Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La poésie pour répondre au hasard

 | 
Maria Manca

Première partie. La poésie en acte

Chapitre V. Le dialogue poétique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

ENTRE SOLILOQUE ET POLYVOCALITÉ

Dans ces divers usages de la parole – qu’elle soit quotidienne ou officielle-, on retrouve la même prédilection pour le dialogue. Situé entre une parole solitaire pouvant se fredonner et des conversations polyvocales presque clamées, le dialogue n’est pas un exercice facile, mais il est toujours recherché et prisé.

En Sardaigne, le soliloque n’est pas admis, comme d’autres activités solitaires : se promener seul, manger seul ou boire seul relèvent de la bizarrerie. Il semble bien que ce qui n’est pas partagé révèle un dysfonctionnement, car habituellement tout se fait « en compagnie ». Ainsi, parler seul fait à la fois rire et pitié : c’est le propre du fou (maccu). Mais, cela est accepté sitôt que la parole est chantée à mi-voix, car elle n’est plus sentie dès lors comme solitaire. En effet, fredonner une berceuse traduit une relation à l’enfant, même s’il ne répond pas ; et chantonner une poésie apprise ou improvisée, même sans destinataire, ce n’est ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540