Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie pour répondre au hasard

 | 
Maria Manca

Première partie. La poésie en acte

Chapitre VII. Des structures emboîtées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

MACRO-STRUCTURE DE LA GARA

La gara dure environ « trois heures1 », selon l’évaluation même des poètes, et suit un déroulement tripartite qui agence des formes nettement définies.

Les trois temps de la gara – l’exorde (esordiu), les thèmes (temas) et la péroraison (constituée de duinas, de battorinas et de la moda) – ont des noms venant du latin, qui rappellent les traités d’art oratoire antique (Aristote 1980 et 1991 ; Cicéron 1985 ; Quintilien 1975-1980). Ainsi, la joute se déploie depuis son ouverture (esordiu vient de exordium, le commencement d’un discours), jusqu’à sa fermeture ou perorassione2 (de peroratio : la fin, la conclusion d’un discours), en étant centrée sur un débat abordé à partir de thèmes (de thema, le sujet du discours). Ou encore, la gara figure une sorte de combat verbal qui s’engage, se développe, puis se conclut par une réconciliation ou une paix.

L’ouverture ou l’esordiu, qui comporte généralement une trentaine de strophes, dure une demi-heure. Les poètes eux-m...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540