Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin du casoar, la forêt des Kasua

 | 
Florence Brunois

Section 2. Occupants et occupation du cosmos forestier

Chapitre 3. Les plantes

Texte intégral

1À l’origine, les arbres nés de l’ibi du couple de créateurs étaient des hommes-arbres. Leurs jambes constituaient les branches, et leur tête formait la base de l’arbre. Aussi, ils marchaient sur leurs mains et tombaient systématiquement. Lorsqu’un jour, l’un d’eux eut l’idée de se retourner et de marcher avec les pieds. Ils ne tombaient plus ! Pour fêter l’événement, ils décidèrent d’inviter tous les hommes-arbres à une danse cérémonielle et chacun se décora de plumes sur la tête (le feuillage), de colliers de coquillages autour du cou (les lianes) et de peinture sur le corps (les couleurs que revêt l’écorce). Fin prêts, les arbres annoncèrent que la cérémonie pouvait commencer, et tous se mirent à danser en s’étendant et en se dispersant sur le territoire. À l’aurore, certains arbres firent l’objet d’accusation de sorcellerie et durent s’enfuir de leur nouvel habitat pour se cacher au bord des rivières ou au sommet des montagnes. Les sagoutiers qui eux aussi fêtaient leur nouvelle capacité de marcher se costumèrent également mais fort lentement. Ils recouvrirent leur peau de la sève d’une liane nommée sebelebe (Stenochlaena palustris (Burs.) Bedd.), enfilèrent autour des bras de nombreux colliers de fibres tissées, des jambes de l’écorce frappée et placèrent finalement sur la tête une couronne de plumes. Enfin parés, ils voulurent mener leur danse cérémonielle, mais celle-ci s’avéra impraticable, car les arbres avaient déjà conquis tout l’espace. Seuls les marais n’avaient pas été occupés. Tous les sagoutiers s’y rendirent et pratiquèrent ainsi leur danse cérémonielle.

  • 1 Pour des raisons de longueur, je n’ai pas fait figurer ici la liste exhaustive des plantes herboris (...)

2À l’image de la naissance de l’écorce terrestre qui s’étendit en dansant, la colonisation des terres par les arbres se fait également au rythme de leur danse. C’est elle qui déterminera l’occupation spatiale des différentes espèces d’arbres présentes sur le territoire kasua. D’ailleurs, le lieu où gît un arbre et en général une plante est le premier critère distinctif que retiennent les Kasua dans son identification. Comme le mythe le précise, il y a tout d’abord des arbres (et des plantes) que l’on rencontre uniquement dans des lieux particuliers tels le bord de certaines rives, la crête d’une montagne, une vallée de la région Tawalu ou encore à proximité des marais. Cette occupation circonscrite leur confère bien évidemment une certaine rareté. Devant un tel spécimen, comme l’arbre kalila (Syzygium sp.), les Kasua expliqueront spontanément que cet arbre « n’habite que dans des lieux forts car l’arbre est fort » ! La marginalité spatiale est donc ici synonyme de puissance (l’arbre a survécu aux attaques sorcellaires !) ; elle ne concerne qu’une dizaine d’arbres. Ce qui n’empêche pas la reconnaissance des 578 autres plantes sauvages1 de prendre appui également sur l’identification de leur habitat. Elle sont répertoriées et réparties en sept grandes divisions nommées les i, arbres ; les meï, lianes ; les talo, palmiers ; les selase, pandanus « forestiers » ; les kesea, fougères ; les kobo, herbacées, et enfin les ma : ne, palmiers sagoutiers. L’aire que ces plantes occupent est seulement plus vaste comme le nombre de leurs représentants et elle est déterminée par l’altitude (cf. planche 4). Ainsi, certaines plantes ne sont présentes que dans les hauteurs du mont Bosavi nommées aselo, c’est-à-dire de 800 m d’altitude jusqu’au sommet du cône, d’autres forment la canopée et la sous-canopée du piedmont du volcan kawale (de 200 à 800 m d’altitude), d’autres encore ne se rencontrent que sur les plaines alluviales, sunamo, ne dépassant guère les 100 m d’altitude, ou enfin dans la région karstique Tawalu. Cette répartition spatiale en quatre grands ensembles bien délimités instaure certainement des discontinuités, mais celles-ci ne sont pas perçues pour autant comme des ruptures. Par exemple, s’agissant de l’arbre konomo (Celtis philippinensis Fl. Filip.) dont l’aire d’occupation s’arrête nettement au niveau de la montagne Musula, les Kasua, me commentant ce phénomène, préciseront que « de toute manière, il est remplacé sur les Basses-Terres par les arbres matalo (Garcinia ledermannii Laut.) ou encore ihoguniu (Amaracarpus sp.) ».

LES « I » (LES ARBRES)

  • 2 Les Kasua ne reconnaissent pas aux fleurs ou aux fruits, leurs rôles d’organes sexuels ou de produi (...)
  • 3 À la veille de mon départ pour la France en 1997, je décidai d’organiser une réunion avec l’ensembl (...)
  • 4 À la clôture du rituel initiatique, les initiés sont tenus de se présenter debout, les bras levés à (...)
  • 5 Ce parasitisme confère à cet arbre deux usages particuliers. Ainsi, la branche, dans laquelle les f (...)
  • 6 J’ai relevé 1410 usages que les Kasua puisent du monde végétal. Leur description est restituée dans (...)

3Cette réflexion nous éclaire incidemment sur les autres critères qui permettent aux Kasua de distinguer et donc aussi d’associer (ce qui n’implique pas la formation d’une catégorie explicite), certains arbres parmi les 420 arbres qu’ils nomment individuellement. Dans le cas ci-dessus présenté, c’est l’architecture de l’arbre, « la tenue du corps » selon les termes kasua, qui est retenue. Celle-ci se particularise non seulement par la très grande hauteur du tronc qui en fait des arbres souvent émergents, mais aussi par la charpente horizontale des branches ikale, pouvant accueillir une grande variété d’animaux qui nicheront à différents niveaux. Reste que devant un arbre isolé, en l’absence de son fruit ifo, de ses inflorescences mobusu2, ou surtout de sa feuille ifalo, l’identification procédera par une investigation plus précise, plus tactile et sensorielle. D’un point de vue morphologique, il s’agira d’observer le système racinaire de l’arbre, s’il est constitué de racines souterraines, nommé sepe, ou si ces racines forment des échassiers, nommé alors kelitela. La forme de la base du tronc, mo, est aussi révélatrice de l’identité de son propriétaire. Les Kasua distinguent la base conique, mo disopea, de la base armée de contreforts simples et droits, wabe, très ramifiés et sinueux, wabe sosolo, au profil concave, wabe sou, et enfin, celle dont les accotements sont très hauts ne laissant guère de place au tronc, wabe muta. Une entaille oblique apportera davantage d’informations à l’investigateur après qu’il aura constaté la couleur extérieure de l’écorce nommée ikapo, son apparence lisse, rugueuse ou tachetée, la présence ou non d’une pellicule de graisse, sabe. En effet, de cette entaille dans le bois, les Kasua vont mesurer l’épaisseur et la texture de l’écorce, connaître la couleur extérieure de l’aubier (rouge, brune, jaunâtre ou blanche) qu’ils nomment kapo katala, ainsi que sa dureté, sa mollesse ou encore sa matière fibreuse. Enfin et de manière souvent déterminante, il va se dégager une éventuelle odeur qui singularisera immédiatement l’essence en question et s’écouler des exsudations qui, comme la senteur, contribueront à préciser assez rapidement l’identité de l’arbre. Les Kasua reconnaissent l’ibi de couleur blanche, jaune ou rouge3 qui peut être du latex ou des sucs, la résine ima de couleur bronze, enfin ce qu’ils nomment l’eau, hano, la sève de l’arbre qui est effectivement incolore. La morphologie du tronc nommé gi constituera un indice supplémentaire précieux même si les Kasua ne reconnaissent pas une typologie des différentes formes qu’il peut revêtir, si l’on excepte la forme tortueuse et enchevêtrée nommée iwesalisene que dessine le tronc des ficus étrangleurs en succombant, selon les Kasua, à un amour de l’autre par trop fusionnel. Néanmoins, les Kasua tiendront toujours compte de la hauteur du fût, de sa droiture ou à l’inverse de son inclinaison sinueuse ou non et de sa circonférence. De même, la cime itumu, composée du feuillage igifalo, ne fait pas l’objet d’une grande attention, ce qui s’explique peut-être par la grande difficulté de la distinguer dans la canopée fermée. Seule la charpente des branches est remarquée surtout si celle-ci, comme nous l’avons déjà noté, se déploie perpendiculairement au tronc en formant un véritable angle droit. Cette particularité à laquelle s’ajoute l’étagement est considérée par les Kasua comme l’architecture arborescente idéale. D’ailleurs, ce phénomène a donné son nom au terme générique désignant la branche, ainsi qu’à un arbre qui se caractérise précisément par cette ramification spécifique, ikale (Garcinia sp.)4. En fait, si la conjugaison de cet ensemble de critères morphologiques traduit son appartenance certaine à la catégorie des « i », l’identification finale de l’essence rencontrée reposera sur la reconnaissance de traits particuliers – isolés ou cumulés – qui définissent à proprement parler sa personnalité singulière. Ces particularités sont fort variées. Pour les Kasua, l’extraordinaire diversité floristique que présente ce règne végétal est due à la multitude des individualités arborescentes qui le composent et rivalisent d’originalité à l’image des arbres mythiques. Ainsi, cet attribut personnel peut être l’exacerbation d’un des critères morphologiques cités plus haut, comme l’extrême dureté du bois qui conduit les Kasua à renoncer à couper l’arbre telolu (Teijsmanniodendron cf.bogoriense Kds.) préférant préserver leur hache, ou encore sa résistance au vent cyclonique tel le fier suki (Alseodaphne archboldiana (Allen) Kosterm) dont le « tronc dur comme un os » semble imperturbable. Il peut s’agir de la facilité de son écorçage et de la qualité de l’écorce même : à filasse ou non, comme c’est le cas pour le Gnetom gnenom L., à odeur sucrée ou puissante comme celle que dégage l’écorce de l’isamono (Cinnamomum podogricum Kost.) dont l’inhalation soigne les toux et stimule le flair des chiens. Il peut s’agir aussi de l’abondance et de la fluidité de son exsudation, comme l’illustre le menabe (Campnosperma brevipetiolata Volk.), dont les Kasua tirent de l’huile pour s’en oindre le corps, ou bien encore de ses propriétés ichtyotoxiques défendant de couper et d’abandonner le tronc des arbres bokolowa (.Buchanania sp.) ou kenesebe (Melicope sp.) au bord des rivières par crainte qu’ils tuent un trop grand nombre de poissons. Abattu, l’arbre préserve sa personnalité..., parfois cela la précise. Par exemple, les Kasua s’interdisent d’utiliser l’arbre keleya (en cours d’identification) dans la construction des maisons, car desséché il dégage une odeur « empoisonnante », et ce, à l’inverse du bois tekapo (Prunus oligantha Kalkman.) qui, brûlé, embaumera la demeure. Certains arbres coupés sont également plus propices que d’autres à accueillir des larves de coléoptères à grandes cornes et même à déterminer leur saveur ou encore leur spécificité, comme c’est le cas de l’arbre kake i (Drypetes lasiogynoid.es Pax et K.Hoffm.) dont la putréfaction donne naissance exclusivement à des larves qui « n’appartiennent qu’au sud-ouest du territoire ». La personnalité d’un arbre peut également relever d’un trait comportemental suffisamment original pour le distinguer rapidement de la masse végétale. Le ficus « amoureux » en est un bel exemple, l’hanagola (Macaranga tanarius Muell. Arg.) également. Rare essence dont le feuillage est semi-caducifolié, il est considéré comme l’arbre pionnier par excellence en annonçant « haut en couleurs » le recrû incessant des essarts. Finalement, ce sont les relations interspécifiques que ces essences entretiennent de façon privilégiée avec d’autres êtres forestiers qui les singularisent, pour bon nombre d’entre elles. Avec la faune tout d’abord, comme c’est le cas de l’hoposa5 (Endospermum molluccanum T.& B. Becc.) reconnu pour être l’hôte bienveillant des fourmis pourtant parasitaires, du nakene (Elmerrillia papuana Dandy.), « l’arbre le plus aimé des animaux », puisque ses fruits ne nourrissent pas moins de 100 espèces différentes d’oiseaux, de mammifères et de poissons ; des 151 essences qui doivent leur régénérescence au casoar et dont les fruits (pourtant) serviront de leurre pour la chasse de leur bienfaiteur, enfin – car il est impossible ici d’énumérer tous les exemples-, de l’arbre mata i (Instiabijuga sp.) qui se particularise certainement par la rougeur sanguine de son aubier, mais aussi par le fait qu’il constitue une niche privilégiée des Paradisiers de Raggi, lesquels partagent avec l’arbre leur générique mata ! Nombreux sont donc les arbres qui peuvent revendiquer une relation personnelle avec un membre de la faune sylvestre. Il en est de même avec la gent humaine qui pourrait être assimilée à « une civilisation du végétal » témoignant d’un temps toujours actuel de « l’âge du bois, du bambou, des fibres » (Barrau 1967 : 279), tant ses relations au monde végétal sont multiples et diverses6. Celles-ci, au même titre que les relations liant cette flore à la faune, participent pleinement de sa personnalisation, même de sa nomination. La nomenclature des êtres arborescents recèle effectivement de nombreux exemples où le nom de la plante se confond à l’objet, au remède ou encore au rituel tiré de son exploitation préférentielle, empêchant d’affirmer avec certitude une prévalence de l’humain sur le végétal ou inversement du végétal sur l’humain. Par exemple, ima (Canarium sp.) désigne autant l’arbre que la résine dont les Kasua se servent comme combustible ; le nom de l’arbre sao (Ficus nodosa Teijsm & Finn.) est celui donné simultanément aux couvertures faites à partir de son écorce battue, pareillement salo (Galbulimima belgraveana (F. Muell.) Sprague) signifie le chevronnage de la toiture composé préférentiellement de jeunes troncs de cette essence, ou encore et finalement awalo (Polyalthia glauca Sprague. (Hassk) Boerl.) dont le terme générique désigne également les fibres de l’aubier de l’arbre, lesquelles, une fois séchées seront tissées en cordelettes pour réaliser les jupes ou les filets de portage.

4La personnalité des arbres est plus complexe qu’il n’y paraît... Le large éventail des critères susceptibles de déterminer leur individualité le traduit comme la faible tendance des Kasua à s’adonner à une systématique des arbres fondée sur l’inclusion. Leur nomenclature va dans ce sens vu que sur les 420 arbres nommés et formant autant de taxons terminaux, moins de 10 % – ils incluent essentiellement les ficus spp. et ne dépassent pas 5 entités – sont désignés par un nom composé où le premier élément se réfère à un arbre constituant un taxon à un seul lexème que les Kasua considéreront comme « le vrai arbre », auquel est accolé soit un adjectif relevant une particularité distinctive comme une écorce plus brunâtre, soit le mot ombre (et dans ce cas, seuls deux arbres seront concernés), soit tout simplement un autre nom, qui souvent suffira à le distinguer de son référent. Pour les Kasua, en effet, ces arbres ne forment pas des taxons inférieurs. Ils leur accordent le même statut que les autres arbres nommés par un unique lexème ou par une métaphore composée de deux à trois termes, par exemple « jambe du casoar », reflétant la finesse du tronc, ou encore « peau d’un mort », dénotant l’aspect boursouflé de l’écorce. De fait, il existe très peu de nom désignant un arbre qui soit vraiment propre à l’essence puisque plus de 80 % des termes sont polysémiques et leurs sens sont d’ailleurs très variés. Ils peuvent dénoter un usage, comme nous l’avons vu, mais aussi le prénom d’un humain, des traits de caractères comme la colère, une partie anatomique du corps humain (mâchoire, cage thoracique, nez, testicule), un verbe (parler, jeter un sort, mourir), un nom d’animal (mammifère, reptile ou oiseau), un ustensile (couteau, bâton à fouir), etc. Cette proportion considérable explique un autre phénomène caractéristique de leur nomenclature qui consiste à rajouter, avant et/ou après certains lexèmes polysémiques, le terme générique, « i », arbre.

LES MEÏ (LES LIANES)

5Cette précaution linguistique se justifie davantage pour les autres plantes que pour les hommes et les femmes dont les arbres partagent le nom, car aucune confusion n’est possible dans le discours. Ce qui n’est pas le cas avec les 61 lianes répertoriées, dont un grand nombre porte un nom similaire à l’arbre sur lequel on aura remarqué qu’elle prend souvent appui pour grimper au plus haut de sa tige. Ce comportement écologique imparti aux lianes trahit l’autre sens du terme meï, utilisé dans la terminologie de parenté pour désigner le frère (et son clan) de la grand-mère paternelle d’ego. Aussi, pour éviter toute méprise, chaque uninominal sera suivi du terme générique meï. Cette précision est d’autant plus nécessaire que les autres noms de lianes ne faisant pas référence à leur support arborescent sont également emprunts d’une forte polysémie, dont le sens informe généralement de l’usage qu’en tirent les Kasua ou les animaux. Ainsi la liane talo meï (Calamus sp.), signifiant « liane-bras », sert au tissage très raffiné des bracelets que portent les hommes à l’avant-bras précisément ; elle connote également son rôle fondamental comme filasse solide dans le portage du bois et des entre-nœuds de bambous utilisés comme récipients. Le nom de la liane musua meï (en cours d’identification) trahit quant à lui la comestibilité de ses jeunes pousses, musu signifiant « bon ». La liane, dont ils boivent la sève quand ils sont assoiffés dans la haute montagne, se nomme mata meï (Uncaria sp.), du nom du Paradisier de Raggi dont ils ont observé ce même comportement. Il en est de même de la liane servant d’échelle, wale, au Couscous tacheté, peyo (Spilocuscus maculatus), pour grimper aux arbres, elle est nommée peyo wale meï (en cours d’identification) ; il est d’ailleurs interdit de la couper. Enfin, la liane ibili meï (Pterocarpus indiens Willd.) dénonce l’emploi de son latex ibi comme colle pour la fabrication du tambour à sablier nommé ili. Ce dernier cas constitue un des rares exemples où le nom fait référence aux critères morphologiques lesquels sont quasiment identiques à ceux décrivant les arbres ; leur nombre est seulement plus restreint. Aussi pour identifier une liane, les Kasua noteront tout d’abord l’arbre avec lequel elle entretient une relation préférentielle, puis le système racinaire, si la liane présente par exemple des racines adventives. La concentration se portera ensuite sur la tige ligneuse, ramifiée ou non, sa texture, recouverte de poils fano, ou d’épines ona, si la liane est cauliflore, sur la couleur des feuilles et des fruits, enfin sur sa manière de grimper vers le ciel et la hauteur ainsi atteinte. Comme pour les arbres, les Kasua feront automatiquement une entaille, car l’exsudation des lianes est non seulement révélatrice, mais aussi très prisée vu qu’une grande majorité d’entre elles, et tout particulièrement la liane meyu (Prunus schlechteri (Koehne) Kalkm.), renferme du poison ichtyotoxique servant à la pêche à la nivrée et simultanément à soigner les ulcères tropicaux, parfois à mettre fin à ses jours. Nommées également ibi, les exsudations se distinguent par leur couleur blanche, noire, rougeâtre et jaunâtre, de l’hano, la sève incolore.

LES SELASE ET LES TALO (LES PANDANUS ET LES PALMIERS)

6Si les lianes sont étroitement associées aux arbres avec lesquels elles partagent de nombreux traits morphologiques et écologiques, les selase sont rapprochés quant à eux des Pandanus conoideus, aux infrutescences cylindriques rouges et jaunes, nommées oka, et que les Kasua cultivent dans des jardins particuliers à des fins alimentaires. En effet, les 16 taxons terminaux regroupés dans la catégorie selase sont tous reconnus comme des « pandanus de la forêt ». Leur différence fondamentale réside donc dans le fait qu’ils habitent exclusivement le monde sylvestre et surtout qu’ils ne sont pas considérés par les Kasua comme produisant des fruits comestibles, bien qu’une espèce nommée imabolo (résine du vagin) soit consommée, mais dans le cas particulier du veuvage en substitut au « oka » rouge dont la consommation est interdite. Cette différence qui est de taille, mais qui n’implique pas qu’ils soient dits « sauvages », légitime en revanche qu’ils soient organisés dans une autre taxinomie dont le terme englobant trahit la destinée de leur exploitation. En effet, selase est le terme générique désignant les lattes coupées dans leur bois, lesquelles seront fixées sur les chevrons de la charpente des maisons et sur lesquelles les folioles des palmiers sagoutiers seront repliées pour former la couverture du toit. Reste qu’ils partagent les mêmes caractéristiques morphologiques que leurs congénères des jardins : fortes racines adventives, tige élancée et rameuse, feuilles longues et linéaires, certaines plus ou moins épineuses, et présence de syncarpes, considérés comme « les » fruits, entourés de plusieurs spathes nommées fo ikapo, écorce du fruit. La reconnaissance des différentes entités forestières, et ceci s’applique également aux pandanus domestiqués, reposera sur l’architecture particulière des branches et sur la morphologie du syncarpe. Les Kasua noteront sa longueur, sa forme (globuleux ou cylindrique), sa couleur externe, la longueur des phalanges et la largeur des sillons les séparant, enfin la couleur interne, car à la différence des pandanus cultivés, où la couleur externe du syncarpe présume de la teinte intérieure, celle des pandanus forestiers est trompeuse. L’extérieur de l’infrutescence mûre peut présenter effectivement un vert brun ou pâle et renfermer des fruits de couleur jaune comme c’est le cas pour le pandanus nommé kela (jaune), ou encore de couleur rouge, comme le yulu qui partage son nom avec le Couscous des montagnes au pelage rougeâtre. Enfin, à ces critères morphologiques s’ajoutent des critères écologiques. Les Kasua tiennent compte tout d’abord de l’habitat dans lequel ces pandanus se développent : le masakele n’évolue en effet que dans les Basses-Terres, le yakali, dans les hauteurs du mont Bosavi, enfin les kimikasola et samibola ne se rencontrent que dans la région Tawalu où ils ont été créés. Ainsi, kimikasola serait l’œuvre de Salasu qui l’aurait formé avec le coquillage kimi pour se faire un toit et se protéger de la pluie ; le second, samibola, aurait été quant à lui produit par la vieille Kebeaso, qui à l’aide d’un manche en palmier aurait plié le bois pour offrir à Kelasulu un container à pandanus.

7Le lieu identifié, les Kasua tiendront compte ensuite de la faune qui entretient des relations particulières avec l’arbre. Ainsi, le Pandanus adinobotrys Merr. éperluette. L. M. Perry nommé hakale se reconnaît à la présence du rat à queue noire qui élit domicile sous ses racines et mange son syncarpe, tandis que les fruits tombés à terre du kela (Pandanus leptocarpus Martelli.), espèce présumée rhéophite par les Kasua, c’est-à-dire que l’on rencontre exclusivement à proximité de courants d’eau, constituent la friandise des tortues d’eau douce. Selon les Kasua, mais aussi Stone, le spécialiste des Pandanaceae de Papouasie-Nouvelle-Guinée, ces tortues participeraient à la diffusion zoochore de l’espèce (1982 : 416).

8Ces selase, solitaires ou formant parfois une petite sous-canopée, se distinguent ainsi des talo par l’absence de palmes, qui caractérisent précisément le groupe des palmiers, même si le terme polysémique qui les englobe ne le suggère pas. Palo, nous l’avons vu signifie bras, alors que la palme se nomme fulu. À la lumière du récit suivant qui s’inscrit dans le prolongement de celui relatant la colonisation des terres par les hommes-arbres et les palmiers sagoutiers, cette nomination prendra tout son sens : Les hommes-arbres ne savaient fabriquer aucune arme. Lorsqu’un jour, une palme du kasoba tomba à terre. Un homme s’en empara et réalisa que c’était un arc, puis il s’approcha du palmier sakale et des flèches tombèrent de son faîte. Le phénomène se reproduit sous les palmiers tokemi et tawa. En fait, les palmiers confectionnaient les armes et les hommes n’avaient qu’à tendre les bras pour les ramasser à leur base. Pour les remercier de ces dons, les hommes-arbres concédèrent aux palmiers des territoires à coloniser.

  • 7 Pour plus de détails sur ces armes et leur fabrication, je vous renvoie au chapitre 10.

9Aussi, parmi les 22 palmiers répertoriés, tous nommés par un seul lexème traduisant l’utilisation singulière qu’en tirent les Kasua, la moitié d’entre eux est destinée à la fabrication de leurs armes. C’est pourquoi, à l’aspect de l’écorce, épineuse ou non, à sa couleur, argentée, brun foncé ou pâle, à la hauteur du stipe, à l’architecture des palmes et à la taille de l’infrabase, les Kasua accordent une très grande attention à la texture du stipe, nommé également gi, et à la couleur de ses fibres. Le palmier nommé kasoba (Caryota rumphiana Mart.) des Basses-Terres et des piedmonts du volcan, se reconnaît à sa couleur noirâtre striée de blanc. Leur solidité leur vaut d’être coupés et poncés avec des dents de porc pour confectionner des arcs de 2 m de haut, ainsi que les manches des haches et la pointe des flèches. Le palmier sakale (Caryota sp.) que les Kasua ne coupent jamais lors d’un essartage, car « le soleil le renforce », porte le nom d’une lance dont la pointe toute droite est tirée de son stipe. Le palmier tawa (Hydriastele micropadix (Becc.) Burret.) et le palmier tokemi (Linospadix sp.) peuvent être utilisés pour confectionner la pointe toute simple (50 cm de long) de la flèche kekese pour la pêche au poisson7. Enfin, le tesebolo (Licuala sp.), qui se caractérise par sa petite taille, sera coupé et poncé pour confectionner les petits arcs du même nom, que l’on donne aux petits garçons et avec lesquels ils s’entraîneront en prenant souvent pour cible les lézards farouches. L’ensemble de ces palmiers destinés à la fabrication des armes se distingue des autres essences par leur habitat souvent circonscrit comme le mythe le suggère, ce qui rend parfois leur accès difficile à certains Kasua dont le territoire clanique ne renferme pas leur niche écologique. Les autres palmiers se rencontrent en effet sur l’ensemble du territoire, ce qui permet à toute la population de les utiliser, par exemple pour construire leurs abris forestiers, nommés également maison, gwane, auxquels ils donneront leur nom. Il en est ainsi de la weyapo gwane, faite avec les larges palmes aux pétioles bien droits et lisses et aux denses folioles du palmier weyapo (Hydriastele sp.), ou encore name gwane aménagé avec les palmes du name (Arenga macrocarpa Becc.), dont le cœur tendre est d’ailleurs consommé d’où son nom signifiant « ma mère ». Le tobalo (Arenga sp.), qui se distingue par son infrutescence généreuse et ses folioles vert d’eau, est laissé généralement sur pied, même à proximité des grandes maisons, car son infrabase sert à réaliser les récipients où l’on malaxe la fécule de sagou, les pédoncules font office de balayette, les fruits, de ballon pour les enfants, enfin les folioles sont découpées en fines franges pour le costume des danseurs et des danseuses de la cérémonie gisala (os de l’enfant), plus connue sous son appellation kaluli gisalo (Schieffelin 1976).

LES KESEA ET LES KOBO (LES FOUGÈRES ET LES HERBES)

10Formant généralement la première strate du couvert forestier, les fougères et les plantes herbacées rampantes ou dressées ne sont pas négligées par les Kasua comme le nombre peu élevé des spécimens répertoriés pourrait le laisser croire. Comme on le comprendra aisément, la faiblesse de mon inventaire reflète davantage mon manque de temps sur le terrain pour les herboriser que bien évidemment la réalité écologique, ou le défaut d’intérêt et de connaissance que les Kasua pourraient manifester à leur égard. Ces deux groupes de plantes ont en commun d’être généralement considérés comme comestibles. En effet, sur les 13 spécimens de fougères et sur les 24 herbacées répertoriées, plus de 90 % sont consommées, soit quand elles ne sont encore que de jeunes pousses, soit cuites car elles sont fort appréciées pour l’arôme qu’elles dégagent lors de la cuisson. Mais là réside le seul critère d’identification qu’elles ont en commun. Les kobo regroupent exclusivement les plantes à plus ou moins grandes feuilles comme les Araceae du genre Alaonema, Homalomena, Cyrtosperma Alocasia ou encore Syngonium. Kobo désigne en effet non seulement le taxon primaire les englobant, mais aussi le terme générique donné à ces feuilles qui, étant précisément herbacées, se distinguent des ifalo, les feuilles des arbres. Les Kasua n’ont pas élaboré une typologie des formes pourtant très variées que peut revêtir justement le feuillage, néanmoins chacune est reconnue dans sa particularité et constitue le premier critère déterminant. Ainsi, les feuilles unumu (Asplenium nidus L.), desquelles ils tirent des cendres un succédané de sel portant d’ailleurs le même nom, se reconnaissent par leur forme très fine et élancée pouvant mesurer plus de 1 m de long. Leur couleur vert brun opaque est aussi révélatrice ainsi que la densité du feuillage à la base et l’absence de tige aérienne. À l’inverse, le kabulu oyane (Spathiphyllum comutatum Schott.), comme le premier élément de son nom l’indique, a un long pétiole, ka bulu, qui s’élève élégamment à plus de 45 cm du sol et présente une ou deux feuilles entières et ovales très larges d’un vert translucide. La couleur, la finesse et la grandeur relative de son spadice, considéré comme un fruit par les Kasua, contribuent également à sa définition, ainsi qu’à son rapprochement d’un autre taxon auquel le second élément de son nom fait référence : l’oyane (Holochlamys beccarii Engl.), lequel exhibe un spadice blanc immaculé à la forme phallique pouvant atteindre plus de 30 cm de long. Par ailleurs, la distribution de leur niche écologique et la densité de peuplement constituent également deux facteurs d’identification efficaces. Si le kabulu oyane se rencontre en basse montagne, l’oyane, « le vrai », habite les rives ombragées des ruisseaux de la région des piedmonts et des Basses-Terres, souvent voisin du imono kobo (non identifié) dont les longues feuilles servent à confectionner rapidement des récipients utiles pour étancher sa soif. Les Aglaonema marantifolium Blume. se distinguent quant à eux par leur propension singulière à coloniser en grand nombre les sous-bois humides ou les alentours des marais des piedmonts et des Basses-Terres formant de véritables tapis verts élevés à 20-30 cm à peine du sol, parfois interrompus, enchevêtrés ou encore encadrés par des fougères que les Kasua nomment kesea, terme générique désignant ce qui les caractérise bien évidemment : leur fronde. N’en ayant relevé qu’une petite dizaine, il est difficile de juger de l’ensemble des critères participant à la singularisation de chaque spécimen. Reste que mon échantillon renfermait une assez grande variété de fougères, ce qui m’a permis d’isoler certains critères comme bien sûr la hauteur du rhizome, considéré comme un pétiole bulu où naissent les frondes dont la longueur, la géométrie des nervures, nommées isu (veine/chemin), et leur contour plus ou moins finement ciselé sont systématiquement considérés, même s’ils ne sont pas nommés, ni inclus dans leur dénomination. Autrement dit, à partir de leur nomenclature, il est impossible de distinguer les fougères arborescentes, dont le rhizome s’élève à plus de 1,5 m et que l’on rencontre dans les basses montagnes, des plus petites fougères ketesepe (Sellaginella kirstingii Hier.) prélevées à la lisière de certains chemins des piedmonts où elles constituent des plantes dominantes. La composition de leur nom est en fait très hétérogène, à l’image des noms conférés aux kobo : certains étant formés par un seul lexème, d’autres par deux à trois éléments, mais aucun ne comporte le nom d’une fougère qui servirait de référent. La majorité d’entre eux dénote l’usage que les Kasua ou les animaux en tirent, comme par exemple deux fougères servant au bien-être des porcs semi-domestiqués, lesquels à l’image de leurs congénères sauvages en apprécient le goût mais aussi la densité des frondes pour aménager leur litière. La fougère tini a : se (Dennstaedtia sp.) révèle non pas l’usage qu’ils font de la fougère elle-même, mais de la sécrétion d’un insecte parasite nommé subase yo, mère de l’ombre de la salive, que les Kasua récupèrent soigneusement pour la consommer lorsqu’ils ont une toux sèche. Le nom de la fougère kona kobo ou bambou-feuille (.Asplenium sp.) signifie que ses frondes sont consommées pour agrémenter le repas composé essentiellement de la fécule du palmier sagoutier, nommé ma : ne, terme désignant simultanément le verbe « manger », « la nourriture » en général et le « palmier sagoutier ».

LES MA:NE (LES PALMIERS SAGOUTIERS)

  • 8 L’identification de l’ensemble de ces palmiers est en cours de réalisation.
  • 9 Ce terme s’applique à la stèle de la plupart des Monocotylédones. Chez ces végétaux, le système vas (...)

11Ma:ne est également le terme englobant l’ensemble des 13 variétés de palmier Metroxylon sp8. lesquelles, comme le mythe l’explique avec une poésie écologique certaine, se rencontrent exclusivement dans les marais que l’on nomme idibeleya, « terre d’excréments », pour former de véritables sous-canopées. En effet, tout en leur reconnaissant des similitudes avec les palmiers, les Kasua insistent sur le fait qu’à la différence des palmiers talo, les sagoutiers ne sont jamais seuls ni isolés (susube), mais au contraire forment toujours des colonies nommées ma : ne mo kase. Mes relevés confirmeront leur assertion vu que, sur les 335 marais dispersés sur l’ensemble du territoire des clans du sud, le nombre minimum de palmiers est rarement inférieur à quatre. En revanche, leur nombre s’accroît bien évidemment avec la surface du marais qui peut atteindre l’hectare et renfermer plusieurs dizaines de spécimens. Chacune de ces colonies, quelle que soit sa taille, reçoit un nom propre qui sera partagé avec le marais colonisé. Celui-ci peut rappeler la rivière qui alimente l’eau stagnante du marais, un animal qui a été surpris à manger les résidus de moelle, un arbre juché à sa lisière ou encore le prénom d’un ancêtre, le nom d’un coquillage ou celui d’un astre... Ces nominations qui rivalisent d’imagination ne doivent pas laisser croire que ces colonies ont une origine humaine. Chacune ferait suite à un peuplement naturel et spontané, ce qui ne leur confère absolument pas un caractère sauvage. D’ailleurs, sur les 13 clones reconnus, aucun n’est dit sauvage, et s’ils avouent avoir abandonné l’exploitation de la variété nommée pana, ce n’est que pour sa trop faible productivité de sagou. De même, les palmiers sagoutiers du marais Tebesehuan, situé sur les Basses-Terres, qui ont la particularité d’être petits et surtout de ne jamais fleurir, autrement dit d’être stériles, ne sont pas qualifiés par leur sauvagerie, mais par l’interdiction de les couper. Ils sont néanmoins insérés, comme le Metroxylon sp. pana dans la taxinomie des ma : ne, car ils partagent le critère inclusif essentiel à cette catégorie : la qualité moelleuse et juteuse de leur atactostèle9 nommée makase, différente de celle des palmiers nommée oyapo kase, « atactostèle sèche et dure » par conséquent impropre à produire de la fécule alimentaire.

12La reconnaissance de chaque clone de Metroxylon sp., désigné par un seul lexème, tiendra compte de différentes caractéristiques morphologiques du palmier dont certaines sont suffisamment singulières pour assurer son identification immédiate et influencer dans certains cas sa nomination. Il en est ainsi du ma : ne nommé salale, enfant, qui se caractérise par l’écorce de son stipe inerme à l’image de l’enfant impubère, ou encore de celui nommé walu partageant cette même originalité, mais dont la référence est ici le cocotier. Les autres palmiers ont tous une spinescence plus ou moins grande, aux piquants plus ou moins longs. Cette propriété généralisée et conditionnée selon les Kasua par la pluviométrie sera donc confortée par d’autres caractéristiques comme la hauteur du stipe colonnaire, nommé gi, et sa partie supérieure moins épineuse, nommée taya, très variable selon les spécimens, puisque certains mesurent à peine 8 m de haut, alors que d’autres atteignent majestueusement les 15 m, voire les 20 m de hauteur. La connaissance de cette variabilité propre à chacun des palmiers est d’ailleurs absolument nécessaire. C’est sur sa base que les Kasua vont pouvoir évaluer sûrement la montée en fleur prochaine du palmier – intervenant entre sa huitième et sa quinzième année de croissance – et qui annonce la « mort » du sagoutier, et donc la perte de l’usage de sa moelle ; la longueur des folioles nommées manefolo qui sont particulièrement courtes chez le Metroxylon sp. sekeli, d’où son nom qui rappelle celui du petit palmier avec lequel on fabrique les petits arcs ; la couleur que revêtent les jeunes pousses, surtout si elles recouvrent une teinte rougeâtre trahissant irrémédiablement le palmier tibu, le seul à présenter une telle propriété ; également la couleur du pétiole, strié de blanc comme chez le palmier mani, ou uniformément blanchâtre comme chez le ma : ne weli ; enfin, la couleur particulière de la moelle renfermée dans le stipe : d’un blanc immaculé chez le ma : ne koya, dont le nom signifie blanc, ou d’un rosé particulièrement foncé chez le Metroxylon sp. bipina.

13Ainsi, les 13 palmiers sagoutiers comme toutes les autres plantes rivalisent d’originalité et donc de personnalité reconnue par la nomenclature kasua, à l’image du mythe qui les assimile à des danseurs, c’est-à-dire à des individualités. Ensemble elles ne constituent pas une supra-catégorie qui couvrirait tous les végétaux ; elles forment la forêt que les Kasua nomment mowa, la base lointaine, trace peut-être du rêve initial monuwa. Une sorte d’écosystème global qui se régénère par la décomposition et le pourrissement de toutes ses parties le composant ; chacune des plantes participant à la production de l’humus que les Kasua qualifient de graisse, la seule à être considérée comme fertilisant non seulement la terre, mais aussi les fruits tombés à terre ou disséminés par les animaux, à l’image des excréments du casoar et des marais nommés d’ailleurs « terre d’excréments ». Chacune des plantes participe également à cet échange d’eau que la forêt entretient avec le ciel, un échange nommé gunubeï, et qui consiste, à la nuit tombée, à offrir à la lune l’humidité produite par la forêt et à la recevoir en retour, à l’aurore, sous forme de rosée. Mowa signifie donc un ensemble d’êtres composites auto-régénérant, également le couvert végétal qui ne trahit aucune présence humaine, c’est-à-dire aucune altération due à une intervention matérielle des Kasua. Peut-être devrais-je dire « qui ne trahit plus de présence humaine », autrement dit, une forêt qui aurait retrouvé sa physionomie originelle. La taxonomie des forêts secondaires consécutives à leur pratique de l’essartage, formant le plus souvent des îlots perdus dans la forêt suggère, semble-t-il, une telle (r)évolution. Ainsi, la végétation secondaire post-culturale est nommée à son premier âge gisi, c’est-à-dire « guerre ». Préservé par l’interdiction de remettre en culture de telles terres, le recrû s’épanouit. Mais l’œil averti reconnaît dans la composition végétale les témoins de l’appropriation humaine passée. Cette forêt secondaire est alors nommée « ombre des ancêtres ». Ce n’est qu’en mûrissant, c’est-à-dire en prenant de l’âge, ce qui se lit dans la hauteur des troncs et la largeur des contreforts, mais aussi dans l’exaltation des différentes strates forestières composées de manière presque désordonnée par les divers végétaux que je viens de décrire, que cette forêt sera alors nommée gisi a : se, « ombre de la guerre », révélant les prémices de l’effacement des traces de l’activité humaine sur le couvert forestier.

14La suite du mythe décrivant la formation de la forêt, que les Kasua aiment raconter à leurs enfants comme pour les prévenir et se prévenir eux-mêmes de trop intervenir sur les processus écologiques du système forestier, explique peut-être que encore aujourd’hui la forêt des Kasua est toujours nommée mowa : Les hommes-arbres constatèrent que leur cime respective n’était pas à la même hauteur et que la canopée par conséquent était irrégulière. Ils décidèrent de l’égaliser. Ils prirent chacun la pierre jaune tranchante nommée môwa et coupèrent toutes les cimes qui dépassaient, afin que la canopée soit au même niveau. Satisfaits de leur action, ils s’endormirent, mais à leur réveil ils constatèrent qu’il faisait toujours nuit, qu’il n’était plus possible de voir le ciel ni les étoiles : ils étaient plongés dans la plus totale obscurité. Sito pris de colère devant les conséquences de leurs agissements les menaça d’inonder les terres. Puis, il s’empara de l’anguille swikea de couleur jaune et la lança répétitivement vers le ciel afin qu’elle fasse des trouées dans la canopée. Enfin, tous les arbres même les plus petits pouvaient voir le ciel...

Notes

1 Pour des raisons de longueur, je n’ai pas fait figurer ici la liste exhaustive des plantes herborisées et de toutes les relations écologiques, symboliques et sociales dont elles sont les sujets. On retrouvera cette liste dans les annexes et le cédérom attachés à ma thèse de doctorat (Brunois 2001). L’ensemble de leurs données ainsi que celles concernant les 200 autres spécimens herborisés lors de mon dernier terrain en 2005 et de la faune fera l’objet d’un autre ouvrage consacré à un « dictionnaire de la biodiversité kasua et de ses relations ».

2 Les Kasua ne reconnaissent pas aux fleurs ou aux fruits, leurs rôles d’organes sexuels ou de produits d’une fécondation, même s’ils reconnaissent que l’avènement des fleurs annoncent celui des fruits. Pas davantage ne prêtent-ils une identité sexuelle aux plantes (à l’exception des pandanus domestiqués, cf. chapitre 10), même si en les forçant quelque peu, ils considèrent spontanément que les arbres portant des fruits sont des femelles, pour se raviser généralement après quelques minutes de réflexion. Reste qu’ils reconnaissent que certains arbres peuvent être stériles. Ils seront dits ini ou improductifs, adjectif que l’on attribue également aux femmes qui sont toujours les premières à être accusées au sein d’un couple infertile.

3 À la veille de mon départ pour la France en 1997, je décidai d’organiser une réunion avec l’ensemble des Kasua. Je souhaitais non seulement revoir avec le plus grand nombre d’individus possible leur nomenclature botanique, mais aussi leur poser cette ultime question : « Si vous étiez obligés d’ordonner les centaines d’arbres identifiés, par quels critères le feriez-vous ? » Ma question les étonna : « Nous devons réfléchir », me dirent-ils. Ce n’est qu’après une longue nuit de discussion collective qu’ils m’apportèrent à l’aurore leur réponse : « Nous ne faisons pas comme cela, tu le sais, mais si nous y sommes obligés, nous choisirions les couleurs rouge, jaune et blanche de leur ibi. »

4 À la clôture du rituel initiatique, les initiés sont tenus de se présenter debout, les bras levés à la perpendiculaire du corps. Ils seront d’ailleurs nommés « l’ombre de l’arbre ikale » (cf. chapitre 11).

5 Ce parasitisme confère à cet arbre deux usages particuliers. Ainsi, la branche, dans laquelle les fourmis creusent de véritables couloirs, sert à soigner les maux d’oreilles consécutifs à des bouchons. Chauffée au feu, on la place dans la cavité et souffle dedans, transférant à l’oreille le pouvoir des fourmis de percer le bouchon. Enfin, lorsque les Kasua organisent des cérémonies où des porcs semi-domestiqués sont tués pour départager leur viande entre les convives, ils placeront systématiquement un morceau du tronc sous la tête de l’animal afin que les morceaux de viande soient aussi nombreux que les fourmis parasitant l’arbre.

6 J’ai relevé 1410 usages que les Kasua puisent du monde végétal. Leur description est restituée dans les annexes de ma thèse. Pour plus de précision sur la logique présidant à la nomination et aux usages des plantes, je vous renvoie à Brunois 2002.

7 Pour plus de détails sur ces armes et leur fabrication, je vous renvoie au chapitre 10.

8 L’identification de l’ensemble de ces palmiers est en cours de réalisation.

9 Ce terme s’applique à la stèle de la plupart des Monocotylédones. Chez ces végétaux, le système vasculaire est constitué par la coexistence de multiples faisceaux disposés communément en cercles concentriques (Boullard 1988 : 49).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540