Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin du casoar, la forêt des Kasua

 | 
Florence Brunois

Section 1. Histoire de la configuration du cosmos forestier

Chapitre 2. La géomorphogenèse mythique du territoire Kasua

Texte intégral

1À l’origine atteste le mythe fondateur que les Kasua nomment monuwa, la « base du rêve », il n’y avait ni terre, ni liane, ni bambou. Il n’y avait que de l’eau couvrant l’ensemble du territoire. Sito, le Kenaso (le vieux), créa d’abord le ciel avec de l’eau et de la pierre. Mais le ciel était trop lourd et donc trop bas, la chaleur était insoutenable. Alors Sito appela toutes les colombes hine (Trugon terrestris) et leur demanda de voler plus haut. Les oiseaux s’envolèrent si brusquement que le ciel prit peur et fit un bond en hauteur. Puis il décida avec Hapano, la Kebeaso (la vieille), de durcir le sol, créant ainsi l’écorce terrestre. Hapano retira sa graisse ventrale, ibi, la déposa sur l’arbre abattu par Sito et étendu sur l’aire aquatique, et y planta un petit bâton. Hapano s’adressa à son ibi : « Je t’ai mis sur le gi (tronc, os), mets-toi à danser maintenant, va, danse. » Et l’ibi se mit à danser et à s’étendre sur l’eau. Cette danse créa ainsi l’immense étendue des plaines alluviales se profilant aujourd’hui à perte de vue jusqu’à la mer et que les Kasua nomment sunamo. Cette étendue constitue géologiquement l’écorce continentale australienne ensevelie sous les couches sédimentaires drainées par les innombrables inondations dues aux fluctuations maritimes qui s’arrêteront seulement au Pléistocène.

  • 17 Une correspondance qui m’aurait échappé sans la présence inattendue mais si précieuse de C. Froidev (...)

2La mise en relief de cette platitude originelle va être le fait du pouvoir paysagiste des héros mythologiques, dont l’histoire s’inscrit dans le prolongement du mythe fondateur ou participe du corpus mythologique que les Kasua nomment tesale qui signifie littéralement « la progéniture existe ». On y retrouve les quatre personnages que nous connaissons déjà : le couple de vieux, Kebeaso et Kenaso, et le couple de jeunes germains, Salasu et Kelosulu. On y découvre la formation des trois autres grands ensembles géomorphologiques du territoire kasua qu’appréhende leur typologie : le volcan Bosavi ; la région des cavités sous roche ou Hapana ; la région karstique dite Tawalu ; puis le parachèvement du lieu d’origine par la naissance de petites collines jalonnant de façon éparse les Basses-Terres, (cf. planche 1). Ainsi, on décèle, dans le corpus mythologique kasua, une surprenante correspondance avec l’histoire géomorphologique établie par la géologie17.

LA MORPHOGÉNÈSE MYTHIQUE DES GRANDS PAYSAGES GÉOLOGIQUES

La naissance du mont Bosavi et de son versant sud

3Le plus important de ces mythes est aux yeux des Kasua celui de la naissance du mont Bosavi, de ses versants sud et des petits cônes l’environnant. Cet intérêt tout particulier s’explique par la personnalité de sa fondatrice qui est dévoilée uniquement dans ce mythe et n’est autre que la créatrice Hapano, mais présentée ici seule – c’est-à-dire non accouplée à Sito – comme la mère du gibier. Sous son impulsion, vont naître les paysages que renferme l’environnement du volcan représentant, selon les géographes, l’un des volcans les plus impressionnants de l’ouest de la Papouasie (Ryan 1972). Ses multiples caractéristiques – cascades, escarpements, torrents impétueux, puits de lumière, versants aux pentes abruptes-, dissimulées par le dense manteau de verdure, reflètent la jeunesse géologique de ces terres et leur instabilité topographique. En effet, la présence, ou plutôt l’omniprésence du volcan éteint, révèle le rattachement de ses terres septentrionales à la ceinture mobile qui inclut la cordillère centrale située à 50 km à vol d’oiseau et qui reste tectoniquement très active comme en témoignent les nombreux tremblements de terre. La première phase volcanique qui remonterait seulement à 100 000 BP est celle qui donna naissance au mont Bosavi. Son éruption recouvrit les versants de calcaire d’un tablier de basalte de couleur noir cristallin d’une épaisseur d’environ 100 m, laissant apparaître de-ci de-là des taches de terre rouge, en fait de la terre oxydée par les minéraux de fer que les Kasua nomment bimi. Ses coulées de lave atteignirent le sud de Musula pour s’arrêter brutalement, créant un mur de démarcation de plus de 50 m de haut avec les plaines des Basses-Terres. Une seconde phase volcanique plus récente intervint entre 50 000 et 10 000 BP et paracheva le paysage en provoquant la naissance d’une multitude de petits cônes nommés tokomo kolotea (petites montagnes) par les Kasua. Le mythe racontant cette formation géomorphologique décrit pareillement, nous allons le constater, deux phases successives : Kebeaso, la mère du gibier, était sur la montagne Nakepetin. Kenaso et Salasu vivaient sur la montagne Menapo (versant nord du volcan). Salasu prend son arc et part chasser. En descendant une colline, il entend un bruit provenant d’une petite montagne, car, à cette époque, le mont Bosavi n’existait pas, il y avait juste cette petite montagne rouge du nom de Nakepetin et où toutes les rivières prenaient leur source. Il s’approche et découvre une vieille femme en train de couper du bois de chauffe. Au même instant, le bois frappe la jambe de la vieille qui s’écrie alors : « Qui me regarde ? » Elle se retourne et découvre le jeune homme : « Mon fils est là ! » s’exclame-t-elle. Elle l’invite aussitôt dans sa demeure où Salasu découvre une multitude de gibiers. La vieille femme prépare un immense feu et tue quelques animaux qu’elle demande au garçon de cuire : « Tu les mettras dans ton filet de portage, et demain tu les emporteras. » Le garçon s’endort. L’aurore venue, il rentre chez lui et dépose les différents animaux sur une estrade dans sa demeure. Les autres habitants de la maison rentrent à leur tour d’une chasse peu fructueuse. Salasu distribue à chacun de la viande que tous consomment au cours du dîner, à l’exception d’un vieil homme souffrant qui refuse de partager la nourriture. Le lendemain, les gens, décidés à repartir chasser, cherchent le vieux, car il est l’homme sachant ouvrir la porte du gibier aux chasseurs. Ils le trouvent allongé près d’un foyer : « Je suis malade, leur dit-il, je ne peux pas parler, partez ! » Il appelle son épouse qui se trouvait dans la partie féminine de la demeure et lui demande : « Ma vieille femme, va chercher mon porc avec les grandes défenses et un coquillage. » Elle s’exécute et ramène l’animal et le coquillage qu’il présente aussitôt à Salasu : « Ce porc, tu peux le tuer et le manger. Ce coquillage, je te le donne. Il n’y a rien d’autre à dire, seulement hier où es-tu allé dormir ? Tu dois me montrer le chemin, je veux y aller. » Salasu lui répond : « Papa, je suis allé là où tu sais aller, pas ailleurs. » Le vieux insiste : « Non, non, tu dois me montrer. » Salasu fléchit et lui décrit le chemin pour atteindre la maison de la vieille. Le vieux part immédiatement à sa recherche et voit à la montagne Naketepin la vieille femme en train de couper du bois. Mais au lieu de la rejoindre, il se dirige directement dans sa demeure et constate lui aussi les innombrables gibiers arpentant murs, toit, plancher. Le vieil homme tue des couscous, des kangourous arboricoles, des bandicoots, lorsque au même instant un morceau de bois frappe la jambe de la vieille. Elle se retourne et voit l’homme dans sa demeure. Le vieux l’interpelle : « Tu es cette femme qui dort avec le gibier ? Tu ne les tues pas, ne les manges pas ? » La femme rentre chez elle, le vieux s’empare de son bois de chauffe pour allumer le feu et brûler les poils des nombreux animaux tués. Il l’interroge de nouveau : « Comment se fait-il que tu restes avec le gibier ? Ils ne doivent pas dormir avec les humains. S’ils sont près de toi, tu peux en tuer et en manger beaucoup trop. » La vieille femme le laisse finir son repas et prépare sa couche. Elle place tout d’abord un tronc de séparation, puis elle pose sur le sol quatre écorces en guise de matelas et quatre autres par-dessus l’homme qui s’est allongé. Mais au cours de la nuit, l’homme épris de désir pour la vieille femme cherche à se rapprocher d’elle. Il se met à frapper le sol tout en s’écriant : « Il pleut, il pleut et l’eau traverse le toit, je suis trempé ! Comment peux-tu dormir dans cette maison ! » La vieille, ayant compris sa manigance, lui propose de se rapprocher de sa couche tout en prenant soin de replacer les troncs et de recouvrir le vieux avec les écorces d’arbres. Néanmoins pour s’assurer de son sommeil, elle jette du gibier dans le feu qui s’embrase, et s’écrie : « Au feu, au feu ! » L’homme ne réagit pas. La vieille femme se lève, prend un bâton à fouir et sort. A l’aide de son bâton, elle retourne de la terre, la jette en l’air, lui donnant simultanément un nom, celle-ci s’élève formant une montagne. Plusieurs fois, elle reproduit cette action, créant au cours de la nuit, les montagnes Wanene, Kagapi, Wawi, Hanan, Bosuali, Fokayi, Ipiti, etc. Enfin après l’élévation de la montagne Ukumeya, elle rentre chez elle. Salasu, de son côté, commence à s’inquiéter de l’absence du vieil homme. Il monte sur la montagne, mais ne reconnaissant plus le paysage il se voit contraint de rebrousser chemin. En se levant, le vieux découvre aussi les bouleversements géographiques et comprend qu’il ne peut plus regagner sa demeure. Il s’assoit sur la véranda où la vieille ne cesse de tisser de la cordelette qui s’enroule en de nombreux cercles. Soudain, le chien de la vieille femme arrive et fixe du regard la direction d’où il vient. « Eu veux y retourner et tu viens me le dire ! » pense-t-elle à voix haute. Elle lui accroche autour du cou une des extrémités de la cordelette qu’elle avait tissée, et lui dit de s’en aller. Deux journées s’écoulent, deux journées au cours desquelles, les cercles de cordelette se sont déroulés au rythme de la progression du chien. Constatant qu’il n’en restait plus qu’un petit bout, la vieille femme invite le vieil homme à s’asseoir près d’elle sur la véranda. Elle lui montre du doigt les montagnes en les nommant successivement, puis lui désigne toutes les rivières s’écoulant vers le sud. Enfin, elle fait un petit feu pour brûler les feuilles nommées unumu (Asplenium nidus L.) Elle récupère les cendres (dont les Kasua tirent du sel végétal), les place devant sa bouche et souffle dessus : une montagne bleue s’éleva à la place de la petite montagne rouge : c’était la montagne Bosavi. Elle prend alors l’autre extrémité de la cordelette et la tend au vieil homme : « Prends cette corde maintenant, et suis son chemin. » Le vieux s’en empare et s’en va. Il marche deux jours, lorsque enfin à la montagne Kasolotela (queue du chien), il aperçoit le chien, Tabulube, en train de grimper. Au sommet, le chien lui confie : « Quand un Kaluli descendra de ce côté-là, je regarderai les traces et je t’appellerai par le tonnerre. »

4Au-delà des précieuses informations que ce mythe nous révèle sur les relations que les Kasua doivent entretenir avec la mère du gibier, que je développerai ultérieurement, nous retiendrons ici le fait fondamental que, en sus des bouleversements géologiques rendant la traversée de ces terres fortement hasardeuse pour les non-initiés, une frontière est explicitement élevée afin de contrôler toute intrusion des Kaluli dans cette aire. Le versant sud de la montagne bleue présenté comme la réserve privilégiée du gibier se doit d’être protégé des humains devenus étrangers, mais aussi peut-être de leurs doubles cosmologiques dont on sait qu’ils venaient chasser sur ce versant. Les Kasua se défendront d’ailleurs d’établir une voie d’accès facilitant la marche sur l’ensemble du versant sud du volcan.

La région des Hapana

5Si d’aventure un intrus parvenait à franchir cette zone et à se diriger vers le sud en longeant l’extrémité du tablier de basalte, il découvrirait alors la région dite des Hapana, non moins inhospitalière, qui constitue une zone intermédiaire entre le plateau de calcaire et les versants sud-est du volcan Bosavi. Cette association géologique a créé un écosystème très spécifique et surtout très rare, puisqu’on le rencontre seulement dans cette région de la Papouasie. Les vallées y ont des allures de cathédrales tant les rivières sont surplombées à l’est par d’immenses falaises calcaires, alors qu’à l’ouest se profile une dense végétation au sein de laquelle certains troncs déracinés trahissent la fragilité du terrain. Les rives encaissées sont composées de cailloux et de rochers à peine érodés par le flux pourtant rapide des eaux dont la température est rafraîchie par l’altitude (700 m) et l’ombre portée par le mur de craie blanche. C’est dans les hauteurs de ces falaises, environ à 30 m de haut, cachés par de la végétation conquérante, que l’on découvre les fameux abris sous roche recouverts de pétroglyphes, dont la longueur comme la profondeur peuvent varier de 10 à plus de 30 m. Ces abris sous roche sont investis par les Kasua pour surprendre les étrangers non invités. Leur nom, énoncé dans le mythe de leur création, est celui donné à cette région particulière : Hapana, un nom qui n’est pas sans rappeler celui de la vieille mère du gibier, Hapano.

6Toutes ces falaises n’existaient pas, Salasu, le jeune homme, ne pouvait s’abriter de la pluie. Alors il dit à la pierre Osa de le suivre. Du doigt, il lui montra le lieu où il voulait s’abriter, la pierre se mit à rouler et creusa les falaises. C’est ainsi qu’au fur et à mesure qu’il marchait, il créait des abris sous roche du nom d’Hapana. Si les rivières étaient en crue, il demandait à la pierre de creuser le lit de la rivière. S’il voulait pêcher des poissons, il demandait à la pierre de bloquer le courant d’eau, lui permettant ainsi de collecter les poissons. Mais un jour Kenaso, le vieux, qui avait entendu le vacarme et ressenti le tremblement de terre, s’approcha et vit Salasu suivi de la pierre qui cassait tout sur son passage. Kenaso grimpa à un arbre, arma son arc et tira une flèche sur la pierre qui s’immobilisa. Il s’écria : « Je ne veux pas que vous fassiez des abris et des trous. Mes enfants doivent construire des maisons, je veux qu’ils pratiquent la pêche à l’écopée, qu’ils aménagent des barrages pour arrêter l’eau. » La pierre était Kelosulu, la soeur de Salasu, qui, avant de partir vers le sud-ouest avec ses autres sœurs, grava des dessins sur les parois des abris. Selon les Kasua, ces graphismes représentent des pattes de casoars et des vagins ou cloaques. Aujourd’hui, une roche gît seule au pied de l’abri sous roche que l’on nomme Melokolosen.

La région Tawalu

  • 18 Sans pouvoir attester d’une relation, il faut préciser qu’à l’extrémité sud de cette région gisent (...)

7Enfin à l’est, nous retrouvons la région karstique représentant la frontière naturelle la plus efficace et la plus menaçante, puisque son créateur Tawalume18, le géant rencontré lors de la migration des Kasua, en a fait son habitat, comme la nomination de cette région l’indique, Tawalu. Sans aucun doute, cette région forme le plus étonnant des ensembles géomorphologiques du territoire kasua. Son aspect pierreux et tortueux contraste avec la richesse verdoyante et trompeusement homogène des versants du volcan. Elle constitue un plateau de calcaire épargné par les coulées de lave et qui s’étend du nord au sud jusqu’à une paroi abrupte de plus de 100 m de haut marquant fièrement la frontière tranchante avec le territoire des Fasu. La nature calcaire de la roche fait de cette région une véritable éponge absorbant toutes les eaux de pluie qui, chargées d’acide, dissolvent le carbone de chaux contenu dans le calcaire et forment ainsi les dépressions cisaillées que les Kasua nomment kugia. À ce paysage accidenté, correspond également une intense activité souterraine qui confère à cette région une certaine instabilité géologique. Elle est due à l’infiltration des eaux de pluie dans les innombrables fissures qui fendillent la carapace calcaire selon une inclinaison NO/SE. En effet, le creusement et la dissolution de la roche par l’acidité aquatique amènent la formation de puits ou abîmes naturels. Peu à peu, les fractures s’élargissent aux intersections, se prolongent, se ramifient, communiquent entre elles pour former des grottes qui seront tout aussi sujettes à l’érosion karstique ; les parois pouvant s’effondrer sous l’effet de la dissolution. Phénomène que le mythe, nous nous en souvenons, décrit sous cette image « le géant sursaute provoquant l’effondrement du plafond, puis se cogne contre le mur, provoquant une nouvelle cavité, puis tombe sur le sol provoquant un précipice ». Un second mythe dénonce aussi cette instabilité, cette fois-ci en mettant l’accent sur un autre phénomène de l’érosion karstique : l’édification de concrétions, c’est-à-dire les dépôts de calcite dus aux suintements des eaux qui forment de véritables piliers au sein des cavités.

8Des gens habitaient une grotte. Un jour les hommes décidèrent de partir chasser, les femmes d’aller pêcher. Seule Kelosulu resta sous un abri situé à l’extérieur de la cavité, car elle avait ses menstrues. Elle entendit des voix, elle pensa d’abord que tout le monde était de retour, mais en fait les bruits provenaient de la caverne. Un homme était en train de se costumer. Il recouvrait son visage de cendre, se peignait le corps avec de la terre rouge et jaune. Il posa sur sa tête la fourrure du Couscous tacheté et se mit enfin à danser et à chanter. Il s’empara d’une torche en bambou desséché, la caverne s’effondra. Il replaça la torche, la grotte se releva. Le soir venu, tous rentrèrent de la chasse et pénétrèrent dans la grotte. La jeune fille se précipita et leur conjura de ne pas y rester : « Quelqu’un est venu et la caverne s’est effondrée », mais personne ne la crut. Elle retourna dans son abri et appela son frère qui lui amena du gibier. Dans la grotte, chacun s’affairait à préparer le repas quand un homme alla chercher une torche qu’il trouva posée verticalement au pied d’une pierre. Il la prit et la grotte s’effondra sur eux. La cavité rocheuse retrouva sa forme initiale lorsque des corps ensevelis on ne retrouva que les os.

  • 19 Une caractéristique morphologique que partage Souw, cette même figure héroïque rencontrée chez les (...)

9On ne s’étonnera plus dès lors de ne rencontrer que des chauves-souris comme locataires des nombreuses grottes qui parsèment la grande région Tawalu. On ne s’étonnera pas davantage du rôle naturellement protecteur que joue cet ensemble géomorphologique à la différence de la région des Basses-Terres. Tout en constituant le site d’origine de la création, cette région méridionale n’en reste pas moins la région la plus dangereuse pour la survie des Kasua, même si quelques petites montagnes aussi rares que dispersées jalonnent cette immense platitude. Elles sont créées sous l’action de Sito dont ce mythe nous révèle un de ses attributs particuliers : son gigantesque pénis19.

10Kenaso, marchant sur la montagne Bosavi, observe au loin de la fumée et décide d’aller voir de plus près. Il rejoint la région Tawalu et atteint un abri habité exclusivement par des jeunes filles. Les Kelosulu découvrent les traces des pieds de l’homme venu les épier et partent vers le sud. Arrivées sur un plateau, elles souhaitent ouvrir un petit essart pour planter du pandanus. Mais le lendemain, elles voient, caché derrière les arbres, le visage du Kenaso et quittent le lieu pour se rendre vers la montagne Bosavi. L’homme les poursuit, mais, pris d’une érection, son pénis casse la roche, provoquant la fuite des jeunes filles effrayées, qui se dirigent cette fois-ci vers le sud du piedmont du volcan. Elles organisent un campement et cuisent du pandanus rouge. Le vieil homme cherche alors un subterfuge pour les approcher. Il prend une grosse feuille, perce deux trous pour ses yeux et plonge dans l’eau. Mais les jeunes filles reconnaissent ses yeux et s’enfuient à nouveau, abandonnant la sauce de pandanus. Le vieux sort de l’eau. Son pénis est à nouveau en érection et glisse sur la terre à la recherche des traces des jeunes filles. Celles-ci s’étaient rendues près de la rivière Turama et exploitaient un palmier sagoutier. Le vieil homme réfléchit à la manière de les aborder. Il décide de se travestir en femme : ses seins se mettent à gonfler. Il revêt une jupe et place dans un filet de portage deux oisillons de l’espèce du jardinier oreillard eyapolo (Ailuroedus melanotis) dont le chant peut être assimilé à celui des enfants. Il gravit son chemin tout en parlant aux oisillons comme s’il s’adressait à des enfants. Il approche ainsi du marais à sagoutiers. À sa vue, les jeunes filles l’invitent à s’approcher : « Approche-toi vieille femme, montre-nous tes enfants. » Le vieux répond aussitôt : « Non, mes enfants sont malades, je ne peux vous les montrer. » Il s’assoit à l’extrémité du tronc du palmier et fait semblant de donner le sein aux oisillons. La cadette était en train de mettre la fécule dans son sac à fécule, quand le vieil homme a une nouvelle érection et plante son pénis dans le tronc pour toucher la jeune fille. Celle-ci entend le bruit provoqué par le pénis et s’enfuit retrouver ses sœurs pour leur confier l’identité de la vieille femme. Avant de repartir, elles demandent aux grenouilles sobaya et baba de coasser, car leur chant ressemble à des rires et à celui d’une herminette frappant le sagou. Le vieil homme se laisse tromper. Excédé, il tue les oisillons et repart à leur poursuite. Il découvre à la base d’un arbre des traces d’ongles. Il lève la tête et voit les jeunes filles qui se moquent de lui. Le vieux grimpe à l’arbre et attrape l’aînée qui lui dit : « Je suis malade, je ne peux pas travailler », la seconde lui confie « qu’elle ne sait pas jardiner », la troisième, « que sa jambe est mauvaise ». Le vieux se tourne alors vers la cadette qui le frappe à la poitrine d’un coup de pied. Le vieil homme se renverse, cherche à s’agripper aux branches, attrape le fruit rouge ba (Garcinia Hollrungii Lauterb.) et tombe dans le marais. Les jeunes filles descendent de l’arbre et lui marchent dessus avant de reprendre la fuite pour atteindre la montagne où la rivière Kolea (sperme) prend sa source. Le vieil homme essoufflé par sa traque a une nouvelle érection et lance son pénis qui perce la montagne, provoquant une nouvelle fuite des jeunes filles. Las, il décide de retourner vers le sud et constate combien la terre y est plate. Alors, il se rend au lieu où son pénis avait formé une montagne et retire l’os de tibia du casoar. Il repart sur les Basses-Terres, et grâce à cet os il créa les petites montagnes.

11Ainsi, le pouvoir paysagiste du pénis de Sito – et son substitut, l’os du casoar-, rivalisant avec le pouvoir paysagiste du bâton à fouir d’Hapano, parachève la morphogenèse de ce territoire où décidément aucune formation géologique n’est considérée comme immanente. Aussi à la lumière de cette création mythique mettant en forme ce qui à l’origine du couple des créateurs était informe, on comprendra mieux l’accent particulier qu’accordent les Kasua aux reliefs marquant leurs paysages. À la différence de la taxinomie des écosystèmes forestiers qui ne renferme que trois grandes catégories déterminées par l’altitude et ses occupants (cf. chapitre 3), leur typologie des reliefs est composée de neuf catégories, dont la montagne et les plateaux ou plaines sont les références extrêmes, à l’image du mont Bosavi, point culminant et majestueux de leur territoire, à l’image des Basses-Terres, point le plus plat de l’espace tribal. Les Kasua distinguent ainsi les montagnes tokomo, les sommets des montagnes tokomo wabesa ou tokomo tumu, les collines tokomo kolotea, les versants des montagnes sola, les pentes des montagnes ou des collines fabolo, les vallées en cuvette kabiya, les dépressions kugia, les fameuses cavités rocheuses hapana, enfin les plateaux some.

LA MÉTAMORPHOSE DES PAYSAGES

12Si ces récits témoignent incontestablement du pouvoir extraordinaire dont sont dotés leurs créateurs, ils nous auront également permis de réaliser la grande sensibilité des Kasua à l’instabilité topographique de leur territoire. Celle-ci résultant toujours de la colère des héros se traduit par l’émergence d’une montagne, les tremblements de terre, les effondrements de terrain ou de parois. Et cette sensibilité s’accentue au regard d’une autre fragilité géologiquement liée et que le mythe fondateur ne fait qu’exacerber : l’instabilité provoquée par le système hydrographique.

13Les Kasua ne distinguent pas l’eau céleste de l’eau terrestre, car, comme le mythe le précise, l’eau du ciel comme celle de la terre est composée de la même matière. Ainsi l’eau, quelle que soit son origine, quel que soit son usage, est nommée hano. En revanche, les différentes formes qu’elle peut revêtir au sein de l’environnement terrestre ou souterrain sont reconnues et distinguées (cf. planche 2). L’eau jaillissant d’une source est nommée hano si, « œil de l’eau » que les Kasua ne confondent pas avec hana bobono, une rivière qui, empruntant un aven, devient soudainement souterraine pour rejaillir plus loin sous forme de source. De même le lac, hano kano, se distingue du lac souterrain, véritable lit aquatique où se réunissent les infiltrations des eaux de pluie dans les couches calcaires. Les criques où se déversent les cascades ou les cascatelles, nommées indifféremment hano sagulu, portent un nom phonétiquement très proche des eaux déferlantes qui déterminent leur profondeur, hano hagulu. Les rivières quant à elles sont désignées, quel que soit leur tirant d’eau, par le terme générique hano, ajouté au nom du lieu qu’elles traversent ou d’un nom propre faisant référence soit à un animal, soit à un humain, soit, comme nous le verrons plus tard, à un esprit. Néanmoins la largeur du lit du cours d’eau participe à la différenciation des ruisseaux, hano koletea, « petites eaux », des rivières, hano. Celles-ci prennent leur source sur le mont Bosavi et déroulent leurs flots dans les vallées du volcan empruntant toujours l’axe méridional, pour former en aval, c’est-à-dire à la hauteur des Basses-Terres les fleuves, hano sosolo, « grandes eaux ». Ces eaux se caractérisent par leur grande largeur nécessitant un radeau ou une pirogue pour les traverser, à la différence des hano et des hano kolotea traversés à gué ou en empruntant un tronc qui fait office de pont. Leur opacité participe également à leur distinction en contrastant avec la transparence, voire la limpidité émeraude de l’eau des rivières. Cette différence qui n’empêche pas les Kasua de les boire les unes et les autres trahit toutes les particules qu’elles charrient lentement du fait de la faible déclivité et qui se déposent sur les rives, où pierres et rochers ont laissé place à des plages de sable, qu’effleurent parfois des centaines de papillons conduisant des danses nuptiales aussi légères que féeriques.

14Mais ne nous méprenons pas sur le caractère statique que confère cet inventaire des différents biomes d’eau douce du système hydrographique ; il est loin de refléter la réalité à laquelle les Kasua sont confrontés. L’ensemble de ces paysages peut se métamorphoser avec la même violence que les pluies torrentielles qui s’abattent sur ces terres de mai à septembre, parfois jusqu’en octobre. En effet le système hydraulique de cette région est exclusivement météorologique : des caprices du climat dépend donc le visage que peuvent prendre ces paysages (cf. planche 3). Ainsi lors de la saison des pluies, nommée yebene, terme générique désignant le Gnetom gnenom L. qu’ils exploitent en cette saison, les rivières de l’amont, à forte déclivité entraînent dans leurs flux toutes les eaux déversées par les nuages noirs, hano kameya, se transformant en des torrents impraticables, mais dont l’encaissement empêche toute inondation des terres. Ce n’est qu’au niveau du piedmont du volcan où le lit de ces rivières, contraint par les coulées de lave, revêt la forme de lacet, que les eaux en crue comme celles des ruisseaux commencent à s’étendre dans les terres. Or déjà alourdies par l’infiltration des eaux de pluie, ces terres se détachent par pans entiers et occasionnent des glissements de terrain, reconfigurant brutalement l’aspect du paysage. Par ailleurs il n’est plus question de traverser les rivières à gué : le courant violent peut emporter hommes, femmes et enfants qui s’échoueront inanimés, parfois morts à plusieurs centaines de mètres en aval. Les ponts sont renforcés par l’abattage d’autres troncs surélevés ; on tendra également des lianes pour faciliter l’équilibre précaire du marcheur ; on renoncera parfois à seulement traverser. L’eau est meurtrière. Plus au sud, elle sera envahissante : les terres basses seront inondées, transformant la forêt des hautes plaines alluviales en un véritable marécage, où les sangsues semblent s’accommoder d’un tel déluge. Dans la région karstique enfin, l’eau est encore plus bouleversante. Accélérant la dissolution de la croûte calcaire, les pluies diluviennes peuvent engendrer le détachement des blocs de la voûte, laissant apparaître soudainement une nappe aquatique au lieu de la surface terrestre.

15Puis, contre toute attente, le bruit tambourinant et lancinant des gouttes d’eau s’estompe, laissant le chant des oiseaux envahir l’espace sonore. C’est la saison des accouplements, tout le monde de l’avifaune rivalise de sonorités. Cette période intermédiaire qui s’écoule de la mi-septembre à décembre est nommée précisément anema : kala, les oiseaux chantent. De paire à cette gaîté sonore, les paysages retrouvent une certaine sérénité. Les rivières sont encore gonflées des dernières pluies. Néanmoins elles ne représentent plus de danger pour les Kasua qui voudraient les traverser, libérés du mur aquatique les emprisonnant parfois dans leur abri forestier.

16Mais à peine retrouvée, cette tranquillité sera à nouveau interrompue tout aussi violemment par le vent cyclonique qui annuellement se déchaîne entre décembre et janvier, mettant en péril la vie forestière des Kasua. Les arbres les plus fragiles cèdent sous la puissance d’un vent pouvant atteindre plus de 190 km/h, entraînant dans leur chute les arbres voisins et formant ainsi de petits chablis. Les berges des rivières sont elles aussi encombrées de cadavres ligneux créant de véritables barrages naturels. Aidée par le vent, alobo, la forêt se régénère. D’ailleurs les mois qui vont suivre et précéder le retour des pluies constituent la saison que les Kasua nomment imona, « jeune pousse », caractérisée par sa couleur verte gorgée d’eau. Les paysages s’altèrent à nouveau. Les rivières en amont s’assèchent, permettant à la végétation de conquérir quelques îlots, tandis que les eaux basses des fleuves contraignent les navigateurs à soulever leur pirogue obstruée par les galets érodés. Si l’épaisse couche de nuages qui s’accroche au mont Bosavi entretient une certaine fraîcheur atmosphérique au-dessus de 700 m, à plus basse altitude, la température élevée (35 °C) incite chacun à rester à l’ombre de la canopée, même si le tonnerre gronde la menace de foudroyer les arbres situés à proximité.

17Ainsi sous la canopée, immense océan végétal seulement rythmé par les courbes déclinantes du volcan, se dérobe une surprenante variété de paysages en constante mouvance. Un constat similaire se fait si l’on emprunte l’axe de l’altitude, car on est alors surpris par les disparités climatiques rencontrées au sein même de cette aire. Enfin, si l’on ajoute à ces caractéristiques écologiques l’humidité ambiante dont le taux oscille constamment entre 90 à 100 % et la très forte radiation solaire, on réalisera combien ce territoire conquis regorge d’une fabuleuse diversité de niches écologiques et, par là même, suscite l’effervescence d’une vie aux multiples facettes comme nous allons maintenant le découvrir.

Notes

17 Une correspondance qui m’aurait échappé sans la présence inattendue mais si précieuse de C. Froidevaux, géologue venu à Musula pour mener une analyse topographique au bénéfice de la compagnie pétrolière Philip 66. Non seulement, il m’offrit la possibilité de survoler le territoire kasua en hélicoptère, mais surtout il s’adonna avec patience et plaisir à des longues discussions géologiques avec les Kasua beaucoup plus alertes et savants que moi-même

18 Sans pouvoir attester d’une relation, il faut préciser qu’à l’extrémité sud de cette région gisent dans une grotte des os mesurant plus de 1 m de long. Selon les Kasua, il s’agit des restes du squelette de Tawalume, représentant sans doute une espèce éteinte de megafaune

19 Une caractéristique morphologique que partage Souw, cette même figure héroïque rencontrée chez les Daribi (Wagner 1972 : 27).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540