Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naven ou le donner à voir

 | 
Michael Houseman
, 
Carlo Severi

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chez les Iatmul de la Papouasie-Nouvelle-Guinée1, lorsqu’on célèbre un naven, les hommes se travestissent en femmes, et les femmes en hommes. Chacun prend la place de l’autre et se donne à voir. Naven, en iatmul, signifie précisément « se montrer ». Ce qui a frappé les premiers observateurs, et avant tout Gregory Bateson, qui a longuement étudié les Iatmul au début des années 1930, c’est l’étrange tournure que prend inévitablement ce travestissement. Tout y est exaspéré à l’extrême : dans l’imitation qu’en font les femmes, l’orgueil du guerrier devient outrecuidance et hystérie. La féminité, dans l’image qu’en donnent les hommes travestis, devient moquerie cruelle, obscénité, menace d’inceste. Cette confrontation, où éclate au grand jour l’hostilité des sexes, peut aussi se transformer en proximité dangereuse, voire en un jeu de métamorphoses où la distinction (et donc l’identité) des uns et des autres risque de disparaître. Puis, subitement, après l’excitation bizarre qui marque la...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540