Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naven ou le donner à voir

 | 
Michael Houseman
, 
Carlo Severi

Deuxième partie. Le naven au-delà de Bateson

Chapitre VI. L’engendreur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le premier compte rendu de sa mission de terrain, qu’il publie en 1932 dans Oceania, Bateson mentionne le naven célébré en cas d’homicide comme le cas sur lequel il a pu obtenir le plus de renseignements. Il s’agit notamment, écrit-il, d’un « texte dicté décrivant ce qui se passerait à la suite d’un raid au cours duquel un jeune homme aurait tué un ennemi pour la première fois » (1932 : 276)1. C’est ce texte, augmenté d’éléments tirés d’autres rites, qui fournit dans ce premier article l’essentiel de sa description du naven (1932 : 277). En 1936, la description qu’il en donne est quelque peu différente. Son opinion quant à la richesse ethnographique de cette célébration de chasse aux têtes a complètement changé.

« Le compte rendu que je possède de ces cérémonies, explique-t-il, ne fait que répéter une partie de ce que j’ai déjà écrit [les naven B1 à B6 ci-dessus, supra pp. 64-67], mais il donne aussi la description de quatre autres pantomimes possibles. » (1936 : 19.)

Il ne voit ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540