Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin du casoar, la forêt des Kasua

 | 
Florence Brunois

Section 2. Occupants et occupation du cosmos forestier

Section 2. Occupants et occupation du cosmos forestier

Texte intégral

1En déclinant une palette d’écosystèmes forestiers aussi colorée que la diversité des biomes d’eau douce, en révélant des formations géologiques aussi distinctes que les micro-climats, l’immense décor ethnographique que constitue le territoire tribal des Kasua et ses proches environs s’assimile à une formidable mosaïque d’habitats propice à accueillir et à abriter une richesse biologique exceptionnelle. Cette section tente de restituer cette réalité le plus fidèlement possible en se consacrant à la description des êtres cohabitant comme co-animant la vie forestière kasua. Elle se propose en fait d’appréhender ce que renferme, pour les Kasua, le concept de biodiversité, mais compris dans sa traduction littérale, c’est-à-dire la diversité de toutes les formes de vie. En effet, seule cette dernière définition est susceptible de traduire la perception kasua sans prendre le risque d’appauvrir leur environnement d’une multitude d’êtres aussi présents et agissants que le sont les esprits, ni celui de les exclure eux-mêmes de cette biodiversité.

2L’approche choisie pour appréhender ces formes de vie rétablira la séparation abstraite en quatre chapitres que j’ai réalisée pour faciliter la lecture de leur présentation. Conjuguant systématiquement une description émic à une description taxonomique, elle révélera en effet que tous les êtres humains et non humains, vivants ou spirituels, reconnus pour la plupart dans leur individualité, forment des vies dont l’identité comme le savoir écologique qui les appréhende se fondent sur la reconnaissance de leur occupation spatiale différenciée, nommée autrement « niche écologique ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540