Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Perspectives transversales

L’intervention de l’État dans les musées des guerres contemporaines

Serge Barcellini

Texte intégral

Préliminaires

1Le titre de cette contribution mérite tout d’abord une précision. Par « musées des guerres contemporaines », je désignerai ici tout musée présentant des objets liés aux cinq événements ou périodes suivantes : guerre de 1870, Première Guerre mondiale, conflits coloniaux, Seconde Guerre mondiale, conflits de décolonisation.

2Plus de 200 musées entrent dans le cadre d’une telle définition, parmi lesquels on peut repérer deux sous-ensembles : d’une part les musées spécifiques à un seul conflit (environ une centaine) ; d’autre part les musées exposant des objets relatifs aux guerres contemporaines dans un cadre plus large (musées militaires, musées d’histoire locale, musées centrés sur le destin d’une personnalité : Clemenceau, Moulin, De Lattre de Tassigny, etc.).

3À l’intérieur de ces deux sous-ensembles, l’importance accordée aux différents conflits varie sensiblement. Ainsi la Seconde Guerre mondiale occupe une place de choix au sein du premier groupe, 80 % des musées lui étant consacrés. En revanche, dans le second groupe, 60 % des musées traitent de la Grande Guerre, contre 40 % pour la seconde.

4Bien que les deux catégories d’établissement soient liées, je centrerai mon propos sur les musées spécifiques que l’on a souvent eu coutume d’appeler « musées de commémoration » jusqu’à l’émergence des « mémoriaux » et autres « historiais » et, par là même, j’exclurai toute réflexion sur l’intervention de l’État dans les musées militaires, intervention pourtant très forte mais répondant selon moi à d’autres mécanismes.

  • 1 . La collection réunie pat les époux Leblanc (Louise et Henri) pendant la guerre de 1914-1918, donn (...)

5Pour encadrer mon propos de quelques exemples muséographiques, je mentionnerai : la maison de la Dernière Cartouche à Bazeilles, ouverte en 1890 et consacrée aux combats de 1870 ; le musée de la guerre dit « fondation Leblanc » inauguré en 19251 ; le projet de grand musée de la Résistance de 1954 (à Paris) ; le musée du Débarquement de Provence du mont Faron de 1964 (à Toulon) ; le mémorial de Verdun de 1967 ; le musée de la Résistance bretonne à Saint-Marcel de 1983 et, enfin, les mémoriaux de Caen, d’Helfaut-Wizernes, d’Oradour, de Péronne créés à partir de la fin des années 1980 jusqu’à nos jours.

6L’intervention de l’État pour chacun de ces cas ne peut être comprise si elle n’est pas replacée dans le cadre d’une politique de mémoire plus globale. Le musée n’est en effet que le vecteur d’une politique plus large. Par là même, il est une expression du soubassement idéologique de cette politique. Mon propos sera donc centré sur ces deux réalités : le musée et la politique de mémoire globale.

La politique de mémoire et ses composantes

7Je partirai donc de l’hypothèse que l’intervention de l’État dans les musées des guerres contemporaines participe d’une politique de mémoire globale et que, d’une manière générale, cette politique s’élabore à partir de quatre composantes principales.

8Tout d’abord, une composante patrimoniale. La sauvegarde de la mémoire impose l’entretien et la valorisation des lieux dans lesquels elle puisse « s’incarner ». Il s’agit des lieux où se sont déroulés les événements (champs de bataille, prisons, camps de déportation, plages du débarquement, forts...), où ont été inhumés les hommes qui sont morts dans les événements (tombes, ossuaires, nécropoles...) ; ou enfin, des lieux qui ont été créés pour assurer le souvenir de l’événement (statues, monuments, stèles, plaques, etc.).

9La deuxième composante est commémorative. La sauvegarde de la mémoire exige de rappeler régulièrement les événements dont on veut conserver le souvenir. Ce rappel, cette « mémorisation », se fait au moyen des cérémonies : cérémonies annuelles organisées le même jour sur l’ensemble du territoire français (8 mai, 11 novembre, Journée de la Déportation) ou centrées sur le souvenir d’un événement plus local (cérémonies commémorant une bataille ou la libération d’une ville) ; cérémonies exceptionnelles liées à un anniversaire : décennale ou centenaire (50e anniversaire de l’Appel du 18 juin, 100e anniversaire de la naissance du maréchal de Lattre...).

10La troisième composante est dite savante et constitue l’un des éléments essentiels de la mission politique. Aboutissement des recherches conduites par les historiens, la « mémoire savante » se matérialise par des colloques et des publications. Il n’appartient pas à l’État démocratique de la réglementer ni de la réguler. Il lui incombe en revanche d’en assurer les moyens ou les supports sous deux formes : les archives (l’État intervenant dans la constitution de leurs fonds, dans leur conservation et dans la réglementation de leur consultation) ; les centres de recherche (l’État assurant leur création et leur activité par des mesures principalement budgétaires : locaux, crédits de fonctionnement, financement des chercheurs, etc.).

11La quatrième composante, enfin, est pédagogique. Sauvegarder la mémoire c’est aussi la transmettre. En s’adressant essentiellement – mais non exclusivement – aux générations nées après les événements, on en garantit la mémoire. Les voies empruntées par cette transmission sont multiples : actions impliquant une « présentation » de l’objet (présentation à vocation permanente comme le musée ou à vocation temporaire comme l’exposition) ; actions impliquant une intervention active des élèves comme les concours scolaires, les épreuves sportives créées dans le cadre d’une commémoration, les projets d’actions éducatives, etc. ; actions impliquant une intervention active des enseignants (formations universitaires, emploi des manuels scolaires, mise en œuvre de rencontres entre jeunes et « acteurs » de l’histoire, diffusion de publications à vocation pédagogique, etc.) ; actions cherchant à « sensibiliser » (création et diffusion de vecteurs de sensibilisation : timbres, affiches, médailles commémoratives, pochettes d’allumettes, etc.) ; actions à vocation « culturelle » : concerts, théâtre, expositions d’œuvres picturales, récitals de poésie...

12On observera qu’historiquement l’État n’a pas toujours utilisé ces diverses composantes de la même manière.

13Pour ce qui concerne la mémoire des guerres contemporaines, l’État s’est d’abord illustré dans la composante patrimoniale. L’année 1856 témoigne ainsi de la création et de l’entretien des tombes de combattants, tout comme des premières subventions pour l’érection de monuments aux morts. L’État a ensuite soutenu la composante savante et commémorative : en 1918 avec la création de la Société d’histoire de la guerre, puis en 1919 avec la loi instituant la journée d’hommage aux morts pour la France. Enfin, ce n’est qu’en 1954, avec la création d’un musée national, que la composante pédagogique/muséographique a été prise en compte.

14Ainsi, plusieurs musées des guerres contemporaines ont vu le jour en dehors de toute intervention étatique. Je mentionnerai à titre d’exemples la maison de la Dernière Cartouche à Bazeilles (1890), le musée de Mars-la-Tour (1902), le musée Serret à Saint-Amarin (1922), le musée de la Guerre (Leblanc) à Vincennes (1925), le musée du Débarquement à L’Aigle (1952) et le musée de Cherbourg et d’Arromanches (1954).

15La première structure étatique impliquant une dimension muséographique est créée en 1960 avec le Commissariat général aux monuments commémoratifs des guerres mondiales et de la Résistance. Cette structure assurera en 1964 la création du musée du Débarquement de Provence (mont Faron) puis, en 1967, celle du mémorial de Verdun. Elle apportera en outre un soutien aux créations de musées municipaux ou associatifs : musée de l’armistice de Compiègne (1962), musée de la Résistance des Glières (1963), musées de la Résistance de Grenoble (1966), musée de la Résistance de Lyon et de Bordeaux (1967), musée de la Caverne du Dragon (1969).

16En 1969, le Commissariat est supprimé au moment même où la France connaît une première explosion muséographique : 37 musées de la Seconde Guerre mondiale parmi lesquels on dénombre 11 musées de la Résistance et de la Déportation seront ainsi créés au cours des années 1970.

17Cette explosion redouble d’intensité durant la décennie 1980 avec la création de musées de la Grande Guerre – Le Linge (1981), Berry-au-Bac (1982), Notre-Dame-de-Lorette (1985) –, de musées de la Résistance et de la Déportation – Neuvic (1982), Agen (1984), Lyon (1985)–et d’un musée du Débarquement, en 1981 à Bayeux.

18L’État tente de maîtriser cette explosion par la création en 1985 de la Commission interministérielle des musées des deux guerres mondiales (décret du 24 avril 1985). Deux arrêtés, pris respectivement le 10 octobre 1985 et le 10 septembre 1987, fixent la liste de ses membres, qui associe des représentants de l’État et des personnalités qualifiées. La présidence de la Commission est assurée par le ministre des Anciens Combattants, le secrétariat par le chef de la Mission permanente aux commémorations et à l’information historique (organisme créé sous un autre nom en 1982 au ministère des Anciens Combattants).

19Cette commission interministérielle a pour but principal d’examiner les demandes de soutien et d’émettre un avis sur l’opportunité de l’aide de l’État, quelle que soit sa forme (subventions, dons de matériels, aide technique...). Le secrétariat centralise les demandes et adresse en retour aux promoteurs un dossier destiné à être soumis aux membres de la commission. Ce document se veut donc le plus complet possible, les informations qu’il contient portant aussi bien sur l’inventaire des collections que sur leur dévolution, sur les moyens de fonctionnement que sur l’intérêt touristique de la région.

20Ces dossiers, transitant par les directions interdépartementales des Anciens Combattants, sont ensuite examinés au cours de réunions d’une périodicité normalement trimestrielle, mais variable aussi selon le nombre et l’importance des dossiers. Au cours de ces réunions, les membres de la Commission, ayant eu au préalable communication de chaque dossier, sont appelés à débattre et à émettre individuellement un avis motivé. Lorsque l’importance d’un projet de création de musée le justifie, le promoteur ou son représentant peut être invité à venir devant la Commission présenter lui-même le projet et répondre directement aux questions. Le débat s’ouvre ensuite entre les membres de la Commission. À l’issue de la discussion, l’avis majoritaire est retenu et communiqué au département ministériel auprès duquel la demande d’aide a été soumise.

21La séance d’inauguration de la Commission eut lieu le 26 juin 1985, les travaux sur dossiers débutant avec la séance du 5 décembre 1985. Globalement on peut estimer que l’intervention de cette commission a été marginale. Son influence s’est en effet limitée aux « petits musées » dont la création relevait d’une idéologie plutôt identitaire. Elle est en revanche demeurée étrangère à la création des mémoriaux, geste politique s’inscrivant dans une nouvelle idéologie.

Les mécanismes d’héroïsation

22On peut considérer que l’intervention de l’État dans les musées des guerres contemporaines s’est accomplie au cours de deux périodes idéologiques.

23La première, couvrant la plus grande partie du xxe siècle, a fait de la mémoire des guerres et conflits contemporains une extériorisation du principe d’identité nationale.

24Ce principe, à l’origine de la théorie du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, a été proclamé par la Révolution française. Il repose sur la différenciation entre l’État, considéré comme gouvernement et administration de la société, et la Nation, désignant l’ensemble des citoyens vivant sur un même territoire et constituant une communauté dynamique en partageant des origines, une histoire, des mœurs, ainsi que, la plupart du temps, une même langue et un certain nombre de valeurs.

25L’unification des différentes nations ne s’est réalisée qu’à la suite de combats et de conflits. Ces guerres d’indépendance et d’unification ainsi que les guerres et conflits qui ont menacé la survie de la Nation sont considérées comme les moments fondateurs de ces États. Au lendemain de ces conflits une véritable politique d’enracinement du souvenir a été mise en œuvre.

26La politique de mémoire des guerres et conflits contemporains est ainsi née. Dans le cas de la France, cette mémoire est d’une grande richesse en raison de la diversité des conflits dans lesquels ont été engagées les armées de la Nation : guerres et conflits de la Révolution et de l’Empire (1792-1815), guerres et conflits du Second Empire (1851-1870 : Crimée, Italie, Mexique), guerre franco-prussienne (1870-1871), conflits liés à la colonisation (1830-1930), Première Guerre mondiale (1914-1918) et conflits périphériques (Syrie 1920), Seconde Guerre mondiale (1939-1945), enfin, guerres liées à la décolonisation (Indochine 1946-1953, Algérie 1954-1962, Tunisie, Maroc...).

27Cette mémoire réunit tout un ensemble d’actes fondateurs conçus comme l’héroïsation des hommes qui furent les acteurs de combats décisifs pour le sort de la Nation. De 1792 à 1990, les mécanismes d’héroïsation permettent d’identifier cinq périodes que je vais ici brièvement définir et commenter.

28Le temps de la légende napoléonienne (1821-1880) ou l’héroïsation des chefs. Propagée par les « grognards » de l’Empire, la légende napoléonienne s’est très rapidement imposée au lendemain de la mort de l’empereur (1821). L’extraordinaire aventure et la fin tragique de Bonaparte éblouissent les esprits romantiques, qui voient en lui l’héritier de la première révolution et le défenseur du principe des nationalités. Trois étapes chronologiques jalonnent la diffusion de la légende : la publication du Mémorial de Sainte-Hélène (1823) ; le retour des cendres de l’empereur (1840) ; l’installation au pouvoir du neveu, Napoléon III (1848-1870). Durant cette période, la mémoire des guerres et conflits contemporains est focalisée sur le seul nom de Napoléon et sur ceux de ses maréchaux et généraux, avec pour lieu principal, l’arc de triomphe de l’Etoile à Paris.

29Le temps des combats héroïques (1845-1914) ou l’héroïsation des groupes de héros. Durant cette deuxième période, l’héroïsation porte cette fois sur des groupes de héros. À titre d’exemples, je mentionnerai : les combats du 11 août 1842 des 22 soldats conduits par le sergent Blandan contre les spahis de l’émir d’Abd El-Kader (la statue du sergent Blandan en provenance d’Algérie a été réinstallée en Meurthe-et-Moselle en 1990) ; l’épisode du marabout de Sidi Brahim (23, 24 et 25 septembre 1845) qui opposa les chasseurs aux troupes d’Abd El-Kader (malgré la résistance de la troupe à Sidi Brahim, les Français comptèrent plus de 600 tués) ; les combats de Camerone (le 30 avril 1863, la IIIe compagnie du régiment de Légion étrangère, 64 hommes aux ordres du capitaine Danjou, résista à plus de 2 000 Mexicains au hameau de Camerone. Après neuf heures de combats, il ne restait plus que trois légionnaires valides) ; les combats de Bazeilles (au cours de la bataille de Sedan, le 1er septembre 1870, les soldats de l’infanterie de Marine livrèrent d’héroïques combats contre les Bavarois qui durent conquérir les maisons du village une par une. La maison de la Dernière Cartouche perpétue le souvenir de cette résistance). Les cérémonies dites « catégorielles » sont les vecteurs mémoires de cette période.

30Le temps de l’héroïsation de masse (1915-1945). En terme de mémoire, la Première Guerre mondiale transforme l’héroïsation en phénomène de masse. Cette évolution est la conséquence de l’accroissement des pertes humaines : guerre de Crimée (95 615 Français tués) ; guerre d’Italie (17 775 Français tués) ; guerre de 1870-1871 (environ 200 000 Français tués) ; guerre de 1914-1918 (1 350 000 Français tués).

31Chaque combattant devient un héros, chaque commune de France a ses « morts pour la France », ses « morts pour la Patrie ». La mémoire de la Première Guerre mondiale constitue ainsi comme l’« achèvement » du concept de nationalité française, le monument aux morts étant la forme d’expression de cette héroïsation de masse.

32Le temps de la Seconde Guerre mondiale ou l’héroïsation des élites (1945-1990). Le schéma engendré par la Première Guerre mondiale est remis en cause au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier conflit est source de divisions et non d’unification. Une mémoire de l’élite s’impose : celle de la Résistance et de ses martyrs (la déportation résistante). Le musée est, à partir des années 1970, le vecteur de cette mémoire élitiste.

33Le temps des victimes (à partir de 1990). Les années 1980 marquent une rupture avec l’époque précédente. L’héroïsation des élites cède la première place à la valorisation des victimes. C’est alors le temps de la Shoah qui rompt avec l’idéologie identitaire. Le mémorial est l’expression de cette mémoire des victimes.

Le rôle de l’État

34Sur ce fond idéologique identitaire, l’intervention de l’État n’est pas homogène.

35Le temps des fondements (1792-1880). Jusqu’en 1880, la politique de mémoire n’est que très partiellement mise en œuvre par l’État. Dans le domaine patrimonial, l’État ne sauvegarde aucune tombe de soldat victime d’un conflit antérieur à la guerre de Crimée. Seules les tombes de généraux sont conservées. La guerre de Crimée représente une mutation avec la création d’ossuaires et de tombes. Dans le domaine commémoratif, on assiste à la tenue des premières cérémonies du souvenir – c’est le temps de Camerone et de Sidi Brahim –, cérémonies dont l’ampleur reste cependant limitée. Dans le domaine pédagogique enfin, l’usage de la plaque de rue comme support de mémoire se répand. Il n’existe en revanche aucune intervention de l’État dans le domaine muséographique.

36Le temps du boulangisme et de la revanche (1880-1914). La politique de mémoire des guerres et conflits contemporains est directement liée à l’émergence des nationalités. « Mourir pour la Patrie » confère une réalité concrète à la notion de patrie et un contenu au concept de Nation. Au lendemain de la guerre de 1870, l’État, sous la pression des intellectuels nationalistes et des premières associations d’anciens combattants, décide de prendre en charge concrètement la mémoire patrimoniale (en 1873, on étatise les tombes et ossuaires des combattants tués en 1870). La politique de mémoire est ainsi centrée à cette époque sur « ceux qui ont donné leur vie pour que vive la patrie ». Elle répond alors à une volonté d’homogénéisation de la Nation. En devenant le support d’une politique extérieure de « revanche » cette politique de mémoire se diversifie. Ce phénomène se traduit notamment par la création des premières associations patriotiques (création du Souvenir français en 1887), la création de cérémonies (Noiseville, Mars-la-Tour), la création des premiers musées (Mars-la-Tour, maison de la Dernière Cartouche), la construction de monuments hors des champs de bataille (les monuments cantonaux). L’État figure ici à la fois comme conducteur et accompagnateur d’une politique qui n’engendre pas la création d’« outils » d’intervention.

37Le temps du « premier après-guerre » (1918-1939). L’armistice du 11 novembre 1918 marque l’arrivée d’un groupe homogène dans la vie civile française : les anciens combattants.

38Par sa force – 7 millions d’individus –, et par le souvenir dont il est l’officiant – souvenir des 1 400 000 morts –, le monde combattant influe sur toutes les décisions de l’État. C’est le temps du « Ils ont des droits sur nous » de Georges Clemenceau. Paradoxalement, cette influence se fera faiblement sentir dans le domaine de la politique de la mémoire des guerres et conflits contemporains. Cette faiblesse se traduit par l’absence de création de mémoriaux nationaux (l’ossuaire de Douaumont, la tour de Notre-Dame-de-Lorette, le mémorial de Dormans appartiennent à des fondations ou à des associations), par l’inachèvement de la rédaction des livres d’or communaux, et par l’abandon du projet de loi portant classement des vestiges de guerre. Les cérémonies, en particulier celles du 11 novembre et le monument aux morts, sont les vecteurs mémoriels de cette période.

39Le temps des tentatives de mémoire (1945-1960). La mémoire des guerres et conflits contemporains – et plus spécialement la mémoire de la Seconde Guerre mondiale – devient sous la IVe République un enjeu du débat politique. Les batailles de mémoire opposent principalement communistes et gaullistes. Concrètement, ces affrontements se traduisent de plusieurs manières. Dans le calendrier commémoratif d’abord : la capitulation nazie du 8 mai 1945, célébrée en 1946, est oubliée de 1947 à 1953 ; elle redevient commémoration officielle et jour férié de 1954 à 1958. Dans l’organisation des cérémonies ensuite : l’avis des associations domine de 1946 à 1954 au sein du Comité du souvenir et des manifestations nationales, il est cependant réduit au sein de la cellule des cérémonies du ministère des Anciens Combattants (1954). Dans le lancement de la création de grands mémoriaux enfin : le choix du Mont-Valérien par le général de Gaulle en 1945 (lieu revendiqué par le Parti communiste pour en faire le centre national de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale) est significatif de ce combat.

40Dans le contexte des guerres et conflits de décolonisation, la politique de mémoire de l’État ne connaît pas de véritables développements. Un projet muséographique voit cependant le jour en 1954. À l’occasion du 10e anniversaire de la Libération, le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale (dirigé par Henri Michel), dont le relais à l’Assemblée nationale est Mme Irène de Lipowski, présente un projet de création à Paris d’un grand musée de la Résistance. Une proposition de résolution est adoptée à l’Assemblée nationale. Le 26 septembre 1956, le Conseil des ministres fait sienne cette résolution. Un bâtiment est trouvé (32, rue de Leningrad), des crédits (100 millions) débloqués. Deux années plus tard, le projet est abandonné à la suite du changement de régime politique.

41Le temps de l’âge d’or gaullien (1959-1969). Le retour au pouvoir du général de Gaulle entraîne une mutation de la politique de mémoire des guerres et conflits contemporains. Cette mutation est directement liée au contexte international, national et idéologique. Sur le plan international, le général de Gaulle développe des initiatives propres à renforcer les notions de Nation et de Patrie française dans le cadre du développement de l’Europe (l’Europe des patries) et de la confrontation avec les États-Unis (le 6 juin 1964, il boycotte les cérémonies du 20e anniversaire du débarquement). Sur le plan national, la France demeure en 1958 une nation coloniale. La décolonisation de l’Algérie et de l’Afrique noire ne peut se faire que si la Nation est rassemblée autour de son histoire (en 1964 : panthéonisation de Jean Moulin). Sur le plan idéologique, le général de Gaulle développe dès 1942 une conception très originale des guerres et conflits contemporains en forgeant le concept de guerre de « Trente Ans » (1914-1944). Ce concept se traduira tout au long de la décennie de Gaulle (1959-1969) par des films (La guerre de Trente Ans), par des cérémonies (50e anniversaire de la bataille de la Marne, et 20e anniversaire de la Libération de la France en 1964, 50e anniversaire de la bataille de Verdun avec le discours sur Pétain à Verdun en 1966), et par une série d’actions pédagogiques (expositions, concours sur la Résistance, etc.).

42À ces divers facteurs s’ajoute une volonté de la part du général de Gaulle de rompre avec la politique des droits (cartes de combattant, augmentation des pensions...). Il estime que les anciens combattants ne doivent pas être tenus pour des « quémandeurs ». De 1958 à 1962, de nombreuses décisions sont ainsi prises afin de réduire le poids de cette politique (suppression de la retraite combattante, forclusion sur les titres de résistants et de déportés, suppression du Mérite combattant...).

43Cet âge d’or gaullien se traduit de manière budgétaire et de manière structurelle. Deux structures connaissent un grand développement : a) le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale dirigé par Henri Michel. Il coordonne à la fois le développement de la « mémoire savante » et le développement de la « mémoire pédagogique ». Ce comité est placé sous la tutelle du Premier ministre ; b) le Commissariat général aux monuments commémoratifs des guerres et de la Résistance, placé sous la direction du général de Larminat auprès du ministre des Anciens Combattants. De Larminat prend également la direction du Comité du souvenir et des manifestations nationales. Deux musées sont directement issus de cette politique gaullienne : le musée du Mont-Faron et le mémorial de Verdun.

44En revanche, la préfiguration du musée de la Résistance ne séduit pas le général de Gaulle ; il s’agit d’une exposition au musée de l’Armée consacrée à Jean Moulin en 1964. Le projet est alors freiné. Quatre réalisations « secondaires » en constitueront l’héritage : le musée de l’Ordre de la Libération, la salle 1939-1945 du musée de l’Armée, le musée du Struthof et le mémorial de l’île de la Cité.

45Le temps du doute (1969-1981). Au lendemain du départ du général de Gaulle la politique de mémoire connaît une crise profonde. Celle-ci concerne essentiellement la politique de sauvegarde de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. De multiples initiatives en trahissent la gravité comme, en 1972, la grâce présidentielle accordée à Paul Touvier ou, encore, en 1975, la suppression de la commémoration du 8 mai.

46De manière complémentaire, on assiste à un redéveloppement de la politique des droits au profit du monde combattant (levée, en 1975, des forclusions sur les titres de résistants et de déportés), ainsi qu’à une succession de suppressions et d’abandons : suppression du Commissariat général aux monuments commémoratifs des guerres et de la Résistance (1970), abandon du projet de création de musée national de la Seconde Guerre mondiale (1970), dissolution du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale (1980).

47Parallèlement à ces suppressions, les crédits consacrés à la politique de mémoire (nécropoles et cérémonies) sont réduits de manière drastique. L’État s’abstient désormais de toute intervention dans les musées des guerres contemporaines.

48Le temps mitterrandien (1981-1990). Avec l’avènement de François Mitterrand à la présidence de la République, la politique de mémoire des guerres et conflits contemporains connaît à nouveau un fort développement. Vecteur commémoratif : le 8 mai redevient une fête nationale et un jour férié à partir de 1982. Vecteur pédagogique : les années 1984 et 1985 voient les célébrations du 40e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vecteur muséographique enfin, avec la création du premier musée de la Résistance subventionné par l’État, le musée de Saint-Marcel, en 1983.

49Ce développement est administrativement encadré par une structure du ministère des Anciens Combattants : commission en 1982, délégation en 1983, puis enfin direction à partir de 1984. Mais cette politique est contrecarrée dès 1985 par divers facteurs et événements : l’émergence de la mémoire de la Shoah (loi sur la mention « Mort en déportation », 1985), le 50e anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv, la création des musées mémoriaux de la Shoah à Izieu, l’avènement des « mémoriaux » (cf. en 1985, l’affaire du mémorial de Caen). 1986 voit la suppression de la Direction (transformée en Mission) et les premières confrontations entre mémoire identitaire et mémoire globalisée.

50Le temps de la mémoire mondialisée. On assiste alors au développement d’un nouveau type de musées. Encore au stade de projet au début des années 1990, ces initiatives présentent toutes les mêmes caractéristiques.

51Du point de vue organisationnel, le maître d’œuvre principal en est toujours une collectivité territoriale (commune ou département) qui assure la majorité du financement. La maîtrise d’ouvrage est toujours assurée par des « professionnels » (entreprises de communication ou d’« ingénierie culturelle »).

52Le coût des projets est particulièrement élevé : on compte ainsi un prix plancher de 50 millions de francs pour une opération muséographique. L’État n’accorde qu’un financement faible et « contraint ». Le financement européen est en revanche important.

53Chaque projet présente un double objectif : économique (l’opération a pour but d’attirer le plus grand nombre de touristes sur un site donné) et idéologique (chacun de ces projets se présente comme un outil européen voire mondial pour la paix et la réconciliation).

  • 2 . Les six mémoriaux et historials : mémorial de la Paix de Caen, centre de la Mémoire d’Oradour, ce (...)

54Une analyse attentive des six projets2 permet d’en dégager trois constantes principales.

55Une banalisation idéologique. La volonté économique affichée d’attirer le plus grand nombre de touristes entraîne un nécessaire « polissage » des faits. L’histoire est débarrassée de ses aspérités, comme à Caen. Chacun de ces projets est porteur d’une volonté d’histoire consensuelle à vocation « droits de l’Hommiste ».

56Une remise en cause du concept de mémoire des guerres et conflits contemporains. Les élus qui lancent et financent ces projets achèvent d’instrumentaliser la mémoire collective. On crée un mémorial des guerres comme on crée un écomusée de la pêche. Les entreprises d’« ingénierie culturelle » qui définissent et mettent en œuvre les projets traitent ceux-ci comme elles traitent tout autre projet sur lesquels elles auraient à intervenir. La mémoire d’Oradour est traitée de la même manière que la valorisation du vin de Champagne ou que l’art du cheval.

57Une absence d’analyse des flux de clientèle. L’ensemble des musées mémoriaux affiche une réelle volonté d’« attraction » de leur clientèle : 500 000 visiteurs semble être le chiffre fétiche de leurs statistiques annuelles et les retransmissions télévisées leur ambition permanente.

58Or ces chiffres ne sont jamais étudiés dans un contexte global et négligent les conséquences de la banalisation induite par chaque projet. La victoire de la technique (muséographique, scénographique, etc.) sut l’histoire achève de réduire la portée initiale de chaque projet. Le mémorial du Débarquement, le centre de la Paix, le spectacle de la bataille de Verdun sont désormais concurrencés par le musée des légendes, le spectacle du Puy-du-Fou ou Disneyland. Enfin la volonté pédagogique, affichée par chaque établissement, de permettre au plus grand nombre d’accéder à l’histoire est limitée par le nombre d’élèves potentiels, et par la multiplication des sollicitations de l’institution scolaire.

59En matière décisionnelle, la Commission interministérielle des musées des guerres et conflits contemporains est placée devant le fait accompli. Le ministère de la Culture intervient a posteriori. Du point de vue budgétaire, l’intervention de l’État est seconde par rapport à celles des collectivités territoriales et de l’Europe. En terme idéologique, le contenu est défini par des organismes extérieurs au service de l’État : entreprises privées généralement soumises à des contraintes économiques.

60Parallèlement à ces musées mémoriaux, on notera l’apparition d’un deuxième type de musées : les musées du génocide. Ces musées apportent trois spécificités nouvelles par rapport aux mémoriaux que nous venons d’évoquer. Ils élargissent le champ idéologique à une géographie mondiale (le musée mémorial de l’Holocauste de Washington est dans ce domaine une référence). Ils marquent un véritable écart financier (la fondation de la Shoah qui va financer le musée du même nom à Paris dispose d’un budget de plus d’un milliard de francs). Enfin, ils impliquent à nouveau une forte intervention de l’État, comme le montre Annette Wiéviorka dans le présent volume (cf. p. 49)

61Sur un siècle, l’intervention de l’État dans les musées des guerres et conflits contemporains est, somme toute, demeurée faible. Faudrait-il en conclure que l’État démocratique peine à affirmer une politique de mémoire ?

Notes

1 . La collection réunie pat les époux Leblanc (Louise et Henri) pendant la guerre de 1914-1918, donnée à l’État, constitue le fonds d’origine de la bibliothèque-musée de la Guerre, installée en 1925 dans le pavillon de la Reine au château de Vincennes. Après l’incendie de 1944, la bibliothèque (bibliothèque de documentation internationale contemporaine, BDIC) est installée sur le campus de Nanterre et le musée (musée d’Histoire contemporaine) dans l’hôtel national des Invalides à Paris.

2 . Les six mémoriaux et historials : mémorial de la Paix de Caen, centre de la Mémoire d’Oradour, centre mémorial de la Paix de Verdun, historial de la Grande Guerre de Péronne, centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, La Coupole, centre d’Histoire des fusées de Helfaut Wizernes.

Auteur

Serge Barcellini, contrôleur général des armées, est depuis 2004 directeur général des services de la région Lorraine. De 1982 à 2002, il fut l’un des principaux acteurs de l’Etat dans la politique de la mémoire : créateur et directeur du service « Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives » au ministère de la Défense (1982-1992), inspecteur général au ministère des Anciens Combattants (1992-1997), directeur de cabinet du ministre des Anciens combattants (1997-2000), avant de diriger l’Office national des Anciens Combattants (2000-2003). Il a publié un guide des monuments perpétuant la mémoire de la Seconde Guerre mondiale, Passant, souviens-toi, Plon, 1995 (en collaboration avec Annette Wiéviorka). Il dirige un séminaire à l’IEP (Institut d’études politiques) de Paris sur les politiques de mémoire.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540