Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Perspectives transversales

La présentation de la Résistance et de la Déportation en Italie : mémoires, opinion, politique à la fin du xxe siècle

Ersilia Alessandrone Perona

Texte intégral

  • 1 . Marie-Hélène Joly et Laurent Gervereau, Musées et collections d’histoire en France. Guide, Paris, (...)

1Dans le cadre européen et surtout en comparaison avec la France, la représentation de la résistance italienne dans les musées constitue une véritable anomalie : absente au niveau national, elle est très faible aussi au niveau local. Comparés aux 62 musées français recensés en 1996 dans le guide de Joly et Gervereau1, les musées de la résistance italienne n’atteignent pas la dizaine, nombre qui augmente de peu si l’on prend en compte les sections dédiées à la résistance dans quelques-uns des nombreux musées du Risorgimento.

  • 2 . Cf. Ersilia Alessandrone Perona, « Mémoire des conflits et conflits de mémoire : la résistance it (...)

2J’ai déjà eu l’occasion d’exposer aux lecteurs français le paradoxe qui a contraint les résistants à faire recours à l’épopée de la construction de l’unité nationale pour légitimer au niveau symbolique leur combat contre le nazisme et le fascisme, qui a fondé la démocratie dans notre pays2.

  • 3 . « Les musées de la résistance en Italie », op. cit., p. 448.

3J’en avais indiqué la cause « dans le faible rapport entre la Résistance et le sentiment d’identité nationale », relevant aussi bien de la géographie de l’occupation que de la guerre civile, qui a été inséparable de tout mouvement antifasciste de libération : « Ces conditions ne sont pas peut-être particulières à l’Italie seule. On pourrait reconnaître maints aspects communs à l’histoire française, la division entre les résistants eux-mêmes dans l’après-guerre y comprise ; mais ce sont les rapports de pouvoir après la Libération qui ont poussé la mémoire de la résistance italienne sur la défensive : le pays étant gouverné dès 1947 par des forces politiques qui n’avaient aucun intérêt à exalter un héritage transmis surtout par les partis de la gauche (en particulier le Parti communiste et le Parti d’action), désormais dans l’opposition3 ».

  • 4 . Pieter Lagrou, « Victims of Genocide and National Memory : Belgium, France and the Netherlands 19 (...)

4En fait, l’Italie n’a pas connu ce processus commun aux pays de l’Europe occupée à l’Est comme à l’Ouest, que Pieter Lagrou a défini comme la « nationalisation » de la mémoire4.

  • 5 . Nicola Gallerano, « Introduzione » a Id. (éd.), La resistenza fra storia e memoria, atti del conv (...)

5« L’histoire de la Résistance et sa mémoire n’ont pas, au contraire, évolué en droite ligne : elles ont été marquées profondément par les détours de l’histoire politique nationale. Aussi ne faudrait-il pas parler, peut-être, d’une seule mémoire, mais de plusieurs. Celles-ci entretiennent un dialogue, se croisent, mais le plus souvent sont en conflit entre elles » a écrit Nicola Gallerano5.

  • 6 . Gérard Namer, La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1987 (1re éd., (...)
  • 7 . Au Piémont seul, plus de 1 400 personnes passèrent en jugement. Cf. Luisa Girardi, « Il partigian (...)

6Si bien que, alors qu’en France, à partir de 1944-1945, de véritables « batailles pour la mémoire » avaient lieu6, opposant gaullistes et communistes dans le choix des dates considérées comme les plus représentatives de l’histoire nationale, en Italie c’était dans bien des cas la Résistance elle-même qui était mise en état d’accusation7.

7La commémoration de la Résistance étant considérée comme l’affaire de la gauche, sa date non plus n’a été mise en discussion, avec cette conséquence curieuse que dans la tradition l’a emporté le 25 avril, jour de la proclamation de l’insurrection : la plus « gauchiste » des dates.

  • 8 . Une documentation complète sur ce réseau d’instituts, fédérés par l’Istituto nazionale per la sto (...)

8Plus qu’aux musées, les résistants confièrent la mémoire de leurs gestes aux archives des Instituts d’histoire de la Résistance, qu’ils fondèrent dès 1947 comme associations privées, et qui furent reconnus par la suite comme étant d’intérêt public dans leurs fonctions de conservation et de recherche historique8.

  • 9 . L’expression fut prononcée par Franco Antonicelli, déjà président du Comité de libération nationa (...)
  • 10 . Dominique Poulot, Bibliographie de l’histoire des musées de France, Paris, Éditions du CTHS, 1994 (...)

9L’intention des fondateurs était très claire : le premier-né de ces Instituts fut présenté à Turin avec les mots « tenez-le comme votre propre musée »9. Cette formulation clairvoyante de l’idée de musée n’inquiéta ni l’opinion publique, ni le gouvernement de l’époque, qui accorda en 1948 la permission de conserver les documents auprès des Instituts, au lieu de les déposer auprès des archives de l’État. Ce n’étaient pas les poussiéreux dépôts de Clio qui inquiétaient ; en revanche, la réalisation d’un musée traditionnel rencontra des difficultés sérieuses, à cause de la nature éminemment politique du musée d’histoire. Il manqua, évidemment, les conditions nécessaires à sa fondation, ces conditions que Dominique Poulot a très bien définies à propos de la création du patrimoine : « Il touche à la réflexion savante mais aussi à la volonté politique, sanctionnées toutes deux par l’opinion commune10. »

  • 11 . Cf. Anna Bravo et Daniele Jalla, Una misura onesta. Gli scritti di memoria della deportazione dal (...)

10Quant à la Déportation, les progrès de son affirmation publique ont été en Italie, comme dans le reste de l’Europe, lents et difficiles, à cause d’une chaîne d’exclusion : le refus du public de s’intéresser à l’histoire incroyable de ces revenants, d’abord ; mais surtout le refus des résistants de considérer les déportés politiques comme des camarades tout court de leur propre combat. Ce refus étant fondé sur une considération éminemment politique et militaire de la Résistance, l’exclusion fonctionnait à plus forte raison à l’égard des déportés pour cause de « race » ; ces derniers étaient de plus discriminés par les déportés politiques eux-mêmes. On a parlé à juste titre d’une « aphasie » des déportés, qui au retour dans leurs pays, se heurtaient à ce mur d’indifférence11.

11Ces clivages ont empêché jusqu’ici soit la collaboration entre anciens résistants et déportés à l’égard de la création des musées – ce qui représente une autre anomalie italienne –, soit la prise en compte des différences entre déportation politique et déportation raciale. Les représentants de la première ont finalement plaidé la cause de l’équivalence du sacrifice, tandis que les communautés juives italiennes n’ont pas revendiqué une commémoration nationale de leur persécution. Le processus qui a abouti en France en 1994 à l’inauguration du monument du Vel’ d’Hiv et à la création de la journée du 16 juillet a eu en Italie une issue tout à fait différente.

  • 12 . Commencé par l’Aned en 1996, le débat se fit vif l’année suivante, à la suite de la proposition d (...)

12En 1997, la proposition de Furio Colombo, sénateur du Parti des démocrates de la gauche, de faire du 16 octobre, anniversaire de la rafle du ghetto de Rome, la date du Jour de la mémoire de la déportation italienne se heurta à une importante contestation de la part de l’Association des déportés politiques (Aned). Après de vifs débats internes, l’Aned choisit le 27 janvier, date de la libération du camp d’Auschwitz, qui sera finalement retenue avec le consentement de l’Union des communautés juives italiennes12.

  • 13 . Cf. Mario Isnenghi, « Memoria pubblica della resistenza », in F. Ferratini Tosi, G. Grassi, M. Le (...)
  • 14 . La ville de Carpi, en province de Modena, fut choisie pour sa proximité avec le camp d’internemen (...)

13Une saison nouvelle s’ouvrit à partir de la moitié des années 1950, à la suite de changements importants dans la politique internationale et intérieure ; au « silence public »13 coïncidant avec la période la plus aiguë de la guerre froide, à l’aphasie produite par le conflit des mémoires, succéda une attention nouvelle, une disposition à l’écoute, de la part des jeunes gens avant tout, mais aussi de la part des éditeurs, et enfin, des institutions : cela se traduisit, sur le plan symbolique, par la création du musée de la Libération de Rome en 1955 et du Musée-monument au déporté politique et racial de Carpi, institué en 1961, inauguré en 197314. En 1965 de plus, la Risiera di San Sabba de Trieste, qui en Italie fut l’unique lieu d’extermination de prisonniers politiques et raciaux, fut déclarée monument national et transformée à son tour en musée-monument.

14Il s’agissait de réalisations importantes, à Carpi surtout, où une équipe d’artistes tels que Guttuso, Cagli, Longoni, Lica et Albe Steiner, en collaboration avec d’éminents architectes (Belgioioso, Peressutti et Rogers), transformèrent par leurs œuvres l’ancien château en lieu de communication de l’horreur et de la pitié.

15L’horreur et la pitié : le même code avait été adopté par le musée de la Libération de Rome, où la geôle de la Gestapo en via Tasso, en elle-même un document historique, abritait les images et les souvenirs de la résistance romaine. Plus que de musées au sens propre, donc, il s’agissait de mémoriaux, qui venaient s’ajouter aux sanctuaires qu’avaient élevés, le plus souvent, des associations d’anciens résistants et souvent des particuliers, entre 1945 et 1949.

16C’était un choix presque obligé, car le deuil, le plus traditionnel des langages, est aussi le plus acceptable par une communauté encore foncièrement divisée.

  • 15 . Jay Winter, Il lutto e la memoria. La Grande guerra nella storia culturale europea, Bologne, Il M (...)

17« La force de ce qu’on peut définir comme des formes “traditionnelles” dans la vie sociale et culturelle, aussi bien que dans l’art, la poésie, le rituel, consiste dans leur capacité de rendre acceptable la perte », a remarqué Jay Winter à propos du culte des morts, répandu en Europe à la fin de la Grande Guerre et repris en 194515.

  • 16 . Sur les significations complexes du souvenir cf. Serge Barcellini et Annette Wiéviorka, Passant, (...)

18En Italie, cette tradition n’avait pas connu d’interruption, car elle avait été cultivée avec une emphase particulière par le fascisme ; sa vitalité en tout cas était assurée, parce qu’elle satisfaisait aux instances privées du souvenir et de la pitié, tout en répondant aux stratégies politiques de la pacification et de la légitimation16.

19La réussite des efforts des résistants romains d’une part, et des associations des déportés politiques et des communautés juives de l’autre, s’explique donc par l’usage d’un même langage symbolique. Tout en conquérant des espaces publics remarquables, la légitimation des années 1960 n’avait pas réussi à changer la mémoire sociale.

  • 17 . Des recherches conduites dans les dernières années par des historiens et des anthropologues ont a (...)

20Pour paradoxal que cela puisse paraître, cet échec doit être considéré comme définitif, au moins jusqu’ici17.

21Le changement générationnel, culturel, politique inauguré par le mouvement des étudiants en 1968, l’avènement des gouvernements régionaux au début des années 1970 et l’essor des gauches au niveau tant national que local de 1975 jusqu’à la moitié des années 1990 ont produit sans aucun doute des résultats importants, à partir de la diffusion des Instituts d’histoire de la Résistance dans presque toutes les régions italiennes. Les initiatives ont concerné surtout la recherche et l’éducation ; elles ont été très limitées, pourtant, au niveau de la représentation.

22Cette dernière étant l’objet de négociations surtout politiques, les associations n’ont pas fait le poids ; du reste, les partis de centre et de gauche n’avaient pas intérêt à soutenir politiquement et financièrement, auprès des administrations locales, la demande de groupes de plus en plus minoritaires.

  • 18 . Encore entre 1975 et 1980, on dut avoir recours à l’escamotage du « Secondo risorgimento » pour d (...)
  • 19 . Dans le Museo della battaglia del Senio, fondé en 1981, le point de vue militaire et le point de (...)

23On s’est donc contenté, dans la plupart des cas, de remettre en état des lieux de mémoire existants, de réorganiser des musées, tels que la Risiera di San Sabba, le musée des Frères Cervi à Gattatico (Reggio Emilia), le musée de la République partisane de Montefiorino (Modena), en les adaptant aux critères d’une muséographie plus moderne. D’autres réalisations, bien que nouvelles, proposaient encore des conceptions dépassées, à Turin18 comme à Alfonsine (Ravenna)19.

24Les instances de nouveaux musées, soit de la Résistance – qui réclamait un musée national encore en 1995 –, soit de la Déportation, avancées dans la dernière décennie par les associations à Florence, à Bologne, à Turin, sont restées stériles. Le temps du musée traditionnel, imposant et coûteux à la fois, semblait terminé. L’effondrement des partis politiques italiens après 1990, avec la montée des droites, aurait enfin scellé « l’ère des témoins ».

25Dorénavant, chaque demande de représentation de la Résistance et de la Déportation allait rencontrer des propositions opposées : la commémoration des morts de Salo contre les partisans, la muséa-lisation des foïbe (les fosses communes à la frontière avec la Yougoslavie, imputées aux communistes pro-yougoslaves) contre la Risiera di San Sabba, les gulag et les musées des génocides contre les musées de la Déportation et de la Shoah. Chaque initiative, donc, aboutit à une impasse.

26Dans l’Italie de la « deuxième République », face à la légitimation d’un parti ex-fasciste (Alleanza nazionale), à l’avancée d’un parti de centre néolibériste mais non libéral (Forza Italia), renforcés par l’équivoque balancement des ligues séparatistes, la gauche étale ses divisions, ses incertitudes entre la fidélité à des principes et à des traditions, et la recherche de nouveaux points de repère encore très incertains.

27Quel avenir, alors, pour une présentation publique de la Résistance et de la Déportation ?

  • 20 . Tout le monde a vu à la télévision en 1989 les monuments à Lénine et à Staline abattus pat la fou (...)

28Ces problèmes ne sont pas particuliers à l’Italie. Mais il n’est pas possible de les considérer sans prendre en compte les changements des cadres sociaux de la mémoire. Face au séisme de 1989 à l’Est, chaque pays de l’Europe occidentale a été contraint de se confronter avec son propre passé, l’importance des représentations symboliques étant d’une évidence choquante20.

29Les événements politiques, d’ailleurs, n’ont fait qu’accélérer des processus en cours : s’ajoutant à la perception d’un tournant culturel, déjà sensible dans les années 1980, l’écroulement de l’empire soviétique a semblé le dénouement de l’histoire de tout le siècle. Cet effet a été renforcé par la concurrence de macro-facteurs culturels, tels la révolution globale de l’économie et des techniques de communications. La coïncidence des changements politiques et culturels avec la fin chronologique du siècle a conduit la majorité à se convaincre qu’une époque nouvelle s’ouvrait et qu’il était nécessaire de mettre en perspective même le passé proche. Le xxe siècle tout entier pouvait désormais faire l’objet aussi bien d’une summa historiographique que d’un musée.

30Dans ce contexte, le musée d’histoire, au lieu de s’éteindre, s’est revitalisé. Son organisation, ses techniques de mise en scène ont changé, mais son ancienne vocation pédagogique est toujours vivante, et s’adapte à des sujets nouveaux : par exemple, la nouvelle présentation de l’histoire allemande après la réunification, ou la revendication de souveraineté de quelques régions contre les États nationaux dont elles font partie, ou bien encore l’idée de nationalité européenne. Le champ, donc, s’est énormément élargi, visant dans quelques cas à présenter l’histoire d’un pays, d’un continent, le long de son parcours millénaire et, surtout, par tout le xxe siècle.

  • 21 . Cf. Achille Bonito Oliva, « Un Barnum al Moma », La Repubblica, 25 septembre 2000, p. 34.

31L’approche, pourtant, est délibérément faible du point de vue de l’interprétation ; elle est empirique, plus que critique, l’un des ses buts étant d’inciter le public à se reconnaître dans les parcours et à travers les objets présentés. Les techniques de communications aidant, le musée tend de plus en plus à proposer ce que Achille Bonito Oliva a défini comme « un véritable oxymore : le musée de masse »21.

  • 22 . Cf. l’interview de Laurent Bertrand Dorléac à Henry Rousso, « 1939-1945, 1914-1918, aller retour  (...)

32Guerre, Résistance, Déportation vont s’inscrire à leur tour dans ce tableau nouveau : l’exemple le plus symptomatique est, à ma connaissance, le mémorial pour la paix de Caen, qui s’est beaucoup éloigné de son plan initial de 1988, en cherchant des ajustements chronologiques et thématiques continuels pour seconder les intérêts présumés du public22.

  • 23 . Les actes du colloque d’Athènes ont été édités par Stephanos Rozannis et Yannis Thanassekos (éd.) (...)

33On peut critiquer les concessions aussi bien à la vulgata des bons sentiments démocratiques qu’au spectaculaire ; mais les problèmes sous-jacents sont clairs et ne touchent pas la France seulement. On peut le constater d’après les nombreux articles et débats consacrés à la nouvelle saison des musées d’histoire, à partir des colloques d’Athènes de 1995 et de Péronne de 199623.

  • 24 . Le colloque, organisé par l’Université et l’Institut d’histoire de la Résistance de Turin, a eu l (...)

34Même en Italie, on cherche à sortir de l’impasse créée par les conditions politiques en indiquant la nécessité d’élargir l’horizon de la représentation au xxe siècle. Un colloque international sur ce sujet a été organisé à Turin en janvier 200024.

  • 25 . Cf. les travaux des historiens comme Lutz Klinkhammer, L’occupazione tedesca in Italia 1943-1945, (...)

35En même temps on a changé d’approche à l’égard de la Résistance et de la Déportation, en travaillant sur l’histoire des lieux et des communautés concernées par la guerre, la Résistance, les répressions nazies, la guerre civile. Les gouvernements locaux aidant – où cela se pouvait –, on a développé dans la dernière décennie la création d’éco-musées et de parcs historiques, équipés de centres d’interprétation : le camp d’internement pour les étrangers de Ferramonti, près de Cosenza, qui fonctionna pendant la guerre, et le parc de Montesole près de Bologne, qui présente les ruines des villages incendiés par les nazis en 1944. Un écomusée de la Linea Gotica est encore en voie de réalisation, reliant la mer Adriatique à la mer Tyrrhénienne, et passant par les lieux des Apennins qui ont été lieux de combats sanglants, mais aussi de féroces répressions nazies contre les civils25.

  • 26 . Un guide de ces lieux a été réalisé par l’Istituto piemontese per la storia della resistenza e de (...)

36À Turin enfin, on travaille à la création d’un réseau de lieux représentatifs de l’histoire de la ville entre 1938, année de la promulgation des lois contre les juifs, et 194526.

37Ces projets se fondent sur l’idée de territoire et de réseau : le museo diffuso que l’historien de l’art Andrea Emiliani avait indiqué comme l’expression même de l’histoire culturelle italienne.

  • 27 . Cf. Actes du colloque Musées et politique, Québec, Musée de la Civilisation, 1999. À voir en part (...)

38Ces tentatives sont nées en grande partie hors du monde des témoins. Nous avons considéré jusqu’ici la question de la création des musées du point de vue des rapports de pouvoir, dont l’importance est désormais ouvertement avouée par les conservateurs27. Mais on ne peut pas l’examiner à fond sans considérer les sujets qui ont travaillé jusqu’ici à la transmission de la connaissance historique.

39Trois générations se sont confrontées pendant un demi-siècle avec un passé qu’elles n’avaient pas vécu, en l’élaborant à l’aide de la recherche historiographique et de leur propre expérience culturelle et politique.

40Pour ce qui concerne l’Italie, ce sont les générations qui ont rejeté dans les années 1960-1970 le penchant à l’unanimisme des résistants, qui ont travaillé à éclaircir les clivages du mouvement de libération et à reconstruire, même au niveau des communautés locales, le cadre social dans lequel il était enraciné. Leur travail a mis en lumière le rôle des civils, des femmes, a sollicité même le témoignage de sujets qui se croyaient exclus de la grande histoire, en développant en même temps l’analyse critique du témoignage.

  • 28 . Les instituts d’histoire de la Résistance – qui, pour la plupart ont élargi, même dans leur intit (...)

41Aujourd’hui encore, la recherche sur la Déportation en Italie relève en très grande partie de jeunes historiens qui ont contribué à éclaircir les conflits de mémoire sur cette question. Surtout, dans la perspective de la longue durée, on cherche à lire l’histoire italienne de 1940-1945 dans le contexte du xxe siècle28.

42Le musée compatible avec ces intérêts sera donc un musée-laboratoire, dont les expositions n’auront pas la prétention d’expliquer des phénomènes complexes, mais seront autant d’invitations mises à la disposition du public, à remonter aux sources et à suivre les parcours d’une recherche facilitée dans des salles équipées des outils didactiques nécessaires. En même temps, ses archives formeront le grand réservoir d’information des réseaux de lieux de mémoire de la guerre, de la Résistance, de la Déportation, répandus sur le territoire. Le but est de solliciter l’intérêt du public, en l’aidant à découvrir l’histoire et à recomposer un puzzle fait de morceaux d’histoires de familles, de contes de pays et de vagues notions générales ; ce qui signifie, à l’égard des jeunes gens, les aider à sortir de la platitude d’un présent apparemment sans histoire et à se réapproprier leur passé.

  • 29 . Cette sorte de « museo diffuso » ne serait qu’une partie d’un plus grand réseau de musées consacr (...)

43C’est à la réalisation d’un projet semblable que travaille maintenant l’Institut d’histoire de la Résistance de Turin, se réclamant de sa vocation originelle29.

Notes

1 . Marie-Hélène Joly et Laurent Gervereau, Musées et collections d’histoire en France. Guide, Paris, Association internationale des musées d’histoire, 1996. Il y a 62 musées consacrés à la Résistance et à la Déportation exclusivement. Ce chiffre double si l’on considère les musées consacrés à la période 1939-1945.

2 . Cf. Ersilia Alessandrone Perona, « Mémoire des conflits et conflits de mémoire : la résistance italienne dans les musées », in Jean-Clément Martin (dir.), La guerre civile entre histoire et mémoire, Nantes, Ouest Éditions, 1995, p. 223-232 ; id., « Les musées de la résistance en Italie », in Daniel Grange et Dominique Poulot, L’esprit des lieux. Le patrimoine et la Cité, Grenoble, PUG, 1997, p. 447-453 ; id., « La resistenza italiana nei musei », Passato e Presente, a. XVI (1998), 45, p. 135-148.

3 . « Les musées de la résistance en Italie », op. cit., p. 448.

4 . Pieter Lagrou, « Victims of Genocide and National Memory : Belgium, France and the Netherlands 1945-1965 », Past and Present, 154, 1997, p. 181-222.

5 . Nicola Gallerano, « Introduzione » a Id. (éd.), La resistenza fra storia e memoria, atti del convegno, Milan, Mursia, 1999, p. 11.

6 . Gérard Namer, La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1987 (1re éd., Batailles pour la mémoire, Paris, Papyrus, 1983).

7 . Au Piémont seul, plus de 1 400 personnes passèrent en jugement. Cf. Luisa Girardi, « Il partigiano-imputato. Sentenze contro i partigiani piemontesi 1946-1960 », Mezzosecolo 12, Annali dell’Istituto piemontese per la storia della Resistenza e della società contemporanea, 1997-1998, Milan, Angeli, 1999, p. 265-302.

8 . Une documentation complète sur ce réseau d’instituts, fédérés par l’Istituto nazionale per la storia del movimento di liberazione in Italia (Milan) figure, dans le guide de Gaetano Grassi (éd.), Resistenza e storia d’Italia. Quarantanni di vita dell’Istituto nazionale e degli Istituti associati, Milan, Angeli, 1993. Cf. aussi Valeria Galini, « De l’histoire de la résistance à l’histoire du xxe siècle : l’Istituto nazionale per la storia del movimento di liberazione in Italia et le réseau des Instituts associés », Bulletin de l’IHTP, juin 2000, p. 55-68.

9 . L’expression fut prononcée par Franco Antonicelli, déjà président du Comité de libération national du Piémont et premier président de l’Institut de Turin. Sur l’histoire de ce dernier cf. Profilo di un’istituzione culturale. L’Istituto storico della Resistenza in Piemonte, Torino, ISRP, 1990, 1997, 2 vol. ; Giovanni De Luna, « Tre generazioni di storici. L’Istituto per la storia della Resistenza in Piemonte 1947-1987 », Italia contemporanea, 172, 1988, p. 53-77.

10 . Dominique Poulot, Bibliographie de l’histoire des musées de France, Paris, Éditions du CTHS, 1994, p. 12.

11 . Cf. Anna Bravo et Daniele Jalla, Una misura onesta. Gli scritti di memoria della deportazione dall’Italia 1944-1993, Milan, Angeli, 1994 ; Anna Rossi Doria, Memoria e storia : il caso della deportazione, Soveria Mannelli, Rubbettino, 1998. Le lent processus d’affirmation de la mémoire des déportés italiens présente de nombreuses similitudes avec les phénomènes analysés pour la France par Annette Wiéviorka, Déportation et génocide entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992.

12 . Commencé par l’Aned en 1996, le débat se fit vif l’année suivante, à la suite de la proposition de Colombo ; il s’est terminé en 2000 par l’approbation de la loi, passée aussi avec le consentement l’Alleanza nazionale. Tous les points de vue sont rassemblés dans la revue de l’Aned, Triangolo rosso, n.s., a. xvII, 1997, n° 2. Sur le cas français, cf. Annette Wiéviorka, « La construction de la mémoire de la déportation et du génocide en France. 1993-1995 », in Alberto Cavaglion (éd.), Storia e memoria della deportazione. Modelli di ricerca e di comunicazione in Italia e in Francia, Florence, Giuntina, 1996, p. 27-49.

13 . Cf. Mario Isnenghi, « Memoria pubblica della resistenza », in F. Ferratini Tosi, G. Grassi, M. Legnani (éd.), L’Italia nella seconda guerra mondiale e nella resistenza, Milan, Angeli, 1988, p. 559.

14 . La ville de Carpi, en province de Modena, fut choisie pour sa proximité avec le camp d’internement de Fossoli, l’une des étapes de la déportation vers les camps nazis.

15 . Jay Winter, Il lutto e la memoria. La Grande guerra nella storia culturale europea, Bologne, Il Mulino, 1998, p. 13-17. Selon Winter, la continuité des formes du deuil s’interrompit quelque temps après 1945, à la suite de la réflexion sur les horreurs de la Shoah et de Hiroshima, qui donna lieu à une recherche d’expression abstraite. Il est facile de constater, pourtant, que des formes diverses coexistèrent. Sur les rites introduits par la Grande Guerre, cf. George Mosse, Le guerre mondiali dalla tragedia al mito dei caduti, Rome/Bari, Laterza, 1990. Sur l’Italie en particulier : Diego Leoni et Camillo Zadra (éd.), La Grande guerra. Esperienza memoria immagini, Bologna, Il Mulino, 1986. Mario Isnenghi, Le guerre degli italiani : parole, immagini, ricordi, Milan, Mondatori, 1989.

16 . Sur les significations complexes du souvenir cf. Serge Barcellini et Annette Wiéviorka, Passant, souviens-toi ! Les lieux du souvenir de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Plon, 1995.

17 . Des recherches conduites dans les dernières années par des historiens et des anthropologues ont analysé le deuil des veuves de civils massacrés en masse par les nazis en 1944 dans quelques villages de la “linea gotica”, la ligne retranchée par les Allemands qui empêcha, entre juin 1944 et mars 1945, l’avancée des Alliés du Centre au Nord de la péninsule. Ils ont démontré que les familles des victimes n’ont jamais cessé de considérer les partisans du pays comme les vrais responsables, les tueries étant faites par représailles à la suite de leurs embuscades. Cf. Actes du colloque « In Memory. Per una memoria europea dei crimini nazisti » (Arezzo, 1994), édités par Leonardi Paggi, Storia e memoria di un massacro ordinario, Roma, Manifestolibri, 1996 et La memoria del nazismo nell’ Europa di oggi, Florence, La Nuova Italia, 1997 ; et aussi, Giovanni Contini, La memoria divisa, Milan, Rizzoli, 1997.

18 . Encore entre 1975 et 1980, on dut avoir recours à l’escamotage du « Secondo risorgimento » pour donner une présentation de la résistance piémontaise dans les salles de Palazzo Carignano, siège du musée national du Risorgimento italiano.

19 . Dans le Museo della battaglia del Senio, fondé en 1981, le point de vue militaire et le point de vue anthropologique et social ne parviennent pas à se rencontrer.

20 . Tout le monde a vu à la télévision en 1989 les monuments à Lénine et à Staline abattus pat la foule, le drapeau rouge amené. Le démantèlement de musées, le changement de la toponymie suivirent de près.

21 . Cf. Achille Bonito Oliva, « Un Barnum al Moma », La Repubblica, 25 septembre 2000, p. 34.

22 . Cf. l’interview de Laurent Bertrand Dorléac à Henry Rousso, « 1939-1945, 1914-1918, aller retour », Artpress, 215, 1996, p. 54-59. Sur le mémorial, cf. M. Perissière, « Le Mémorial de Caen : un musée pour la paix », in Marie-Hélène Joly et Thomas Compère-Morel, Des musées d’histoire pour l’avenir, Paris, Noêsis, 1998, p. 183-190 et Claude Quétel, « Il xx secolo in un museo ? Il caso del Mémorial pour la paix di Caen », Passato e Presente, 51, septembre-octobre 2000.

23 . Les actes du colloque d’Athènes ont été édités par Stephanos Rozannis et Yannis Thanassekos (éd.), « The contemporary museum within the postmodern era », Bulletin trimestriel de la Fondation Auschwitz, 51, avril-juin 1996. Les actes du colloque de Péronne ont été publiés dans Des musées d’histoire pour l’avenir, op. cit.

24 . Le colloque, organisé par l’Université et l’Institut d’histoire de la Résistance de Turin, a eu lieu les 14 et 15 janvier 2000. Une anticipation des actes (articles de Laurent Gervereau, Elie Barnavi, Claude Quétel, Pier Paolo Poggio, Ersilia Alessandrone Perona) a été publiée dans le numéro 51 de Passato e Presente, op. cit.

25 . Cf. les travaux des historiens comme Lutz Klinkhammer, L’occupazione tedesca in Italia 1943-1945, Turin, Bollati Boringhieri, 1993, et Michele Pezzino et Paolo Battini, Guerra ai civili. Occupazione tedesca e politica del massacro. Toscana 1944, Venise, Marsilio, 1997.

26 . Un guide de ces lieux a été réalisé par l’Istituto piemontese per la storia della resistenza e della società contemporanea et publié pat la ville de Turin, Torino 1938-1945. Una guida per la memoria, Turin, 2000.

27 . Cf. Actes du colloque Musées et politique, Québec, Musée de la Civilisation, 1999. À voir en particulier le discours introductif de Roland Arpin, à propos des « liens obligés » entre musées et politique.

28 . Les instituts d’histoire de la Résistance – qui, pour la plupart ont élargi, même dans leur intitulé, leurs compétences à l’histoire du xxe siècle – ont contribué à ce mouvement par la mise à disposition des archives, la formation de groupes de recherche et les initiatives de formation didactique.

29 . Cette sorte de « museo diffuso » ne serait qu’une partie d’un plus grand réseau de musées consacrés aux divers aspects de l’histoire du Piémont au xxe siècle, dont la plupart existent déjà, mais qu’il faut réviser et relier par des parcours signifiants. Pour ce projet, je renvoie à mon article « Le provocazioni della rappresentazione » dans Passato e presente, 51, op. cit.

Auteur

Ersilia Alessandrone Perona est directrice de l’Istituto piemontese per la storia della Resistenza e della società contemporanea de Turin, où sont déposées des archives très importantes (documents, photographies, affiches, presse, témoignages) concernant l’histoire des guerres du xxe siècle, de la Résistance et de la Déportation. Elle étudie la représentation symbolique de l’histoire nationale à travers les images, le langage, les musées. Elle a publié de nombreux articles : « Mémoire des conflits et conflits de mémoire : la résistance italienne dans les musées », in Jean-Clément Martin (éd.), La guerre civile entre histoire et mémoire, Nantes, Ouest-Editions, 1995 ; « Les musées de la résistance en Italie », in Daniel Grange et Poulot Dominique (éd.), L’esprit des lieux. Le patrimoine et la Cité, Grenoble, PUG, 1997 ; « La resistenza italiana nei musei », Passato e Presente, n° 45, 1998.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540