Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin du casoar, la forêt des Kasua

 | 
Florence Brunois

Section 2. Occupants et occupation du cosmos forestier

Chapitre 4: Les animaux

Texte intégral

  • 10 Les usages alimentaires sont bien sûr les plus nombreux, mais il peut s’agir également d’usage tec (...)
  • 11 On retrouvera dans le dictionnaire consacré à la faune et à la flore kasua, l’identification scien (...)
  • 12 Malheureusement, n’ayant toujours pas obtenu leur identification scientifique, j’ai renoncé à les (...)

1Dans cette forêt, dont la dynamique écologique et mythologique semble démentir la fixité du règne végétal, habite une faune qui participe activement à l’animation de cette vivacité forestière, non seulement par sa fabuleuse diversité zoologique, mais aussi par la fabuleuse diversité de ses comportements éthologiques et écologiques en entretenant par exemple des relations fort intenses avec les plantes. Les Kasua estiment ainsi à 483 le nombre des usages que tirent les divers animaux des végétaux peuplant leur territoire10. Et à la lumière de la composition de leur faune, ces interactions reconnues entre les deux règnes prennent tout leur sens. En effet, sur les 387 spécimens répertoriés11, couvrant 61 mammifères dont 10 chauves-souris, 114 oiseaux, 30 reptiles, 21 grenouilles, 40 poissons et seulement 121 insectes12, au moins 70 % sont phytophages.

  • 13 Coates en dénombre 740 (1985 : 22) ; un nombre similaire est retenu par Beehler, Pratt et Zimmerma (...)

2Par le nombre de ses représentants – surtout si celui-ci est comparé à la faune d’autres régions tropicales –, la faune présente sur le territoire kasua pourrait sembler relativement limitée. Encore faut-il la replacer dans le contexte zoo-écologique propre à ce pays, consécutif à son isolement. En effet, si la Papouasie est certainement l’île mélanésienne qui connaît la plus grande diversité faunique, elle n’en reste pas moins la terre la plus pauvre en mammifères, si l’on excepte sa grande richesse de frugivores volants. À titre comparatif, le nombre d’espèces d’herbivores terrestres guinéens ne représente qu’un cinquième de celui présent en Australie. La pauvreté en carnivores est encore plus flagrante. Alors qu’en Asie du Sud-Est et plus précisément en Thaïlande, on relève plus d’une trentaine d’espèces de carnivores terrestres de plus de 5 kg, la Papouasie n’en connaît aucune. En revanche, grâce à la densité de son couvert forestier et à son insularité, sa faune s’est certainement particularisée par sa variété de mammifères marsupiaux arboricoles, folivores et frugivores dont de nombreuses espèces sont d’ailleurs endémiques à ce pays (Flannery 1990 : 25). Quant à son avifaune, dont le casoar et les paradisiers sont les représentants les plus célèbres, Mayr estime à 350 le nombre de genres, 650 celui des espèces et enfin 1 500 celui des sous-espèces13 (1941). Reste que si l’on se prête à une évaluation de la richesse des communautés d’oiseaux en mesurant la densité des espèces par km2, le nombre le plus élevé côtoie les 150 espèces, alors que certains sites amazoniens peuvent en renfermer plus de 350 (Beehler, Pratt et Zimmerman 1986 : 27).

  • 14 Je ne tiens pas compte dans ce chiffre des 65 espèces de chauves-souris et de roussettes présentes (...)

3C’est donc par comparaison avec la diversité faunique présente dans cette île qu’il est possible d’évaluer celle que renferme le territoire kasua. Et celle-ci apparaît soudainement fort riche, même sur la base de mes seuls relevés qui sont loin d’être exhaustifs, puisque sur les 123 mammifères identifiés sur l’ensemble du territoire national14, c’est-à-dire intégrant ceux des savanes, des hautes montagnes, des terres côtières, etc., le territoire kasua accueille à lui seul presque la moitié des espèces représentant les sept familles papoues de marsupiaux, les deux uniques familles de monotrèmes et de rongeurs, et même peut-être une espèce de bandicoot encore inconnue des zoologues occidentaux (com. pers. Menzies). Son avifaune approche quant à elle les 80 % de la plus grande densité d’espèces d’oiseaux rencontrées en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Au regard de ces données comparatives, il apparaît donc légitime de considérer le territoire kasua comme abritant sous sa canopée une exceptionnelle diversité faunique.

4Et peut-être est-ce cette même diversité qui explique l’absence dans le vocabulaire comme dans la nomenclature kasua d’un terme supra-générique, tel « animal » pouvant regrouper et/ou désigner opportunément n’importe quel spécimen parmi les centaines d’espèces répertoriées. En revanche, chaque espèce portant un nom singulier peut être nommée d’après le terme générique de la catégorie à laquelle elle appartient. Les Kasua distinguent ainsi huit grandes divisions dont le nom peut donc se substituer à celui de l’espèce identifiée : abele s’appliquera à chacun des mammifères et des casoars qui, tout en formant une catégorie à part, sont inclus dans cette taxonomie : anema : désignera les oiseaux ; wakalo, les reptiles sauriens ; swi, les reptiles ophidiens, les anguilles et les vers de terre ; keï, les amphibiens ; ewalo, les poissons, et enfin senemea, tous les insectes.

  • 15 Le mythe est ici raccourci, car sinon il énumère précisément et successivement la nourriture et la (...)

5Néanmoins, la plupart de ces animaux sont considérés potentiellement comme des abele, dont la traduction la plus fidèle signifie la condition des animaux « d’être chassés et mangés ». Ce mythe, pilier de l’histoire naturelle kasua, essentiel pour la suite de notre analyse sur les processus d’identification, nous en révèle les raisons : Tous les animaux vivaient dans une grande demeure située sur la montagne Iwa. Le sol était alors encore mou. A cette époque, les animaux étaient en guerre contre les hommes, ils s’entre-tuaient et se mangeaient. Aussi, les humains étaient contraints en forêt de se protéger par des boucliers faits en écorce d’arbres. La veille d’une attaque guerrière prévue contre les humains, un chien alla les espionner. Il s’approcha de leur demeure qu’il trouva vide. Il y entra et découvrit au bord d’un foyer de la fécule de sagou, dont seuls les hommes se nourrissaient. Il en goûta et se sentit brusquement plus fort, cette force s’accentua au cours de sa marche du retour. Arrivé à Iwa, il fit part de sa découverte aux autres animaux. Les chiens décidèrent de se rendre dès le lendemain dans la maison des humains pour chercher cette nourriture étonnante, tandis que les autres animaux se proposèrent d’aller cueillir les Pandanus conoideus rouges et jaunes dont ils étaient les seuls à cultiver les arbres dans des jardins. A l’aurore, les chiens partirent laissant dans la maison un petit chiot qui s’était camouflé derrière un foyer. L’après-midi venue, les animaux rentrèrent des jardins et commencèrent à préparer la cuisson des pandanus tout en discutant. L’un d’eux commença alors à se moquer des chiens : « Quand ils reviennent de la forêt, les mâles passent toujours du temps à se lécher le pénis et les femelles leur vagin, et après ils mangent du pandanus ! Aucun de nous n’a de telles attitudes ! » L’ensemble des animaux qui n’avait pas remarqué la présence du petit chien acquiesça tout en s’esclaffant. Le chiot, vexé par leurs propos, se leva et sortit subrepticement de la demeure dans l’intention de communiquer aux siens ce qu’il avait entendu. Les animaux poursuivirent la préparation des pandanus. Le chiot rejoignit de son côté les chiens qui s’étaient emparés de la fécule et leur confia tout ce qu’il avait entendu : « Vous voulez tuer les hommes et vous partez les épier, mais, pendant ce temps, les animaux se moquent de nous car nous avons l’habitude, disent-ils, de nous lécher nos parties génitales. Nous devons nous venger et les tuer. » Les chiens élaborèrent une tactique d’attaque et convinrent de surprendre les animaux lorsqu’ils sortiraient le pandanus de son étuve végétale. Ils rentrèrent dans la demeure faisant mine de ne rien savoir et aidèrent les animaux à mettre les fruits cuits des pandanus jaunes et rouges dans les récipients. Puis, chacun des chiens se plaça tranquillement devant un animal qui malaxait les fruits, l’interpella par son nom (de spécimen) et l’attaqua. Une immense bataille s’ensuivit au cours de laquelle tous les animaux tombèrent dans les récipients pleins de la sauce des pandanus se colorant le corps en partie ou en entier de rouge et de jaune. D’autres, comme le porc, tombèrent dans les foyers couverts de charbon noir, ou encore comme le Cacatoés à huppe jaune dans la fécule du sagou. Seul le Wallaby forestier gris, nommé kabeya (Dorcopsis luctuosa), parvint à fuir, et un chien partit à sa poursuite. Après plusieurs jours de traque qui le conduisirent vers les Basses-Terres, le chien rattrapa l’animal, le tua et le mangea. Fier de voir combien cette viande avait rendu son poil si brillant, il se dépêcha de rejoindre les siens pour leur annoncer son succès. D’ailleurs à son retour, les chiens organisèrent une danse cérémonielle pour fêter leur victoire sur les animaux, et la résolution qu’ils avaient prise, à la suite d’une vive discussion, de s’allier dorénavant aux hommes. Ainsi, dès le lendemain matin, tous se munirent d’un collier de coquillage, formèrent une lignée et partirent à la rencontre des humains. A leur vue, ces derniers prirent peur et voulurent se barricader dans leur demeure, mais le chien, chasseur du kabeya, s’adressa à eux : « Nous ne venons pas faire la guerre ! Nous sommes venus vivre avec vous car les animaux se sont moqués de nous. Nous avons apporté des abi (compensation) pour pouvoir dormir près de vos foyers. En échange, nous tuerons les animaux et vous les mangerez. » Les chiens déposèrent dans l’allée centrale de la demeure les colliers de coquillage et s’installèrent près des foyers. Informés de cette alliance, les animaux se réunirent à Kugula où le plus vieux porc prit la parole : « Nos guerriers les plus féroces ont rejoint les hommes. Nous sommes des abele maintenant, nous devons apprendre à nous battre. » Sur ces paroles, chaque animal enseigna aux plus jeunes à se défendre contre les chiens. Le Dendrolague des Basses-Terres, wekisa (Dendrolagus spadix), conseilla de grimper au plus vite sur un arbre et d’attraper l’ennemi par les oreilles pour mieux le mordre ; le casoar, mimant une attaque, montra comment avec son doigt central, il devait percer la poitrine du chien, les oiseaux enseignèrent l’usage de leur griffe et de leur bec pour agripper le chasseur, etc. L’enseignement de défense achevé, ils se départagèrent les ressources forestières dont ils allaient dorénavant se nourrir. Ainsi, le wekisa se vit attribuer les feuilles des arbres et les insectes ; le Couscous tacheté peyo (Spilocuscus maculatus), les jeunes pousses de lianes ; le Couscous terrestre kiba (Phalanger gymnotis), les fruits des arbres hakolo, salo, kumei ; le Calao papou obei (Rhyticeros plicatus), les fruits des arbres batamo, tekamo, kena, hanagola ; le Goura de Victoria misini (Goura sheepmakeri), les vers de terre, les larves, les termites, et la pierre etowa, etc15. Enfin, ils se distribuèrent les espaces que chacun d’entre eux devait occuper : la cime des arbres ou leurs cavités, les hautes ou basses branches, les terriers et les cavités dans la roche, ou encore la base des arbres. La réunion achevée, ils se séparèrent et se dispersèrent sur l’ensemble du territoire.

6Nous mettrons de côté pour l’instant l’analyse des circonstances qui ont procédé à la transformation brutale de la condition animale et de ses implications ontologiques, pour nous consacrer aux seules implications zoologiques. En effet, le mythe est à ce titre d’un intérêt tout particulier, puisqu’il nous décrit le processus qui a conduit de l’indifférenciation de la faune à la différenciation de ses composantes. Celui-ci débute d’ailleurs lors de l’attaque des chiens. L’énoncé précise en effet qu’elle est précédée par la nomination de chacune des espèces, amorçant ainsi, en tout cas linguistiquement, leur spéciation. Les animaux, acculés à se séparer, entérinent le phénomène en exaltant tout d’abord leurs propres moyens de défense, puis en procédant par eux-mêmes et minutieusement à une distribution de leur alimentation et de leur niche respectives au sein de la forêt. La diversification sera effective, et ce, à l’image des arbres, par leur dispersion dans leur nouvel habitat. Cette description mythologique de l’émergence des différentes espèces nous éclaire ainsi sur les principes fondamentaux qui gouvernent l’identification d’une espèce, mais aussi sur ceux de leur systématique de la faune en général, puisque ce sont en effet les critères de l’habitat qui organisent chacune de leurs 8 taxonomies primaires.

LES ABELE (LES MAMMIFÈRES ET LES CASOARS)

7Si le terme abele signifie la condition « d’être chassé et mangé » généralisée à la faune, il est également utilisé de manière plus limitative comme terme générique de la taxonomie primaire renfermant les 51 mammifères et les 2 espèces de casoars. Cette autre application n’est certainement pas anodine, vu que le seul critère inclusif propre à cette catégorie ne repose pas sur des caractéristiques physiologiques que partagent ces animaux, mais sur le fait qu’ils ont en commun d’être bien les gibiers privilégiés.

8L’absence d’un rôle alloué aux traits morphologiques comme opérateurs inclusifs se reflète d’ailleurs dans la nomenclature qui ne reconnaît qu’une hiérarchie bien superficielle. En effet, sur les 51 mammifères répertoriés, 42 constituent des taxons nommés par un unique lexème considéré comme générique et 9 sont désignés par un binominal dont le premier des éléments fait systématiquement référence au lexème d’un animal-type. Reste que ce rattachement linguistique, nous allons le découvrir, revêt plusieurs réalités zoologiques et n’implique pas généralement que l’animal de référence soit considéré par les Kasua comme le « vrai » animal, autrement dit que le premier segment puisse se substituer de manière alternative au binominal. Ainsi en est-il du rat Hydromys chrysogaster que l’on nomme sowakele hanosi. Si le premier terme de son nom révèle effectivement sa proximité morphologique avec le rat géant sowakele appartenant à la même famille Muridae, le second terme hanosi qui signifie « source d’eau » trahit son comportement aquatique fondamentalement singulier. Les deux binominaux, faisant référence cette fois-ci au Péramèle épineux de la famille Peroryctidae nommé tali (Echymipera kalubu), ont une portée encore différente : ils désignent respectivement une même espèce (Echymipera clara), dont le dimorphisme est si grand que les Kasua nomment le mâle, reconnu par sa fourrure ventrale saumonée, tali batamo – batamo étant le terme générique d’un arbre dont l’exsudation est rouge – et la femelle dotée d’une fourrure blanche, tali honese, ombre du double de tali. Enfin, un autre et dernier cas de figure auquel les Kasua appliquent un binominal est celui des sous-espèces. Parmi les 4 taxons concernés, nous noterons ceux faisant référence au Couscous tacheté peyo, Spilocuscus maculatus de la famille Phalangeridae. Leur cas est particulier à double titre. D’une part, un binominal est attribué pareillement à une espèce et une sous-espèce, signifiant que l’espèce nommée peyo bobone n’est pas considérée comme formant un taxon supérieur à celui de la sous-espèce. D’autre part, la sous-espèce spilocuscus maculentus goldei au dimorphisme accentué est répartie en deux taxons nommés également par un binominal, peyo okoko et mugu peyo. Les peyo okoko représenteraient l’ensemble des juvéniles des deux sexes, soit zoologiquement les mâles à la fourrure ocre marbré tandis que les mugu peyo se composeraient exclusivement et zoologiquement des femelles à la fourrure noire aux reflets sablés considérées d’ailleurs comme « les mères » de tous les peyo (ce qui explique le premier terme mugu : sacré, tabou).

9Autant d’exemples qui illustrent certainement combien la nomenclature des abele ne traduit guère de correspondance logique avec les différents niveaux taxonomiques de la zoologie scientifique. Elle ne dément pas bien sûr la capacité des Kasua à reconnaître des traits distinctifs comme, par exemple, la poche placentaire, nommée haka, qui distingue les femelles marsupiaux des femelles rongeurs, ou le nombre de doigts, kesene, onglés ou non, sinibi, ou encore la présence de dents, bese, plus ou moins pointues, la qualité du fano (poil/soie), long, dru, etc. La particularité de chacun de ces traits morphologiques participe à l’identification d’un spécimen mais ne joue en aucun cas le rôle de critère inclusif. Leur systématique repose sur d’autres principes et précisément sur ceux des habitats qu’occupent les mammifères, comme le mythe nous l’enseigne. Les Kasua en distinguent quatre dont trois sont des habitations à proprement parler : les cavités des arbres, les terriers ou nids, la base des arbres et le quatrième, la montagne aselo, se rapproche davantage d’un biotope par son étendu (cf. planche 5).

Les abele de la montagne Bosavi

10Selon les Kasua, 14 mammifères ne s’aventurent jamais dans les basses altitudes, car, précisent-ils, « ils appartiennent à la montagne Bosavi ». Leur occupation spatiale si restreinte suffit aux yeux des Kasua pour les classer dans une catégorie isolée qui n’empêche pas que leur habitation soit prise en compte dans leur identification respective. Le lieu où l’animal se niche est toujours le premier critère agissant dans la reconnaissance de n’importe quel spécimen. Suite à quoi, un ensemble de caractéristiques morphologiques, mais aussi comportementales, éthologiques et écologiques, devra être isolé pour s’assurer de l’identité de l’animal. Ainsi, parmi ceux qui se font des terriers, on rencontre les monotrèmes de la famille Tachyglossidae dont l’existence trahit la très faible densité humaine. Leurs épines nommées ona, leur museau mibi, leur démarche fort lente et leur consommation de vers de terre les caractérisant, leur identification sera immédiate. Néanmoins, les Kasua s’appliqueront à évaluer la taille de leur museau et surtout à compter le nombre de leurs doigts pour être à même de différencier l’Échidné à nez long sokope (Zaglossus bruijnii), de l’Échidné à nez court peymo (Tachyglossus aculeates). L’observation de la niche permettra également aux Kasua de distinguer le Couscous soyeux sabateya (Phalanger sericeus) et le Couscous des montagnes yulu (Phalanger carmelitae) coexistant à ces altitudes et présentant une taille et une robe noire similaires. Car même si la couleur de leur fourrure « poitrinale » ononofano les distingue comme la couleur de l’extrémité de leur queue tame, ces critères sont difficilement observables lorsque ces animaux évoluent à terre ou dans les arbres de la forêt primaire. Par contre, surprendre l’un d’entre eux dans des terriers trahira aussitôt le solitaire sabateya connu pour utiliser systématiquement les terriers de ses ancêtres, alors que le yulu dort toujours en couple ou avec sa famille dans les cavités des arbres. La reconnaissance du Pademelon à queue courte kabeya oyatolu (Thylogale brunii) ne posera aucune difficulté : il est le seul représentant de son genre à vivre sous de telles latitudes. En revanche, une plus grande attention sera portée aux espèces du genre Mallomys de la famille Muridae, des rats caractérisés par leur fourrure aux poils très longs et une alimentation similaire composée de fruits, de pousses de bambou, de vers de terre et d’écorce d’arbres. En effet, à l’exception du wakeabu (non identifié) qui vit proche des rivières et habite généralement les cavités rocheuses et même celles de la région karstique, les trois autres espèces nichent exclusivement dans la forêt dense. Reste que le Rat laineux de Rothschild temapo (Mallomys rothschildi) a la particularité selon les Kasua de pouvoir occuper différentes habitations : terrier, cavité des arbres, nid de brindille, alors que le solitaire Rat laineux de Vis sowagulu (Mallomys aroaensis), de teinte plus rousse et de taille plus grande – ce qui ne l’empêche pas d’être la proie appréciée des serpents –, n’habite que la base des arbres où il s’aménage une sorte de litière. Enfin, en se tournant vers la cime des arbres, attentif aux moindres bruits, on aura peut-être une chance d’observer le Possum pygméen natif de Nouvelle-Guinée, huga huga (Pseudochirulus mayeri), en train de se reposer de sa dense activité nocturne dans un nid de feuille, ou encore, de croiser le fameux menapo (Dendrolagus dorianus), véritable petit ours à la longue queue fourrée, dont le regard attendrissant émeut tant les Kasua qu’il leur est difficile de le chasser à l’arc sans verser des larmes. Ils le surnomment d’ailleurs tumu sena, le sommet de l’homme. J’ajoute qu’il est également le mammifère dominant par sa taille et son poids (pouvant atteindre 10 kg) de la faune « endémique » du mont Bosavi.

Les autres abele

11Les 37 autres mammifères identifiés sont reconnus en effet pour occuper une aire géographique moins restrictive. Certains se rencontrent autant dans les Basses-Terres que dans les hauteurs du piedmont du volcan, ou même à la lisière de la région montagneuse dite aselo. Aussi, à l’image de cette diversité spatiale (qui constitue de fait une zone écologique transitionnelle au-delà de laquelle se développe la faune des montagnes, cf. Menzies 1991 : 1-21), cette faune présente une plus grande variété non seulement au niveau des familles zoologiques, mais aussi au niveau des espèces d’un même genre. Cette plus grande diversité conduit les Kasua à retenir dans le processus d’identification d’autres caractéristiques que la seule habitation.

Les abele des « i »

12Les cavités des arbres situées à plus basse altitude connaissent de plus nombreux visiteurs aux comportements et aux aspects bien différents. Le plus volumineux est sans aucun doute sikie (Pseudochirops corinnae). Il est aussi aux yeux des Kasua l’animal solitaire le plus « paresseux ». À la différence de son congénère, nommé abeloluwe (Pseudochirops cupreus), s’activant dans les terriers des autres, sikie préfère dormir des journées entières sur une même branche à laquelle il se maintient grâce à sa queue très musclée. En cela, il se distingue nettement de ses voisins de cavités qui manifestent une très grande vivacité. Il y a, tout d’abord, les nombreuses espèces Melomys de la famille Muridae, petites souris grimpant au tronc si rapidement qu’elles découragent tout aussi rapidement les plus jeunes chasseurs kasua. Plus étonnantes, les trois espèces de la famille Petauridae dont deux volent d’arbre en liane grâce à leurs membranes que les Kasua nomment ebi, ailes. Présentant toutes deux une morphologie analogue et des comportements similaires (elles vivent en groupe, sont très bruyantes et bagarreuses), les Kasua différencient l’espèce yakolo (non identifié) du Phalanger volant fuba par la mauvaise odeur de ses sécrétions cloacales. La troisième espèce wananie, le Possum rayé (Dactylopsila trivirgata), même si elle ne vole pas, est toute aussi singulière par sa robe striée noir et blanc et, surtout, par la possession d’un quatrième doigt beaucoup plus allongé. Enfin, les derniers habitants qui rivalisent de vivacité sont les deux seules espèces mammaliennes « carnivores » du territoire kasua, appartenant à la famille Dasyuridae. Ces deux espèces sont reconnues pour leur férocité et leur habileté à imiter le bruit de leur future proie, comme siffler pour attirer les oiseaux. De taille relativement petite (environ 30 cm), avec un museau très pointu qui les rapproche de nos furets des campagnes, les Kasua distinguent les deux espèces par leur manière d’évoluer dans la forêt : la Souris marsupiale de Lorentz sasepe (Neophascogale lorentziï) serait très active à terre comme dans les arbres, alors que le Chat marsupial de Nouvelle-Guinée kinika (Dasyurus albopunctatus) aurait plutôt tendance à se cacher, immobile, derrière les feuillages.

Les abele des « bibi »

  • 16 A titre anecdotique et confirmant son statut de référent, lorsque je présentais sur photo un éléph (...)
  • 17 Ce bandicoot a un museau exceptionnellement long, ce qui laisse penser aux spécialistes de la zool (...)

13Les mammifères, qui se font des terriers, des « nids » ou des litières à la base des arbres ou dans le creux d’une souche, représentent un nombre de familles zoologiques beaucoup plus restreint, tout en présentant une densité de population plus élevée. Parmi le plus imposant et aussi le plus atypique, nous retrouvons tout d’abord, le porc Sus scrofa papuensis. Sous le même générique, kopolo, les Kasua distinguent en fait les porcs des basses montagnes caractérisés par leurs soies noires, et ceux des Basses-Terres, dont la couleur de la robe peut être plus ou moins blanche. Cette variation, certes remarquée, n’en reste pas moins assez minime pour ne pas les nommer distinctement. En effet, quels que soient leur couleur et le lieu de leur divagation, ils partagent bien une morphologie similaire et surtout exceptionnelle au regard des autres habitants de la forêt, ce qui leur vaut d’être considérés comme la référence des « abele sosolo », les plus gros gibiers16. Leur originalité ne se limite pas à leur corpulence. Déjà un lien de filiation les relie puisque les Kasua considèrent que le porc des montagnes, nommé également sowa, est le « père » de tous les porcs. Leurs comportements alimentaires participent également à leur excentricité zoologique, puisqu’ils représentent les seuls abele omnivores reconnus pour être, d’une part, charognards et, d’autre part, assez féroces pour s’attaquer à un homme qui l’aurait surpris ou menacé. Ainsi, aucune commune mesure ne peut être établie avec les deux espèces de la famille Phalangeridae aussi dociles que discrètes, puisqu’elles s’activent exclusivement la nuit pour trouver les fruits dont elles s’alimentent. Cette vie nocturne explique pourquoi les Kasua trouvent le Couscous terrestre kiba (Phalanger gymnotis) toujours recroquevillé dans son « bibi » durant la journée ou le Couscous de la Sonde inimi (Phalanger orientalis), immobile et caché dans les racines adventives des arbres. Leur nonchalance, expressive de leur métabolisme ralenti, contraste avec le tempérament beaucoup plus dynamique des bandicoots (pourtant reconnus pour être des animaux nocturnes), ou des rats géants majoritairement omnivores. Par ailleurs et si l’on excepte le petit Péramèle roux ebono17 (Echymipera rufescens) qui cache volontiers sa famille dans des galeries souterraines, leur rencontre est plus fréquente. Certains Péramèles épineux comme tali (Echymipera kalubu) ou kasela, friands des fruits cultivés, évoluent ainsi dans les essarts ou les jardins de pandanus. Parmi les espèces de la famille Muridae, le rat géant, sowakele (Hyomys goliath), considéré comme le « frère de l’homme », est sans aucun doute le plus imposant (il peut peser jusqu’à 1 kg). Ses incisives comme celles du topone (Uromys caudimaculatus) sont utilisées pour limer les outils. Enfin, dépourvu de ces défenses naturelles, le plus petit de cette famille (10 cm) et le dernier des représentants de cette catégorie n’en reste pas moins le plus ingénieux. Selon les Kasua, seyakami (Pogonomys loriae) se moque d’eux en s’assurant systématiquement, dans l’aménagement de sa tanière souterraine, une sortie de secours qu’il camoufle avec des feuilles et des brindilles !

Les abele des « wabe »

14À l’exception du porc, aucun de ces mammifères, nocturnes pour la plupart, ne semble vouloir prendre le risque de dormir à découvert en pleine journée. C’est pourquoi la catégorie des animaux se contentant de s’étendre à la base d’un arbre est certainement la plus limitée et renferme seulement trois espèces de deux seules familles. En revanche, elle représente les animaux les plus surprenants aux yeux des Kasua, tant nombreux de leurs comportements sont similaires à ceux des humains. Il y a tout d’abord les deux espèces de kangourous arboricoles de la famille Macropodidae, dont la morphologie est si distincte qu’il est impossible de les confondre. Ainsi, wekisa (Dendrolagus spadix), espèce très rare que l’on ne rencontre a priori que dans la région du Grand Plateau (Flannery 1990 : 103 ; Menzies 1991) et dont la présence est synonyme de faible densité humaine, a une fourrure brune et une longue queue fourrée, striée de poils blond et roux, alors que le kabeya (Dorcopsis luctuosa) revêt une robe uniformément blonde et pâle. Par ailleurs, le premier évolue le plus souvent dans les bas feuillages des piedmonts du volcan ou à la lisière de la montagne, en s’agrippant aux lianes, tandis que le second, exclusivement terrestre, fréquente plus volontiers les Basses-Terres. Ils ont toutefois en commun de partager non seulement une vie familiale, mais aussi une vie de groupe. Selon les Kasua, les wekisa, à la « démarche des hommes et des femmes », peuvent se réunir sur un même arbre « pour contempler la vue tout en discutant ensemble » et les kabeya, « se retrouver à une vingtaine pour danser, se caresser avec leurs mains d’hommes », voire même « s’adonner en groupe à des rapports homo-et hétérosexuels ». Cette vie sociale intense n’est certainement pas partagée par les peyo, même si leur densité de population est aussi élevée. Les Kasua reconnaissent néanmoins que les peyo bobone vivent fidèlement en couple. Leur vie est également moins tumultueuse ; elle gagne en altitude. En effet, les peyo aiment se percher dans la cime des plus hauts arbres de la canopée pour mâcher inlassablement les jeunes pousses dont ils aspirent la sève. Et si l’un d’entre eux s’aventure à proximité des habitations humaines, la mère des peyo ne manquera pas de les prévenir du danger en émettant des petits cris. À l’image du Dendrolague de la montagne Bosavi, le peyo domine par les hauteurs qu’il arpente les mammifères de basse altitude et, par là même, le surprenant animal qu’est le casoar, considéré par les Kasua comme un abele et non comme un oiseau, partageant avec la tribu le même générique : kasua.

Les kasua (les casoars)

  • 18 Par exemple les Mianmin (Gardner 1984), les Umeda (Gell 1975), ou les Ankave (Bonnemere.comm.pers)

15La place particulière des casoars au sein de la taxonomie des « gibiers mammifères » ne surprendra aucun des lecteurs familiers à l’ethnozoologie de la Papouasie. Les Kasua, à l’image des Kalam, et de bien d’autres populations papoues18, n’ont pas échappé aux interrogations que suscite zoologiquement cet étrange animal des forêts. Car les Kasua en conviennent, « il ne ressemble ni au kopolo, le porc, ni au obei, le Calao papou, bien qu’il ait la même chair que celle des oiseaux ». L’originalité de la perception kasua va résider dans l’explication qui fonde l’atypisme taxonomique accordé à l’animal : celle-ci n’est ni symbolique, ni sociale ; elle est purement écologique ; « elle est une histoire d’oiseaux », comme aiment le répéter les Kasua. En effet, pour eux, seule l’avifaune est responsable de la place singulière octroyée au casoar. Ce mythe, confirmant la sensibilité éthologique kasua, en révèle les raisons avec une logique écologique surprenante : Autrefois, le kasua était un grand oiseau qui volait. Il régnait en maître sur les fruits des arbres car, dès qu’il se perchait sur les branches, ses ailes ne laissaient plus de place aux autres oiseaux. Aussi, affamés, ces derniers se réunirent pour discuter de leur situation. « Le kasua mange tous les fruits, nous devons faire quelque chose ! Toi, usunu (Harpyopsis novaeguineae), ne pourrais-tu pas lui faire une farce ? » L’Aigle de Nouvelle-Guinée refusa prétextant qu’il était trop grand. Ils demandèrent alors au Martin-Pêcheur sacré isama (Todiramphus sanctus) qui accepta de se prêter à une plaisanterie. Il s’envola et rejoignit le casoar qui était assis dans la cime d’un arbre. Isama le salua et se plaignit aussitôt qu’il avait faim. Mais le casoar lui répondit qu’il n’avait rien à manger. Le martin-pêcheur se rapprocha de lui et se plaignit à nouveau : « J’ai chaud, ne pourrais-tu pas te pousser un peu ? » Le casoar se déplaça. Isama se plaignit à nouveau : « J’ai encore chaud, pousse-toi davantage ! » Le casoar refusa tout d’abord, mais, sous l’insistance du petit oiseau, il se déplaça à nouveau atteignant le bout de la branche, qui, desséchée, se cassa sous son poids. Le casoar tomba, se brisant les ailes contre le tronc et les branches. L’isama battit des ailes pour exprimer sa joie ! Puis, il s’adressa au casoar : « Nous allons enfin pouvoir manger. Maintenant, tu resteras au sol et tu ne mangeras que les fruits qui tombent à terre. »

  • 19 Ces deux critères ne sont pas reconnus par les zoologues. En revanche, les Kasua savent que les mâ (...)
  • 20 Ce dimorphisme est en revanche reconnu par les ornithologues, cf. Coates (1985 : 58)
  • 21 Ce que j’ai pu observer par moi-même.

16Victime de sa corpulence et de son appétit jugés par trop « anticoncurrentiels » pour le tolérer dans la niche écologique de l’avifaune, le casoar se voit ainsi déchu par ses pairs de sa condition d’oiseau des cimes. Sa chute rendra la sentence irréversible : en se brisant les ailes, le casoar se condamne à n’évoluer que sur terre. Aussi, par sa nouvelle motricité – les Kasua considèrent qu’il n’a pas d’aile –, ses dimensions morphologiques dignes des gros mammifères qui n’existent précisément pas en Papouasie (plus de 80 kg et pouvant atteindre 1,80 m de haut), et surtout sa nouvelle occupation spatiale, le casoar va s’assimiler aux animaux terrestres, et plus particulièrement aux abele. Cette assimilation zoologique se confirme d’ailleurs par son intégration dans la classification des animaux les plus chassés : les mammifères. Cependant, son statut taxonomique au sein de la systémique trahit sa personnalité unique en se rapprochant d’une véritable et autonome taxonomie primaire. En effet, le taxon nommé kasua, terme générique appliqué à l’animal de la famille Casuariidae, renferme deux espèces reconnues comme telles, c’est-à-dire comme unités de base nommées distinctement par un seul lexème, auquel est rajouté dans certains contextes excessivement rares un second élément pour différencier les femelles des mâles. Par ailleurs, ils leur attribuent – comme c’est le cas pour les cochons – un lien de parenté considérant le Casoar de Bennett (Casuarius bennetti), portant deux noms ikepe ou encore auwako – très proche de son nom kaluli auwa – comme l’ascendant maternel du Casoar à casque (Casuarius casuarius) nommé diwi. Cette singularité n’empêche pas de retrouver le même principe procédant à l’identification des espèces abele, c’est-à-dire la définition géographique de la niche écologique. Ainsi ikepe, la mère de tous les casoars, est reconnue pour habiter exclusivement la montagne Bosavi et la région karstique, et diwi, pour n’évoluer que dans les Basses-Terres et les basses altitudes des piedmonts du volcan. À cette reconnaissance de l’occupation spatiale différenciée, s’ajoutent des caractéristiques morphologiques dont la distinction est si marquée qu’il est impossible, même pour un profane, de confondre les deux espèces (cf. planche 5). Ainsi, si tous les deux ont un casque sur la tête, nommé tumu, utilisé pour se frayer un chemin dans la broussaille forestière, celui du auwako est si aplati que les Kasua considèrent qu’il n’en a pas, en comparaison avec celui du diwi pouvant mesurer plus de 20 cm de haut. Plus remarquable est l’absence de caroncule, nommée bosa, à la base du cou uniformément bleu du casoar des montagnes. En effet, le diwi possède de une à plusieurs bosa de couleur rouge qui se détachent de sa membrane granuleuse aux couleurs aussi vives que variées : bleu, rouge, orange et jaune. D’ailleurs, c’est d’après le nombre de caroncules que les Kasua sont à même de reconnaître les femelles nommées diwi kanin, des mâles diwi wagutulu, puisque les mâles n’en seraient dotés que de deux et de petite taille, alors que les femelles peuvent en avoir de trois à cinq. Le bec assimilé à un museau mibi, et le casque, plus petit chez les mâles, confirmeront l’identification du dimorphisme19. Enfin, leur taille constitue le dernier critère distinctif et le plus efficace dans la pénombre forestière. La hauteur du casoar des montagnes – dont l’évaluation permet aux Kasua de distinguer les femelles nommées auwako tutumeni, toujours plus grandes que les mâles, nommés auwako kanetoya20 – ne dépasse pas le 1,20 m, tandis que le diwi peut atteindre 1,80 m. Les Kasua affirment que ce dernier a des pattes plus rapides et beaucoup plus puissantes lui permettant de traverser les fleuves des Basses-Terres21. Une caractéristique que le mythe suivant, dont l’action se situe à la frontière de la région karstique et des Basses-Terres– autrement dit à la frontière de la répartition géographique des deux espèces –, nous explique : Un homme plaçait des pièges à trappe sur le passage des casoar s qui venaient se nourrir des fruits du palmier keteba, quand il aperçut une pluie diluvienne qui s’abattait au loin. Il décida de rentrer chez lui, mais sa course fut ralentie par la tombée de la nuit. Il entrevit alors une lumière dans la forêt. Il s’en approcha et découvrit un homme près d’un abri en train d’entretenir un immense feu. Ce dernier lui demanda d’où il venait, et l’homme lui raconta qu’il avait creusé des trappes à casoars près d’un palmier. L’homme lui proposa à manger et une place pour s’étendre : le chasseur s’endormit. Profitant de son sommeil, l’hôte, qui s’avérait être un casoar, procéda à un échange de leurs jambes. Il essaya sa nouvelle ossature et constata qu’il courait avec plus de rapidité et de puissance. Ravi, il partit dans la forêt et prévint les siens que des pièges avaient été posés. A l’aurore, le chasseur se réveilla et ressentit soudain des difficultés à se lever tant ses jambes étaient lourdes. Il les regarda et vit que ses os n’étaient pas les siens. L’abri avait disparu, il était allongé près d’un palmier. Le foyer avait également disparu et des excréments de casoar jonchaient le sol à la place des cendres.

  • 22 Lors de mes marches dans la forêt des Basses-Terres, j’ai eu très souvent le privilège de croiser (...)

17La puissance de ses jambes volées à l’humain permet ainsi à cette espèce, dont la densité de population m’est apparue beaucoup plus élevée dans les Basses-Terres22, d’échapper plus facilement que son congénère de la montagne, aux traques humaines ou canines. C’est là, sans doute, le seul comportement qui les différencie, sinon les deux espèces montrent des attitudes et des mœurs similaires. Ainsi, comme s’en réjouissait le petit martin-pêcheur, elles se nourrissent essentiellement des fruits tombés à terre. Ces derniers sont très variés puisque les Kasua identifient 183 types de fruits différents, dont ceux à l’épicarpe particulièrement dur qu’ils sont les seuls à pouvoir ingurgiter. Les Kasua le précisent, « ils ne mâchent pas les fruits, ils les avalent (guna), puis ils les rejettent par leur cloaque, comme les femelles rejettent leurs œufs. À la seule observation de leurs excréments (idi), nous sommes capables d’identifier le fruit qu’ils ont mangé et qui est déjà en train de germer car le ventre des kasua est chaud. » Leur goût prononcé pour certains fruits – les mêmes que mangent les hommes – participe selon les Kasua à leur comportement territorial. Celui-ci s’affirme aussi lors des accouplements qui interviennent toujours dans un même endroit nommé kasua koya situé sur le territoire du mâle. Le couple va ensuite constituer un nid de brindilles de 1 m de circonférence qui accueillera les œufs que le mâle a la charge d’incuber car, suite à la ponte, la femelle délaisse son compagnon et sa progéniture pour rejoindre sur un autre territoire, un autre mâle. C’est donc également le père qui assurera, seul, l’éducation des jeunes casoars au plumage blond doré ou rayé et au sifflement immature. D’ailleurs, le casoar prend à cœur cette paternité et est capable de charger tout intrus venant menacer sa progéniture avec son doigt armé de serres aussi tranchantes que des pointes de lance. Ce n’est qu’après deux années de bons enseignements que les jeunes oiseaux pourront évoluer indépendamment. D’après les Kasua, seules les descendantes femelles quitteront le territoire paternel à la rencontre de mâles étrangers.

LES ANEMA : (LES OISEAUX)

18En reléguant les casoars dans la catégorie des abele, autrement dit, en excluant l’élément le plus atypique de son groupe, l’avifaune se présente, à l’inverse de la catégorie des mammifères devenue hétéroclite, comme une catégorie animale bien homogène. Tous les spécimens répertoriés sans exception exhibent les trois critères déterminant leur ordre : des plumes nommées fano, le chant nommé kaya que la plus grande majorité des Kasua est capable de reproduire avec une grande justesse, et enfin les ailes, ebi, leur conférant le pouvoir de voler, et ce, quelle que soit la hauteur de l’envol. Cette conformité entendue, la catégorie des anema : montre sans commune mesure avec la catégorie des abele une plus grande diversité biologique restituée par la centaine de taxons qu’elle inclut. Cette diversité est également reconnue et identifiée, puisque précisément sur les 114 taxons terminaux, 113 correspondent effectivement à des espèces. La seule exception, sur laquelle nous reviendrons, concerne le Paradisier à gorge d’acier auquel les Kasua attribuent deux termes distincts correspondant au mâle et à la femelle (cf. planche 7).

  • 23 Il est intéressant de noter que la mythologie kaluli dispose du même mythe (Feld 1991), à la diffé (...)

19Ainsi, chaque oiseau reçoit un nom qui lui est propre. Cependant, « recevoir » n’est pas toujours le verbe approprié : plus d’une vingtaine d’entre eux s’auto-désignent par leur chant, et les Kasua ne font, précisent-ils, que reproduire leur nom. Chanté ou prononcé, il constituera néanmoins comme tous les autres noms, dont 40 % sont polysémiques – ces noms sont portés par d’autres animaux, des humains et des végétaux –, le terme générique de l’espèce isolée. Sa reconnaissance se fondera parfois sur une infime variation à la mesure de l’immense variété de cette avifaune représentant une trentaine de familles zoologiques, dont certaines renferment plus d’une dizaine d’espèces d’un même genre. Aussi au-delà de son chant, une simple tache de couleur au front, sur le bec ou encore sur le contour de l’iris, ou les pattes, constituera « le » détail caractéristique de l’oiseau ; et jamais, aussi mince soit-il, ce détail n’échappera aux regards des Kasua : la disposition différentielle des couleurs sur le corps des oiseaux est dans beaucoup de cas la seule discontinuité reconnue avec le chant ; elle sera commentée systématiquement en ces termes : « Lors de la bataille avec les chiens, ses pattes sont tombées dans le pandanus rouge, lui, c’est son bec qui a été trempé dans le récipient, lui en revanche a juste était éclaboussé par le pandanus jaune, etc. » En fait, seule la couleur quasi monochrome des plumages du Cacatoès noir et du Calao papou reçoit une explication particulière, dont le récit suivant nous révèle le caractère taquin conféré à l’avifaune : Le Cacatoès noir, kotin (Probosciger aterrimus), le Calao papou, obei (Rhyticeros plicatus), et le Cacatoès à huppe jaune, hayan (Cacatua galerita), partaient ensemble se laver à la rivière. Kotin et obei avaient alors un plumage blanc et le hayan un plumage noir. Kotin se déshabilla entièrement et posa ses plumes sur le rocher, tandis qu’obei préserva les plumes de sa queue. Hayan se dépluma également. Mais au lieu de plonger dans l’eau pour rejoindre les deux oiseaux, il s’empara de leurs plumes blanches et s’envola. Leur toilette terminée, l’obéi et le kotin sortirent de l’eau et ne trouvèrent sur la rive que les plumes noires abandonnées par le cacatoès dont chacun se revêtit23.

  • 24 Sur les 114 oiseaux, quatre espèces seulement sont regroupées sur la base de leur couleur similair (...)

20Les couleurs témoignent incontestablement aux yeux des Kasua de « l’extraordinaire invention de la nature » (Haudricourt, com.pers.) ! Si elles sont effectivement des indices de différenciation, elles constituent fort rarement des critères inclusifs24. L’avifaune en effet, à la différence des abele, se prête « plus facilement » selon les termes kasua, à des regroupements d’espèces. Les Kasua en ont reconnu 14 au contenu fort variable, portant chacun le nom de l’animal de référence, et correspondant pour la plupart aux familles zoologiques. Reste que ces divisions ne se traduisent pas dans la nomenclature. En effet, à l’exception des binominaux formés seulement pour distinguer dans les contextes qui l’exigent les mâles des femelles des espèces d’oiseaux dimorphiques, chacun des 106 taxons restants est nommé par un lexème « unitaire ». Cette absence de correspondance s’explique, là encore, par le fait que le principe régissant la systématique des oiseaux ne repose pas sur une hiérarchie morphologique, mais sur la distribution spatiale, et plus précisément la distribution verticale entre les oiseaux de terre et les oiseaux des cimes.

Les beleya anema :

21Dire d’un oiseau qu’il est un beleya anema : ne présuppose pas de son incapacité à voler. Cela signifie seulement qu’il niche ou évolue essentiellement sur terre. Cette caractéristique écologique concerne 25 espèces réparties dans cinq groupes. Le plus connu de l’ethno-écologie, et aussi le plus important dans la diète kasua, est sans aucun doute celui formé par les fameux mégapodes, regroupés sous le nom de la Talégalle des Arfak seke (Aepypodius arfakianus) qui présente la morphologie la plus atypique puisqu’elle est la seule de la famille Megapodiidae à être dotée comme le casoar de caroncules rouge et blanc. En revanche, elle partage avec les quatre autres espèces de son groupe une alimentation composée de vers de terre, d’insectes et de quelques petits fruits et, bien sûr, la particularité des mégapodes de s’aménager des nids d’incubation pouvant mesurer plus de 2 m de circonférence dans lesquels les œufs sont disposés en cercle et protégés des prédateurs par les mâles. La géométrie du nid, nommé tumu, comme sa composition matérielle permet aux Kasua de reconnaître, en l’absence des oiseaux, l’identité des mâles bâtisseurs. Les deux espèces du genre Talegalla, se différenciant uniquement par la couleur de leurs pattes, utilisent comme le seke des feuilles et des brindilles, alors que le fakotapi (Megapodius Freycinet) et son congénère des montagnes, kananu, caractérisés tous deux par leur petite crête, nommée besa : fano (plumes de l’ombre de la tête), utilisent de la terre. Cette originalité, à laquelle s’ajoute la forme pyramidale que revêt leur construction, se légitime aux yeux des Kasua par le fait qu’ils utilisent le même nid plusieurs années de suite. Iloko (Megacrex inepta) – le Râle géant de Nouvelle-Guinée et représentant de la famille Rallidae – préfère, comme les quatre autres espèces de la catégorie à laquelle il donne son nom, nidifier dans les palmes des sagoutiers tombées à terre. Reconnu pour être le plus peureux des cinq, il se marginalise également par son plumage uniformément noir, alors que les autres râles aux longues échasses ont un plumage plus varié parfois rayé. Cependant, tous évoluent rapidement, toujours en petits groupes de plus de cinq, en quête d’insectes, comme la petite Caille australe kabule (Coturnix australis), représentante des plus petits oiseaux restant sur terre. Ce comportement social étendu les distingue ainsi des neuf pigeons, tourterelles et colombines terrestres de la famille Columbidae formant le groupe faon d’après le générique de son plus grand membre : le pigeon-faisan ou Otidiphaps noble (Otidiphaps nobilis). Ces oiseaux sont reconnus en effet pour ne vivre qu’en couple et ne quitter leur nid aménagé dans les troncs pourris des arbres ou des sagoutiers que pour aller trouver les fruits et les petits insectes dont ils s’alimentent. Exhibant chacun une particularité colorée qui leur est propre, par exemple le contour de l’œil bleu pour la Géopelie à nuque rousse eletomo (Geopelia humeralis), le front tacheté de blanc pour la Colombine d’Etienne tumu (Chalcophaps stephani), ou encore la poitrine jaune de la petite Gallicolombe bulutiya (Gallicolumba rufigula), ces oiseaux ont en commun de mesurer une taille similaire atteignant 20-30 cm et d’avoir un plumage assez sombre. Ces deux dernières caractéristiques partagées expliquent pourquoi le magnifique et grand (75 cm) Goura de Victoria misini (Goura sheepmakeri), aux couleurs bleues et doté d’une splendide crête effilée, n’intègre pas le groupe des faon, même si les Kasua reconnaissent que sa morphologie le permettrait. Cet oiseau, redécouvert lors de la migration, est ainsi le seul oiseau terrestre à être isolé, victime de sa majesté qui rivalise avec celle de nombreux oiseaux des cimes.

Les tumu anema :

22Les branches des arbres de la canopée constituent en effet les perchoirs privilégiés des plus beaux oiseaux que connaît le territoire kasua. Certains arbres peuvent même attirer plusieurs espèces d’entre eux, d’autres peuvent perdre brusquement la couleur verte de leur feuillage pour se recouvrir de la teinte du plumage des innombrables oiseaux qui viennent s’y poser simultanément ; enfin, certains entendent le silence qu’impose leur stature, s’animer du chant colporté par un visiteur fugace. Véritable refuge de l’avifaune, la canopée s’enrichit ainsi de nouvelles couleurs, de nouveaux sons, d’une excitation qui contraste avec la nonchalance de ses habitants mammaliens !

  • 25 L’ornithologie le classe également dans une autre famille nommée Bucerotidae. Un autre terme désig (...)

23Quatre-vingt-neuf espèces d’oiseaux d’une vingtaine de familles zoologiques participent à cette animation qui se renouvelle quotidiennement chassant tout sentiment de lassitude. Les Kasua les répartissent dans dix sous-regroupements qui se fondent sur une morphologie similaire, associée à une même alimentation et à une proximité des comportements éthologiques. Ainsi, parmi les plus expressifs, nous rencontrons les dix perroquets de la famille Psittacidae et le Cassican à tête noire (Cracticus cassicus) de la famille Cracticidae réunis sous le nom de l’ obéi, générique du Calao papou, pourtant reconnu par les Kasua comme différent25 car, affirment-ils, il est le seul à avoir un esa, une poche dans sa gorge pour engranger les fruits et les régurgiter aux oisillons qu’il enferme avec leur mère dans une cavité. Cet atypisme souligné, l’ obei exemplifie, tout en l’exacerbant, le critère inclusif à ce regroupement : le bec, nommé bi. Ce petit mythe nous relate son histoire ; L’hayan (le Cacatoès à huppe jaune) était perché sur une branche quand un obei vint s’asseoir près de lui et lui proposa de lui épouiller la tête. L’hayan accepta avec joie et s’endormit sous les gestes du obei. Celui-ci tenta de le réveiller, mais en vain. L’oiseau endormi n’entendit pas ses appels. Vexé, l’obéi s’envola chercher des excréments de porc et en recouvrit le bec du cacatoès. À son réveil, l’hayan constata ce que lui avait fait l’obéi et poussa un immense cri de colère. Décidé à se venger, il s’envola à la rencontre du Martin-Chasseur de Gaudichaud, konona (Dacelo gaudichaud) pour lui confier l’histoire de son bec. Le konona, compatissant, accepta de le venger. Il coupa un bout de la liane épineuse atenane (Calamus longipina K. Schum.) et alla s’asseoir près du obei. Il lui proposa de l’épouiller, ce qu’accepta l’obei qui comme le hayan s’endormit. Le konona sortit alors la liane et creusa les plissements sur le bec du obei. Pris de douleur, l’obei se réveilla et poussa un cri de colère avant de s’envoler. Le hayan vit alors le bec du obei et comprit que vengeance avait été faite. Pour remercier le konona, il lui offrit un collier de coquillage blanc que l’oiseau passa à son cou.

  • 26 Terme attribué à la hache utilisée spécialement lors de la chasse à la tête dont l’embout est effe (...)

24Les plissements – (cf. p. 89) dont le nombre révèle son âge – et la grandeur exceptionnelle de son bec, en font ainsi le véritable emblème de cette catégorie, même si ses propriétés ne sont nullement partagées par les autres membres. En effet, tous les autres spécimens, que ce soit l’impressionnant Cacatoès noir kotin, auquel le chant félin comme la crête noire ébouriffée donnent un air de « rocker », le perroquet bosake (Psittrichas fulgidus), aux allures de dignitaire dont le plumage rouge et noir est aussi tranché que son chant, ou encore Le lori tricolore yeni (Lorius lory) à la poitrine sanguine, et le Micropsitte à tête fauve mutunu (Micropsitta pusio) nichant dans les termitières, tous en effet, sans oublier le Cassican kelebo noir et blanc au bavardage rivalisant de notes différentes, présentent un bec massif et crochu. Celui-ci est surnommé kalo môwa, du nom de la pierre avec laquelle les hommes-arbres avaient troué la cime et dont Sito s’empara pour l’offrir à ces oiseaux qui s’en servent effectivement non seulement pour creuser des cavités dans les arbres où ils nidifient, mais aussi pour s’alimenter et casser les épicarpes dures de certains fruits complexes. En revanche, les martins-pêcheurs et les martins-chasseurs n’ont pas profité d’un tel don, même si leur bec est fort impressionnant. Les cinq espèces de la famille Alcedinidae sont donc regroupées à part, sous le nom du fameux konona dont la couleur blanche du cou rappelle le collier reçu du hayan. Comme nos ornithologues, les Kasua distinguent les martins-chasseurs comme le konona ou le sakie (Melidora macrorrhina) qui se nourrit d’insectes et de fruits et dont le chant puissant annonce aux Kasua le crépuscule et l’aurore, des martins-pêcheurs, comme le gracieux wemini (Ceyx lepidus), qui se nourrit donc de poissons. Si les Kasua souhaitent d’ailleurs pêcher des anguilles, ils suivront son envol, car l’oiseau est reconnu pour en être friand, et donc surveiller ses moindres mouvements ! Plus calmes et d’une population plus élevée (Bell 1975), nous retrouvons les membres de la famille Colombidae, représentée par le grand Carcophage vert qui roucoule son nom : « tu...tumu », (Ducula pinon). Cette catégorie renferme de nombreux taxons : 7 Carcophages, appartenant comme le tutumu au genre Ducula, et 6 magnifiques colombes colorées du genre Ptilinopus, dont le Ptilinope mignon muni (Ptilinopus pulchellus), devenu célèbre grâce aux travaux de Feld (1982), est le plus petit représentant. Au-delà de la taille et des couleurs qui les distinguent, les premiers étant plus ternes et plus grands, ces oiseaux ont en commun de nidifier sur les branches des arbres élevés et d’être frugivores. Ils sont ainsi perçus comme les concurrents directs des paradisiers frugivores de la famille Paradisaeide, classés dans le groupe nommé mata, d’après le générique du fameux Paradisier de Raggi (Paradisae raggiana). Cette catégorie n’inclut que 4 espèces de paradisiers parmi les 6 présentes sur ce territoire : mata donc uwalo, le Paradisier à gorge d’acier bleu (Ptiloris magnifions) ; akopo, le Paradisier royal rouge (Cicinnurus regius) ; enfin, fele, le Paradisier magnifique jaune (Cicinnurus magnifions). Ces espèces sont effectivement les seules à présenter un dimorphisme très accentué, traduit dans les couleurs et les comportements, qui reçoit une interprétation et un traitement similaires. Ainsi, chaque mâle mature des 4 espèces, exaltant de vives couleurs et surtout des queues nuptiales ou caudales nommées toa ou idibobolo (anus-vagin), est considéré comme une vieille femelle ménopausée. Leur désignation le signale puisque au lexème de référence est ajouté le terme yo, qui signifie « vieille mère ». Les femelles zoologiques aux couleurs ternes sont quant à elles considérées comme des adultes des deux sexes, appelés isa, chargés de prendre soin des juvéniles. Le comportement extraordinaire des paradisiers, interprétés par nos ornithologues comme des danses nuptiales participant à la sélection sexuelle, reçoit bien évidemment une interprétation foncièrement différente tout en reposant sur les mêmes faits observés. En effet, si la mata yo ou encore l’ akopo yo et la fele yo « dansent et chantent » régulièrement, après avoir nettoyé scrupuleusement la branche ou la base d’un arbre faisant office de lieu cérémoniel, « c’est pour transmettre aux oisillons, le savoir de la danse si spectaculaire que d’autres espèces viennent se joindre à l’assemblée admirative ». Ces espèces captivées par la cérémonie constitueront des proies faciles pour l’homme, mais aussi pour l’usunu, l’Aigle de Nouvelle-Guinée (Harpyopsts novaeguineae), autre rare prédateur de la forêt qui attaque ses victimes – oisillons et petits mammifères –, par la tête à l’aide des quatre serres charnues de ses pattes nommées tikolu26. La puissance de ses ongles, dont disposent les 9 autres espèces regroupées sous son nom, réside selon les Kasua dans leur matériau composé de la pierre môwa léguée là encore par Sito. Reste que seules les 4 espèces de rapaces de la famille Accipitridae sont vraiment craintes dont l’Autour sekehin (Accipiter poliocephalus), considéré comme le « grand frère » du kopolo itamo, car à la différence des 4 espèces de chouette au chant nocturne, leur appétit carnassier les active nuit et jour. L’ usunu et le sekehin ne représentent pourtant pas une menace pour le plus petit de tous les oiseaux de l’avifaune kasua, le Monarque nene (Myiagra sp.). En effet, ils sont considérés comme ses oncles maternels, le transportant parfois sur leurs ailes. Le petit oiseau a d’ailleurs une autre particularité. Il est aussi reconnu comme le plus virtuose, puisqu’il saurait imiter le chant de tous les oiseaux et les langues de tous les humains. Il constitue ainsi le représentant mélodieux du groupe le plus hétéroclite en renfermant 14 espèces de 9 familles différentes qui partagent comme trait commun une taille si minuscule que les Kasua ne daignent pas les chasser, même s’ils avouent admirer le Jardinier du Prince d’Orange pesene (Sericulus aureus), car il s’aménage un nid à allée, ou encore le Monarque perlé sosene (Monarcha guttula) pour son habileté à danser !

LES WAKALO (LES REPTILES SAURIENS)

25Si les oiseaux détiennent l’art de colorer de plumes et de sons la canopée, certains des 21 reptiles sauriens, regroupés dans la taxonomie wakalo, pourraient revendiquer celui de la plonger dans une temporalité illusoirement préhistorique. Il s’agit des varans, des iguanes, des lézards et du crocodile que les Kasua répartissent dans 2 sous-groupes réunis sous le terme pasieba, du nom de son plus stupéfiant représentant, le varan géant ou Crocodile monitor, Varanus salvadori (cf. planche 8). Mesurant plus de 4 m de long, il est également le chef de file des varans dits « sans crête dorsale », partageant trois autres caractéristiques : leur capacité, en dépit de leur corpulence proche de celle du crocodile subala (Crocodilus novaeguineae), d’évoluer autant dans la cime des arbres où ils nichent, que sur la terre et dans les rivières ; d’utiliser les nids des mégapodes pour incuber leurs œufs ; enfin, d’être des carnivores et, comme le pasieba, d’éventuels prédateurs d’enfants humains. Cette voracité n’est précisément pas prêtée aux espèces d’iguanes formant le second sous-groupe, même si leur apparence – trompeuse – les rapproche des dragons. Six espèces sont incluses présentant des particularités différentes. Ainsi nake, la plus grande d’entre elles, possède une poche à la gorge nommée yetu – terme générique pour le filet de portage. Certaines sont dotées de membranes leur permettant de voler ; d’autres comme les yababale (non identifié) s’amusent à imiter le chant à trois tons du Paradisier de Raggi. Enfin, wasokaniye (Hypsilurus sp.), le plus petit d’entre eux, est l’unique espèce à détenir une queue si longue qu’il lui a été possible de dérober le feu à la vieille créatrice Kebeaso, qu’elle conservait jalousement dans son vagin, pour l’offrir ensuite aux humains. Une générosité qui n’est pas prêtée à abagilie (Tiliquas gigas), le plus grand représentant du groupe hétéroclite des kabale (Tiliqua sp). Reconnu pour être le descendant du crocodile, mais aussi « la mère » de la Vipère mortelle de Nouvelle-Guinée heseke (cf. supra), abagilie découperait systématiquement le ventre de ses proies pour dévorer leur graisse. Ce comportement alimentaire n’altère donc en rien son immense rapidité à se mouvoir dans la forêt, et ce, à l’image des autres lézards de la famille Scincidae, qui ensemble quelle que soit leur taille, forment la quatrième catégorie des wakalo, les usuna du nom du plus familier d’entre eux. Leur vif tempérament, qu’ils soient terrestres ou arboricoles, du genre Prasinohaema ou Sphenomorphus, défie les plus jeunes chasseurs qui ne cessent de les traquer dans les demeures où ils s’aventurent régulièrement, car leur consommation leur est réservée. Un privilège alimentaire qui n’est certainement pas étendu aux swi.

LES SWI (LES SERPENTS ET LES ANGUILLES)

  • 27 Alors que son venin est très fortement neurotoxique, faiblement haemolytique, peut-être anticoagul (...)

26En effet, cette taxonomie ne renferme que des espèces dont la chair particulièrement graisseuse – comme celle des autres reptiles : varans, crocodiles, tortues – leur est strictement interdite. Cette spécificité anatomique, jouant ici de critère inclusif, explique en outre pourquoi sous le supra-générique swi, nous rencontrons, d’une part, les serpents formant le sous-groupe des swi mowa, c’est-à-dire habitant la forêt et auquel est rattaché le ver de terre, d’autre part, les 5 espèces d’anguilles classées parmi les hano swi, les swi aquatiques. Car, à cette chair singulière, s’ajoutent leur aspect longiforme, l’absence de pattes et enfin une extrémité cloacale. D’ailleurs, l’anatomie du cloaque contribue à répartir les 21 espèces de serpents, dans trois regroupements. Le premier groupe est nommé mokalo, d’après le générique du plus redoutable Python améthyste (Morelia amethistina) présent sur le territoire kasua, mesurant plus de 8 m de long (cf. planche 9). Il réunit les 6 autres espèces de la famille Boidae, dont le cloaque est dominé par un crochet. Pouvant être aquatique ou seulement terrestre, ces serpents partagent un certain nombre de comportements comme celui de s’enrouler seul ou à deux à des branches, d’utiliser les nids des mégapodes pour incuber leurs propres œufs, et enfin un appétit carnassier qui rend les pythons d’autant plus féroces que leur « irritabilité exemplaire », selon les Kasua, les conduit à observer un comportement diurne leur permettant d’étouffer aisément leurs proies puisque la majorité d’entre elles sommeillent le jour. Cette susceptibilité menaçante est également prêtée à l’ heseke, fameuse Vipère mortelle de Nouvelle-Guinée (Acanthropis sp.), qui niche au rez des sentiers. Elle regroupe sous son générique deux autres espèces dont le cloaque se termine par une sorte d’épine qu’elles font vibrer pour leurrer leur proie. De taille similaire (70 cm), seul heseke est reconnu pour renfermer dans son épine un poison nommé oya, considéré néanmoins comme seulement potentiellement venimeux27. Au regard de l’éventuel danger que représentent ces espèces, les 7 espèces du groupe sea (Dendrelaphis punctulatus), représentant arboricole de la grande famille des Colubridae, semblent bien inoffensives : elles « auraient peur de l’homme » ! Mesurant de 50 cm à 2 m de long, présentant un cloaque arrondi, certains de ces serpents auraient la particularité d’hiberner, d’autres d’éclairer les oiseaux pendant la nuit grâce à leur peau fluorescente, enfin tous de s’attaquer aux petites proies : rats, grenouilles et poissons. Aussi, par leur taille et leur couleur brunâtre, ces plus petits reptiles ophidiens se confondraient presque avec le ver de terre, wabele. Ce dernier présente en effet non seulement une forme longiforme, mais aussi une absence de pattes et surtout une extrémité cloacale. Reste que tout en partageant ces caractéristiques propres à la catégorie des swi, le wabele reçoit un traitement taxonomique original, en constituant un taxon isolé du sous-groupe des swi mowa. Plusieurs raisons sont avancées. La première, sur laquelle je reviendrai longuement, porte sur son origine « sitoesque ». En effet, Sito l’aurait créé pour constituer la nourriture des êtres vivants. Ses comportements participent également à son atypisme. Ainsi, son comportement alimentaire se distingue des serpents carnassiers, puisqu’il est reconnu pour être le « recycleur » de la forêt en décomposant tous les êtres inanimés (végétal, animal et minéral). Cette alimentation s’associe à un système digestif tout aussi particulier (le même prêté au casoar) qui consiste, nous nous en souvenons, à rejeter par le cloaque les aliments ingéré – c’est-à-dire morts – sous forme d’éléments actifs, ou en tout cas régénérés. Ce pouvoir, qui lui permet d’évoluer sous terre au gré de son « ingestion-rejection », est jugé indispensable à la régénération de la terre, car il assurerait sa respiration. Enfin, contrairement aux serpents qui « perdent leur peau », bebe (phénomène qui expliquerait leur longévité), les vers de terre ont une peau unique, lisse et au toucher graisseuse, ce qui les associe aux cinq types d’anguilles. Là, ne résident pas leurs seules ressemblances. L’Anguille bicolore hemesa (Anguilla bicolor) aurait le même système digestif, ce qui lui permettrait de remonter les cascades en avalant l’eau pour la rejeter par son cloaque, produisant ainsi une propulsion. L’anguille jaune swikea (en cours d’identification), caractérisée également par son cloaque de couleur rouge, surmonterait ce genre d’obstacle en le contournant par la terre. Elle aurait la capacité de se transformer en ver de terre.

27Cette séquence de transformation n’est pas sans nous rappeler celle relevée par Bulmer auprès des Kalam (1968), et elle prendra tout sens à la lecture de cet ouvrage. Son évocation suffira à cet instant pour expliquer pourquoi les anguilles ne sont pas classées parmi les poissons.

LES KEÏ (LES AMPHIBIENS)

  • 28 La Papouasie compte 6 familles d’amphibiens : 2 ont été introduites et ne sont représentées que pa (...)

28En revanche, le comportement biologique de certaines grenouilles, comme kulukalo (Litoria infrafrenata) de la famille Hylidae (ponte des œufs dans l’eau, développement en têtards, capacité de nager sous l’eau), laisse penser, pour les Kasua interrogés, « que les keï devaient être des poissons ». De fait, sur les 21 taxons terminaux représentant les 4 grandes familles amphibiennes papoues28, et à l’exception de l’espèce fossoriale kolabo reconnue pour être exclusivement terrestre (elle ferait même des terriers), toutes les autres grenouilles habitent à proximité des milieux aquatiques (cf. planche 9). C’est même d’après la qualité du biome d’eau douce que s’organise leur systématique. Ainsi, 7 espèces ne se rencontrent que dans les marais à sagoutiers ; 2 n’évoluent qu’aux alentours des petites sources d’eau ; 5 fréquentent les rivières et les torrents ; 3 ne vivent que dans les eaux de la montagne Bosavi. Enfin, parmi les 3 espèces jugées impropres à la consommation, soit parce que la taille est trop réduite ou l’habitat terrestre trop excentrique, une seule l’est du fait de l’exsudation vénéneuse qui se dégage de sa peau, le Crapaud buffle sumakiano (Bufo marinus). Reste qu’aucune méprise n’est possible, même durant les nuits au cours desquelles les jeunes filles et les enfants chassent les grenouilles à l’aide d’une torche de bambou, car au critère de l’habitat s’ajoute celui du chant propre à chaque espèce, or plus de la moitié d’entre elles chante son nom et trahit ainsi son identité !

LES EWALO (LES POISSONS)

29Ainsi, en évoluant aussi sur terre, les grenouilles perdent — ou ont perdu comme l’anguille swikea – la propriété propre aux êtres qui constituent la taxonomie des ewalo. Les 40 espèces de poissons, représentant plus d’une douzaine de familles zoologiques, et les écrevisses répondent toutes effectivement au seul critère inclusif à cette taxonomie : celui d’être hanoa tolu, c’est-à-dire d’être exclusivement aquatiques. Cette capacité d’évoluer continuellement submergé dans l’eau n’est pas originelle. Les Kasua affirment, en effet, qu’auparavant « les poissons étaient sur terre et que c’étaient les oiseaux qui vivaient dans l’eau. Mais ne pouvant se mouvoir, les fourmis leur dévoraient les yeux, tandis que les oiseaux n’arrivaient pas à nager. Aussi, ils convinrent de s’échanger leur habitat. C’est pourquoi certains oiseaux ont une queue semblables à celle des poissons, nommée d’ailleurs soame, et ont une alimentation similaire composée de vers de terre, d’insectes et de fruits tombés des arbres surplombant les rivières ». Comme le reste des animaux, chaque poisson est reconnu dans son individualité à travers la géographie de son occupation spatiale et de divers critères comme la couleur, la présence ou non d’écaillés, nommées bebe (mue), le comportement sous-marin, l’alimentation, etc. Il est également singularisé par un nom qui lui est propre, même si l’importance du polysémisme explique que le nom aux multiples sens soit suivi ou précédé par le terme générique ewalo. En fait, sur les 40 taxons, je n’ai relevé qu’un seul poisson nommé par un binominal, kopolo teliye, dont le second élément se réfère à un lexème d’un autre taxon : celui du Machoiran teliye (Arius latirostris). De morphologie similaire – ils appartiennent tous deux à la même espèce –, le kopolo teliye se distingue de son référent (le Poisson-Chat adulte) en présentant en tant que juvénile une plus petite taille et en émettant des grognements comme ceux des porcs, kopolo. Cette distinction anatomique et comportementale n’échappe pas à l’observation des Kasua qui, suivant le même processus de regroupement appliqué aux oiseaux et aux reptiles, répartissent l’ensemble de cette faune en six groupes nommés d’après une espèce type. Nous trouvons ainsi le groupe des tawanomo (Hephaestus fuli ginosus) renfermant les plus gros poissons à écailles comme les perches géantes, le Poisson-Lune de Papouasie elibane (Lutjanus goldiei) ou le Barramundi sabutibane (Lates calcarifer) ; celui des tatea (Mogurnda sp.) composés des gougeons et des gobis de la famille Eleotrididae ; celui des sesane (Elops hawaiensis) regroupant les poissons d’estuaire qui remontent les rivières toujours de conserve ; celui des Mulets à dos vert keninonu (Liza subviridis) dont tous les poissons sont de couleur argentée ; celui des auwanomo (Neosilurus ater), renfermant l’ensemble des silures de la famille Plotosidae dont les épines dorsales ona sont parfois vénéneuses, blessant les femmes et les enfants qui les pêchent à la main ; et enfin, le groupe teliye qui représente donc les poissons-chats dont la queue fourchue détermine le genre Arius (cf. planche 10). Mais à nouveau les Kasua insistent, « ce n’est pas d’après ces regroupements que nous reconnaissons une espèce, surtout si elles sont proches. Nous tenons compte tout d’abord du lieu où on la rencontre, si c’est en montagne ou sur les Basses-Terres, et surtout dans quelle “eau”, elle nage ». Et comme pour me persuader, ils invoquent ce mythe mettant en scène les plus gros poissons rencontrés dans les Basses-Terres, ceux-là même dont la découverte provoqua l’enthousiasme des migrants : Auwanomo, etenano (Neosilurus brevidorsalis), mato (le Silure equin Neosilurus equinus), elibane, sabutibane, wolube (Scleropages jardinii), teliye et fasa (Arius leptapsis) se trouvaient à l’embouchure des rivières Kana et Bamu. Chacun prétendait avoir vu le premier la feuille d’un taro sauvage gisant au bord de la rive, et ils se la disputèrent. Une bataille s’ensuivit : teliye reçut sur la tête un coup de tikolu ; fasa fut frappé par un bout de bois lui aplatissant le visage, mato fut assommé par un coup de palme, enfin auwanomo vit sa tête fissurée par une hache tranchante. Epuisés, ils renoncèrent à la feuille et remontèrent ensemble la rivière. Arrivés au confluent des deux rivières, ils se mirent à discuter et les espèces les plus proches convinrent de se séparer. Fasa choisit de remonter la rivière Kana et dit à teliye d’emprunter l’autre rivière ; mato et auwanomo firent de même ; le premier se dirigea vers Bamo et le second vers Turama.

  • 29 Les Kasua les assimilent ainsi comme les primatologues à ce que ces derniers qualifient de « trait (...)
  • 30 Il est bon de préciser que les premiers travaux zoologiques sur l’homosexualité des animaux confir (...)

30Véritable éloge au mécanisme de la spéciation allotropique chère à Darwin, ce mythe réitère avec éloquence le principe qui anime l’appréhension kasua de l’ensemble de la faune peuplant leur environnement : ce sont les animaux eux-mêmes qui organisent la gestion de leur territoire, en procédant à une distribution raisonnée de leurs niches écologiques respectives. De là, quel que soit son ordre, quel que soit son regroupement, chaque animal nommé – et tous, sans exception sont nommés, comme énumérés par les chiens mythologiques – est reconnu dans sa singularité et donc dans son individualité, indépendamment de toute relation humaine (ni la nomenclature, ni la classification ne traduisent les multiples usages ou les tabous alimentaires). Les comportements spécifiques participent de cette reconnaissance singulière29. À chaque catégorie animale sont reconnus, en effet, des comportements qui lui sont propres ou parfois partagés comme les modes alimentaires, certains caractères telles la paresse, l’ingéniosité, la sournoiserie ou la curiosité, les formes d’habitats bâties ou non, empruntées aux anciens, les modes de subsistance s’apparentant à de la collecte et à de la cueillette, ou plus remarquablement à de l’« exoprédation », c’est-à-dire à de la prédation cannibale exercée toujours, d’après les Kasua, sur les petits des animaux ne relevant pas de l’espèce du prédateur ; les relations de parenté spécifique et interspécifique ; la bisexualité30 ; certaines espèces pratiquant même la transmission du savoir comme les paradisiers qui se donnent volontiers en spectacle devant les plus jeunes (et les autres animaux) pour leur apprendre la danse cérémonielle... Cette diversité comportementale participe pleinement de l’appréhension kasua de la faune sans pour autant altérer la raisonnable stabilité présidant à l’unicité de ces mêmes unités animales. Cette stabilité reconnue leur permet d’ailleurs de passer sous silence, à l’exception des deux espèces de casoar, l’identité sexuelle de l’animal. La présence d’un mâle et d’une femelle, dotés pour la plupart des mêmes substances et organes sexuels que ceux des humains, semble une telle évidence qu’elle peut être tue. Pas davantage, les différents modes de reproduction observés par la faune ne participent à l’identification du spécimen. Celle-ci, nous l’avons vu, tout en tenant compte de tous ces traits distinctifs, se spécifie en premier lieu par la reconnaissance de l’espace qu’il occupe. Son identité est non seulement indissociable de son occupation spatiale, elle est aussi conditionnée par elle, écologiquement certes – celle-ci gouvernant son alimentation et ses relations spécifiques et interspécifiques – mais aussi ontologiquement. En témoigne l’expression utilisée par les Kasua pour désigner les habitants des quatre différentes niches écologiques reconnues par leur typologie : à i tume (la cime), beleya (la terre), hanoa, (l’eau), ulaloba (le sol souterrain, terrier), les Kasua ajoutent en effet le verbe tolu qui signifie avoir lieu, mais aussi être là spatialement. Aussi, il apparaît logique que les êtres de la forêt, mammifères, oiseaux, reptiles et poissons, reconsidérés comme des « êtres spatiaux », ne constituent pas une supra-catégorie qui engloberait et donc indifférencierait spatialement les centaines d’individus. Comme les arbres, les palmiers et les fougères qui dessinent et animent l’espace végétal forestier, la mowa, les animaux créent en son sein des espaces distincts qu’ils animent par leur extraordinaire diversité. Les derniers habitants, ou plutôt cohabitants de ce territoire forestier déjà fort peuplé, c’est-à-dire les humains et les esprits, n’échappent pas, comme nous allons le découvrir, à cette préoccupation accordée à l’occupation spatiale différenciée. À l’image de la distribution verticale appliquée aux oiseaux, et pour reprendre les expressions kasua, il y a tout d’abord « les lignées du bas », nommées olo e tolu qui regroupent les hommes et les femmes kasua, et « les lignées du haut », les wabele e tolu, « les vers de terre ont lieu/sont là », renfermant les différentes catégories d’esprits.

Notes

10 Les usages alimentaires sont bien sûr les plus nombreux, mais il peut s’agir également d’usage technique ou de construction, d’usage médicinal, ludique ou encore décoratif.

11 On retrouvera dans le dictionnaire consacré à la faune et à la flore kasua, l’identification scientifique complète de toutes ses espèces. Les identifications de la faune ont été réalisées pour une large part par le « zoologue » de la Papouasie, J. Menzies que je tiens à remercier pour cette collaboration inestimable. Elles sont toutefois toujours en cours et des modifications sont susceptibles d’intervenir. Il est à noter que chaque spécimen identifié ne dispose pas de nom commun français (cf. Index).

12 Malheureusement, n’ayant toujours pas obtenu leur identification scientifique, j’ai renoncé à les traiter dans le cadre de ce présent travail. Cette lacune sera réparée ultérieurement.

13 Coates en dénombre 740 (1985 : 22) ; un nombre similaire est retenu par Beehler, Pratt et Zimmermann (1986).

14 Je ne tiens pas compte dans ce chiffre des 65 espèces de chauves-souris et de roussettes présentes en Papouasie.

15 Le mythe est ici raccourci, car sinon il énumère précisément et successivement la nourriture et la distribution spatiale pour chacun des animaux composant la quasi-totalité de la faune présente sur le territoire kasua.

16 A titre anecdotique et confirmant son statut de référent, lorsque je présentais sur photo un éléphant ou une vache, les Kasua les nommaient instinctivement « kopolo ».

17 Ce bandicoot a un museau exceptionnellement long, ce qui laisse penser aux spécialistes de la zoologie papoue, Menzies et Singadan, qu’il s’agirait soit de l’espèce très rare Echymipera rufescens, soit d’une espèce non encore répertoriée par les scientifiques. Rapporté vivant au retour de mon dernier terrain en mai 2005, un spécimen d’ebono est en voie d’identification au Muséum de Port Moresby.

18 Par exemple les Mianmin (Gardner 1984), les Umeda (Gell 1975), ou les Ankave (Bonnemere.comm.pers).

19 Ces deux critères ne sont pas reconnus par les zoologues. En revanche, les Kasua savent que les mâles des deux espèces possèdent en sus du cloaque, un pénis qu’ils m’ont montré. Cependant, cet organe génital est introverti et donc difficilement identifiable comme l’atteste le biologiste Bagemihl : « Le phallus du casoar est décrit par les scientifiques comme étant “vaginalisé”, c’est-à-dire il a une cavité tubulaire qui s’ouvre à l’extrémité du pénis, mais celle-ci n’est pas connectée de façon interne aux organes reproductifs du mâle. Cette cavité qui ressemble à un vagin est en fait utilisé pour rétracter le phallus » (1999 : 237).

20 Ce dimorphisme est en revanche reconnu par les ornithologues, cf. Coates (1985 : 58)

21 Ce que j’ai pu observer par moi-même.

22 Lors de mes marches dans la forêt des Basses-Terres, j’ai eu très souvent le privilège de croiser au loin, parfois même de tomber nez à bec avec un ou deux casoars dans une seule journée, alors qu’en montagne cette opportunité ne s’est présentée qu’une seule fois.

23 Il est intéressant de noter que la mythologie kaluli dispose du même mythe (Feld 1991), à la différence près que le Cacatoès noir n’y est pas présent. Un ajout des Kasua qui s’expliquerait sans doute du fait de sa densité de population plus grande à basse altitude, c’est-à-dire sur leur territoire.

24 Sur les 114 oiseaux, quatre espèces seulement sont regroupées sur la base de leur couleur similaire. Il s’agit tout d’abord du aoka au chant électronique et du wayako perçu comme son frère. Appartenant chacun au genre Mino de la famille Sturnidae, ces mainates revêtent un plumage noir et jaune vif ; ensuite du tetene et du hene, les deux seules grallines noir et blanc de la famille Grallinadea. Ce dernier exemple illustre d’ailleurs les limites jouées par la couleur comme classificateur vu que deux autres espèces également noir et blanc, comme le Cassican à tête noire kelebo (Cracticus cassicus) ne sont pas incluses.

25 L’ornithologie le classe également dans une autre famille nommée Bucerotidae. Un autre terme désigne son genre : Aceros.

26 Terme attribué à la hache utilisée spécialement lors de la chasse à la tête dont l’embout est effectivement composé de quatre dents.

27 Alors que son venin est très fortement neurotoxique, faiblement haemolytique, peut-être anticoagulant et cytototoxique (O’Shea 1996 : 198), ce serpent serait menaçant seulement quand il est habité par un esprit sorcier (cf. supra). Au cours de mon premier terrain, deux personnes sont décédées en forêt suite à sa morsure. Cependant, l’espace forestier n’est pas son seul habitat puisque nous en avons tué une sous notre maison dont l’alentour, il est vrai, n’avait pas été déboisé.

28 La Papouasie compte 6 familles d’amphibiens : 2 ont été introduites et ne sont représentées que par un seul spécimen, 4 sont endogènes : les familles Leptodactylidae, Hylidae, Ranidae et enfin Microhylidae.

29 Les Kasua les assimilent ainsi comme les primatologues à ce que ces derniers qualifient de « traits culturels » (Whiten et al 2001 : 88). Toutefois, tout en reconnaissant une vie sociale et comportementale propre et donc distincte aux animaux, ils ne considèrent pas que la « culture » de référence – terme inexistant dans la langue kasua – soit humaine, donc kasua.

30 Il est bon de préciser que les premiers travaux zoologiques sur l’homosexualité des animaux confirment la description kasua selon laquelle le Wallaby forestier gris kabeya ne serait pas la seule espèce s’adonnant à des activités homosexuelles. Les zoologues constatent avec les Kasua l’homosexualité des deux sexes pratiquée par les Paradisiers de Raggi et les Ptiloris, l’homosexualité masculine par le Jardinier du Prince d’Orange, l’homosexualité féminine par le Dendrolague des montagnes menapo. Par ailleurs, d’après les études menées, d’une part, auprès de l’autruche et de l’émeu et, d’autre part, auprès du peccari et du phacochère, les biologistes supposent l’homosexualité masculine du casoar et l’homosexualité des mâles et des femelles porcins (Bagemihl 1999).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540