux éléments importants à cette construction : le devoir et le sacrifice. Pratiquement pris en otage par Hitler et n’étant pas libres de prendre de décisions sur le plan opérationnel, ils n’auraient fait que leur devoir, celui de préserver leur patrie. Leur loyauté aurait fait d’eux des victimes militaires et morales d’une justice aveuglée par la colère des vainqueurs, car ils étaient confrontés à une coalition agissant avec des moyens supérieurs27.

  • 28 . Erich Maria Remarque, Zeit zu leben und Zeit zu sterben, Cologne, Kiepenheuer & Witsch, 1998 [195 (...)
  • 29 . Peter Bamm, Die unsichtbare Flagge, Munich, Kösel, 1952.

24Déjà en 1954, avait échoué une première tentative de détruire cet amas de mensonges et de le remplacer par une image vraie de cette guerre. Quand Erich Maria Remarque décrivit dans son roman Un temps pour vivre et un temps pour mourir le traitement que la Wehrmacht faisait subir aux Juifs et aux présumés partisans, montrant qu’elle n’épargnait ni les enfants ni les vieillards et qu’elle violait les femmes avant leur exécution, quand il fit dire à son héros, un soldat, qu’ils étaient tous des meurtriers et que personne ne pouvait se cacher derrière les prétendus ordres28, la censure intervint et imposa d’importantes modifications. Remarque se rendit immédiatement compte que les corrections exigées masquaient en vérité un conflit de principes. Le 27 mars 1954, il notait dans son journal : « J’ai reçu des informations de la maison d’édition Kiepenheuer concernant les modifications proposées dans Un temps pour vivre ; on veut préserver l’image de la Wehrmacht. » Et l’émigrant de rajouter sur un ton amer : « Le ton du prof insinuant : mais vous n’y étiez pas, ça s’est quand même passé différemment (et ce n’était pas si grave). » Au lieu de Remarque, c’était l’ancien médecin capitaine de la Wehrmacht, Peter Bamm, qui triomphait. Dans son roman Le drapeau invisible, il montre des soldats intègres qui combattent sous le drapeau de l’humanité29. Les crimes auraient été commis par le parti et les SS, les « autres » comme les a si bien appelés Bamm.

  • 30 . Maurice Halbwachs, Das kollektive Gedächtnis, Francfort-sur-le-Main, Fischer-Taschenbuch-Verlag, (...)
  • 31 . Pierre Nora, Zwischen Geschichte und Gedächtnis, Berlin, Wagenbach, 1990, p. 12 sq.

25On peut manier le passé de deux façons : comme un souvenir subjectif de la part de ceux qui l’ont vécu et façonné, ou comme un modèle s’efforçant d’expliquer et présenté par les historiens dans un souci d’objectivité. Maurice Halbwachs signale que les souvenirs d’un collectif, fondés sur des moments vécus ensemble, créent une identité qui perdure et qui rassure l’individu au sein d’un groupe30. L’historien en revanche se laisse guider par autre chose : dans son souci de rendre le passé compréhensible, il reconstruit les événements et les processus. Pour distinguer ces deux points de vue et intérêts divergents, Pierre Nora parle de mémoire et d’histoire : « La mémoire est un phénomène toujours actuel qui a un lien dans le présent, par contre, l’histoire est une représentation du passé [...]. Tandis que la mémoire place ses souvenirs dans un environnement sacré, l’histoire les chasse de ce contexte, elle commet un acte de désenchantement. La mémoire se développe au sein d’un groupe et crée un lien entre ses membres [...]. L’histoire par contre appartient à la fois à tous et à personne [...]31. »

26En réalité, ces deux méthodes de maniement du passé ne s’opposent pas de manière aussi antagoniste.

  • 32 . Jan Assmann, Das kulturelle Gedächtnis. Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulture (...)
  • 33 . Cf. Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, (...)

27Normalement, elles s’associent au cours d’un processus de réflexion et de correction mutuelle, d’intégration et de tolérance des différences pour donner lieu à une troisième méthode d’approche du passé, que, suivant la proposition de l’égyptologue Jan Assmann, on pourrait appeler « la mémoire culturelle »32. La mémoire culturelle respecte le vécu des contemporains, mais reste ouverte à tout commentaire de la part des descendants, trouve des interprétations objectives et des symboles consensuels du passé. Je dis : normalement, cette synthèse réussit. En Allemagne, elle ne s’est pas accomplie33. À mon avis, il y a trois raisons à cet échec.

28Les événements de l’époque nazie avaient laissé des traces tellement traumatisantes que le fait de trouver un souvenir symbolisant un reste de normalité, et rendant ainsi une identification possible, était devenu l’enjeu de la survie psychologique. La Wehrmacht répondait exactement à cette attente. Les survivants du peuple allemand s’y reconnaissaient. Compte tenu de sa composition et de sa taille, il n’existait aucune autre institution nazie se prêtant mieux à représenter à la fois l’histoire de chacun et du collectif. En s’identifiant à son destin et en adoptant ses critères d’interprétation – remplir fidèlement son devoir en se sacrifiant pour le peuple et la patrie – il était possible de justifier sa propre existence. En défendant l’image d’une Wehrmacht intègre et irréprochable, les survivants préservaient une image positive d’eux-mêmes.

29Selon la génération qui a vécu la guerre, le passage quasi immédiat de la Deuxième à la Troisième Guerre mondiale, c’est-à-dire à la guerre froide, semblait après coup justifier leurs propres actes. L’anticommunisme exacerbé qui était la principale idée politique de l’époque Adenauer n’empêchait pas seulement les Allemands de réfléchir sur leurs propres crimes en Europe de l’Est, mais le leur interdisait carrément. Et la création de la Bundeswehr apparut aux anciens membres de la Wehrmacht comme la meilleure preuve que les nouveaux alliés ne considéraient pas les pratiques allemandes sur le front de l’Est comme des crimes, mais au contraire comme une contribution précieuse et impérieusement nécessaire à la préparation militaire de l’alliance occidentale.

  • 34 . Christian Streit, Keine Kameraden. Die Wehrmacht und die sowjetischen Kriegsgefangenen 1941-1945, (...)

30Pendant des décennies, il n’y a eu en RFA aucune science historique étudiant l’époque nazie ou analysant de façon critique la guerre et la Wehrmacht. Cela s’explique certainement en partie par le fait que les dossiers militaires n’ont été retournés aux archives allemandes qu’au cours des années 1960. Mais c’est surtout parce que dans les facultés d’histoire, les postes de professeurs titulaires étaient occupés par d’anciens officiers de la Wehrmacht ainsi que par des propagandistes du régime nazi. Un changement est intervenu seulement vers la fin des années 1960. Dans le domaine de l’histoire de l’armée, ce processus a pris encore plus de temps : c’est seulement dix ans plus tard, vers la fin des années 1970 et au début des années 1980, qu’ont été présentés les premiers travaux critiques par Christian Streit, Helmut Krausnick et Hans Heinrich Wilhelm. C’est à cette époque qu’a commencé l’édition de l’ouvrage Le Reich allemand et la Seconde Guerre mondiale. Publiée par un groupe de chercheurs sous l’égide de Manfred Messerschmidt, cette étude était très critique à l’égard de la Wehrmacht34.

  • 35 . Ulrich Raulff, « Schockwellen, Das Bild des Zweiten Weltkriegs hat sich verändert », Frankfurter (...)

31Dans une première phase s’étendant sur presque deux décennies, la culture du souvenir de la génération de la guerre a dominé la recherche historique. La révolte culturelle de 1968 a certes provoqué les premières fissures dans la construction monolithique de cette légende. Mais ce n’est qu’au milieu des années 1980 (au plus tôt) que deux façons de voir la guerre et la Wehrmacht sont apparues, que la mémoire collective et l’histoire ont coexisté. L’exposition a mis un terme à cette coexistence bizarre, elle a fait sauter le mur de légendes collectives et a rendu possible une nouvelle interprétation de l’histoire. Commentaire de la Frankfurter Allgemeine Zeitung : « Il y a quelques années encore, l’histoire de l’armée se préoccupait peu de la politique raciale du régime. Maintenant, elle se rend compte que l’Holocauste s’est développé et répandu dans l’ombre de la guerre. La guerre a rendu l’Holocauste possible. Puisque la Wehrmacht avait un rôle déterminant dans cette guerre, le comportement de la Wehrmacht fut mis en cause par rapport au droit international des peuples. Cette question fut largement discutée dans l’opinion publique allemande. Peu importe qu’il s’agisse ou non de briser “le dernier tabou” de l’histoire allemande, la discussion sur l’implication de la Wehrmacht dans la politique criminelle a été déclenchée par l’exposition et a entraîné, au cours des années 1990, un changement dans la vision de la Seconde Guerre mondiale. Même si on a pu critiquer cette exposition sur la Wehrmacht (certes, elle n’était pas en mesure de restituer la vérité sur l’ensemble de la Wehrmacht), elle est devenue l’exposition politique la plus réussie de la République fédérale en étant exposée dans 32 villes et en attirant près d’un million de visiteurs. En tant que telle, elle a créé une conscience nouvelle35. »

Silence et mutisme

32Quelle influence cette démythification a-t-elle eu sur la génération de la guerre, qui s’était arrangée avec un mensonge ou cachée derrière pendant plus d’un demi-siècle ? Quelle a été la réaction des anciens soldats ? Leur point de vue a-t-il évolué vers une réflexion sur les faits ?

33D’abord, il faut constater que l’arrivée de l’exposition a produit l’effet d’une agression suivie d’un grand choc. Les auteurs de l’exposition, les organisateurs locaux, les guides et les personnes participant aux débats publics étaient confrontés à des réactions de colère, d’indignation et souvent de haine. Les partis conservateurs, ainsi que les politiciens populistes, ont essayé de tirer profit de cette réaction en reprochant à l’exposition de qualifier 19 millions d’anciens soldats de criminels de guerre, de vouloir « poursuivre tardivement les survivants en justice » et d’éclabousser à titre posthume l’honneur des camarades tués à la guerre.

  • 36 . « Ich bin friedfertig, aber konfrontativ », entretien avec Peter Gauweiler, Süddeutsche Zeitung, (...)
  • 37 . Déclaration du 3 mars 1997.
  • 38 . Max Horkheimer, « Wir Nazis », in id., Gesammelte Schriften, vol. VI, Francfort-sur-le-Main, 1991 (...)

34Le dépôt de la gerbe sur la tombe du soldat inconnu à Munich, mis en scène par Peter Gauweiler dans la nuit illuminée par des torches ainsi que les paroles nazies haineuses des « crânes rasés » traversant le lendemain « la ville d’origine du mouvement nazi » ont servi à mobiliser une offensive nationale contre l’exposition. Peter Gauweiler triomphait : « Non seulement les 80 000 visiteurs (à Munich), mais 80 millions d’Allemands ont réfléchi sur ce sujet [...]. Une réflexion intrépide sur le passé et l’avenir, le destin de son propre peuple font partie d’une démocratie libre36. » Alfred Dregger, député CDU au Parlement et président honoraire du groupe parlementaire de la CDU/CSU, enfonçait le clou en reprochant à l’exposition d’essayer de « diviser les générations », de détruire « l’unité du peuple » et de vouloir « toucher au cœur la nation »37. Ce genre de campagnes et de slogans rappellent des souvenirs désagréables mais précis : déjà très tôt, Max Horkheimer avait constaté que le peuple allemand dans son ensemble était sorti indemne du chaos de l’effondrement de 1945 : « Il était essentiel de préserver la notion du “nous”38 ».

  • 39 . Renate Schostack, « Beichtväter gesucht », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 8 avril 1997.

35Cependant, la mobilisation tardive d’une collectivité se groupant autour des survivants de l’ancienne Wehrmacht n’a pas abouti. À Munich où réside Peter Gauweiler et où avait eu lieu le défilé des nazis, on pouvait, pendant des semaines, étudier l’état psychologique des anciens soldats. Ils se rassemblaient sur la Marienplatz, en face de la galerie de la Mairie où était présentée l’exposition. La composition de la troupe changeait tous les jours, mais elle prenait toujours la forme d’un bataillon, comme pour un dernier appel. Une journaliste fournit une description subtile : « Ils étaient tout simplement là, espérant sortir de leur silence auquel ils s’étaient entraînés depuis des décennies [...]. Ils représentaient ceux que Goldhagen avait surnommés les exécurants dociles de Hitler : des petits manœuvres. Aujourd’hui, tout le monde méprise leurs actes, mais il y a plus de 50 ans et conformément à la législation d’un régime criminel, ces actes n’étaient pas répréhensibles. Rares sont ceux qui souhaitaient connaître leur histoire, ni la famille ni les copains du café ne désiraient en parler [...]. Parmi ceux qui ont parlé au cours des dernières décennies, beaucoup ont embelli ou diminué la portée de leurs actes et sont allés jusqu’à raconter l’inverse de ce qui s’était passé. En définitive, ils y croyaient eux-mêmes – peut-être leur conscience leur disait-elle qu’ils auraient dû être des sauveurs plutôt que des meurtriers. Certains de ces hommes, peu nombreux à présent, se trouvaient sur la Marienplatz. Ils étaient sur la défensive leurs paroles avaient un caractère de refus, mais, en même temps, ils semblaient solliciter une conversation ou peut-être même une confession. Cela se déroulait presque toujours de la même manière. La personne concernée se désignait ou sortait une photo : — Ai-je l’air d’un criminel ? Mon frère a-t-il l’air d’un criminel ? Elle s’attendait à la réponse : — Non, vous ne ressemblez pas à un criminel. Ensuite, cette personne faisait rapidement un compte rendu des horreurs dont elle avait entendu parler ou qu’elle avait vues à la télévision avant d’ajouter : — Nous, nous n’avons pas fait cela. Ensuite, la troisième étape : — Nous étions contraints de le faire. Il aurait fallu être confesseur pour demander ce qu’ils avaient réellement fait. Mais, aucun confesseur ne se trouvait là pour les écouter. Les propos des politiciens, disant que les soldats de la Seconde Guerre mondiale n’étaient pas des criminels, ne les consolent pas. Les souvenirs crient autre chose. Ces hommes étaient là à attendre leur absolution, mais personne n’était en mesure de la leur donner. En regardant leurs visages et en les écoutant, tout le monde pouvait s’apercevoir que ces hommes n’étaient pas uniquement des acteurs ou des complices, mais aussi des victimes. Ils avaient tous, indépendamment de la durée passée dans la guerre d’extermination, vu et vécu des choses horribles. À la fin de la guerre, leur personnalité avait changé. Ils avaient beaucoup perdu et restaient marqués et blessés à vie39. »

  • 40 . Wolfgang Schmidbauer, « Ich wußte nie, was mit Vater ist », Das Trauma des Krieges, Reinbek, 1998 (...)

36L’un des psychanalystes allemands les plus connus, Wolfgang Schmidbauer, a étudié ces troubles mentaux à partir des patients rencontrés dans son cabinet d’analyse. Ses recherches s’intitulent Le traumatisme de la guerre. Ses réflexions commencent par le terme de centralisation. En cas de troubles circulatoires imminents dus à des pertes de sang ou à une faiblesse cardiaque, le corps limite la circulation du sang aux organes vitaux et éteint pratiquement toute autre fonction. Des personnes exposées, pendant une période plus longue, à des épreuves extrêmes – surmenage physique, faim, danger de mort omniprésent, perte de camarades, blessures, manque de sommeil, situation confuse – réagissent de la même façon. D’après les renseignements de Schmidbauer, l’homme réagit ainsi quand le seuil d’excitation normal risque d’être dépassé : « La capacité d’avoir des sentiments et d’exprimer sa fantaisie se limite au strict minimum vital. La volonté de faire des efforts et l’intérêt pour tout ce qui ne concerne pas directement la survie physique sont réduits. Ni le passé ni l’avenir n’ont d’importance. Le présent se limite à peu de questions bien claires40. » Si cette situation persiste, elle crée des dégâts et se transforme en traumatisme. L’image de soi-même résultant de ces perturbations se résume ainsi : « C’était nous les victimes. »

  • 41 . Jonathan Shay, Achill in Vietnam, Kampftrauma und Persönlichkeitsverlust, Hamburg, Hamburger Ed., (...)

37S’appuyant sur ses recherches relatives aux vétérans de la guerre du Vietnam, un psychologue américain, Jonathan Shay, précise que le fait d’avoir été contraint de commettre des crimes, par exemple contre des civils, peut provoquer un tel traumatisme : « La destruction des conventions morales [...] peut détruire des caractères équilibrés [...]. Cette destruction peut facilement mener à la déshumanisation et à la perte de toute relation humaine41. »

  • 42 . Schmidbauer, op. cit., p. 93 sq.
  • 43 . Chaim Shatan, « Militarisierte Rache und Rachezeremoniell », in Peter Pasett et Emilis Modena (éd (...)

38En appliquant cette thèse aux participants de la campagne de Russie, on se rend compte de l’ampleur des marques laissées dans l’âme des soldats allemands à la suite des crimes et des massacres de Juifs, de prisonniers de guerre et de civils, commis sur ordre. Cette manière de parler « des autres » pour justifier et dissimuler ses propres actes criminels afin d’avoir la conscience tranquille, une conscience qui était déjà bien troublée, date de cette époque. La défaite de 1945 signifiait la disparition radicale du sens de la guerre et y rajoutait une autre blessure profonde. Le soldat, traumatisé à plusieurs reprises, devait retrouver sa place dans un nouveau monde. Schmidbauer décrit ce processus avec les mots suivants : « Après son retour à la maison, le soldat met son passé sous clé et bloque ses sentiments ; tandis que les fonctionnements physique et intellectuel ne sont pas atteints ou se laissent rétablir après la guérison des blessures corporelles subies pendant le combat et dans les camps de prisonniers de guerre, des sensations de privations continuent à torturer le soldat même si, au moment de la bataille, il avait fortement souhaité y échapper. Ces soldats ont perdu l’institution, “la troupe”, cette unité soudée vivant en symbiose représentant en même temps mère, père et instance morale. Pire encore et plus douloureux est ce doute de ne pas savoir si tout cela est vraiment terminé, s’il sera possible de reprendre la vie là où elle s’était arrêtée avant la guerre et de se sentir à nouveau jeune, insouciant, affectueux et confiant42. » Logiquement, ils devraient être tristes, mais la crainte de « craquer » et de succomber à leur faiblesse les oblige à figer leurs sentiments. Il en résulte une « souffrance bloquée » et au plus profond d’eux-mêmes, la notion de leur propre culpabilité43. Afin de préserver cet état pendant toute une vie, il est nécessaire de se forcer à oublier.

39Il y a de multiples façons d’oublier. Nous fondant sur 300 rencontres effectuées sur les lieux de l’exposition et à la suite de nombreux entretiens avec d’anciens soldats de la Wehrmacht, nous avons procédé à une classification globale selon les types suivants :

40– Première façon de réagir : le silence.

  • 44 . Entretiens avec des visiteurs de l’exposition, Stuttgart, le 29 septembre 1995, n° 29, p. 3.

41« C’était vraiment malheureux pour moi et mes frères et mes sœurs [...], le père qui rentrait et, comme la plupart des pères, se taisait [...]. Il n’était pas possible qu’il n’ait rien su, surtout, dans sa fonction, en tant que médecin. Ce n’était pas un sujet de discussion [...]. Dans le but de se protéger lui-même, il n’a pas laissé échapper un seul mot au sujet de la guerre jusqu’à sa mort44. » Ce sont les termes qu’un visiteur féminin de l’exposition emploie pour décrire le climat dans lequel elle a grandi.

42– Deuxième forme de refoulement typique : les malfaiteurs, c’étaient les autres, les Polonais, les bombardiers américains, mais surtout, les Russes.

  • 45 . Entretiens avec un ancien officier de la Wehrmacht, dans Ruth Beckermann, Jenseits des Krieges : (...)

43La guerre ne servait qu’à se défendre face à une attaque imminente de l’Armée rouge. Staline avait commencé la guerre des partisans derrière les lignes allemandes. Un ancien officier : « Les combats illégaux des partisans sont des crimes évidents. Il ne s’agit pas de mesures défensives. Conformément aux lois de la guerre, il s’agit de crimes qui sont à sanctionner45. »

  • 46 . Primo Levi, Die Untergegangenen und die Geretteten, Munich, Deutscher Taschenbuch-Verlag, 1993, p (...)

44– Troisième type de réaction : pendant des décennies, les anciens soldats ont effacé les événements les plus douloureux de leur mémoire et de leurs paroles, de la même façon qu’on décroche un wagon chargé de produits toxiques du reste du train. Il ne leur restait plus que les aventures, les anecdotes et la solidarité entre camarades. Ou bien, ils inventaient des histoires : ils auraient aidé des prisonniers à s’enfuir, libéré des enfants juifs avant leur exécution, libéré des partisans, etc. Ce comportement visait à transformer le passé pour le faire correspondre aux normes morales actuellement en vigueur. Ils croyaient sérieusement à la véracité de leurs histoires et auraient réagi avec indignation s’ils avaient été accusés d’avoir menti. Primo Levi disait qu’il s’agissait d’une façon de mentir « en toute bonne foi »46.

  • 47 . Hannes Heer, Tote Zonen : die deutsche Wehrmacht an der Ostfront, Hambourg, Hamburger Ed., 1999, (...)

45– La quatrième forme est l’exemple du message ambigu. Par de petits signes, les pères ont laissé entendre qu’il y avait eu des crimes, de façon à inciter les enfants curieux à se douter de quelque chose sans dévoiler l’ensemble. « Le dialogue entre mon père et moi revêtait deux aspects : d’un côté, il voulait me communiquer quelque chose, et de l’autre côté, il avait peur de m’en dire trop, craignant que je ne le condamne pour toujours47. »

46En confrontant la stratégie de l’oubli à la réalité des événements vécus, l’exposition avait pris un caractère menaçant pour la survie de la génération de la guerre. Cette génération craignait de voir son système de défense, soigneusement installé depuis la guerre, s’effondrer sous une vague de visions apocalyptiques. C’est justement ce qui est arrivé à une partie d’entre eux. La façon qui existait jusque-là d’escamoter le passé s’est effondrée. Le travail du vécu contre la censure a déjà brisé ses liens.

  • 48 . Ibid., p. 291 sq.

47– Il en résulte un cinquième type de récit : la communication des événements réellement vécus. Il trouve un compromis entre les événements réellement vécus et ce qui a été rapporté. On raconte une histoire, un crime comme ceux qui ont été présentés à l’exposition. Apparemment, le témoin de cette époque n’était pas directement impliqué, mais il l’a lu ou en a entendu parler. De cette manière, il s’agit d’un rapport le « délestant », d’un tacite accord entre narrateur et auditeur. Raconter toute l’histoire, révéler le rôle qu’il y a vraiment joué, risquerait de le déstabiliser et de détruire ses relations sociales, telles que le rapport avec ses enfants. Toutefois, même s’il s’agit toujours d’une histoire censurée, elle est la preuve d’un progrès ayant entraîné une recherche dans la conscience par rapport à son passé et une confession partielle, le soumettant ainsi à la sentence de la morale actuelle48.

  • 49 . Annotation dans les livres d’or : Munster, p. 88 ; Stuttgart, p. 13.
  • 50 . Annotation dans les livres d’or : Munster, p. 4 ; Hannovre, p. 9.

48– Enfin, depuis l’ouverture de l’exposition, il existe un sixième type de réaction : les anciens soldats ont la possibilité d’avouer ouvertement. Mössner Rudolf : « Je remercie les organisateurs de cette exposition. Moi-même, j’ai vu et participé à beaucoup de choses. » — « Tout est vrai. J’ai assisté du premier au dernier jour de la guerre. » — « C’est la vérité ! ! ! » — « C’est vrai ! J’y étais. » — « J’ai moi-même passé deux années sur le front russe et je peux confirmer le contenu de ces documents. » — « Je regrette, mais c’est malheureusement la vérité ! » — « Je regrette, mais j’y ai assisté. » — « Ces images ne mentent pas, tout cela est réellement arrivé. » — « Cela arrive très tard, mais nous en avons vraiment besoin. » — « C’est très bien ! Ne vous arrêtez pas, je vous souhaite beaucoup de courage et de soutien pour d’autres ouvertures et discussions [...]. » – Heinz Schneider, anc. 29. Pz. Gren. Div. Stalingrad/et Italie (Grenadier Div. de Chars) : « Ces photos me rappellent les souvenirs de ces moments cruels que j’ai dû supporter, j’étais soldat et j’avais 17 ans. » — « Je suis bouleversé, j’éprouve de la honte, c’est l’horreur, ce sont les sentiments que je porte en moi depuis 1945, mais je suis heureux d’avoir échappé à la guerre. Il est surprenant de retrouver tout cela sur ces photos et seulement aujourd’hui ; ces photos montrent la vérité49. » – S. W. (87 ans) : « Je me rappelle, c’était pendant la guerre contre l’Union soviétique en 1941, le 21-7. J’étais estafette d’un convoi de transmission de l’état-major div. antichars/87e Div. Inf. à Bobruisk, des camarades m’ont appris que notre 4e compagnie était obligée de délimiter un terrain dans la forêt puisque la SD et la SS y fusilleraient des hommes. » — Heinrich Gellermann : « Oui, c’est la réalité. Pendant un certain temps, j’ai été témoin pendant la guerre en Yougoslavie. Les souvenirs me bouleversent. Cela se savait ! La Wehrmacht et les commandos bruns de la mort étaient de connivence, même si on n’était pas à l’aise. Il est également exact qu’il y avait des soldats de la Wehrmacht qui ont assuré les barrages au moment des exécutions et qu’en partie, ils y ont participé. De même, les dégâts psychologiques que ces témoins avaient subis se faisaient sentir50. »

  • 51 . Annotation dans les livres d’or : Aix-la-Chapelle, p. 60 ; Bonn, p. 45 ; Hannovre, p. 97 ; Cassel (...)
  • 52 . Annotation dans les livres d’or : Cassel, p. 163 ; Hannovre vol. II, p. 40 ; Coblence, p. 51.

49En même temps, la lumière se fait aussi dans les coins cachés des familles et il s’avère que l’on savait pas mal de choses, et à quel point ce qu’on savait était enfoui dans un grand silence. Des enfants se rappellent ce qu’ils ont entendu pendant la guerre : « Ceci me rappelle les histoires de mon père. » — « Ces images suscitent des souvenirs de mon enfance [...] » — « Enfin je vois de mes propres yeux ce que mes grands-parents m’ont raconté. » — « C’est seulement maintenant que je comprends ce que mon père nous a écrit dans sa dernière lettre : “Je ne le supporte plus, à un point que vous ne pouvez imaginer.” Il est mort peu de temps après [...] en 1943. » – « Je n’ai jamais vu une telle concentration de cruautés. Cependant, c’était connu entre 1941 et 1945. En voyant qu’il fallait persuader des oncles suicidaires durant des jours entiers de continuer à vivre, pendant les congés, même des petits enfants comme moi comprenaient ce qui se passait51. » — «Jusqu’à un âge avancé, mon père s’était indigné et avait honte des atrocités que ses camarades avaient fait subir aux femmes et filles russes. » — « Cette exposition (indispensable et de grande importance) a réveillé chez moi des souvenirs d’histoires racontées par mon père et que j’ai écoutées en secret à l’âge de 10 ans. Vers 1942-1943, mon père était impliqué dans des exécutions en Biélorussie. » — « En tant que fils d’un ancien membre de la Wehrmacht décédé entre-temps, j’avais déjà appris jeune qu’il fallait souvent voir certaines choses ou, plutôt, fermer les yeux. Des soldats comme mon père ont vu beaucoup d’atrocités, surtout de la part de ses “camarades”. Mon père disait toujours que pratiquement chaque soldat avait vu des victimes innocentes, et que de nombreuses unités de la Wehrmacht avaient activement contribué aux meurtres et aux abominations52. »

La fin de l’exposition

  • 53 . Frankfurter Allgemeine Zeitung, 1er septembre 1999.

50D’après l’écrivain américain Harold Brodky, « se souvenir veut dire plonger à nouveau et se laisser déchirer ». L’exposition a provoqué cet effet. Cela ne concernait pas uniquement les anciens soldats, leurs familles, enfants et petits-enfants. Même les frontières séparant les camps politiques devenaient perméables et poreuses : les unions fédérales de la CDU se prononçaient – en accord avec les autres partis démocrates – pour l’exposition. Des représentants supérieurs de l’Église catholique qui, contrairement à leurs pendants protestants, s’étaient tenus à l’écart pendant des années, soutenaient subitement le projet. Une grande partie de la société allemande découvrait que la Seconde Guerre mondiale était un état de fait « moral », c’est-à-dire une épreuve pour chaque famille et pour toute personne impliquée. Je cite à nouveau le journal, le Frankfurter Allgemeine Zeitung : « Les contemporains ne désirent pas connaître les stratégies de cette guerre, mais surtout, comment elle a été possible psychologiquement, telle que montrée dans l’exposition. La vision de la guerre a changé : en passant d’une politique d’intérêt à une anthropologie de la violence53. »

  • 54 . Dans deux cas, lorsque les historiens Musial et Müller avaient quitté le terrain scientifique pou (...)

51Il est d’autant plus inexplicable qu’un processus si profond et d’une telle ampleur ait pu s’arrêter si promptement – sous la pression des médias conservateurs et libéraux, à la suite d’interventions de personnalités qui approuvaient l’exposition ainsi que de leurs adversaires. Le contenu des critiques apportées n’y était pas pour grand-chose : parmi les dix photos que Musial avait incriminées et pour lesquelles les archives avaient fourni des légendes incorrectes ou pas de légende du tout, trois montraient effectivement des crimes du NKVD. Il est vrai que nous aurions dû être plus méfiants par rapport aux archives soviétiques et aux légendes des photographies. Mais, le critique a omis de dire que, par la suite, ces crimes ont donné lieu au meurtre de milliers de Juifs par les Allemands et leurs complices ukrainiens. Il en est de même pour l’intervention du deuxième critique, le Hongrois Ungávry. Il avait raison de dire que le commando d’exécution dans une série des photos était composé de soldats hongrois. Là aussi il aurait été opportun de notre part de vérifier les indications des archives yougoslaves. Cependant les Hongrois opéraient en tant qu’alliés de la Wehrmacht, ils tuaient les Juifs selon les mêmes critères et poursuivaient de présumés partisans en semant la même terreur que les nazis qui les en avaient chargés. Un autre fait aurait dû inciter le public à la prudence : les deux critiques ont bénéficié d’un soutien financier de la part de deux instituts qui, dès le départ, étaient hostiles à l’exposition : l’Institut d’histoire contemporaine de Munich et l’Institut de recherche en histoire militaire de Potsdam. On abusait de la critique des photos pour en faire de la politique. Nous avons facilité leurs manœuvres et puis l’indignation publique par une mentalité autoprotectrice. Quelquefois et en raison d’une attaque permanente de la part de la droite, qui pratiquait une politique de diffamation et de chasse aux sorcières accompagnée de menaces de mort, certains critiques n’ont pas été traités avec la délicatesse nécessaire54.

52Une autre difficulté pesait plus lourd quant à l’utilisation des photos ; c’est l’existence d’une lacune dans notre discipline. En ce qui concerne l’évaluation de photos, un historien allemand n’a aucune expérience. Le plus souvent, les photos lui servent – comme les textes d’ailleurs – d’illustrations à l’appui de ses thèses. Mais s’il s’agit, comme dans cette exposition, de crimes, les preuves deviennent des corpora delicti, à condition qu’elles soient concluantes. Dans ce contexte devenu juridique, des légendes du style « Lieu inconnu dans l’Union soviétique » ou « Crimes commis par les hitlériens sur les habitants innocents d’un village en 1942-1943 », ne sont pas concluantes. Parmi les 1 433 photos de l’exposition, 160 étaient identifiées de cette façon.

53Cela ne veut pas dire qu’elles n’étaient pas intéressantes et qu’elles n’avaient pas leur place comme matériel pour l’historien. Au contraire, elles servaient d’appui et illustraient bien la mentalité du soldat. Si, sur ces photos, les soldats n’ont précisé ni le lieu ni la date ni même l’événement, c’est qu’il y avait bien une raison, et la photo n’en est que plus expressive. Nous n’avons pas fait de distinction claire entre ces deux genres de documents. Nous n’avons pas signalé les limites de ces images quant à leur valeur juridique et nous n’avons pas mis l’accent sur leur capacité à « illustrer » la mentalité des soldats et la vie quotidienne dans la guerre d’extermination. Ainsi, nous avons facilité la tâche à nos adversaires qui, traitant les photos comme des documents officiels, nous réclamaient des justificatifs d’authenticité impossibles à fournir pour ce type de sources. Puisque la crédibilité d’une dizaine de photographies avait été mise en doute, les 1 433 restantes devenaient également suspectes.

  • 55 . Klaus Theweleit, « Schulddiskussion und Wehrmachtsausstellung », Badische Zeitung, 11 novembre 20 (...)

54Toutefois, le public ne se serait pas intéressé à cette critique de photos qui était en réalité une politique de photos, s’il n’avait pas éprouvé le besoin de les voir disparaître. Ces images montrent la guerre de tous les jours. Le crime n’est plus une exception, mais il est devenu la règle. Les personnes responsables de cette guerre sur le plan militaire et politique ont continué à imposer leurs volontés puisque l’image d’un meurtre est devenue aussi banale que la tour d’une église russe orthodoxe ou un bain dans la mer Noire. L’écrivain allemand Klaus Theweleit, spécialisé en histoire culturelle, constate : « Le meurtre n’est pas considéré comme un meurtre, il est accepté, on amène sa photo à la maison, on la met dans son album, son porte-monnaie. La représentation du meurtre reflète sa propre vie en état de liberté, une liberté criminelle et paradisiaque qui est contente de libérer la terre de la vermine. — La punition ? — Aucune en vue. Nous aurons gagné d’ici là. Les photos exposées affichent clairement cette attitude qui se reflète dans le regard des soldats photographiés en Russie, en Pologne ou dans les “Balkans” dans une transparente innocence. Ces photos illustrent les discours sur l’innocence du soldat allemand sur le front de l’Est qui, après la guerre, servaient à défendre la Wehrmacht en Allemagne de l’Ouest. C’est en cela que les photos ont choqué les adversaires de l’exposition55. »

55Ce choc auquel la société allemande a été exposée pendant quatre ans est la véritable cause de la suspension de l’exposition. Les Allemands ont entendu un message sur le crime commis par leur père ou leur grand-père, leur frère ou leur mari. Plus ce message prenait de l’ampleur, plus la peur grandissait. En 1998, ce tournant s’annonçait par le refus explicite du ministre de la Défense Rudolf Scharping du gouvernement des sociaux-démocrates et des Verts, d’inclure l’exposition dans le programme de formation des recrues et de faire intégrer le sujet « crimes de la Wehrmacht » dans celui du corps des officiers. Scharping, ainsi que son chancelier Schröder, préféraient le « retour à la normale » à la confrontation avec l’Histoire, c’est-à-dire que, au lieu de continuer le débat, ils aimaient mieux y mettre calmement un point final.

  • 56 . « Das hat nichts mit Relativierung zu tun », Entretien avec Bogdan Musial et Jan Philipp Reemtsma (...)
  • 57 . Willi Jasper, « Ein Geschichtspolitiker rudert zurück », Die Welt, 28 septembre 2000.
  • 58 . Edgar Wolfrum, « Von der Nützlichkeit der Geschichtspolitik », Die Welt, 21 septembre 2000.

56En 1999, l’organisateur responsable de l’exposition, Jan Philipp Reemtsma, jugeait la fermeture provisoire de l’exposition nécessaire pour pouvoir vérifier l’authenticité de certaines légendes des photos exposées. Mais entre-temps Reemtsma décida de fermer définitivement l’exposition. Ce fut un tournant brusque dans ce que nous appelons « Geschichtspolitik », l’usage politique de l’histoire. Reemtsma annonça qu’il présenterait une nouvelle exposition sur le même sujet. Dans une interview, il précisa son intérêt spécifique pour une « anthropologie » de la violence au lieu de l’historiographie concrète des crimes et il exprima en même temps sa méfiance contre toute forme de « Geschichtspolitik » telle que l’exposition l’avait pratiquée56. Un article d’un historien dans un grand quotidien allemand conservateur le juge ainsi : « Il est évident que le directeur de l’Institut de sciences sociales de Hambourg fait marche arrière pour rattraper le “mainstream” actuel de la politique historique57. » Un autre chercheur précisait par rapport à cette manœuvre : « L’usage politique de l’histoire fait partie de la culture politique d’un pays [...]. Il serait absurde de ne voir en l’usage politique de l’histoire qu’un procédé négatif et de le rejeter comme une dégénérescence de la science historique58. »

57Persée, un des héros de la mythologie grecque, connaissait le danger que représentait la tête de la Méduse et utilisait son bouclier comme miroir pour s’en protéger. Ainsi il pouvait résister et la tuer. Cette manœuvre ne nous a pas aidés en Allemagne. Même le reflet d’une exposition fut si violent et déséquilibrant qu’il fallut l’arrêter. La Méduse a vaincu et continue de rester la Reine des tabous.

Post-scriptum

  • 59 . Omer Bartov et ai, Bericht der Kommission zur Überprüfung der Ausstellung « Vernichtungskrieg. Ve (...)
  • 60 . Ibid., p. 85.
  • 61 . Ibid., p. 85.
  • 62 . Ibid., p. 33.
  • 63 . Ibid., p. 79.
  • 64 . Ibid., p. 25.

58Le 15 novembre 2000 à Francfort, la commission composée de huit chercheurs a rendu son rapport sur l’exposition59. Il est établi sans le moindre doute que « les énoncés fondamentaux de l’exposition sur la Wehrmacht et la guerre d’extermination menée à l’Est sont exacts »60. La commission confirme « le caractère intense et sérieux du travail sur les sources mené à bien par les auteurs de l’exposition » et établit, contre la campagne publique de calomnies qui a été menée, que l’exposition ne renferme « pas de faux ». En ce qui concerne les photos, la commission parvient à la conclusion « qu’une identification incontestable des morts comme victimes du NKVD est possible sur deux des dix photographies en question »61, et que « sur les 1 433 photographies présentées, moins de 20 ne peuvent figurer dans une exposition sur la Wehrmacht »62. Sans doute le rapport remarque de manière critique « les lacunes de l’exposition dans l’utilisation notablement insouciante de sources photographiques », comme c’est malheureusement largement le cas dans des publications à la fois scientifiques et de vulgarisation63 ; mais il relativise sa critique en affirmant, en conclusion, que « jamais une exposition historique présentant des photographies n’a fait l’objet de recherches aussi minutieuses64 » et que l’utilisation faite par l’exposition des photos historiques est tellement répandue « qu’il n’existerait que très peu d’expositions ou de publications de ce type qui résisteraient aux critiques avancées ici. »

  • 65 . Ibid., p. 86.

59La commission recommande de présenter à nouveau l’exposition, une fois les rectifications faites : « L’exposition était, comme les discussions publiques l’ont montré, riche de sens et nécessaire. Elle peut, dans les années à venir, apporter une contribution essentielle au développement de la culture politique et historique de la République fédérale allemande. »65

  • 66 . « Die Wehrmacht war keine Mörderbande », entretien avec Jan Philipp Reemtsma, in Frankfurter Allg (...)
  • 67 . Sur la controverse autour des deux expositions, cf. Hannes Heer, Vom Verschwinden der Täter. Der (...)

60Si Jan Phillipp Reemtsma, le directeur de l’Institut des sciences sociales de Hambourg, avait attendu le rapport définitif de la commission et avait pris à cœur ses remarques, il aurait été possible de présenter une exposition corrigée en l’espace de quinze jours. Au lieu de cela, après un long temps de préparation, il a inauguré le 27 novembre 2001 à Berlin sa propre exposition. Cette dernière était démunie de toute les horreurs de la première : les photos que les soldats avaient eux-mêmes prises de leurs crimes avaient été écartées » en tant que « sources non vérifiées », le massacre des Juifs n’était plus qu’un crime parmi bien d’autres, la guerre menée contre les partisans était présentée comme en partie « justifiée » et couverte par le droit international, la responsabilité du génocide n’était plus portée par la Wehrmacht dans sa globalité mais juste par quelques généraux et le haut-commandement. La Frankfurter Allgemeine Zeitung s’en réjouissait dès avant l’inauguration (« La Wehrmacht n’était pas qu’une bande d’assasins ») et chantait les louanges de « l’exposition de consensus » que constituait la nouvelle version66. Pas étonnant dans ces conditions que les opposants de la droite conservatrice, de Gauweiler à Möller, aient été enchantés. Pendant toute la durée de l’exposition et jusqu’à sa clôture en mars 2004, il n’y eut plus de débats publics et encore moins de controverses. La guerre d’extermination, le plus grand crime de l’Allemagne avec celui de l’extermination des Juifs européens, était redevenue tabou. Depuis lors, le calme est revenu dans le pays67.

Notes

1 . Jutta Limbach, « Es geht nicht um eine Kollektivschuld. Aber die Wahrheit über die Untaten der deutschen Wehrmacht dient der Zukunft unseres Landes », Die Zeit, 31 janvier 1997.

2 . Discours de Erhard Eppler à l’occasion de l’ouverture de l’exposition à Stuttgart le 10 septembre 1995 : Krieg ist ein Gesellschaftszustand Reden zur Eröffnung der Ausstellung « Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941 bis 1944 », Hamburger Institut für Sozialforschung (éd.), Hambourg, 1998, p. 30.

3 . « Politiker müssen nicht vom Volk geliebt werden », entretien avec Helmut Schmidt, Süddeutsche Zeitung, 23 décembre 1998.

4 . « Weizäcker empfiehlt Besuch », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 6 mars 1998.

5 . Discours de Johannes Rau à l’occasion de l’ouverture de l’exposition à Bonn le 28 septembre 1998 (manuscrit non modifié).

6 . Bernard-Henri Lévy, « La tentation de l’oubli », Le Monde, 6 février 1999.

7 . Cf. l’ouvrage paru à l’occasion de l’exposition : Hannes Heer et Klaus Naumann (éd.), Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941 bis 1944, Hambourg, Hamburger Institut für Sozialforschung, 1995.

8 . Karl-Heinz Janßen, « Als Soldaten Mörder wurden », Die Zeit, 17 mars 1995.

9 . Die Welt, 2 mars 1995 ; Die Tageszeitung, 8 mars 1995 ; Frankfurter Rundschau, 9 mars 1995 ; Die Zeit, 17 mars 1995 ; Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 avril 1995 ; Allgemeine jüdische Wochenzeitung, 23 mars 1995 ; Leipziger Volkszeitung, 3 mai 1995.

10 . Die Zeit, 17 mars 1995.

11 . Bundesministerium der Verteidigung, FüS, 13-Az 50-00-00, 25 avril 1995 ; Dirk Sommer, « Die Wehrmacht und der Holocaust », Truppenpraxis, 6, 1995, p. 423-430.

12 . Bundesministerium der Verteidigung, Erlaß vom 17 novembre 1995.

13 . Rüdiger Proske, Wider den Mißbrauch der Geschichte deutscher Soldaten zu politischen Zwecken, Mainz, v. Hase & Koehler, 1996.

14 . Cf. Helmut Donat et Arn Strohmeyer (éd.), Befreiung von der Wehrmacht ? Dokumentation der Auseinandersetzung über die Ausstellung « Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941 bis 1944 » in Bremen 1996/1997, Brême, 1997.

15 . Peter Fahrenholz, « Herr Gauweiler schafft sich einfach eine andere Wirklichkeit », Frankfurter Rundschau, 8 mars 1997 ; Berthold Neff, « CSU attakiert das Rathaus », Süddeutsche Zeitung, 15 février 1997.

16 . Florian Stumfall, « Wie Deutsche diffamiert werden », Bayernkurier, 22 février 1997.

17 . Bilanz einer Ausstellung, Dokumentation der Kontroverse um die Ausstellung « Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941 bis 1944 » in München, 2512-6/4/1997, Landeshauptstadt München, Kulturreferat (éd.), Munich, 1998.

18 . Helmut Lölhöffel, « Persönliche Töne zur Wehrmacht », Frankfurter Rundschau, 15 mars 1997.

19 . Gisela Arndt, « Auch Alfred Dregger war Rührung anzumerken », Kölner Stadtanzeiger, 14 mars 1997.

20 . Helmut Dubiel, Niemand ist frei von der Geschichte : Die nationalsozialistische Herrschaft in den Debatten des Deutschen Bundestags, Munich, Hanser, 1999.

21 . Irritationen : Die Wehrmachtsausstellung in Linz, Brigitte Kepplinger et Reinhard Kannonier (éd.), Grünbach, Steinmassel, 1997 ; Hans-Günther Thiele, Die Wehrmachtsausstellung : Dokumentation einer Kontroverse, Dokumentation der Fachtagung in Bremen am 26/2/1997, Brême, 1997 ; Heribert Prantl (éd.), Wehrmachtsverbrechen : Eine Deutsche Kontroverse, Hambourg, Hofmann et Kampe, 1997 ; Umkämpfte Erinnerung : Die Wehrmachtsausstellung in Salzburg, Helga Embacher, Albert Lichtblau, Günthet Sandner (éd.), Salzbourg/Vienne, Residenz, 1999.

22 . Bogdan Musial, « Bilder einer Ausstellung : Kritische Anmerkungen zur Wanderausstellung “Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941 bis 1944” », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 47, octobre 1999, p. 563-591.

23 . Kristián Ungváry, « Echte Bilder – problematische Aussagen : Eine quantitative und qualitative Fotoanalyse der Ausstellung “Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941 bis 1944” », Geschichtein Wissenschaft und Unterricht, 10, 1999, p. 584-595.

24 . Die Zeit, 17 mars 1995.

25 . Staatsarchiv Nürnberg, PS-3798 ; cf. Manfred Messerschmidt, « Vorwärtsverteidigung. Die “Denkschrift für Generäle” für den Nürnberger Gerichtshof », in Heer et Naumann, op. cit., p. 531-550.

26 . Telford Taylor, Die Nürnberger Prozesse : Hintergründe, Analysen und Erkenntnisse aus heutiger Sicht, Munich, Heyne, 1994, p. 613.

27 . Cf. Hannes Heer, « Bittere Pflicht. Der Rassenkrieg der Wehrmacht und seine Vorraussetzungen », in Walter Manoschek (éd.), Die Wehrmacht im Rassenkrieg. Der Vernichtungskrieg hinter der Front, Vienne, Picus, 1996, p. 116-141.

28 . Erich Maria Remarque, Zeit zu leben und Zeit zu sterben, Cologne, Kiepenheuer & Witsch, 1998 [1954].

29 . Peter Bamm, Die unsichtbare Flagge, Munich, Kösel, 1952.

30 . Maurice Halbwachs, Das kollektive Gedächtnis, Francfort-sur-le-Main, Fischer-Taschenbuch-Verlag, 1985.

31 . Pierre Nora, Zwischen Geschichte und Gedächtnis, Berlin, Wagenbach, 1990, p. 12 sq.

32 . Jan Assmann, Das kulturelle Gedächtnis. Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, Munich, C.H. Beck, 1992.

33 . Cf. Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, C.H. Beck, 1996.

34 . Christian Streit, Keine Kameraden. Die Wehrmacht und die sowjetischen Kriegsgefangenen 1941-1945, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1978 ; Helmut Krausnick et Hans-Heinrich Wilhelm, Die Truppe des Weltanschauungskrieges. Die Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD 1938-1942, 2 vol., Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1981 ; Manfred Messerschmidt (éd.), Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1979.

35 . Ulrich Raulff, « Schockwellen, Das Bild des Zweiten Weltkriegs hat sich verändert », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 1er septembre 1999.

36 . « Ich bin friedfertig, aber konfrontativ », entretien avec Peter Gauweiler, Süddeutsche Zeitung, 10 juillet 1997.

37 . Déclaration du 3 mars 1997.

38 . Max Horkheimer, « Wir Nazis », in id., Gesammelte Schriften, vol. VI, Francfort-sur-le-Main, 1991, p. 404.

39 . Renate Schostack, « Beichtväter gesucht », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 8 avril 1997.

40 . Wolfgang Schmidbauer, « Ich wußte nie, was mit Vater ist », Das Trauma des Krieges, Reinbek, 1998, p. 50 sq.

41 . Jonathan Shay, Achill in Vietnam, Kampftrauma und Persönlichkeitsverlust, Hamburg, Hamburger Ed., 1998, p. 67.

42 . Schmidbauer, op. cit., p. 93 sq.

43 . Chaim Shatan, « Militarisierte Rache und Rachezeremoniell », in Peter Pasett et Emilis Modena (éd.), Krieg und Frieden aus psychoanalytischer Sicht, Francfort-sur-le-Main/Bâle, Stroemfeld/Roter Sern, 1983, p. 232.

44 . Entretiens avec des visiteurs de l’exposition, Stuttgart, le 29 septembre 1995, n° 29, p. 3.

45 . Entretiens avec un ancien officier de la Wehrmacht, dans Ruth Beckermann, Jenseits des Krieges : ehemalige Wehrmachtssoldaten erinnern sich. Vienne, Docker, 1998, p. 125.

46 . Primo Levi, Die Untergegangenen und die Geretteten, Munich, Deutscher Taschenbuch-Verlag, 1993, p. 23.

47 . Hannes Heer, Tote Zonen : die deutsche Wehrmacht an der Ostfront, Hambourg, Hamburger Ed., 1999, p. 251.

48 . Ibid., p. 291 sq.

49 . Annotation dans les livres d’or : Munster, p. 88 ; Stuttgart, p. 13.

50 . Annotation dans les livres d’or : Munster, p. 4 ; Hannovre, p. 9.

51 . Annotation dans les livres d’or : Aix-la-Chapelle, p. 60 ; Bonn, p. 45 ; Hannovre, p. 97 ; Cassel, p. 30 ; Ratisbonne, p. 4.

52 . Annotation dans les livres d’or : Cassel, p. 163 ; Hannovre vol. II, p. 40 ; Coblence, p. 51.

53 . Frankfurter Allgemeine Zeitung, 1er septembre 1999.

54 . Dans deux cas, lorsque les historiens Musial et Müller avaient quitté le terrain scientifique pour prendre des mesures politiques contre l’exposition, nous nous sentîmes obligés de porter plainte contre nos agresseurs.

55 . Klaus Theweleit, « Schulddiskussion und Wehrmachtsausstellung », Badische Zeitung, 11 novembre 2000.

56 . « Das hat nichts mit Relativierung zu tun », Entretien avec Bogdan Musial et Jan Philipp Reemtsma, Die Welt, 16 septembre 2000.

57 . Willi Jasper, « Ein Geschichtspolitiker rudert zurück », Die Welt, 28 septembre 2000.

58 . Edgar Wolfrum, « Von der Nützlichkeit der Geschichtspolitik », Die Welt, 21 septembre 2000.

59 . Omer Bartov et ai, Bericht der Kommission zur Überprüfung der Ausstellung « Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941 bis 1944 », novembre 2000.

60 . Ibid., p. 85.

61 . Ibid., p. 85.

62 . Ibid., p. 33.

63 . Ibid., p. 79.

64 . Ibid., p. 25.

65 . Ibid., p. 86.

66 . « Die Wehrmacht war keine Mörderbande », entretien avec Jan Philipp Reemtsma, in Frankfurter Allgemeine Zeitung du 29 novembre 2001, et Michael Jeisman, « Das Ende der Wiedergänger » in Frankfurter Allgemeine Zeitung du 29 novembre 2001.

67 . Sur la controverse autour des deux expositions, cf. Hannes Heer, Vom Verschwinden der Täter. Der Vernichtungskrieg fand statt, aber keiner war dabei, Berlin, Aufbau-Verlag, 2004, p. 12 à 66.

Auteur

Hannes Heer est diplômé d’histoire et de littérature de l’université de Bonn (1968). Il a été réalisateur de films pour les chaînes publiques de télévision allemandes (ARD et ZDF) puis longtemps collaborateur scientifique de l’Institut für Sozialforschung de Hambourg. Organisateur de l’exposition « La guerre d’extermination. Les crimes de la Wehrmacht 1941-1944 », médaille Carl von Ossietzky en 1997, il est l’auteur de nombreux films documentaires et publications sur l’histoire contemporaine : Tote Zonen. Die deutsche Wehrmacht an der Ostfront, Hambourg, 1999 ; Hannes Heer et Klaus Naumann (éd.), War of Extermination. The German Military in World War II, 1941-1944, New York-Oxford 2000 ; Hannes Heer, Walter Manoschek, Alexander Pollak et Ruth Wodak (éd.), Wie Geschichte gemacht wird. Zur Konstruktion von Erinnerungen an Wehrmacht und Zweiten Weltkrieg, Vienne, 2003 ; Vom Verschwinden der Täter. Der Vernichtungskrieg fand statt, aber keiner war dabei, Berlin, 2004 ; Hitler war’s. Die Befreiung der Deutschen von ihrer Vergangenheit, Berlin, 2005.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540