Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie pour répondre au hasard

 | 
Maria Manca

Première partie. La poésie en acte

Chapitre IX. Une forme unitaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

LES JOUTES AVANT OZIERI

À la fin du XIXe siècle a été officialisé à Ozieri un type de compétition poétique qui s’est progressivement fixé sous forme de gara, constituant depuis un genre à part entière. L’improvisation poétique est une pratique très ancienne qui était extrêmement répandue en Sardaigne. Les plus vieux témoignages remontent à l’Antiquité : Horace parle du fameux Sarde Tigellius qui, à Rome au temps de César et d’Octave, improvisait pendant toute la durée d’un festin1 ; et l’on sait qu’à l’époque de Dioclétien, quatre bergers du Logudoro sont allés chanter des vers composés par l’un d’eux chez le gouverneur romain en Sardaigne pour le consoler de la mort d’une de ses servantes (Martini 1863 : 459).

Au XVIIIe siècle, un abbé d’Ozieri, Matteo Madao (1787), rapproche la poésie sarde improvisée de celle des Grecs et des Romains et il cite de nombreuses strophes pour en étudier la métrique.

Au XIXe siècle, des voyageurs en Sardaigne s’émerveillent du talent des bergers et des p...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540