Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musées de guerre et mémoriaux

 | 
Jean-Yves Boursier

Introduction

D’une guerre à l’autre en Europe

Jean-Yves Boursier

Texte intégral

La guerre, la politique et la présentification de l’événement

1Après l’euphorie engendrée par la chute du « Mur de Berlin », le xxe siècle européen trouva son achèvement tragique dans les guerres de décomposition de la Yougoslavie. Débutant sous le signe de l’expansion économique et coloniale, par la « Belle Époque », il avait déjà connu les « guerres balkaniques » de 1912-1913, et dans l’intervalle, deux guerres mondiales.

2Lors de la première, « la Grande Guerre » de 1914-1918, les principales puissances de l’Europe, qui se targuaient de porter des « valeurs », une « civilisation » occidentales, au nom desquelles elles avaient colonisé le monde entier, ont jeté leurs jeunesses dans des batailles sanglantes. Verdun est devenu le nom qui identifie sur le plan militaire cette guerre en France, un conflit marqué principalement par l’affrontement d’armées régulières. L’événement surgi de cette guerre, la révolution russe d’Octobre 1917, s’est inscrit lui aussi dans cet espace d’antagonisme guerrier, à commencer par le vocabulaire utilisé : « guerre civile révolutionnaire » contre « guerre impérialiste », « armée rouge » contre « armée blanche ».

  • 1 . Un proche de Tito, Milovan Djilas, signale la substitution par les communistes yougoslaves du ter (...)

3Un quart de siècle plus tard, l’Europe devenait à nouveau un champ de bataille, l’espace de déploiement des guerres d’agression et d’anéantissement nazies. Toutefois, cette Seconde Guerre mondiale, outre son développement territorial inégalé sur les théâtres d’opérations du Pacifique et d’Asie, et l’implication massive des civils, se caractérisa par la pratique à vaste échelle de « la guerre de partisans » dans de très nombreux pays. Les francs-tireurs n’étaient certes pas des personnages nouveaux dans l’histoire, mais leur pratique fut théorisée comme fondement de la guerre de libération nationale, combinée à la guerre nationale1. Il s’en suivra des processus politiques singuliers, en Yougoslavie, en Chine et en Indochine (Vietnam, Laos, Cambodge).

  • 2 . Notamment Omer Bartov, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette-Li (...)

4Dans cette guerre, les nazis ont organisé méthodiquement et systématiquement le génocide de la population juive d’Europe. Auschwitz identifie cette Seconde Guerre mondiale sur un plan autre que militaire : celui du crime d’État, du crime de masse. Certains chercheurs ont pu avancer la thèse d’une Wehrmacht « barbarisée »2 ou encore d’une « guerre dans la guerre » pour expliquer le caractère d’exception de l’événement. L’invention du nouveau concept de « crime contre l’humanité » au procès de Nuremberg témoigne de la singularité irréductible de ce qui a eu lieu. Devenu le support d’une pensée du nazisme en des termes juridiques, il est utilisé aujourd’hui pour appréhender les politiques criminelles à l’œuvre dans diverses situations, combiné à une problématique moraliste fondée sur le « mal absolu ».

  • 3 . Marc Bloch, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, 1990.
  • 4 . Sur ce point, cf. mon article en 1999 : « La Résistance : une guerre sans nom », Histoire et Anth (...)
  • 5 . Georges-Henri Rivière, La muséologie, Paris, Dunod, 1989, p. 269.

5En France où l’« État français » de Vichy s’était substitué à la IIIe République à la suite de « l’étrange défaite »3, l’un des aspects de cette guerre fut « la Résistance », processus singulier, multiforme et complexe4. De cette guerre, du crime d’État nazi, il subsiste des traces dans le paysage. Ce qui a eu lieu a parfois constitué le support à la création de musées et de mémoriaux dont l’existence, en tant qu’institutions, soulève la question de ce qui reste d’un processus dans le domaine des représentations par l’exposition. Dans ses thèses relatives à la muséologie, Georges-Henri Rivière énonce clairement qu’une exposition relève de l’idéologie, au sens de manière de penser : « Le programme d’une exposition [...] est acte scientifique dans la mesure où il constitue l’armature idéologique de la présentation. [...] La conception d’un musée suppose donc la mise en place d’un processus général (programme scientifique) [...]. Il faut en effet parvenir à une ponctuation de l’espace adéquate à l’organisation idéologique du message à transmettre5. » Que transmettre ? Telle est bien la question centrale posée dans ces établissements qui participent de stratégies mémorielles de groupes, de collectivités territoriales, de l’État.

6Au cœur même de l’existence de ces lieux d’exposition, de présentification, se trouvent les usages du passé et les modes d’accomplissement du deuil dans nos sociétés contemporaines. Il s’agit plus généralement du rapport d’un pays à son histoire.

La mise en exposition de la guerre

  • 6 . Au sens du concept de Pierre Nora.

7La Seconde Guerre mondiale a généré de nombreux « lieux de mémoire »6 en France : villages-martyrs, lieux de massacre par les nazis, camps d’internement vichystes, lieux de combats de la Résistance – Oradour-sur-Glane, Rivesaltes, Izieu, Vassieux-en-Vercors, le mont Mouchet, etc.

8Les musées consacrés à cette guerre, nommés le plus souvent « musées de la Résistance et de la Déportation », ont proliféré ces vingt dernières années. On a pu invoquer, dans un principe de causalité, le rôle déterminant des commémorations organisées à l’occasion du quarantième, puis du cinquantième anniversaire de la Libération et jusqu’à l’apogée du soixantième anniversaire. Cela serait réducteur, même si, à ces occasions, la médiatisation à grande échelle a pu servir d’occurrence à ces créations. Plus profondément, ce phénomène atteste, sans aucun doute, d’une transformation des politiques de transmission de la mémoire, et par là du pouvoir établi sur elle.

9L’héroïsation de personnages locaux ou régionaux, la création de petits panthéons locaux sont devenues les points communs de la plupart de ces établissements, dont une grande partie se trouve localisée dans le Sud de la France. Gilbert Champaud et Jacques Valéry présenteront les exemples de Peyrat-le-Château (musée de la 1re Brigade de marche limousine) et de Limoges (musée de la Résistance Henri-Chadourne). Le Limousin fut une région d’intense activité résistante, marquée par la figure de Georges Guingouin, chef de maquis, au fort ancrage territorial, devenu de son vivant un personnage de légende. Dans le premier cas, le musée inauguré en 1999 lui est entièrement consacré. Gilbert Champaud relatera les obstacles que durent franchir les initiateurs du « premier lieu de mémoire de la 1re Brigade de marche limousine ». Dans le second, la situation est plus complexe, y compris dans les rapports avec la municipalité de Limoges. Le musée, inauguré en 1989, de statut municipal, est supporté par une association des Amis du musée dont le président d’honneur est Georges Guingouin et dont la tâche est de « contribuer à faire connaître le musée » et « l’histoire de la Résistance » dans le Limousin. Dans les deux cas le lien entre le musée et le « grand homme » est évident.

10Le nombre très important de ces musées consacrés à la guerre et à la « Résistance », ajouté à l’éparpillement de ces établissements sur tout le territoire, témoigne de la difficulté à tenir un discours unifié sur le passé national, à traiter centralement de la mémoire nationale ; il se traduit dans l’importance nouvelle des mémoires plurielles qui lui sont substituées. Cette territorialisation de la mémoire au travers d’une multitude de petits établissements peut se révéler comme étant un signe d’une crise de l’État à énoncer et à prescrire sur l’histoire nationale, dont la traduction serait le renvoi au niveau associatif ou local de ce qui est habituellement de son ressort. Serge Barcellini retracera en la périodisant l’histoire de la politique mémorielle de l’État en France au travers des « musées des guerres contemporaines » où s’exprime une identité nationale. Il expliquera ce qu’il considère comme étant les « quatre composantes » de l’intervention de l’État : « patrimoniale », « commémorative », « savante », « pédagogique ».

  • 7 . À ce sujet cf. Daniel Fabre (dir.), Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques, (...)
  • 8 . René Char, « Feuillets d’Hypnos », Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 1988, p. 190.
  • 9 . Marie-Hélène Joly, « Les musées de la Résistance », in Jean-Yves Boursier (éd.), Résistants et ré (...)

11Plus généralement, l’enjeu relève de la détermination de ce qui appartient au patrimoine national, et par là, interroge sur les processus de transmission. En effet, l’acte de conserver procède du processus de patrimonialisation. La guerre et la politique peuvent-elles devenir un patrimoine ? Dominique Poulot reviendra par « une approche historique des musées d’histoire » sur cette mise en valeur d’un patrimoine historique dans des lieux qu’il nomme des « musées du présent » qui montrent « le temps écoulé ». Il expliquera comment le rapport au patrimoine et à l’écriture de l’histoire devient un enjeu d’actualité pour les musées d’histoire, dans une relecture des constructions de l’identité et des traditions qui entend « domestiquer l’histoire »7. Ce mot de patrimoine renvoie à celui d’héritage, de biens légués par les ancêtres au cours d’une transmission. S’il existe héritage, de quoi hérite-t-on ? René Char écrivait : « Notre héritage n’est précédé d’aucun testament »8, sans doute pour signifier, dans une vision prémonitoire, que les usages politiques de la Résistance ne manqueraient pas. Il peut s’agir d’une « entreprise de mémoire »9, puisque ces musées sont fondés sur la mémoire invoquée de manière récurrente et convoquée pour justifier de leur création par des associations d’anciens résistants ou encore par des collectivités territoriales.

12Claude Renouard présentera l’exemple du « musée de la Résistance du groupe jovinien Bayard » dans l’Yonne, l’un des plus anciens de France, créé en 1946, réorganisé en 1995, et s’interrogera sur « qui, dans l’avenir, parlera de Résistance » alors que les résistants auront disparu ? Et qui sera intéressé par ces musées ? Ève Duperray traitera du musée de Fontaine-de-Vaucluse nommé « l’Appel de la Liberté. Musée d’Histoire, 1939-1945 », ouvert en 1990, dans cette région où opérait le poète résistant René Char. Elle expliquera la volonté politique de création du musée en ce lieu et non pas à Avignon, chef-lieu du département, le rôle du président du conseil général du Vaucluse, ancien résistant, originaire de Fontaine-de-Vaucluse.

  • 10 . Sur ce point, on se référera à Antoine Prost, « Les monuments aux morts », in Pierre Nora (dir.), (...)

13Le musée pose la question de ce qui est mémorable. On peut s’interroger sur l’utilisation de ce médium en comparant avec ce qui a suivi la guerre de 1914-1918 lorsque l’État avait prescrit par la loi une mémoire nationale organisée autour des monuments aux morts et des cérémonies du 11 novembre10. Les résistants n’ont-ils pas construit leurs petits monuments pour témoigner du sentiment d’une insuffisante reconnaissance de la Nation à leur égard ? Il est à rapporter à son pendant : l’héroïsation et la mythification de la Résistance.

  • 11 . Ce qui n’a jamais été le point de vue de Marc Bloch pour qui l’histoire était « la science des ho (...)

14Ces établissements peuvent-ils être réellement qualifiés de « musées d’histoire », « musées de guerre », « musée-mémorial » ? « Histoire » renvoie au passé pour certains qui identifient une discipline à un objet11 ; mais est-ce bien du passé qu’il est question ? « Guerre » renvoie à armes, à armée, mais s’agit-il de cela ? On pourrait même parler de lieu de pèlerinage dans la mesure où sont parfois exposés des objets qui relèvent de la relique, qui sont sacralisés, telles des lettres de fusillés, des objets appartenant à des victimes de la barbarie nazie.

  • 12 . Serge Barcellini, entretien avec Marie-Hélène Joly, le 8 janvier 1996. À l’époque, inspecteur gén (...)

15La génération de résistants à l’origine de la création de ces musées est en voie d’extinction. Certaines associations qui formaient le support de ces établissements, en tant que groupe mémoriel, sont en voie de disparition, ne serait-ce que sur le plan démographique. Serge Barcellini a parlé de « lieux chauds »12 pour désigner les premiers musées de la Résistance dans lesquels les résistants tenaient une place importante, notamment en organisant des visites guidées. Pour une part, ces musées s’appuyaient sur leur volonté de transmettre leur mémoire de cet événement, de rendre mémorable leur action, ou encore, ils témoignaient du souhait de laisser une trace de la part de certains groupes de résistants, dans une sorte de combat contre l’oubli définitif. D’une certaine façon, au travers de la mémoire vive des résistants lorsqu’ils assuraient les visites, s’établissait un rapport de proximité avec la période, avec le passé, une manière de faire reculer le temps et la distance. C’était sans doute, dans nos sociétés « inauthentiques » au sens lévi-straussien, la possibilité de pouvoir toucher le vrai, de pouvoir s’en approcher, d’éviter les discours convenus des cérémonies officielles et d’être en contact avec l’histoire.

16Toutefois, on ne peut réduire l’existence de ces institutions muséales à un simple rapport entre le processus mémoriel et l’identité d’un groupe. Le devenir possible de ces musées, leur pérennité sont des questions ouvertes qui concernent la Cité et auxquelles sont confrontées les collectivités locales et l’État. Ils le seront encore plus dans les années à venir. Il incombe de décrypter le processus de passage de la mémoire d’un groupe à ladite « mémoire collective », si souvent évoquée, plus généralement à une mémoire nationale, si cela s’opère dans les temps à venir.

17Le cas du grand « musée de la Résistance et de la Déportation » de Besançon, inauguré en 1971, passé du statut associatif à celui d’établissement municipal en 2000, est significatif à cet égard. Élizabeth Pastwa traitera de ce changement en insistant sur la nécessité d’une réflexion d’ensemble sur l’avenir de ces musées. Elle s’interrogera sur la logique dans laquelle ils peuvent s’inscrire – « touristique et économique où la concurrence n’est pas exclue », dit-elle – et sur l’orientation à leur donner maintenant que la génération fondatrice disparaît. Pieranne Gausset exposera le cas du musée de la Résistance et de la Déportation de Nantua (Ain), de statut municipal, ouvert en 1984. Elle évoquera les problèmes rencontrés lors du passage de ce qu’elle nomme « le musée-tombeau », sacralisé par les anciens, à un musée sans support mémoriel direct qui peut devenir un appui à l’éducation civique et à la recherche historique. Jean-William Dereymez apportera une réflexion sur le rôle des « différents acteurs » (résistants, déportés, muséographes, historiens) à l’œuvre autour d’un musée de la Résistance et de la Déportation, celui de Grenoble, créé en 1963, réorganisé par le Musée dauphinois, déplacé et réouvert en 1994. Il s’arrêtera sur les modalités d’intervention, sur le fonctionnement, voire sur l’existence du musée.

La mémoire sur le devant de la scène

18Les grands projets réalisés ces quinze dernières années, sous la forme d’établissements imposants sur le plan architectural (mémorial pour la Paix de Caen en 1988, centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane en 1999), impliquent conjointement les collectivités territoriales et l’État, notamment sur le plan budgétaire compte tenu de leur taille, des superficies consacrées aux expositions, et de la nécessité d’assurer le fonctionnement de ces lourdes structures. Serge Barcellini les a nommés « lieux froids » afin d’indiquer l’absence d’un groupe social mémoriel, par opposition aux musées de la génération précédente. Au cours du processus de réalisation de ces opérations de grande taille, nous retrouvons toujours l’intervention d’historiens professionnels dont les noms sont la caution scientifique à ces projets, tandis que dans les précédents musées, les groupes mémoriels n’utilisaient pas leurs compétences. Les rapports entre ces chercheurs et la demande des collectivités, la commande sociale, entre la fluctuante opinion publique du temps et le travail scientifique, sont des questions qui portent sur l’articulation entre les usages actuels du passé et sa « présentification ».

19Ces grands établissements ne sont-ils pas les substituts aux multiples musées dispersés sur le territoire ? Ne signifient-ils pas d’une certaine manière un retour de la centralité ? Ou bien sont-ils uniquement des opérations à caractère local ou régional, manifestations de stratégies mémorielles servant de support à une production du « local » ?

20Jean-Louis Déotte évoquera la grande structure édifiée à Caen, initialement prévue pour traiter de la Bataille de Normandie, et depuis dénommée mémorial pour la Paix, en s’interrogeant sur « la question du pardon » placée au cœur des « musées de l’histoire contemporaine » qu’il nomme à partir de cet exemple « les institutions de l’oubli actif ». Gilles Vergnon resituera le mémorial de Vassieux, inauguré au col de la Chau en juillet 1994, dans le cadre d’ensemble de la mémoire du Vercors, dans le réseau des associations diverses qui organisent cette mémoire de longue date dans cette région. En étudiant le message diffusé par ce mémorial, il se demandera s’il ne s’agit pas d’une « déshistoricisation de la Résistance » par un musée « hors sol ».

  • 13 . Freddy Raphaël et Georges Herberich-Marx, « Le musée, provocation de la mémoire », Ethnologie fra (...)

21Ces établissements portent sur « la mémoire » ; ils sont conçus comme lieux pour la « provocation de la mémoire »13, avec comme objectif d’éveiller au civisme les jeunes générations dans le dessein d’éviter le retour de la barbarie. Ils visent un très large public, et cela interroge sur la mise en scène de l’histoire comme génératrice de tourisme ou bien comme élément d’éducation. L’importance du public scolaire dans ces musées et mémoriaux, souvent en relation avec le « concours de la Résistance », est une donnée essentielle. Ajoutons à ces visites « éducatives », les voyages organisés à Auschwitz pour les scolaires. Les dispositifs narratifs qui organisent ces musées sont à questionner afin d’identifier s’ils relèvent d’une légitimation d’un ordre politique ou d’un authentique processus de connaissance.

  • 14 . Moses I. Finley, Mythe, mémoire, histoire, Paris, Flammarion, 1981, p. 38.
  • 15 . Op. cit., p. 234.

22L’historien Moses Finley écrivait : « On ne peut vraiment connaître que son propre temps [...] Le passé ne peut rien fournir de plus que des exemples confirmant les conclusions tirées à partir du présent [...]14.» Il évoquait l’utilisation du passé de manière répétitive afin de trouver des points d’appui d’une conscience nationale15. Ces « temples du souvenir », tels que les a baptisés le président Jacques Chirac lors de l’inauguration du centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane, n’ont-ils pas pour but de véhiculer une certaine vision du monde ?

23Ces créations sont à replacer dans le cadre d’ensemble des politiques mémorielles conduites dans différents pays. Elles ont évolué depuis 1945. En France, on a parlé pendant très longtemps de « Résistance », de ce qui avait servi de support symbolique à la politique gaulliste, avec à son apogée le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon en 1964, le consacrant comme héros national. Elles correspondent à des temps politiques. La tendance actuelle est de faire resurgir et de placer au premier plan les victimes du judéocide auxquels l’État français rend hommage depuis 1993 par des cérémonies spécifiques. Annette Wiéviorka retracera l’histoire de la mémoire de ces victimes, en s’attardant sur « le mémorial du Martyr juif inconnu » construit à Paris dès avril 1953, et en positionnant cette mémoire lapidaire dans le cadre plus général de la mémoire du génocide des Juifs d’Europe organisée centralement depuis 1953 par la création de Yad Vashem à Tel-Aviv en Israël. Le mur des noms inauguré en janvier 2005 sur le parvis du mémorial renforce ce dispositif mémoriel.

Musées et Europe

24L’Europe est de plus en plus mise en avant comme entité politique et économique, et en ce début de xxie siècle, elle est objet de débat quant à son élargissement, à sa grande expansion territoriale. Pendant cinquante ans, elle a connu la paix armée de la guerre froide, jusqu’à l’effondrement du bloc socialiste, puis la guerre dans l’ex-Yougoslavie depuis l’éclatement de ce pays selon des critères dits « ethniques », convoqués pour justifier des politiques de recomposition territoriale. Un certain nombre d’États sont entrés en crise ou ont éclaté, tels la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, quand ils ne se sont pas littéralement liquéfiés comme la République démocratique allemande, avec parfois reconstitution de nouvelles entités. La tendance générale depuis la chute du Mur est au morcellement et à la multiplication des États, à la substitution d’États-« ethniques » aux États-nations. Les forces centrifuges à l’œuvre à l’intérieur du cadre européen et dans chaque pays sont une donnée nouvelle de la situation de post guerre froide.

25Cette Europe en recomposition est, pour une grande part, issue des deux guerres. La première avait notamment morcelé les empires austro-hongrois, russe et allemand. La deuxième avait divisé durablement l’Allemagne, bouleversé les frontières à l’Est, les avait déplacées ainsi que les populations. Cette guerre a été marquée par la disparition quasi totale des populations juives de Pologne, d’Europe centrale, des Balkans. La Roumanie, la Pologne ont ainsi perdu des pans entiers de leurs histoires nationales, et parler aujourd’hui de « minorité », par exemple en Pologne, revient à se référer aux travailleurs vietnamiens émigrés au temps du régime socialiste.

26Les rapports de cette Europe actuelle, née de la guerre, et de la politique dans la guerre, dans la modalité de la présentation de l’événement dans ces musées et mémoriaux, peuvent donner à penser sur les processus nationaux en cours, sur l’énonciation d’une mémoire nationale dans ces pays. Sophie Wahnich expliquera les modalités de « dire la guerre dans le contexte de la construction européenne » en traitant de trois musées : le mémorial pour la Paix de Caen, l’Imperial War Museum de Londres et l’historial de Péronne. Son propos sera de questionner les manières « d’accommoder l’événement guerrier dans un contexte de construction européenne et de réconciliation » dans ces trois établissements créés à des dates différentes : respectivement en 1988, 1917 et 1992. La sensibilité de l’Allemagne à ces questions sera évoquée au travers de l’impact de l’exposition « Guerre d’extermination. Les crimes de la Wehrmacht, 1941-1944 » dont nous parlera Hannes Heer, l’un de ses organisateurs de 1995 à 1999. Il exposera les débats suscités par cette exposition consacrée à « l’implication criminelle de la Wehrmacht » et les difficultés rencontrées qui témoignent du « choc auquel la société allemande a été exposée pendant quatre ans » mais également ses réflexions quant à la place de la photographie dans la recherche historique. Ersilia Alessandrone Perona s’arrêtera plus particulièrement sur les politiques mémorielles à l’œuvre en Italie, pays dont la particularité est d’avoir été un pays fasciste puis un pays occupé par les nazis en 1943, et comptant d’importantes forces de partisans. Elle montrera « la faiblesse de la représentation de la Résistance italienne dans les musées » qu’elle relie aux « rapports de pouvoirs après la libération » et la nécessité de susciter l’intérêt du public, des jeunes notamment, afin que s’enclenchent des processus pour « se réapproprier leur passé ». Dans d’autres pays, comme la Pologne, terre du génocide des Juifs d’Europe, la conservation du « lieu de mémoire » d’Auschwitz a suscité de nombreuses polémiques lors de l’installation d’un carmel dans cet ancien camp d’extermination. David Weizmann les inscrira dans une perspective historique spécifique à ce pays où l’antisémitisme occupe une place importante dans la question nationale. Il traitera du rapport à cette question du temps du régime pro-soviétique, et il s’arrêtera plus particulièrement sur les positions de l’Église catholique polonaise, la puissante institution de ce pays, notamment à propos de l’implantation d’un carmel au sein de l’ancien camp d’extermination et il traitera de « l’occultation de l’histoire et de la mémoire juive ».

  • 16 . Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ? Paris, Agora, 1992, p. 52.

27Dans le temps de l’élargissement de l’Europe, une étude comparée des processus et des stratégies mémoriels dans différents pays peut donner matière à réflexion sur la construction d’un espace européen et ce qui peut en constituer le substrat. Déjà, à la fin du xixe siècle, Ernest Renan précisait que les stricts intérêts économiques ne suffisaient pas à faire une Nation : « La communauté des intérêts fait les traités de commerce [...] ; un Zollverein ne fait pas une patrie16. » Le « legs commun de souvenirs » dont parle Renan, la sensibilité au passé, suffisent-ils pour fonder le socle d’une Europe ? La volonté de paix entre la France et l’Allemagne a certes servi de soubassement à l’édification européenne. Mais aujourd’hui, l’enjeu de la construction européenne est-il une simple question d’« élargissement » territorial, d’addition de territoires, ou bien porte-t-il le débat sut l’indépendance de l’Europe face aux USA ? Dans quelle mesure une Europe élargie possède-t-elle un socle idéologique unifié quant à la paix entre États et la paix civile ? On peut en douter en constatant l’incapacité à empêcher les guerres en Yougoslavie, à adopter une position commune par rapport aux USA et à leur politique extérieure lors des dernières guerres en Yougoslavie, en Afghanistan et en Irak. Le nécessaire rapprochement entre la France et l’Allemagne, le renforcement de l’association des deux pays, les deux piliers de cette Europe nouvelle, la redéfinition de leurs rapports à l’OTAN, organisation héritée de la guerre froide en temps de paix, semblent bien être les questions à traiter afin d’avancer dans la construction de l’Europe.

Notes

1 . Un proche de Tito, Milovan Djilas, signale la substitution par les communistes yougoslaves du terme de « partisan » à celui de « guérillero ». À ce sujet, cf. Milovan Djilas, Une guerre dans la guerre, Paris, Robert Laffont, 1980, p. 75 et p. 94.

2 . Notamment Omer Bartov, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette-Littérature, 1999.

3 . Marc Bloch, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, 1990.

4 . Sur ce point, cf. mon article en 1999 : « La Résistance : une guerre sans nom », Histoire et Anthropologie, 18-19, p. 113-119 ; également, Françoise Proust, De la Résistance, Paris, Cerf, 1997.

5 . Georges-Henri Rivière, La muséologie, Paris, Dunod, 1989, p. 269.

6 . Au sens du concept de Pierre Nora.

7 . À ce sujet cf. Daniel Fabre (dir.), Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques, Paris, Éditions de la MSH, 2000.

8 . René Char, « Feuillets d’Hypnos », Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 1988, p. 190.

9 . Marie-Hélène Joly, « Les musées de la Résistance », in Jean-Yves Boursier (éd.), Résistants et résistance, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 173-216.

10 . Sur ce point, on se référera à Antoine Prost, « Les monuments aux morts », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire – 1. La République, Paris, Gallimard, 1993, p. 195-225.

11 . Ce qui n’a jamais été le point de vue de Marc Bloch pour qui l’histoire était « la science des hommes dans le temps ».

12 . Serge Barcellini, entretien avec Marie-Hélène Joly, le 8 janvier 1996. À l’époque, inspecteur général des Anciens Combattants, et délégué à la mémoire et à l’information historique du ministère des Anciens Combattants entre 1982 et 1992.

13 . Freddy Raphaël et Georges Herberich-Marx, « Le musée, provocation de la mémoire », Ethnologie française, 17, 1, 1987, p. 87-95.

14 . Moses I. Finley, Mythe, mémoire, histoire, Paris, Flammarion, 1981, p. 38.

15 . Op. cit., p. 234.

16 . Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ? Paris, Agora, 1992, p. 52.

Auteur

Jean-Yves Boursier est professeur d’ethnologie à l’université de Nice après avoir enseigné aux universités de Paris VIII et de Paris V. Ses travaux portent sur les politiques mémorielles et leurs enjeux, la guerre et ses représentations, les musées et mémoriaux de guerre, plus généralement sur les modes de rapport au passé. Quelques publications : « L’association, la construction du passé et le pouvoir sur l’écriture de l’événement », Bruno Benoît (éd.), Guerres et associations, PUL, 2002 ; « La mémoire comme trace des possibles », Socio-Anthropologie, n°12,2002 ; « La dînette et le sabot : faire parler les objets pour construire le passé », in Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello (éd.), Images, scènes, objets : façonner le passé (xvie-xxe siècles), Presses de l’Université de Provence, 2004.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540