Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie pour répondre au hasard

 | 
Maria Manca

Deuxième partie. Le dialogue improvisé

Chapitre X. Ce que disent les poètes sur l’improvisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

POÉSIE IMPROVISÉE ET POÉSIE ÉCRITE

L’improvisation est en Sardaigne une pratique familière et valorisée qui ne manque pas, toutefois, de déconcerter le public et les improvisateurs euxmêmes. La poésie improvisée se dit poesia improvvisada (ou cantada) et se différencie de la poésie écrite par plusieurs aspects. Cette dernière est désignée comme « poésie de méditation » (poesia de meditatzione) ou « sur table » (a taulinu) – des expressions situant l’écriture dans la durée d’une réflexion et la matérialité d’une fabrication qui use d’accessoires comme « la table », donc, mais aussi « le carnet », « la plume » et « l’encrier »1, alors que l’improvisation est immédiate et sans outil. De même, la position debout de l’improvisateur se distingue de la position assise des poètes de l’écrit, dont la réflexion est perçue comme laborieuse, car selon Remundu Piras : « dans la méditation, l’inspiration s’endort » (cumponinde a s’appessada, si dromit s’estru)2. L’espace ouvert de l’oralité qui se...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable